[Textes] Nuit du 17 Février

Les Nuits d'HPF : un thème par heure, une nuit par mois, de l'écriture à volonté !

Modérateur : HPF - Équipe des Nuits

Avatar de l’utilisateur
Eurydice
Animagus non déclaré
Messages : 374
Inscription : 22 juil. 2017 - 12:43

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Eurydice » 17 févr. 2018 - 23:25

Titre : Aucun
Thème (écrit ou image) : Carnet
Fandom : HP
Nombre de mots : 233
Personnages : Ginny Weasley
Rating : tout public
C’était son carnet. Le sien. Mais il n’était pas ordinaire. Mieux qu’un simple journal intime, où l’on se parlait à soi-même, Ginny, elle, y avait un ami. Un vrai, le seul capable de la comprendre. Alors, tant pis pour les autres. Eux n’étaient pas capable de la comprendre comme la comprenait Tom. En réalité, la jeune fille se sentait profondément seule. Elle n’osait s’avouer qu’elle aussi, elle aurait bien voulu avoir des amis qu’elle verrait tous les jours, avec qui elle plaisanterait. Mais Ginny était seule. Ses frères la précédaient. Elle jouissait d’une réputation dont elle n’avait pas voulu. Elle voulait être Ginny. Juste Ginny. Pas Ginny Weasley. Alors la fillette écrivait. Elle écrivait à en perdre la tête, elle écrivait comme une folle. Le moindre temps de libre, elle le consacrait à son carnet. Parce qu’elle était seule. Cette simple constatation, jours après jours, faisait couler des larmes amères sur ses joues encore rondes. Sa gorge se serrait, inexorablement. Et elle ne supportait pas d’avoir seulement un ami immatériel. Non, elle voulait le voir, pleurer sur son épaule, puis sourire à nouveau. Passer du temps avec lui, près du lac. Faire cesser ces regards de pitié qui la suivaient. Mais comment ? Comment ? Comment !
« Fais ce que je te dirai de faire… » écrivit Tom lorsqu’elle lui confia son désarroi.
Ginny hocha la tête. Elle était prête à tout.
Image

Avatar de l’utilisateur
ninipraline
Titulaire des ASPIC
Messages : 284
Inscription : 26 juin 2015 - 08:14

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par ninipraline » 17 févr. 2018 - 23:32

Titre : Surprise
Thème (écrit ou image) : Carnet
Fandom : HP
Nombre de mots : 100
Personnages : Maximilienne (oc)
Rating : tout public
Juste un carnet. Trois mots : pimentine, amortentia, fondants. Deux esquisses : un lac entre trois collines et une plage en grande partie cachée par les herbes folles. Un emballage de chocogrenouille collé entre deux pages.
Maximilienne referma d’un geste sec le livret entoilé de tissu fleuri, retourna une dernière fois celui-ci entre ses mains, et haussa les épaules. Elle posa sa découverte sur une grosse branche basse, la couverture était trop propre. La perte était ressente le propriétaire reviendrait sans doute le chercher.
Ce marécage, apparu comme par enchantement sur le chemin de l’école, lui réservait bien des surprises.
Dernière modification par ninipraline le 18 févr. 2018 - 00:31, modifié 1 fois.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Catie
Goinfre Sérievore
Messages : 4170
Inscription : 14 févr. 2012 - 21:46

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Catie » 17 févr. 2018 - 23:50

Titre : /
Thème (écrit ou image) : Carnet
Fandom : The 100
Nombre de mots : 900
Personnages : Octavia, Indra
Rating : Spoilers saison 4
She was staring blankly at the drawing of the river. The river right next to their cave, where they had sex for the first time. She almost could imagine herself over there. The murmur of the water, the sun on her shoulders, Lincoln’s arm around her waist. A dream that would never be. It was as painful as it was comforting. That meant she didn’t entirely forget him after all. He was still with her somehow.

Octavia turned the pages of the small notebook, her throat tightened at each drawing. Here, the tattoo he had on his arm, and there, her own face, fierce and determined, covered with war paintings. She had their story in her hands and she felt it impossible to let it go. This notebook was the only thing keeping her sane in that dreadful place.

A knock on the door made her jump. She let her guard down again.

— Come in, she said, standing up.

Indra entered the room, a severe look on her face. Her eyes fell on the notebook hastily closed, still on the desk.

— Where did you get that?
— What’s going on? Octavia responded, ignoring her. Why are you interrupting me for?
— Sky People are complaining about food again.
— Everyone has the same ration.
— I already told them that.
— So what do you want me to do?
— You tell me. You’re our Queen.

Unable to affront her gaze, Octavia turned her head. She saw Lincoln’s notebook and her heart broke a little. It would be so much easier if he were there. He would support her, whatever decisions she will make. Being all alone didn’t help her. Every day, she feared messing up. She was scared to make a mistake that would precipitate her end. Sometimes, she thought it would be better that way. If someone just had the courtesy to come slit her throat in her sleep, she would peacefully join Lincoln. No more fighting, no more tears, no more pain. So much easier.

And every time she had that kind of thoughts, she felt guilty. How could she think about leaving all of them? When she was at that point, she wondered how Lexa and Clarke didn’t snap sooner. It was so difficult to be the leader, the person everyone looked at, the one who had to take fucking decisions.

— I’ll go see them myself, she finally said.

She didn’t know what she would tell them yet, but she had time to think. Four minutes and a half exactly, just the time to get to level three of the bunker, where Sky People where packed with Trikru. It was a miracle they didn’t start killing each other yet. They have been here for so long, she would have bet on a few murders.

— You have to take your shit together.
— Excuse me?

Octavia stared furiously at her mentor, her fists clenched. She didn’t need anyone to tell her what to do. Maybe she would have accepted that from Lincoln. But he wasn’t around anymore.

— You heard me, snapped Indra. You’re brooding about your past day after day. It’s useless. It’s not the first time I see you with that thing.

She pointed the notebook without looking at it, her look becoming even harsher.

— Lincoln’s gone. He’s dead and there’s nothing to bring him back, you hear me? He’s not there with us. He can’t do anything. You are our Queen. We need you to lead us, to be a hundred per cent with us, at all time. Not dreaming about your past or how you want your life would have been. It’s too late to have regrets.

It would have been anyone else, Octavia would have lost it. Instead of punching her in the face, she turned away and let out an angry scream. She knew Indra was right, of course she knew. But she didn’t want to admit it, she refused to let him go.

Nevertheless, as foolish as it was, she wanted to make her think she was tougher than she was. So she grabbed the notebook and threw it into the fire, ignoring the painful stab in her stomach. Eyes blurred with tears, she watched the drawings disappear into smoke and ashes. It was like saying goodbye to him a second time.

— Good. Now your mind is free. Let’s settle this bullshit quarrel with Skykru.

Octavia heard Indra opened the door behind her. She stayed immobile for a few seconds before following her. She whispered a “Sorry” before leaving the room, praying Lincoln’s soul won’t judge her too harshly. Indra was right. She needed to free herself from her ghosts if she wanted to lead properly.

— Lincoln would be proud. And Bellamy too.
— Don’t talk about my brother.

She picked up the pace, walking down to level three, to her responsibilities. She hated talking about Bellamy, about Clarke, Raven, and all of them. All those jerks who left her behind. Or that she left behind, she wasn’t entirely sure. But she was hurt to be separated from them. The more she persuaded herself they didn’t exist, the better. Maybe, if she saw them again one day, she would allow herself to be emotional. Now was not the time.

Taking a deep breath, she entered Skykru’s quarters. The notebook and its drawings still burning in her head.
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1734
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par BellaCarlisle » 17 févr. 2018 - 23:58

Titre : Compréhension
Thème (écrit ou image) : Carnet
Fandom : Original
Nombre de mots : 193
Personnages : /
Rating : Tout public
Elle note la date du jour, pour ne pas perdre le fil. Un soupir franchit ses lèvres lorsqu’elle comprend qu’elle ne passera pas son anniversaire chez elle, encore une fois. Son stylo court sur les feuilles, elle écrit chacune de ses pensées, maudissant intérieurement ses parents de la laisser là. Elle se sent abandonnée et, même si le personnel médical lui répète qu’ils font ça pour elle, elle est triste.

Triste parce que tous les ans, elle revient dans cet hôpital pour des rechutes.
Triste parce que la vie continue alors que la sienne s’éteint lentement.
Triste parce que sa main tremble sur le papier alors qu’autrefois, son écriture était bien soignée.
Triste parce qu’elle ne peut pas rejeter ses cheveux en arrière puisqu’elle n’en a plus.
Triste parce qu’elle a vu les larmes dans les yeux de sa mère la veille au soir.
Triste parce qu’elle craint de ne plus jamais sortir de cette chambre trop blanche.

Alors son stylo lui échappe des mains et elle pleure sur cette existence maudite, noyant les pages de son carnet sous des gouttes amères. L’avenir ne lui tend plus les bras, elle doit enfin l’accepter.
Image . Image

Avatar de l’utilisateur
irenea
Elève de septième année
Messages : 209
Inscription : 21 oct. 2017 - 20:07

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par irenea » 18 févr. 2018 - 00:03

Titre : Le Prince de Sang-Mêlé
Thème (écrit ou image) : Carnet
Fandom : HP
Nombre de mots : 608
Personnages : Severus Rogue
Rating : Tout public
Son livre de potions n'est pas qu'un simple manuel scolaire. C'est un carnet qui recueille ses confessions, ses réflexions aussi, tout ce qui lui passe par la tête. A côté de gribouillis de lys dans la marge, on y trouve beaucoup d'annotations, de quoi améliorer les consignes un peu approximatives de potions. Il n'est qu'en deuxième année, mais il n'y en a déjà plus une qui lui réchappe. Toutes sont passées sous sa plume vengeresse.

Il met un point final à son dernier essai, dans les toilettes du deuxième étage. Personne ne vient jamais ici de toute façon.

Et pour une bonne raison.

Il sent un souffle froid dans son dos. Mimi Geignarde lit par-dessus son oreille.

Sans réfléchir, Severus lui lance son livre à la tête, mais le fantôme est trop rapide et l'esquive. Elle lui hurle de quitter au plus vite ses toilettes avant de plonger la tête la première dans les canalisations.

Severus, exaspéré, se lève pour ramasser son manuel ouvert à la page de garde.

Le Maître des Serpents, est inscrit en haut de la page.



Il tend l'armoise à Lily qui la verse dans leur chaudron.

– Attends encore un peu, dit-il.
– Mais il est écrit lorsque le contenu du chaudron est bleu. Le contenu est bleu, constate Lily en fronçant les sourcils.
– Oui, mais attends encore quelques secondes.

Le bleu, très foncé, s'éclaircit alors pour prendre une teinte indigo.

– Maintenant, dit Severus.

Lily s'exécute et leur potion prend alors une teinte translucide, si claire qu'ils peuvent voir le fond de leur chaudron.

Ils se regardent, le sourire aux lèvres. Ils ont parfaitement réussi leur potion.

Leur professeur l'a remarqué lui aussi. Il s'écrit, ravi :

– Dix points pour Gryffondor ! C'est excellent, Miss Evans.

Severus grimace. Ce ne sera pas la première fois que leur professeur l'ignore. Lily se tourne vers lui, désolée et passe une main réconfortante sur son épaule.

Elle s'exclame en pointant son manuel du doigt.

Rêveur rouge. Qu'est-ce que c'est ?

Severus un peu surpris, comme pris sur le fait, bredouille quelques mots peu convaincs :

– Un truc pas très important. Un truc de magie noire.
– Ah. Mais c'est marrant à quelques « s » près ça donnait Severus Rogue.

Severus a chaud, tout à coup. Il se sent rougir brusquement et se retient de ne pas se jeter sur son manuel pour le refermer.

Il a l'impression d'être démasqué, mis à nu. Il n'aime pas du tout cette sensation.



Il ne lui est jamais arrivé d'être déconcentré en faisant une potion, il parvient pourtant à peine à broyer cette satanée racine d'asphodèle. Ses mains tremblent.

Tout ça c'est la faute de Slughorn et de cette satanée potion d'Amortentia.

Depuis dix bonnes minutes la salle de classe empeste le shampoing aux fleurs, l'herbe fraîche et le brûlé.

Elle se trouve à quelques mètres de lui, tout près du bureau du professeur.

L'année dernière encore, c'était pourtant à sa table, sa place. Mais la chaise à côté de lui reste désespérément vide.

Il la regarde encore, toujours en broyant cette foutue racine.

Elle en a déjà fini avec cette plante et est passée à l'étape d'après.

Il se reprend.

Ce n'est pas digne de lui d'ainsi se laisser distraire.

Ce n'est pas digne du Prince de Sang-Mêlé.

Il se penche à nouveau sur son manuel.

Il n'y a plus de petits dessins de fleur, ni de confessions, que des annotations et ses recherches. Il n'est plus un enfant.

Il verse la poudre dans le chaudron qui prend la teinte souhaitée.

Il réussira à la faire cette potion, mieux que quiconque dans cette salle.
Image

"Dead history is writ in ink, the living sort in blood."

Avatar de l’utilisateur
ninipraline
Titulaire des ASPIC
Messages : 284
Inscription : 26 juin 2015 - 08:14

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par ninipraline » 18 févr. 2018 - 00:21

Titre : L'absente
Thème (écrit ou image) : écharpe
Fandom : Original
Nombre de mots : 100
Personnages : OCs
Rating : Tout public
La douceur de la soie contre sa joue, une odeur de muguet et d’herbe coupée. Il n’ouvrira pas les yeux.
Des ombres noires sur le fond rouge de ses paupières, la griffure des branches contre les volets. Il gardera les yeux fermés.
Des bruits de pas sur le palier, le plancher qui grince devant sa porte. Ses paupières resteront closes.
Des coups brefs contre la porte, son prénom qui résonne dans le long corridor. Il ne répondra pas.
Il restera là, les yeux fermés, le visage enfoui dans l’écharpe de soie mauve. Et pour quelques instants encore, Sophie sera sienne.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
selket
Comptable chez Gringotts
Messages : 1127
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par selket » 18 févr. 2018 - 00:43

Titre : Un violon dans une malle
Thème (écrit ou image) : https://img00.deviantart.net/6e2d/i/200 ... tanesi.jpg
Fandom : HP
Nombre de mots : 256
Personnages : Pansy Parkinson
Rating : TP
Cela faisait des années qu'elle avait raccroché le violon. Tellement longtemps qu'elle n'avait plus touché l'archet. Elle ne sait même pas où sa mère a bien pu ranger son violon. Peut-être au grenier avec la perle qu'elle lui avait demandé de cacher en même temps ?
Ses rêves d'enfants étaient cachés quelques parts dans le manoir sans qu'elle ne puisse les retrouver.

C'est avec envie qu'elle se retrouvait maintenant à regarder le violon qui trônait sur une étagère du salon de l'auberge. Il lui faisait mal au coeur cet instrument qui prenait la poussière. Elle avait envie de voir si il était accordé, de sentir le bois vibrer sous ses mains. Elle voulait à nouveau s'envoler en même temps que la musique qu'elle jouait.
Alors, lorsque Dean lui demanda si elle savait en jouer elle ne put mentir et c'est avec une nostalgie douloureuse qu'elle prononça le oui fatidique. Ce oui qui la conduisit à refuser l'offre du jeune homme. Elle ne voulait pas en jouer devant eux. Elle ne voulait pas se mettre à nue comme autre fois. Elle ne pouvait pas faire comme si rien ne s'était jamais passé.
Elle avait enfermé son violon dans une malle et avec lui ses rêves et sa douleur. Elle ne voulait pas risquer d'ouvrir à nouveau la voie aux remords et regrets.


Si elle était venue à l'auberge des gens brisés c'est parce que la Pansy d'autrefois avait disparue. Adieu le passé, adieu les souvenirs des jours heureux. Elle était morte avec eux ce jour fatidique de 1998.
Image

Lost Greenie
Elève de première année
Messages : 24
Inscription : 15 déc. 2017 - 22:56

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Lost Greenie » 18 févr. 2018 - 00:48

Titre : Après la mort
Thème (écrit ou image) : Image
Fandom : Original
Nombre de mots :
Personnages : /
Rating : tous publics
Elle regarda longuement l'instrument, la mélancolie montant en elle au fur et à mesure que les minutes s'égrainaient. Après son accident, ses mains n'avaient pas récupéré toutes leur fonctionnalité. Malgré toutes les séances de rééducation qu'elle avait pu faire, elle n'était pas parvenue à retrouver assez de mobilité pour retrouver le niveau qu'elle avait durement acquis au cours de nombreuses années d'études acharnées.

La musique avait été sa vie. Le violon son moyen de s'exprimer dans un monde où sa timidité presque maladive entravait ses moindres relations. Elle avait tout de suite su qu'elle ne pourrait plus jamais en jouer. Elle avait essayé la première fois qu'elle était rentrée chez elle, uniquement pour constater l'ampleur des dégâts. Elle n'y avait plus retouché depuis.

Elle se saisit du manche d'ébène avec émotion. Maintenant qu'elle n'avait plus à vivre avec cela, maintenant qu'elle était enfin libre de toute contrainte, elle pouvait jouer autant qu'elle voudrait. Comme quoi, les gens avaient peut être peur à tort de ce qui se trouvait après la mort.

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 753
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Alhüin » 18 févr. 2018 - 00:52

Titre : Photographier l'art
Thème (écrit ou image) : Image
Fandom : HP
Nombre de mots : 1143 mots
Personnages : Daphné Greengrass, Pansy Parkinson
Rating : Tout Public

Occupée à faire les derniers réglages de son appareil photo, Daphné en avait oublié le café qu’elle s’était servie quelques minutes plus tôt. Il devait être froid mais la blonde ne s’en souciait pas vraiment. Elle tenait d’une main son appareil, de l’autre sa baguette et, très concentrée, elle lançait les derniers sortilèges. Focale, profondeur de champ, lumière, bientôt, elle serait complètement prête pour la séance photo. Pansy lui avait demandé quelques jours plus tôt de s’occuper de la couverture de l’un de ces magazines. Ce mois-ci, le magazine avait pour thème l’art et, Pansy et Daphné avait passé un temps incalculable à choisir quelle serait la couverture. Finalement, elles avaient opté quelque chose d’assez sobre, une luminosité vive et brillante, rayonnante. Un mannequin au centre bien sûr, mais surtout des objets d’art. Il devait y avoir violon, une peinture, un manuscrit, un chevalet, un pot à crayon et une quantité d’autres objets que les techniciens étaient en train de placer sous les ordres secs de Pansy. La brunette avait également demandé à Daphné de prendre des photos pour la double page sur la musique. Pour cela, elle lui avait demandé de prendre en photo des instruments de musique jouant tout seul. Daphné avait accepté, amusée par l’idée. Elle avait déjà une idée assez précise du rendu final et espérait que la réalisation collerait à son idée. Les lumières, qu’elle avait choisies, étaient déjà mises en place et elle avait choisi quelque chose d’assez terne, perdu entre le gris et le sépia pour mettre en avant le bois des instruments de musique. Elle avait également choisi un ou deux objets insolites, à placer sur les clichés, pour mettre en avant les instruments de musique qui allaient bouger dans la photo, tandis que ces objets resteraient fixes. Un autre photographe devait se charger de la page sur la littérature et de celle sur la peinture. Pour le reste, Daphné ne savait pas vraiment. Lorsque la blonde se souvint qu’elle s’était servie un café, elle voulut attraper son gobelet pour en boire une gorgée mais le regretta bien vite quand elle sentit qu’il était froid. Distraitement, de la baguette, elle s’en resservit une tasse, qu’elle avala d’un trait, avant de retourner dans son appareil. Quand les réglages furent terminés, Daphné se planta devant la table sur laquelle étaient disposés le café et autres gourmandises et vérifia que tout était réglé comme il le fallait. Quand Pansy l’appela, Daphné put constater avec satisfaction que tout était arrangé comme c’était prévu. Il fallait plaindre les pauvres malheureux qui avaient dû subir la colère de Pansy avant d’arriver à ce résultat-là. La page de couverture devait être photographiée plus tard dans la journée quand le mannequin daignerait pointer le bout de son nez. En attendant, Daphné n’avait plus qu’à se pencher sur les instruments de musique. Elle s’approcha du premier tableau à prendre en photo. De sa baguette, elle enchanta le violon et l’archer pour qu’il joue. A côté de l’instrument, il y avait un pot avec une plante verte très touffu et une partition, qui était posée face contre terre. En terme de musique, Daphné n’était pas la plus doué mais ce n’était pas très grave, il suffirait de couper le son des photos. Ce que Pansy ferait de toute façon. Puis, Daphné commença à prendre des photos. Elle prit plusieurs clichés mouvants, les observa rapidement tour à tour, changea la texture pour lui donner un côté plus vieilli et la lumière pour un côté plus vivant. Elle reprit quelques clichés. Et changea d’instruments. Daphné resserra son écharpe autour de son cou. Et elle recommença à prendre des photos. Pour qu’il y ait une unité et une cohérence, dans la double page sur la musique, elle ne toucha plus les réglages de son appareil mais elle veilla à ce que l’éclairage extérieur reste le même. Elle passa à la guitare, le piano, la trompette, le saxo, le tambourin, la flute et encore quelques autres. Elle procédait toujours de la même manière. Elle s’agenouillait toujours pour prendre ses photos, cela lui donnait de la stabilité et l’angle soulignait astucieusement la taille des instruments. Elle enchantait les instruments et prenait plusieurs clichés avant de s’estimer satisfaite. Alors qu’elle photographiait une guitare, Daphné retira son écharpe et se plongea plus encore dans son travail. Elle n’entendait plus rien de ce qui l’entourait, sauf peut-être le son des instruments. Elle avait plongé au cœur de son appareil et rien ne semblait pouvoir l’en faire sortir. Daphné savait que les photos prises sur son appareil étaient directement transmises sur un écran à Pansy et que si quelque chose n’allait pas, Pansy le lui dirait. Les cris de Pansy étaient sans doute la seule chose qui pouvait la faire sortir de sa léthargie. Enfin, au bout d’une quarantaine de minutes, Daphné se releva, les jambes tout engourdies et déclara qu’elle avait fini.

- Tu veux qu’on revoit les photos une fois ensemble sur l’écran avant que je n’aille les faire développer, demanda Daphné à Pansy en voyant sa patronne arriver avec deux cafés dans les mains.

Pansy acquiesça. C’était une petite révolution que cette histoire d’écran. Cela permettait, grâce à un sortilège assez facile et avec un écran blanc, de visualiser des photos sorcières avant qu’elles ne soient développées. Ca permettait surtout à Daphné et Pansy de choisir les photos qu’elles allaient garder pour le magazine avant de toutes les faire développer. Gain de temps, gain de moyen, Pansy appréciait ce genre de petites pépites. Et Daphné devait bien admettre qu’elle aussi. Les deux jeunes femmes attrapèrent un siège chacune, sortirent une cigarette, Pansy tendit un café à Daphné et elles se mirent à regarder les photos défiler sous leurs yeux. Il y avait une ombre disgracieuse sur celle-ci. Sur celle-là, l’archer n’était pas une position idéale. Sur celle-ci, les cordes pincées ou les touches baissées n’étaient pas les bonnes. Là, allez savoir pourquoi, la luminosité semblait avoir diminué. Finalement, au bout d’une bonne demi-heure, Pansy avait choisi les photos qui lui plaisaient le plus. Il y avait une jolie unité, un quelque chose d’un brin mélancolique allait ressortir de cette double page sur la musique qui serait parfaitement en accord avec le ton de l’article.

- Bon boulot Daphné, remarqua Pansy avec un sourire. Au fait, il y a une page sur la photographie dans le numéro du mois. Je me demandais si tu accepterais d’être le mannequin pour l’illustrer. Je pensais à des photos très naturelles de toi occupée à nettoyer, régler ton appareil, prendre des photos. Et même pourquoi pas, une ou deux avec l’envers du décor, quand il faut faire développer les photos mouvantes. T’en penses quoi ? Demanda Pansy en écrasant son mégot.

Drôle de sensation, songea Daphné. Elle n’avait pas tellement l’habitude d’être de l’autre côté de l’appareil photo. Ca risquait de lui faire un peu bizarre.
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Cernunnos
Moldu
Messages : 6
Inscription : 16 févr. 2018 - 18:22

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Cernunnos » 18 févr. 2018 - 00:56

Titre : Violon et Ganja
Thème image : Violon
Fandom : /
Nombre de mots : 291
Personnages :
Rating : Tout Public
Je prends l’archet, fais parcourir le bloc de cellophane sur les crins abîmés par l’usage et empoigne mon violon. L’instrument, cadeau de mon grand-père, a une valeur inestimable pour moi.
En contrebas de la scène sur laquelle nous sommes censés jouer ce soir, Aedre est attablée, concentrée sur sa tâche. Notre duo de musique celte, Tétraèdre, compte parmi les plus en vue du moment dans les bars et lieux branchés du coin.

- Henrik, j’ai terminé, viens par là, m’appelle t’elle.
- Mmmh.

Un joint entre son index et son majeur, sa tignasse rousse emmêlée, et une robe de velours élimée, elle paraît sortir du dix neuvième siècle. Alors qu’Aedre allume la tige et inspire une grande bouffée, je mets le violon en place, sur mon épaule. Saisissant une inspiration soudaine, induit par les airs que me jouait mon aïeul autrefois, mon archet trouve les notes dont je me souviens. Et je continue, pendant deux minutes. J’aime ça. Je l’aime, elle aussi.

- Tiens, tire quelques lattes, tu joueras encore mieux.

Sans cesser de jouer, j’accueille le joint qu’elle me place entre les dents. Première bouffée. Me voilà détendu. Seconde bouffée. Je suis de plus en plus exubérant. Et je joue toujours, de plus en plus vite. Troisième bouffée. J’arrête de jouer, je retire mon joint. Et je l’embrasse.

Elle n’est pas surprise, pourquoi le serait elle ? Je crois qu’elle savait avant moi que cela arriverait.
Il est des signes qui ne trompent pas. La beauté de mon violon et de sa voix entremêlée ne trompe pas. Je tire une dernière bouffée avant de lui tendre la tige consumante, qu’elle accepte avec un sourire.
Je m’affale sur un vieux siège défoncé, pose mon instrument sur mes genoux, et sourit à mon tour.

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1734
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par BellaCarlisle » 18 févr. 2018 - 01:00

Titre : Deuil
Thème (écrit ou image) : Écharpe
Fandom : Original
Nombre de mots : 124
Personnages : /
Rating : Tout public
Ce n’est qu’un malheureux bout de tissu mais il représente tellement de choses qu’elle suffoque en le voyant. Comment a-t-elle pu passer à côté sans se rendre compte de sa présence ? L’écharpe est là, posée sur un siège, attendant un cou qui ne viendra plus. Elle s’en saisit délicatement, la portant à son nez, respirant ce parfum si familier. Elle songe à sa fille et tente maladroitement de ressuyer ses larmes sur le dos de sa main. Mais le chagrin est là, bien enfoui au fond d’elle, comme un organe supplémentaire qui se gorge de tristesse pour mieux la détruire de l’intérieur.

Elle ferme les yeux en sanglotant, serrant contre elle ce vestige d’un passé douloureux. Doucement, elle s’effondre, s’enfermant dans sa peine.
Image . Image

Avatar de l’utilisateur
AliceJeanne
Titulaire des BUSE
Messages : 146
Inscription : 13 juin 2016 - 14:41

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par AliceJeanne » 18 févr. 2018 - 01:01

Titre : /
Thème: écharpe
Fandom : Underworld
Nombre de mots : 337
Personnages : Wilhelm (OC), Viktor
Rating : /
Accoudé à la balustrade Wilhelm observait la ville enneigée, sa respiration produisait de petits volutes de vapeur et le garçon se perdait dans sa contemplation du blanc paysage. A quelques mètres de là Alicia et Manuel surveillaient leur fils tout en discutant de la suite des évènements avec Viktor, il était plus qu’urgent de retrouver Markus avant qu’il ne fasse trop de dégâts et les adultes étaient anxieux. L’enfant quant à lui ne semblait pas se soucier du premier des vampires préférant savourer la saveur des flocons se posant sur le bout de sa langue tirée. Il aimait les plaisirs simples, ses parents lui avaient appris à apprécier chaque petit bonheur que la vie pouvait lui apporter. Sans se soucier du froid qui mordait la peau gracile de son cou, son visage et ses mains il plongea ses dernières dans la neige, caressant la poudreuse avant de la balayer en une tempête miniature. L’agitation qui régnait à l’intérieur de l’appartement lui échappait, la nuit lui appartenait et aussi n’entendit-il pas son grand-père se glisser à côté de lui.

D’un geste paternel Viktor posa une main bienveillante sur l’épaule du garçon qui lui sourit en retour. Il leur faudrait encore du temps pour s’apprivoiser mais cela semblait tout de même en bonne voie. Au moins l’aîné avait-il accepté le fait même de son existence.

« Tu devrais rentrer, tu vas prendre froid, dit-il en drapant Wilhelm d’une grande écharpe donnée à cet effet par Alicia. »

L’enfant acquiesça mais ne bougea pas pour autant, au fond de lui quelque chose s’était allumé et la chaleur qu’il ressentait à présent n’était pas uniquement due au vêtement qu’il lui avait été donné. La petite flamme qui le réchauffait était celle qui naissait dès lors que vos parents vous disent qu’ils vous aiment pour la première fois, c’était doux et inespéré. Un grand sourire aux lèvres Wilhelm resserra son écharpe et s’empara et de la main de son grand-père. Ensemble ils observèrent les flocons couvrir les toits sous la lune éclatante.
Image

Avatar de l’utilisateur
ninipraline
Titulaire des ASPIC
Messages : 284
Inscription : 26 juin 2015 - 08:14

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par ninipraline » 18 févr. 2018 - 01:33

Titre : Adresse inconnue
Thème (écrit ou image) : Inconnu
Fandom : hp
Nombre de mots :148
Personnages : oc
Rating : tous public
« Dix, onze, treize, quatorze, et voilà. Dix, onze et treize et quatorze, ET PAS DE DOUZE ! »
Les quelques passants matinaux se retournèrent vers le long jeune homme efflanqué en tenu de facteur, qui se tenait face aux grandes maisons grises et se frappait le dos de la main gauche avec l'enveloppe de papier rose bonbon qu’il agitait nerveusement. Trop occupé à observer les maisons devant lui, l’agent des postes ne paraissait pas s’apercevoir de l’attention dont il faisait l’objet.
Avec un grognement hargneux, le facteur jeta le rectangle rose dans la sacoche vide accrochée à l’avant de son vélo, enjamba son engin, tourna le dos à cette fichue rue et retourna à la poste. À son arrivé son collègue releva la tête, le fixa puis tendit un doigt vers une caisse étiquetée Adresse Inconnue, en articulant d’un ton morne.
« Douze square Grimmaurd. »
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1734
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par BellaCarlisle » 18 févr. 2018 - 01:45

Titre : Interrogations
Thème (écrit ou image) : Inconnu
Fandom : Underworld
Nombre de mots : 267
Personnages : Viktor, Elvira, Sonja
Rating : Tout public
Sonja est mal à l’aise, Elvira perçoit la légère tension que présente la jeune femme. Elle ne sait pas pourquoi sa colocataire est devenue si distante alors qu’elle riait avec elle quelques minutes auparavant. Le coup toqué à la porte principale de leur appartement la surprend encore plus, lui faisant froncer les sourcils. La nuit est tombée depuis un moment, il n’y a aucune raison que quelqu’un cherche à les voir à une heure aussi nocturne. Pourtant, Sonja ne semble pas étonnée, elle se dirige vers l’entrée et ouvre à leur visiteur, échangeant quelques mots d’un ton si bas que l’autre jeune femme ne l’entend pas. Elle voit juste un individu de sexe masculin pénétrer chez elles.

Même si elle est presque certaine de ne pas connaître cet homme, Elvira lui trouve des traits familiers. Son visage fait écho à un souvenir profondément enterré dans sa mémoire, comme une image lointaine oubliée qui a laissé des traces fugaces. Ce qu’elle lit dans son regard lui coupe le souffle, il y a là un sentiment sincère qui la perturbe mais qui, en même temps, réchauffe son cœur. Une partie d’elle lui souffle que ce n’est pas normal, qu’elle ne devrait pas être affectée par les beaux yeux d’un inconnu mais la chaleur qui la parcourt lui prouve que ses émotions sont complètement déréglées.

- Elvira, déclare Sonja sur un ton hésitant, je te présente mon père, Viktor.

Viktor. Ce prénom qu’elle a prononcé quand elle a repris connaissance à l’hôpital. Elle ne croit pas au hasard et elle est déterminée à avoir une sérieuse discussion avec son amie.
Image . Image

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 753
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Alhüin » 18 févr. 2018 - 01:55

Titre : Passe là moi
Thème (écrit ou image) : Inconnu
Fandom : HP
Nombre de mots : 1415 mots
Personnages : Pansy, Drago
Rating : -16 (y a quand même quelques gros mots et des références à la drogue, donc voilà. Après je suis pas trop familière avec les ratings donc voilà)
En acceptant de suivre Drago ce soir-là, Pansy n’avait aucune idée du pas dans l’inconnu qu’elle allait faire. C’était d’ailleurs bien plus qu’un pas. C’était un saut. De géant. Vers un ailleurs qu’elle ne connaissait pas. Vers un endroit qu’elle ne pouvait même pas imaginer. Un monde tout nouveau. Pas bien joli, pas très reluisant d’ailleurs, mais ça Pansy ne le savait pas encore. Tout ce qu’elle pouvait dire pour le moment, c’est que Blaise avait fichu le camp, que Millicent avait arrêté d’essayer de lui sortir la tête de l’eau, que Daphné était trop occupée avec sa sœur et qu’elle était toute seule. Finalement, Drago, c’était un peu sa bouée de secours pour le moment. La seule personne de son passé à qui se raccrocher encore un peu. La seule personne aussi cassée, aussi mal en point, aussi détruite qu’elle. Et apparemment, Drago était même prêt à lui ouvrir un nouveau monde dans lequel elle pourrait se détruire encore plus. Pansy était sur le point de se rendre compte qu’elle avait été surprotégée toute sa vie. Chez elle, dans son manoir, où elle n’avait rien à faire à part regarder l’herbe pousser. A Poudlard, où, quand on ne s’appelle Potter (et accessoirement quand on est un sang pur), on ne risque rien. Et même la guerre, finalement, ça restait pas grand-chose. Non, là, ce que lui proposait Drago, c’était véritablement le grand saut. Et cet inconnu lui plaisait bien à Pansy. Elle lui avait redemandé une autre cigarette et Drago avait ricané. Il lui avait proposé de transplaner d’abord et de fumer ensuite. Pansy l’avait suivi. Il avait plutôt l’air de savoir ce qu’il faisait Drago. Des années plus tard, Pansy s’était demandé pourquoi Drago lui avait proposé à elle de venir avec lui découvrir toutes ces choses monstrueuses, nouvelles, destructrices. Elle avait supposé que, comme Marcus avait compris pour Blaise, Drago avait compris pour elle. Mais quand Drago était venu toquer chez elle, Pansy ne s’était pas posé de questions. Elle avait besoin d’air, de s’éloigner de ses parents et Drago n’avait pas fait semblant, contrairement aux autres. Il n’avait pas cherché à cacher les lourdes cernes qui soulignaient ses yeux, son teint pâle et maladif. Rien de tout ça. Et c’est sans doute pour cela que Pansy avait également attrapé sa main pour qu’il les fasse transplaner. Elle était prête à faire confiance à Drago, aussi stupide cela soit-il. En constatant que Drago les avait fait atterrir dans le monde moldu, Pansy eut quand même un léger doute quant à la santé mentale de son ami. Mais quand elle l’interrogea du regard, il se contenta de lui répondre de ne pas s’inquiéter. Alors Pansy ne s’inquiéta pas. Drago la guida à travers Londres. Il ne disait rien. Et Pansy non plus. Elle avait décidé de lui faire confiance. Autant le faire jusqu’au bout. C’était toujours mieux que d’être coincée dans sa chambre à écouter sa mère la supplier de sortir de là. Finalement Drago entra dans ce qui devait être un bar. Il fonça vers le bar et s’y avachit. Pansy le suivit, en regardant suspicieusement autour d’elle. Si Drago l’avait amené dans le monde moldu pour boire un verre, alors son grand saut dans l’inconnu risquait d’être soudainement beaucoup moins intéressant. Voire carrément nul à chier. Quel dommage, songea Pansy en grinçant. S’il y a bien quelqu’un qui doit savoir comment se pourrir la santé encore plus que le moral, c’était pourtant bien Malefoy. A croire que la guerre l’avait ramolli. Pansy alla s’asseoir à côté de Drago et alors qu’elle s’apprêtait à lui demander ce que pouvait bien signifier ce merdier, le blond commanda deux shots. Pansy le fixa sans comprendre. Quoi ? C’est tout, voulut-elle hurler. Comme si elle n’avait jamais pris de shot. Le barman déposa devant eux les deux verres minuscules. Drago poussa le sien vers Pansy et attrapa l’autre verre. Il se l’enfila. Pansy le suivit. Toujours sans un mot, Drago en commanda quatre de plus et ils les enchaînèrent tous. Enfin, Drago daigna dire un mot.
- J’espère que t’es prête Parkinson. Parce que demain, au réveil, ça risque de pas être beau à voir et tu risques de détester l’image que tu auras de toi-même, lâcha-t-il d’une voix traînante.
- Parce qu’il y aura un « demain, au réveil », demanda-t-elle, piquante, en s’enfilant un autre verre.
Drago eut un sourire. Visiblement, Pansy ne s’y connaissait pas vraiment encore.
- Viens, y a un fumoir là-bas, ajouta Drago.
- Ma gorge me gratte, fit remarquer Pansy.
- C’est que la thérapie commence à fonctionner, grinça Drago.
En recommandant un dernier shot et deux cocktails, Drago et Pansy se dirigèrent vers le fumoir. Là-bas, ils s’enfilèrent la moitié d’un paquet tout en descendant à grande vitesse leurs verres. Pansy commençait à avoir chaud. Elle releva ses cheveux et reprit une cigarette. Pour le moment, il n’avait rien de bien neuf dans tout ce que lui proposait Drago. Sauf les cigarettes. Mais comme il avait commencé d’entrée de jeu par lui présenter ça, elle s’attendait à ce que ce ne soit qu’un hors-d’œuvre. Où était le plat de résistance ? Par Merlin, il ne fallait pas lui promettre de l’inconnu, si tout ce qu’il lui proposait, c’était des petits tubes oranges destinés à lui niquer les poumons.
- Malefoy, c’est quoi la suite ? Demanda Pansy, excédée.
- La suite ma ptite Pans’, c’est qu’on va en boîte de nuit et que tu vas pouvoir goûter ça, lui expliqua Drago en sortant de sa poche une petite pilule blanche.
Pansy le regarda comme s’il était tombé sur la tête. Un petit rond, tout blanc, presque lisse. Et alors quoi ? Elle avait quand même passé l’âge d’avaler des bonbons, non ? Drago remarqua à la tête de Pansy qu’elle était un peu pommée. Mais loin de vouloir lui expliquer maintenant, il ne lui donna pas plus de détails. C’est ce qui est sympa avec l’inconnu remarqua Pansy en son for intérieur. Quand c’est pas assez, c’est merdique mais dès que c’est un peu plus, c’est frustrant. Et là, Pansy était frustrée. Elle sentait à la tête de Malefoy que ce petit machin devait pouvoir faire des miracles, mais pourtant, elle aurait été incapable de dire lesquelles. Si Drago avait lu dans les pensées de Pansy au moment où elle associait « pilule blanche » et « miracle », il aurait certainement bien ri. Mais il était un peu trop occupé à terminer son verre. On y va, indiqua-t-il à Pansy d’un mouvement de tête. La jeune femme acquiesça. Alors qu’elle allait se diriger vers le bar pour régler leurs consommations, Drago, sans même s’assurer qu’elle était derrière lui, prit le chemin de la sortie. Pansy ne réussit à le rattraper que lorsqu’ils atteignirent le carrefour le plus proche. Elle lui attrapa l’épaule, le retourna et les yeux pleins de colère, lui fit remarquer, sarcastique.
- T’as remarqué qu’on était parti sans payer ou bien le truc, c’est de me laisser dans la merde ? Tu crois que j’ai de l’argent moldu sur moi là ?
- T’as dit que tu voulais ton saut dans l’inconnu Pans’. Et bah le voilà. Et cet inconnu, c’est que j’en ai plus rien à foutre de rien. De la vie, de la mort, des règles, de payer nos consos, de faire de la magie devant des moldus, de me niquer les reins, les poumons, le pancréas et tout le reste. Rien à battre, ok ? Rien à battre que ce soit pas bien, ou même que ce soit bien, tiens, pour changer. Je m’en balance. Et si tu fais pas la même chose, tu peux dégager maintenant. Je te retiens pas, lui asséna durement Drago.
Assimilant difficilement l’étendue de tout ce que Drago était en train de lui dire, Pansy, sans s’en rendre vraiment compte, hocha la tête. Rien à foutre de me niquer la vie, ou de niquer celle des autres. Un éclair de lucidité lui fit se demander si Drago faisait ça pour se sentir un tout petit vivant. Mais il disparut bien vite. Et Pansy, sur le trottoir, pantelante de cette révélation, sa morale et son bon sens l’ayant définitivement abandonné sur le pas de la porte de chez ses parents, ou peut-être même bien avant ça, hocha une nouvelle fois la tête avant de murmurer, pour elle-même, pour Drago, pour le monde sorcier, elle ne savait plus vraiment.
- Passe là moi, ta pilule de merde.
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Avatar de l’utilisateur
Zandry
Elève de troisième année
Messages : 42
Inscription : 08 août 2016 - 20:29

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Zandry » 18 févr. 2018 - 02:03

Titre : Aucun
Thème (écrit ou image) : inconnue
Fandom : HP
Nombre de mots : 279
Personnages :
Rating : tout public

Immobile devant une porte en bois clair, Narcissa hésite.
Parce que poser sa main sur cette poignée et pousser ce battant c'est s'assurer qu'elle est partie. En être sûre. Sûre qu'elle ne reviendra pas. Plus de sourires rassurants après que mère lui ai reproché sa coiffure. Plus de réconforts aux paroles de Bella. Plus personne pour lui raconter des histoires.
Sûre que cette maison est désormais vide de tout éclat de joie heureuse. Sûre que la seule personne qui n'ai jamais aimé ses faiblesses l'ai abandonné dans cette cage plaquée or.
Les marches de l’escalier grincent. Au bout du couloir, Bella s'arrête. Un sourire malsain se dessinent sur ses lèvres teintées. Rouge sang.
Elle s'avance, regard noir ancré dans le sien, se plante devant sa sœur :
-Tu vois qu'elle ne méritait pas sa place de préférée. Siffle la plus sombre.
Narcissa se dit qu'elles forment un contraste terrifiant. Lumière et Ténèbres.
Meda trouvait l'équilibre. Elle était l'équilibre.
Bella, les yeux toujours braqués dans les siens, abaisse la poignée et propulse la porte qui cogne violemment le mur. Après une fraction de seconde, elle tourne les talons et s'en va sans un mot de plus. Narcissa la regarde s'effacer derrière le virage du couloir.
Elle dirige finalement son attention sur la chambre de son aînée.
Tiroirs renversé, bijoux disparus. Meda aussi.
Elle ne l'a pas assez aimée pour ne pas la laisser.
Et à cet instant, Narcissa est aussi noire à l’intérieur que Bella qui n'a pas encore perdu l'esprit.
Elle se dit que quitte à s'en aller, Meda aurait bien pu sauver Bella, elle, aurait au moins eu la force de ne pas oublier qui elle était.

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1734
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par BellaCarlisle » 18 févr. 2018 - 02:29

Titre : Sans air
Thème (écrit ou image) : Détresse
Fandom : Original
Nombre de mots : 211
Personnages : /
Rating : Tout public
Elle se met à tousser sans aucune raison, cherchant à rependre un peu d'air pour aller mieux. Face à l'expression affolée de sa mère, elle secoue sa main devant elle, comme pour dire « tout va bien, tu n'as pas à t'inquiéter ». Elle inspire longuement mais la toux refait surface, plus violente. Sans faire attention au regard suppliant de sa fille, le père intervient, appuyant sur la sonnette rouge de l'alarme posée sur l'oreiller de la patiente.

L'infirmier s'occupe d'elle avec délicatesse, posant sur son visage un masque à oxygène. Il indique que le médecin va venir leur parler un peu, pour leur expliquer la situation. Ces quelques mots se veulent réconfortants mais ils agitent les parents et la jeune fille. Cette dernière sent la détresse lui serrer le cœur, parce qu'elle sait bien qu'il est inutile de lutter contre cette « chose » qui la ronge. Elle craint l'arrivée du médecin, elle a peur d'entendre ce qu'il a à lui dire.

Combien de fois s’est-il assis près d’elle pour lui annoncer des mauvaises nouvelles ? Combien de fois a-t-il eu cet air trop sérieux en lui promettant de faire passer un peu la douleur ? Si ses poumons ne suivent plus non plus, elle préférerait que tout s’arrête. Définitivement.
Image . Image

Avatar de l’utilisateur
Catie
Goinfre Sérievore
Messages : 4170
Inscription : 14 févr. 2012 - 21:46

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Catie » 18 févr. 2018 - 02:45

Titre : /
Thème (écrit ou image) : Détresse
Fandom : HP
Nombre de mots : 1014
Personnages : Bella, Cissy
Rating : /
L’horloge sonne deux heures lorsque Bellatrix referme son lourd grimoire. Le bruit résonne dans la bibliothèque vide. Elle éteint la flamme vacillante de sa bougie d’un souffle et se laisse guider vers la sortie par la lumière féérique de la lune. Ses rayons argentés illuminent les rayonnages comme en plein jour. Elle connaît si bien cette endroit de toute façon qu’il lui est impossible de se perdre. Elle sillonne entre les étagères jusqu’à la porte, ses pieds nus glissant sur le parquet froid.

Elle traverse le couloir, passe sans un bruit devant la suite parentale, et remonte le couloir jusqu’à sa chambre. La main sur la poignée, elle se fige en entendant un bruit étrange percer le silence ténébreux du manoir. Des sanglots, qui proviennent de la pièce voisine.

Bellatrix tend l’oreille, à la fois intriguée et rebutée. C’est Narcissa, qui pleure comme ça. Il n’y a aucun doute à avoir. Elle pince les lèvres, désapprobatrice, hésitant presque à l’ignorer. Mais les restes de son instinct de protection, les quelques traces d’amour qu’elle éprouve pour sa sœur et qui n’ont pas encore été effacé par la Magie Noire, la poussent à traverser le couloir. Elle pousse le panneau de bois du bout des doigts et pénètre dans la pièce assombrie, uniquement éclairée par une chandelle.

Narcissa lui tourne le dos, couchée sur son lit, les épaules secouées de sanglots. Elle ne l’a même pas entendue entrer. Bellatrix laisse échapper un discret soupir qui n’attend pas non plus ses oreilles. En temps normal, elle l’aurait rabrouée, sermonnée sur son comportement, mais en cet instant, au cœur de la nuit, elle plus que toute autre savait à quel point les convenances étaient ridicules. Alors elle s’approche de sa couche et s’assoit sur l’édredon blanc, raide et hésitante malgré sa bonne volonté.

— Cissy, souffle-t-elle.

Elle pose une main douce sur l’épaule de sa cadette, qui tressaille de surprise. Narcissa se retourne sans prendre la peine d’étouffer ses pleurs. Les larmes coulent sur ses joues d’albâtre et ses yeux bleus semblent noyés de tristesse. La gorge serrée, Bellatrix se sent impuissante pour la première fois depuis longtemps, depuis qu’elle a cette Marque gravée sur son avant-bras. Elle hait voir sa petite sœur ainsi.

— Bella…

Sa voix est étranglée par les sanglots, alors qu’elle cache son visage sur ses genoux,
honteuse. Bellatrix caresse distraitement ses épaules tremblantes, comme lorsqu’elles étaient petites et sans savoir bien quoi faire d’autre.

— Dis-moi au moins pourquoi tu es dans cet état-là, souffle-t-elle d’un ton triste. Qu’est-ce que je peux faire pour toi ?
— Elle… Elle ne reviendra jamais. On l’a perdue. Pour toujours.

La voix de Narcissa n’est qu’un soupir larmoyant, mais ses mots parviennent bien aux oreilles de Bellatrix. Celle-ci se fige, sa main se crispant sur l’épaule de sa sœur. Il lui faut quelques secondes pour réagir. Pour comprendre que ce signifie toute cette stupide mascarade.

— C’est pour elle que tu es dans cet état ? siffle-t-elle, furieuse.

Elle se dresse d’un coup et s’éloigne d’un pas, comme un rejet instinctif. Narcissa porte sur elle un regard perdu. Ses yeux, emplis de détresse et de désespoir, accrochent ceux de Bella, la supplient de ne pas s’emporter. Mais cette dernière n’est plus que colère et haine.

— Tu devrais avoir honte de toi, murmure-t-elle avec hargne. Elle nous a abandonné, elle est partie sans nous jeter ne serait-ce qu’un dernier regard. Elle a craché sur notre passé, nos souvenirs, nos liens, elle a jeté l’opprobre sur notre nom pour un vulgaire Né-Moldu ! Et toi, toi tu la pleures dans ton lit comme une pauvre fille abandonnée ? Ressaisis-toi !

Les mots violents laissent Narcissa sonnée. Le malheur et la douleur marquent toujours ses traits, mais elle semble incapable de pleurer désormais. Comme si sa peine était au-delà des larmes.

— Tu ne comprends pas, Bella, souffle-t-elle. Tu as toujours été la plus forte de nous trois. Je ne peux pas fermer mon cœur comme toi tu le fais. C’est notre sœur.
— C’était, la coupe brutalement Bellatrix. C’était notre sœur. Jusqu’à ce qu’elle décide de s’enfuir. Elle n’est plus rien pour nous, désormais, rien. Tu m’entends ? Une vermine, comme son mari. Rien de plus.
— Tu ne penses pas ce que tu dis.

C’est plus une supplication qu’une réelle affirmation. Narcissa tend vers elle une main offerte que Bellatrix rejette avec un certain dégoût. Elle n’a jamais pensé sa sœur si faible, et l’apprendre lui fait éprouver un malaise bien trop grand. Elle ne veut même pas songer à l’autre, celle qui les a trahis, celle qui est partie.

— Tu ne peux pas être entre les deux, Cissy, tranche-t-elle d’un ton définitif. Elle ou nous, il faut choisir.

« Elle ou moi », plutôt, mais l’amertume qui la brûle l’empêche de dire ses mots à haute voix. La fierté, aussi. Elle ne veut pas admettre sa faiblesse. Elle ne veut pas reconnaître à quel point ça la blesse de voir Narcissa si perdue par le départ de… l’autre.

— Comment est-ce que tu peux l’oublier en claquant des doigts ? proteste Narcissa d’une voix à peine audible. Elle fait partie de nous.
— Plus maintenant.

Sa voix cassante résonne dans la chambre vide, d’une façon presque mortuaire. Avant de céder devant les yeux emplis de détresse de sa jeune sœur – la seule –, Bellatrix tourne les talons et fuit, comme elle sait si bien le faire dans ce genre de situations.

Lorsqu’elle s’enferme enfin dans sa chambre vide, haletante, la douleur qui lui déchire le cœur est bien trop réelle. Alors elle prend fermement sa baguette, et elle murmure les quelques paroles que lui a appris Rodolphus le lendemain de leurs fiançailles. Un soir de Magie Noire simple, qui permet de purger son âme en l’emplissant de vils sentiments, qui la pourrissent jusqu’à la moelle. Une extase proche de la jouissance. Le bout de sa baguette luit d’une inquiétante lumière pourpre, tandis que les traits de son visage se détendent.

La culpabilité et le manque ont disparu, pour ne laisser la place qu’à une haine infatigable envers l’autre.

C’était bien plus reposant ainsi.
Image

Avatar de l’utilisateur
Zandry
Elève de troisième année
Messages : 42
Inscription : 08 août 2016 - 20:29

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Zandry » 18 févr. 2018 - 02:47

Titre : hypocrisie comme tu nous noies
Thème (écrit ou image) : Image
Fandom : HP
Nombre de mots : 327
Personnages :
Rating : Tout Public


Louis aimait bien Victoire.
Elle disait beaucoup de belles choses. Elle adorait bien des gens. Elle était si gentille. Elle avait tant d'amis.
Alors pourquoi est-elle allongée dans le sable rouge et humide, enveloppée d'une odeur de ferraille rouillée ? Pourquoi est ce qu'elle se tait et ses grands yeux bleus ne calculent plus ?
Vic tu te souviens de Marya ? Elle était la plus jolie de ton année et quand elle t'as vue elle a fait en sorte que tu ne lui vole pas son trône.
Vic tu te souviens de ce qu'elle t'as fait ? Elle avait volé ton cavalier et déchiré ta robe le jour de ton premier bal de noël.
Vic tu te souviens de ce que tu lui as fais ? Avec tes mots faux, fouets acérés, tu lui as arraché sa coure. Tu l'as emmêlée dans tes charmes, tu as redonné confiance pour mieux détruire. Un soir après des mois de labeurs, des mois de mensonges tissés dans le voile de la séduction, tu l'as entraîné jusqu'à la tour d'astronomie et tu l'as laissé se déshabiller. Ensuite tes vipères sont sorties de l'ombre, armées d’appareils photos et tu as détruis sa vie.
V pour Victoire. Vengeance. Vices.
Louis aimait bien la façade de Victoire. Une belle histoire peinte sur son corps. Elle avait mit des mots clairs sur ses ombres jusqu'à uniformiser jusqu'à la dernière parcelle d'elle.
Une belles fille cette Victoire.
Dis moi Victoire, te souviens-tu où tu t'es caché ? Comment connaître ton meurtrier si plus personne ne te connais toi ? Et puis, qui a envie de le connaître ?
Plus personne ne veut gratter les épaisses couches de mensonges d'on tu t'es recouverte.
Alors qui à part toi as bien pu trouver ton cœur et y planter cette lame ?

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 753
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par Alhüin » 18 févr. 2018 - 02:47

Titre : /
Thème (écrit ou image) : Détresse
Fandom : HP
Nombre de mots : 941 mots
Personnages : Millicent
Rating : /
Millicent ne sentait jamais sentie aussi mal qu’à cet instant précis. Celui où elle prenait conscience de tout ce qu’elle risquait au sein de l’Organisation. Où elle prenait conscience du visage caché de Pansy. Alors, elle était prête à aller jusque-là ? Elle était prête à risquer autant que la vie de l’un des leurs ? Tout ça pour quoi, qui plus est ? A quoi ça avait servi au final ? A rien, à rien du tout. Et tout le monde cautionnait ce genre de choses. Ça leur semblait normal à eux que Pansy se permette de faire ça ? Pourtant, Millicent avait une admiration sans borne pour Pansy. Parce que la brunette l’avait toujours aidée, soutenue, sortie des situations les plus compliquées. Parce que Pansy avait toujours beaucoup risqué pour sa propre sécurité. Pansy ne savait peut-être pas que Millicent était au courant de toutes ces choses. Mais pourtant, Millicent savait toujours, elle savait tout ce que Pansy faisait pour elle. Bien sûr, Millicent ne s’attendait pas à ce que Pansy en fasse autant pour tout le monde mais … Mais quand même. Pansy était censée être le berger qui veille sur le troupeau de brebis galeuses qu’ils étaient. Et apprendre que le berger est prêt à sacrifier une brebis pour que le reste du troupeau survive, ça lui faisait bizarre à Millicent. En fait, non. Ce n’est pas que ça lui faisait bizarre. C’était bien pire que ça. C’était se rendre compte que tous, ils se vouaient corps et âme à quelqu’un qui ne leur portait qu’une attention toute relative. Bien sûr, Pansy n’était pas une sainte, loin de là. Mais là. Les jambes de Millicent se mirent à flageoler et elle quitta les bureaux le plus rapidement possible. Elle transplana directement chez elle. Elle sortit ses clés de son sac. Elle essaya. Elle dut s’y reprendre à trois fois avant de parvenir à les attraper dans le fond de son sac. Puis elle les fit tomber. Elle se pencha pour les ramasser avec précipitation. Sa cheville craqua, Millicent s’effondra par terre. Ses yeux étaient maintenant brouillés par les larmes. Elle tâta le sol à la recherche de ses clés pendant ce qui sembla durer des millions d’années. Enfin, elle les attrapa. Elle essaya de se remettre debout, chassant d’une main malhabile les larmes qui roulaient maintenant librement sur ses joues. Elle parvint à se remettre debout, en prenant appui sur la porte. Elle rentra les clés dans la serrure difficilement. Au bout du quatrième essai, elle y arriva. Millicent avait l’impression d’être pressée par le temps. Parce que personne ne devait la voir dans cet état. Parce que le cri déchirant, qui menaçait la barrière de ses lèvres, ne pourrait bientôt plus être contenu. Elle tourna la clé et, dans un soupir de soulagement, abaissa la poignée, avant de se rendre compte que la porte était fermée à double tour. Elle essaya de reprendre sa clé, tourna à nouveau celle-ci dans la serrure. Cette fois-ci, elle put entrer. Elle se précipita à l’intérieur, le cœur au bord des lèvres, elle fracassa la porte derrière elle. Elle attrapa le verrou et referma la porte à clé. Elle se laissa glisser par terre et elle pleura. Elle n’avait même pas la force de crier. Tout ce qu’elle avait, tout ce qu’il lui restait, c’était une immense détresse. Elle se sentait toute seule. Elle était toute seule. Si même Pansy n’était plus là pour veiller sur elle, alors il lui restait quoi ? Elle avait qui ? Un cri apeuré quitta, malgré tout, ses lèvres. Millicent essaya tant bien que mal de se relever. Elle pensa d’abord à retirer ses chaussures, qu’elle envoya valser sans même prendre le temps d’y réfléchir et, avec précipitation, elle se mit debout, tout en glapissant comme un lapin. Elle se mit à tourner en rond, dans son salon, des petits pas vifs et saccadés. Elle tournait. Mais rien à faire. Rien. Elle se sentait horriblement mal. Horrible. Elle glapit à nouveau. Puis laissa échapper une longue plainte déchirante. Dans un sursaut, elle courut jusqu’à sa salle de bain. Elle s’observa un instant dans le miroir, avant de faire couler de l’eau du robinet pour se la passer sur le visage. Ca ne fonctionnait pas. Elle recommença, en se griffant la peau des joues pour essayer de faire tomber le masque qu’ils portaient tous. Mais rien à faire. Elle éteignit le robinet et retourna dans son salon. Elle reprit sa course, perdue dans ses neuf mètres carré de salon. Des hoquets de stupeur la ralentissaient. Elle alla dans sa cuisine, essaya de se servir un verre d’alcool. Elle tremblait. Elle reversa une bonne partie de la bouteille avant de réussir à se servir. Elle apporta son verre à ses lèvres mais l’odeur du whisky faillit la faire vomir. Elle essaya de sortir un paquet de cigarettes de son sac. Maladroite, elle mit cinq minutes à réussir à l’allumer. Et moins elle arrivait, plus elle se sentait mal. Et personne n’était là pour voir ça. Pourtant, Millicent, une cigarette au coin des lèvres, c’était un appel au secours. C’était un hurlement déchirant dans la nuit. C’était un cri atroce. De rage et de frustration, Millicent envoyer valser son briquet et sa cigarette. Comme épuisée, elle se laissa glisser contre la porte de sa cuisine, et elle continua à pleurer. Les hoquets se calmèrent d’eux-mêmes, faisant redoubler les larmes. Ça lui faisait du bien. C’était plutôt sain de pleurer. Plus sain que de boire, de fumer. Millicent pleura très longtemps avant de s’endormir. Contre la porte de sa cuisine. Les joues ravagées par le sillon des larmes.
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Avatar de l’utilisateur
WarmSmile
Noctambule
Messages : 1429
Inscription : 14 mai 2016 - 19:02

Re: [Textes] Nuit du 17 Février

Message par WarmSmile » 18 févr. 2018 - 02:50

Titre :
Thème (écrit ou image) : détresse
Original
Nombre de mots : 100
Personnages : Sébastien et Nolan
Rating :

Sébastien observait son ami sans réellement savoir quoi faire. Nolan avait posé sa tête sur ses genoux et regardait du côté du mur. Il avait presque le souffle coupé de voir son ami ainsi installé sur son lit, la détresse émanant clairement de lui.

- La salle de bain est libre, Nolan.

L'adolescent se leva, ramassa son sac contenant ses affaires pour la nuit avant d'avancer vers la porte de la chambre.

Sébastien l'arrêta en posant doucement une main sur son épaule, celle qui n'était pas blessée.

- Tu verras, ça sera différent. Pas maintenant, pas demain, mais un jour.
#Teampoissonsclowns


ImageImage

Verrouillé

Revenir à « La Tour d'Astronomie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités