[Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Les Nuits d'HPF : un thème par heure, une nuit par mois, de l'écriture à volonté !

Modérateur : Équipe des Nuits d'HPF

Avatar de l’utilisateur
Catie
Langue-de-plomb
Messages : 3991
Inscription : 14 févr. 2012 - 21:46

[Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Catie » 02 juin 2018 - 18:45

Voici le Topic destiné à la publication de vos textes de la Nuit !

Aucune question, remarque, commentaire ou post contenant autre chose qu'un texte n'est accepté.
Veuillez publier votre texte en remplissant préalablement ce formulaire :

Code : Tout sélectionner

Titre :
Thème (scénaristique ou stylistique) :
Fandom :
Nombre de mots :
Personnages :
Rating :
Si vous publiez ensuite vos textes, sachez qu'il existe une série dédiée aux Nuits :
- Sur le Héron
- Et sur HPF !
Image

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2584
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Carminny » 02 juin 2018 - 19:39

Titre : Un problème d'identification
Thème scénaristique: Cinq végétaux
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 100
Personnages : Aurora Lovegood, Ethel Crochue (OCs)
Rating : Tout public
Aurora Lovegood se pencha sur le pot de fleur que lui tendit son amie Ethel.
– Crois-tu qu’il puisse s’agir d’une plante de branchiflore ?
– Non, Aurora secoua la tête. Sinon des mintards l’entoureraient. Vu comme ça, je tendrais plutôt à dire que c’est de la valériane ou de l’asphodèle.
– De la belladone peut-être ?
– Ça n’y ressemble pas du tout, remarqua Aurora. On a plus d’autre choix. Il faudra lancer le sort d’identification.
Ethel acquiesça sombrement :
– Sans enflammer la serre.
Aurora saisit sa baguette et se concentra. La lumière rouge qui entoura la plante ne laissa pas de doute. Du trèfle.
Titre : Des étoiles filantes
Thème stylistique: Pas de singulier
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 100
Personnages : Aurora Lovegood, Ethel Crochue, Faye Jasper (OCs)
Rating : Tout public
Aurora Lovegood et ses deux amies descendirent les marches menant en direction des arbres sombres. Ethel et Faye rigolèrent comme deux collégiennes en train de braver des interdits. Elles étaient effectivement élèves et ignoraient en ces minutes présentes les règles les plus importantes : sortir hors des salles communes et se promener dans les nuits froides écossaises étaient réellement suicidaires. Surtout pour des deuxièmes années.
Mais ces trois nuits sans nuages voulaient être utilisées pour admirer les étoiles scintillantes dans les nuances de bleus foncés. Sans oublier que les journaux avaient longuement rapporté que des étoiles filantes allaient être visibles.
Image

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 624
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Westyversionfrench » 02 juin 2018 - 19:59

Titre : Tour de Table
Thème (scénaristique ou stylistique) : Vous devez citer cinq végétaux dans votre texte (scénaristique)
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 1634
Personnages : Neville Longbottom, Gemma Farley, Mrs Sprout
Rating : Tous Publics
Neville poussa timidement la porte de la serre n°4. Il n'avait encore jamais eu l'occasion d'y pénétrer, puisqu'on y donnait jamais cours. Il avait su, par Mrs Sprout elle-même qu'il s'agissait d'un grand espace d'élevage où elle travaillait sur des espèces de plantes méconnues ou utiles à l'école. Il s'arrêta un instant, saisi par l'immense espace qui lui faisait face. Comme beaucoup de bâtiments sorciers, les dimensions extérieures ne reflétaient aucunement les proportions intérieures du lieu. Nul doute qu'il y avait plusieurs milliers de plantes sous le soleil artificiel flottait sous les baies soigneusement entretenues des verrières. Il ne voyait pas le bout de la salle et l'écho des voix des présents lui paraissait si lointain qu'il doutât que ces gens fussent dans la même pièce que lui. Il ne les voyait même pas. Il y avait des murmures fébriles, qui escaladaient les murs en octaves harmonieuses et des exclamations béates, qui le poussèrent à faire quelques pas.

« Ah ! Monsieur Longbottom ! Par ici, suivez les Tulipes Audacieuses, elles vous mèneront jusqu'à nous. » retentit la voix du professeur de Botanique. Neville, regardant de tous côtés, distingua quelques fleurs écarlates qui se gonflaient sous un vent invisible et desquelles un pistil jaune clignotant dépassait. Il reconnut les fleurs mentionnées précédemment et emprunta le chemin qu'elles indiquaient en s'éclairant à tour de rôle. Après plusieurs allées sinueuses dans lesquelles il s'autorisa de flâner devant un spécimen plus curieux qu'un autre, il déboucha dans ce qui ressemblait à une cour de terre battue assez claire. Un cercle d'une quinzaine d'élèves entourait Mrs Sprout qui tenait un petit Bonzaï Pépiant dans ses mains. L'arbre émettait des sons mécontents tandis qu'elle soulevait ses petites branches ou ses feuilles pour indiquer aux étudiants des signes caractéristiques. Neville, gêné d'être arrivé en retard, se glissa à côté d'Hannah Abbott, la seule autre élève de Deuxième Année invitée à ce colloque.

Mrs Sprout acheva son exposé en posant le pot bavard sur un guéridon contenant plusieurs végétaux : deux arbres, une fleur, trois pousses d'herbes et quatre buissons. La petite femme replète leur sourit et se tourna vers le nouveau venu.
« Neville. Nous n'attendions plus que vous. Voulez-vous bien poser votre plante avec les autres. » Il n'avait pas lâché le pot qu'il tenait farouchement contre son torse et rougit avant de s'exécuter. Il y eut quelques rires de la part de deux des trois serpentard présents. Neville les ignora et reprit sa place dans le cercle. L'adulte repris encore la parole.
« Que dites vous de faire un petit tour de table avant de parler des objectifs de ce club de Botanique. J'aimerais que vous présentiez tous, par la même occasion la plante que vous avez choisi d'emmener aujourd'hui et la raison qui la rend précieuse à vos yeux. Penelope, voulez-vous bien commencer. » Neville écouta la jeune femme qui parlait avec assurance. Il l'avait aperçue avec Percy, le préfet de Gryffondor, qui était aussi l'un des frères de son camarade de dortoir Ronald. C'était elle qui avait choisi la fleur, une variété moldue nommée Campanule. Neville redoubla d'attention puisque lui-même, n'avait que peu eu l'occasion de voir autre chose que des végétaux magiques.

Chacun se leva à tour de rôle et le jeune garçon peina à noter toutes les informations qui l'intéressaient sur le parchemin qu'il avait emporté avec lui. Il en fit même tomber sa plume lorsque son tour vint et qu'il dut parler en public. Il était d'un naturel maladroit et réservé et voir ces yeux braqués sur lui le paralysa un instant. C'était une épreuve encore différente que celle, quelques semaines plus tôt, du club de Duel, où il avait accompagné des amis plus enthousiastes que lui. Cette fois, il maîtrisait un peu le sujet sur lequel on l'interrogeait. Il se pencha alors vers le pot qu'il chérissait et s'appuya du regard sur le Ficus Pâtissier que sa grand-mère lui avait offert à son dernier Noël. Il inspira et commença à bégayer.
« Ceci est... un Ficus. Pâtissier. Comme vous vous en doutez, il a un lien avec le Petrificus Totalus avec un tel nom. En réalité, une sève claire est contenue dans ses feuilles. Cette sève est souvent utilisée dans des préparations sorcières pour des bonbons ou des gâteaux. Mais comme sa sève a été exploitée abusivement depuis deux siècles, le Ficus Pâtissier a développé un système de défense. Il paralyse celui qui touche ses feuilles en dégageant un gaz qui peut faire effet plusieurs heures. C'est donc assez dangereux de s'en occuper si on ne sait pas comment le flatter. »

Il s'arrêta, avala difficilement sa salive et reprit.
« On peut dire qu'il faut le neutraliser de la même manière qu'il le fait avec nous. Il faut tout simplement lui lancer un Petrificus Totalus. Cependant, de cette manière, il est impossible de détacher plus de deux feuilles de son corps crispé. C'est pour cette raison que les sucreries contenant sa sève sont devenues si chères. Le Ministère contrôle sévèrement les fabriques de sucre de ficus pour être certain qu'aucun arbre n'est abusé par le producteur. » Comme il ne savait pas bien comment conclure son discours, il baragouina :
« Et... Voilà, j'aime bien parce qu'il n'a pas d'épines mais parvient à se défendre même de manière passive. » Les deux élèves de serpentard qui s'étaient moqués de lui se penchèrent l'un vers l'autre, hilares. Mais alors qu'ils ouvraient la bouche pour chuchoter, la Préfète de leur maison, qui les accompagnait, les força à se lever et à quitter la serre n°4. Mrs Sprout la félicita chaleureusement :
« Merci Mademoiselle Farley, j'entends également que ce club de Botanique soit un lieu de partage et de tolérance. » Gemma Farley, qui avait présenté plus tôt une variété de rampants, la Ronce Doucereuse, hocha la tête et s'adressa directement à Neville.
« Ne fais pas attention à eux. Ils ne reviendront plus puisqu'ils ne sont pas là par amour de la Botanique. »

Le reste de leur réunion se déroula sans accroches et Neville fut inclus dans quelques bavardages amusants. Il rencontrait peu souvent des passionnés de plantes comme lui. Discuter avec des élèves plus âgés était chose rare, il n'avait pas d'amis très proches, et s'il appréciait ses camarades de dortoirs, ceux-ci n'y comprenaient rien en Botanique. Penelope Clearwater de Serdaigle, était un puits de connaissance sur toutes les espèces moldues, et Neville l'interrogea longtemps sur les campanules, les pâquerettes et les primevères. Mais soudain, alors qu'elle s'éternisait sur le mode de prolifération du pollen dans les terres désertiques, il la coupa avec maladresse :
« Euh pardon Pénélope mais je dois aller parler à la préfète de Serpentard. Sa plante avait l'air très intéressante. » Penelope pinça le nez mais lui fit signe d'y aller et accapara Hannah qui ouvrit de grands yeux effrayés. Neville appela la préfète des vert-et-argent mais sa voix, trop basse le trahit encore, et il dut attraper son coude pour l'empêcher de passer la porte. Elle se retourna, surprise, et se détendit en le découvrant, les joues rouges de honte.
« Neville, c'est ça ? » Il hocha vivement la tête.

« Je voulais en savoir plus sur La Ronce Doucereuse. Tu disais que son parfum a le pouvoir d'endormir ou de réveiller selon l'humeur.
-Pas exactement. C'est une plante sensible, elle perçoit les émotions de celui qui la touche, et y réagit. Par exemple, si une proie qu'elle convoite ressent de la panique face à son étreinte, elle diffuse une odeur apaisante. Si au contraire, elle se sent menacée par une autre essence, elle va émettre un fumet répulsif pour sa concurrente. C'est pour cette raison qu'elle entre dans la composition de plusieurs potions qui peuvent altérer les émotions de celui qui les hume ou les ingurgite. » Neville ouvrit la bouche en un O étonné.
« Tu as déjà constaté ses effets ? Par exemple, si ta plante reste dans ton dortoir, elle ne risque pas d'attaquer les autres serpentards ? » Gemma sourit et se pencha vers lui. Elle devait faire deux tête de plus que lui au moins.
« Est-ce que tu voudrais essayer ses effets ? » Neville recula d'un pas. D'un côté, il aurait bien aimé sentir ce parfum si changeant. De l'autre, il craignait un quelconque danger. C'était bien connu, il n'était pas courageux pour un sou. Gemma sentit sa réticence et ajouta :
« Tu sais, on peut extraire de l'eau de Ronce Doucereuse pour en faire de l'eau de toilette ou du parfum. Le pourcentage est si faible qu'il ne peut pas y avoir d'effet secondaire sur le long terme. » Neville ne pouvait cacher la lueur d'intérêt dans son regard. Gemma écarta lentement le pan de sa veste au blason serpentin et indiqua :
« J'en ai justement vaporisé sur mon cou ce matin. »

Neville retint un souffle accéléré. Il accorda un regard alentours mais les autres étaient partis ou discutaient passionnément. On ne leur accordait aucune importance. Sur la pointe des pieds, il se hissa à quelques centimètres de la peau pâle de Gemma et inspira profondément. Une bouffée de chaleur s'empara de lui et il tangua dangereusement, sa vision se brouillant dans sa périphérie, ne distinguant clairement sur sa pupille que les yeux sombres de l'élève plus âgée. Il tendit une main vers elle en quête de soutien. Elle l'aida à se redresser en prenant appui sur le montant de la porte. Puis, alors que ses sens exacerbés, percevaient chaque son, odeur, pulsation, saveur ou lumière émanant d'elle, il se sentit reprendre pied avec la réalité. Tout fut chassé en un instant par le col que Gemma rabattait sur son cou. Elle lui adressa un clin d'oeil et commenta :
« Impressionnant, hein ? » Neville la regarda s'éloigner, encore perturbé.
Image avec L'arc du guerrier Od, en Mongolie sorcière ! Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2373
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par BellaCarlisle » 02 juin 2018 - 20:01

Titre : Aux fleurs
Thème (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : Hannibal
Nombre de mots : 1041
Personnages : Hannibal/Will
Rating : Tout public
La décoration de la table d'Hannibal attire l'attention de Will. Comme à son habitude, le psychiatre a aligné des éléments aux couleurs harmonieuses, sans aucune fausse note. L'ancien consultant du FBI s'en amuse, un léger sourire aux lèvres. Il n'a pas la distinction du cannibale, se contentant d'une table sans fioriture avec des assiettes et des couverts mais il sait très bien que ce n'est pas suffisant pour quelqu'un comme son psy. Hannibal ressent toujours ce besoin d'impressionner, de tout faire en grand, de montrer qu'il est un artiste dans le moindre de ses gestes. Ils ne sont que deux pour ce repas, deux fugitifs qui tentent de se reconstruire dans une nouvelle vie, mais tout rappelle à Will leur existence passée.

Sans bruit, il se rapproche de la table. Les orchidées rouges sont magnifiques, il ne peut pas nier ce raffinement. Quelques roses à peine écloses tiennent compagnie à une fleur de pêcher aux belles teintes rosées. Will se demande s'il y a une signification à ce mélange, question qui lui tire un rictus. Bien sûr que tout ceci a un sens, c'est Hannibal qui en est à l'origine et il ne peut pas en être autrement. Au centre de la composition florale, un monticule de petites pierres et de mousse représente une falaise, ce qui accélère imperceptiblement les battements de cœur de l'ancien consultant. Il fait un pas en arrière, comme touché par un poignard, éloignant son regard de cette œuvre qui est un souvenir trop douloureux.

Déglutissant difficilement, Will finit par quitter la pièce, recherchant Hannibal. Le psychiatre est en train de ranger un peu son frigo pour trouver ce qui lui manque et l'empathe l'observe. Sa présence est vite repérée par le cannibale qui referme la porte du frigo d'une main, l'autre étant occupée à tenir un morceau de viande d'une bonne épaisseur. Il accueille le nouveau venu d'un signe de tête et l'invite à le rejoindre derrière le poste de travail. Un peu mal à l'aise, Will retire son manteau et le pose dans un coin avant de changer d'avis et d'aller le suspendre sur le porte-manteau qui est là dans cet unique but. Il revient ensuite aux côtés du psychiatre et remonte les manches de sa chemise. Il est surpris lorsqu'Hannibal passe derrière lui pour nouer un tablier autour de sa taille.

Le psychiatre retourne ensuite à son morceau de viande qu'il coupe en deux. Il en pose une moitié sur la planche à découper qui fait face à Will. Ensemble, ils taillent la viande, l'un d'une main experte en découpant des morceaux réguliers tandis que l'autre essaye de faire de son mieux avec beaucoup de maladresse. À chaque fois que son couteau tranche la chair, l’esprit de l’ancien consultant divague et les visages des morts viennent hanter son esprit. Sans le vouloir, il repense à tous ces corps sans vie disposés à la morgue, à toutes les enquêtes menées avec Jack Crawford dans l’espoir de retrouver l’éventreur de Chesapeake. Et voilà qu’il est en train de cuisiner avec lui sans la moindre honte, sans le moindre remord.

Comme s’il avait suivi le fil de ses pensées, Hannibal pose son propre couteau à côté de sa planche à découper. Il arrête le mouvement de Will en attrapant délicatement son poignet, le forçant à le regarder, à croiser son regard. L’ancien consultant n’a jamais été à l’aise avec les contacts visuels et il doit se faire violence pour s’obliger à relever les yeux vers son psychiatre. Ce dernier porte une main à son visage, caressant sa joue d’un geste affectueux, avec un sourire aux coins des lèvres.

- Ressasser le passé ne sert à rien, Will. Nous avons un avenir, désormais.
- Je ne sais pas où j’en suis, soupire le susnommé. Nous devrions déjà être entre les mains de la police, ils ne sont pas stupides au point de ne pas avoir retrouvé notre trace.
- J’ai fait en sorte que personne ne puisse remonter jusqu’à nous, proteste Hannibal. Je n’en suis pas à ma première fois et je peux garantir que nous aurons de quoi attendre de longs mois ici.
- Et si je décidais de changer d’avis ? De vous livrer aux autorités locales ?
- Vous ne le ferez pas. Vous auriez pu, les premiers jours, mais vous avez fait votre choix.

L’ancien consultant n’ajoute rien aux paroles du cannibale. Celui-ci récupère les morceaux de viande et conseille à son compagnon de fuite d’aller prendre place à table. Il obtempère sans poser de questions supplémentaires, s’installant sur une chaise en soupirant. Il reporte à nouveau son attention sur la composition florale, remarquant des détails de plus en plus clairs. Des chrysanthèmes rouges sont mêlés à des acanthes, formant un ensemble qui trouble Will sans qu’il en comprenne la raison réelle.

- Les chrysanthèmes rouges sont une déclaration d’amour, n’est-ce pas ?

Il parle à voix hautes en sachant qu’Hannibal est derrière lui, non loin, à attendre des observations de sa part. Le psychiatre s’avance vers lui, posant ses mains sur ses épaules et se penchant jusqu’à ce que son souffle effleure la joue de Will.

- Leur signification est simple, murmure-t-il.

Will tourne un peu la tête, suffisamment pour croiser à nouveau le regard du cannibale. Ce dernier n’hésite pas un instant de plus avant de l’embrasser, y mettant beaucoup de légèreté, comme s’il ne voulait pas le blesser. L’ancien consultant est un instant étonné par ce geste mais il le savoure avec délectation, ce qui le surprend lui-même. Il ne laisse pas le temps à son psychiatre de reculer, répondant à ce baiser avec une étrange sensation au creux de son ventre. C’est bien la première fois qu’il embrasse un homme et au lieu d’être dégoûté, il doit bien admettre qu’il en est heureux. Ses lèvres contre celles d’Hannibal semblent avoir enfin trouvé leurs jumelles et il ferme les yeux, transporté tout entier par cette nouveauté qui est loin d’être désagréable.

De toute manière, par ces fleurs que tous associent à la mort, Hannibal lui a fait la plus belle des déclarations. Une déclaration d’amour, l’une de celles qu’il mettra sans doute du temps à entendre vraiment de sa bouche mais qu’il lui offre par une représentation artistique.

Je vous aime.
Image

Avatar de l’utilisateur
Caroliloonette
Première Moldue à Poudlard
Messages : 5288
Inscription : 14 sept. 2009 - 19:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Caroliloonette » 02 juin 2018 - 20:03

Titre :
Thème : Scénaristique vous devez citer cinq végétaux dans votre texte
Fandom : HPF
Nombre de mots : 699 mots
Personnages : Pomona Chourave
Rating : Tout public
Pomona se trouvait dans sa serre personnelle depuis l’aube. Elle adorait se lever très tôt et rendre immédiatement visite à ses plantes adorées. Depuis qu’elle ne travaillait plus à Poudlard elle s’était achetée une petite maison dans un coin perdu du nord de l’Angleterre. Ici elle pouvait élever ses plantes magiques sans attirer l’attention de personne.

Son carton d’invitation pour la cérémonie du souvenir que se teindrait aujourd’hui même à Poudlard trainait toujours dans son enveloppe d’origine sur sa cheminée. Elle n’avait pas l’intention de s’y rendre. La vérité c’est qu’elle n’avait jamais remis les pieds dans l’enceinte de l’école depuis qu’elle avait pris sa retraite dix années auparavant. Dix-huit ans désormais que Lord Voldemort avait été vaincu. Dix-huit ans que le monde magique vivait en paix. Et pourtant, parfois elle se remémorait des éléments de la bataille comme si cette dernière avait eu lieu pas plus tard que la veille. Elle observa l’envol d’un groupe de moineaux avant de reporter son attention sur ses voltiflors qu’elle inspecta sous toutes les coutures. De nouvelles pousses étaient apparues sur certains, ce qui réchauffa le cœur de l’ancienne professeure de botanique.

Cela faisait une éternité que Pomona Chourave n’avait pas eu les ongles propres, mais elle ne s’en souciait guère. Elle ne s’en était d’ailleurs, jamais souciée. Prendre soin de ses boutures, rempoter ses bulbes sauteurs, leur courir après lorsque ces derniers lui échappaient, lui procurait chaque jour beaucoup de joie. Elle se sentait bien au milieu de ses plantes. Tout était parfait.

En cette journée du 2 mai 2016, elle n’allait certainement pas modifier ses habitudes. Son carton d’invitation pour la commémoration de la bataille de Poudlard traînait toujours sur le rebord de sa cheminée. Elle avait poliment décliné l’invitation en prétextant qu’elle était déjà conviée chez des amis moldus. Eux, ils ne connaissaient pas l’importance de la date du 2 mai. Cela aurait pu être tout à fait crédible.
Un énorme hibou se posa ses rosiers rouge et blanc. Elle commença par le chasser avant de s’apercevoir que ce dernier avait une lettre accrochée à sa patte droite. Elle détacha la missive avec soin avant de chasser définitivement le volatile. La lettre venait de Poudlard, elle s’en saurait doutée.

Chère professeure,

Je me doute que vous ne serez pas présente parmi nous aujourd’hui. Inutile de vous préciser que je n’ai pas cru une seconde à votre invitation. Je comprends tout à fait que cela puisse être compliqué pour vous de revenir à Poudlard. J’espère que vous y parviendrez un jour. Je vous accueillerai avec joie. Les fleurs géantes de la serre numéro trois sont toujours aussi magnifiques. Je tâcherai de vous faire parvenir une photographie la prochaine fois que je vous écrirai. Sachez en tout cas, que j’en ai pris soin.

J’ai un magnifique Mimbulus Mimbletonia que j’ai réservé expressément pour vous. J’ai beaucoup de volontaires qui souhaitent se l’accaparer, mais je leur ai bien précisé que c’était le vôtre. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il s’agit de ma plante préféré et que je me ferai une joie de pouvoir vous prodiguer les meilleurs conseils pour soigner cette plante.

Au plaisir de vous lire prochainement et de vous revoir.

Affectueusement,
Neville Londubat


Elle ne doutait pas une seconde du soin que Neville avait dû apporter aux plantes qu’elle lui avait léguées avec le poste. Elle avait toujours eu confiance en ses capacités à devenir professeur de botanique. Et elle était heureuse de voir qu’elle ne s’était pas trompée. Neville Londubat était l’élève qui lui avait redonné foi en son métier quand elle se sentait démunie face à des élèves qui ne semblaient pas s’intéresser à sa matière. Elle s’était retrouvée dans la passion et l’émerveillement du jeune Gryffondor face aux nouvelles plantes qu’ils étudiaient. Elle espérait de tout cœur qu’à son tour, Neville puisse rencontrer un.e élève qui partage le même amour que lui pour les plantes.

Et un jour prochain, lorsqu’elle se sentira prête, elle retournera à Poudlard pour redécouvrir avec des yeux émerveillés les serres qu’elle a fréquentées pendant de longues années. Et puis ce sera l’occasion aussi de voir son successeur à l’œuvre et de récupérer le Mimbulus Mimbletonia promis. Mais pour l’heure, ses mandragores l’attendaient.
Image

Avatar de l’utilisateur
kiwxi
Vigile à baguette du Ministère
Messages : 1877
Inscription : 10 sept. 2011 - 12:41

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par kiwxi » 02 juin 2018 - 20:09

Titre : Mimbulus Mimbletonia
Thème (scénaristique ou stylistique) : Les deux thèmes
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 435
Personnages : Neville Londubat et le professeur Chourave
Rating : Tout public
- Ne vous inquiétez pas ne ce sera pas long, ça devrait bien se passer. Veuillez patienter là avec les autres, en attendant votre tour, Monsieur Londubat.
- Merci.

Tous étaient tendus, à leur manière. Ils étaient sept à se présenter à ce poste, quatre hommes et trois femmes. Tous d’anciens élèves de Poudlard, qui voulaient y revenir pour être de ceux qui enseignent et qui prodiguent leur savoirs au plus jeunes. Sept personnes qui, pour différentes raisons, espéraient être celui sélectionné à la fin. Six autres contre lesquels, ils devaient se battre. Rien de plus angoissant quand l’on ne savait pas se vendre, se mettre en avant… Encore combien de temps avant qu’ils puissent en repartir ? Comment se démarquer des autres ? Quelles questions seront posées ? Tant d’enjeux étaient de mise. Tant d’espoir et d’envie… Que pouvaient-ils bien faire d’ingénieux pour sortir du lot ?

Les uns après les autres ils passèrent. Certains resortaient aussi stressés qu’à leur entrée, d’autres semblaient plus soulagés. Rien de rassurant là-dedans…

- Monsieur Londubat, veuillez venir s’il-vous-plait.

Dès qu’ils furent assis, ils purent se toiser, neutres mais pas sans inquiétudes.

- On peut dire que cela fait un moment que l’on ne sait pas vu tous les deux, n’est-ce pas ?
- En effet, Madame Chourave.
- Qu’êtes-vous devenu depuis la Grande Guerre ?

Ils échangèrent quelques minutes sur les différentes études de plantes et ses nombreuses nouvelles compétences en botanique acquises depuis la défaite des forces du mal. Tout cela a pu être acquis par le biais de formations supérieures, mais aussi de nombreux voyages sur les différents continents du monde sorciers. Puis virent les quelques questions personnelles tant redoutées…

- Pourquoi l’enseignement ? Et ne pas continuer les cherches dans le domaine ?
- Partager ses connaissances et son techniques sont primordiaux, même en botanique, Quoique peuvent en dire ou penser certains. Comment peut-on bien concocter des potions ou filtres sans connaitre les effets de chacune des plantes utilisées ? Comment prévenir leurs effets indésirables sans les connaitre ?
- Très bien. Pouvez-vous me citer deux plantes dont nous avons pu parler en cours.
- Bien sûr, les mandragores mais aussi les filets du diable.
- Et enfin pour finir, pouvez-vous me citer trois plantes magiques dont vous avez entendu parler à Poudlard en dehors de mes cours ?
- Les saules cogneur, les branchiflores et les cactus tel que Mimbulus Mimbletonia.
- Parfait. Nous pouvons nous en arrêter là.

Après quelques annotions, leurs yeux se fixèrent à nouveau.

- Tous les professeurs de Poudlard seront ravis de vous accueillir dès septembre, Monsieur Londubat.
Image
"Death is so terribly final, while life is full of possibilities."
Image Nouveau chapitre d'Entre fiole et papiersImage

Avatar de l’utilisateur
LilTangerine
Comptable chez Gringotts
Messages : 1234
Inscription : 21 mai 2012 - 18:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par LilTangerine » 02 juin 2018 - 20:25

Titre : Pyromane
Thème (scénaristique ou stylistique) : Pas de virgule, description d'une émotion
Fandom : /
Nombre de mots : 96
Personnages : /
Rating : /
C'était la pluie sur sa peau brûlante
C'était l'étincelle
Et la mèche d'un bâton de dynamite
C'était l'orage

Et à chaque coup de tonnerre
C'était un cri sauvage
Ca lui déchirait la gorge et le ciel

C'était la puissance
Des muscles sous sa peau
De chacune de ses foulées
Elle en aurait presque volé

C'était son royaume et elle était invincible
C'était conquérir la vie et la mort
Et puis tout le reste avec

C'était la liberté
L'incendie
Le chaos
C'était la joie qu'elle aimait de tout son être
Et qui la consumerait

Un jour

Peut-être
Image
"But I don't want comfort. I want poetry. I want danger. I want freedom. I want goodness. I want sin." - Aldous Huxley

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 624
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Westyversionfrench » 02 juin 2018 - 20:27

Titre : Lionnes en Mirroir
Thème (scénaristique ou stylistique) : Vous devez écrire sans virgule (stylistique) et décrire une émotion au sein de votre texte (scénaristique).
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 384
Personnages : Molly Weasley, Narcissa Malfoy
Rating : Tous Publics
Cela avait réveillé quelque chose en Molly. Elle ne pouvait oublier l'attitude de cette femme. Il lui semblait qu'elles étaient dissemblables en tous points. Et ce jour là pourtant... Molly Weasley avait ressenti pour Narcissa Malfoy comme une forme de respect. Elle n'avait pas pu y penser après. Les événements dramatiques qui lui avaient arraché un fils la plongèrent dans l'apathie. Il lui sembla qu'elle était morte en même temps que Fred. Elle entendait sa voix tous les jours. Elle n'était pas lointaine. Elle était si claire et si proche qu'elle crut souvent l'avoir rejoint là haut ou dans les entrailles de la Terre. Il cessa finalement de la hanter. Molly put alors penser à cette femme. Elle avait six enfants merveilleux pour qui elle devait rester en vie. Elle n'osait imaginer ce que devait être la peur de perdre son unique enfant. Et si Fred avait été sa seule progéniture ? Ces réflexions renforcèrent son appréciation de cette méconnue. Il fallut même un jour qu'elle la rencontre.

Molly n'avait rien prémédité. Elle avait toujours été une femme de cœur et d'instinct. Sa raison intérieure lui hurlait d'estimer cette femme. Son cœur endeuillé la plongeait parfois dans des colères à cet égard. Mais l'incendie mourrait lorsqu'elle voyait Bill ou Ginny rire et danser. Sans doute que Madame Malfoy était soulagée chaque fois qu'elle distinguait le pouls de son fils battre dans sa poitrine. Molly l'imaginait. La froide aristocrate qu'elle devait être se contentait sans doute de baiser le front de l'héritier. Cela suffisait à Molly pour lui donner une chance. Sa raison venait à l'appui de ses sentiments également. Les Malfoy et les Weasley se faisaient la guerre depuis bien trop longtemps. Alors elle rédigea un petit billet qu'il fallut envoyer au Manoir. Elle emprunta même Hermès à Percy pour cette précieuse mission. Une réponse ne tarda pas à lui parvenir. C'était bref et sobre mais ça la remplit de satisfaction pour des heures.

Madame Weasley

Je vous prie de croire à la surprise causée par votre missive. Je m'interroge sur votre invitation inattendue. Je crains également les déboires qu'elle pourrait causer entre nos deux familles. Mon sang de Black me pousse toutefois à vous répondre par l'affirmative. J'attends votre hibou pour connaître le jour qui vous convient le mieux.

Salutations sincères

Narcissa Malfoy
Image avec L'arc du guerrier Od, en Mongolie sorcière ! Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2373
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par BellaCarlisle » 02 juin 2018 - 20:54

Titre : Sous les feux de la colère
Thème (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : Thor/Avengers (Infinity War UA)
Nombre de mots : 1 103
Personnages : Loki, Thor, Thanos
Rating : Tout public
La colère.

Elle est là, brûlante, noyant son esprit, inondant ses veines. Elle lui souffle des mots durs à entendre, lui murmure des envies à chaque fois plus violente. Ses poings se serrent et se desserrent au rythme de sa respiration, sans l’apaiser, ne faisant qu’accentuer son malaise. Il tente de songer à autre chose, de mettre de côté cette émotion qui fait chanter sa magie et qui le tient dans sa coupe.

Il veut hurler.

Hurler contre le monde. Hurler contre la trahison. Hurler contre la mort. Il aimerait crier à s’en déchirer les cordes vocales, contre tous ceux qui ont un jour croisé son chemin. Hurler, encore et encore, comme le loup hurle à la lune, comme l’enfant hurle lors de ses premiers instants de vie. Hurler face à tant d’injustice, face à tout ce malheur qui ne cesse de s’abattre sur lui.

Il veut tuer.

Il a déjà pris des vies, à plusieurs reprises. Consciemment et inconsciemment. Sous les ordres d’un autre, sous ses propres directives. Il a tué par la magie, par la lame d’un poignard ou par le poison. Mais jamais encore il n’a ressenti cette secousse dans son être, celle qui le pousse à vouloir se lancer contre son ennemi avec une brutale soif de sang.

Loki ne réfléchit plus.

À quoi bon perdre du temps en questions vaines ? Il a mieux à faire, il peut encore agir. N’est-il donc qu’un pantin entre les mains de cet univers ? Une pauvre marionnette qui n’a aucune volonté et qui regarde dans le vide sans libre arbitre. Il en déchire ses fils, pour échapper aux mains manipulatrices, pour tendre ses bras et ses jambes vers cette immense silhouette qui se dresse face à lui. Pour passer à l’acte, cette fois-ci, réellement, et ne pas se contenter de penser.

Il tremble.

Il a conscience de la faiblesse de son corps. Ce n’est pas la peur, non. C’est la colère, encore là, qui ronge chaque organe à portée de son venin. Il tremble de rage, les lèvres pincées, le buste en avant, dans son élan pour planter le cœur de l’ennemi. Ses jambes ne sont pas fiables, ses bras non plus. Il avance malgré tout, envahi par un besoin irrésistible. Alors il accorde une brève pensée à cette famille étrange, à ceux qui étaient là depuis son enfance, à ceux qu’il a perdu.

Odin.

Il pense à son père adoptif, cet homme qu’il vénérait et qui s’est servi de lui depuis le début. Il l’a recueilli et élevé dans l’unique but de l’utiliser comme monnaie, pour payer une paix impossible, pour créer une alliance entre deux peuples opposés en tout. Ce même Père de Tout qu’il a fait souffrir à son tour, pour lui montrer ce qu’il ressentait, pour faire régner sa propre justice. Cet homme roi d’Asgard qui est mort.

Frigga.

Elle a été son rayon de soleil, la seule à le comprendre. Elle l’a aidé à manipuler les forces de la magie, à user de cette énergie typiquement féminine mais qu’il aimait découvrir jour après jour. Mère adoptive dans les faits mais mère de cœur au fond de lui. Une mère qui a été brisée par la lame d’un Elfe noir trop cruel, une mère qu’il ne reverra pas alors qu’il n’avait qu’elle pour l’éclairer dans les ombres de sa conscience défaillante.

Thor.

Lui est là, si près mais pourtant si loin. Sa tête sous la main de Thanos sera bientôt un crâne écrasé. Frère adoptif et ennemi, les deux à la fois. Ils ont grandi côte à côte, ils ont appris les mêmes leçons d’Histoire, ont joué aux mêmes jeux. Puis ils se sont battus, ensemble, et l’un contre l’autre. Ils se sont battus sur Asgard et sur Terre, et à chaque fois, il a eu le mauvais rôle. C’était Thor le meilleur, le futur prince, l’être qu’ils acclamaient tous. Et il ressent cet amour fraternel envers lui, même après tant d’années à ne plus savoir ce qu’ils sont l’un pour l’autre.

Il hurle.

Enfin, le cri sort de sa bouche. Il déchire l’air, vibre, exprime toute la colère qui le parcourt. Il hurle son désespoir et son chagrin, il hurle sa honte et ses remords. Les regards sont tous tournés vers lui, amis ou ennemis, comme une toile de fond. Il hurle contre le titan, contre cette masse monstrueuse, contre ce corps robuste qu’il vise de son poignard.

Une main l’arrête.

Une douleur étrange fuse dans son poignet alors que son regard s’agrandit. Son arme tombe au sol, dans un bruit faible, presque inaudible. Aussitôt, la souffrance se déplace à sa gorge alors que les doigts du titan fou se pressent autour de son cou gracile. Il s’étouffe, se débat, inspire et expire difficilement. Il porte ses deux mains à celle de son adversaire mais ne parvient pas à l’enlever. Sa magie est inefficace dans cette situation, il ne tente pas de faire appel à ses pouvoirs.

Un regain d’énergie revient.

Sans baisser les bras, le prince aux yeux verts plonge son regard dans celui de l’ennemi. Thanos est souriant, comme un enfant qui reçoit un cadeau, sans faire attention à l’émotion qui luit dans les pupilles du Jotün. Elle a perdu en intensité mais la colère est encore là, serpentant dans ses membres, cherchant un moyen de sortir dans l’air et de triompher. Elle le pousse à griffer le titan, à lui décocher des coups de pieds furieux.

La pression s’affermit.

Il suffoque, d’un seul coup. Il sent bien qu’il ne gagnera pas, que son adversaire est en train de gagner. Son regard se perd dans celui de Thor et ce qu’il y découvre le glace. Il n’y a aucune volonté dans les orbes bleues du dieu du tonnerre. Il a perdu cet espoir qui les animait, cette perspective d’avenir pour le peuple d’Asgard. Ils sont entourés par les cadavres des Ases, preuve ultime de leur impuissance, de leur égo. Qui croyaient-ils être pour changer le cours des choses ?

Une brisure.

Le premier os craque sous la poigne de Thanos. La colère qui animait le dieu de la malice s’évanouit brutalement, le vidant de toute émotion, laissant une ardoise vierge pour la prochaine sensation. Il a trompé la mort tant de fois, pourquoi ne réussirait-il pas un nouveau coup de maître ? Il a conscience de l’absurdité du moment. Il ne peut pas échapper à son destin éternellement et c’est au titan de lui ôter son dernier souffle.

Alors soudainement, un dernier sursaut le saisit. Aussi grande que la colère, une autre émotion se déverse en lui, dans la moindre petite cellule.

La peur.
Image

Avatar de l’utilisateur
Berserkr
Stagiaire chez W&W
Messages : 907
Inscription : 12 mars 2014 - 22:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Berserkr » 02 juin 2018 - 21:00

Titre : Coeur Papillon
Thème : Défi scénaristique
Personnages : Des OC
Fandom : HP
Rating : /
Nb de mots : 120
Merde, c’est juste Debra Colby quoi. On a le même âge mais c’est déjà une vieille fille, en plus, je ne vais probablement rien en tirer de bon. Elle est chiante et passe son temps derrière ses bouquins. Voilà qu’elle parle de rester se battre. Moi je n’ai pas l’intention de rester, je dois faire sortir mon frère de Poudlard au plus vite.

Bon d’accord, elle est incroyablement jolie, pleine de vie malgré la merde dans laquelle on se trouve. Puis voir quelqu’un sourire à ce point, ça réchauffe le coeur. Putain Voldemort et les siens peuvent bien venir maintenant, je me sens prêt à déplacer des montagnes.

Reste là, le coeur ! Pourquoi tu veux t’envoler comme ça ?
T’es pas à l’aise ici ?
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 624
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Westyversionfrench » 02 juin 2018 - 21:16

Titre : Belong
Thème (scénaristique ou stylistique) : Pour les personnes souhaitant écrire de la fanfiction, vous devez insérer un personnage d'un autre fandom que celui d'origine (type cross-over) : scénaristique.
Fandom : Harry Potter / Lord of The Rings
Nombre de mots : 286
Personnages : Draco Malfoy, Thranduil.
Rating : Tous Publics
Depuis qu'il était arrivé en Terre du Milieu, Draco était saisi d'un sentiment mitigé d'appartenance. Il avait été choqué lorsqu'on lui avait fait comprendre qu'il était lié par le sang à des elfes. Entendez-le bien, il était habitué aux Elfes de Maison de son propre univers. Et chez lui, ces êtres n'avaient à la fois rien d'humain et rien de noble à ses yeux. Et soudainement, il était le demi-frère d'un Roi des Elfes. Il n'arrivait toujours pas à se dire que Thranduil était le fils de Lucius et Dumbledore, et que pourtant il était plus âgé que ses deux pères. Mais d'après Dumbledore, Thranduil était le fruit de leur communion musicale, ce qui en faisait par essence une création d'Eru, le dieu suprême de la Terre du Milieu. Tout ceci le dépassait d'autant plus que si aucun des parents de Thranduil n'était un elfe, il en était un. Et Draco ne ressemblait pas aux elfes de Terre du Milieu mais bel et bien aux Hommes. Il avait mille fois plus de points communs, physiquement et culturellement, avec Aragorn et Boromir, qu'avec son neveu Legolas. Et par dessus le marché, il se passionnait pour la civilisation des Nains. Plus les semaines s'écoulaient, plus de gens ils rencontraient, plus il ne sentait en lui aucune appartenance. Il aurait pu se dire qu'il s'agissait simplement du fait d'être étranger à ce monde. Il avait trouvé ici des personnes qui le comprenaient mieux que ses semblables d'origine. Et il avait toujours sonné faux dans son propre monde. Il se promit d'en parler avec Thranduil la prochaine fois qu'il le verrait. Si celui-ci était froid et distant, Draco se disait qu'ils devaient partager ce point commun, de par leurs origines.
Image avec L'arc du guerrier Od, en Mongolie sorcière ! Image

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2584
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Carminny » 02 juin 2018 - 21:28

Titre : S'envoler
Thème (scénaristique ou stylistique) : sans virgule
Fandom : HP
Nombre de mots : 100
Personnages : Aurora Lovegood
Rating : Tout public
Aurora Lovegood rêvait. Ses bras devenaient ailes et son nez devenait bec. Ses vêtements se transformaient en plumes et son vertige se dissolvait. Aurora survolait une forêt puis une plaine. Des licornes et des veaudelunes broutaient tranquillement l’herbe d’automne. Des héliopathes et des sombrals couraient contre leurs ombres. Aurora monta dans le ciel puis dépassa un nuage. La lune et les étoiles brillaient de toute leur âme. Des chouettes et autres rapaces nocturnes virevoltaient dans les airs frais des premières heures du jour. Aurora écartait ses ailes et se laissa porter en direction du vieux château. En direction de l’aurore.
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2373
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par BellaCarlisle » 02 juin 2018 - 21:55

Titre : Un diable d’inconnu
Thème (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : Agents of Shield x Lucifer
Nombre de mots : 1199
Personnages : May, Coulson, Daisy, Lucifer
Rating : Tout public
Derrière son bureau, Phil trie différents papiers. L’orage survenu la veille a été si violent que les fenêtres n’ont pas tenu le choc, s’ouvrant brutalement dans chaque pièce et noyant les meubles. May lui a clairement fait comprendre que c’était prévisible, parce qu’il a choisi de se planquer dans un repaire complètement délabré. L’Agent n’est pas entièrement d’accord, ce n’est qu’un événement isolé et qui ne changera rien à sa prise de décision. Il lui faut seulement un peu de temps pour remettre en ordre les rapports qui ont échappé au désastre des eaux, rien de plus.

La porte de la pièce s’ouvre brusquement sur Daisy. Son supérieur devine d’un seul regard que la lueur qui brille dans ses yeux est une colère contenue. La jeune femme n’est plus aussi émotive qu’à ses débuts mais elle a tendance parfois à se laisser emporter si elle est trop énervée par ses collègues. Il lui adresse un sourire avenant, pour l’apaiser un peu, prêt à écouter ce qu’elle a à lui dire. Elle tire une chaise vers elle et s’y assoit en soupirant, passant une main sur ses paupières avant d’expliquer enfin la situation.

- Un individu inconnu vient d’entrer, il s’est fait prendre par May.
- Si elle a résolu le problème, il n’y a aucun souci.
- Sauf que ce mystérieux inconnu est en train de nous faire tourner en bourrique. Il prétend s’appeler Lucifer Morningstar, comme le diable.

Aussitôt, Phil se lève de son siège, bondissant presque. L’Inhumaine l’imite avant de passer devant lui pour le mener vers la pièce réarrangée en salle d’interrogatoire. Un homme est tranquillement assis sur une chaise en ferraille, ses longues jambes tendues devant lui. Il est tout à fait humain de par son apparence, avec des cheveux noirs coupés courts et un regard charmeur. Vêtu d’un costume sûrement fait sur mesure, il ne ressemble ni à un dangereux criminel, ni à un possible maître des Enfers. L’agent Coulson se demande un instant si sa jeune collègue n’a pas eu un léger problème d’audition mais May vient contredire sa supposition.

- Il n’a pas changé de version des faits. Il continue de déclarer être Lucifer.
- S’il est celui qu’il prétend, il peut sortir d’ici comme il le veut, remarque Phil. Il ne devrait même plus être là.
- Peut-être qu’il a une maladie mentale qui lui fait croire qu’il est le diable, propose Daisy. Après tout, Garrett croyait bien avoir eu un aperçu des secrets de l’Univers.
- À la différence que John a réellement vu l’Univers, rétorque Coulson en grimaçant. Et je sais de quoi je parle.

Le silence prend place entre les trois agents. Daisy est tentée de se rendre au laboratoire pour faire venir Jemma et Leo. Une analyse sanguine très pointue les aiderait peut-être, ou tout autre expérience du même calibre. Un certain diable n’aurait sûrement pas le même ADN que le commun des mortels. Elle ne propose pourtant pas cette solution aux deux autres, parce qu’elle sait que May a moyennement confiance dans la science depuis la dernière expérience explosive de Fitz et parce que Coulson n’est pas très enclin à expérimenter des techniques sur les autres car cela lui rappelle trop ses propres expérimentations sous les mains du Shield.

Phil prend finalement la décision d’aller voir de lui-même l’inconnu. Il accepte la présence des deux femmes à ses côtés alors qu’il prend place face aux mystérieux Lucifer Morningstar. Ce dernier se redresse avec élégance, adresse un clin d’œil à May et Daisy puis plante son regard dans celui de l’Agent. Au début, aucun des deux ne parle, ils s’observent mutuellement, comme deux personnes prêtes à défendre leur territoire. C’est finalement l’individu peu recommandable qui ouvre la bouche le premier, avec un sourire qui lui est typique.

- Agent Phil Coulson. Je sens que vous êtes persuadé que je suis un menteur.
- Pourquoi ne le seriez-vous pas ?
- Je n’ai pas l’habitude de mentir, pas à tout le monde. J’ai été attiré ici après l’orage, en prévision du prochain déluge.
- Actuellement, je me moque de vos motivations, je veux seulement connaître votre identité.
- Elles ne vous l’ont pas dit ? Je me nomme Lucifer Morningstar et …
- Vous êtes le diable, j’ai cru comprendre cette partie, ironise Phil. Et j’attends de savoir qui vous êtes véritablement.
- Vous les humains, vraiment, soupire l’ange déchu. Bon, je risque de me répéter mais je suis Lu-ci-fer Mor-ning-star.

Sa manière de détacher chaque syllabe agace prodigieusement l’Agent qui n’est pourtant pas réputé pour son manque de professionnalisme. Au contraire, il a tendance à garder son calme, bien plus que ses coéquipiers, mais la simple présence de cet individu dans les locaux de leur planque commence à l’irriter plus qu’il ne souhaite l’avouer.

- Vous n’êtes pas le diable, c’est impos…
- Impossible ? le coupe le diable. Sérieusement, agent Coulson, combien de choses impossibles avez-vous vues depuis l’invasion de New York ? Les extraterrestres, les dieux, les monstres verts, toutes ces créatures qui ne devraient même pas vivre sur Terre ont croisé votre chemin.
- Entre rencontrer un dieu et le diable, il y a une certaine différence, réplique Daisy en se rapprochant.
- Mademoiselle Johnson, je ne suis pas d’accord avec vous. Quelle différence existe-t-il entre eux et moi ? Si vous croyez en Dieu, vous croyez en moi, nous sommes indissociables.
- Sauf qu’on ne parle pas là de Dieu au sens propre du terme, intervient May, mais d’être qui vivent plus longtemps qu’un humain classique. Les dieux d’Asgard ne sont pas des dieux comme vous l’entendez.

Lassé de ne pas être cru, Lucifer se lève. Les trois agents braquent leurs armes sur lui dans un même mouvement, ce qui lui tire un sourire amusé alors qu’il montre ses mains vides, comme un signe d’innocence.

- Vous pouvez me tirer dessus, je suis immortel.

La seule qui le prend au mot est May. La détonation retentit rapidement, la balle traverse l’espace entre la Cavalry et le diable puis entre dans son épaule avant de ressortir. Le trou est nettement visible sur son costume et il râle contre cet accroc imprévu, ayant supposé que personne ne tenterait de réellement le blesser. Sous les yeux médusés des agents, sa peau se referme tout de suite et il esquisse un nouveau sourire.

- Alors vous voyez ! Je suis immortel. Et j’ai d’autres capacités.

Sans même lui demander son avis, il se rapproche de Phil et plante à nouveau son regard dans le sien, usant de sa persuasion sur l’Agent.

- Dites-moi, agent Coulson, quel est votre plus grand désir ?
- J’aimerais dire à Daisy que je l’aime.
- Mince alors, j’ai gâché le romantisme de la situation ! s’offusque Lucifer. J’aurais peut-être dû poser une autre question.

Dès que sa phrase se finit, un silence gêné s’ensuit. Phil semble être sur le point de se faire tout petit pour se faufiler par le trou de la serrure – mais il n’est pas Ant-Man et n’a pas ce pouvoir – alors que Daisy a viré au rouge. Seule May est satisfaite par cet aveu, depuis le temps qu’elle essaye de les pousser à s’avouer leurs sentiments respectifs.
Image

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2584
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Carminny » 02 juin 2018 - 21:59

Titre : Juste un livre
Thème (scénaristique) : Cross-over
Fandom : Harry Potter / Mary Poppins
Nombre de mots : 100
Personnages : Aurora Lovegood, Ethel Crochue (OCs), Mary Poppins
Rating : Tout public
– Que lis-tu ?
Ethel essaya de lire le titre du livre qu’Aurora tenait entre les mains. C’était un petit livre bleu usé. Aurora leva le regard sur le paquet de bonbons que tenait son amie et lui sourit.
– Mary Poppins.
Peut-être avait-elle distraitement joué avec sa baguette, ou quelqu’un avait-il utilisé de la poudre de cheminette à cet instant. En tout cas le personnage éponyme apparut soudain devant les deux Serdaigle.
– Ah non, vous êtes déjà trop âgées pour avoir besoin de mes services ! Je repars immédiatement !
Déjà la bonne femme avait disparu, laissant Aurora et Ethel échanger un regard confus.
Titre : Au bord du Lac
Thème (stylistique) : pas de phrase d'exclamation ni d'interrogation
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 100
Personnages : Aurora Lovegood (OC)
Rating : Tout public
Aurora s’était étendue sur la berge du Lac Noir. Autour d’elle voletait paresseusement des insectes. Le calamar géant réchauffait ses tentacules à la surface de l’eau. Quelques élèves se baignaient plus loin. Une légère brise caressait les cheveux blonds de la Serdaigle. Des oiseaux chantaient à l’orée de la Forêt Interdite. Une libellule tourna autour d’Aurora puis se posa sur le bout de son nez. Un rire partait du cours de Soin aux Créatures Magiques. Les arbres voguaient dans le vent. Quelques hiboux se disputaient à la volière. Le soleil brillait. Des nuages traversaient le ciel bleu. La libellule s’envola.
Image

Avatar de l’utilisateur
Berserkr
Stagiaire chez W&W
Messages : 907
Inscription : 12 mars 2014 - 22:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Berserkr » 02 juin 2018 - 22:01

Titre : Deadpool kill the HP Universe ( héhé)
Thème : Défi scénaristique
Personnages : Peut-être Harry Potter, ou Voldemort (Bon peut-être pas tout le monde non plus, l’auteur écrit aussi vite qu’une mamie atteinte de Parkinson) voir juste des persos random. Enfin y a moi bien sûr !
Fandom : HP/ Deadpool
Rating : Tout public … Non mais t’as cru !
Nb de mots : Euh ...
Je pensais avoir tout fait, vous voyez. Tuer quasiment tous mes potos des Avengers etc. Faire enrager Thanos en lui piquant sa nana ou même former une équipe avec des moi issus d’univers parallèles. Devenir star de cinéma à deux reprises aussi ( oui deux pas trois, fermez vos gueules ! )

Qui je suis ? Je suis Deadpool. Et mon plus grand pouvoir, c’est mon irresponsabilité.

Un truc a pété alors que j’enquêtais dans un immeuble abandonné avec ce cher Poilverine, et je me suis retrouvé dans une vieille ruelle miteuse. Je ne sais pas trop où je suis, sans doute chez nos cousins anglais. C’est pas difficile à deviner d’un coté. Tout le monde a l’air de parler avec un air hautain et d’avoir un balai dans le c…

- Excusez-moi, madame, pourriez vous me dire où je suis, exactement ?

- Dans l’allée des Embrumes, à Londres, enfin. Et par Merlin, le carnaval moldu, c’est l’autre coté maudit crétin !


Charmante.

Bon ça ressemble pas tellement l’idée que je me faisais de Londres. Mais oui, pourquoi pas après tout. Mais pourquoi le vocabulaire qu’elle a employé m’est complètement familier ? Merde j’ai le nom sur le bout de la langue pourtant.

Je remonte la fameuse allée. Pour finalement débouché sur une rue marchande qui n’a pas forcément meilleure mine. Il se passe quoi dans ce bled ? Mr Bean s’est réincarné avec une armée de zombies à sa botte ou quoi ? Mon accoutrement à l’air de les surprendre vraiment. C’est vrai que ma tenue … bon voilà.

Sur la vitrine d’un magasin abandonné, je vois alors plusieurs affiches représentant le même type. Un freluquet brun à lunettes avec une cicatrice sur le front. Oh merde, c’est Harry Potter.

Grosse déception, il ne ressemble pas vraiment à Daniel «  J’ai pas fait beaucoup de bons films depuis la saga Harry Potter » Radcliffe. Il est tout chétif, je pourrais le mettre KO en lui soufflant dessus.

- Alors le moldu, tu t’es perdu ? Le Ministère de la Magie a quelques questions à te poser.

- VOUS ALLEZ PAS COMMENCER A ME HARCELER OUAIS !

Non mais !
Dernière modification par Berserkr le 02 juin 2018 - 22:05, modifié 2 fois.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Bulle de douceur
Messages : 1759
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par dedellia » 02 juin 2018 - 22:02

Titre : Au bout du monde
Thème : stylistique, ne pas utiliser de phrase exclamative ou interogative
Fandom : aucun
Nombre de mots : 123
Personnages : x
Rating : tout public
On se rejoindra tout au bout du monde
Là où la terre abondante s’érode sous nos pieds
Et là où le firmament s’effondre sans bruit

On effleurera du bout de nos doigts sylvestres
Ces étoiles dans leur tout dernier souffle
Et cet écran éphémère d’ébène éternel

On s’émouvra devant la majesté
De cette litanie infinie indéfinie
Et des murmures du vent qui s’y cache

On dansera un ballet mémorable
Devant l’œil couleur perle d’Artémis
Et son ombre sur nos âmes

On deviendra des veilleurs de nuit
Jusqu’à ce que le temps nous oublie
Et qu’on ne soit qu’une poussière de l’univers

On se rejoindra au bout du monde
Si tu te souviens bien sûr
Et que tu ne te perds pas en chemin
Image
Cliquez pour plus de détails!

Avatar de l’utilisateur
LilTangerine
Comptable chez Gringotts
Messages : 1234
Inscription : 21 mai 2012 - 18:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par LilTangerine » 02 juin 2018 - 22:05

Titre : /
Thème : Stylistique, ne pas utiliser de phrase exclamative ou interrogative
Fandom : /
Nombre de mots : 209
Personnages : /
Rating : /
L'image d'un chapeau de paille dansa devant ses yeux, mais sa résolution reprit le dessus. Vacilla de nouveau. C'était la gamine, l'été dernier, avec son rire aigu, sa bicyclette rouge flambant et ce chapeau de paille, qu'elle avait voulu à tout prix. Trépignant, naviguant entre sa femme et lui pour faire craquer l'un ou l'autre, parce que ce chapeau était si mignon, et puis il y a des marguerites sur le ruban papa, je le veux vraiment vraiment s'il te plait.

Il écrasa la goutte de sueur qui glissait le long de sa tempe, resserra sa prise sur le manche, fit quelques pas pour se calmer ; son bras tremblant s'éloigna de sa cible, se leva de nouveau, déterminé, il fut pris d'un tremblement, baissa le bras, le souffle de plus en plus court ; c'était maintenant sa seule chance, il n'avait plus le temps, il fallait tirer.

Il adressa à sa femme une dernière pensée, sa femme qui l'aimait et qu'il aimait, sa femme qui l'avait toujours soutenu, sa femme merveilleuse qu'il abandonnerait avec une balle dans le crâne. Il était au pied du mur, il n'avait plus le choix : pour protéger sa famille, il était prêt à tout ; et tout, c'était ce qu'on lui demandait.
Image
"But I don't want comfort. I want poetry. I want danger. I want freedom. I want goodness. I want sin." - Aldous Huxley

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2584
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Carminny » 02 juin 2018 - 22:22

Titre : Nargoles et famille
Thème (scénaristique) : réunion de famille
Fandom : HP
Nombre de mots : 100
Personnages : Aurora Lovegood (OC) et sa famille
Rating : Tout public
Aurora Lovegood sourit en s’asseyant à la table de la salle à manger. Elle aimait les réunions de famille. Ce n’était pas que leur famille était vaste mais un tel repas réunissait facilement une vingtaine de personnes. Et aujourd’hui était le premier Noël depuis qu’elle était entrée à Poudlard. Tout le monde allait lui demander son avis sur le château. Ses cousins et cousines plus jeunes allaient la questionner tout au long du repas. Ensuite son père allait l’emmener regarder les Nargoles. Il lui avait promis de les lui montrer. Mais pour l’instant Aurora se contente de sa famille aimante.
Image

Avatar de l’utilisateur
Berserkr
Stagiaire chez W&W
Messages : 907
Inscription : 12 mars 2014 - 22:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par Berserkr » 02 juin 2018 - 22:35

Titre : Juste trois crétins sous un abribus
Theme Défi Stylistique
Fandom /
Perso /
Rating /
Nb de mots : 108
Une silhouette nous dépasse
Juste la fille à la robe bleue, comme chaque soir
Et comme trois ahuris, nous, on se demande toujours si la fille est réelle.

Si son jolie sourire l’est aussi

Son parfum enivre, nous enivre
Dix bonnes minutes de silence
La fille est maintenant loin de nous et si proche en même temps.

C’est pas grand-chose hein. Personne ne nous parle à nous, mais un sourire ça suffit parfois

Dur de nous porter attention, à nous les chiards, les affreux, morveux, keupons,
Clodos qui tentons simplement de survivre au jour le jour,
Mais relativisons, nos bières à la main, le porte-monnaie presque vide, mais soudés.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
selket
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1642
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par selket » 02 juin 2018 - 22:59

Titre : Nous étions
Thème (scénaristique ou stylistique) : Défi Stylistique : Ecrire un texte au vous ou au nous.
Fandom : HP
Nombre de mots : 234
Personnages : Serpentards
Rating : TP
Nous étions seuls dans ce monde qui ne voulait pas nous. Seuls perdus dans une brume opaque qui nous embrume le cerveau. Ils nous avaient détruits, brisés et maintenant nous voilà à ramasser les miettes de notre existence. Nous n'avons rien si ce n'est nos âmes écharpés et nos coeurs réduits en miettes.
Je crois que nous nous souviendrons toujours de cette nuit qui a sonné le glas de notre monde.

Alors que tous criaient à la victoire nous pleurions notre déchéance. À genoux dans l'herbe on ne pouvait plus rien faire d'autre que se recroqueviller en implorant le lendemain. Que nous restait-il si ce n'est un avenir brisé et des familles déchirées ? Nous n'avions plus d'espoir là où eux savouraient leur joie. Nous avions perdu et avec cette nuit qui prenait fin notre monde s'abîmait dans les ténèbres ambiantes.
Nous avions tous perdu alors qu'eux avaient tout gagné. À croire que le monde est plus manichéen que nous le pensions. Les méchants d'un côté les perdants de l’autre. En cette nuit de mai nous n'étions plus rien. Traquez, jugez nous n'avions pas droit à la rédemption.
Nous n'étions que des gosses qui avaient grandi trop vite. Des erreurs ont en fait tous. Et encore plus lorsqu'on nous apprend toute notre vie que ces erreurs sont des choses normales.

Nous étions des Serpentards. Nous n'étions que des gosses, mais ça vous l'avez oublié.

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2373
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par BellaCarlisle » 02 juin 2018 - 23:00

Titre : Aveux
Thème (scénaristique ou stylistique) : scénaristique
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 652
Personnages : Maisie Iversen (OC), Niels Iversen (OC), Solveig Iversen (OC), Erik Iversen (OC)
Rating : Tout public
Assise à côté de sa mère, Maisie est tendue. Depuis le début du repas, aucune parole n’a été échangée, hormis les formules de politesse. Ses parents arborent une expression sombre qui n’annonce rien de bon et elle regrette d’avoir fait le voyage. Même Erik, d’habitude si bavard, ne dit rien, se contentant de remuer le contenu de son assiette en silence. Si son frère refuse de partager sa bonne humeur alors elle devine que l’orage approche et qu’il risque de tout dévaster sur son passage en emportant ses espoirs d’avenir.

- Tu resteras ici, déclare finalement le patriarche en posant ses couverts. Nous avons accepté ta scolarité à Poudlard pour sept ans, pas un de plus. C’était l’unique condition à ton départ.
- Je le sais mais …
- Il n’y a pas de mais ! Crois-tu que tes ancêtres ont eu le choix ?

Maisie fulmine. Ces dernières années en Écosse lui ont permis d’ouvrir les yeux sur sa famille et sur elle-même. Elle n’a pas l’obligation de suivre les pas de sa mère, de sa grand-mère et de toutes les autres femmes de son arbre généalogique du côté maternel. Cette malédiction qui pèse sur elles ne doit pas dicter ses actes, elle refuse de se plier à cette coutume ridicule. D’autant plus que son cœur, lui, est désormais là-bas, sur ce territoire dont elle ignorait beaucoup de choses.

Inconsciemment, elle porte la main à sa chaîne. La bague de fiançailles y est lourde, prenant de plus en plus de consistance. Aucun membre de sa famille n’a fait de réflexion à ce sujet, sans doute sont-ils tous persuadés que ce n’est qu’un bijou sans importance. C’était le but, elle a cru que ne pas l’avoir à son doigt permettrait de discuter tranquillement avant l’annonce de cet événement qui lui tient tant à cœur mais elle a eu tort. Depuis le début, elle se trompe, elle est sur la mauvaise route, chutant à chaque obstacle. Peut-être est-il temps pour elle de mettre fin à cette mascarade, pour faire tomber les masques.

- Papa, maman, Erik, j’ai quelque chose à vous dire.

Pour donner plus de poids à ses mots, Maisie se lève. Sa silhouette surplombe la table mais elle se sent malgré tout si petite face aux regards des membres de sa famille. Ce devait être une réunion familiale comme les autres, autour de bons petits plats, pour évoquer un peu l’obtention des diplômes des deux enfants. Elle a brisé ce petit cocon à l’instant où elle a déclaré que la Norvège ne serait pas son lieu de résidence.

Erik lui lance un coup d’œil qui vaut un avertissement mais elle n’y prête pas attention. Elle aime son jumeau plus que tout, il a toujours été son soutien, en toutes circonstances, mais cette fois-ci elle doit prendre seule son courage à deux mains. Il lui reprochera de ne pas l’avoir tenu au courant d’un tel changement mais elle a construit son jardin secret à Poudlard, un endroit dont son frère n’a pas la serrure, pour la première fois depuis leur enfance.

- Je suis fiancée à l’homme que j’aime.
- Qui est-il ? s’emporte son père.

En se levant, il a renversé sa chaise dans un mouvement de colère. La Serdaigle ne bronche pas, ni ne recule. Elle a promis à Rufus qu’elle serait forte, qu’elle ne laisserait pas ses parents s’interposer dans leur histoire. La mine sombre de son géniteur est pourtant inquiétante, il s’approche d’elle et la saisit par les poignets, les serrant jusqu’à lui faire mal. Ce n’est pas un homme violent, il ne bat pas ni sa femme ni ses enfants mais l’émotion qui le submerge lui fait perdre toute contenance.

- Je ne le répèterai pas une troisième fois, persifle Niels. Qui est-il ?

Sa fille ne répond pas immédiatement, prise d’une peur soudaine. Rien ne lui garantit que Rufus sera en sécurité si elle avoue tout.
**


Titre : Nous sommes
Thème (scénaristique ou stylistique) : Stylistique (nous)
Fandom : /
Nombre de mots : 100
Personnages : /
Rating : Interdit aux moins de un neurone x)
Nous sommes à l’origine de vos vies. Nous sommes ces petits êtres aux formes étranges, remplis d’énergie, prêts à dévorer les œufs pour en faire des êtres humains. Nous sommes l’avenir de demain, la trace du passé, le souffle du présent. Nous sommes des cellules indispensables au bon fonctionnement de votre société, pour un équilibre parfait des chromosomes. Nous sommes petits, microscopiques, comme des têtards à l’échelle du minuscule. Nous sommes ces êtres à queue blanche, tant moqués pour notre inélégance, tant critiqués pour notre mauvais sens de l’orientation. Nous sommes légion, nous sommes une armée.

Nous sommes les spermatozoïdes.
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2373
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par BellaCarlisle » 02 juin 2018 - 23:53

Titre : La femme aux flammes

Thème (scénaristique ou stylistique) : Stylistique (feu)

Fandom : Agents of Shield

Nombre de mots : 512

Personnages : Amélia (OC), John Garrett

Rating : Tout public
Amélia observe les vidéos récupérées de manière illégale par Grant. Il ne fait aucun doute qu’ils ont enfin mis la main sur la femme qu’ils recherchent depuis maintenant plusieurs mois. Toutes les preuves sont réunies sous leurs yeux, violentes et dérangeantes, mais assez précises pour leur permettre d’agir.
 
- Il n’y a eu aucun survivant, déclare John en entrant dans la pièce avec son téléphone à la main.
 
La jeune femme tressaille à cette nouvelle et elle resserre ses mains sur le dossier de la chaise à laquelle elle se cramponne. Ce ne devrait pas être une surprise pour elle, pas après avoir vu de quoi l’inconnue est capable. Ils ont enquêté sur les multiples incendies qui ont ravagé plusieurs villes à quelques semaines d’intervalle, sans penser une seule seconde qu’ils étaient dus à des pouvoirs. Sur les écrans, la magie de la femme est visible, des langues de feu s’échappent de ses paumes et filent vers les otages, les réduisant en poussière à une vitesse folle. Il n’y a aucune émotion dans le regard de la pyromane, pas sur les vidéos tout du moins, mais Amélia est persuadée qu’elle n’éprouve rien.

La caméra montre l’état des lieux après le passage de la magicienne. Les murs sont presque entièrement détruits, la chaleur des flammes a ravagé les matériaux qui les composent, ne laissent que des cendres. Après avoir tué ses victimes, la faiseuse de feu n’a pas hésité une seule seconde à brûler la pièce entière, ce qui démontre bien qu’elle n’a aucune remord à faire autant de mal. Elle est aussi instable que l’élément qu’elle maîtrise, complètement insensible, s’amusant à briser au lieu d’apporter la renaissance. C’est l’étincelle qui vole d’un endroit à un autre pour incendier les vies et incinérer les âmes des humains qui n’ont aucun pouvoir.
 
- Cette femme est folle, murmure Amélia. Elle est consumée par sa magie, elle n’agit plus pour le bien des autres.

- Raison pour laquelle nous devons l’arrêter, constate l’agent Garrett. Vous êtes la seule à posséder cette capacité.

Elle le sait depuis le début, au fond d'elle. Grant et John sont des individus normaux qui n'ont pas à se soucier de la possibilité de lutter face à face contre des êtres aux pouvoirs dévastateurs. Ils sont envoyés sur le terrain, c'est un fait, mais jamais ils ne prendraient le risque de se faire calciner alors que leur coéquipière est capable de geler une pièce entière. C'est à elle d'aller affronter cette femme, d'opposer son froid à sa chaleur, sa glace à ses flammes.

- Je ne réussirai pas, soupire Amélia. Vous avez assisté à tous mes échecs, à toutes mes tentatives désastreuses.
- Il n'y a jamais eu d'enjeu aussi grand, rétorque John. Vous avez une conscience et elle vous poussera à ne pas commettre de faux pas.

La jeune femme souhaiterait plus que tout que ces paroles soient réelles. Son OS lui accorde une confiance trop importante, au mépris de leur survie. Un jour ou l'autre, leur équipe finira par perdre l'un de ses membres à cause de cet excès.
Image

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 595
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par PlumeEnVadrouille » 02 juin 2018 - 23:57

Titre : L'origine
Thème (scénaristique ou stylistique) : défi scénaristique : écrire sur les trois couleurs primaires
Fandom : aucun
Nombre de mots : 122
Personnages : aucun
Rating : Aucun
Vert. La nature. L’origine, la source même de la vie. De là sont nés les arbres, les plantes, les fleurs.

Bleu. L’eau. Ce qui permet à la vie de continuer son cours. L’eau et la nature sont liées, elles sont vitales entre elles et pour les autres. L’eau fait vivre la nature et les hommes.

Mais arrive le rouge. Le rouge sanglant qui met fin à tout cela. Le rouge, le sang, maître de tout cet univers, capable de mettre fin à une vie, puis à la vie entière. C’est lui qui coordonne tout ce petit monde, qui met fin à toute la construction de la vie.
Toutes ces couleurs sont liées, l’une ne peut pas vivre sans l’autre, elles se complètent.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
selket
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1642
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par selket » 03 juin 2018 - 00:03

Titre : Une histoire de couleur
Thème (scénaristique ou stylistique) : Défi Scénaristique : Vous devez mettre en valeur les trois couleurs primaires à votre texte (bleu, rouge, vert).
Fandom : HP
Nombre de mots : 481
Personnages : Dean Thomas
Rating : -12

Alors qu’il peignait sur son chevalet absorbé par sa tache il se mit à penser à son père.
Alors qu’il étalait sur la toile les trois couleurs primaires qu’il avait choisit pour son tableau l’image de Pansy flotta dans sa tête.
Alors qu’il traçait en de coup vif les formes de son oeuvre sa fille se rappela à lui.

Son monde était rouge. Rouge de sang. Rouge comme cette grange en brique du pays qu’il peignait. Alors qu’il écrasait les pigments ocre qui en se mêlant à l’eau lui donnait une couleur incarnat il laissa ses souvenirs venir s’écraser contre la barrière close de son subconscient. Il réfléchit à ce père qui lui avait donné cet appareil photo avant de s’enfuir dans la nature. Ce père qui en se cachant des mangemorts l’avait laissé orphelin.
Dans sa vie le rouge avait toujours été une couleur prédominante. ça allait du rouge grenat du sang qui coagule sur les dalles de Poudlard au rouge cinabre qui filait des veines entrouvertes des corps qui jonchaient le sol de la grande salle. Le rouge c’était aussi la sacoche cerise de l’appareil photo de son père et le rouge à lèvre grenat de Pansy. Et enfin c’était la petite robe couleur cerise que sa fille adorait porter.

Son monde était bleu. Bleu de larmes. Bleu comme le ciel sans nuage qui petit à petit naissait sous ses coups de pinceaux. Alors qu’il diluait dans l’eau sa peinture en de minuscule tourbillon noirâtre il se laissa submerger par toutes les pensées qui l’assaillaient à chaque fois qu’il peignait. Alors que le ciel bleuté naissait sur sa toile l’image de Pansy flottait devant sa rétine. Il repensa à ce jour où le ciel gris de pluie avait pris une teinte caeruleum. Ce jour où Pansy était apparu dans sa vie sans crier gare.
Dans sa vie le bleu avait été une des couleur primaire de sa palette. ça allait des yeux bleu cobalt de sa mère au bleu nuit des nuits à Poudlard. C’était aussi le bleu marine de la mer devant la chaumières aux coquillages au bleu pétrole de sa chambre à l’auberge des gens brisés. Mais surtout c’était toutes ses larmes azurée qu’il avait vu couler.

Son monde était vert. Vert de paix. Vert comme l’herbe tendre de prairie qui s’étalait devant lui. Alors qu’il rechargeait les pigments de sa palette il se mit à penser à sa fille.
Dans sa vie le vert avait été une couleur majeure. Le vert c’était avant tout cette grenouillère verte pomme qui avait habillé Alyssum lorsqu’il l’avait pris pour la première fois dans ses bras. C’était aussi comme ce mur vert pomme qu’il avait peint dans son auberge. C’était la couleur de l’émeraude qu’il avait offerte en Pansy lors de leur fiançaille. C’était les yeux vert de gris de sa fille qui les tenaient de son père à lui.

Avatar de l’utilisateur
anhya
Barbecue Queen
Messages : 3104
Inscription : 24 déc. 2012 - 16:08

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par anhya » 03 juin 2018 - 00:32

Titre : Hommage à un weekend
Thème (scénaristique ou stylistique) : Défi stylistique : Vous devez insérer une phrase de chanson dans votre texte.
Fandom : original
Nombre de mots :324 mots
Personnages : Une jeune fille
Rating : tout public
Je regarde par la fenêtre. Il pleut, comme d’habitude. Ce temps me déprime. Je me retourne et regarde ma chambre. Le désordre qui y règne me désole tout au tant que la météo. Sans énergie, je descends les escaliers pour me faire un thé puis arriver en bas, je ne le fais pas.
Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive.
Je presse le bouton de la radio. Peut être qu’une chanson m’aidera à sortir de cet abîme dans laquelle je semble plonger de plus en plus.
Ce sont de vieille chanson française. J’en connais les paroles mais elles ne me boostent pas.
Je traine les pieds. Pourquoi ne puis-je pas retrouver la personne que j’étais.
La chanson s’arrête le présentateur annonce un titre américain, peut être finalement quelque chose qui va me faire bouger.

“Baby, I’m playing on you tonight, hunt you down, eat you alive”

Super, maintenant je me retrouve avec une chanson qui pourrait être chanter par mon propre esprit.

“baby, you think that you can hide”

Oh non, je sais que je ne peux pas. Et puis pourquoi au final ? Pourque je passe toute mon énergie à te battre pour une heure ou deux et retomber dans un état léthargique dans les secondes qui suivront.
Je ne me battrai pas. Tu peux les avoir, mon corps, ma tête, mon cœur. Je te les laisse.
J’éteins la radio. Je vais juste me mettre devant l’ordi et passer un peu le temps.
Première page qui s’ouvre est la dernière de la journée d’avant. Ah oui, c’est vrai je lisais un commentaire laisser sur un forum.
Il m’arrache un sourire.
En effet faire cette sortie serait quand même bien. Je remonte le topic. C’est les 10 ans de l’association. Pourquoi pas ? Je clique pour répondre : Je m’inscris.
La décharge dans mon cerveau chasse le désespoir qui s’y est installé. Je vais au 10 ans d’HPF. Quoi d’autre pourrait avoir plus d’importance.
Image

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 595
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par PlumeEnVadrouille » 03 juin 2018 - 00:47

Titre : Le problème c'est toi
Thème : défi styllistique, avec une parole de chanson (soulignée)
Fandom : aucun
Mots : 134
Personnages : aucun
Rating : aucun
Elle est là, et regarde sa vie. Remplie de problèmes. D’ailleurs, de plus en plus de gens lui disent. »Ce n’est pas une vie ». Alors elle contemple ses problèmes. Et puis pense à une parole de chanson, toute bête. Si t’es souvent seul avec tes problèmes c’est parce que souvent l’problème c’est toi. Alors elle s’arrête de penser, et elle réfléchit. Et si c’était vrai ? Après tout, personne ne la comprend réellement, car elle sait très bien que certaines choses essentielles ne peuvent pas être dites. Elle se retrouve donc seule, plus seule que jamais avec les interdits qu’elle accumule. L’overdose, la coupure, et maintenant la drogue. Alors, elle se dit que le problème c’est peut-être bel et bien elle, et elle avale les petits cachets d’héroïne. Pour se sentir moins seule.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 595
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par PlumeEnVadrouille » 03 juin 2018 - 00:55

Titre : Seule
Thème : défi scénaristique : le chiffre trois doit être au centre du récit.
Fandom : aucun
Mots : 131
Personnages : aucun
Rating : aucun
Trois. Le chiffre trois. Elle a toujours détesté ce chiffre. Pourtant, c’est en soi le chiffre clé. Les trois mousquetaires, les trois rois mages, les père le fils et le Saint-Esprit, les trois petits cochons… Pourtant, elle a toujours haï le chiffre trois. Parce qu’elle était l’exclue. Toujours à côté. Dans le groupe de trois, il y avait les deux qui s’entendaient bien, puis elle, le boulet, qui venait se rajouter ; Ce chiffre lui a toujours donné l’impression d’être exclue. Et ce, depuis toujours. Mais elle a enfin réussi à trouver son trois parfait, constitué de deux amies très chères. Cat et Sue. Enfin, à elles trois, elles s’entendent bien, rient ensemble, réalisent des folies.
Pourtant, au fond, elle est toujours seule. Car Cat et Sue sont dans sa tête.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2373
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par BellaCarlisle » 03 juin 2018 - 00:58

Titre : Et maintenant
Thème : Stylistique
Fandom : Underworld
Nombre de mots : 562
Personnages : Eden (OC), Selene, David, Lena
Rating : Tout public
Selene, David et Lena m'attendent, sagement assis. Je me sens vulnérable face à eux, principalement parce que je suis seule. Ils ont refusé la présence de Xristo, prétextant qu'il leur serait plus simple de ne s'adresser qu'à moi. Je m'avance jusqu'à eux en évitant soigneusement leurs regards, peu pressée de croiser ces iris d'un bleu électrique si caractéristique de leur espèce. Je suis le loup parmi les Vampires et ça ne m'enchante pas de devoir discuter avec eux comme si tout était normal. Je ne sais pas si accepter cette entrevue a été une bonne idée, ils pourraient tous les trois se débarrasser de moi sans le moindre témoin. Peut-être ne suis-je pas une menace pour eux, finalement. Ils ont pris la place des Aînés avec facilité, se glissant dans ce nouveau rôle, siégeant comme Markus, Viktor et Amélia avant eux. À mes yeux, il n'y a que David pour mériter cette distinction, il est fils d'une Aînée alors que les deux autres ne sont rien.

Je relève la tête trop vite et me retrouve transpercée par le regard de Selene. Son expression ne reflète rien de profondément hostile mais j'ai conscience de l'effort qu'elle fournit. Je ne prétends pas la haïr mais je n'ai envers elle aucun sentiment amical. La voir ici, à la tête des Vampires, me rappelle qu'il nous faudra nous méfier plus encore de nos ennemis. Ce sont les Lycans qui ont tué Michael, elle voue une haine plus féroce à mon espèce qu'à la sienne. Même si Marius est mort, je ne doute pas une seule seconde du fait qu'elle cherchera à venger son amant hybride à sa façon. Et si nous avons le malheur d'être sur son chemin, elle nous le fera payer.

- Approche, nous ne te ferons aucun mal, déclare Lena.

Je ne parviens pas encore à définir si oui ou non elle est comme les autres. Leur forteresse est étrange, tout comme leurs rituels, et elle semble appartenir à une autre catégorie, comme une sous-espèce qui a évolué de son côté. J'obéis docilement et fais quelques pas de plus, la gorge nouée par l'appréhension. Après tout ce que j'ai traversé, je ne devrais pas avoir aussi peur, d'autant plus que j'ai la chance d'être toujours vivante, mais il faut croire que certaines vieilles habitudes ont la vie dure.

- Nous avons appris que Markus n'est pas mort, annonce David avec froideur.
- Ce que tout le monde sait depuis des mois, rétorqué-je en haussant les sourcils. Je ne vois donc pas en quoi ceci me concerne.
- Ne joue pas à ça avec nous, intervient Selene. Le jour où William a été tué, quand Markus est parvenu à s'enfuir, tu étais là. Quelques jours plus tard, des patrouilleurs ont retrouvé un corps qu'ils ont identifié comme étant celui du premier de notre espèce, manifestement assassiné par un Lycan. J'ai cru qu'il s'agissait de toi mais les dernières nouvelles laissent plutôt penser que tu l'as aidé.

Je me tends, prête à m'enfuir si la conversation tourne au vinaigre. Malgré les précautions de Xristo, la vérité est en train de refaire surface et les trois nouveaux Aînés ne sont pas dupes. Je pourrais être jugée par Selene, parce qu'elle a un compte personnel à régler avec le Vampire devenu hybride, mais je ne m'en sortirai pas dans ce cas-là. Et maintenant, que vais-je faire ?
Image

Avatar de l’utilisateur
WarmSmile
Pilote du Magicobus
Messages : 1495
Inscription : 14 mai 2016 - 19:02

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par WarmSmile » 03 juin 2018 - 01:34

Titre :
Thème stylistique : C'est toujours comme ça que
Original
Nombre de mots : 190
Personnages : Sébastien, Nolan et le frère de Nolan
Rating :


- C'est toujours comme ça que cela se passe dès qu'on le croise celui-là !

Sébastien fulminait tout en foudroyant du regard le frère de Nolan. Les deux jeunes hommes étaient en cours de sport, devant le mur extérieur d'escalade et son ami n'arrivait pas à commencer l'ascension, trop concentré sur le groupe d'une classe de seconde plongée dans un match de foot.

Le frère de Nolan était en train de s'étirer, attendant son tour tout s'esclaffant avec son groupe habituel de camarades. Sébastien et Nolan étaient assez près pour entendre les blagues homophobes fuser.

- Nolan, arrête d'écouter, on a besoin de grimper cette piste pour avoir des points. Allez !

Sébastien s'exhorta au calme, ce soir, il aurait l’occasion de s'entretenir avec cet imbécile de seconde.

- Nolan, tu es certain que ton frère sera à la fête ce soir ? Et tu viendras aussi comme prévu ?

Ces questions eurent le mérite de sortir son camarade de son immobilisme, une lueur d’inquiétude remplaçant l'air blessé qu'il affichait quelques secondes auparavant. Nolan hocha légèrement la tête avant de faire quelques pas vers le mur tout en le fixant.

Avatar de l’utilisateur
dreamer
Pote avec Morphée
Messages : 1673
Inscription : 20 août 2015 - 14:29

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 juin

Message par dreamer » 03 juin 2018 - 01:48

Titre : -
Thème stylistique : C'est toujours comme ça que
Fandom : hp
Nombre de mots : 200
Personnages : inconnu
Rating :12
C’est toujours comme ça que ça se passe. Les regards en coin, les baisers volés, les soupirs de lassitude. Nous ne sommes pas faits pour être ensemble. On se fait du mal. On ne s’aime même pas. Je le hais. Son comportement me dégoûte.
Pourtant, à chaque fois que l’on se croise, je ne résiste jamais à la tentation de plonger mes yeux dans son regard brun. Je rêve de plaquer mes lèvres contre les siennes, de passer ma main dans sa tignasse, de sentir ses doigts courir le long de ma peau.
Puis, on entre en contact. Parfois.
C’est puissant, comme si on mettait le feu à mon âme. Un feu qui consume tout mon être et ne se calme qu’en accentuant la puissance de nos échanges.
Nos bouches ne suffisent plus.
On plante nos ongles l’un dans l’autre, on se mord la lèvre, jusqu’à en faire couler du sang. Nos langues s’entrechoquent à un rythme effréné, comme s’il s’agissait d’une lutte qu’aucun de nous n’est prêt à abandonner.
Se laisser dominer par l’effusion d’émotions qui fait rage dans mon coeur, c’est accepter la défaite.
Et ce n’est pas moi qui perdrais à ce jeu que nous avons commencé.
Image

It ain't easy to keep going when it's hard, Keep shining in the dark, When you wanna fall apart, But I'm a dreamer ♥

Verrouillé

Revenir à « La Tour d'Astronomie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité