[Topic à flood] Le salon de thé

Poster, reviewer, échanger sur des projets : venez explorer la panoplie du HPFien

Modérateurs : Selket, Ella C., Awena

Avatar de l’utilisateur
Lul
Pilote du Magicobus
Messages : 1444
Inscription : 03 janv. 2018 - 01:59

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Lul » 11 oct. 2020 - 11:36

Ella C. a écrit :
11 oct. 2020 - 10:56
Ça commence maintenant :mrgreen:
Ouiiii ! :boing:

Vous étiez plus sympas l'an dernier, là faut en plus qu'on se creuse la tête quoi ! :mrgreen: Non, en vrai j'adore l'épreuve telle qu'elle est là, le principe est trop cool :D
Image

Vous voulez vous amuser un peu pendant ce froid mois de décembre ? Venez participer au calendrier de l'avent ludique d'HPF ! :boing:

Avatar de l’utilisateur
Ella C.
Pilote du Magicobus
Messages : 1269
Inscription : 01 mai 2017 - 21:21

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Ella C. » 11 oct. 2020 - 11:38

Cette année on a envie de voir ce que vos imaginations vont trouver :boing:

Camcaz17
Elève de troisième année
Messages : 62
Inscription : 21 juil. 2020 - 19:45

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Camcaz17 » 11 oct. 2020 - 11:49

Je découvre ce principe d'ingrédients à gagner pour faire une recette de cuisine, sympa ! (autant vous dire que la cuisine et moi, c'est toute une histoire compliquée mais je ne dirai rien pour ne pas inquiéter mes coéquipières :sifflote:)
Dernière modification par Camcaz17 le 11 oct. 2020 - 11:53, modifié 1 fois.
Image

They say music can alter moods and talk to you

Avatar de l’utilisateur
Lul
Pilote du Magicobus
Messages : 1444
Inscription : 03 janv. 2018 - 01:59

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Lul » 11 oct. 2020 - 11:51

Je ne sais pas ce que les filles nous ont concocté cette année, mais vu les mélanges d'ingrédients qu'on a pu récupérer l'an dernier tes capacités culinaires n'auraient pas changé grand chose, Camcaz ^^
Image

Vous voulez vous amuser un peu pendant ce froid mois de décembre ? Venez participer au calendrier de l'avent ludique d'HPF ! :boing:

Camcaz17
Elève de troisième année
Messages : 62
Inscription : 21 juil. 2020 - 19:45

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Camcaz17 » 11 oct. 2020 - 12:10

Hahaha tant mieux, l'équipe 2 évite donc la catastrophe !
Image

They say music can alter moods and talk to you

Avatar de l’utilisateur
Selket
Vicieuse Organisatrice de Boules à Thé
Messages : 2983
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Selket » 11 oct. 2020 - 12:48

Votre enthousiasme nous fait trop plaisir :biz: :mouton:
Image

Avatar de l’utilisateur
Hazalhia
Complote avec les ratons-laveurs
Messages : 2183
Inscription : 19 mars 2015 - 09:44

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Hazalhia » 13 oct. 2020 - 15:57

Alors, je tente ma chance pour le mini jeu des films à retrouver :D
Spoiler
Show
Pour les GIF:
- Scooby-Doo oui
- Avengers oui
- Brooklyn99 oui
- Mary Poppins oui
- Hunger Games oui
Il t'en manque trois (dont deux qui sont aussi des allusions) ^^

Pour les allusions:
- Speedy Gonzales oui
- Pour fêter les non-anniversaires : Alice au pays des merveilles oui
- passer le temps en prison : Prison Break ou la ligne verte Sans doute... ce n'est pas celui auquel je pensais, je ne sais pas s'il y a une scène de thé dedans
- retrouver un amour perdu de vue : Love, Rosie Sans doute... ce n'est pas celui auquel je pensais, je ne sais pas s'il y a une scène de thé dedans
Je propose "mémoire d'une Geisha" du coup. L'héroine perd de vu l'homme quelle aime pendant plusieurs années, et puis japon/thé, ça doit le faire là ? :mrgreen: Non plus ! Le couple se retrouve vraiment autour d'un thé après s'être perdus de vue pendant un temps
- apprendre à être une princesse : Princesse malgré elle (ou Barbie apprentie princesse aussi :mrgreen: ) oui
- lire la mort de ses élèves : Harry Potter (avec Trelawney et ses prédictions en cours ) oui
- se reposer après la destruction du monde : Avengers (heureusement, la destruction à été évité de peu :superman: ) Hélas chère cuistot, il ne me semble pas avoir vu les Avengers boire du thé ^^
Good Omens ? :gne: Nope, reste dans la SF tu étais sur la bonne voie
- La nuit au musée oui
- A tous les garçons que j'ai aimé oui
- Mort sur le Nil oui
- Little Miss Sunshine oui
- James Bond oui

Il t'en manque un ^^
Dernière modification par Hazalhia le 13 oct. 2020 - 19:55, modifié 4 fois.
" La mémoire collective est généralement de courte durée. Nous sommes des êtres versatiles, stupides, amnésiques et doués d'un immense talent d'autodestruction"
Suzanne Collins.


Image

Avatar de l’utilisateur
Selket
Vicieuse Organisatrice de Boules à Thé
Messages : 2983
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Selket » 13 oct. 2020 - 16:12

j'acciote @Ella C. pour te répondre @Hazalhia et si le coeur t'en dis tu as la liste de Ramsay (bonus) qui est truffée d'allusions ;)
Image

Avatar de l’utilisateur
Ella C.
Pilote du Magicobus
Messages : 1269
Inscription : 01 mai 2017 - 21:21

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Ella C. » 13 oct. 2020 - 16:22

@Hazalhia J'ai modifié directement dans ton spoiler ce qui est bon et le nombre qu'il te manque ^^ Pour certaines allusions, je pense qu'il y a plusieurs possibilités donc tes propositions marchent sans doute c'est juste que je ne les connais pas ^^

Avatar de l’utilisateur
Hazalhia
Complote avec les ratons-laveurs
Messages : 2183
Inscription : 19 mars 2015 - 09:44

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Hazalhia » 13 oct. 2020 - 16:41

Je mets en spoiler, au cas où ce serait considéré comme une sorte d'indice pour les autres joueurs
Spoiler
Show
, mais il fallait que ça ai un rapport avec le thé, j'avais pas du tout compris :lol: su coup je vais modifier certaines de mes réponses parce que je ne pense pas qu'elles ont un rapport avec ça ^^'
" La mémoire collective est généralement de courte durée. Nous sommes des êtres versatiles, stupides, amnésiques et doués d'un immense talent d'autodestruction"
Suzanne Collins.


Image

Avatar de l’utilisateur
Ella C.
Pilote du Magicobus
Messages : 1269
Inscription : 01 mai 2017 - 21:21

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Ella C. » 13 oct. 2020 - 16:53

Alors je réponds pour tout le monde : les films que l'on a choisi sont en rapport avec le sujet qu'ils représentent. Dans Harry Potter à l'école de cuisine, on prend Harry Potter à l'école des sorciers où Harry et les autres vont en cours, comme vous allez en cours de cuisine avec nous :mrgreen: , et qui est aussi le film d'introduction de la saga pour une épreuve où vous devez introduire votre équipe aux autres ^^

Donc, pour répondre à ta question spécifique sans spoiler @Hazalhia : oui dans les cas de ceux que tu as cité il faut que ça ait un rapport avec ^^ (bon les rapports restent vagues hein on a pas été pointilleuses) ^^

Avatar de l’utilisateur
Alena Aeterna
Cannibale nocturne
Messages : 4897
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Alena Aeterna » 13 oct. 2020 - 20:28

Bon, je me lance sans grande conviction :lol:
Spoiler
Show
Du côté des gifs/images :

- Brooklyn99 oui
- Avengers Infinity War oui
- Scooby-Doo oui
- Les minions oui
- Hunger Games oui
- Harry Potter oui
- Hercule Poirot Pas la réponse que j'attendais, mais j'accepte (c'est mort sur le Nil)
- Mary Poppins oui
- Cauchemar en cuisine oui

Pour les références :

- Speedy Gonzalez oui
- Pokemon (il nous manque plus qu'à capturer trouver des newbies) Oh :o Celle-ci n'était pas volontaire !
- Da Vinci Code (Da Vinci Cake) oui
- Sherlock Holmes oui
- Alice au pays des merveilles (non-anniversaires) oui
- Good Omens (se reposer après la destruction du monde) Nope !
- Little Miss Sunshine oui
- James Bond oui
- Harry Potter oui
- Mort sur le Nil oui
- La nuit au musée (la nuit à l'hôtel) oui
- A tous les garçons que j'ai aimés (A toutes les fics que j'ai dévorées) oui

Il t'en manque cinq ! (dont un que tu as trouvé en gif ^^)
Dernière modification par Alena Aeterna le 13 oct. 2020 - 21:28, modifié 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Ella C.
Pilote du Magicobus
Messages : 1269
Inscription : 01 mai 2017 - 21:21

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Ella C. » 13 oct. 2020 - 21:17

@Hazalhia et @Alena Aeterna J'ai modifié dans vos spoilers ^^

Avatar de l’utilisateur
Alena Aeterna
Cannibale nocturne
Messages : 4897
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Alena Aeterna » 13 oct. 2020 - 21:29

J'ai fait une petite modification mais je ne pense pas que je trouverai mieux :lol:
Image

Avatar de l’utilisateur
Ella C.
Pilote du Magicobus
Messages : 1269
Inscription : 01 mai 2017 - 21:21

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Ella C. » 13 oct. 2020 - 22:18

@Alena Aeterna Tu es sur la bonne voie ! Les films qu'ils te manquent se trouvent au même endroit que ceux que tu as déjà cités, je crois juste qu'il y a un détail qui vous a échappé sur les topics...

Avatar de l’utilisateur
Alena Aeterna
Cannibale nocturne
Messages : 4897
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Alena Aeterna » 13 oct. 2020 - 23:36

J'ai remarqué à certains endroits qu'il devait y avoir des références mais je ne trouve pas les films qui vont avec :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
lilychx
Elève de sixième année
Messages : 192
Inscription : 30 sept. 2019 - 16:22

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par lilychx » 15 oct. 2020 - 15:32

Hello tous le monde !

Je vous rejoins en cour de route ! et hop je me suis mise aux couleurs de mon équipe !
HPF et le pudding a l'arsenic ! :mouton: :mouton: :mouton: :mouton: :mouton: :mouton:
Image Image

Le génie, c'est l'enfance retrouvée à volonté.
Charles Baudelaire

Avatar de l’utilisateur
MadameMueller
Animagus non déclaré
Messages : 334
Inscription : 17 janv. 2017 - 18:23

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par MadameMueller » 15 oct. 2020 - 15:44

Trop bien ! :D Bienvenue parmi nous @lilychx :beer: :boing:

@Ella C. @Awena @Selket Vous êtes les meilleures :hug:
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Tiiki
Comptable chez Gringotts
Messages : 1141
Inscription : 05 nov. 2016 - 13:24

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Tiiki » 15 oct. 2020 - 16:19

Bienvenue lilychx ! Je suis sûre que tes coéquipières s'occuperont très bien de toi... mais si elles te proposent du pudding, n'y goûte pas !
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
MadameMueller
Animagus non déclaré
Messages : 334
Inscription : 17 janv. 2017 - 18:23

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par MadameMueller » 15 oct. 2020 - 16:25

@Tiiki le pudding il est pour vous ;) :sifflote:
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Tiiki
Comptable chez Gringotts
Messages : 1141
Inscription : 05 nov. 2016 - 13:24

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Tiiki » 15 oct. 2020 - 16:34

@MadameMueller je ne mange pas de ce pain-là ce pudding-là :mrgreen: :arrow:
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
MadameMueller
Animagus non déclaré
Messages : 334
Inscription : 17 janv. 2017 - 18:23

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par MadameMueller » 15 oct. 2020 - 16:37

T'as raison @Tiiki il vaut mieux pas :mrgreen:
En tout cas, votre nom d'équipe me rappelle un groupe de Wizardrock appelé "The Basilisk in your pasta". "Voldemort, peace off !" c'était énorme ce truc, je l'ai en réveil sur mon portable :mrgreen:
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Alena Aeterna
Cannibale nocturne
Messages : 4897
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Alena Aeterna » 15 oct. 2020 - 18:03

Ella C. a écrit :
15 oct. 2020 - 15:55
@lilychx et @Guette Il faut écrire au moins un thème ! On ne va pas vous obliger à rester du début à la fin, nous-mêmes ne serions pas capable de montrer l'exemple sur ce coup là !
Barf, ce n'est pas si dur de tenir jusqu'au bout voyons :ange: Je plaisante bien sûr :lol:
Image

Avatar de l’utilisateur
Ella C.
Pilote du Magicobus
Messages : 1269
Inscription : 01 mai 2017 - 21:21

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Ella C. » 15 oct. 2020 - 18:09

J'arrive plus à écrire passé minuit, et c'est quand je tiens jusqu'à minuit déjà :lol:

Avatar de l’utilisateur
MadameMueller
Animagus non déclaré
Messages : 334
Inscription : 17 janv. 2017 - 18:23

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par MadameMueller » 17 oct. 2020 - 09:22

Au fait @Tiiki quand est-ce que tu comptes publier la suite de "Scarabée de combat" ? :yeux:
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Ella C.
Pilote du Magicobus
Messages : 1269
Inscription : 01 mai 2017 - 21:21

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Ella C. » 21 oct. 2020 - 21:44

Et voici le cadavre exquis

Image

Voyons donc ce qu'ont donné ces deux semaines de jeu sur discord :mrgreen:

Rating -12
Show
J'entrais dans le cinéma, me préparant à passer deux heures dans un siège matelassé à vibrer devant mon film, quand je remarquai que mon partenaire ne me suivait plus.
Je me retourne, intriguée, et scrute la foule autour de moi. Des jeunes, des vieux, des grands, des petits, des chauves et des chevelus... Mais aucun visage connu.
Pourtant, l'un d'entre eux doit bien se trouver là ! Je me mets en marche en me faufilant comme je peux entre les gens, pour étendre mon rayon de recherche. En accélérant le pas, je prends soin de hausser la tête et je finis par apercevoir le blouson rouge de ma petite sœur.
Je la boude depuis quelque temps, mais je crois qu'il serait bon de lui pardonner toutes ses gamineries : j'en demande peut-être trop, parfois, j'en ai conscience.

Elle fit des cookies pour se faire pardonner, ils étaient tellement bons que je mis de côté son comportement. Ainsi, on passe l'après-midi à boire du thé, manger des cookies et des pancakes à la citrouille au coin du feu, quand soudain....
Une chaussette tombe du plafond dans sa tasse ! Elle regarda perplexe ce qui venait de tomber ... Avant de prendre un visage horrifié en voyant que c'était une chaussette ! Pourquoi fallait-il que ça tombe toujours sur elle ?! Sans nul doute, c'était une chaussette de qualité, car elle était brodée de mille couleurs dont l'éclat la laissa un instant tétanisée, mais elle reprit vite ses esprits et l'attrapa avec un sourire ravi. Elle la posa sur l'assiette vide de cookies sous le regard surpris et perplexe de son interlocutrice. Celle-ci se demandait si elle était censée l'engloutir aussi vite que les cookies auparavant, ou si elle pouvait dédaigner ce met de choix.
Puis elle se dit que son cerveau avait probablement disjoncter, l'espace d'un instant : dénigrer ce met qu'elle adorait ? Non mais... Et puis quoi encore ? Ni une, ni deux, elle se jette dessus, poussant les aliments dans sa bouche à l'aide de ses mains comme un Niffleur creuse à l'aide de ses pattes. Heureusement qu'il n'y avait rien de doré ! Autrement cela aurait été l'Apocalypse …
Comme en 2003, lorsqu'elle avait piqué ses chaussons à Mireille.

Mireille était maniaque, mélanger les crasses pédestres ne valait le coup que pour les colliers d'orteils. Elle jeta donc les collants de sa sœur hors du tiroir, afin qu'ils ne côtoient plus ses magnifiques socquettes. Et enfila ses bas en résille fétiches pour aller rejoindre Ginette qui passait le plumeau.
En retard, comme toujours, elle glissa sur la première marche de l'escalier et s'écrasa sur le paillasson, le nez dans les chaussures de Ginette. Elle puait des pieds, assurément ! Tout le monde fronçait le nez tant c'était dérangeant sauf une personne qui s'en fichait. Celle qui avait ouvert la bouche.
C'est toujours pareil avec les histoires de pifs, ceux qui sentent rien sont souvent les coupables. Mais aussi les plus chanceux ! Surtout en cas de cassoulet collectif à midi. Et les choux de Bruxelles, parlons-en des choux de Bruxelles à la cantine, juste avant une réunion ! Pour cette raison, tout le monde arrivait presque mort de faim en réunion et l'ambiance n'était pas au beau fixe.
Elle était même très mauvaise! Pas une réunion ne passait sans qu'Alena ne sorte son couteau. Et Alice sa hache ! Le cannibalisme était une pratique courante en réunion. Heureusement qu'Alena, initiatrice de cette pratique somme toute sanglante, ne tarda pas à être mise derrière les barreaux ! D'une chaise ! Que Sam lui lança sur la tête. Sam ne supporte pas la faim, ça lui fait perdre tous ses moyens. Et quand Sam perd ses moyens, tout HPF finit sens dessus dessous.
Et Selket est bien placée pour en parler. Pas un jour ne se passe sans qu'elle n'écume les topics pour ranger derrière elle. Au plus grand désespoir des personnes qui aimaient bien ce bazar qui était organisé à leurs yeux ! Il n'y avait rien de mieux qu'un bazar pour se sentir à l'aise. Et ce n'était certainement pas WW qui dirait le contraire !


Les chats noirs, ça porte malheur...Les échelles aussi, surtout quand le peintre fait malencontreusement tomber son seau rempli de blanc sur la tête du chien qui passait par là. C'était un petit bichon au poil soyeux et au regard aussi doux que son pelage.
Il avança une patte timide devant elle, la curiosité le disputant à la peur. Lorsqu'elle tendit la main en retour, il renifla ses doigts avec méfiance. Elle le regarda faire en silence et immobile, de peur de l'effrayer.
Il faut dire que le mieux reste quand même de ne pas se faire remarquer quand on est couvert de sang et qu'on se balade avec une hache, mais Bella n'en avait que faire. Elle continua son chemin, profitant du trajet pour nettoyer consciencieusement sa hache. On ne pouvait pas faire du bon travail avec des outils en mauvais état. Surtout qu'elle devait aller couper du bois.
Mais les choses ne se déroulaient jamais comme prévues, n'est-ce pas ? En effet, alors qu'elle se dirigeait vers la forêt, avec sa hache en main, elle croisa un groupe de soldats. Ils furent étonnement polis avec elle, cela devait cacher quelque chose de louche … au su de la tête qu'elle tirait, c'était une chose rare que les gens lui accordent ne serait-ce qu'un sourire.
Faire la gueule est une philosophie, et même si ça présente certains inconvénients, la confortable mauvaise foi en vaut mille fois la peine.


En bonne Serpentard Emilie Bronswick de Vurtenberg aimait faire la tête et regarder les autres avec morgue. Si sa mauvaise foi était légendaire, peu savait qu'au fond d'elle Emilie cachait un secret.
Elle ne l'avait jamais avoué à personne ... Elle n'en était pas très fière mais ... le choixpeau avait longuement hésité avant de l'envoyer à Serpentard, elle avait dû faire preuve de persuasion pour qu'il cède et pour se fondre dans la masse.
Elle n'était pas à l'aise pour autant dans sa propre maison … C'est qu'une née-Moldue à Serpentard, ça devait être une première genre depuis... la création de Poudlard ?
Et évidemment, ses camarades verts et argents étaient tout aussi peu enthousiastes qu'elles et gardaient leurs distances, comme s'ils craignaient qu'elle ne soit atteinte d'éclabouille. Elle était pourtant la gentillesse incarnée et était prête à aider ses petits camarades de classe ... Mais non, ses origines avaient le tour de la maison en un rien de temps ! Et tout le monde s'était mis à la détester, de la plus petite araignée au plus sanguinaire des fantômes.
Elle était désespérée et cherchait chaque jour un moyen d'arranger les choses. Mais parfois c'est mieux de pas s'emmerder et de vivre seul dans une forêt, alors elle avait fait ses bagages et avait emménagé en Sibérie. Là bas elle avait la paix, la vraie, même les fantômes trouvaient de quoi mourir.
Bon, elle devait quand même admettre qu'il faisait froid. Très froid, même. Ce fut la raison pour laquelle elle tenta de trouver un abri, elle voulait essayer de se réchauffer. Elle ne trouva pas d'abri en dur. Elle grelottait, en maillot de bain, quand elle tomba sur un vieux sac de couchage un peu moisi. Heureusement, il était de grande qualité. Elle se glissa donc à l'intérieur, en regrettant de ne pas avoir de compagne ou de compagnon. La méthode "James Bond", pour se réchauffer, était l'une de ses préférées: se glisser nus à deux dans un sac de couchage. Mais le problème, c'est qu'elle n'avait aucun homme nu sous la main.
En revanche, elle avait pensé à apporter son ours en peluche, celui avec lequel elle dormait depuis ses deux ans. Et qui à l'heure actuelle n'était plus qu'un torchon effrité. Depuis que ses parents ne la forçait plus à mettre son doudou à laver, elle ne le lavait plus. Autant vous dire que si elle entrait avec sur le territoire d'un ours, il pouvait la sniffer à des kilomètres mais la confondrait sûrement avec un putois. Si putois il y a en Sibérie.
La Sibérie était pourtant une région gelée sans êtres humain.e.s à la ronde. Du moins, c'est ce qu'elle croyait ! Car, après des jours d'errance à ne croiser qu'arbres gelés et désolation, elle aperçut au loin la fumée et la lumière d'un campement. Enfin, un peu de vie et de chaleur, elle qui en manquait tant !

La pauvre était devenue un zombie suite à une morsure et était obligée de manger des cerveaux pour survivre. Sa peau était pâle comme la mort et… ... et ses yeux étaient totalement injectés de sang. Aussi, elle était loin de passer inaperçue, surtout quand… ..elle dévorait la cervelle d'un être-humain en plein milieu… Il s'agissait de son organe préféré, le centre des pensées, et il lui arrivait de le faire mijoter avec du bouillon de poule.
Alena avait pour coutume de le servir à ses amis devant une bonne comédie romantique, entouré de brocolis. Elle avait toujours adoré ce légume et il se mariait parfaitement avec le cerveau d'être-humain. Tout ce qu'un zombie comme elle pouvait rêver. Surtout depuis que… .. les patates douces avaient totalement disparu de la surface du globe.
Une épidémie de mildiou avait été la cause de cette tragédie. Les cultures n'avaient pas survécu, les producteurs étaient en colère contre cette maladie qui ravageait leurs plantations. Certains maudissaient Dieu et son manque de miséricorde, tandis que d'autres étaient devenus plus fervents que jamais. Ce regain de la foi au sein du royaume se manifestait surtout par une explosion de la vente d'encens.

Godefroy qui en vendait en centre-ville, s'en félicitait : son commerce était plus prospère que jamais. Il faut dire qu'il savait appâter les clients avec ses sourires et ses bons conseils. C'était une recette qu'elle tenait de sa grand-mère, un secret que la vieille avait bien failli emporter dans la tombe. Ce qui aurait été regrettable, cette recette étant tout ce que ce vieux crouton leur avait laissé. Son avarice avait privé tout le monde d'une partie de son héritage, il ne laissait pas un seul centime à sa famille, et avait préféré mettre le feu à ses biens.
Il regardait au loin le brasier qu'il avait lui-même provoqué. S'en éloignant, il n'éprouva pas de remords. De toutes façons si il n'avait pas lui même mis le feu, il n'aurait pas tardé a arrivé.
La Taïga est ravagée par les incendies toutes les saisons chaudes, ça fait partie du cycle. Ces catastrophes ont beau être naturelles et mener à un certain assainissement de l'écosystème, il n'en reste pas moins qu'elles coûtent chaque fois la vie à de nombreuses créatures magiques, dont certaines espèces sont par conséquent en voie de disparition.

Il faut dire que la proximité de la maison de Seamus Finnigan et sa propension à faire exploser ses chaudrons y était pour quelque chose. À moins que ce soit la maison du frère de la tante de son cousin.
Elle n'était plus sûre de rien, mais ce dont elle était certaine c'est qu'elle avait faim et voulait… une bonne table où se nourrir tranquillement et la promesse d'une vraie nuit de sommeil.
L'estomac enfin plein, Voldemort se mit à bailler. Il monta une à une les marches de l'auberge et s'écroula dans sa chambre sans plus de cérémonie. Il avait toujours eu le sommeil profond et dormit à point fermé à travers l'orage. Mais il fut réveillé brutalement par un coup de fil inattendu…

- Salut c'est Gerard, je viens de chouter un gamin, je peux l'enterrer dans ton jardin ?
- Bien sûr qu'on peut l'enterrer chez moi, Gégé ! répliqua-t-il. Depuis quelques années, tuer des enfants était devenue sa plus grande passion et, surtout, il ne manquait jamais de rendre service à ses amis.
Il les enterrait toujours avec un certain enthousiasme, parfois en sifflotant, malgré les regards désapprobateurs de ses voisins. Il ne s'était jamais vraiment entendu avec eux ... Il avait pourtant essayé d'être poli mais rien à faire ! Du soir au matin, il les maudissait, souhaitant leur mort à chaque instant.
Surtout celle du petit blond qui habitait en face. Cette crapule avait plus d'une fois remplis de pierres la gouttière de la maison des voisins pour venger le stupide chat noir qui braillait à réveiller toute la rue et que le brave couple de notable chassaient a volée de bottes.
Cet enfant n'avait aucun sens commun mais ce n'était pas étonnant sachant que … son nom était Fenouil. Ses parents l'avaient baptisé ainsi en l'honneur de cette plante anisée immonde, à la hauteur du dégoût qu'il leur inspirait. Imaginez un peu ! Déjà qu'un nouveau-né, c'est pas joli-joli, mais alors lui…

Qu'est-ce qu'ils allaient bien pouvoir en faire ? Il y avait plusieurs options, bien sûr, mais laquelle choisir ? Elle attrapa une mèche de cheveux et l'entortilla au bout de son doigt pour réfléchir puis, au terme de quelques instants de réflexion, s'exclama : "La réponse D !" Jean-Pierre Pernaut, pour le moins habitué à faire face à ce genre de candidats déterminés, haussa toutefois un sourcil : "Est-ce votre dernier mot ?" insista-t-il.
Armé de sa hache, il lui trancha la tête d'un coup net. Celle-ci roula avec grâce le long de la jetée, avant de tomber dans l'océan, l'engloutissant à jamais.

La voiture était pourtant belle mais, après ce qui avait eu lieu, il était plus simple de dissimuler une preuve dans l'océan et de faire comme si tout paraissait normal. Il laissa échapper une larme alors que la magnifique Chevrolet Chevelle continuait sa course en contre bas de la falaise. Adieu Beauté !
La voiture s'écrasa contre les flots dans un boucan du diable qu'on avait dû entendre à des kilomètres à la ronde. Machin se laissa tomber sur ses genoux en pleurs.
Cette voiture avait été sa meilleur amie pendant des années. La voir disparaître ainsi dans l'océan était un crève-cœur. Il hésita à la suivre, mais il entendait dans son cœur l'appel des autres voitures. Pas des meilleures amies, mais toujours présentes et fidèles au poste.
Alors sur un dernier adieu muet, Machin se releva et repartit vers le garage en reniflant. Cet endroit avait toujours son préféré. Il adorai sentir l'odeur de l'huile, ressortir avec les mains pleine de cambouis après avoir travailler sur l'une des voitures laissées par les clients. Il avait vécu tant de choses, ici.
C'était dans une des voitures de luxe d'un Mr Bright ou Mr Imthebest qu'il avait perdu sa virginité dans les bras d'Amélie. Ou de Laure. (et les autres) Enfin, c'était un joyeux souvenir. Mais l'heure n'était plus à la contemplation ! L'heure était au barbecue. Sa femme, à moins que ce soit sa maîtresse, avait invité du monde pour le déjeuner et Machin n'était pas pressé d'y aller.
Il avait toujours détesté les repas en grand nombre, il préférait un tête à tête avec sa femme - ou sa maîtresse - ou encore avec sa bouteille de vin, plutôt qu'un long dîner fastidieux en compagnie d'individus dont il oubliait toujours le nom.
Mais il était trop bien éduqué pour le laisser paraître et, après avoir revêtu sa plus belle tenue de soirée, il s'efforça d'accrocher un sourire à ses oreilles. Il descendit ensuite dans le salon pour retrouver ses invités, souriant par devant en priant secrètement pour qu'ils ne s'attardent pas. Il aurait pu trouver une idée pour les faire fuir, en prétextant un problème familial ou un décès à l'autre bout du monde mais il choisit de feindre la politesse. « Ces hors-d'oeuvre sont vraiment hors du commun, ne trouvez-vous pas ? », plaisanta-t-il tout en évitant soigneusement leurs regards ébahis. - Oui, enfin, cela manque tout de même un peu de sel! se permit un des convives avec une petite moue.
Du manque de sel, du manque de poivre, du manque de goût, décidément ses invités étaient un peu trop intransigeants ! Le genre qu'on a envie de foutre à la porte, et fissa.
Il ne s'en priva donc pas, pieds aux fesses à l'appui ! Puis, sans attendre, il s'enfuit en courant. Le vent dans ces cheveux était très agréable et lui rappelait… les fois où il faisait du vélo à fond les ballons dans la descente, pour rejoindre sa petite amie de l’époque.
D'ailleurs, il avait toujours aimé cela, courir et faire du vélo. Le vélo lui permettait de sentir le vent frapper son visage et ses cheveux, il adorait cette sensation. Ca lui rappelait quand il était plus jeune, quand ils partaient voir la mer dans la voiture de Grann, cette auto rose bonbon avec une vitre bloquée qui cahotait sur la route. Ils se battaient pour être assis du bon côté et pouvoir passer leur tête par la fenêtre de l'auto en criant toutes sortes de choses stupide aux passants comme par exemple : « Faut arrêter de confondre l'essence avec ton gel douche, papi, t'arrivera peut-être à avancer ! »
Dépité, l'ancien descendit de voiture et regarda les bulles de savon s'échapper du pot d'échappement avec un air de profonde incompréhension. Antioche ne croyait pas à la magie, mais là il aurait bien était tenté de croire que quelqu'un lui avait lancé une malédiction, cependant passé ces quelques minutes de doutes son esprit rationnel repris le dessus ça ne devait être qu'une mauvaise blague. Une TRÈS mauvaise blague, mais une blague quand même.

Bidule avait toujours été farceuse et, parfois, elle oubliait que les meilleures blagues sont souvent les plus courtes. Sa nouvelle blague durait maintenant depuis 24h et sa famille et ses amis commençaient à en avoir leur compte car ses blagues étaient déjà trop longues quand elles ne duraient que le temps de dire quidditch. Alors le temps de dire anticonstitutionnellement, je ne vous fais pas de tableau ! C'était tout bonnement insupportable et tout le royaume cherchait un moyen de lui clouer le bec.
Ce fut le charpentier qui eut l'idée du siècle, elle consistait en... la création d'un petit chalet sur la colline la plus haute du coin, à la fois près du château mais suffisamment loin pour ne plus l'entendre, et avec une vue à couper le souffle.
Encore fallait-il espérer que ça lui coupe le sien aussi. L'effet ne fut que de courte durée. Réalisant qu'elle était entourée d'autres êtres vivants, elle s'évertua à leur raconter des blagues et alors, une chose bouleversante se produisit : quelqu'un se mit à rire si fort à sa seconde blague qu'il manqua d'en mourir, s'effondrant sur le sol, incapable de reprendre son souffle.
A son chevet à l'hôpital elle se fit une promesse :  « Celle de ne plus faire de blagues aussi stupides ! »

Il tenait pas à mourir aussitôt, aussi jeune ... Tant pis s'il avait l'air triste et sérieux en permanence ! Souvent, les gens le prenaient pour quelqu'un d'antipathique ou de misanthrope, lui reprochant de ne jamais sourire, sans voir plus loin que son expression. Mais, à l'intérieur, c'était tout autre chose ! C'était le bordel, comme toujours, certains ont pour philosophie de vie une zennitude absolue, d'autres procrastinent, et c'est pourquoi on se retrouve avec ce genre de problème.
Mais ce genre de problèmes, aussi affreux et insurmontables qu'ils puissent paraître, avaient toujours une solution et il s'agissait à présent de la trouver. La solution fut difficile à trouver à son plus grand désespoir.
En réalité, elle survint au cours d'une discussion.Au cours de celle-ci, ses deux beaux-frères s'étaient écharpés sur le meilleur vin parmi ceux qu'ils avaient amenés, et les écouter s'insulter lui avait donné une très bonne idée pour résoudre son problème. En effet, il suffisait de prendre l'une des bouteilles vides et de remplacer le "bon" vin par un autre d'une qualité médiocre. L'étiquette à elle seule suffirait à lui donner bon goût.
C'était le plan et tout le monde espérait sincèrement qu'il marcherait afin que le bougre prenne conscience de… l'importance des papillons de nuit dans la chaîne alimentaire.

C'est pourquoi ils avaient organisé cette rencontre dans l'obscurité la plus totale, dans un vieux moulin abandonné de la campagne hollandaise. La nuit était tombée, les lumières s'étaient allumées, mais toujours aucuns papillons, rien que des sales moustiques.
C'est alors qu'un homme encapuchonné s'approcha, un sac sur le dos et des lunettes d'aviateurs clouées sur le nez. (à l'envers évidemment. ) Alors qu'il partait en courant, l'homme se mit à lui courir après en hurlant "Monsieur, Monsieur !" mais il n'osa pas s'arrêter.
Il aurait dû pourtant, car l'homme était…tombé par hasard sur son porte-monnaie et voulait simplement le lui rendre.
Le vilain père Fouettard n'était pas d'accord avec ça. La gentillesse ne faisait plus partie de son vocabulaire depuis…que la mère Michel avait perdu son chat !

Image


Comme tous les chats, le chat de la mère Michel est un véritable opportuniste qui n'hésite pas à faire le malheureux chatounet affamé à la porte de toutes les maisons du quartier.
Et en bon père fouettard, il jette les chats opportunistes à coup de pied dans les fesses. Pas question de céder à la mièvrerie. Parfois, il aime bien les faire rôtir au barbecue. On dit que le chair de chat a le même goût que celle du lapin.
Père Fouettard ne saurait pas, il n'est pas assez inhumain pour manger du lapin. Et il rétablit l'équilibre, il y a bien trop de chats dans son quartier, un ou deux qui disparaissent ce n'est pas si grave, d'autant plus qu'il préfère sa tranquillité à des miaulements intempestifs.
Mais quand même ... Au bout d'un moment, le bruit commençait à lui manquer ! Parce que, habitué aux bruits des trafics, le silence lui semblait assourdissant. Il en avait les oreilles qui sifflaient. Ce qui était étonnant, c'est qu'elles ne sifflaient pas de façon stridente et désagréable comme elles l'auraient dû, mais il avait plutôt l'impression d'un air de rock sympa dans ses oreilles.
Un air qui lui rappelait étrangement la couverture du livre sur la guitare .. que sa grande tante Margerie lui avait offert a 8 ans alors qu'il ne savait absolument pas en jouer.
Il faut dire qu'apprendre la musique lorsqu'on est sourd, ce n'est pas ce qu'il y a de plus pratique. et ça tante Margerie ne l'avait pas compris. Pourtant, sa tante Margerie avait elle-même un jour fui son éducation pour rejoindre l'homme qu'elle aimait. Comment ne pouvait-elle pas la comprendre ?
Mais non, Margerie aussi se joignait au groupe des "bien pensants" mené par sa mère, à la maintenir dans la maison de force et lui faire la morale en continu.

Alors, faute d'allié, elle décida de prendre la fuite. Elle marcha longtemps sur ce chemin boueux. Elle avait du mal à avancer tant ses pas se faisaient de plus en plus lourds … Il n'y avait pas que ses pas, ses paupières aussi s'alourdissaient, lui rappelant qu'elle n'avait pas dormi depuis un long moment. Combien de temps allait-elle tenir debout ?
Elle finit par s'arrêter et par se trainer au pied d'un arbre. Sortant une couverture de son sac à dos, elle s'enveloppa tant bien que mal dedans et s'endormit. Les étoiles la regardèrent, la surveillèrent et dans ses rêves, la jeune femme les attrapait, les faisait courir entre ses doigts et les enfermait dans ses poings.
Même si techniquement tenir une étoile dans un poing peut s'avérer douloureux, elle aimait regarder la lumière lui couler entre les doigts, à l'image de l'eau et des fées de légendes dans les mains des marins.
C'est pour cela qu'elle était toujours la première à vouloir sortir les charbons ardents des barbecues estivaux. Après tout, quand on peut supporter la douleur de tenir une étoile dans sa main, les charbons, c'est de la gnognotte… Et puis ces pauvres petits, ça la rendait malade de les voir disparaître au cours du barbecue.
C'est pourquoi, au plus grand malheur de ses parents, elle tentait systématiquement de leur rendre leur liberté. Mais à essayer de se cacher sans cesse, on finit par commettre des maladresses et elle se fit ainsi surprendre en pleine tentative de remise en liberté.
La police l'arrêta. La justice la condamna. Elle pleura lors du procès, exprimant ses remords. La sentence tomba. Elle passa le reste de ses jours en prison en regrettant ses actes et c'est là qu'elle le vit pour la première fois …

Une énorme chenille bleue qui fumait la chicha. La chenille chantait et marmonnait...que dans son temps, on avait du respect pour ses aînés, contrairement à aujourd'hui où les limaces se faisaient passer pour elle.
Et parlons-en des limaces! Depuis qu'elle avait remarqué cette bizarrerie, elle avait l'impression d'en voir même dans... les yeux de sa sœur ! Comme si son cerveau en était rempli. Un cerveau rempli de vide, un vide à quatre temps.

Comme une valse dont on bat la mesure, délicatement, avant de se rendre compte qu'il n'y a personne autour de nous et que notre esprit a, une fois de plus, sombré dans les méandres de sa folie.
Alors il s'assit dans son fauteuil club défraîchit par les années, se servit un verre de bourbon, et alluma une cigarette. La fumée lui monta aussitôt à la tête et il vit… le fantôme de sa femme disparue, dans des circonstances mystérieuses il y a plusieurs années.
C'était ce qu'il voyait à chaque fois qu'il fermait les yeux. Il n'en dormait plus. ça le rendait fou !! Où était-elle ?
Elle était simplement partie un matin, en l'embrassant et en lui disant ... Je vais acheter une baguette moulée pas trop cuite et des chouquettes. Tu as envie de chouquettes ? C'est bon les chouquettes, mais par contre je préfère les… chaussons aux pommes, j'en ramènerai un pour Harry.

C'est ce que j'ai pensé en prenant l'avion en direction de Paris, la ville lumière. "Pourquoi prendre la peine d'attendre quatre heures dans une salle d'embarquement quand on peut prendre un Portoloin international ? Tout ça pour ne pas voyager sous le radar du Ministère..." qui se mettrait immédiatement à ma recherche, je suis traqué depuis que j'ai trempé dans ces sales affaires de... trafic de pingouin !
Pourtant Marcel m'avait prévenue, ça ne tourne jamais bien avec ces bestioles. J'ai insisté, et ça m'a explosé à la figure. Au sens propre comme au figuré d'ailleurs !

Mais de toutes façons quand on s'appelle Seamus on ne peut pas vraiment espérer autre chose ... que d'être bon en maths et aimer calculer un cosinus. Surtout qu'il avait fait un BAC S à l'époque et pensait qu'il pourrait être le futur James Bond, son jeu d'acteur n'était pas si mauvais, et pourtant il avait tout perdu.

Son ours en peluche dans un premier temps, puis son chien, cela avait été le début de la fin pour sa carrière. Il avait beaucoup pleurer et, parfois, la nuit, il cherchait sa jambe !
Être unijambiste le mettait souvent dans des situations cocasses, surtout la fois où .. il avait réveillé un nid de guêpes et où la seule solution s'était avérée de fuir. Chose bien sûr rendue difficile voire impossible en raison de ces fourmis qu'il sentait dans sa jambe depuis plusieurs minutes, à s'en demander si elles n'étaient pas réellement sous sa peau comme les scarabées du film qu'il avait vu la veille. Ce film qu'il s'était pourtant juré de ne jamais revoir, pas après en avoir cauchemardé pendant des années.

Mais aujourd'hui, tout était différent, surtout depuis ... qu'on lui avait expliqué que les fantômes existaient réellement. Depuis, il n'arrivait plus à dormir du tout.
Dès qu'il entendait un grincement quelque part, il avait peur de voir surgir une silhouette éthérée, les bras écartés comme pour l'enlacer dans un dernier baiser glacé. Et il avait raison d'avoir peur, car quand il était enfant, sa maison familiale avait été hantée par un tueur en série et lui-même avait fini par être assassiné dans le jardin. C'est pourquoi... ils avaient fait appel à une structure privée de sécurité et installé des robots chiens à chacun des coins du petit jardinet.
Mais ils n'avaient pas prévu que… ce seraient des robots chats qui viendraient les affronter. Le combat fut terrible et, au terme de quelques heures, il ne resta que quelques rouages éparpillés aux dans l'herbe roussie, que quelques mouettes se precipiterent de ramasser pour aller s'en faire un nouveau nid au bord de la plage.


Elles étaient belles ces mouettes et Machin aurait bien aimé savoir voler comme elles. Mais Machin n'avait pas d'ailes, alors il lui était impossible de voler. Juste en rêve.
Ce qui tombait bien, d'une certaine façon, car il rêvait beaucoup. Il rêvait en dormant, évidemment, mais parfois aussi dans la journée, à partir de ce que lui disaient ses interlocuteurs ou de ce qu'il voyait.
Oui, on pouvait dire qu'il trouvait à rêver sur tout et n'importe quoi, dommage que lui n'était pas du genre à vendre du rêve. Mais plutôt à vendre des savonnettes, au lait d'amande et au doux parfum cannelle. Il se levait chaque matin pour les concevoir dans son atelier en front de mer, jusqu'au jour où...l'atelier explosa.
Il fallait dire que son ami, Seamus Finnigan, lui avait rendu visite et avait apporté quelques améliorations à ses recettes. Il aurait dû s'en douter, c'était une habitude lorsque Seamus venait alors pourquoi avait-il pensé que ce soir serait différent ?
Il avait voulu garder espoir et n'avait pu croire que son ami était encore un cas désespéré. Pourtant, il devait se rendre à l'évidence. On ne naissait pas égaux, c'était un fait.

Et heureusement, sinon Drago Malefoy n'aurait su sur quoi fantasmer. Il avait besoin de se sentir supérieur et n'aurait pas trouvé comment gonfler son égo si tout le monde naissait égaux. Surtout que depuis qu'Hermione avait osé le gifler, il ne rêvait que de pouvoir a nouveau sentir sa main contre sa joue et pourquoi pas, également un peu plus bas.
Mais on a dit qu'on gardait un rating safe sur ce texte, alors Hermione ne raconterait pas la suite de ce rêve. Personne n'avait besoin de connaître les détails de sa vie privée ou de ses fantasmes les plus obscurs, les plus inavouables.
De toute manière, il était peu probable que cela soit pris au sérieux alors autant garder ça dans son jardin secret ...Ce jardin si secret dans lequel elle n'avait laissé que peu de personnes entrer.
Cédric Diggory faisait partie de ses petits chanceux. Il avait pu entrer dans le Tournoi d'où il retirerait sans aucun doute un glorieux prestige. Jusqu'à ce que l'irréparable survienne brisant le coeur d'Hermione et de tant d'autres personnes qui l'admiraient, qui l'aimaient.

C'est ce qu'avait fait Maugrey Fol Oeil en mourant… briser le coeur de la pauvre petite Nymphadora Tonks qui voyait en lui le plus grand des mentors, un père, presque. Sans Remus pour l'épauler, elle se serait certainement écroulée de chagrin.
Ce fut d'ailleurs au cours d'une de ces soirées de réconfort qu'elle craqua et avoua à Remus qu'elle voulait l'embrasser. Son désir le plus profond était d'ailleurs de le faire alors qu'il était sous forme de loup-garou. Mais Remus tint bon et refusa toujours ! Avant de se transformer en loup-garou, il transplana plusieurs fois pour être sûre de ne pas être suivi … par une licorne à pois vert.
Sa petite amie l'avait envoyé afin d'assurer sa sécurité. Elle voulait vite le revoir et s'imaginait déjà dans ses bras poilu un soir de pleine lune. Elle adorait tresser ses poils et y mettre de petites perles. Les poils ne l'avaient jamais dérangée, elle y trouvait même un air rassurant. C'est pour ça qu'elle allait l'embrasser lorsqu'il serait transformé en loup-garou. Peut-être, cela ferait ressortir le sorcier en lui. Et plus si affinités ! ce qu'elle fit, un soir de pleine lune, Remus avait pris double dose de potion tue loup, et même s'il aurait la nausée le lendemain, au moins il ne serait pas dangereux.
Elle lui déposa un baiser sur la truffe humide et le loup disparut pour toujours. Il restait là, enfoui bien au fond, mais ne prenait plus le dessus. Remus redevint un homme à part entière, juste un peu plus sauvage que la moyenne. Le baiser avait agi sur lui comme ceux des princes dans les contes moldus. La seule différence était...qu'il lui arrivait encore d'hurler à la lune certains soirs et de sursauter quand il croisait quelqu'un armé d'un pot de miel au petit déjeuner, mais c'est une autre histoire, je m'égare, qu'il ne faut pas raconter parce que.... ça colle quand même vachement, le miel !
Heureusement, ça pouvait servir à autre chose que des tartines. Il aimait s'en mettre sur tout le corps. Ça attirait les abeilles et la sensation était fort agréable. En revanche, à ôter, c'était une toute autre affaire! Mais au moins, il y gagnait une épilation à moindre coût. Sa pauvre esthéticienne...perdait des cheveux à chaque fois qu'elle lui arrachait les poils. Lui lancer ce sort était le seul moyen qu'il avait trouvé pour qu'elle arrête de vouloir à tout prix l'épiler. Il aimait ses poils, que diable ! Ça ne le prémunissait pas contre la teinture, par contre.Elle lui en avait plus d'une et il s'était une fois retrouver avec les poils rouges. Étrangement, elle avait aimé ça et n'avait cessé de murmurer blotti contre lui :"Go GRYFFONDOR!" Et elle, elle adorait les Gryffondors.

Déjà du temps de Bill Weasley, le dragon rugissait fort que le bruit couvrait les cris de plaisir de la jeune femme alors qu'elle dégustait ces friandises venues directement des cieux. Elles étaient si délicieuses et fondaient sous la langue.
Elle ne comprenait pas bien pourquoi des flocons de neige lui semblaient si délicieux, mais au moins ce jour-là c'était facile de s'en procurer. Cependant, il semblait que son voisin se pose des questions en la voyant la bouche ouverte et la tête en l'air.
Et il avait matière à s'en poser! Pas un jour ne passait sans qu'elle ne fasse quelque chose d'étrange. Comme par exemple, ce truc avec ses chaussettes. Ce jour là elle avait décidé de se les accrocher aux oreilles, ainsi elle trouvait qu'elle avait une tête d’elfe.

La serpillère surtout, qui lui donnait l'occasion de partir explorer la maison et espionner les conversation des adultes avec une excuse toute faite. Mais un matin de début d'été, elle avait entendu quelque chose qu'elle n'aurait vraiment pas du entendre, quelque chose qui avait modifié le reste de son existence : de maison. Petite, elle rêvait d'en être un et passait son temps à faire la vaisselle et passer la serpillière. Ces deux passions ! Son père discutait à voix basse derrière le rideau de la salle à manger. Il semblait inquiet et tenait les mains de sa femme dans les siennes. "J'ai peur de sa réaction." disait-il. "Crois-tu qu'elle m'aimera toujours quand elle apprendra que je suis un corbeau transformé en homme ?". Son épouse lui sourit et l'embrassa délicatement. "Tu es le meilleur père, le meilleur époux qu'on puisse rêver. Bien sûr que notre fille t'aimera toujours, mon amour." Ils se dirigèrent donc vers la chambre de la jeune fille, afin de lui dire la vérité. Cependant, ils eurent la fâcheuse surprise de trouver la chambre vide avec la fenêtre ouverte et deux plumes noires sur l'oreiller. D'où venaient-elles donc ? Comment avait-on pu pénétrer sa chambre et en ressortir sans qu'elle ne le sache ? Elle avait dû s'endormir sans s'en rendre compte, fatiguée qu'elle était par ses interminables journées passées à aller et venir aux quatre coins de la ville.
C'est au milieu de la nuit qu'elle aperçut finalement la fameuse limace à son effigie qui était revenue la hanter! Cette fois-ci, elle ferma les yeux et visualisa un corbeau. Si son père en était un à l'origine, cela voulait peut-être dire qu'elle pouvait en devenir un au besoin. Il suffirait ensuite qu'elle mange la limace et sa peur s'envolerait.
Mais elle peinait à regarder la limace tant elle en avait horreur. Son aspect gluant, caoutchouteux... sa bave... Cela lui donnait envie de… vomir. Elle détourna le regard, ferma de nouveau les yeux et se concentra.
Il ne fallut pas longtemps pour qu'elle sente des frémissements dans tous son corps. Quelques minutes plus tard, elle était devenue un corbeau. Elle était habituée aux transformations, mais elle redécouvrait à chaque fois ce sentiment de liberté qui parcourait chaque parcelle de son corps d'oiseau, comme si rien ne pouvait l'arrêter. Elle s'élança, goûtant la réactivité de ses muscles tandis qu'elle fendait les airs.
Ces sensations étaient nouvelles pour elle et elle se demandait comment elle avait pu s'en passer durant les 16 premières années de sa vie. Finalement, le secret de son père avait du bon, grâce à ça, elle pouvait devenir un magnifique corbeau.

Cependant, corbeau ou humaine, certaines choses ne changeaient pas. Alors qu'elle passait près d'un arbre visiblement très convoité, elle se fit siffler par de jeunes corbeaux, l'un d'eux allant jusqu'à la poursuivre presque jusque chez elle. Agacée, elle reprit forme humaine et jeta des étincelles avec sa baguette dans l'espoir de faire fuir ce malotru. Malheureusement pour elle, cela eut l'effet inverse. La créature se mit à danser en croyant à un feu d'artifice personnel. Et quelle danse, elle attira tous les regards par ces mouvements élégants. Si cela n'avait que les regards, elle avait bien l'impression à mesure qu'elle progressait sur la piste de danse, qu'on la dévorait littéralement.
Paniquée, elle ralentit ses pas et découvrit avec horreur que des souris étaient en train de lui manger les orteils. Elle poussa un cri horrifié. Mais malgré ses hurlements et ses gesticulations, les rongeurs poursuivirent leur basse besogne, rongeant sa chair et dévoilant ses os. Une affreuse douleur la fit s'évanouit, malgré elle. Sa dernière pensée fut pour ses parents qui allait perdre leur fille bien aimée.

Le destin faisait parfois si mal les choses, à emporter les personnes les plus pures en premier. Enfin pur, elle avait plus d'une fois causée des ennuis, mais personne n'en parlerait lors de ses funérailles. Il était mal vu de dire du mal des morts. Elle même avait dû réécrire trois fois son discours pour l'enterrement de son père, réprimandée à chaque fois par sa mère parce qu'elle était trop négative. Pourtant, elle s'estimait plutôt positive si on comparait à ce qu'il lui avait fait vivre. Mais là, elle était juste morte donc elle ne pouvait plus rien faire. Elle observait son corps dont il ne restait visible que les os.
Elle était devenue un spectre, un fantôme. La situation était complètement ahurissante mais en même temps si fascinante. La forme de ses os, leur couleur, cette chair qui avait disparu.
Qu'était-elle devenu ? La mort avait une saveur si spéciale. Ses pensées se tournèrent vers ses parents et, sans même se forcer, elle se retrouva dans leur maison, sa maison d'enfance. Ses parents semblaient inquiets, ils ne devaient pas encore savoir pour son décès. Les sirènes bleues et rouges reflétaient sur les vitres du voisinage, les policiers se tenaient près de ma mère, ils lui posaient des questions.
on père, regardait dans le ciel et se prit une déjection de goéland sur le nez. Décidément, il y avait des jours comme ça... « Chérie, où est mon fusil? » Il allait lui détruire la plume, à cet oiseau de malheur, si bien qu'il le revendrait empaillé ! Sauf qu'en visualisant la scène, il trouva que l'afficher dans son salon lui plaisait encore mieux ! Entre le divan et le vieux fauteuil de sa grande-tante Ernestine-Brigantine, ce serait parfait! Tout le monde pourrait l'admirer.
Aussitôt pensé, aussitôt réalisé, le voici levant son marteau… Et le voilà parti à briser cette foutue statue d'un gobelin laid - de toute façon, ils le sont tous. Quand il a fini, il appelle sa grande tante pour lui montrer les dégâts, un air innocent sur le visage, et le marteau caché dans son dos. Bim ! Prends ça dans ton pif, tata ! Mais à peine le marteau entre-t-il en contact avec son visage qui se change en confettis. "Quelle est donc cette sorcellerie ?!" grogne-t-il avec agacement.
C'est à ce moment là qu'une toute petite sorcière sort de sous le divan et se met à hurler des injuries et des grossièretés.

Le clergé ne l'avait pas habitué à de tels propos, et il se demandait comment réagir face à tant de vulgarité. Après mure réflexion, le bûcher semblait être une option plus qu'acceptable.
Alors on y jeta Jeanne d'Arc ! “Puisque vous ne m'avez pas crue, vous m'aurez cuite !" s'exclama-t-elle, agacée.
Sa couverture grillée, elle bouillonnait intérieurement. Elle avait chaud !! Vraiment faire un feu de camp juste à coté de son duvet, c'était vraiment une mauvaise idée. Il y avait un risque d'incendie à prendre au sérieux et elle redoutait de mettre le feu à tout ce qui l'entourait à cause d'une erreur d'inattention. Ce serait vraiment trop bête, même si au fond d'elle, elle s'en fichait pas mal. Il n'y avait rien à dire, rien à faire.

Leur histoire était terminée, et c'était sa faute car… elle n'avait pas su le retenir, elle avait laissé le fossé se creuser entre eux, à coup de silences et de doutes, sans poser des mots sur leurs maux. Ce n'est qu'une fois qu'il fut parti qu'elle réalisa vraiment, mais il était trop tard.
Elle était seule, avec sa fille et ses dettes. Elle ne savait pas quoi faire mais une chose était certaine, elle devait vite se reprendre ne serait-ce que pour le bien-être de sa fille.
Celle-ci la regardait parfois avec un air interrogateur, se demandant ce qui pouvait bien provoquer les larmes de sa mère. Etait-ce encore une dispute parentale, comme à l'accoutumée, ou une mauvaise nouvelle était-elle en approche ? Elle n'en savait rien, mais l'adrénaline en était d'autant plus forte. La mort n'était plus qu'une possibilité lointaine.
Elle n'était plus mortelle depuis quelques années, le temps n'avait plus d'emprise sur elle. Et ça mettait sa soeur dans une rage folle, elle qui commençait déjà à perdre ses dents. La génétique est injuste.
Déjà qu'elle devait se coltiner la migraine familiale... il ne manquait plus que l'arthrose précoce dans ses hanches pour être heureuse. Leur frère, par contre, avait gagné le gros-lot dans la loterie génétique. Un vrai dieu !

Des cheveux noirs jais, des yeux bleus océan, une carrure naturelle qui n'avait rien a envier aux sportifs, une prestance .. ah si seulement il n'avait pas lui aussi eu une certaine tendance à couper le petit doigt de pied de chacun de ses amis pour éviter que ceux-ci ne se le prennent dans le coin d'un meuble !
Il en avait une quantité phénoménale, et il avait été approché pour participer à une collection de bijoux, on ne le dira jamais assez, mais les collier d'orteils reviennent à la mode. Surtout les orteils de trolls, qui, correctement préparés, sont magnifiques en parure. Je me souviens en avoir vus autour du cou gras d'une cousine éloignée de ma mère lors de la fête de fin d'année du lycée, j'y étais allée avec ma meilleure amie, on était parties à 22h parce qu'il n'y avait pas d'ambiance. Et surtout, il n'y avait pas d'alcool.
Il n'avait donc pas fait long-feu. Ce fut en quittant cette fête morose qu'il vit que sa mère était derrière lui, elle l'avait suivi tout du long et maintenant elle s'apprêtait à dire qu'il n'avait plus besoin d'elle et qu'il était temps qu'elle vadrouille vers d'autres contrées, réaliser ce rêve de jeunesse qu'elle n'avait jamais pu, ne serait-ce qu'effleurer.
Retrouver le chat de la mère Michelle c'était son objectif à présent, car elle en avait assez de la pauvre mère Michelle qui ne parlait que de son chat perdu. Aucune conversation, cette voisine. Alors, qu'elle, elle en avait.
D'ailleurs… les Aristochats le lui disaient régulièrement, qu'elle en avait, de la discussion ! Si ça, ce n'était pas une preuve ! Tout le monde sait que les Aristochats s'y connaissent en matière de conversation ! Après tout, ils s'endorment à des heures indues après avoir refait le monde ! Ils aimaient ces moments qui n'appartenaient qu'à eux, hors du temps et du monde, entre leurs mots et leurs maux doux et amers. C'était une liberté sans prix.

Une liberté qu'ils défendraient bec et ongle contre l'envahisseur prussien. Depuis que la guerre avait démarrée il y a plusieurs mois déjà, plus rien n'était pareil. Le soir, ils les entendaient frapper à la porte et alors ils seraient les dents attendant. Ils avaient peur de tout : des coups frappés aux portes à n'importe quelle heure, des articles de journaux qui étaient franchement alarmants, des amis qui disparaissaient sans donner de nouvelles… et surtout du monsieur super bizarre qui les regardaient passer avec un petit air pervers tout en triturant sa dent de requin.

Bigorneau ! Reviens a la maison tout de suite, l'appela sa mère Lucile McBernick .. .. armée d'un martinet en cuire satiné et un sourire diabolique aux lèvres. Personne n'aurait voulu être à ma place du pauvre Bigorneau. Heureusement pour lui, Sac à main le crocodile, son fidèle animal de compagnie, lui offrir une diversion qui lui permis de s’échapper en se ruant sur la poule ! Qui fila chez les voisins en faisant cot cot cot.
Elle leur pondit un oeuf au milieu du salon, au grand désarroi de la voisine qui était vegan. Un oeuf de poule que la fameuse voisine, furieuse, s'empressa de glisser sous un hideux crapaud.
Elle fut bien surprise d'y retrouver quelques temps plus tard un basilic. Elle était persuadée que cela avait disparu depuis bien longtemps ! Mais elle n'eut guère le temps de s'attarder sur le sujet qu'elle tomba raide morte comme pour la punir … d'avoir mangé la dernière part de gratin de pâtes aux pommes de terre que Mamie Molly avait préparé en l'honneur de leur invité surprise.

Elle connaissait les goûts de tout le monde et se faisait un grand plaisir en partageant ses talents, même si elle regrettait de ne pas voir Arthur derrière les fourneaux. Ce que Molly ignorait, c'est qu'il s'y trouvait bien, mais uniquement lorsqu'elle ne pouvait pas le voir, car en lieu et place de cuisine, c'étaient les circuits électriques qu'il observait avec une douceur inouïe. Presque érotique, lui semblait-il. Il les caressait avec sensualité, comme s'il s'agissait d'une femme. Ses précieux, ses coussins de collection chéris. Certains doux, d'autres plus rugueux, mais tous uniques au monde.

Apparemment, il y avait bien trop de coussins dans sa maison mais il fallait bien trouver des petits coins de paradis pour ses animaux. Alors Norbert eut l'idée d'ensorceler sa valise pour que tous ses animaux magiques puissent y trouver leur havre de paix. Même Angus le chat noir, bien qu'il fut extrêmement malchanceux. Comme quoi, il ne fallait pas désespérer : à attendre son heure, elle finit par arriver.

Même si les cours de géo ébranlent cette certitude, sur le coup c'est difficile de croire que l'heure finira. Mais elle finit toujours. Le temps finit toujours. Il est le seul vainqueur de la vie qui s'arrête net et ne repars pas.
Être maître du temps était mon rêve, le rêve d'un fou heureux. C'est pourquoi je collectionnais les montres et les horloges et me délectaient des milliers de tic tac qui résonnaient dans mon salon. En plus, cela me procurait un moyen de pression lorsque des visiteurs venaient me voir et les encourageait à ne pas rester trop longtemps. C'est que je suis plutôt du genre misanthrope, mais pour ma défense, une fois j’ai réussi à inviter Severus Rogue à boire un café.
Il a paru plutôt surpris de mon Patronus mais…il le fut encore plus en voyant mon nouveau tatouage dans un endroit auquel lui seul avait accès.

- « Wahou, Black... » je ne savais pas que tu avais de si belles .. commença Rogue, les joues rougissantes, mais il fut interrompu par Sirius dont les yeux rivés vers le bas de son corps jusque lors se rivèrent dans les iris noires de Severus.
- « Les tiennes sont bien plus belles" assura Sirius, rougissant à son tour. Mais on n'est pas là pour les regarder, si ? »
Il se tourna en direction du placard de la salle de la bain à la recherche d'un rasoir, puis regarda à nouveau Severus, celui-ci tenait déjà l'objet et la jambe de Sirius dans ses mains. Il commença donc à utiliser le rasoir sur le mollet de Sirius, puis sur sa cuisse, puis plus haut. Un peu trop haut peut-être.
- aïe !! s'écria le Maraudeur. Le visage habituellement pâle de Severus vira au livide, son pouls s'accélérait à la vue de la goutte de sang qui perlait de la cuisse de Sirius.
- Sev .. tu te sens bien ?
Le maître des potions, devenu couleur cachet d'aspirine, commençait à suer à grosses gouttes et à tourner de l'oeil, sous le regard éberlué du Maraudeur en caleçon.
- Je savais que je faisais de l’effet, mais là tout de même, tu me fais peur Sev! C’est pas mon truc à moi, les gens inconscients.
Il lui mit une petite tape sur les joues, pour le faire rester avec lui, Severus rouvrit les yeux et son visage passa de blanc à vert, ses yeux s'écarquillèrent, il se redressa d'un coup .. et rendit son déjeuner sur la robe de Sirius
- OK… fit celui-ci très calme.
D'un coup de baguette, il referma la minuscule plaie sur sa cuisse, nettoya sa robe et..... s'attela à faire de même avec celle de Rogue.
- Retire-la, veux-tu. Je voudrais que tu évites de la salir de nouveau. Et, je pense également qu'une douche te fera le plus grand bien, indiqua-t-il en le tirant par la manche.
Trop mal pour riposter le maître des potions s'exécuta avec des gestes lents dûs à son état. Si il n'y avait pas eu le léger relent de vomi, Sirius aurait trouvé ça sexy. Severus était rouge de honte, leur rendez vous secret dans la salle de bain des préfets avait pourtant si bien commencé.
Pourquoi avait-il fallu qu'Evans entre juste à ce moment-là ?

- « Mon dieu, Severus ! » s'écria la jeune fille d'une voix perçante. "On peut savoir ce que toi et Black faites là ?" les deux bruns se regardent, gênés. Lily lève les yeux au ciel et dit "ne me dites pas que vous étiez encore en train de..."
- « Evans, ce n'est pas ce que tu crois », fit Sirius aussi sérieux que possible.
Il ne parvenait cependant pas à empêcher ses yeux de dériver vers Severus, qui déprimait une grimace à peine masquée. Mais malgré l'hilarité de son partenaire, Sirius percevait bien qu'une sorte de gêne teinté de remords s'était emparée de lui. Étaient-ils allés trop loin ?
Sirius fut pris de culpabilité face à la réaction de Severus. Sirius se demandait pour quelle étrange raison la culpabilité et Snape étaient si indissociable ces derniers temps dans son esprit agité.

N'avait il pas payé assez ses erreurs de jeunesse par ces années dans les abysses d'Azkaban? Pourtant sa fierté le poussait à repousser avec une violence presque adolescente ces sentiments nouveaux à l'encontre de son ancienne némésis. Mais les souvenirs étaient ils seul responsables de son incapacité à détourner ses yeux de la silhouette du sombre sorcier qui séchait près du feu de cheminé du salon du square Grimmaurd ?
Non, évidemment, même s'il refusait tout simplement de l'admettre, car… était-il seulement possible d'avoir de la neige alors que le soleil brillait et que le thermomètre affichait 38° C ? Bien sûr! Quelle question! Ils étaient dans le monde magique après tout.
Tout était possible. Oui, tout, même son improbable histoire avec ce serpent de Severus Rogue. Et d'ailleurs chacun de ses baisers lui faisait l'effet d'un bon bain chaud au milieu d'une tempête de neige.
"Je me demande ce qui lui, il ressent" se disait parfois Sirius. "Est-ce que c'est comme un bain glacé au milieu d'un tourbillon de flammes ? »
Il était sur le point de le lui demander lorsque… James Potter déboula dans la pièce, visiblement essoufflé comme s'il avait couru. Malgré son essoufflement il hurla : "NON NE FAIT PAS CA !"
Sirius se stoppa net, coupé dans son élan. Il était pourtant certain que Severus était d'accord pour … un plan à trois avec Peeves au milieu de la bibliothèque.

Madame Pince, alertée par ces quelques bruits étranges, s'en alla vérifier de quoi il en retournait ... mais n'était absolument pas prête à voir ce qu'elle voyait. Sans préavis elle s'évanouit devant cet enchevêtrement de corps humains et animaux, car...ils formaient un nœud de membres emmêlés les uns aux autres, qu'elle ne semblait pas être capable de défaire, aussi, devant la difficulté de la tâche, elle avait préféré sombrer dans les abysses.
Et il en fallait du temps, pour sombrer dans les abysses, d'autant plus que les escaliers ne se prêtaient pas toujours au jeu, mais elle s'était accroché et avait fini par rejoindre le cachots. Là-bas, elle frappa à la porte du bureau d'Argus Rusard, le concierge à l'air revêche si sexy. Qui d'ailleurs n'était pas seul. Hagrid, vêtu seulement d'un kilt lui tenait compagnie.
- Aaaaaaargus, minauda-t-il.
Il était vrai que le kilt lui seyait particulièrement bien, et il lui fallu réunir toutes ses forces pour ne pas descendre son regard et son imagination trop bas, tandis qu'elle lançait un sourire complice à Rusard.
- « Bon, Miss Teigne, tu n'as pas une ronde à faire ? » demanda Rusard en toussotant. C'est qu'il ne tenait pas à ce que sa chatte adorée assiste à ce qui allait suivre.
Miss Teigne s'en alla donc faire ton petit tour, suivant les ordres de son maître.

Elle croisa dans les couloirs quelqu'un qui fit ronronner son coeur, et se dresser ses petites oreilles ... un elfe de maison, vêtu d'un torchon qui se dandinait avec une corbeille de fruits. Il était si sexy qu'elle ne put s'empêcher de lui adresser un sourire évocateur, avant de l'approcher doucement et de se frotter avec tendresse contre son corps. Il poussa de petits cris, elle avait le poil si doux et soyeux.
Il aurait pu y plonger tout entier et s'y endormir pour des siècles. C'était vraiment sa carpette préférée... Ses poils étaient agréables sous ses pieds, fatigués de cette bonne journée de marche. Il avait vraiment bien fait de l'empailler.
De fait, le vivant le gênait, et c'était d'ailleurs pour ça que les personnes qu'il fréquentait le plus étaient des fantômes. Même s'il n'aimait pas le froid à leur contact.
Cependant, un jour, il rencontra la fantômette, qui fit battre son coeur plus fort qu'aucun vivant ne l'avait jamais fait. La vie de Peter était vraiment pourrie. Pas une fille vivante ne lui plaisait, il était obligé de chercher dans le défunt. Cela allait-il changer un jour ? Rien de moins sûr. Rien n'était plus certain … aussi certain que Sirius était amoureux de Severus depuis toujours, que Rusard et Hagrid aimait le folklore écossais et que Dobby aimait les êtres poilus.

En parlant d'être poilu... quelqu'un aurait-il vu Remus Lupin ? Tonks le cherchait depuis des heures, le sourire aux lèvres, pour lui annoncer la plus belle des nouvelles ! Elle avait trouvé de quoi renouveler son troupeau afin de satisfaire ses exigences en viande saignante ! Ils pourraient donc se mitonner un bon petit repas pour ce soir. Puis profiter de la soirée pour tester leur commande qui venait d'arriver par la poste moldue.
Choquée par tout ça l'auteur voulait se faire la malle mais prisonnière de la situation elle ne put que raconter la suite. Qu'il y avait-il donc dans ce carton ?
Il y avait dans ce grand carton, des pots de confitures de tous les goûts, toutes faites maison par sa grand-mère bien aimée. Et des jouets pour occuper les longues nuits d'hiver. Des jouets pour chien, évidemment, car Patmol aimait dormir au pied de leur lit ou devant la cheminée. Ce qui n'était pas le mieux niveau intimité, mais pouvait avoir son avantage dans certaines circonstances... Comme lorsqu'il faisait vraiment froid par exemple.

Evidemment, cela ne le satisfaisait pas toujours car rien ne le rendait plus heureux que la présence réconfortante des bras de Severus. Heureusement qu'ils se retrouvaient tous les deux en secret 3 nuits par semaine.
La réclusion avait vraiment rendu Sirius fougueux et plus aurait été mauvais pour l'intégrité du maître des potions. L'entendre hurler à la mort une fois par mois dans la cabane hurlante devenait difficile à gérer alors il avait investi dans quelques accessoires. Lorsqu'il les avait vus pour la première fois, Sirius avait souri comme il ne l'avait que rarement vu et s'était empressé de le rejoindre.
Attiré comme un aimant par eux, ces si chers amis ! C'est vrai qu'il s'entendait particulièrement bien avec les orteils de Severus, il leur avait même donné des petits noms. Bill, Charlie, Percy, George, Fred, Ron, Ginny... Un soir d'ébriété, Sirius s'était confié à Molly, enceinte jusqu'au cou. Quelques semaines plus tard, il avait découvert que son nouveau-né portait le nom du gros orteil de Severus.
C'était pour cette raison que ses célèbres pull de Noël, ressemblaient plus à des chaussettes qu'à des pulls.

De fait, elle avait une liaison dangereuse et secrète avec Dobby, qui était le seul à reconnaître son talent. Il y avait aussi eu Albus Dumbledore, mais lui préférait les beaux yeux de l'elfe de maison aux siens.
Elle vivait très mal ce triangle amoureux qui était un problème de taille, et son double décimètre en plastique vert n'y pouvait rien. Surtout depuis qu'il s'était fait mâchouiller par patmol .. elle n'y voyait plus les chiffres !
Comment mesurer son mari ainsi ?! C'était sur que le pull ne serait pas la bonne taille. Mais elle décida de suivre son instinct : au diable la précision ! Ce qui comptait, c'était que cela soit fait avec amour et tendresse, deux ingrédients qu'elle avait en quantité infinie.

Hermione passa des semaines à préparer le polynectar, mais à cause de l'amour et à la tendresse qu'elle éprouvait pour les bêtes un poil de chat se glissa dans la potion. Quelle erreur phénoménale, le mélange n'avait pas apprécié ce petit ajout imprévu et la réaction avait été nettement différente de celle attendue.
Sous l'effet des vapeurs, tous les deux perdirent immédiatement leur membre le plus précieux à leurs yeux. Leur jambe gauche évidemment !

- Je vous vois venir bande de petits chenapans ! leur avait hurlé Hagrid. Alors qu'il se débattait lui même avec un scrout à pétard ! "C'est leur jambe gauche qu'il faut attacher !!" répéta-t-il. “.. Ou arracher... Je n'en suis plus sûr. Il faudrait regarder dans un livre de recette " continua-t-il, pensif.
Nobert le regarda avec des yeux ronds. Comment ça arracher ?! Personne n'attachait quoique ce soit à ses créatures adorées ! Que quelqu'un s'en prenne à un être humain, passe encore, mais à un joli petit niffleur ou à un occamy ? Hors de question !
Lui-même avait pratiqué la torture à plusieurs reprises dans ses plus jeunes années, Mais il s'était vite lassé de ce genre de loisirs. Trop de cris. Ca lui donnait mal au crâne.
Aussi s'était-il abandonné à une activité plus calme et silencieuse : les puzzles. Mais très vite, il en eu marre de faire s'emboîter des pièces, en plus les puzzles magiques n'en faisaient qu'à leur tête ! Les chats se roulaient dans leur pelote de laine, ce qui modifiait sans cesse le dessin. Que pourrait il bien faire d'autre pour s'occuper ? Pourquoi pas des colliers de nouilles?
Ça plairait sans doute à Grindewald ! Qui sait, peut-être leur rencard avorté se verrait-il offrir une seconde chance ? Le collier de nouilles était un présent d'une valeur immense depuis des générations chez les centaures ; et, un soir où Mars était particulièrement brillant, Bane en avait fait présent à sa dulcinée, la douce et délicate Dolores Ombrage.
Leur amour avait été une évidence, qui avait pourtant ébranlé les convictions politiques de la belle Serpentard aux nœuds roses et aux "hum hum" ô combien séduisants, aux oreilles de Bane.

Un loup-garou et une Harpie en couple cela ne courait pas les rues. Pourtant, ça avait été le grand amour entre eux dès que leurs regards s'étaient croisés. Chacun s'inquiétait de voir le résultat d'une telle union : l'enfant deviendrait-il un loup ailé ? Nobert s'en réjouissait déjà : lui qui avait déjà étudié toutes les créatures aurait enfin quelque chose de nouveau à se mettre sous la dent. Bien évidemment, ça ne signifiait pas qu'il comptait le manger, seulement qu'il prendrait grand plaisir à l'étudier. Morceau par morceau, chaque parcelle du corps poilu serait passée au crible fin.
Oh, d'abord, il l'étudierait dans son environnement naturel, mais il était hors de question pour lui qu'il abandonne la partie anatomique de son étude ; et s'en suivrait ce qui devait s'en suivre. Il fallait passer par l'expérimentation pour faire avancer ses travaux, que cela plaise ou non. Quelques brûlures et morsures plus tard, Norbert était ravi, son plan fonctionnait à merveille.
Il était désormais à peu près sûr de pouvoir devenir un dragon-garou et d'accomplir son rêve le plus cher de couver un oeuf en or ! Avec ça, plus les oeufs d'Occamy, Norbert était sûr de pouvoir obtenir un emprunt auprès de Gringotts pour acheter une nouvelle valise, car l'ancienne était malheureusement trouée. La fiente de Phoenix !! Quel enfer ! En plus de puer la mort, ça trouait même le cuir ! Malheureusement, Norbert en faisait une collection sans nul pareil, car il comptait trouver dans leurs qualités pécuniaires un moyen d'acheter les salamandres dont les yeux le transportait.


Et voilà également la liste de réponse au mini-jeu sur les films !

Image

Spoiler
Show
Gifs :
Brooklyn 99 (série)
Scooby-Doo
Harry Potter (potions, le 5 ?)
Mort sur le Nil
Minions
Avengers 1
Hunger Games
Mary Poppins


Allusions :
Harry Potter (HPF à l’école de cuisine, Trelawney et lire le futur…)
La liste de Schindler (La liste de Ramsay)
Alice au pays des merveilles (non-anniversaires)
Justice League (passer le temps en prison)
Le Guide du voyageur intergalactique (se reposer après la destruction du monde)
Gatsby le magnifique (retrouver un amour perdu de vue)
Princesse malgré elle (apprendre à être une princesse)
La nuit au musée (Nuit HPF)
A tous les garçons que j’ai aimés (JR)
Mort sur le Nil (Qui est Qui)
Little Miss Sunshine (sélections)
James Bond (missions MP : un james bond différent à chaque fois ! Casino royale, Permis de tuer et Au service secret de Sa Majesté)
Da Vinci Code (épreuve 2)
Sherlock Holmes (épreuve 2)
L’histoire sans fin (épreuve 3)
Les aventuriers de l’arche perdue (épreuve 4)

Avatar de l’utilisateur
MadameMueller
Animagus non déclaré
Messages : 334
Inscription : 17 janv. 2017 - 18:23

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par MadameMueller » 22 oct. 2020 - 08:45

Bon, ben j'ai lu tout le cadavre, et ben ce qui m'a le plus choquée, c'est...
Spoiler
Show
la valse à quatre temps :shock:
Image

Sinon le reste, ça va :mrgreen:
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Eurydice
Chat-Pitre de la tribu de Dana
Messages : 861
Inscription : 22 juil. 2017 - 12:43

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Eurydice » 22 oct. 2020 - 09:24

J'adore ce cadavre exquis :lol: je suis fière de nous :mrgreen:

@MadameMueller je comprends tout à fait ce sentiment, une fois, ma prof de français nous a sorti une analyse de poème avec une valse à deux temps :peur: :lol:
Image

"Despair, or folly? It is not despair, for despair is only for those who see the end beyond all doubt. We do not. It is wisdom to recognize necessity, when all other courses have been weighed, though as folly it may appear to those who cling to false hope. Well, let folly be our cloak, a veil before the eyes of the Enemy!"
The Fellowship of the Ring, Tolkien

Avatar de l’utilisateur
Alena Aeterna
Cannibale nocturne
Messages : 4897
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Alena Aeterna » 22 oct. 2020 - 10:47

@MadameMueller , je ne crois pas me tromper en disant que c'était ma phrase :lol: J'ai pensé à la chanson de Brel "La valse à mille temps".
Image

Avatar de l’utilisateur
Selket
Vicieuse Organisatrice de Boules à Thé
Messages : 2983
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Topic à flood] Le salon de thé

Message par Selket » 22 oct. 2020 - 12:51

et n'oublions pas le magnifique poster de @Guette
Spoiler
Show
Image
Image

Répondre

Revenir à « Le vestibule »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité