L'écriture et vous

Page blanche, sources d'inspiration, créations de personnages,... Trouvez ici conseils et discussions autour de l'écriture et de la construction d'histoires !
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Ellie
Arc-en-ciel Ambulant
Messages : 13176
Inscription : 14 janv. 2007 - 01:10

L'écriture et vous

Message par Ellie » 21 avr. 2014 - 16:33

Ces derniers jours, j'ai eu un échange sur l'écriture avec une fille sur LJ. Elle fait partie d'un groupe d'écriture (ils se rencontrent une fois de temps en temps, s'encouragent mutuellement sur leurs plans d'écriture et tout). Dans un passage qui m'a fait tiquer, elle disait que le fait d'écrire n'était pas du tout amusant pour elle, que c'était stressant et que ça provoquait en elle de l'anxiété. Alors je lui ai demandé pourquoi elle le faisait alors, si elle en tirait aucun plaisir. Elle m'a répondu que si j'étais écrivaine, si je rencontrais un blocage, est-ce que j'abandonnerais ? À ça j'ai répondu que comme elle en parlait, ça semblait pas juste être une question de ne pas vouloir abandonner mais de vouloir faire quelque chose qu'elle voudrait visiblement ne pas faire.

J'avoue que cette vision des choses me laisse bien perplexe. Je comprends en quelque sorte l'idée derrière ce qu'elle fait. Elle dit que ça fait 36 ans qu'elle écrit (à ce que je sache, ça a jamais été de façon professionnelle, elle a jamais vécu de son écriture, je crois pas qu'elle ait jamais été publiée), et qu'elle ne veut pas avouer qu'elle puisse ne plus être "écrivaine". Mais d'un autre côté, l'écriture devrait être un passe-temps (pour ceux qui font pas ça professionnellement, on s'entend). Et un passe-temps, ça devrait être quelque chose qui nous fait plaisir, pas quelque chose qui nous stresse et nous rend anxieux. De ce point de vue, je comprends pas pourquoi elle se force à écrire. Je comprends que ça puisse être difficile de s'avouer qu'on n'aime plus/ne peut plus faire quelque chose qu'on a fait pendant longtemps, mais si ça nous rend à ce point misérable, pourquoi s'obstiner ?

Personnellement, j'ai vécu quelque chose de plus ou moins similaire il y a pas longtemps. Depuis que je suis toute petite, j'avais le rêve de publier un roman pour de vrai. Mais plus ça allait, et plus j'avais l'impression que je me "forçais" à toujours avoir ce rêve, cet objectif. Surtout une fois que j'ai commencé à étudier de l'autre côté de la barrière et que j'ai vu qu'être un auteur publié, en fait c'est pas romantique du tout. Mais il y avait quand même cette pression d'un peu partout qui disait que pour être un vrai écrivain digne de ce nom, il fallait aspirer à écrire un bouquin, sinon c'était pas viable comme occupation, même pas comme passe-temps. Alors le jour où je me suis avoué que publier un roman n'était plus mon rêve, que je préférais de loin écrire des fanfictions à écrire de l'original, que j'y étais bien meilleure de toute manière, que j'avais pas à en avoir honte et à avoir l'impression de faire de la "sous-littérature", il y a comme un gros poids qui s'est soulevé de mes épaules. J'avais plus à m'obliger à écrire des choses qui m'enthousiasmaient moins pour me sentir justifiée de penser de moi-même en termes d'écrivaine. J'ai décidé qu'être écrivaine de fanfics me satisfaisait très bien.

Et vous, quelle est votre vision de l'écriture ? Passe-temps où on devrait pouvoir écrire absolument ce qu'on veut, tant que ça nous fait plaisir à nous, ou occupation qui doit quand même suivre quelques règles de base pour être considérée comme "vraie" ?
Image
sakura284

Avatar de l’utilisateur
flodalys
Devise avec Molière
Messages : 9215
Inscription : 21 mai 2011 - 13:46

Re: L'écriture et vous

Message par flodalys » 21 avr. 2014 - 17:08

Personnellement j'écris pour me faire plaisir quitte à n'écrire que de la fanfiction, quitte à ne pas publier tout ce que j'écris. J'ai plein de fics, d'OS que je n'ai pas l'intention de publier un jour, tellement c'est WTF, mais je me suis éclater à l'écrire, alors je garde, ça dort sur mon ordi, je les lis parfois, mais c'est vraiment pas abouti, mes prompts sont plus soigné c'est pour dire, vu le niveau ras des pâquerettes de mes prompts. :lol:

Bref, j'ai pas envie que l'écriture devienne prise de tête, peut-être que j'en viendrai à écrire de l'original, mais pour l'instant c'est pas à l'ordre du jour.
Image

Avatar de l’utilisateur
Ocee
Seigneur des Ténèbres
Messages : 5367
Inscription : 15 juil. 2010 - 01:14

Re: L'écriture et vous

Message par Ocee » 21 avr. 2014 - 17:44

Pour moi la fille devrait laisser tomber. Elle me fait penser aux sportifs qui bouffent tellement de leur sport qu'ils n'y prennent plus plaisir au bout d'un moment. Dans ces cas-là, le mieux est d'arrêter je pense. En faisant un break, y'a que comme ça que le manque et donc l'envie et le plaisir d'en refaire qui va avec pourra revenir. Et si y'a pas de manque, c'est qu'il faut tourner la page...

L'écriture, si c'est un loisir, c'est comme tout loisir, ça doit être pour le plaisir et certainement pas rendre malade sinon je ne vois pas l'intérêt. Faut arrêter d'avoir peur des étiquettes ou de vouloir en coller partout. Personnellement, je ne me considère pas comme un écrivain. J'aime écrire et quelque part je rêverais de pouvoir en faire mon métier parce que j'adore vraiment ça mais, pour le moment, je suis juste quelqu'un qui aime écrire et qui s'y adonne à son temps libre (c'est-à-dire pas beaucoup en ce moment ^^') Je me considérerais comme un écrivain le jour où j'en ferai mon métier si ce jour-là arrive.

En attendant, j'écris pour le plaisir, des fanfictions et un peu d'original quand je me motive, je n'ai pas honte de le dire et quand les gens me demandent pourquoi je n'écris pas un "vrai" roman, je leur dis que j'aimerais bien et que j'ai des idées pour mais que je ne trouve pas le temps et que les fanfictions, ça entraîne très bien, c'est plus rapide parce que les personnages et l'univers sont posés et qu'en même temps y'a aussi ces contraintes à respecter et puis que j'aime ça aussi alors pourquoi se priver ? Les "vrais" romans viendront en temps et en heure s'ils doivent venir (et si j'arrive à me mettre le coup de pied aux fesses pour le faire surtout :mrgreen: )
Image

Avatar de l’utilisateur
Laura1406
Danseuse côté Cour
Messages : 2228
Inscription : 10 mars 2012 - 16:55

Re: L'écriture et vous

Message par Laura1406 » 21 avr. 2014 - 21:06

Je pense globalement comme Ocee, si ça la stresse autant d'écrire, vaut mieux qu'elle arrête ou du moins qu'elle fasse une pause et voir par la suite ce qui se passe. Je trouve ça dommage de s'obliger à écrire alors que ça a l'air de lui mettre une sacrée pression sur les épaules.

Pour moi, écrire c'est avant tout un plaisir. Et c'est libérateur parce que j'écris tout le temps, à chaque émotion forte, joyeuse ou pas. Et ça fait du bien. Je me fais plaisir en écrivant des fanfictions, oui l'univers autour est déjà construit mais il y a tellement de possibilités, tellement de "missing-moments" que finalement, on a énormément de place pour inventer. Et j'adore inventer, imaginer quelque chose qui n'est pas dans le livre mais qui a peut-être dû se passer à un moment donné dans l'histoire. Et puis ce que j'aime dans la fanfiction c'est que, dans HP mais aussi dans tous les autres livres, il y a des tas de personnages qui sont peu exploités dans les tomes et on a la chance de pouvoir leur donner une histoire, un passé, un futur mais aussi un présent qu'on ne connait pas toujours en entier dans les livres écrits.

Mes parents me demandent souvent pourquoi je n'écris pas "pour de vrai" sous-entendus pourquoi je n'écris pas un roman. J'ai un projet en cours de route mais je ne sais pas si j'arriverai au bout, je ne sais pas si je serai publiée un jour et franchement, ça m'importe peu parce que j'aurais écrit cette histoire. Le simple fait de l'écrire me fait plaisir parce que j'y pense depuis un moment maintenant et de lire le peu que j'ai écrit pour le moment me donne le sourire. C'est pas parfait, ça le sera jamais, je ne suis pas écrivain et je ne me considère pas comme tel. Mais j'ai au moins la fierté de me dire que j'ai inventé mes personnages, leur vie et toutes les péripéties qui vont avec. C'est déjà énorme pour moi. Je suis juste quelqu'un qui écrit parce que j'adore ça et je me laisse la surprise de savoir si je serai publiée ou pas un jour. C'est pas un but absolu on va dire. Ca l'a été un moment quand j'étais plus jeune (genre je suis super vieille :mrgreen: ), mais maintenant je pense que c'est mieux de ne pas se prendre la tête dessus, si ça doit arriver bah ça arrivera mais je chercherai pas à forcer quoi que ce soit.

Donc voilà, pour moi, le maître mot c'est de prendre du plaisir ! S'amuser et se détendre aussi :D
Image
It always seems impossible until it's done.

Avatar de l’utilisateur
lalaulau38
Langue-de-plomb
Messages : 3871
Inscription : 30 mai 2013 - 18:01

Re: L'écriture et vous

Message par lalaulau38 » 22 avr. 2014 - 13:01

Je comprends qu'on puisse avoir des periodes de "stress" et "d'angoisse" quand on écrit un truc, et encore, les guillemets sont grands. J'écris un original en ce moment (enfin, pour reprendre les tèrmes du blog d'Erwan, je suis en train de faire un premier jet d'un brouillon gros caca d'un original). Je sais où je veux aller, ça c'est sur mais j'en chie pour y arriver, je tourne et retourne l'histoire dans tous les sens et pourtant je ne peux pas m'arrêter de l'écrire. Mes persos sont là, à côté de moi et ils me tannent sans cesse. Et puis je la veux cette histoire, je veux leur offrir, alors je me prends la tête en espérant y arriver un jour.

Après, idem, je suis consciente que ce roman - à condition qu'il soit terminé un jour - ne sera probablement jamais publié, et ça enlève une pression. On verra de toute façon !

Je reste sur des fan fictions aussi et je m'éclate. C'est tellement plus simple de faire vivre des personnages qui existent vraiment !

Pour moi, l'écriture, et je vous rejoindrais, c'est avant tout un plaisir, et même un plaisir égoïste. Se faire plaisir pour soi et tant pis si on ne deviendra pas les grands écrivains de demain. On s'amuse et c'est le principal !

Avatar de l’utilisateur
Saam
Conducteur du Magicobus
Messages : 1373
Inscription : 25 août 2011 - 20:31

Re: L'écriture et vous

Message par Saam » 05 mai 2014 - 13:10

Bah, perso je comprends tout à fait ce qu'elle ressent. L'écriture m'angoisse énormément. C'est pas un léger stress, c'est une véritable anxiété, tous les jours.

Déjà, il y a le fait d'avoir toutes ces histoires en tête, ces idées, ces personnages. Je dis pas que je deviens schizophrène hein. Juste, j'ai toutes ces histoires en tête et j'ai envie de les écrire mais il y a trop à faire. Je me sens dépassée et pas à la hauteur. Dès que j'en écris une, j'ai l'impression qu'elle était mieux dans ma tête, que je gâche l'histoire. Donc voilà, tu te retrouves à avoir envie d'écrire, assez viscéralement d'ailleurs et tu te sens limitée. C'est comme rêver d'être médecin mais s'évanouir à la moindre goutte de sang. C'est frustrant et angoissant, ça donne carrément envie de se taper la tête contre le clavier.

Pour rajouter à ça, comme beaucoup depuis que je suis gamine je veux être écrivain. La plupart des gens arrivent à être raisonnables avec ce rêve, à se mettre dans le crâne que c'est improbable que ça arrive et ils continuent leur vie. Bah perso, je n'y arrive pas. Je suis tout à fait consciente que je n'ai ni le talent ni les couilles pour devenir la prochaine JKR ou George R. R. Martin mais cette idée ne s'imprime juste pas dans ma tête. C'est à dire que je n'arrive même pas à imaginer des études futures sérieuses ou un métier parce que tout ce que je veux faire c'est écrire. J'ai énormément de mal à prendre des décisions d'orientation parce que de toute façon je sais déjà que ça ne m’emmènera pas où je veux. Je me sens bloquée, complètement. Je n'arrive juste pas à surpasser ça.

Pour ma part ces deux sources d'angoisses s'ajoutent en plus au fait que la première personne à qui j'ai dit que j'écrivais pour de vrai c'est mon père et qu'il est le premier (et seul) à m'avoir soutenue et à avoir cru sincèrement en moi. Il m'a acheté mon premier ordinateur pour ça et il était franchement très fier. Je lui ai toujours dit que j'écrirai des romans et il y croyait très sincèrement, pas genre "oui oui ma fille c'est bien, va jouer maintenant". J'ai en quelque sorte l'impression de "déshonorer sa mémoire" en n'étant pas celle qu'il croyait.

Quant à dire qu' il faut arrêter si ce n'est pas un plaisir ça me fait un peu rire. L'écriture n'est pas soit un plaisir, soit une source d'angoisse. Ce n'est juste pas sur le même plan. Dans l’immédiat pour moi l'écriture n'est pas une source de plaisir. C'est plutôt libérateur, comme le sport en fait.

Donc voilà, je comprends que cette personne se sente angoissée.

Avatar de l’utilisateur
Ocee
Seigneur des Ténèbres
Messages : 5367
Inscription : 15 juil. 2010 - 01:14

Re: L'écriture et vous

Message par Ocee » 06 mai 2014 - 22:00

D'après ce qu'a rapporté Ellie de cette personne angoissée, je trouve vos situations différentes et je comprends bien mieux l'angoisse que tu décris Saam. Mais peut-être la sienne y ressemble-t-elle aussi au fond. Je m'étais focalisée sur l'aspect loisir/plaisir (puisqu'elle ne souhaitait pas en faire son métier apparemment et que c'était juste le fait "de ne pas vouloir avouer de ne plus être écrivaine"...) mais si c'est une sorte de vocation contre laquelle vous ne pouvez rien, si ne pas écrire vous rend tout aussi malade qu'écrire parce que vous avez juste besoin d'écrire pour évacuer tout un tas de choses, je comprends mieux la pression que ça peut mettre - surtout si on n'est pas satisfait de ce qu'on écrit :?
Image

Avatar de l’utilisateur
Bibi2
Sparkling Star
Messages : 1602
Inscription : 09 mars 2014 - 16:06

Re: L'écriture et vous

Message par Bibi2 » 06 mai 2014 - 22:44

Je suis assez d'accord avec ce que tu disais Ocee dans le sens où faire une pause de temps en temps dans l'écriture est salvateur. Par exemple, j'écris deux histoires en parallèle parce qu'il m'arrive de ne plus avoir envie d'écrire sur certains personnages, de saturer. Alors je prends la deuxième et j'écris par salves de 4-5 chapitres avant de me lasser à nouveau et de revenir à mes premiers amours.

C'est vrai que l'écriture peut être une angoisse, on n'est jamais satisfait de ce que l'on écrit (pour moi en tout cas). Je ne compte plus le nombre de fois où je suis contente de mon chapitre et quand je le relis quelques jours plus tard je pousse des hauts cris tant il me paraît fade, absurde et surtout terriblement bas étage. Alors bien sûr, je ne suis ni Balzac, ni Shakespeare et encore moins JKR et je ne le serai jamais. En revanche, j'aime écrire et si ce n'est pour les autres alors ça sera pour moi. J'ai toujours eu un petit côté artistique. J'ai fait de la danse pendant des années et une option cinéma au lycée, donc ce petit côté onirique a toujours fait partie de ma vie. Je fais des études qui n'ont rien à voir avec le monde littéraire et l'imaginaire (je suis en médecine) et jouer avec les mots me manquait. Quand je suis arrivée sur ce forum j'ai renoué avec l'expression écrite que je n'avais plus expérimentée depuis allez, quatre ans. C'est très long et réécrire m'a fait beaucoup de bien, c'est un peu ma bouffée d'oxygène le soir quand je tape quelques misérables mots sur mon clavier.

Ce que l'on fait, on doit l'aimer même si je reconnais qu'il y a toujours des contraintes. Écrire et publier un roman est quelque chose que je n'ai jamais envisagé mais je peux comprendre cette envie irrépressible Saam. Je pense qu'une personne qui ne serait pas un tant soit peu stressée (sans aller jusqu'à l'angoisse) quant au rendu et aux retours qu'elle aura sur son travail ne peut pas prétendre être écrivain. On appelle ça du perfectionnisme :D et il en faut sinon le roman n'est pas assez approfondi et cela s'en ressent à la lecture.

Mon petit mot de fin sera donc : faites ce que vous aimez et voyez où cela vous mène. On ne s'épanouit jamais autant que dans ce que l'on aime.
Image

Avatar de l’utilisateur
Aoife O'Hara
Conducteur du Magicobus
Messages : 1286
Inscription : 13 sept. 2011 - 18:52

Re: L'écriture et vous

Message par Aoife O'Hara » 14 mai 2014 - 07:21

Oh, c'est intéressant tout ça !

Pour ma part, je trouve qu'écrire est à la fois stressant et pas stressant :mrgreen:
D'abord, je me retrouve beaucoup dans ce que dit Saam sur sa schizophrénie d'auteur. J'ai en permanence dix histoires dans la tête qui me tannent pour que je prenne deux minutes pour les coucher sur le papier, mais si je commence à céder aux caprices de tout ce beau monde à la fois, je ne mange plus, je ne dors plus, et ne parlons même pas d'aller en cours. Depuis toute petite, ça a toujours été une part importante de moi, ces histoires, je les accumule, et au final j'en ai achevé très peu.

Enfant, mon plan de carrière oscillait entre "auteur" et "actrice" (ben voyons) mais quand j'ai dû arrêter le théâtre pour des raisons de santé, je suis partie dans des études qui me permettraient de bosser dans le milieu littéraire (la traduction littéraire, donc) et dans un sens ça me passionne de travailler comme ça à la production d'un nouveau texte dans ma langue, sans avoir la pression d'en inventer le contenu, il s'agit juste de transmettre l'histoire d'origine de la meilleure façon possible, avec l'ambiance, les couleurs du texte, les sons, le goût de chaque scène. J'ai énormément appris en tant qu'auteur quand je me suis faite traductrice. (Un peu comme quand je me suis mise à corriger les autres et à me faire corriger.)
Mais j'ai choisi ce plan de carrière parce que de dix à dix-sept ans j'avais toujours plus ou moins tenu pour acquis le fait que j'allais écrire mon grand best-seller intergalactique et que je n'aurais plus à me soucier de rien, sauf que les années passant, le grand best-seller n'était toujours pas là, et j'ai fini par piger que tant que je ne l'écrivais pas, il ne risquait pas de sortir. J'écrivais des bouts de ceci, de cela, à quatorze ans j'ai écrit un interminable roman d'amour qui me ferait sans doute pleurer des larmes de sang aujourd'hui (mais qui pour mon âge n'était pas si dégueu que ça.)
Du coup, à dix-sept ans, j'ai décidé de passer au plan B, et ça a coïncidé avec ma plongée dans le monde de la fanfiction, où j'ai pu écrire vraiment purement pour le plaisir. En plus, j'ai eu une chance inouïe, ma toute première fanfic a rencontré un succès inespéré, les lecteurs l'aimaient beaucoup, donc m'a motivée à ne pas lâcher mon bout de gras et continuer à écrire. Ensuite, pendant mes études, j'écrivais un bout par-ci, un bout par-là, parfois une fic courte, mais au final, pas grand-chose. Il faut dire que je bossais beaucoup sur de la littérature, mais à traduire.

Jusqu'à ce qu'il y a un an, lors de mon entretien de sélection au M2 traduction où on m'a dit qu'au final j'étais excessivement motivée donc je n'intègrerai pas la formation, je dise aux "recruteurs" que oui, j'avais des plans dans le domaine de l'écriture, mais c'était un projet sur le long terme qui mûrirait tout seul en temps voulu, sur les dix prochaines années, et que concrètement j'avais plus de chances de démarrer une carrière de traductrice là tout de suite qu'une carrière d'auteur.
Après qu'ils m'aient dégagée sans autre forme de procès, j'ai pris le recul qu'il fallait pour évaluer ma situation, et je me suis rendue compte qu'à ce rythme, j'aurais plus vite fait d'écrire mon best-seller intergalactique tout de suite.
Donc j'ai arrêté de remettre ça à plus tard et j'ai décidé que maintenant, écrire faisait partie de ma vie d'aujourd'hui, et pas de "plus tard". Résultat, j'écris des textes bien plus longs, et dans l'année j'ai envoyé une nouvelle qui a été retenue pour être publiée, bouclé un NaNo de 55K, quelques nouvelles, et j'ai fini un autre roman de 55K (Ocee peut témoigner, même si là y'a du boulot.) Je me suis immergée pour de bon dans le monde de la petite édition, les petites maisons qui font des trucs cools, et je pense aujourd'hui que c'est vraiment possible pour moi de publier quelque chose.

Dans un sens, je vis donc désormais avec ce stress permanent d'avoir des choses à écrire, mais ça reste libérateur, parce que j'ai fini par accepter que c'était quelque chose que je voulais faire, et non pas remettre à plus tard. Et puis quand je vois toutes les autres sources de stress de mon quotidien, je me dis que franchement, celui d'avoir à écrire des choses, c'est mieux que des vacances. Je tourne et je retourne mes histoires dans ma tête, ça me permet de m'évader un peu...
Après, ce qui doit sûrement m'aider, c'est que j'espère être assez lucide par rapport à ce que je suis capable d'écrire, et la qualité de ce que j'ai écrit. Quand j'écris un truc pourri, je m'arrête toujours avant 2000 mots et je reprends ça plus tard. Sinon, quand j'imagine une scène, je n'espère jamais écrire un truc plus fantastique que ce que je suis capable de produire, et au final c'est assez rare que je ne sois pas satisfaite de mon travail une fois repris. Je pense que ça aide beaucoup à se sentir bien. (Et ça, c'est un recul que j'ai appris à prendre avec mon premier dramione, où je me disais "olàlà c'est un dramione, au secours" mais où les gens n'en avaient rien à faire que ce soit neuneu, ça leur plaisait justement. Du coup je me suis dit que tout était relatif, et aujourd'hui il me suffit que mes textes me plaisent pour que je sois contente.)
En ce moment par exemple, je dois absolument bosser mes partiels H24 (c'est pour ça d'ailleurs que j'ai le temps de pondre des pavés sans fin sur HPF) mais très franchement, je pense toute la journée à mes histoires et c'est vraiment dur de devoir les laisser de côté. Pourtant ça fait juste dix jours que je suis là-dedans.
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Clemence
Elève de première année
Messages : 21
Inscription : 26 juin 2014 - 12:55

Re: L'écriture et vous

Message par Clemence » 29 juil. 2014 - 12:51

Je comprends beaucoup ce que dit Saam parce que pour moi aussi l'écriture n'est pas toujours un pur plaisir, mais, comme Ocee je trouve que la fille dont parlait Ellie, c'est pas vraiment la même chose, ou alors je comprends moins sa façon de s'expliquer...

Contrairement à beaucoup d'entre vous je n'ai jamais cru qu'un jour je pourrais -ne serait-ce que peut-être- devenir auteur professionnelle dans le sens vivre de mes écrits. J'admire beaucoup ceux/celles qui écrivent tous les jours, et vivent pour l'écriture, parce que je suis très irrégulière: je remets souvent à plus tard et je suis capable de commencer une histoire, de l'arrêter au bout d'une semaine et de la reprendre trois ans plus tard. Je sais pas si ça suffit à expliquer la tendance que j'ai à prendre les mots comme ils viennent. Même si je brusque parfois mon inspiration (c'est nécessaire), dans l'ensemble, j'ai compris qu'écrivain c'était pas un truc pour moi.

Dans ma tête il y a plusieurs histoires, des personnages qui coexistent et se bagarrent pour savoir qui a le droit de monter sur scène, des personnages encore plus schizophrènes que moi et dont je ne sais pas choisir la personnalité la plus intéressante. Du coup c'est toujours le bazar et c'est pas facile d'écrire. Je fais avec, ça me traumatise pas, mais des fois je trouve ça très frustrant, ce qui fait qu'écrire peut devenir vraiment difficile. Alors je procrastine parce que ça m'empêche de remarquer que, ce que je veux faire, bah ça marche pas. Après ça ne m'empêche pas non plus de rêver (parfois même de croire) qu'un jour je serai publiée.

Finalement je pense que tout ça c'est dû à ma conception de l'écriture, que je lie exclusivement à mes moments de loisir parce que si j'en faisais mon "activité principale" je m'en dégoutterais. Il y a une chose dont je suis sure, c'est que, au moins pour moi, je ne renoncerai jamais à écrire parce que je trouve que c'est un très bon moyen de formation: pour la langue, pour la réflexion, l'imagination, etc. Ce que je trouve merveilleux avec la fanfiction c'est que ça encourage tout le monde à écrire, même si ce n'est pas un best-seller, même si ça peut être vraiment mauvais, je trouve que ça donne plein d'espoir. Si j'étais professeur de français au collège et qu'un gamin de douze ans venait me voir en me disant "Madame j'écris une histoire sur star wars", je crois que je pleurerais de joie.

En fait, même si ça fait très enfant de le dire, l'écriture je trouve ça magique.
Tu disais, le bonheur... ImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
LaLouisaBlack
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2933
Inscription : 05 sept. 2008 - 20:26

Re: L'écriture et vous

Message par LaLouisaBlack » 12 sept. 2014 - 16:57

Je vais essayer d'être concise, parce que je viens de tomber sur ce sujet alors que je suis au taff et que j'ai 15min avant de partir.
Ocee a écrit :En faisant un break, y'a que comme ça que le manque et donc l'envie et le plaisir d'en refaire qui va avec pourra revenir.
C'est vrai. J'ai ressenti ça quand je me suis exilée en Afrique, parce que je ne POUVAIS pas écrire (pas de support, jusqu'à ce que je découvre qu'il y avait un coin mémo dans ma liseuse), et que j'en avais tellement envie que ça m'empêchait de dormir. C'est dans ces moments-là que je SAIS que j'aime écrire, et que je me plais à rêver que je pourrais en faire ma vie.

Sauf que.
Saam a écrit :Je me sens dépassée et pas à la hauteur. Dès que j'en écris une, j'ai l'impression qu'elle était mieux dans ma tête, que je gâche l'histoire. Donc voilà, tu te retrouves à avoir envie d'écrire, assez viscéralement d'ailleurs et tu te sens limitée. C'est comme rêver d'être médecin mais s'évanouir à la moindre goutte de sang. C'est frustrant et angoissant, ça donne carrément envie de se taper la tête contre le clavier.
C'est exactement ça. Je suis revenue d'Afrique, je me suis dit "chouette t'es en stage, 40h/semaine, pas de devoir, rien à faire le WE, tu vas écrire". J'ai fait 2000 mots le premier soir, plus rien depuis, en deux semaines donc. Je suis comme ça. Je vais avoir des moments où je me dis "putain faut qu ej'écrive, j'en ai BESOIN", et juste après, ne plus réussir. Pendant longtemps je pensais que c'était la flemme. Procrastination, tout ça. Je passe mon temps à me lancer de nouveaux défis pour, pas me forcer, juste réussir à écrire régulièrement. Nano, excell avec graphiques et nombre de mots, nuits d'écriture... Sans succès. J'y arrive pas, parce que j'ai peur. Peur d'être nulle, de pas réussir à retranscrire ce que je voulais, de pas aimer mes textes. Ca me bloque.

Parce qu'en fait...
Saam a écrit :La plupart des gens arrivent à être raisonnables avec ce rêve, à se mettre dans le crâne que c'est improbable que ça arrive et ils continuent leur vie. Bah perso, je n'y arrive pas.
Bah voilà, j'en rêve toujours. Devenir écrivain. Etre lu, avoir son nom sur une couverture, et avoir la satisfaction du travail achevé. Je me lance toujours dans des méga projets, sans jamais réussir à boucler qqch. J'abandonne en cours de route. Je suis trop ambitieuse par rapport à mes capacités.

Et puis, mon problème, c'est que je persiste. Ca fait 5 ans que je suis sur le même projet de réécriture de ma fic. Juste la réécriture, hein. 12 chapitres pour l'instant, sur la bonne 60aine que ça devrait être. Et tant que j'ai pas fini ce projet, je me bloque quand j'ai une idée de texte de fiction pure. J'ai une idée sur un autre gros projet d'heroic fantasy, mais à part sur ma liseuse qd j'étais en Afrique, rien sur mon pc.

Et je pense très honnêtement que j'ai un gros déficit d'imagination. J'écris pas de nouvelles, pas d'OS, pas de ficlet... Parce que j'ai l'impression de pas avoir d'idées. Peut-être que c'est vrai. Ou peut-être est-ce le fait d'être bloquée par... et bien par internet et le pc. J'ai entendu sur une émission un écrivain (vieux certes) dire qu'il écrivait ses phrases sur du papier, les remanier sur du papier, et quand il en était content, il la met sur l'ordi. Peut-être que ce serait ça, ma solution. Ou peut-être je me cherche encore des excuses.

Bref, tout ça pour dire que dans mon rapport avec l'écriture... Je me sens dans la merde jusqu'au cou. Mais l'idée d'arrêter, ne serait-ce qu'effleurer cette idée... Ca me rend encore plus malheureuse.
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Meygie
Elève de troisième année
Messages : 42
Inscription : 14 janv. 2015 - 22:48

Re: L'écriture et vous

Message par Meygie » 21 janv. 2015 - 04:59

Ça fais vraiment du bien de tomber sur ce topic et de vous lire tous. Je vois que je ne suis pas seule dans ma situation. Je comprend parfaitement cette angoisse. J'ai moi-même tellement d'idée en tête, tellement de projets en cours et à venir que j'ai parfois peur de ne jamais pouvoir arriver à terme avec chacune de ces idées car elles me tiennent toutes à cœur. Je crois malgré tout qu'on ne doit pas oublier ce qui nous a emmené à écrire au début: le besoin, le plaisir :) C'est clair par contre que lorsque ça devient une corvée, il faut prendre du recul, se laisser le temps de penser à notre intérêt et à notre réel désir de continuer. Habituellement, si c'est une vraie passion, ça revient surement.

Perso, j'écris un peu plus de fanfictions que de projets originaux, mais je viens de début LE projet que j'attendais depuis si longtemps, la série de romans fantastiques dont l'intrigue m'échappait, mais qui m'a fait le cadeau d'apparaître formée dans ma tête l'été dernier. J'ai aussi plusieurs autres projets originaux, mais comme vous le dites si bien, l'écriture originale prend plus de temps car la création des personnages et de l'univers nous revient entièrement.

Je suis habituellement capable de mener plusieurs projets de front. J'y vais avec l'histoire qui m'inspire sur le moment, après je peux passer quelques jours sans y toucher et j'y reviens. C'est certain que pour l'instant je ne vise pas la publication de mes textes originaux, mais si je trouve le courage, je publierai peut être un jour. Bref, l'écriture est une passion et un besoin, mais je ne sais pas encore où ça va me mener.

thidabou
Cracmol
Messages : 15
Inscription : 11 janv. 2015 - 15:23

Re: L'écriture et vous

Message par thidabou » 28 janv. 2015 - 23:32

Je vois que je ne suis pas la seule à avoir ce genre de problèmes ! Ça me rassure ^^

Pour moi, l'écriture c'est une passion, un passe-temps. Quand j'ai de l'imagination, bien sûr (j'imagine vous avez déjà connu le Syndrome de la Page Blanche ?). J'écris avant tout pour moi, je me fais plaisir. Et si ça me convient, alors là seulement je fais faire lire à mes amis et je publie sur des sites (comme là par exemple, HPF). Mais l'édition n'est pas ma priorité, je n'ai pas envie de me "forcer" pour arriver à ce but, parce que je pense que j'étoufferais, sinon. Cette passion est aussi un des rares moments où je me sens libre. Si mes textes sont biens et intéressent des maisons d'édition, après, pourquoi pas, ça vaut toujours le coup d'essayer, mais encore une fois, je n'écris pas pour ça.

Au début, j'écrivais beaucoup de fictions avec des mondes inventés, des personnages aussi farfelus les uns que les autres... Mais j'ai mis en parenthèse tout ça, parce que j'ai vu que j'avais beaucoup de mal à les finir et qu'elles finissaient généralement au fond de mon tiroir. Là, les fanfictions, c'est totalement différent. Je me sens bien, à l'aise, dans mon élément, avec un monde qui n'est pas le mien mais que j'arrive à m'approprier avec tous les outils disponibles à mes côtés. C'est LÀ que je me dis que l'écriture doit être une partie de plaisir, et non une corvée. Si ça en devient une, il faut arrêter ou faire une pause et reprendre après. Mais ne jamais se forcer à écrire parce qu'en général, ça se sent et ça se voit :)

Avatar de l’utilisateur
litsiu
Auror
Messages : 4057
Inscription : 31 août 2011 - 10:41

Re: L'écriture et vous

Message par litsiu » 26 mars 2015 - 09:50

Tiens, j'avais jamais répondu à ce sujet, mais en parcourant vos réponses je viens de tilter sur certains trucs.

Actuellement je galère sur une réécriture de premier jet. J'ai un plan structuré, les idées, tout est là mais je peine à avancer, et ça me stresse. Ca fait un moment que je cogite sur la façon de lever ce blocage, parce que je pense que cette histoire mérite d'être écrite. Même si elle n'est pas publiée et que 3 personnes la lisent. Donc je m'obstine, pour moi. On ne peut pas dire que le plaisir soit absent, mais y'a une bonne dose d'énervement avec.

En lisant ce que vous dites sur le plaisir d'écrire, j'ai réalisé qu'en écrivant un roman de façon méthodique, je sors de ma zone de confort. Je crée de la difficulté que j'avais pas avant.
Ma zone de confort c'est, sauf exception, écrire sans aucun plan ni fiche perso. Freestyle. Ca passait pour la fanfic parce que je débutais dans l'écriture et je me prenais pas la tête, mes critères d'exigence étant différents en fanfic et en original, comme auteur et comme lecteur. Pour un original court ça passe aussi, je retravaille plus le texte après, c'est long mais ça se gère. Pour un roman conséquent ça ne marche pas, trop de chaos dans le texte, le travail derrière est trop fastidieux et ça me lasse avant d'arriver au bout. Donc la méthode sur un projet long un peu alambiqué, c'est une nécessité, pas un choix.

Je me suis dit que je me mettais la pression sur la qualité, vu que quand je fais quelque chose depuis un moment, j'ai envie de me voir progresser, améliorer mon style, trouver des idées neuves, des concepts que j'avais pas encore expérimentés et tout. Il y a sans doute de ça aussi.

En gros, toujours faire la même chose parce que c'est plus facile, ça me gonfle. Mais sortir de ma zone de confort, ça demande un effort, du travail, donc ça crée de la tension. Et c'est normal.
C'est comme la natation : si certains veulent rester dans le petit bain, c'est OK, si d'autres fantasment sur une médaille olympique et s'en donnent les moyens, c'est OK aussi. On admet bien que dans le sport, si votre objectif est élevé, vous allez souffrir en conséquence. L'écriture, c'est pas tellement différent, du moins c'est mon sentiment.
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4136
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: L'écriture et vous

Message par princesse » 19 avr. 2016 - 17:27

Je fais remonter un peu ce topic dans les actualités, car j'ai une grande question pour vous... :lol:

A votre avis, est-il possible d'écrire (dans le but de se voir publier...) un passage de sa vie en la poussant à la caricature pour en faire un texte humorisitque, sans pour autant que les gens que l'on cite, dans notre roman, ne se voient vexés dans la vraie vie de ce qui se passe dans notre "histoire" ?????

Merci d'avance pour vos réponse :biz:
Image

"Écrire pour exister"

Avatar de l’utilisateur
litsiu
Auror
Messages : 4057
Inscription : 31 août 2011 - 10:41

Re: L'écriture et vous

Message par litsiu » 19 avr. 2016 - 19:18

Hum, je vois pas trop ce que tu veux dire par là...
Si tu écris ton autobiographie, quoi de plus normal à ton âge avancé, et bien les déformations de la réalité risquent de mal passer. :lol:
Mais s'il s'agit de réutiliser dans une fiction - et avec des personnages inventés - une scène (ou une situation ou qu'importe) qui s'est passée dans ta vraie vie, mais que tu veux pimenter un peu, moi je ne vois pas pourquoi les gens seraient vexés. C'est une fiction, tu t'inspires de ce que tu veux, tu grossis le trait pour que ce soit plus fun si t'as envie, honnêtement je fais ça tout le temps (et même que parfois j'en profite pour faire passer des messages avec un manque de tact caractérisé, mais si on ne peut plus écrire ce qu'on veut, ça ne sert à rien d'écrire).
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4136
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: L'écriture et vous

Message par princesse » 20 avr. 2016 - 10:17

C'est pas une autobiographie ! :lol: (heureusement... parce qu'à 24ans, j'ai pas grand chose à raconter)

Enfaite, j'aimerais juste relater (en grossissant certains traits de caractère) un passage de ma vie (la préparation de mon mariage, pour ne pas citer :mrgreen: ) dans un vrai texte, parce qu'il y a moyen que cela soit assez drôle (surtout pour moi à écrire) et j'avoue que je rêve que cela soit publié (ah l'espoir fait vivre) sauf que j'ai peur que certaines personnes comme ma belle-mère ou ma meilleure amie le prenne hyper mal ! :?

Mais bon, au vu de ce que tu m'as répondu litsiu, ça devrait aller.
Merci :hug:
Image

"Écrire pour exister"

Avatar de l’utilisateur
Alrescha
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 730
Inscription : 08 oct. 2015 - 16:09

Re: L'écriture et vous

Message par Alrescha » 09 juil. 2016 - 11:20

J'écris depuis la classe de CM2 mon instituteur avait organisé un atelier poésie où l'on pouvait créer nos propres poèmes. Donc j'ai commencé par ça. Puis j'ai découvert HP (tiens encore lui) j'ai dévoré les 5 premiers tomes. Et je n'étais pas d'accord avec la fin de l'Ordre du Phénix. (Sirius qui meurt ? Impossible !) J'ai commencé par réécrire ce tome-là (avec beaucoup moins de pages hein). Et petit à petit, j'ai intégré des personnages de mon crû (Orphea Claws pour ceux qui suivent mes histoires, puis Celest Naount et Jill Corbac).
Après ça, je me suis mise à écrire sur l'époque Maraudeurs en me basant sur l'histoire d'Orphea Claws (qui s'appelait Orphélia Serdaigle à l'époque).

Evidemment j'écris par plaisir mais parfois je vous avoue être un peu esclave de mon imagination. Si, quand vous commencez à avoir des idées en cours ou pendant vos devoirs de 4h, c'est de l'esclavage.
Au lycée, je me suis davantage concentrée sur d'autres sujets d'écriture : les discriminations, d'autres univers de magie...

L'écriture me sert d'exultoire et je suis assez fière de dire que j'écris, au niveau professionnel, cela prouve que l'on a un certain niveau d'orthographe et de bonnes capacités rédactionnelles.
[IMG]http://img15.hostingpics.net/pics/200547signature.jpg[/IMG]

Tu as fait quoi cet été ? Un concours : viewtopic.php?f=133&t=10945

:mrgreen: LES OCs AU POUVOIR ! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Funnymagicmlove
Cracmol
Messages : 17
Inscription : 09 janv. 2017 - 14:45

Re: L'écriture et vous

Message par Funnymagicmlove » 21 janv. 2017 - 14:18

Bonjour à tous ! Alors pour moi, l'écriture est une source inévitable pour m'évader de ce monde pourris ! :D Cependant, c'est une source de plaisir, lorsque j'écris des fanfictions ou des fictions, car j'ai toujours un objectif en tête : fait de mon mieux, pour l'écriture. Ayant le logiciel, Word 2007 (légalement) :coeur: j'écris, tous les jours ! :lol: En plus, comme je rêve de mes séries tv favs, comme : Buffy et les vampires, Harry-Potter, ou des films que j'aime bien. Autant plus, que j'ai une imagination de "dingue" j'écris sur mes personnages favs, comme : Loki, Jonathan dans Buffy et les vampires, Spike, le onzième docteur, ainsi de suite.

En revanche, suis-je là seule, qui n'arrive pas a finir ses fanfictions ? Au bout d'un certain temps, c'est le syndrome de la page blanche pendant pas mal de mois. Je reprends toujours l'écriture pendant la période d'hiver, car en été, c'est toujours difficile de écrire avec une forte chaleur. Surtout, que je lis souvent sur wattpad, il y a des perles ! :coeur:

Écrivez vous toujours sur le monde des "sorciers" ou sur un autre thème ?
Bon weekend, à tous ! :biz: PS : une fan de la saga qui vit dans la région centre. :lol:

Avatar de l’utilisateur
judith
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 707
Inscription : 12 avr. 2008 - 14:37

Re: L'écriture et vous

Message par judith » 06 oct. 2017 - 13:36

Bonjour à tous,

En surfant sur les sujets des défis, concours et autres marathons, je m'aperçois que cela ne me tente pas du tout...
Pourquoi au fait ? c'est pourtant sympa !

Je crois que HPF, et l'écriture qui va avec est l'un des rares "lieux" où je n'ai aucun engagement, et où je prends plaisir à passer ou ne pas passer comme ça, pour rien, si ça me chante et quand ça me chante. Et j'ai une profonde reconnaissance envers l'association, simplement pour cela. Si l'envie d'écrire vient, j'écris, si elle ne vient pas, je n'écris pas. C'est sous réserve du temps disponible, mais c'est vraiment "gratuit". J'aime mon métier, ma famille et mes quelques activités annexes, mais certains jours, tout tourne à l'obligation et c'est parfois pesant.

Du coup, je ne pense pas pour l'instant participer aux concours d'HPF, l'envie viendra plus tard peut-être, ou pas... Mais je voudrais vraiment vous remercier pour cette bulle. Quand à ceux qui aiment être dans le défi pour "s'obliger" à écrire, je suis sûre que ce stimulant ne manque pas de sel pour vous, alors... amusez-vous bien.
Amateurs de Moldus et de guimauve ? Venez voir mon profil

Le sujet créatif reste toujours vivant à travers son oeuvre, et toute oeuvre est langage d'amour et de désir.
(d'après Françoise Dolto.)

Avatar de l’utilisateur
flodalys
Devise avec Molière
Messages : 9215
Inscription : 21 mai 2011 - 13:46

Re: L'écriture et vous

Message par flodalys » 06 oct. 2017 - 13:44

Déjà de base j'ai du mal à trouver des idées pour écrire alors je "pique" les idées des autres

J'aime bien les défi "concours au long-court" , perso je n'y vois pas d'obligation, c'est un surtout en défi envers moi-même, une envie de me dépasser en somme en sortant des sentiers battus
Pour les concours, pas d'obligation je regarde si le thème m'inspire une histoire, si oui je fonce, sinon je passe mon tour.
Pour les projet type échange de noël ça me motive car ça peut permettre de sortir des sentiers battus et surtout c'est la volonté de faire plaisir à quelqu'un, cette "contrainte" pousse vraiment à se dépasser :D

Je comprends que ça puisse ne pas être ton truc.
Image

Avatar de l’utilisateur
icequeen38
Elève de troisième année
Messages : 49
Inscription : 24 avr. 2017 - 15:23

Re: L'écriture et vous

Message par icequeen38 » 06 oct. 2017 - 15:08

Perso j'adore écrire, et ce depuis des années, bon d'accord je n'arrive a mettre des points finaux a mes texte que depuis très récemment, et le plaisir d'écrire est encore plus présent quand il s'agit de fan-fiction autour du fandom de Harry Potter.

Écrire doit être un plaisir et non une corvée. :D si cette fille est stressée et qu'elle se sent en compétition, il vaudra mieux qu'elle se fasse une pause, non ?

Avatar de l’utilisateur
judith
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 707
Inscription : 12 avr. 2008 - 14:37

Re: L'écriture et vous

Message par judith » 07 oct. 2017 - 13:10

Merci à toi Flodalys, pour commencer parce que tu participes concrètement à la bonne marche de l'association. C'est bon de se faire coucouner...^^
Je comprends très bien que tu apprécies la stimulation et les idées des autres qui t'inspirent. Le plaisir de faire plaisir aussi, au moment des fics de noel.
Ce que j'espère, c'est que la liberté que je ressens ici, aille "contaminer" plein d'autres choses que je fais au quotidien, et qui glissent bien trop souvent du plaisir à l'obligation... (Ce n'est pas si simple de "se faire une pause".)
Amateurs de Moldus et de guimauve ? Venez voir mon profil

Le sujet créatif reste toujours vivant à travers son oeuvre, et toute oeuvre est langage d'amour et de désir.
(d'après Françoise Dolto.)

Répondre

Revenir vers « Discussion sur l’écriture en général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités