[Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Les Nuits d'HPF : un thème par heure, une nuit par mois, de l'écriture à volonté !

Modérateur : Équipe des Nuits d'HPF

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 2309
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

[Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Mikoshiba » 05 janv. 2019 - 19:43

Voici le Topic destiné à la publication de vos textes de la Nuit !

Aucune question, remarque, commentaire ou post contenant autre chose qu'un texte n'est accepté.
Veuillez publier votre texte en remplissant préalablement ce formulaire :

Code : Tout sélectionner

Titre : 
Défi (scénaristique ou stylistique) : 
Fandom : 
Nombre de mots : 
Personnages : 
Rating : 
Si vous publiez ensuite vos textes, sachez qu'il existe des séries dédiées aux Nuits :
- Sur le Héron
- Et sur HPF !
Image
Sexy free and single I'm ready to bingo


AVEZ-VOUS VU LES BELLES QUENOUILLES LE QUESTIONNAIRE DE LA TOUR D'ASTRONOMIE ?

Avatar de l’utilisateur
Ayame
Auror
Messages : 4008
Inscription : 11 juil. 2011 - 09:26

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Ayame » 05 janv. 2019 - 20:45

Titre : Yule Ball
Défi (scénaristique et stylistique) : Placer au moins 4 des homonymes suivants :Ou, où, houe, houx, hou!, août. & Une référence à un conte doit apparaître.
Fandom : HP
Nombre de mots :
Personnages : Hermione, Ron, Vicktor
Rating : TP

Elle ne savait pas exactement ce qui l'a rendait la plus heureuse ce soir. Les gentilles attentions de Viktor qui était un cavalier plus que dextre, le bal ou la magie de la décoration de la Grande Salle. Tout conférait à rendre cette soirée execptionnelle.
Poudlard était particulièrement magnifique ce soir: le plafond enchanté d' de légers flocons de neige s'échappaient sans jamais toucher le sol, les sculptures de glace qui décoraient la pièce... Il y avait même ci et là des petits bouquets de guis et de houx pour rendre hommage aux traditions moldues. C'était tout simplement féérique.
Après avoir dansé un long moment avec son cavalier, elle alla rejoindre Harry et Ron qui semblait perdus... Elle grimaça en constatant qu'ils ignoraient complètement Padma et Parvati... Décidément, ces garçons étaient complètement oublieux de la gent féminine...
Elle avait pensé parlé quelques instants avec eux, mais l'agressivité de Ron l'avait vite poussée à bout. Franchement, l'accuser de fraterniser avec l'ennemi et de ne pas soutenir Harry alors que c'est lui avait boudé parce que le nom de Harry était sorti de la coupe de feu... Hermione préféra partir et aller prendre l'air.

Quelques minutes plus tard, Viktor apparu, visiblement inquiet. L'air froid avait réussi à calmer son agacement et elle lui fit un sourire, l'invitant à s'asseoir à côté d'elle sur le petit banc de pierre devant la fontaine.
Ils parlèrent quelques instants, échangeant leurs impression sur le bal, avant que soudain, le visage de Viktor se fasse plus sérieux et qu'il ne pose une main sur la joue d'Hermione. Elle inspira fébrilement, et ferma doucement les yeux alors que leurs visages se rapprochaient et qu'enfin leurs lèvres se touchèrent.
Elle avait l'impression d'être une princesse de conte de fées. D'être dans l'une de ces histoires que lui lisait sa mère quand elle était petite, peut être une sorte de belle au bois dormant que le baiser du Prince allait réveiller... Elle rouvrit les yeux et sourit à Viktor, la soirée avant vraiment été parfaite.
En parfait gentleman qu'il était, Viktor la raccompagna jusqu'à l'escalier, lui murmurant qu'il l'attendrait pour le petit déjeuner le lendemain, lui demandant, si elle avait quelque chose de particulier de prévu au moins d'août. Elle rejoint sa salle Commune perchée sur un nuage de félicité.

Mais soudain comme si rien ne pouvait jamais rester parfait dans le petit monde d'Hermione Granger, elle aperçut Ron, rouge de colère qui se mit à lui crier dessus qu'elle était inconsciente, qu'il la manipulait pour avoir des informations sur Harry. Mais elle savait mieux que ça. La vérité, c'est que Ron était jaloux. Il avait voulu aller au bal avec elle, et elle avait refusé... Et bien ça lui apprendrait! Elle vociféra que s'il n'était pas comptant, il n'avait qu'à l'inviter avant et ne pas faire d'elle son dernier ressort.
Sans un mot de plus, elle remonta dans sa chambre, perdant une de ses chaussures dans les escaliers et la laissant derrière elle dans sa hâte de s'éloigner le plus vite possible de Ron.

Elle se jeta sur son baldaquin et éclata en sanglots. La Belle au bois dormant, tu parles! Il n'y aurait jamais de prince charmant pour elle!
Elle avait essayé, mais elle n'avait leurré personne. Demain, sa belle robe de bal remisée au fond de son placard, ses cheveux à nouveau aussi sauvages qu'avant, elle redeviendrait Cendrillon, celle que personne ne remarquait...
Image

zelinara
Elève de troisième année
Messages : 61
Inscription : 01 sept. 2018 - 10:09

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par zelinara » 05 janv. 2019 - 20:48

Titre : Un doux rêve...
Défi (scénaristique ou stylistique) : les deux
Fandom : HP
Nombre de mots : 546
Personnages : Lily Evans, James Potter et Marlène Mckinnon
Rating : TP
Décembre avait laissé sa place à Janvier. La neige recouvrait encore les toits du château écossais. La nuit était belle, les étoiles brillaient dans le ciel bleu nuit. Même si les différentes fêtes de fin d’année étaient passé le château était encore habillé de ses décorations de fêtes. Elles ornaient de manière discrète encore certain murs.

Un jeune couple se baladait dans ses couloirs seulement éclairé par le reflet de la lune qui transperçait les fenêtres de la tour de Gryffondors. Il ne savait où ils étaient, quelle heure il était. Ils avaient perdue la notion du temps, occupé à être l’un avec l’autre. Il se guidait l’un et l’autre. La jeune fille aux cheveux de feu guidant son compagnon à travers les escaliers en colimaçons, les rôles s’inversant par moment. Ils se sentaient seuls au monde, en sécurité.

Ils finirent par arriver essoufflée en haut des escaliers. La jeune fille ne put retenir un « hou ! » en reprenant son souffle dans les bras de son petit-ami. Elle ne remarqua pas tout de suite mais une plante s’était mise à pousser au-dessus de leur tête. Le jeune au cheveux anthracite leva la tête alors qu’il tenait toujours serré contre lui la jeune fille. Il reconnu tout de suite la plante qui était apparu au-dessus d’eux. Ce n’était du houx, non c’était mieux. Ne sentant plus le souffle de son petit-amie contre elle, elle le leva les yeux vers celui-ci en disant d’une voix douce mais légèrement rieuse :
« Qu’est ce qu’à le plafond d’intéressant James Potter ?
- Rien du tout, Lily dit-il avec un sourire en coin. »

Il n’en dit pas plus. Il descendit légèrement son visage vers elle. Leurs lèvres allaient se rencontrer.

« Debout, la belle au bois dormant, il faut se lever ! hurla quelqu’un au creux de son oreille.
- Hein, hein, quoi, quoi ? qu’est ce qui se passe ? demanda-t-elle encore à moitié endormie.
- Ri..en, rien…, rien du tout, réussi à dire entre deux crises de rire la jeune fille à côté d’elle.
- Hein ? dit Lily, les yeux cette fois-ci grands ouverts.
- Il ne se passe rien, Lily réussi à pouffer la jeune fille que Lily appelait autrefois son amie.
- Je dormais bien, dit-elle d’une voix boudeuse. Pourquoi m’as-tu réveillée ? articula Lily entre deux bâillements en se repositionnant sur la banquette sa couverture sur elle.
- Parce que c’est tordant de te réveiller comme cela d’un, puis sinon tu aurais dormi jusqu’à août. T’était comme la princesse du Disney que l’on a vu pendant les fêtes.
- C’est Aurore… le prénom dit-elle en fermant les yeux…
- Oui, bon pas grave… Lily ?
- Hum…
- Il embrasse bien Potter ?
- Hein ? ne put-elle que dire parfaitement réveillé cette fois…. »

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2617
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Carminny » 05 janv. 2019 - 20:54

Titre : U prononcé à l'allemande :mrgreen:
Défi (scénaristique ou stylistique) : Défi stylistique : Placer au moins 4 des homonymes suivants : Ou, où, houe, houx, hou!, août.
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 100
Personnages : Ethel Crochue (OC), Faye Jasper (OC)
Rating : Tout public
Ethel Crochue admire la décoration de Noël de Poudlard. Le houx avait réellement été placée aux endroits les plus stratégiques, pensa-t-elle en apercevant un couple s’embrassant.
La Serdaigle se préparait pour rentrer à Londres sa famille l’attendait. Elle lui avait manqué depuis août. Avant la rentrée, elle n’avait été séparée de son frère Bertie qu’à deux ou trois reprises. Dont la fois mémorable où elle avait désespérément essayé de soulever une houe près de la maison de ses grands-parents.
- Hou! fit une voix dans son dos.
Tirée de ses souvenirs, Ethel sursauta.
- Faye! Tu m’as fait peur!
Titre : La maison des suicidaires
Défi (scénaristique ou stylistique) : Défi scénaristique : Une référence à un conte doit apparaître.
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 100
Personnages : Minerva McGonagall, Lidwyn Litin (OC)
Rating : Tout public
Minerva McGonagall bomba fièrement son torse où était épinglé le blason rouge et or de sa maison. Elle était descendue tôt pour sa première journée à l’école de sorcellerie. Son regard accrocha sur la fille blonde qu’elle avait rencontré dans le train hier. Elle semblait encore plus excité que Cendrillon au bal du prince. La Gryffondor s’approcha doucement.
- Bonjour.
- Bonjour, Minnie! Ta maison te plaît?
Elle pouvait déjà la gronder pour l’emploi de ce surnom? Elle n’en était pas certaine.
- C’est la maison des courageux! Celle des chevaliers même!
- Moi, je préfère les gens pas suicidaires.
Image

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Bulle de douceur
Messages : 1800
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par dedellia » 05 janv. 2019 - 20:58

Titre : Premiers pas
Défi (stylistique ou scénaristique : Scénaristique : une référence a un conte
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 452
Personnages : Alice et Frank Londubat
Rating : Tout public
Alice était penchée sur un épais manuel de métamorphoses et la large fenêtre de la bibliothèque la baignait de la douce lumière d’automne faisant briller ses cheveux. À ses côtés, une pile de livre plus haute que sa tête trônait fièrement, l’isolant un peu plus du reste du monde, mais la place en face d’elle était libre. Elle était seule à sa table, c’était sa chance! Frank inspira profondément. Même si la Gryffondor était une année en-dessous de lui, qu’elle avait un visage doux et qu’elle atteignait son menton, elle était franchement intimidante. Elle était l’une des meilleures élèves de son année, même lui en avait entendu parler. On disait qu’elle avait allongé le nez d’un Poufsouffle qui l’avait agacée de plus de trente centimètres, alors qu’elle n’avait pas encore abordé la métamorphose humaine en cours. Bon, il avait assez pensé, il allait se convaincre de ne pas l’approcher alors qu’il avait attendu des semaines de trouver le bon moment et le courage nécessaire.

Il avança de quelques pas et percuta l’étagère à sa droite. Un livre s’écrasa au sol. Le bruit attira fit lever la tête de la sorcière qui posa son regard sur lui.

— Pardon, chuchota Frank. Je ne suis pas si maladroit d’habitude.

Elle haussa les épaules et replongea dans sa lecture tandis qu’il reposait le manuel tombé sur la tablette.

— Je peux m’assoir? insista-il décidé à ne pas perdre sa chance.

Elle hocha la tête sans le regarder, mais elle ne semblait pas agacée. Frank laissa passer quelques minutes et il remarqua qu’il n’avait aucun prétexte d’être à la bibliothèque. Il avait oublié son sac dans son dortoir et il avait tel un idiot replacé le seul livre qui aurait pu lui donner une excuse. Sa voisine s’en rendit d’ailleurs compte et elle lui jeta un regard perplexe.

— En fait, je voulais te parler.
— Ah bon ?
— Je voulais savoir si tu aimerais aller à Pré-au-Lard avec moi le week-end prochain ?

Le visage rond de Alice prit un air surpris et les secondes où elle sembla intégré la question parut une torture au Pauvre Frank qui ne savait plus où se mettre.

— Je veux bien, souffla Alice.

Ce fut au tour de Frank d’afficher un air surpris qui se changea rapidement en sourire. Elle avait dit oui! Il se leva brusquement, manquant de renverser sa chaise au passage. Il avait envie de sauter dans les airs, mais se retint , il fallait garder un peu de contenance.

— On se voit samedi alors, dit il d’un ton qui se voulait posé.
— Oui, à samedi.

Il se retourna et son pas légèrement sautillant ne dupa pas Alice : il était tout aussi excité qu’elle de cette sortie à Pré-au-Lard.
:boing: L’équipe des nuits a besoin de votre avis!
Remplissez notre formulaire pour nous aider ! :boing:

Avatar de l’utilisateur
Charliz
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1704
Inscription : 14 avr. 2018 - 00:38

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Charliz » 05 janv. 2019 - 21:01

Titre : Roule, Galette !
Défi (scénaristique ou stylistique) : Défi stylistique : Placer au moins 4 des homonymes suivants : Ou, où, houe, houx, hou!, août. et Défi scénaristique avec citation du conte de la Galette
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 906
Personnages : Lily Evans, Pétunia Evans et Harry Anderson (OC)
Rating : Tout public
Lily fit glisser les manches de son lainage sur les paumes de ses mains et essuya la fenêtre troublée par la buée omniprésente. La maison était si glaciale, si humide que dès qu’on allumait le feu dans l’âtre de pierre, la chaleur combattait férocement l’hiver.

Dehors, les flocons tombaient sur l’épais tapis de neige.

La gamine souffla bruyamment. Elle dé-tes-tait le froid et la glace, sauf celle qu’on mangeait en été. Heureusement, Noël était déjà passé et les domestiques avaient pu jeter le sapin et le houx. Plus que quelques semaines avant de voir surgir à nouveau de jolies fleurs !

« Tunie… On joue ?
- A quoi ? marmonnait distraitement la petite blondinette, blottie à proximité des flammes pour coiffer sa toute nouvelle poupée.
- Je sais pas…
- Réfléchis alors. »

Lily souffla à nouveau et se laissa tomber sur les coussins moelleux du divan, celui où sa mère avait brodé elle-même quelques feuilles un peu jaunissantes.

« On pourrait danser !
- Papa déteste qu’on joue avec ses vinyles.
- Heureusement que votre grand frère en a, des vinyles. »

La rouquine se redressa d’un seul coup, relevant vers son ainé des yeux implorants.

Harry était parti de la maison plusieurs années plus tôt et revenant peu souvent, mais à chaque fois, la benjamine crevait de bonheur à l’idée de passer quelques précieuses minutes à ses côtés.

« Oh oui ! S’il te plait !
- Tu vas encore mettre ta musique de rebelle, grimaça Pétunia.
- Tu es toujours la première à danser pourtant.
- Je préfère tout de même le Jazz.
- Pétunia, la digne fille de son Papa ! Allez venez, j’ai appris une super recette en France, vous allez adorer. »

Lily sauta sur ses pieds et dépassa en courant son frère pour rejoindre l’escalier de pierre. La cuisine était déserte à cette heure mais il y régnait encore une douce odeur de tarte à la mélasse ou peut être au caramel. Le plan de travail en bois avait été récuré et semblait l’appeler à le recouvrir de farine.

Les petits pas discrets de Pétunia ne tardèrent pas à résonner dans l’escalier, suivi de Harry, les bras chargés de l’imposante platine de leur père. Il le déposa dans un coin, débranchant le grille-pain pour accéder à une prise de courant. Au moment de déposer le saphir sur le vinyle, Lily sautilla à ses côtés en le suppliant de la laisser faire. Elle serra les dents pour se concentrer et… débuta la lecture loin des bords du disque. Harry éclata de rire.

« Oh ! C’est les Beatle boys ! J’adore !
- Les Beatles, Lily.
- Ouais, eux. Picture yourself in the pound of a river !
- Tiens, voilà de nouvelles paroles… soupira l’ainé dans un sourire.
- Lucy in the sky with diamond !
- C’est nul…
- Oh allez, Tunie ! Lucy in the sky with diamond ! Lucy in the sky with diamond ! Lucy in the sky with diamond ! Hou ! Hou ! »

La blonde imita sa sœur avec grossièreté et devant la noirceur du regard de Lily, Harry choisit de détourner leur attention pour éviter une nouvelle chamaillerie.

« En France, il y a une tradition. En janvier, on confectionne des galettes bien rondes et à l’intérieur, on y cache une fève.
- Une quoi ?
- Une petite babiole de porcelaine.
- Pourquoi ?
- Pour élire une reine ou un roi.
- Bah c’est bizarre ça… si on mange la fève, on remplace Elizabeth ?
- Hum, non Tunie. On évite de manger la fève mais tu deviendras reine de la journée.
- Et je pourrais choisir la musique ? »

Harry pouffa en ouvrant le tout nouveau frigo de la maison pour en sortir quelques œufs.

Il y eut tout de même quelques cris, un peu de farine lancée dans les cheveux et des froncements de sourcils pour décider de la place qu’aurait la fève. Tout en pâtissant, Harry leur conta l’histoire de cette galette qui, à peine cuite eu envie d’aventure.

« Et la chanson, ça faisait ‘’Je suis la galette la galette. Je suis faite avec le blé, ramassée dans le grenier. On m’a mise à refroidir mais j’ai mieux aimé courir ! Attrape-moi si tu peux !’’
- Une galette qui court… N’importe quoi !
- Pourquoi pas Tunie ?
- C’est un gâteau, ça ne court pas !
- Tu espères bien que ta poupée devienne un vrai bébé, toi ! »

Pétunia tira la langue vers sa sœur au moment où Harry sortait le plat du four.

« Il faut la mettre dehors pour refroidir ! s’écria Lily en se précipitant vers la fenêtre.
- Un instant seulement, si tu ne veux pas qu’elle se fasse manger par un renard. »

La benjamine resta un instant à observer cette petite galette fumante, alors que sa sœur remontait au salon et que son frère débranchait la platine.

« Pauvre petite galette, tu dois bien t’ennuyer, souffla-t-elle. Et tout ça pour être mangée. »

Elle jeta un regard en arrière puis souffla plus bas :
« Si tu veux partir à l’aventure, on ne t’en voudras pas. Roule ! Roule, Galette ! »

Ce n’était que des mots… Pourtant, la galette sauta aussitôt du plat et dans un sursaut, Lily l’observa rouler à travers la neige qui tapissait le jardin.

« Oups ! »
ImageImage
Image

« Entre le passé écrasant et l’avenir incertain, le présent est d’une puissance totale. » Edouard Baer

Avatar de l’utilisateur
AliceJeanne
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 724
Inscription : 13 juin 2016 - 14:41

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par AliceJeanne » 05 janv. 2019 - 21:02

Titre : /
Défi (scénaristique ou stylistique) : Défi stylistique
Fandom : Underworld
Nombre de mots : 560
Personnages : Rym (OC), Amir (OC)
Rating : /
La neige tombait à gros flocons sur la lande glacée, les dernières lueurs du mois d’août nimbaient le nord-ouest de la Finlande de halos bleutés, refroidissant le monde avant la vaste nuit. Rym referma son manteau avec précipitation, grelottant aux côté d’Amir. L’adolescent passa son bras autour des épaules de la jeune-fille et l’attira contre lui. Aucun n’était à l’aise avec des températures aussi basses, malgré de longs mois passés dans la demeure de Vidar au sein de l’assemblée nordique.

« Pas de regret ? Murmura l’aîné en frictionnant le dos de l’hybride.
- Au-au-cun, frissonna Rym en se serrant contre lui. »

Quitter les vampires était certainement la décision la plus importante qu’avait pris la jeune-fille depuis la révolte du Sud et c’était avec le cœur serré qu’elle avait abandonné sa sœur aux bons soins des pacifiques du Nord. La fuite d’Amir lui avait prouvé qu’elle ne souhaitait pas se séparer de lui et qu’ils avaient encore un loin chemin à parcourir avant que leurs chemins ne divergent.

Une étoile de neige duveteuse se posa sur le nez de la plus jeune qui éternua de surprise. Elle qui avait connu l’été pendant douze ans ne se familiarisait toujours pas avec toute cette blancheur gelée qui n’avait rien de commun avec le sable brûlant de son désert natal. Amir éclata de rire et chassa quelques flocons des cheveux de sa comparse qui fit la moue.

« Où allons-nous à présent ? Demanda-t-elle avec curiosité.
- Si ma mémoire est bonne, il me semble que Sonja, fille d’un certain Aîné des vampires t’attends en Hongrie, répondit-il avec un sourire. »

La jeune-fille fit la grimace, cela n’était pas dans ses plans qu’il se contente de la « livrer » aux vampires de l’est avant d’aller courir dieu sait où.

« Ou alors nous pourrions profiter de notre liberté nouvellement acquise pour voir un peu du pays, proposa-t-elle les yeux remplis d’espoir.
- Nous n’avons ni carte, ni argent, ni nourriture, objecta-t-il.
- Nous n’en avons pas besoin ! Répliqua Rym. Nous demanderons notre chemin, travaillerons aux champs un peu plus au sud, la période des récoltes arrivant et chasserons au besoin ! Mais… mais pourquoi ris-tu ? S’offusqua-t-elle en jetant un regard noir au jeune-homme.
- Oh, je t’imaginais juste magnant une houe, c’était plutôt plaisant comme image.
- Tu es un crétin Amir ! Lui lança-t-elle dans le même geste qu’un petit coup de poing amical. En plus, une houe sert à retourner la terre et nous à récolter ce qu’elle produit !
- Mademoiselle a de la culture à ce que je vois, railla-t-il. »

La réponse de Rym se fit connaître sous la forme d’une boule de neige insérée juste au niveau de la nuque dans le vêtement du garçon. Ce dernier, la surprise passée, se fit la promesse de faire un sort à son amie, cette dernière étant bien trop hilare à son goût. Lorsqu’il se jeta sur elle à grand renfort de cris elle ne chercha pas à l’esquiver et ils roulèrent en riant dans la poudreuse. Lorsque, de longues minutes de bataille plus tard, ils s’arrêtèrent à bout de souffle, leurs cavalcades les avaient menés en bordure d’une forêt de pins dont les derniers buissons de houx, ronces et fougères, masquaient un petit village endormi. Déjà, la suite de leur aventure se profilait devant eux.
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2457
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par BellaCarlisle » 05 janv. 2019 - 21:02

Titre : /
Thème (scénaristique ou stylistique) : Les deux
Fandom : Hannibal (série)
Nombre de mots : 703
Personnages : Hannibal, Will
Rating : Tout public
Une boule de neige atterrit sur Will qui jette un coup d'œil en arrière. Des enfants s'amusent dans les rues de Moscou, si heureux que le brun se contente de secouer son manteau en pestant contre l'hiver. Il n'a rien de personnel contre cette saison le blanc l'emporte sur toutes les autres couleurs mais il apprécie peu la glace qui se forme sur les trottoirs ou les jeux des bambins qui ne respectent rien. Il ne se rappelle pas avoir pris autant de plaisir qu'eux lorsqu'il était enfant et une douce mélancolie l'étreint soudainement. Le passé lui semble si loin, comme si une éternité s'était écoulée depuis qu'il a fui avec Hannibal alors qu'ils n'ont quitté l'Amérique que quelques mois plus tôt.

Résolu à ne pas se laisser emporter par ses émotions, l'empathe avance d'un bon pas. Ses sacs de courses sont remplis en prévision du réveillon, même s'il manque l'élément essentiel au déroulement du repas. Le psychiatre lui a promis de s'occuper de la pièce maîtresse et il le croit suffisamment pour ne pas se poser de questions. Peu importe qui finira dans leurs assiettes pour les fêtes, il ne s'en préoccupe plus, savourant plutôt la douceur des mets préparés par son amant.

Will a eu le choix, à de multiples reprises. Hannibal lui a offert plusieurs opportunités pour partir où il en avait envie, seul, mais le consultant a refusé à chaque fois. Le meurtre de Francis a été le moment charnière de son existence, celui qui lui a fait prendre consciences de ses propres capacités. Tuer a été si simple, presque comme une évidence, et il n'est pas assailli par les remords. Au contraire, il sait que si on lui proposait de revivre le même instant, il referait les mêmes gestes. À la différence qu’il ne les précipiterait pas dans le vide sans être certain de s’en sortir.

Arrivé à destination, le brun ne peut retenir le sourire qui éclot sur ses lèvres. La porte est à peine poussée qu’un chien vient lui faire la fête, aboyant joyeusement en remuant la queue. Déséquilibré par ses courses, Will vacille mais il est vite rattrapé par le cannibale qui éloigne l’animal avant de récupérer les sacs. Le consultant se débarrasse de son manteau, caresse affectueusement le labrador puis rejoint son amant dans la cuisine, l’observant sortir les ingrédients.

« Pourquoi du houx ? demande Will avec curiosité.
— Pour décorer la bûche bien sûr, répond Hannibal avec une lueur amusée dans le regard. L’effet est plus beau avec de vraies feuilles.
— Est-ce que c’est utile d’en faire une ? Nous ne sommes que deux et …
— Tu voulais respecter les traditions alors autant le faire jusqu’au bout. »

Il finit de ranger les derniers moules puis entraîne l’empathe dans le salon où un feu brûle déjà, réchauffant la pièce. Les deux hommes s’installent sur le tapis, sans prêter attention aux fauteuils, préférant se serrer l’un contre l’autre en une chaleureuse intimité. Le silence commence seulement à prendre forme autour d’eux lorsque Will le brise par une nouvelle interrogation.

« Tu connais Baba Yaga ? J’ai entendu plusieurs enfants en parler.
— C’est un conte russe. Baba Yaga est une ogresse qui se déplace dans un mortier. »

Face à l’expression incrédule du brun, Hannibal se met à rire, d’un rire doux et un peu moqueur. Le consultant prend un air boudeur qui n’échappe pas à son amant. Le psychiatre se lève en conservant sa mine amusée, se dirigeant vers sa bibliothèque personnelle où sont rangés de nombreux livres, du plus commun au plus coûteux. Il effleure quelques tranches avant de saisir l’ouvrage qui l’intéresse, retournant auprès de Will qui le regarde avec les paupières plissées Le cannibale passe les premières pages puis montre une illustration à son compagnon.

« Je ne te mens pas.
— Une ogresse dans un mortier, on aura tout vu, marmonne l’ancien consultant. C’est quoi cette habitude de manger des enfants. »

Une autre lueur scintille dans les pupilles d’Hannibal et Will comprend son erreur. Quelle idiotie d’évoquer une créature dévoreuse comme s’il était choqué alors qu’il a déjà mangé bien pire qu’une petite fille. Après tout, leur dernier crime a été mené à coups de houe et de pelles.

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 2309
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Mikoshiba » 05 janv. 2019 - 21:03

Titre : Le Père Noël à la plage
Défi (scénaristique ou stylistique) : scénaristique et stylistique
Fandom : HP (discret)
Nombre de mots : 231
Personnages : Megan et Gaby
Rating : Tous publics
- Maman ?
- Moui ?
- MAMAAAAAAN ?
- Je suis là !
- Je m’ennuie… C’est où, là ?
- Derrière toi ma puce. Qu’est-ce que tu veux ?
- J’m’ennuie. Je veux voir Sean.
- Sean n’est pas là, tu le sais bien. Il est chez ses grands-parents.
- Oui mais on avait dit qu’on ferait une bataille de boules de neige, et là il y a de la neige.
- Tu ne veux pas plutôt faire du coloriage ? Viens avec moi, on va chercher ça.
- C’est toi qui dessines !
- Par Merlin…
- T’as dit quoi ?
- Rien. Qu’est-ce que tu veux comme dessin ?
- Un Père Noël !
- Mais c’est passé Noël ! Tu ne voudrais pas un bonhomme de neige, ou une grenouille, ou bien Blanche-Neige ?
- Je veux un Père Noël ! Sur la plage ! En maillot de bain !
- Ha oui là tout de suite ça dépayse. Donc c’est parti pour un Père Noël qui s’occupe au mois d’août.
- Avec les feuilles qui piquent sur son maillot de bain !
- Les feuilles qui piquent ? Des cactus ?
- Non, celles avec le point rouge !
- Haaaa ! Du houx !
- Hou ! Hou ! Hou !
- Dis voir ma petite, t’es bien chouette mais vas-y doucement hein !
Image
Sexy free and single I'm ready to bingo


AVEZ-VOUS VU LES BELLES QUENOUILLES LE QUESTIONNAIRE DE LA TOUR D'ASTRONOMIE ?

Avatar de l’utilisateur
Caroliloonette
Première Moldue à Poudlard
Messages : 5288
Inscription : 14 sept. 2009 - 19:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Caroliloonette » 05 janv. 2019 - 21:04

Titre : Le déménagement
Défi (scénaristique ou stylistique) :
Fandom : Original
Nombre de mots : 326 mots
Personnages : Karen et son fils Léo
Rating : Tout public
Les cartons emplissaient le salon. Il allait lui falloir du temps pour tout déballer. Cela n’effrayait pas Karen. Elle était très satisfaite de ce nouvel appartement. Elle se sentait déjà très bien dedans, même s’il n’était pas encore aménagé.
− Hou ! s’écria son jeune fils Léo en surgissant d’un carton.
− Mais qu’est-ce que tu as fait petit chenapan ? s’exclama Karen en voyant la pagaille que son fils avait mis en vidant son carton avec ses doudous et ses Lego Duplo. Et on ne dit pas « hou » mais « bouh » quand on veut faire peur à quelqu’un.
− Bouh ! tenta une nouvelle fois le jeune garçon sans surprise pour sa mère cette fois-ci.
Le garçonnet âgé d’à peine trois ans se dirigea vers sa chambre en tenant son doudou fermement contre son cœur.
Karen déballa plusieurs cartons à la recherche d’une casserole. Elle avait retrouvé le carton contenant les couverts et les assiettes, celui avec les pâtes, mais il lui manquait un dernier ustensile pour pouvoir faire un repas convenable. Elle ne savait plus où elle avait rangé ses casseroles et ses poêles. Elle pourrait commander des pizzas ou des sushis. Elle avait la flemme de continuer à fouiller dans les multiples cartons. Pizzas, sushis ? Sushis, pizza ? La première option fera plaisir à Léo et la deuxième lui fera plaisir à elle vu qu’elle adore la cuisine japonaise.
Elle n’avait pas encore eu le temps d’explorer dans les moindres recoins son nouveau quartier mais elle savait que des petits restaurants sympas se trouvaient dans l’une des rues parallèles à la sienne. Et en plein mois d’août, avec toutes les personnes qui étaient parties en vacances ils trouveraient certainement de la place dans l’un deux, même sans réservation.

− Léo, tu mets tes chaussures, on va aller manger au restaurant !
− Ouais, s’exclama ce dernier en revenant en sautillant dans le salon.

Elle venait de faire un heureux.
Image

Avatar de l’utilisateur
Lyssa7
Pile éclectique
Messages : 1826
Inscription : 02 nov. 2016 - 18:20

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Lyssa7 » 05 janv. 2019 - 21:06

Titre : Les bottes noires
Défi (scénaristique ou stylistique) : Scénaristique (le chat botté)
Fandom : HP
Nombre de mots : 181 mots
Personnages : Rabastan Lestrange
Rating : Tout public
Rabastan Lestrange n’avait jamais prêté une attention particulière à son apparence, bien au contraire. Ses pairs disaient de lui qu’il était aussi fourbe que mal fagoté, aussi brute qu’échevelé. Et ils avaient très certainement raison. Cependant, bien qu’il émanait de sa personne une odeur de suie et de crasse mélangées et que ses vêtements étaient mal coupés, il était un détail que personne n’avait remarqué. Un détail dont il prenait grand soin depuis des années : sa paire de bottes noires cirées. Tous les soirs, il les faisait briller avant de s’allonger et, dans ses yeux, une étincelle s’allumait. Peut-être n’était-ce rien d’autre que le reflet de sa folie, ou peut-être était-ce simplement les braises d’un feu calciné. Et, dans son sourire scarifié, les flammes brûlaient.

« Rien au monde, après l’espérance, n’est plus futile que l’apparence »

Et cette phrase avait sonné le glas des siennes, réduit à néant la plus infime parcelle de bonté dans son âme. Il n’en avait finalement gardé que cette paire de bottes noires cirées. Comme l’ultime cadeau de ses sombres pêchés.
ImageImage
"What do you think life this ?
You think it's a big question ? It's simple.
Your life is a collection of your choices. The choices you make in each moment makes up the quality of your life."
Misaeng

Avatar de l’utilisateur
popobo
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2172
Inscription : 19 janv. 2011 - 10:41

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par popobo » 05 janv. 2019 - 21:07

Titre : Suite
Défi : stylistique
Fandom : HP
Nombre de mots : 420
Personnages : Neville
Rating : -
Neville était resté deux mois et demi au Sahel. Sa mission pour le professeur Ditwell s’était terminée positivement.

L’équipe des botanistes internationaux avait réussi à collaborer avec les zoomages. Même si le jeune sorcier n’était pas au coeur des décisions, il avait réussi à suivre les étapes dans la double préservation de l’Hélantropus et de l’Eymiflore, notamment grâce à Rolf Scamander. Le sorcier anglais était plus âgé que lui, avait déjà terminé ses études supérieures en soin aux Créatures Magiques alors que Neville venait juste de terminer Poudlard. Le zoomage et le botaniste en herbe s’étaient rapidement lié d’amitié. Avec son regard étourdi ou son look original, Rolf pouvait paraître étrange aux premiers abords mais le sorcier se faisait surtout remarquer par ses connaissances et ses talents en zoomagie. Neville avait beaucoup appris à ses côtés.

Ainsi, de retour en Angleterre, les deux nouveaux amis avaient décidés de se revoir dès que possible. Après deux mois sous les chaleurs africaines, Neville était ravi de retrouver le vent frais et l’humidité de la vie londonienne. Toutefois, le tumulte de la ville contrastait énormément avec le calme du désert. Sur son chemin, la suite des immeubles moldus le fit regretter les paysages immenses qui l’entouraient ces derniers jours.

En plein Sahel, le dépaysement avait été difficile mais maintenant, le retour à l’urbanisation était de la même façon, déroutant.

Naturellement, Neville se rendit au Chaudron Baveur, sur le Chemin de Traverse où il espérait louer une chambre pour plusieurs jours. Il avait besoin d’un lieu connu et calme pour faire le point sur sa vie. Cette première mission à l’autre bout du monde, l’avait beaucoup questionné sur son futur et la carrière qu’il souhaitait emprunter.

Après avoir passé le mois d’août dernier à réfléchir sur son avenir, Neville avait en effet décider de ne pas retourner à Poudlard. Sans Aspics en poche, il n’avait pas trouvé de travail et avait enchaîné les petits jobs d’assistants sur le Chemin de Traverse pendant de longues semaines.

A nouveau, alors qu’il rentrait de sa première mission en tant que botaniste, les questions sur son avenir réapparaissaient. Dans la rue sorcière, les éventails magiques, les parasols estivaux avaient fait place aux branches de houx et aux guirlandes illuminées. Seuls quelques mois s’étaient écoulés, mais Neville semblait déjà avoir fait un bond dans le temps et dans ses questionnements.

Il ne savait pas ni comment, mais il était désormais convaincu et motivé pour reprendre ses études et obtenir le diplôme qui ferait de lui un véritable botaniste.
Dernière modification par popobo le 05 janv. 2019 - 21:44, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
hazalhia
Stagiaire chez W&W
Messages : 927
Inscription : 19 mars 2015 - 09:44

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par hazalhia » 05 janv. 2019 - 21:11

Désolé pour le retard :oops:

Titre : Let it snow
Défi (scénaristique ou stylistique) : référence à un conte
Fandom : Divergente
Nombre de mots : 903
Personnages : mes OC Eva et Ginny
Rating :

- Eva dépêche toi, la nuit est déjà en train de tomber ! me presse Ginny en chuchottant.

Je m'exécute en ralant intérieurement. Ginny avait encore eu l'une de ses incroyables idées, et forcément j'étais de la partie. Je ne sais jamais vraiment si je la suis parce que j'ai envie de faire ce qu'elle propose ou parce que je me dis qu'il vaut mieux qu'il y ai quelqu'un avec elle pour éviter qu'elle ne provoque des catastrophes. Sans doute une peu des deux. Je pensais que taguer le portrait de Jeanine à la fin de l'initiation lui aurait suffit, mais une vie sans un peu de risque ne semble pas avoir d'intérêt pour elle.

- Tu es vraiment sûre que ça vaut le coup de braver le couvre feu pour ça ? Si les patrouilles d'Audacieux nous trouvent ça va encore être notre fête.
Je ne savais pas que tu étais devenue une froussarde Eva ? déclare Ginny dans un ton de défi.
Froussarde non, frileuse par contre....

Je resserre mon manteau autour de mon buste. Même avec une grosse écharpe, en deux épaisseurs en dessous l'hiver de Chicago reste le plus fort. Tu m'étonnes que les autres aient voulu rester au chaud à l'intérieur, le béton et le verre des Erudits restent plus chaleureux que ça.
Ginny se met à chantonner joyeusement en enfoncant doucement ses pieds dans la neige. Je dois avouer que malgré le froid la sensation est agréable, mes bottes s'enffoncent dans ce coton immaculé et les flocons qui danse devant mes yeux viennent se poser sur mes cheveux, mon front, ma bouche. Je les laisse fondre doucement, en tendant mon visage vers le ciel.

Du coin de l'oeil je vois Ginny essayer de les attraper avec la langue, comme je le faisait enfant devant le siège des Sincères. Mes parents n'aimaient pas trop le froid, et aucun de mes amis non plus alors j'ai fini par ne pas l'aimer non plus mais je suis toujours rester fasciner par la neige. Mes amis préféraient rester au chaud, à boire du lait chaud et c'est l'un des seuls moment ou j'enviais les Audacieux, avec leurs luges et leurs batailles de boules de neiges au milieu des rues. Je n'ai jamais osé les rejoindre, je suis sûre que Ginny en aurait été capable. En fait je suis même sûre qu'elle a déjà essayé.
Même si la nuit tombante et le coussin de neige fraiche donnent une allure endormie, on reste sur nos gardes pour rejoindre le Millénium Parc, les patrouilles ne sont jamais très loin. Sur la dernière portion de route, je trébuche dans la neige et manque de m'étaler en jurant.
Non mais c'est quoi ce...

Ginny me rattrape de justesse, et en nous retournant pour identifier l'obstacle nous nous figeons en même temps. Devant nous un amas de neige, dont dépassait des bouts de tissus, probablement la manche d'un manteau ainsi qu'un bonnet au sommet. Quelqu'un était là dessous

- Tu crois qu'il est... ? Demandé-je sans oser terminer ma phrase.

Ginny tendit la main, pour epousseter la neige d'un tas formé sur le trottoir. Un visage presque aussi blanc que la neige apparu, les lèvres bleues et les joues émaciées. Un sans-faction.
Elle tendit la main vers son coup pour prendre son pouls mais nous savions toutes les deux que c'était inutile.

- Est-ce que tu veux veux toujours aller observer les étoiles, lui demandé-je pour mettre fin au silence qui s'était installé.

- Je ne suis plus très sûre admis-t-elle. Peut être qu'on peut se contenter de faire un tour du parc, et boire une tasse de thé, pour ne pas être sortie pour rien.

Je hoche la tête en signe d'accord et nous traversons la dernière rue qui mène au parc, pour y trouver un banc pour ouvrir notre termos de thé.
Après cette découverte, aucune de nous ne semblais vraiment d'humeur. Dans me pensées, je fini par me souvenir d'un moment passé à la bibliothèque.
- Durant l'initiation, un jour ou je parlais avec Dina de nos cours d'histoire des factions elle m'a sorti un livre. Un vieux livre qui datait de bien avant la grand guerre, l'un des rare conservé.

Ginny me regarde avec ses grands yeux bleu glacier, signe que j'ai toute son attention.

- Je ne sais pas trop quel type de livre de livre c'était, il racontait des histoires. L'une d'entre elle parlait d'une petite fille qui vendait des allumettes. Il faisait tellement frois qu'elle à décidé deles craquer pour se tenir chaud, et ça lui à montrer des tas de belles choses, y compris sa grand-mère décédée qu'elle à essayé de suivre. Le lendemain, on la retrouvait morte de froid mais le sourire au lèvre, parce que maintenant elle était avec quelqu'un qu'elle aimait.

Ginny ne répond pas tout de suite, elle semble réfléchir.

- Tu crois que le sans-faction lui aussi a vu quelqu'un qu'il amait avant de mourir ?
- C'est possible, déclarais-je en espérant qu'il se soit endormis paisiblement comme la petite fille de l'histoire.
- Je pense que lui aussi est dans un endroit meilleur que cette ville, conclu Ginny en pressant ses mains autour de sa tasse.

Les flocons continuent de danser dans la nuit, en nous enveloppant d'une fine pellicule blanche. Aucune de nous n'avais envie de bouger pour le moment, trop occupé à contempler se spectacle hypnotisant qui nous vidait l'esprit.
" La mémoire collective est généralement de courte durée. Nous sommes des êtres versatiles, stupides, amnésiques et doués d'un immense talent d'autodestruction"
Suzanne Collins.


Image

Avatar de l’utilisateur
Pikenikdouille
Elève de troisième année
Messages : 50
Inscription : 26 nov. 2016 - 09:48

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Pikenikdouille » 05 janv. 2019 - 21:25

Titre :
Défi (stylistique ou scénaristique : Stylistique: sans le verbe "être"
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 205
Personnages : Minerva McGonagall, Albus Dumbledore
Rating : Tout public

Le voyage avait pris un temps fou ! Comment faisaient les moldus pour se passer des choses élémentaires comme les porte-au-loin et le permis de transplaner ?!
Minerva se sentait dans tous ses états ! Bien, il fallait maintenant trouver un endroit où diner. Comble d’ironie, Albus n’arrivait toujours pas alors que lui avait la possibilité de quitter le château de toutes les manières possibles !
Minerva redressa son grand chapeau noir et emboîta le pas à ce qui ressemblait à un de ces moldus qui travaillent dans une banque… Elle espérait qu’il la mènerait à un restaurant digne de ce nom. Après tout, les banquiers moldus disposaient en général d’une incroyable fortune qui devait leur permettre de manger correctement… C’est du moins ce qu’elle avait entendu dire…
Les rues dans lesquelles elle passa commençaient à réconforter Minerva : de belles boutiques, de chics devantures, des articles à la pointe de la technologie des non-sorciers. Et bientôt, de délicieuses effluves qui lui mettaient l’eau à la bouche…
Alors que l’homme qu’elle suivait tournait à l’angle d’une rue, la sorcière entendit un pop retentir et Dumbledore afficha son plus large sourire :
-Fish and chips, Minerva ! annonça-t-il en brandissant deux grands cornets de papiers gras.

Avatar de l’utilisateur
popobo
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2172
Inscription : 19 janv. 2011 - 10:41

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par popobo » 05 janv. 2019 - 21:35

Titre : nouveautés
Défi stylistique : Ne pas utiliser le verbe être...
Fandom : HP
Nombre de mots : 100
Personnages : Neville
Rating : -
Le Chaudron Baveur lui parut différent. Les tables portaient désormais des nappes décorées. Des étoiles scintillaient au plafond. Des bougies magiquement ensorcelées circulaient entre les clients. Neville ne reconnaissait plus le célèbre bar sorcier. Il crut un instant avoir subi un sortilège de confusion.

L’absence de Tom lui fit alors comprendre les raisons de tous ces changements. Neville s’approcha alors du bar tout en appréciant les modifications récentes qui rendaient le lieu plus moderne.

Une jeune sorcière le salua et lui adressa un regard encourageant.

- Je souhaiterais une chambre, demanda alors Neville, intrigué et séduit par la nouvelle gérante.

zelinara
Elève de troisième année
Messages : 61
Inscription : 01 sept. 2018 - 10:09

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par zelinara » 05 janv. 2019 - 21:46

Titre : Lock-in syndrome
Défi (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : HP
Nombre de mots : 540
Personnages : Luna Lovegood, Ginny Weasley, Rolf scammander
Rating : TP

Luna Lovegood avait toujours aimé le froid, la neige et la glace. Elle aimait aller marcher pieds nus dans la neige depuis petite. Elle aimait rouler dans celle-ci. Elle aimait plus que tous la sensation que le froid provoquait en elle. Mais ce qu’elle aimait par-dessus tous c’était de voir le lever du soleil d’hiver par-delà les collines enneigées, les pieds dans la neige du petit matin. C’était dans sa nature, elle était comme cela rêveuse, différentes des autres.
Ce matin de février ne dérogeait pas à la règle. Elle était là dans la lumière du soleil qui la réchauffait… les pieds dans la neige…. Elle était bien ainsi.

***
« Comment va-t-elle ? demanda une voix en entrant dans la chambre baignée de soleil.
- Comme tous les autres jours, lui répondit le jeune homme avec un sourire triste. Ginny est arrivée, Luna dit-il à sa femme. Je vous laisse entre vous continua-t-il en se levant et attrapant son trench coat.
- Cela va s’arranger Rolf, elle va revenir, murmura-t-elle en le prenant dans ses bras.
- J’espère Ginny, j’espère, souffla-t-il en répondant à son étreinte. Je commence à être fatigué. C’est horrible de la voir comme cela, tout le temps dans ses pensées, ses souvenirs, finit-il une larme coulant silencieusement le long de son visage se prenant dans sa barbe mal rasée de quelques jours… »
Il se défit de l’étreinte de la meilleure amie de sa femme. Il continua son chemin vers la porte alors que Ginny s’installait sur le fauteuil à côté de Luna.

« Bonjour Luna, commença-t-elle lui prenant la main qui reposait sans vie sur l’accoudoir. »
Elle ne parlât plus… Elle savait qu’elle entendait, qu’elle la voyait mais elle ne pouvait rien dire, rien faire. Luna était bloqué en elle… toute communication avec le monde extérieur était impossible. « Pourquoi, Pourquoi a-t-il fallu que tu partes à la recherche d’une source de magie ancestrale, inconnue ? » Elle se posait la question depuis des années… Cela faisait des années qu’elle n’avait plus entendu le rire cristallin de son amie. Par moments, elles arrivaient à se « parler », à échanger… mais ils se faisaient de plus en plus rare… comme si Luna était en train de se fermer complétement au monde, elle si ouverte envers celui-ci…

***

Elle savait qu’elle était seule dans ce paysage de glace mais elle pouvait sentir une main contre la sienne… une main connue, une main d’une personne qu’elle aimait… qui la comprenait… qui la connaissait. Elle avait envie de la lui serrer en retour, de lui dire je suis là, je t’aime… mais elle n’y arrivait pas. Elle avait tellement froid, bouger ses doigts était trop dure malgré la douce chaleur du soleil qui s’infiltrait en elle.

***

Alors que Ginny essuyait les larmes qui avaient coulé insidieuse sur ses joues du revers de la manche de son pull, elle senti un léger, très léger changement de pression sur sa main… elle leva alors les yeux et rencontra le regard légèrement plus pétillant de son amie qui répondait au sien… un doux sourire naquit alors sur son visage accompagné de nouvelles larmes mais de joie cette fois. « Luna… parvint-elle à articuler.
- Gi… lui répondit tout doucement d’une voix légèrement érailler mais si reconnaissable.

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Bulle de douceur
Messages : 1800
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par dedellia » 05 janv. 2019 - 21:47

Titre : Victoire inatteignable
Défi : stylistique : Sans verbe être du tout (pas même en auxillière!!) et scénaristique dans un certain sens aussi : situation de handicap)
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 387
Personnages : Victoire Weasley (et Dominique Weasley dans un sens)

Le train filait à grande vitesse vers Poudlard. Les anciens et nouveaux élèves arriveraient sous peu à la gare de Pré-au-Lard et la plupart avaient rejoint leur compartiment pour se changer, mais pas Victoire. Elle avait quitté le sien il y avait un bon moment déjà et elle avait continué à errer d’un bout à l’autre du train. Elle n’arrivait pas à égaler l’enthousiasme de ses deux amies n’y à entrer complètement dans leur cercle. Elle semblait toujours un peu à part, en décalage et elle ne pouvait tolérer de demeurer dans une atmosphère qui allait en contradiction avec son propre état d’esprit.

Cette année aurait dû lui appartenir, elle aurait dû enfin pouvoir briller, mais rien ne semblait aller comme prévu. Encore et toujours l’ombre de sa sœur. Alors que Victoire n’avait jamais obtenu le titre de préfète lors de sa cinquième année et encore moins de préfète en chef cette année, Dominique abordait fièrement son insigne depuis ce matin. Elle avait de meilleures notes, plus d’amis, plus d’admiration… Elle excellait au quidditch et avait intégré l’équipe de sa maison en troisième année alors que Victoire assistait année après année aux matchs dans les gradins. Elle avait pensé tenter les essais cette année. Le gardien des Poufsouffle avait finalement gradué, mais en passant devant plusieurs groupes, elle avait finalement admis qu’elle n’y arriverait pas. Un élève de cinquième année de sa maison allait tenter sa chance et il semblait un joueur prodige d’après ce qu’elle avait entendu. Tout allait-il continuer à lui échapper aux mains de sa sœur ? Car si sa sœur ne lui volait pas sa chance cette fois, son meilleur ami prenait sa place. Effectivement, Michael Emmerson avait demeuré l’ami de Dominique depuis leur entrée à Poudlard….

Si au moins elle possédait un talent qui échappait à Dominique. Le dessin, la musique, les échecs… N’importe quoi! Mais non… Louis dessinait mieux que quiconque. Ses cousines Molly et Rose avaient le talent musical, Fred celui des échecs… Elle n’avait rien. Victoire soupira devant le paysage qui défilait. L’ainée, née le jour de l’anniversaire de la fin de la guerre… elle aurait dû… Victoire… Son nom, son fardeau, tout ce qui lui échappait… Le nom qui aurait mieux sailli sa jeune sœur, le nom qui la condamnait à ne jamais répondre aux attentes des autres.
:boing: L’équipe des nuits a besoin de votre avis!
Remplissez notre formulaire pour nous aider ! :boing:

Avatar de l’utilisateur
Charliz
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1704
Inscription : 14 avr. 2018 - 00:38

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Charliz » 05 janv. 2019 - 21:49

Titre : Shout
Défi (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : HP
Nombre de mots : 622
Personnages : Victoire Weasley Reinhard, James Potter, Adam Reinhard
Rating : TP
Victoire gardait résolument la main nouée autour des épaules de son fils.

Elle ne comprenait pas son calme, ni comment elle parvenait à rester debout. Derrière elle, Poudlard tombait en ruine… Elle n’y avait jamais été scolarisée, mais l’établissement était un symbole. Debout depuis plus de mille ans, malgré les guerres et le temps, il n’avait fallu qu’une poignée de minutes pour le transformer en souvenir.

Son cœur était brisé, mais elle ne pouvait s’empêcher de ressentir un profond soulagement. Jules aurait dû être mort. Seul un miracle avait sauvé la plupart des élèves et du personnel enseignant. Le château s’était transformé en prison, puis en cimetière. La Grande Salle avait implosé mais ses occupants… Comment était-ce possible ? Les questions incessantes lui vrillait le crane d’une migraine.

Son fils se serra un peu plus contre elle, recherchant désespérément le réconfort et la sécurité maternelle du haut de ses quatorze ans. Tous s’étaient tus, suivant aveuglément les pompiers vers un Pré-au-Lard décrépis et branlant.

Soudain, Jules sembla retrouver la parole.

« Ou sont Olivia, et Gaspard ? Et…
- Ta sœur est partie avec ton père ce matin. Et tes frères sont en sécurité avec James.
- Et est-ce que- »

Il s’interrompit, la voix tremblante. Est-ce qu’Adam et Olivia allaient bien ?

Victoire ferma les yeux une fraction de seconde pour reprendre une contenance. Elle ne pouvait envisager le pire… Ils allaient bien. Ils devaient aller bien.

James avait un teint blafard. Il se tenait à l’entrée du village, son fils en larme dans les bras. Accrochés à ses jambes les deux derniers fils de Victoire étaient étonnamment calmes, scrutant la foule qui venait de traverser le lac avec attention. Dès que les cheveux blonds de leur mère et de leur frère percèrent, ils se précipitèrent vers eux en courant.

La jeune femme saisit son benjamin sous les aisselles pour le serrer contre elle. Il semblait dévasté, bégayant quelques questions contre son oreille mais elle ne parvenait pas à se concentrer. Plus rien n’importait à part l’extrémité de son portable qui dépassait de la poche de James.

Elle l’arracha d’un air absent, reposant son fils en sol pour composer le numéro qu’elle gardait précieusement en favoris. Ses mains tremblaient si fort qu’elle trébuchait sur chaque touche et finalement…

« Mon cœur ?! Dis-moi que c’est toi ! »

La voix de son mari hurlait dans l’oreillette et brisa la dernière barrière qui retenait le flot d’émotion. Victoire explosa en larmes et dût se retenir à la façade d’une maison pour ne pas s’écrouler.

« Tu vas bien ? Olivia va bien ? sanglotait-elle.
- Bien sûr que nous allons bien ! Tu n’es pas sérieuse Victoire ! Lorsque James m’a dit que tu étais partie dans ce gros merdier… Tu as pensé à nos enfants ?!
- Mais Jules…
- Comment-
- Il est là. Il va bien… renifla-t-elle. Oh Adam… Si tu voyais Poudlard… »

Le silence s’éternisa au bout du fil, uniquement troublé par la respiration bruyante de son époux.

« Comment on va faire ? Sans magie, on… »

A peine ces quelques mots prononcés, Victoire se sentit sombrer. Sa poche où sa baguette gisait, désormais inutile, la brulait soudainement et tous ses membres se tendirent à l’extrême. Elle était sorcière, comme la plupart de ses proches, comme toute sa famille. Elle était sorcière.

Elle était sorcière mais sans magie…

Tout son être voulait crier, hurler son désarroi, la panique qui déchirait ses veines et troublait sa vue. Le monde semblait exploser tout entier sous un soleil brulant, dans une quiétée désarmante.

Le monde tout entier était touché et pourtant, plus rien n’importait. L’égoïsme déglingua tout autre pensée.

Victoire, Sorcière privée de l'essence même de ce qu'elle était.
ImageImage
Image

« Entre le passé écrasant et l’avenir incertain, le présent est d’une puissance totale. » Edouard Baer

Avatar de l’utilisateur
hazalhia
Stagiaire chez W&W
Messages : 927
Inscription : 19 mars 2015 - 09:44

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par hazalhia » 05 janv. 2019 - 21:53

Titre : /
Défi (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : Divergente
Nombre de mots : 383
Personnages : mon OC Grâce
Rating : /
Jusqu'à présent, Grâce n'avait jamais vraiment pensé que sa vie d'avant puisse être un handicap pour elle. Faire partie d’une faction était un privilège, elle en était consciente, mais maintenant qu’elle avait tout abandonné pour rejoindre les sans-faction, cela revenait presque à se tirer une balle dans le pied surtout avec l’hiver qui arrivait.

Elle avait eu l’habitude d’avoir toujours un toit, et chaud. De manger à sa faim, d’avoir des vêtements à sa taille et en cas de problèmes elle pouvait toujours demander à ses parents. Mais il n’y avait plus de parents. Il n’y avait même plus vraiment de Grâce. Maintenant il y avait la faim et froid. Il n’avait pas fallu longtemps à la jeune fille pour apprendre à mieux considérer les Altruistes, qui leur donnaient nourriture, vêtement chaud et un peu de compagnie. Grâce revit même certains de ses camarades de classes, qu’elle côtoyait encore à peine deux ans auparavant. Elle s’était souvent sentie supérieur à eux, parce que tout le monde se sent supérieur aux Altruistes mais à présent elle se rendait compteque c’était eux qui avaient tout, et elle rien.

Chaque jour elle avait envie de rentrer, de serrer son petit frère dans ses bras, de lui expliquer pourquoi cela faisait six mois qu’elle l’avait abandonné. Mais chaque fois qu’elle traversait le Millénium parc, pour se rendre dans le secteur érudit elle voyait l’homme qu’elle avait abattu d’une balle dans le coeur. Alors elle se souvenait pourquoi elle n’avait plus voulu refaire surface, et elle continuait de survivre, jour après jours.

Elle continuais à endurer la faim, qui avait au moins le mérite de presque parvenir à effacer la douleur de la perte de sa famille.Elle se mit à apprécier partager une chambre avec sept autres filles, surtout la chaleur qu’elles dégageaient. Elle apprit à oublier qui elle était, parce que l’ancienne vie de Grace Little était un fardeau ici, ses anciennes habitudes l’encombrait. Il fallait qu’elle fasse peau neuve, qu’elle devienne une fille capable de se défendre au couteau et d’apprécier les moments près du feu, où l’on se faisait passer les boites de conserves de mains en mains en se racontant des histoires. Certaines étaient vraies, d’autres non, car certains comme elle avaient dû effacer leur propre existence pour se faire une place ici.
" La mémoire collective est généralement de courte durée. Nous sommes des êtres versatiles, stupides, amnésiques et doués d'un immense talent d'autodestruction"
Suzanne Collins.


Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2457
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par BellaCarlisle » 05 janv. 2019 - 21:59

Titre : Dédicace à @Mikoshiba :lol:
Défi (scénaristique ou stylistique) : stylistique : ni verbe être, ni utilisé comme auxiliaire
Fandom : /
Nombre de mots : 844
Personnages : poisson pané
Rating : Tout public
Il fait froid. Très froid.
Et noir aussi.

L’espace me paraît trop petit, j’étouffe presque. J’ai conscience de quatre murs en carton autour de moi, même si je ne peux pas les atteindre. Mes frères commencent aussi à ressentir cet étrange endroit et la panique nous gagne de plus en plus.

« Je veux sortiiiiir ! hurle mon voisin de gauche.
— On ne voit rien, pleurniche un autre plus loin. »

J’admets que les ténèbres totales me font peur aussi mais je garde la tête haute. Enfin, aussi haute que possible quand on ressemble à un carré. Je me dandine un peu pour heurter mon voisin de droite, surpris de l’entendre ronfler. Comment peut-on dormir dans ces conditions ?

« Hey, debout, murmuré-je. Youhou !
— Par Poséidon, laisse-moi roupiller. Je n’ai pas fermé l’œil depuis qu’on a quitté le filet.
— Crois-moi, tu auras toute l’éternité pour pioncer si on ne sort pas de là.
— Il fait froiiiid, reprend mon autre voisin. Je gèèèèèle !
— Je donnerais tout pour fermer mes branchies, grogne un autre. Faites-le taire ! »

Aussitôt, des protestations fusent de partout. Certains continuent de se plaindre au sujet de la température, d’autre par rapport à l’obscurité, d’autres encore rêvent à la mer.

Aaah la mer. Cette étendue d’eau salée, si agréable, loin de la fraîcheur insupportable qui règne ici. Là où on peut nager sans souci, en secouant nos nageoires et en évitant seulement les bancs de requins ou autres indésirables. Là où la nourriture nous tombe directement dans la bouche sans aucun effort. Ah, cette mer si douce, si belle.

« Mais … mais … je n’ai plus mes écailles ! s’étonne un autre de mes frères. Je … je … j’ai un truc bizarre. »

Maintenant qu’il le dit, il a raison ! Une substance qui s’effrite, assez dure, d’une senteur inconnue. Quelqu’un a dû nous écailler pour nous mettre cette chose. Quel dégoût s’empare de moi à cette idée. Mes si belles écailles, disparues ! Pourtant, je les aimais : d’un bleu magnifique, qui reflétait la lumière du soleil à travers les flots, attirant tous les regards de ces femelles énamourées.

Je pleure presque sur la perte de mes écailles. Mais je n’ai pas le temps de m’appesantir sur le sujet car un bruit se fait entendre, telle une déchirure, et une vive lumière nous éblouit tous. D’un commun accord muet, nous nous taisons et jouons aux statues. Plus personne ne bouge, nous restons immobiles, comme morts.

Quelque chose m’effleure, doucement, puis brusquement. On me saisit par les côtés, on nous bouscule, puis je tombe sur l’un de mes frères. La chose dans laquelle nous nous trouvons fait des hauts et des bas, on s’entrechoque, puis la lumière disparaît et la nuit reprend ses droits.

« He ho ?
— On rentre du boulot. »

Ouf, il n’y a pas que moi. Mais un courant d’air me fait supposer qu’il manque quelques-uns de mes frères. Notre entente familiale viendrait-elle de se rompre à cause de cette étrange chose ?

La lumière revient, plus vive encore. Cette fois-ci, une voix l’accompagne, petite et irritante.

« J’ai oublié un poisson, maman ! »

Nouvelle secousse, un autre hurlement puis une autre disparition. Je sens soudainement quelque chose de très froid en dessous de la matière qui me recouvre. Je n’ai plus de carton autour de moi, je n’ai plus l’odeur d’enfermement.

Je glisse sur cette couche de glace en sautant comme je le peux. Avec des nageoires, j’ai déjà beaucoup de mal mais sous une forme carrée, je n’en parle même pas ! Je poursuis mes mouvements avec courage, heurtant des objets bizarres mais identifiables. Ici, il y a de la lumière et j’aperçois des espèces de rectangles colorés.

« Il y a des vivants ici ? »

Ma voix a perdu son timbre habituel. J’ai de plus en plus froid et la glace irrite la matière qui m’entoure. Je crois avoir perdu un peu de cette substance et c’est ma chair qui entre en contact avec le froid. Je grelotte à nouveau mais continue mon périple dans cet endroit aussi terrifiant que les grandes contrées glacées du nord.

Un courant d’air repasse et je vois apparaître quelque chose qui ressemble fortement à ce qui m’a enlevé de mon eau.

« Tu aurais dû faire attention au poisson pané ! Il y en a un hors de sa boîte. D’ailleurs, il faudra penser à décongeler un peu, il y a trop de glace ici. »

On me soulève, me soupèse, m’observe. Je suis mis à nu devant des inconnus, quelle honte !

« Pas sûr qu’on puisse le cuisiner correctement celui-là, il n’a plus rien de pané.
— Donne-le, je vais le faire maintenant. Le petit pourra le manger sans avoir trop de panure. »

J’ai beau hurler, on ne m’écoute pas. Il n’y a plus aucun froid, plus rien de noir, plus rien d’étrange. J’aperçois difficilement le lieu où on m’emmène. Je sens seulement qu’on m’entraîne auprès de mes frères disparus.

Puis il y a la chaleur et … plus rien.

Avatar de l’utilisateur
LilTangerine
Comptable chez Gringotts
Messages : 1246
Inscription : 21 mai 2012 - 18:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par LilTangerine » 05 janv. 2019 - 22:00

Titre : /
Défi (scénaristique ou stylistique) : Stylistique (verbe être mode facile :mrgreen: )
Fandom : HP
Nombre de mots : 111
Personnages : Lily, Sirius
Rating : /
Elle ne demandait que cinq minutes. Cinq minutes de plus dans la chaleur de son étreinte, cinq minutes de plus avant qu'il ne regagne son dortoir et ses amis qui ne manqueraient pas de le questionner encore une fois. Le frisson des rencontres en secret était devenu l'asphyxie de son absence et Lily avait peur. Parce que bordel, elle était tombée amoureuse et Sirius Black ne faisait pas dans les sentiments. Il l'avait prévenue, pourtant.

Il n'avait besoin que de cinq minutes. Cinq minutes pour la convaincre de rester dans ses bras, cinq minutes pour s'enivrer de son parfum. Le manque d'elle devenait plus fort chaque jour et ça le terrifiait.
Image
"But I don't want comfort. I want poetry. I want danger. I want freedom. I want goodness. I want sin." - Aldous Huxley

Avatar de l’utilisateur
AliceJeanne
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 724
Inscription : 13 juin 2016 - 14:41

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par AliceJeanne » 05 janv. 2019 - 22:02

Titre : /
Défi (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : Underworld
Nombre de mots : 567
Personnages : Rym (OC), Farkas (OC)
Rating : /
La jeune femme tomba à genoux sur le sol, trempant son pantalon dans la neige fraiche, une lancinante douleur lui vrillait le crâne, lui donnant l’impression de devenir folle. Farkas se glissa à ses côtés, ignorant les regards dédaigneux des autres membres de leur expédition visant à déloger les loups-garous d’un vaste domaine appartenant à un petit seigneur humain. Ses terres, malgré leur superficie ridicule à côté des grands fiefs voisins comptaient parmi les plus riches de la région et les denrées que la terre générait n’avaient rien à envier à la richesse des mines qui se trouvaient un peu plus loin vers le sud.

Les larmes dévalaient le visage de Rym sans qu’elle ne puisse les contenir, les horreurs qu’elle avait entre-aperçu lors de ses derniers contacts physiques la tourmentaient sans cesse, l’empêchant même de dormir ou de se concentrer. L’hybride ne savait comment faire taire de brouhaha incessant des plus grands tourments de ses proches. Farkas s’inquiétait pour son frère, sa sœur s’inquiétait pour son futur enfant, Sonja était préoccupée par les soupçons de certains vis-à-vis de sa relation avec Lucian, Kraven ne supportait pas sa dernière déception amoureuse, Semira cherchait un moyen de lui mettre des battons dans les roues et la faire souffrir, Lucian se morfondait et bouillait de rage devant le sort qui était réservé à ceux de son espèce, Markus souffrait de l’absence de William… Toutes ces pensées s’entrechoquaient en elle sans qu’elle ne puisse les contrôler et les oublier. Elle n’avait pourtant fait qu’accepter une poignée de main, effleurer un bras, réconforter d’une main sur l’épaule. Tant de contacts physiques qu’elle n’aurait pas du se permettre, tant de choses simples auxquelles elle devait renoncer pour pouvoir vivre une existence normale, sans souffrance.

Un hoquet la souleva, c’était injuste. Elle n’avait rien demandé. Elle ne voulait pas de cette capacité qui la distinguait tant selon certains, à ses yeux elle n’était qu’une malédiction, un boulet dont la chaîne lui entravait un peu plus les jambes à chaque pas de sa vie. Elle ne pouvait prétendre à une vie normale, une relation amoureuse normale avec quelqu’un. Même le plus fugace baiser l’envoyait dans les tréfonds de l’âme de son partenaire. Elle avait l’impression de fouiller, chaque fois durant, un domaine qui ne lui appartenait pas et ce qu’elle y voyait n’était que rarement plaisant.

« Ne me touche pas ! Hurla-t-elle lorsque Farkas effleura maladroitement sa main, provoquant des regards blasés de la part des autres vampires. »

Elle n’était qu’une folle à leurs yeux, une bête qui ne supportait tout simplement pas qu’on la touche. Les imbéciles. Si seulement ils s’étaient donné la peine d’essayer de la comprendre. Mais l’ignorance était certainement pour eux la meilleure des issues, lâche et simple, à leur image.

Le jeune-homme s’excusa, penaud et entreprit que la serrer contre lui en veillant scrupuleusement à ce que leurs peaux n’entrent pas en contact. Rym se laissa faire après quelques hésitations, malheureuse à l’idée d’encore le faire souffrir en ne pouvant accéder à sa requête de proximité. Elle le désirait, jour après jour un peu plus, mais était incapable de le toucher, le caresser, l’embrasser, l’étreindre sans qu’un textile ne l’isole de ses mains.

« Je suis désolée, sanglota-t-elle contre sa poitrine, désolée de te faire ça et d’être cette… cette chose.
- Ne t’excuse pas, murmura-t-il, jamais. Ce n’est et ne sera jamais de ta faute. »
Image

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Bulle de douceur
Messages : 1800
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par dedellia » 05 janv. 2019 - 22:04

Titre : S'effacer
Défi (scénaristique ou stylistique) : scénaristique : situation de handicap
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 220
Personnages : Melinda (OC)
Rating : Tout public
La guerre était finie. Pour la première fois depuis plusieurs années, l’étau autour de la poitrine de Melinda s’était enfin relâché. Elle avait fait ce qu’il avait fallu pour survivre autant mentalement que physiquement. Malgré la fin du danger, ses yeux étaient constamment à l’affut. Ils cherchaient ce que ses oreilles n’entendraient jamais, ce qui pourrait la tuer si elle n’était pas assez vigilante. Elle n’était pourtant pas l’une des premières cibles de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, mais on n’était jamais trop prudents durant la guerre et les habitudes avaient la vie dure. Elle s’était tenue à l’écart alors que Lily et Almera prenaient les devants et mourraient pour leurs convictions. Lily s’était sacrifiée pour son fils et Almera avait sauvé près d’une vingtaine de nés-moldus alors qu’elle se battait contre une horde de mangemorts leur permettant de suivre. Elle se sentait inutile. Elle aurait bien aimé mettre le blâme sur sa surdité. En combat, ce n’était pas toujours facile de savoir ce qui se passait si on n’utilisait pas tous ses sens, mais elle savait que ce n’était pas vraiment le cas. Elle avait eu peur de s’impliquer, de mourir et c’était tout. Mais devant les nouvelles qui l’ensevelissaient, elle jurait de se reprendre. Elle vengerait leurs mémoires, il suffisait de trouver ce courage qui l’avait envoyé dans la maison des lions.
:boing: L’équipe des nuits a besoin de votre avis!
Remplissez notre formulaire pour nous aider ! :boing:

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 2309
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Mikoshiba » 05 janv. 2019 - 22:08

Titre : Lire et Rire
Défi (scénaristique ou stylistique) : Les deux ma ptite dame ! (mode difficile : pas de verbe être du tout (du moins je crois ^^), et personnage en situation de handicap)
Fandom : Original
Nombre de mots : 383
Personnages : Alex +1
Rating : /
- Là. Mets ton doigt ici. Tu sens quelque-chose ?
- Oui. Il y a des bosses.
- Exactement. Peux-tu me dire combien tu en perçois et comment elles se placent les unes par rapport aux autres ?
- Il y en a… Quatre. Il y en a quatre.
- Exactement. Continue ?
- Je crois que… Oui, trois d’entre elles forment une ligne du côté gauche, et la dernière se trouve au milieu à droite.
- Bravo ! Retiens-bien cette combinaison, il s’agit de la lettre « R ».
- Je suis en train de lire quelque chose ?
- Oui ! Maintenant, déplace ton doigt un peu vers la droite. Tu sens une nouvelle forme ?
- J’ai l’impression qu’il n’y a que deux bosses cette fois. J’ai plus de mal à les situer.
- Essaye quand même ?
- Je dirais… Je dirais une en haut à droite et une à gauche, plus bas. Je ne sais pas si elle se situe tout en bas ou au milieu…
- Tu as l’impression qu’une grande distance sépare les deux points ou une petite ?
- J’ai du mal à le dire… Une moyenne distance ?

Et Alex part dans un grand éclat de rire, chose dont personne n’en aurait plus cru capable. Un rire rafraichissant, qui témoigne de son regain d’espoir. Difficile de ne pas rire ensemble.

Une fois le fou rire calmé, la recherche reprend.
- Le dessin représente une diagonale, souviens-toi.
- Alors je vais dire que les deux bosses n’ont qu’un rang d’écart.
- Parfait !
- Ça représente quelle lettre ?
- Il s’agit d’u « I ».
- La suivante !
- À toi de bouger.
- Alors… Je sens quatre bosses, et elles se placent… Comme tout à l’heure ! J’ai un « R » ! Et après… De nouveau deux bosses. Mais inversées par rapport au « I » d’avant. Celle du haut se trouve à gauche et celle du milieu à droite.
- Tu as un « E ».
- Et après… Là je crois qu’il n’y a rien.
- Ça veut dire que ton mot s’arrête là.
- Comme un espace ?
- Exactement, comme un espace.
- Et ce mot… Ri… Rire ! Oui ! J’ai lu « Rire » !
Image
Sexy free and single I'm ready to bingo


AVEZ-VOUS VU LES BELLES QUENOUILLES LE QUESTIONNAIRE DE LA TOUR D'ASTRONOMIE ?

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2617
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Carminny » 05 janv. 2019 - 22:11

Titre : Le club de duel - démonstration
Défi (scénaristique ou stylistique) : Défi scénaristique : Votre personnage se trouve dans une situation de handicap.
Fandom : HP (UA)
Nombre de mots : 297
Personnages : Ann Roberts (OC), Severus Rogue, Filius Flitwick
Rating : TP
Ann Roberts rassembla son courage. Ce n’était pas vraiment sa plus grande qualité mais elle avait accepté de se prêter au jeu quand Filius lui avait demandé et personne ne pouvait dire d’elle qu’elle ne respectait pas sa parole. Enfin sauf quand elle ne pouvait pas faire autrement. Elle gâcha une pensée remplie de regret à Gideon Prewett puis hocha la tête en direction de Severus qui attendait plus ou moins patiemment derrière elle.
La sorcière inspira un grand coup puis monta les marches qui menaient jusqu’à l’estrade. Arrivée en haut, elle s’arrêta puis tendit son bras vers Severus. Les règles du duel disaient que l’estrade n’avait pas le droit d’être enchantée. Ann ne pouvait que se fier à la sensation sous ses pieds quant au fait qu’elle ne volait pas quelque part dans le néant. La sensation sous ses semelles et les pensées des personnes qui l’entouraient et dont elle attrapait les plus surfaciques pour s’orienter.
De l’autre côté de l’estrade Filius la regardait en pensant clairement qu’elle était folle d’avoir accepté. Qu’il le pense. Ann savait que ce qu’elle s’apprêtait de faire était dans ses moyens. Après tout elle avait bien appris à compenser sa cécité pendant les onze ans que datait l’accident.
Severus lui fit faire un tour de l’estrade. Ann entendait les chuchotements plus ou moins étonnés des élèves. Ils étaient trop jeunes pour l’avoir connu autrement qu’en professeur de défense ou quelque soit le nom donné actuellement à la matière.
Finalement Ann atteignit à nouveau son point de départ. Elle se tourna vers Filius et s’inclina lentement. Juste assez pour respecter les règles du duel tout en ne pas perdant l’équilibre.
Le duel de démonstration Filius Flitwick contre Ann Roberts pouvait commencer. Et chacun des adversaires était convaincu d’avoir l’avantage sur l’autre.
Image

Avatar de l’utilisateur
hazalhia
Stagiaire chez W&W
Messages : 927
Inscription : 19 mars 2015 - 09:44

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par hazalhia » 05 janv. 2019 - 22:26

Titre : Sonnet d'une sans idées
Défi (scénaristique ou stylistique) : les 2
Fandom : /
Nombre de mots : 128
Personnages : moi et mon inspiration :mrgreen:
Rating : /
Ce thème m’inspire nombre de soupires
Il faut croire qu’en cette heure, loins sont mes idées
A défaut d’en pleurer, je préfère encore en rire
Tout comme mes révisions, elles se sont probablement envolées

Sur mon clavier, mes doigts sont engourdis
Serait-il si étrange d’écrire avec des gants
De l’autre côté du salon, on me dit que oui
Si rien d’autre n’y fait, je me réchaufferait en chantant

Petites idées, pourriez vous faire votre retour
Non pas que je m’ennuie, mais j’aimerais bien écrire
En plus ce soir je ne fais pas ma feignante, je tiens mes résolutions

Chères organisatrices, pour ce thème je passe mon tour
Après mes idées en fuite je vais aller courir
A 23h je serais là , je l’espère, avec plus d’application
" La mémoire collective est généralement de courte durée. Nous sommes des êtres versatiles, stupides, amnésiques et doués d'un immense talent d'autodestruction"
Suzanne Collins.


Image

Avatar de l’utilisateur
Charliz
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1704
Inscription : 14 avr. 2018 - 00:38

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Charliz » 05 janv. 2019 - 22:47

Titre : /
Défi (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : One Tree Hill
Nombre de mots : 247
Personnages : Peyton Sawyer et Brooke Davies
Rating : TP
Le terrain de Basket près du fleuve était désert. Faiblement éclairés par les lampadaires, Peyton tentait de décrypter leurs noms estompés par le temps.

Quatre ans. Quatre ans qu’elle n’était pas revenue à Tree Hill, et si la réalité lui avait sauté à la gorge dès les premiers instants de son retour, elle se sentait en plein déni.

Elle ferma les yeux, tenta de faire surgir de ses souvenirs le bruit des rebonds du ballon sur le bitume, du crissement des chaussures, les commentaires de Micro et les encouragements des quelques spectateurs. Une larme glissa silencieusement sur sa joue et elle l’essuya rageusement. Même à vingt-deux ans, elle demeurait désespérément aussi faible.

Une main se posa sur la sienne et elle tourna son regard humide vers le sourire conciliant de Brooke.

« Où sont passées ces quatre dernières années ? Souffla-t-elle. J’ai l’impression d’avoir piétiné à Los Angeles pendant qu’ici, le temps filait à tout allure.
- On était si occupée…
- Toi, tu étais occupée. Tu as monté ton entreprise, tu es devenue si célèbre… Nathan est presque passé pro, Lucas a publié son livre qui est devenu best-seller, et moi je- Je suis restée l’assistante de l’assistant dans cette boite de chien.
- Tu as vu Lucas ? »

Lucas… Lui, n’avait pas trainé. Il lui avait tant promis, mais une fois encore n’avait laissé derrière lui que le vent.

« Où est passée notre jeunesse, Brooke ? Nos espoirs, nos rêves, notre talent… »
ImageImage
Image

« Entre le passé écrasant et l’avenir incertain, le présent est d’une puissance totale. » Edouard Baer

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 2309
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Mikoshiba » 05 janv. 2019 - 22:48

Titre : Et si on les perdait pour vrai ?
Défi (scénaristique ou stylistique) : Les deux, de nouveau :)
Fandom : HP (discret)
Nombre de mots : 422
Personnages : Gaby et Margaret (+ Megan et Sean à fin)
Rating : /
- Gaby, tu as vu les enfants ?
- Hmmm non, pourquoi ?
- Tu les as entendus ?
- Non plus. En même temps ils sont sensés être chez toi, non ?
- Pas du tout.
- Pardon ?
- Ils sont sensés être chez TOI.
- Impossible. Tu entends quelque chose ? Des hurlements, des murs qui tombent, des trompettes qui sonnent ? Rien de tout ça. C’est qu’ils ne sont pas là.
- Donc on a un problème.
- Encore ? C’est la troisième fois ce mois-ci !
- On fait comme d’habitude ? Tu pars vers la droite et moi vers la gauche et on se rejoint au parc ?
- À quoi bon ? On ne les retrouvera pas avant qu’ils aient décidé de rentrer de toute façon.
- Je te sens bien défaitiste…
- On peut pas essayer de les perdre ? Juste une fois ? S’il te plait ?

Margaret sourit et tourne les talons. J’aurais essayé, mais bon. On ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut dans la vie, c’est une vérité sur laquelle il n’est permis aucun soupçon. Mais parfois, je me demande si je n’aurais pas préféré avoir un chaton. Un joli petit chaton, tout doux, ou bien un chiot, ou bien même un poisson ! À la place, je m’occupe d’une fillette mi-écureuil, mi-ours et mi-hérisson. Et c’est moi qui l’ai faite en plus, non de non ! Et moi aussi qui l’ai élevée, je ne peux même pas accuser quelqu’un d’autre des lacunes dans son éducation. Et pour maintenant, voilà qu’il faut partir fouiller le quartier pour au final la retrouver à la maison. C’est comme chercher un Doxy dans un salon !

Alors j’enfile mon manteau. Et pile à ce moment, je vois une lumière qui se reflète sur le carrelage de la cuisine. Un petit coup d’œil autour de moi et un sortiège de Désillusion plus tard, je peux observer la parabole sur le mur de Margaret qui semble avoir bougé… Et qui bouge encore ! Je les ai retrouvés, les sacripants ! Sans même sortir de chez moi !

Au dernier moment, je lève le sortilège et leur hurle de redescendre illico presto sur le plancher des vaches. J’espère que Margaret n’apprendra pas ce qu’ils faisaient, elle risquerait de faire une crise cardiaque. Mais au fait, je me demande… Quand c’est elle qui les trouve et qu’elle ne me donne pas d’explication précise… Ils font quoi ?

Est-ce que j’ai vraiment envie de le savoir ?
Image
Sexy free and single I'm ready to bingo


AVEZ-VOUS VU LES BELLES QUENOUILLES LE QUESTIONNAIRE DE LA TOUR D'ASTRONOMIE ?

Avatar de l’utilisateur
LilTangerine
Comptable chez Gringotts
Messages : 1246
Inscription : 21 mai 2012 - 18:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par LilTangerine » 05 janv. 2019 - 22:48

Titre : /
Défi (scénaristique ou stylistique) : Scénaristique (Disparition) + bonus glagla :boing:
Fandom : /
Nombre de mots : 254 mots
Personnages : Kate, Vlad
Rating : /
Mais quelle idiote ! Elle était partie sans un mot au milieu de la nuit, en pleine tempête de neige, et Vlad n'avait pas eu la moindre chance de la retenir. Toute trace d'elle avait disparu de la chambre d'auberge, si ce n'était son odeur sur l'oreiller. Bon sang, cette femme le rendait fou. Il enfila ses vêtements à la hâte, passa son fourreau dans son dos et partit sans même emporter de quoi manger. Kate ne pouvait être bien loin avec ce temps, raisonna t-il. Mais ses empreintes avaient été recouvertes par la neige qui tombait sans discontinuer. C'était comme si elle n'était jamais venue, comme si elle n'était qu'un figment de son imagination.

- Kate ! il hurla.

Mais sa voix était trop faible devant le mugissement du blizzard. Pourquoi était-ce toujours la même histoire ? Il la poursuivait, la retrouvait enfin ; inévitablement, ils finissaient par se disputer jusqu'à ce que l'un d'eux ne craque et se jette sur l'autre. Puis elle profitait du couvert de la nuit pour s'enfuir, et la chasse recommencait. Il avait pourtant essayé de rester éveillé, de la surprendre, mais leurs nuits étaient bien trop éreintantes pour qu'il ne réussisse à garder les yeux ouverts. Alors Kate disparaissait.
Quand finirait-elle par comprendre qu'il était prêt à traverser trois fois l'empire pour la retrouver ? Quand s'avouerait-elle qu'elle le laissait l'attraper simplement parce qu'il lui manquait ? Dieux, ce qu'elle était frustrante. Vlad pesta, complètement frigorifié. Comment avait-il seulement pu tomber fou amoureux d'une peste pareille ?
Image
"But I don't want comfort. I want poetry. I want danger. I want freedom. I want goodness. I want sin." - Aldous Huxley

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2617
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit Insolite du 5 Janvier

Message par Carminny » 05 janv. 2019 - 22:53

Titre : Chanson du Choixpeau (c'est toujours utile)
Défi (scénaristique ou stylistique) : stylistique (Ecrire un paragraphe en rîmes)
Fandom : HP
Nombre de mots : 106
Personnages : Choixpeau
Rating : TP
Bienvenue, bienvenue, jeunes gens,
Ne soyez pas si timide, oui,
Approchez vos mines réjouies,
Je promets, jamais je ne mens.
Vite, placez-moi sur vos têtes,
Je vous dirai quelle maison
Vous conviendra avec raison.
Que les cours vous rendent moins bêtes,
Que Poudlard vous verra grandir,
Dans l’une des quatre maisons.
Chacune est une direction
Pour apprendre, s’épanouir.
A Gryffondor les courageux,
Les braves s’en vont aussitôt.
Serpentard accueille sans véto
Les rusés et les ambitieux.
Si à Poufsouffle vous allez,
Votre loyauté est de mise.
A Serdaigle enfin atterrissent
Les esprits les plus éclairés.
Venez, jeunes gens, coiffez-vous
Du vieux Choixpeau d’un autre roux !
Image

Verrouillé

Revenir à « La Tour d'Astronomie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : BellaCarlisle et 1 invité