De la longueur des chapitres

Page blanche, sources d'inspiration, créations de personnages,... Trouvez ici conseils et discussions autour de l'écriture et de la construction d'histoires !
Avatar de l’utilisateur
CapriceK
Pilote du Magicobus
Messages : 1318
Inscription : 12 sept. 2009 - 10:25

De la longueur des chapitres

Message par CapriceK » 06 févr. 2011 - 21:09

Voici un début de discussion que j'avais posté chez Fleury et Botts et qui a peut-être plus sa place ici:
CapriceK a écrit :J'écris une fic encore non publiée ici dont les chapitres font entre 6 000 et 9 000 mots. Tout le monde me dit que c'est trop long, surtout pour les deux premiers chapitres qui sont des chapitres de "présentations". On y découre le contexte, les personnages et les enjeux qui seront exploités tout au long de l'histoire. Bien sûr, à partir du deuxième, il y a de l'action (à proprement parler, c'est à dire que l'intrigue est lancée), mais le premier est vraiment une présentation générale (vous savez, le traditionnel poudlard express, répartition...).
Pour cette raison, j'hésite à couper mes chapitres en deux. Deux chapitres de "présentation" ne feront-ils pas plus fuir le lecteur qui se dira "oh, il se passe rien", plutôt qu'un long chapitre et le tout est bouclé? Je parle des premiers chapitres ici, mais je me pose aussi la question en général...
Taka a écrit :POur le premier chapitre :
Alors pour avoir connu cette situation : j'ai dû commencer RF avec deux chapitres de présentations qui sont encore considérés comme 'les plus mauvais chapitres de la fic" Sache que l'important est de ne pas endormir le lecteur.
Pour cela il faut varier les tons, les descriptions et patati, patata...(moi j'ai inséré des dialogues sortit de nulle part pour laisser le lecteur respirer). Mais, le mieux, c'est de les publiers tous les deux assez proches l'un de l'autre. Pas en même temps mais pas trop espacés non plus.

Quant à la question générale :
Ca ne fera pas fuir le lecteur. Un gros chapitre, c'est fatigant, il y a plein de choses à voir, à dire, à lire... c'est pas le mieux car ça peut faire fuir les lecteurs pas "affamé". On peut même penser que couper des chapitres "au risque de créer un moment lent" est une bonne chose : ça mettra l'action en valeur ! En fait, mettre plusieurs gros chapitres car ils ont de l'action est, pour moi en tant que lectrice, plus refroidissant que des chapitres moyens avec des "vagues" d'actions. Quand on a commencé à lire une fic, lorsqu'on tombe sur un chapitre "machin va boire un jus d'orange et truc fait ses lacets", on se dit "ah ? ça s'est calmé... je me demande ce qui va se passer ensuite", on n'abandonne pas la lecture comme ça. Bien évidemment, "ensuite", il faut la bonne dose d'action.

(et bien évidemment, tout est une question de goût)
J'espère avoir été un peu claire...
Hum... Je vois bien ce que tu veux dire, mais dans le cas de ma fic je ne sais pas si ça peut marcher. Mon premier chapitre ne contient pas beaucoup de descriptions à proprement parler (sauf une petite page au début)! Compliqué à expliquer^^". En fait il présente les persos, mais c'est surtout l'ambiance, le contexte, le... rah, je ne sais pas comment dire. Disons par exemple que tout ce qui est présentation passe par de l'action (par exemple la chanson du choixpeau ou des dialogues) mais du coup ce n'est pas de l'action passionnante. Comme c'est narré à la première personne, j'en profite pour présenter l'héroïne, son caractère dans toute sa splendeur etc...

Quant à l'action... Mes bêtas disent qu'en règle générale mes chapitres sont plutôt bien dosés, et comme c'est une histoire "de quotidien" dira-t-on, l'action en elle-même est plutôt posée. Ce qui fait qu'elle s'étale tranquillement dans le chapitre et que le couper reviendrait sans doute à couper aussi la compréhension du lecteur. Je ne sais pas si je suis claire non plus, du coup!



Je pense cependant qu'on peut élargir le dialogue, par exemple pour que chacun dise ce qu'il préfère lire, écrire, comment il définit un "bon" chapitre, si la longueur est un véritable critère et comment sont construits les chapitres.

Pour ma part, détestant les chapitres courts, j'ai du mal à en faire des courts (encore que cela dépende des fics. En règle général, si c'est de l'aventure, ils ne sont pas trop longs). Disons qu'un chapitre de 7 à 8 000 mots me convient tout à fait, en lecture tant qu'en écriture. Parce que voir des chapitres "cadavre exquis", je trouve ça assez rebutant. On vient à peine de commencer qu'on a déjà terminé. En plus, vu qu'on suit souvent plusieurs fics en même temps, c'est parfois difficile de se remettre dans le bain et de se rappeler de toute l'action. Un long chapitre permet de s'immerger. Non?

Remuslupin
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 793
Inscription : 21 sept. 2010 - 17:31

Re: De la longueur des chapitres

Message par Remuslupin » 06 févr. 2011 - 21:19

j'ai pour habitude d'écrire des chapitres longs aussi mais pas pour mes fics. je privilégie les chapitres de 1500 à 2000 mots à peu près pour éviter d'endormir le lecteur. et en règle général, je termine sur une ouverture pour un prochain chapitre.

j'ai toujours un peu peur que mes lecteur décrochent rapidement, alors je fais court et je ponctue avec pas mal d'action. par contre, j'aime bien lire des fics où les chapitres ont une certaines longueur (enfin, faut pas exagérer quand même). si c'est bien aéré, je pense qu'un chapitre un peu plus long peut tout à fait faire l'affaire.

après, c'est à ton propre style que tu fais appel. personnellement, j'écris pas mal dans l'action mais peut-être que tu préfères un peu plus psychologique ? Il en faut pour tous les goûts également.
"et pourtant je veux vivre, ou survivre, sans poème, sans blesser tous ceux que j'aime" Daniel Balavoine
"Quelle chance, aujourd'hui je suis amoureux de ma femme" Richard Anthony

Avatar de l’utilisateur
Mid-
Vigile à baguette du Ministère
Messages : 1759
Inscription : 13 mai 2009 - 17:28

Re: De la longueur des chapitres

Message par Mid- » 06 févr. 2011 - 21:43

J'ai très fortement tendance aux longs chapitres. J'ai une fic où je m'étais dit que j'allais essayer de faire des chapitres courts, mais d'en faire beaucoup (l'inverse de ce que je fais d'habitude), au début, ça allait, j'ai même réussi à ne faire que 1000 mots. Puis, ben, je suis peu à peu revenue à mon rythme habituel de 6000 mots par chapitres (en moyenne, car il y en a quelques un qui ont dépassé les 10 000). Conclusion: je suis un auteur à longs chapitres et je ne peux rien n'y faire!
Dernière modification par Mid- le 07 févr. 2011 - 01:06, modifié 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Eve
Petit Espigaou
Messages : 4384
Inscription : 05 févr. 2011 - 21:25

Re: De la longueur des chapitres

Message par Eve » 06 févr. 2011 - 22:07

Personnellement je pense que les chapitres longs ne rebutent pas les vrais lecteurs. Si c’est bien écrit et que les descriptions sont bien faites on accroche. Puis de toute façon un vrai lecteur sait que dans les longues fictions, les premiers chapitres sont des chapitres d’introduction permettant d’établir le cadre de l’action.

Je pense qu’il faut donc mettre toutes la description dans un seul chapitre. En effet un chapitre de peut pas se terminer où l’on veut. Il faut le finir à la fin d’une idée ou à un endroit propice pour l’effet de suspense.

Dans ton cas je pense qu’il vaut mieux faire qu’un seul chapitre, on ne peut pas couper en deux une présentation, surtout si c’est un narrateur interne.

C’est mon point de vue.
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Les Nerles
Elève de sixième année
Messages : 165
Inscription : 04 juin 2010 - 20:13

Re: De la longueur des chapitres

Message par Les Nerles » 07 févr. 2011 - 04:17

CapriceK a écrit :J'écris une fic encore non publiée ici dont les chapitres font entre 6 000 et 9 000 mots. Tout le monde me dit que c'est trop long, surtout pour les deux premiers chapitres qui sont des chapitres de "présentations". On y découre le contexte, les personnages et les enjeux qui seront exploités tout au long de l'histoire. Bien sûr, à partir du deuxième, il y a de l'action (à proprement parler, c'est à dire que l'intrigue est lancée), mais le premier est vraiment une présentation générale (vous savez, le traditionnel poudlard express, répartition...).
Je suis peut-être tordue, mais un chapitre d'ouverture de 6000 mots, ça me donne plutôt envie de m'abonner à la fic (pour peu qu'il soit bien écrit, ce dont je ne doute pas) ; selon moi, cela démontre une certaine volonté de complexifier les personnages et leurs relations, et donc cela me met en confiance pour la suite.

Si tu as peur d'ennuyer tes lecteurs avec un chapitre dans lequel il ne passe vraiment rien, la technique dite "du prologue accrocheur" me paraît une bonne pirouette : je ne parle pas d'un chapitre indépendant en tant que prologue, mais plutôt de cinq petites lignes au début du premier chapitre qui donnent un indice, en termes vagues mais intrigants, sur ce qui va se dérouler dans ton histoire. Ainsi, le lecteur est à l'affût alors qu'il découvre les personnages (du genre "haha, c'est peut-être à lui que la prophétie du prologue s'applique !"), et tu es certaine que ton chapitre n'aura un effet soporifique sur personne. En plus, c'est toujours chouette pour le lecteur de se dire, en plein milieu de la fic, "ooooh, c'est donc à cet événement que faisaient références ces cinq nébuleuses premières phrases !"
Je ne sais pas si je suis très claire, mais l'idée est là.
Dernière modification par Les Nerles le 18 oct. 2012 - 21:51, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Comptable chez Gringotts
Messages : 1037
Inscription : 24 janv. 2011 - 22:18

Re: De la longueur des chapitres

Message par Selsynn » 07 févr. 2011 - 09:43

Au commentaire précédent j'ajoute que si sur ce site Mme Rowling est une idole, c'est rarement au chapitre 2 qu'apparait la Répartition, et d'autant plus dans le premier roman de la série.
De même l'action générale du tome se fait longue à l'attente.

Je n'aime pas trop l'idée du prologue accrocheur, cela induit ensuite l'ensemble des écrivain à se dire que il faut absolument mettre un prologue dan une histoire.

Les chapitres peuvent être aussi longs qu'on veut. Pour preuve, il y a des fics' en drabbles que j'aime beaucoup, avec l'impatience de découvrir la suite, ce qui va être publié dans le suivant, mais il y a aussi des auteurs comme Crapounet, qui font des chapitre de taille générale entre 5000 et 20000 mots, qui sont un régal à lire.
Si vous ne connaissez pas, je vous conseille : fanfic-fr.net/fanfics/Livres-Romans/H/Harry-Potter/La-nuit-d-Halloween/33372/164002.html (l'une de ses rares qui soient tout public) J'ignore si elle a un compte ici.

Non, pour être sûr que le lecteur soit accroché, il suffit de faire un cliff-hanger (si ca s'écrit comme ça), c'est aussi une très bonne manière d'avoir des commentaires.
Il serait aussi agréable que nombre de fanfic' HP ne se limitent pas à l'école, les petits amis et les p^étasses qui essayent de piquer les petits amis.

Les parents sont là dès le départ de l'histoire, non ? Et les frères, soeurs ! Vous pouvez simplement envoyer un signal fort à votre lecteur, en disant : lis-moi, dans mon monde, il se passe des choses.

Au pire, si vous avez vraiment peur que le ecteur partent en courant, poste, et soyez patients, ceux qui partent a cause de mots en trop sot rarement des lecteurs intéressants ^^ Certes ce sont les plus courants, mais ne perdez pas espoir. Au pire, demandez à votre bêta. Il sera vous dire clairement si on s'ennuie ou pas dans votre histoire.

On écrit peut-être pour les lecteurs, mais c'est une utopie de croire qu'on écrit pour tous les lecteurs...

Avatar de l’utilisateur
Eve
Petit Espigaou
Messages : 4384
Inscription : 05 févr. 2011 - 21:25

Re: De la longueur des chapitres

Message par Eve » 07 févr. 2011 - 10:00

Selsynn a écrit :Au commentaire précédent j'ajoute que si sur ce site Mme Rowling est une idole, c'est rarement au chapitre 2 qu'apparait la Répartition, et d'autant plus dans le premier roman de la série.
De même l'action générale du tome se fait longue à l'attente.
Je suis d'accord avec toi, dans les romans l'action générale est généralement toujours vers le milieu, et je ne dis pas cela que pour Harry Potter mais pour de nombreux livres d'aventure.
Selsynn a écrit :Au pire, si vous avez vraiment peur que le ecteur partent en courant, poste, et soyez patients, ceux qui partent a cause de mots en trop sot rarement des lecteurs intéressants ^^ Certes ce sont les plus courants, mais ne perdez pas espoir.
Encore une fois d'accord, si on commence à ne pas vouloir lire une fiction parce qu'elle a trop de mots où va le monde !! Ces personne là, ce sont les même qui, quand elles vous voient arriver avec un roman de 1000 pages, vous disent "c'est tros gros ... comment tu fais pour lire ça ... t'as du courage ..." Non je n'ai pas du courage, j'aime lire et l'histoire m'interresse. Je pense que c'est pareil pour les fictions.

Et puis je sais pas vous mais moi je ne décide pas au milieu du chapitre si c'est trop long ou pas, si j'aime ou pas (à moins qu'il n'y ait trop de fautes de syntaxe et d'orthographe ...). Je le lis en entier et après je me décide à continuer ou pas. Et si c'est trop long on peut laisser une review pour le dire. Comme cela l'auteur le saura pour la prochaine fois.

Et si on a accroché à l'histoire mais que l'on a sauté quelques paragraphe parce que le prologue est trop long on peut toujours le relire encore une fois au calme, pas à la va vite entre deux devoirs.

Et puis il y a quand même beaucoup de lecteur qui ne sont pas rébutés par le nombre de mots. Tu n'as pas à t'inquieté ... du moins pas autant :D
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Les Nerles
Elève de sixième année
Messages : 165
Inscription : 04 juin 2010 - 20:13

Re: De la longueur des chapitres

Message par Les Nerles » 07 févr. 2011 - 16:16

Je n'aime pas trop l'idée du prologue accrocheur, cela induit ensuite l'ensemble des écrivain à se dire que il faut absolument mettre un prologue dan une histoire.
En quoi ? Ce n’est pas parce qu’il y a eu une fic dans laquelle Draco et Hermione batifolaient dans la salle de bains de préfets que… mouais, mauvais exemple.
Quoi qu’il en soit, ce n'est pas parce qu'un auteur utilise tel procédé que tous les autres se sentiront forcés de faire de même, si ? La preuve étant que Rowling, justement, a rédigé un premier chapitre accrocheur avant de sa lancer dans de longues descriptions de la vie d’Harry chez les Dursley, et que je ne vois pas pour autant énormément de prologues dans les fics que je lis.
Non, pour être sûr que le lecteur soit accroché, il suffit de faire un cliff-hanger (si ca s'écrit comme ça), c'est aussi une très bonne manière d'avoir des commentaires.
Le cliffhanger, ça fonctionne très bien lorsqu’il s’agit d’inciter le lecteur à venir lire les mises à jour. En revanche, dans la mesure où il se trouve, par definition, à la toute fin du chapitre, il n’encourage absolument pas les potentiels lecteurs à terminer le chapitre en question.
Au pire, si vous avez vraiment peur que le ecteur partent en courant, poste, et soyez patients, ceux qui partent a cause de mots en trop sot rarement des lecteurs intéressants ^^ Certes ce sont les plus courants, mais ne perdez pas espoir. Au pire, demandez à votre bêta. Il sera vous dire clairement si on s'ennuie ou pas dans votre histoire.

On écrit peut-être pour les lecteurs, mais c'est une utopie de croire qu'on écrit pour tous les lecteurs...
Sur ces points là, en revanche, je suis tout à fait d'accord. J’ajouterai que, en plusieurs occasions, j’ai retenté de lire des fics dont le premier chapitre ne m’avait pas suffisamment plu pour que je les suive en les voyant apparaître régulièrement sur la page de mise à jour. Je me dis “ah, dix chapitres, il doit s’être passé des choses, et puis l’auteur montre une certaine régularité dans la publication”.
Et puis je sais pas vous mais moi je ne décide pas au milieu du chapitre si c'est trop long ou pas, si j'aime ou pas (à moins qu'il n'y ait trop de fautes de syntaxe et d'orthographe ...). Je le lis en entier et après je me décide à continuer ou pas
Au contraire, personnellement, au bout d’une vingtaine de lignes, si je n’aime pas, je clique sur “back”. Je ne considère pas ma lecture de fics de la même manière que ma lecture de romans : le bouquin, tu l’as dans les mains, tu as plus ou moins déjà réfléchi au fait que tu allais le lire, et tu n’as pas tout simplement à cliquer sur un bouton sans te lever de ton siège pour en trouver des dizaines d’autres. J’ai l’impression que mon processus de décision pour choisir un roman est plus complexe, en gros, et du coup, j’aurai davantage tendance à « m’accrocher », même si les premier chapitres ne me plaisent pas. Après, je ne veux pas dire par là que j’abandonne une fic s’il n’y a pas un duel et des sorts qui fusent dès les vingt premières lignes. En revanche, si le style ne me plait pas ou si certaines idées me font déjà lever les yeux au ciel (« Hermione/Pansy/Dobby avait beaucoup changé pendant l’été »), eh bien je n’hésite pas à choisir un autre texte.
Dernière modification par Les Nerles le 18 oct. 2012 - 21:50, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Eve
Petit Espigaou
Messages : 4384
Inscription : 05 févr. 2011 - 21:25

Re: De la longueur des chapitres

Message par Eve » 07 févr. 2011 - 19:03

Les Nerles a écrit :En revanche, si le style ne me plait pas ou si certaines idées me font déjà lever les yeux au ciel (« Hermione/Pansy/Dobby avait beaucoup changé pendant l’été »), eh bien je n’hésite pas à choisir un autre texte.
C'est sur que dans ces cas là moi aussi je pars en courant :D

Ce que je voulais dire c'est qu'au bout de vingt lignes, à moins qu'il y ai d'emblé des idées que je n'aime pas comme ci-dessus, la fiction n'est pas encore posée, il peut y avoir des élèments qui me feront l'aimer.

Evidemnent, si au bout de ces vingt ligne, je me rends compte que Hermione aime Drago parce qu'elle le trouve changé et qu'elle est devenue une blonde au cheveux lisses, il y a très peu de chance, même aucune pour que je continue à lire.
Je suis folle mais pas à ce point :D
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Comptable chez Gringotts
Messages : 1037
Inscription : 24 janv. 2011 - 22:18

Re: De la longueur des chapitres

Message par Selsynn » 07 févr. 2011 - 21:43

Les Nerles a écrit :
Et puis je sais pas vous mais moi je ne décide pas au milieu du chapitre si c'est trop long ou pas, si j'aime ou pas (à moins qu'il n'y ait trop de fautes de syntaxe et d'orthographe ...). Je le lis en entier et après je me décide à continuer ou pas
Au contraire, personnellement, au bout d’une vingtaine de lignes, si je n’aime pas, je clique sur “back”. Je ne considère pas ma lecture de fics de la même manière que ma lecture de romans : le bouquin, tu l’as dans les mains (ou sur ton Kindle * kof *), tu as plus ou moins déjà réfléchi au fait que tu allais le lire, et tu n’as pas tout simplement à cliquer sur un bouton sans te lever de ton siège pour en trouver des dizaines d’autres.
Ah, mais il y aussi un autre facteur qui entre en compte; Je suis critique sur les texte que j'ouvre. (Je suis loin d'être fana du dramione, faut dire aussi)

Que l'histoire ne tienne pas la route on le découvre très vite, notamment avec le soin apporté à l'orthographe et la syntaxe.

Mais est-ce que cela veut dire qu'une histoire qui se tient, simplement est longue à démarrer, tu vas la quitter ? Je ne penses pas.

Pour ma part, je quitte une fanfic :
-> quand l'action devient absurde. Nous sommes loin de la problématique de ce post, car c'est justement le débat de l'absence d'actions dans les premiers chapitres...
-> quand le style(fond et forme) me sort par les yeux.

Le problème que je trouve aux chapitres de présentations, c'est qu'ils peuvent faire pavé. Et les pavés, c'est chiant à lire, surtout sur ordinateur !

Avatar de l’utilisateur
Eve
Petit Espigaou
Messages : 4384
Inscription : 05 févr. 2011 - 21:25

Re: De la longueur des chapitres

Message par Eve » 07 févr. 2011 - 23:01

Selsynn a écrit :Le problème que je trouve aux chapitres de présentations, c'est qu'ils peuvent faire pavé. Et les pavés, c'est chiant à lire, surtout sur ordinateur !
D'où l'intérêt de faire des courts paragraphes et de sauter des lignes, ça aérre le texte. Et puis je pense que si on aime bien le fond et la forme, même dans un chapitre de présentation, on se fiche de la taille des chapitres. Ce n'est évidemment que mon avis.
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Les Nerles
Elève de sixième année
Messages : 165
Inscription : 04 juin 2010 - 20:13

Re: De la longueur des chapitres

Message par Les Nerles » 08 févr. 2011 - 04:41

Selsynn a écrit : Mais est-ce que cela veut dire qu'une histoire qui se tient, simplement est longue à démarrer, tu vas la quitter ? Je ne penses pas.
Hum, en fait, ça dépend, mais oui, aussi superficiel que cela puisse paraître, ça m'est arrivé. A vrai dire, je me base énormément sur le résumé, dans ce cas là : si celui-ci décrit une action intéressante et intrigante (disons, au hasard, qu'il explique que les élèves vont retrouver Rusard assassiné dans une salle de classe), je vais continuer à lire avec plaisir parce que j'attends l'événement clef. C'est une peu sur ce principe que fonctionne l'introduction des Dix Petits Nègres : Agatha Christie peut se permettre d'écrire quarante pages de présentation des personnages pas franchement passionnante, parce que nous savons tous qu'à un moment donné, il y a aura un cadavre.

Le processus est assez similaire lorsque la fic a été recommandée : si une histoire est suffisamment accrocheuse pour que d'autres lecteurs la suivent et la conseillent, je me dis automatiquement qu'il y a de bonnes chances pour qu'il s'y passe des choses intéressantes, même si je n'ai pas immédiatement été séduite, donc j'ai tendance à m'accrocher plus volontiers.

Si l'histoire ne m'a été recommandée par personne et que le résumé n'a pas de "point d'accroche" particulier (au sens "un événement que l'on attend"), le dernier élément qui peut me pousser à poursuivre est le style ; mais pour le coup, je suis plus exigeante que d'ordinaire : je peux songer à certains auteurs de fics qui m'ont retenue par ça (entre autres, Dunne, Emiwyn), mais ils composent peut-être 7% des fics que je lis.

Donc oui, parfois, le résumé m'attire, je clique, et puis je laisse tomber à la moitié du premier chapitre parce que malgré un style propre, ben je m'ennuie, et qu'il n'y a rien de suffisamment précis dans le résumé pour me retenir. J'ai lu trop de fics dans lesquelles il ne se passait strictement rien dans ma folle jeunesse pour ne pas cliquer sur "back" et aller choisir une fic de ma liste "à lire" si d'aventure je venais à m'ennuyer.

Bon, ce post fait un peu "snipeuse de la colonne nouveautés", donc je vais tout de même préciser qu'il ne faut pas non plus un meurtre dès le premier chapitre pour retenir mon attention, hein. Un petit passage humoristique ou la présentation d'un personnage original/intéressant me suffisent amplement. Et en plus, si j'accroche à un chapitre et qu'il fait 6000 mots, je nage dans le bonheur.

Ah, et CapriceK, je n'ai pas lu ta fic et n'ai vu le résumé nulle part, donc je ne suis absolument pas en train de critiquer ton texte.
Dernière modification par Les Nerles le 18 oct. 2012 - 21:54, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Dark Ella
Stagiaire chez W&W
Messages : 854
Inscription : 29 janv. 2011 - 23:46

Re: De la longueur des chapitres

Message par Dark Ella » 08 févr. 2011 - 18:41

Agatha Christie peut se permettre d'écrire quarante pages de présentation des personnages pas franchement passionnante, parce que nous savons tous qu'à un moment donné, il y a aura un cadavre.
Je suis d'accord avec toi, personne n'aiment les début de roman où l'on présente le personnage avec les qualités, ses défauts, et ou l'on parle pendant des paragraphes entiers de son goût pour tel ou tel hobbies. Ce qui fait tenir le lecteur, c'est la suite. Que va-t'il se passer quand ces pages de présentation seront terminées?

On peut attiser la curiosité avec le résumé. Exemple : Un élève est retrouvé assassiné entre deux couloirs. Un meurtrier dans l'école?
On imagine bien que l'élève ne va pas mourir dès les première lignes. Un ou deux chapitres d'ambiance pour bien poser les bases de la nouvelle année, et là BAM! ^^

Sinon, une technique que j'aime c'est un peu à Twilight. Stephanie Mayer nous donne au début du chapitre quelques bribes d'un moment de suspense, juste de quoi nous tenir en haleine. C'est aussi ce qu'a fait Crapounette dans sa fic Les 17ans d'Harry Potter. Un prologue sur la fin, et le premier chapitre en "flashback" C'est une bonne méthode pour tenir en haleine et faire digérer les pavés d'introduction je trouve.

Avatar de l’utilisateur
CapriceK
Pilote du Magicobus
Messages : 1318
Inscription : 12 sept. 2009 - 10:25

Re: De la longueur des chapitres

Message par CapriceK » 11 févr. 2011 - 13:27

[quote="Selsynn]Il serait aussi agréable que nombre de fanfic' HP ne se limitent pas à l'école, les petits amis et les p^étasses qui essayent de piquer les petits amis.

Les parents sont là dès le départ de l'histoire, non ? Et les frères, soeurs ! Vous pouvez simplement envoyer un signal fort à votre lecteur, en disant : lis-moi, dans mon monde, il se passe des choses.[/quote]
Ma première scène se passe avec la famille justement. Mais parfois c'est dur de présenter toute la vie du personnage, dans une histoire il faut aussi faire des choix. Au final, cette bonne JKR a peut-être fait le choix de la facilité en tuant les parents de Harry et en faisant des Dursley une méchante famille: hop, plus besoin de s'inquiéter de personne pendant qu'il est à Poudlard! *sort*
eve1993 a écrit :Et puis je sais pas vous mais moi je ne décide pas au milieu du chapitre si c'est trop long ou pas, si j'aime ou pas (à moins qu'il n'y ait trop de fautes de syntaxe et d'orthographe ...). Je le lis en entier et après je me décide à continuer ou pas. Et si c'est trop long on peut laisser une review pour le dire. Comme cela l'auteur le saura pour la prochaine fois.
Oui mais c'est bien là mon problème, je crois bien que sur toutes les personnes qui ont lu, seules 2 ne m'ont jamais reproché la longueur... Surtout que les 2 premiers chapitres sont les plus longs de l'histoire, justement parce que je n'ai pas pu les couper faute de cliffhanger ou assimilés!

Le problème de la longueur des chapitres, c'est aussi que c'est fatiguant de lire sur ordinateur... C'est ça aussi qui me pose problème, parce que c'est ça qui décourage les gens je pense. Entamer une fic de déjà 100 000 mots, c'est plus dur qu'une fic de 10 000, alors que devant un livre, on est déjà fixé sur la longueur.

[quote:"selsynn"]Le problème que je trouve aux chapitres de présentations, c'est qu'ils peuvent faire pavé. Et les pavés, c'est chiant à lire, surtout sur ordinateur ! [/quote]
Qu'est-ce que je disais^^". J'ai deux pages de pavé sur les 11 que fait mon chapitre, c'est grave docteur?
Les Nerles a écrit :Ah, et CapriceK, je n'ai pas lu ta fic et n'ai vu le résumé nulle part, donc je ne suis absolument pas en train de critiquer ton texte.
Oh mais ne t'inquiète pas, je ne l'ai pas pris pour moi. Et puis de toute façon je ne nie jamais la critique dès qu'elle est constructive ;). Le résumé est dans ma signature, si ça peut te permettre de te faire une idée. Mais bon, nous sommes là pour parler de chapitres plutôt^^".

Je ne sais pas si beaucoup ont la même tendance que moi, à savoir lire le premier chapitre en diagonale avant de se décider à le lire en entier?

En tout cas vos commentaires m'ont un peu rassurée, je ne suis pas une alien! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
popobo
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2062
Inscription : 19 janv. 2011 - 10:41

Re: De la longueur des chapitres

Message par popobo » 13 févr. 2011 - 20:57

Je n'ai pas tout lu mais je constate que dans l'ensemble, ça dépend des gens.
Il n'y a pas vraiment de règle à mon avis.

J'avoue que je n'aime pas trop lire des chapitres trop longs car mes yeux fatiguent et ma concentration baisse rapidement. Mais encore une fois ça dépend de l'écriture, plus le texte est aéré et varié et plus la lecture est fluide et rapide.

Sinon pour ce qui me concerne pour l'écriture, quand j'ai commencé à écrire, mes chapitres faisaient environ 2000 mots et je me rappelle avoir eu une remarque comme quoi ils étaient un peu courts. (Et en plus j'en avais beaucoup...)
Pour mes fics suivantes, j'avais essayé de rallonger mes chapitres mais sans arriver à dépasser les 4000 mots.

Et pour finir, on sait bien qu'il peut y avoir des longs chapitres très bons et des plus courts beaucoup moins intéressants !

Avatar de l’utilisateur
Eliane
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2719
Inscription : 15 sept. 2008 - 20:34

Re: De la longueur des chapitres

Message par Eliane » 25 févr. 2011 - 11:33

Euh... Suis je la seule tarée qui, sur ffnet et hpf, fait le rapport nombre de mots sur nombre de chapitres avant de commencer à lire une histoire :mrgreen: ? Générallement, 3 chapitres pour 5000 mots, je lis pas, 3 chapitres pour 10 000 mots, je dis pourquoi pas, et 3 chapitres pour 20 000 mots, je fonce... Suis-je normale ?

En même temps, hum, les fics que je vénère sont générallement des fics longues que ce soit en nombres de chapitres (supérieur à 50) ou en nombres de mots (Les Portes, d'Alohomora, ont 28 chapitres pour 634 907 mots, soit une moyenne de 22 675.25 mots par chapitres :mrgreen: . Je :arrow: )
Image

Avatar de l’utilisateur
Taka
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2412
Inscription : 23 mai 2008 - 18:59

Re: De la longueur des chapitres

Message par Taka » 25 févr. 2011 - 12:11

Je pense que ce doit être un truc de S car je le fait aussi ce rapport. :mrgreen: (et aussi nombre de review/chapitres, lectures/chapitres, reviews/lecture... Vive les stats !)

Plus sérieusement, cette histoire de rapport, je le fais "en fonction" du genre de la fic. Par exemple, pour une pure romance, de longs chapitres me sembleront plus intéressants mais pour un truc épistolaire ou une comédie, je me réfugie plus sur les courts chapitres. (bien qu'il en existe des excellentes avec de longs chapitres)
Image
« So teach us things worth knowing,
Bring back what we've forgot »
http://www.ptite-ane.deviantart.com

Avatar de l’utilisateur
reveanne
Titulaire des BUSE
Messages : 125
Inscription : 19 mai 2009 - 14:39

Re: De la longueur des chapitres

Message par reveanne » 25 févr. 2011 - 17:27

Personnellement quand je lis sur écran, un chapitre de plus de 3000 mots me rebute car le scintillement de l'écran me fatigue les yeux, bon après si le texte est intéressant 20 000 mots ne me font pas (trop) peur.


Quand j'écris, je privilégie les chapitres courts, 1 500 à 2 000 mot en général. Mais je peux faire bien plus court (j'ai une histoire où le standard des chapitres étaient de 500 mots, une au standard de 1 000 mots) et parfois bien plus long (une au standard de 10 000 mots) En fait, cela dépend de la quantité de "description" et de l'ambiance du texte.
En général on me reproche beaucoup la taille de mes chapitres.

Pour les premiers chapitres, j'aime les débuts in média, être plongé de suite dans l'action.
Par exemple, voici un exercice d'atelier d'écriture sur les première lignes d'un texte, avec comme consigne de présenter l'action, les personnage et les lieux en 5 phrases... (bon, là c'est raté, il y a 6 phrases):
"Il avait tiré.
Lilia Johnson n’eut même pas le temps d’avoir une dernière pensée, ni pour elle, ni pour ses parents ni même pour son frère Trevor, juste le temps d’un regard à sa meilleure amie Mya qui était recroquevillée sous une table à quelques mètres d’elle. L’odeur écœurante du sang se mêla à celle de la craie, de la poudre et de la peur. Mya ne put retenir plus longtemps un hurlement de terreur.
Dehors, les médias titraient déjà : « Greenwood Hight, lycée d’une petite ville tranquille du Mississippi est le théâtre d’une prise d’otage sanglante. Nos envoyés spéciaux sur place vont … »


Une fois accrochée par l'action je me laisse plus facilement embarquer dans les présentations et les descriptions car j'ai envie de savoir qui sont ces gens et pourquoi ils en sont arrivés là.
Par contre commencer par 3 000 mots de description, ben, j'ai plus de mal.
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Dark Ella
Stagiaire chez W&W
Messages : 854
Inscription : 29 janv. 2011 - 23:46

Re: De la longueur des chapitres

Message par Dark Ella » 25 févr. 2011 - 22:13

reveanne a écrit :j'ai une histoire où le standard des chapitres étaient de 500 mots, une au standard de 1 000 mots
Ca fait un peu court pour un chapitre non? En 500 mots on ne peut pas raconter grand chose. Les chapitre trop court (moins de 2000 mots) me rebutent un peu, généralement ces chapitres regorgent de fautes, de mary sue et aucune histoire n'y est présente.
En fait, c'est vraiment une question que je me pose, peut-on faire des chapitre intéressant en 500 mots? :gne:

Avatar de l’utilisateur
reveanne
Titulaire des BUSE
Messages : 125
Inscription : 19 mai 2009 - 14:39

Re: De la longueur des chapitres

Message par reveanne » 25 févr. 2011 - 23:31

[HS ON]
pour que tu te fasses une idée (j'avoue, mon orthographe désespère les relecteurs):
Mon texte à 500 mots/chapitre : (c'est pas sur HPF, car c'est une histoire originale.) et oui, il paraît qu'il y a une histoire mais c'est assez particulier dans la forme
un texte à 1 000 mots/chapitre: La honte de Meredith Cullens
Une de mes histoires à 1500 mots/chapitre, voir lien dans ma signature.
[HS OFF]


Un chapitre de 10 000 mots n'est pas non plus gage de qualité, d'orthographe niquel, de personnage riche et construit, d'histoire intéressante... Mais je concède, c'est quand même plus rare de tomber sur des horreurs.
Dernière modification par reveanne le 01 mars 2011 - 20:20, modifié 1 fois.
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Dark Ella
Stagiaire chez W&W
Messages : 854
Inscription : 29 janv. 2011 - 23:46

Re: De la longueur des chapitres

Message par Dark Ella » 26 févr. 2011 - 14:11

Reveanne j'ai lu ta première histoire, celle de Gothic Lolita et je dois dire que j'ai beaucoup aimé. C'est vrai que c'est écrit dans un style particulier , mais le peu de mot par chapitre ne gêne pas du tout en fait.
reveanne a écrit :Un chapitre de 10 000 mots n'est pas non plus gage de qualité,
Complètement d'accord, j'en ai même eut l'exemple ce matin en lisant une fic de 6 chapitre pour 39 000 mots et bon... question qualité la tienne est largement au dessus malgré la différence de longueur.

[HS : d'où t'es venu l'idée de gothic lolita et d'écrire sous cette forme? J'ai trouvé ça vraiment intéressant et émouvant, ça m'a beaucoup touché! :) ]

Avatar de l’utilisateur
reveanne
Titulaire des BUSE
Messages : 125
Inscription : 19 mai 2009 - 14:39

Re: De la longueur des chapitres

Message par reveanne » 26 févr. 2011 - 17:33

heu.. la suite du HS en MP, ce n'est pas l'endroit de discuter de mes textes, j'ai donné les liens juste à titre d'exemple de chapitres courts, voir très courts.

Bendico
Moldu
Messages : 3
Inscription : 30 sept. 2009 - 20:59

Re: De la longueur des chapitres

Message par Bendico » 10 mars 2011 - 00:07

Bonjour...
Je vois que ça fait plus d'une semaine que personne n'a rebondi, mais je découvre tout juste ce topic alors...

Personnellement, sur ma fic "I've had enough trouble for a lifetime", la majorité des chapitres font... plus de 8000 mots, voir plus de 10 000, et plus de 13 000 pour le dernier. = 12 chapitres pour 94500 mots et des poussières. (Oui, moi aussi je fais le rapport ! Plus y'a de mots par chapitre, plus je prends ! Beaucoup de review pour pas beaucoup de visites, je vais voir aussi !)
A vous entendre, ça parait vraiment énorme la densité de mots que je mets en place...

Comme vous vous en doutez, je vais prêcher pour la paroisse du "plus c'est long, si c'est pas trop de la merde, mieux c'est" :

Je me demande comment on peut écrire un chapitre qui ai une "unité", un début, une fin, des temps forts et morts, en moins de 5000 mots... Comment on peut aborder tous les personnages, l'intrigue qui avance, l'action qui donne le rythme, les dialogues qui construisent les personnages, tout en laissant des paragraphes où l'intrigue, les dialogues et l'action reculent pour laisser place à l'écriture, à la fantaisie, à la créativité qui donnent de la profondeur aux personnages, aux situations, donc à toute l'histoire. Des paragraphes où le lecteur se dit : "mazette, je lis un truc, là, qui m'emporte durant une petite minute d'émerveillement", qui sont je pense nécessaires dans une fiction qui reprend un monde de magie, de mystère, de passages secrets dans un château labyrinthe où se fomentent des complots chuchotés...

Comment peut-on installer dans un chapitre une sorte de "fil rouge" qui guide le lecteur du début vers une fin précise, un message précis, en peu de mots ? Il faut être très fort !

Je conçois un peu un chapitre comme un épisode de série américaine : prenez Dexter ou Desperate Housewife, ou encore Gossip Girl : l'épisode s'ouvre sur un monologue du personnage principal (Dexter) / Narrateur (GG ; Marie Alice), qui se met en retrait pendant l'épisode, et revient à la fin pour tirer sa révérence, et dire "ah, vous voyez où je veux en venir maintenant ?", et où le lecteur se dit "ahmmmmn, bien pensé, ptain, j'avais totalement oublié !".

On a l'impression que le chapitre est complet, que rien n'a été laissé au hasard, que rien n'a été "zappé"...
Les chapitres de 2000-3000 mots pour les fics longues, j'ai du mal à rentrer dedans, à me plonger dans la lecture... Puisqu'au bout de 10-15 minutes, le chapitre est fini ! Je me dis "Oh, bon, bah, à la semaine prochaine" et ça ne me fait pas rêver durant deux heures sur mon lit à imaginer la suite.
Quand il faut 1h, 1h30 pour lire un chapitre, et qu'il est bien mené (une gageure, effectivement, un défi quotidien ^^), et qu'on est tenu en haleine, c'est un vrai plaisir non ? Je pense aux Secrets d'Hermione de Miss Teigne, par exemple... Quand on émerge de sa lecture, d'un autre monde et qu'on se dit "Wawoo, retour sur terre, dans la réalité. Dommage !"...

Contrairement à Taka, je pense que couper un chapitre brise son unité, sa dynamique. Mettre un chapitre où il ne se passe rien (même en terme de profondeur/psychologie des personnages) juste pour aérer, et où le personnage "boit du jus d'orange" (^^ je sais que l'exemple était du second degré, hein, exagéré à mort ^^), est peu pertinent. Une alternance "chapitre sportifs" / "chapitres psychologie" / "chapitres grosses révélations cliff hangers de malades" parait plus adéquat, si vraiment on veut faire des chapitres "à rythmes différents". L'idéal serait de faire des chapitres qui mènent dans UN SEUL chapitre ces trois types de récits... Donc forcément, pour que ça soit bien dit, un chapitre long... ^^

Garder un chapitre même "pas passionnant" entier, c'est aussi montrer qu'on sait où on va, et aussi qu'on sait prendre ses responsabilités et dire : "Oui, mon histoire est exigeante envers le lecteur, envers son attention" et l'assumer.
Faut pas brader son talent pour se rendre plus lisible ! ^^ Faut tirer les lecteurs vers le haut ! (et mettre une bonne image dans le résumé, qui attire bien le chaland, en fait :D).

Je trouve que dans un petit chapitre on n'a pas cette sensation d'immersion dans le monde créé par la personne qui écrit les fanfictions. C'est exactement ce qui est dit sur les "cadavres exquis" ! CapriceK je te rejoins totalement !

(Exception ultime pour "Résistants" de Hedwyn, en gros entre 3000 et 5000 mots par chapitre, avec de rares pics à 8000 mots et un final grandiose à...16 000 !!!, mais c'est une fic très particulière : à un chapitre, un personnage. Donc c'est pour moi... une multitude d'OS qui se complètent dans une sorte de puzzle grandiose dont la lisibilité se fait petit à petit, comme on met au point l'objectif d'un appareil photo. Donc ça rejoint ce que je dis plus tard sur les OS.)

(Je repense à la Trilogie d'Hemon Taurus, et je me dis "tiens, je suis très très bien rentrée dedans malgré des chapitres de 2000-3000 mots. Et bah alors ? Mais je me souviens que j'ai lu la trilogie quand elle était déjà terminée, et que j'ai tout lu... en deux jours, sans jamais m'arrêter. Donc effectivement, j'ai pris ça comme un roman, et le nombre de mot par chapitre m'a peu marqué. Mais je pense que si je l'avais lu au fur et à mesure de sa parution, j'aurais été lassée de ce petit calibre. ça reste une supposition.)

Après contre le mal des yeux... ^^ Personnellement je copie colle dans Word où j'augmente sensiblement la police, en réglant la luminosité de mon écran...
Et parfois même, j'imprime (en mode brouillon pour économiser papier/encre), et comme ça, je lis ça dans le bus, comme... un vrai roman !

Pour le coup, écrire des chapitres "très longs" demande du temps... Je les écris en plusieurs fois, en laissant décanter les 5 pages pondues en une soirée deux semaines avant de m'attaquer à la suite, pour garder une certaine "fraîcheur" d'écrire, ne pas devenir un automate concentré sur l'intrigue et les dialogues, et qui oublie d'écrire pour de vrai, avec un style particulier... Forcément, en cours de route, on perd des lecteurs... Le défi est de les faire revenir parce qu'ils sauront que même après tout ce temps, ils aimeront. C'est un double pari ! Long et lent/Bien !

Les petits chapitres par contre vont très bien je pense sur les OS (voilà j'y viens, je les évoquais plus haut), qui s'attachent à un point précis d'un personnage, d'une histoire, qui se penchent sur un détail où 7000 mots, vraiment c'est trop.
Par exemple, la dernière merveille de Hedwyn "La sorcière de Cendrillon", ou (pour moi un OS en 2 chapitres) "Ce que voyait Percy" d'Azerbane, qui est très très bien mené aussi. Ils font moins de 5000 mots et ça convient tout à fait.

Pour rebondir sur le prologue, je prend mon exemple personnel où j'en ai mis un juste pour "écrire à la manière de" Rowling, qui met toujours un chapitre introductif où, soyons sérieux, quand on lisait ça petiot on pigeait que dalle avec des personnages qui sortaient de nulle part : L'apparition de Dumbledore et de Minerva avec le déluminateur et le berceau/Hagrid dans le T1, l'assassinat du jardinier à Little Machinchose dans le T4, chez les Ministres dans le T5, l'impasse du Tisseur dans le T6...
Bon, j'ai voulu faire un peu la même chose parce que je veux respecter les "codes Harry Potter". Tout ça pour dire que je ne pense pas que le prologue soit un passage "obligé" dans une fiction. Mais effectivement, le mien est "court" vis à vis du reste des chapitres : 3000 mots.
Il lance les questions, les débats, le suspens, le fil rouge, non pas du chapitre, mais de TOUTE L'HISTOIRE. Pour que quand la fic sera fini, et que le lecteur (accro, cela va de soit, héhé) commence à la relire, il se dit "Aaah mais oui mais forcément mais je comprends tout maintenant, oh lala, qu'est ce que c'est fort." (Bon, dans la pratique, ça sera surement moins réussi, mais c'est l'intention qui compte :D).
Donc effectivement, le prologue est plus court que les autres chapitres : tous les personnages ne sont pas abordés dedans, et aucun point "précis" de l'intrigue / du monde n'y est présenté. C'est l'introduction de la dissert', qui dit déjà si la fiction vaudra 3 ou 15... C'est pour ça qu'il faut y réfléchir, à son prologue, mais pas qu'il empiète sur le reste du développement !

Pour ce qui est de "ça peut être long et très mal écrit"... Je pense que quelqu'un qui n'est pas à l'aise avec l'écriture et dont la logique de ses chapitres et de son intrigue est "légère" va très rapidement s'assécher sur un long chapitre. Parvenir à boucler un long chapitre, le relire et se dire "c'est pas du Céline, mais ça tient debout", est déjà peut-être un gage de sérieux, d'implication. Si on sait pas où on va, on fonce dans le mur, et on arrête d'écrire, comme pour un dessin : on sait pas quoi faire, on gribouille sur un coin de la feuille. C'est court, c'est joli, c'est agréable. Mais si on sait pas quoi faire et qu'on décide à l'aveuglette de remplir toute la feuille, si on a pas un sens inné du graphisme, très vite ça part en couille sur certains passages, c'est du remplissage, c'est lourd. Si on sait ce qu'on veut faire, comment on veut construire son dessin, on va plus facilement remplir sa feuille et le blanc d'une façon "cohérente" et équilibrée, lisible. Même si le résultat est moche, selon les gouts et les couleurs, y'a plus de chances que ça "se tienne" et que ça soit de la qualité, qu'on aime ou pas (ex : Rembrandt, j'accroche pas. Flaubert, ça me fait chier. Mais on peut pas dire qu'ils peignent/écrivent mal !).

Bon.
Je comprends pourquoi mes chapitres font plus de 10 000 mots : je suis incapable d'être concise ^^.
Voilà, je voulais défendre ardemment les "longs chapitres" pour les fics longues, car c'est ce qu'en temps que lectrice je préfère, et je trouve qu'il n'y en a que rarement, hélas.

Auteurs, épanchez-vous, que diable !

Avatar de l’utilisateur
reveanne
Titulaire des BUSE
Messages : 125
Inscription : 19 mai 2009 - 14:39

Re: De la longueur des chapitres

Message par reveanne » 11 mars 2011 - 23:45

Désolée, je reviens défendre les chapitres courts. :wink:
Pour ce qui est de "ça peut être long et très mal écrit"... Je pense que quelqu'un qui n'est pas à l'aise avec l'écriture et dont la logique de ses chapitres et de son intrigue est "légère" va très rapidement s'assécher sur un long chapitre. Parvenir à boucler un long chapitre, le relire et se dire "c'est pas du Céline, mais ça tient debout", est déjà peut-être un gage de sérieux, d'implication. Si on sait pas où on va, on fonce dans le mur, et on arrête d'écrire, comme pour un dessin : on sait pas quoi faire, on gribouille sur un coin de la feuille. C'est court, c'est joli, c'est agréable. Mais si on sait pas quoi faire et qu'on décide à l'aveuglette de remplir toute la feuille, si on a pas un sens inné du graphisme, très vite ça part en couille sur certains passages, c'est du remplissage, c'est lourd. Si on sait ce qu'on veut faire, comment on veut construire son dessin, on va plus facilement remplir sa feuille et le blanc d'une façon "cohérente" et équilibrée, lisible. Même si le résultat est moche, selon les gouts et les couleurs, y'a plus de chances que ça "se tienne" et que ça soit de la qualité, qu'on aime ou pas (ex : Rembrandt, j'accroche pas. Flaubert, ça me fait chier. Mais on peut pas dire qu'ils peignent/écrivent mal !).
Si si, ça existe les longs chapitres très mauvais. C'est exactement ce que tu dis d'ailleurs. En plus de 10 ans de fréquentation des sites de publication j'en ai croisée un certain nombre. C'est le fruit d'une longue logorrhée creuse et insipide où l'auteur "s'écoute parler". Perso, j'appelle ça de la diarrhée verbale.
Ecrire 10000 mots/chapitre ne protège pas des Mary-sue, des ooc, des intrigues sans queue ni tête, des personnages inintéressants ou pas crédibles ou en carton-pâte, des situation irrélaliste, des défauts de logique...
(désolée, pas d'exemple de texte à donner, les textes comme ça, je ne les garde pas en mémoire)
Mais j'avoue, les textes courts peuvent être d'infâme gribouillis, mais au moins on ne s'est pas tué les yeux à lire des pages et des pages pour réaliser que l'histoire est la centième version mal écrite et ridicule de Hermione-ooc-qui-a-beaucoup-changé-sang-pur-soeur-jumelle-de-truc-et-qui-aime-Malfoy (par exemple)

Je conçois un peu un chapitre comme un épisode de série américaine : prenez Dexter ou Desperate Housewife, ou encore Gossip Girl : l'épisode s'ouvre sur un monologue du personnage principal (Dexter) / Narrateur (GG ; Marie Alice), qui se met en retrait pendant l'épisode, et revient à la fin pour tirer sa révérence, et dire "ah, vous voyez où je veux en venir maintenant ?", et où le lecteur se dit "ahmmmmn, bien pensé, ptain, j'avais totalement oublié !".
Bref tu conçois les chapitres comme des histoires dans l'histoire. Chaque chapitre est une sorte d'OS, et l'intrigue-fil-rouge n'est en fait relégué qu'en arrière plan et donne sérieusement l'impression de ne pas avancer tellement elle est délayée dans les intrigues secondaires.
Personnellement je conçois mes chapitre comme une unité d'action/temps. Son rôle doit être de faire avancer l'intrigue et non d'explorer le décors (il faut dire que les décors et leur descriptions j'ai ça en horreur, au point où j'ai une histoire où il n'y a même pas de nom aux personnages. Si si si... :lol: ) et ne comporte pas d'élément déclencheur/problème/résolution. Je conçois mes textes comme des longs métrages et les chapitres des séquences (bref comme le chapitrage des DVD)

Selon ton principe du chapitre, mon dernier roman (108 000 mots), il ferait une dizaine de chapitres au lieu de 49, sauf que la structure de l'intrigue ne pourrait même pas exister et donc c'est impossible. Des chapitres assez court, donne une certaine flexibilité à l'histoire.
Et de toute façon, mon histoire à 500 mots/chapitre ne pourrait même pas exister du fait du principe même de cette histoire. (pour faire simple, il s'agit de la retranscription d'un blog, un chapitre=un billet. vous en connaissez beaucoup des blogs avec des billets de 10 000 mots? )
La concision d'un texte force à avoir une idée très clair et précise de l'histoire et de l'intrigue, on ne peut pas avoir recourt "au noyage de poisson" pour dissimuler les éléments clés et pourtant il faut présenter ces éléments, mais sans attirer l'attention dessus si on ne veut pas tout éventer.
Bref écrire un bon chapitre court est très difficile en fait, c'est pour cela qu'il y en a tant de mauvais. (je ne dis pas que j'écris bien, mes textes sont très médiocres, je ne maîtrise pas encore l'art de la concision)
Ensuite il y a une nuance entre écrire des chapitres courts par choix et en écrire par incapacité à aligner deux phrases correctement.
les 5 pages pondues en une soirée
5 pages? Waow, impressionnée, quelle productivité, moi j'ai déjà bien du mal à sortir 1000 mots en une soirée (moins de deux pages) mais je retouche peu ensuite (en général seulement l'orthographe) et je publie de manière hebdomadaire.
Perso, je préfère des chapitres courts souvent que des longs tous les 36 du mois. (soit dit en passant 2000mots/semaine c'est la même chose que 8 000 mots/mois)
Bien sûr pour une histoire complète, c'est différent, long ou court, je m'en tape sérieusement du fait que j'ai la fin sous le coude et n'aurai pas à subir le feuilletonnage de la publication.




Bon, ensuite je m'adonne aussi parfois des textes au chapitre de 6 000 à 15 000 mots avec chapitre comportant élément déclencheur/résolution interne.
Il ne faut jamais dire fontaine je ne boirai pas de ton eau. ;)
Image Image

Avatar de l’utilisateur
kisilin
Membre de l'Armée de Dumbledore
Messages : 471
Inscription : 20 juin 2009 - 03:50

Re: De la longueur des chapitres

Message par kisilin » 12 mars 2011 - 03:52

J'aime bien les chapitres longs comme tout le monde ou presque. Par contre, je trouve que les chapitres courts ont leur charme. Souvent, un chapitre long contient plusieurs scènes évènements, alors qu'un chapitre court se concentre plutôt sur un seul évènement. Ensuite, pour le fait qu'un chapitre court laisse plus sur sa faim... Personnellement, ce n'est pas vrai. Un chapitre long me laisse autant sur ma faim parce que quand j'aime j'en jamais assez... J'ajouterais que dernièrement j'ai trouvé de vraies petites perles avec des chapitres courts. Des fic qui me font rêver, dont l'intrigue, est complexe.

Avatar de l’utilisateur
Akasora
Langue-de-plomb
Messages : 3652
Inscription : 11 juin 2010 - 11:45

Re: De la longueur des chapitres

Message par Akasora » 12 mars 2011 - 21:41

Pour ma part, je ne peux pas dire que je préfère les chapitres longs ou les chapitres courts. Tout ça dépend de l'histoire, de la capacité de l'auteur à me faire rentrer dans son histoire, de la façon dont c'est écrit, ... C'est vrai que 10 000 mots (o_o) par chapitre, c'est un peu trop, sauf si bien sûr il ne s'agit pas de longs chapitres de description à la Zola puissance mille et que jte balance le nombre de couches de peinture sur le tableau accroché sur le mur gauche en entrant dans les toilettes de l'aile ouest.
D'un autre côté, les chapitre courts (mais pas trop non plus, drabble mis à part) ont aussi leur charme, ça donne du dynamisme, et la plupart du temps, ça aide à finir sur une note de suspense qui donne encore plus envie de passer à la suite.
ImageImageImage

Persis

Re: De la longueur des chapitres

Message par Persis » 01 sept. 2013 - 15:42

Pour le moment, j'ai un souci de longueur inégale. Ça fait deux semaines, si pas plus que je trime sur un chapitre, écrivant, effaçant, réécrivant, etc. et maintenant que j'arrive au bout, je me rends compte qu'il est trois fois plus long que les autres, on passe d'un peu plus de trois mille mots à plus de neuf mille (et je n'ai pas encore raconté tout ce que j'aurais voulu !)
Vous allez me dire : fais une coupure. L'ennui c'est que je suis une structure, les chapitres sont thématiques, et je vois mal comment le scinder sans rompre avec cette structure narrative : un conte - une histoire d'aujourd'hui.
Cendrillon peut se vanter de me donner des cheveux blancs. :mrgreen:
À la rigueur, je pourrais le scinder en introduisant un petit conte japonais après 680 000 mots, mais ça risque de paraître artificiel, parce que je vais retomber sur Cendrillon par la suite.

Avatar de l’utilisateur
Pattenrond
À la tête du Magenmagot
Messages : 3142
Inscription : 31 mai 2011 - 18:34

Re: De la longueur des chapitres

Message par Pattenrond » 01 sept. 2013 - 16:15

Il arrive souvent que des auteurs divisent les très gros chapitres en deux. Tu peux donner le même titre aux deux parties, mais rajouter un 2 au deuxième pour bien montrer que c'est le même. Et alors, ça serait un peu plus égale.
ImageImageImage
Ron : "Si seulement... Pattenrond était là..."

Répondre

Revenir à « Discussion sur l’écriture en général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités