[Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Les Nuits d'HPF : un thème par heure, une nuit par mois, de l'écriture à volonté !

Modérateur : HPF - Équipe des Nuits

Avatar de l’utilisateur
Catie
Goinfre Sérievore
Messages : 4170
Inscription : 14 févr. 2012 - 21:46

[Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Catie » 02 déc. 2017 - 19:55

Voici le Topic destiné à la publication de vos textes de la Nuit!

Aucune question, remarque, commentaire ou post contenant autre chose qu'un texte n'est accepté.
Veuillez publier votre texte en remplissant préalablement ce formulaire :

Code : Tout sélectionner

Titre :
Défi Scénaristique ou Stylistique :
Fandom :
Nombre de mots :
Personnages :
Rating :
Si vous publiez ensuite vos textes, sachez qu'il existe une série dédiée aux Nuits :
- Sur le Héron
- Et sur HPF !
Image

Avatar de l’utilisateur
Roxane-James1
Stagiaire chez W&W
Messages : 953
Inscription : 07 déc. 2016 - 17:44

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Roxane-James1 » 02 déc. 2017 - 20:34

Titre : choyeux noël
Défi Scénaristique ou Stylistique : scénaristique
Fandom : HP
Nombre de mots : 494
Personnages : Audrey Cornellis / Percy Weasley
Rating : TP
Audrey scruta anxieusement le porte-documents que tenait Percy Weasley, discutant avec un client important à quelques pas de l'endroit où elle se trouvait, entre ses mains. Contenait-il sa lettre de licenciement ? Non, certainement pas au vu du regard agacé qu'il lui offrit en se tournant dans sa direction. S'il avait voulu la virer, il l'aurait purement et simplement ignorée.

Audrey fit mine de se remettre au travail en esquissant un sourire amusé. Ce Weasley n'était pas prêt de se débarrasser d'elle !
Être la secrétaire de Percy Weasley signifiait très exactement : a) être productive dans son travail, b) travailler tout court, c) ne pas dialoguer sauf pour le travail, d) recevoir des piques sur son travail, e) posséder un dictionnaire sur le monde du travail sorcier et moldu, f) travailler, même le jour de Noël.

Inutile de préciser que le dernier point de la liste n'enchantait pas vraiment Audrey, qui considérait avoir autre chose à faire à Noël plutôt que de traîner au bureau pour remplir de la paperasse. C'était pour cette raison qu'elle avait joué un tour à son patron : elle avait ensorcelé le sapin du Ministère pour qu'à chaque fois que le jeune Weasley passait devant, le sapin se mette à déclamer des chants d'amour et de Noël qui parodiaient sa personne hautaine.
Visiblement, elle avait eu tord de penser que sa petite plaisanterie lui vaudrait son renvoi immédiat et s'en réjouissait.
Enfin, elle s'en réjouit moins quand elle constata que Percy et son client s'avançaient vers elle. L'un d'une démarche sautillante, un sourire amusé aux lèvres et l'autre avec l'air de vouloir la tuer.

— Audrey, je voudrais te présenter John Chaipa directeur des transports magiques en Grèce, déclara sèchement Percy en arrivant à sa hauteur.
— Ravie de faire votre connaissance, monsieur, le salua poliment Audrey en arborant son expression la plus sérieuse.
— Moi de même, ma chère, répondit le sorcier en la regardant avec admiration. Ch'est vous le chapin ?
— Je vous demande pardon ?
— Le CHAPIN en bas ! Qui chante les louanches de Monchieur Weachley, ch'est vous ?
— Aaaah ! Le SAPIN. Oui, oui c'est moi, répondit Audrey en se retenant de pouffer.
— Formidable ! baragouina l'autre pendant que ledit Weasley cachait tant bien que mal son expression courroucée. Ch'est machique !
— Merci, monsieur Chaipa, je suis honorée par vos compliments !

Le sorcier lui lança une dernière fois un regard admiratif avant de couler un regard vers le buffet.

— Ch'espère que nous nous reverrons, miche Cornelliche, che vais boire un peu. Choyeux Noël !

Il s'élança vers le buffet tandis qu'Audrey laissait s'échapper un éclat de rire qui lui valut un regard froid de la part de Percy.

— Vous êtes fière ?
— Assez, oui, répondit Audrey d'une voix moqueuse. Et monsieur John Chaipa aussi, apparemment.
— C'est bien la preuve que c'est Noël, grommela Percy en s'éloignant.
— JOYEUX NOEL, PERCHY WEACHLEY ! lui hurla Audrey en riant aux larmes.

Son Noël n'était pas si ennuyeux que ça, finalement…
La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
- J'observe mon existence sous un angle différent, déclara-t-il gravement.
- Voyez-vous cela ! Et qu'en déduisez-vous ?
- Qu'à l'endroit ou à l'envers, elle est absolument vide de sens.

La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos
Imprévisible, anticonformiste et entreprenante. Prenez garde, un de ces jours je pourrais finir par tomber amoureux de vous.
:coeur: Dixit Archibald :coeur:

No mouners, no funerals - SIX OF CROWS

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par PlumeEnVadrouille » 02 déc. 2017 - 20:39

Titre : La mort
Défi : styllistique
Fandom : aucun
Mots : 100
Personnages : aucun
Rating : aucun

Dans l'ombre où elle se tient, elle attend calmement,
Car elle sent le bon jour, elle connaît bien l'instant.
Celui où la vie devient trépas, où l'esprit quitte le corps.
Cruelle pour certains mais tant attendue pour d'autres.
La vie après la mort ou la mort après la vie,
Chaque point de vue est bon, tant qu'il y a quelque chose.
Quelque chose tout au bout, de cette chose si sombre
Et au combien étrange et puis si étonnante
Cette chose tant redoutée que peut être la mort.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 591
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Westyversionfrench » 02 déc. 2017 - 20:41

Titre : Iron Shoe on Top of Tree
Défi Scénaristique ou Stylistique : Votre texte doit se passer le jour ou la veille de Noël (Scénaristique)
Fandom : Fiction Originale
Nombre de mots : 807
Personnages : Désiré de Koadruz, Renaud Renard, Esmerald Renard, Lucie Etchebarne.
Rating : Tous Publics
« Il n'y aura pas de sapin sans cette maison. » Pour une fois, Désiré n'avait pas eu à hausser la voix, seulement à énoncer sereinement cette règle qu'il lui semblait utile de rappeler en présence de nouveaux habitants au Manoir. L'année passée, si Lucie n'avait pas abordé le sujet et s'ils s'étaient contentés de se déposer un cadeau pendant la nuit de 24 devant la porte de la chambre de l'autre, il se méfiait d'Esmerald et Renaud. Le jeune homme fut effectivement le premier à réagir :
« Allez, soyez sympa Désiré. C'est mon premier Noël sans mes parents, j'aimerais marquer le coup.
-Tu devrais peut être retourner sur Quimper pour ces deux jours... » suggéra Renaud, peu enclin à s'attirer les foudres de Désiré, et tout aussi déterminé à réconcilier son petit-fils avec ses parents. Esmerald leva les yeux au ciel et se laissa retomber en arrière sur le canapé.
« ça n'aurait aucun sens de faire semblant. Je les aime, le les appellerai ce soir et demain après le petit-déjeuner, mais j'aimerais fêter ce moment avec ceux qui ont été ma famille ces derniers mois. » Renaud observait les réactions du maître de maison alors que son petit-fils s'exprimait et ne manqua ainsi pas le tic nerveux qui agita l’œil droit de Désiré.

Étonnement, ce fut Lucie qui proposa :
« ça peut très bien être autre chose qu'un sapin. Ainsi, ça ne serait pas tellement Noël mais ça serait un événement sympathique autour duquel on pourrait manger un bon repas et échanger des cadeaux. Désiré plissa les yeux. Renaud le sentait près de flancher. Il enchaîna suite aux propos de la jeune femme :
« Ou alors, nous pourrions aller jusqu'à demain soir chez moi. Je suis assez enthousiaste à l'idée de décorer un arbre, quel qu'il soit, avec ce qui nous tombe sous la main, et de déposer à son pied toutes sortes d'objets à échanger. On croirait un vieux rituel païen, ça serait marrant. » Lucie sourit :
« Vous avez raison. Passer une nuit ailleurs, voilà qui serait la grande aventure.
-C'est une idée stupide ! » lança enfin Désiré.
« D'abord, il doit faire un froid polaire dans ta vieille ferme, puisque personne n'y vit depuis des semaines. Ensuite, nous passerions plus de temps à déménager nos affaires qu'à savourer la fête. Puisque vous y tenez tant, allez chercher un fichu sapin et prenez le immense pour qu'il justifie qu'on lui accorde toute cette attention ! Nous le mettrons dans la Verrière. Renaud, tu m'aideras à pousser les cages des oiseaux.
-Je vais couper l'arbre dans la forêt ! » annonça joyeusement Esmerald qui quitta la cuisine pour aller s'équiper et affronter le climat hostile. Lucie se saisit d'un bloc notes.
« Voyons, je vais chercher des guirlandes, des petits objets, de la ficelle, de quoi fabriquer des boules maisons. Il devrait y avoir tout cela au grenier, n'est-ce pas ?
-Sans aucun doute. » conclut Désiré, et il disparut, Renaud sur ses talons, dans le couloir.

Une heure après, alors que le soleil hivernal ne parvenait toujours pas à briser la croûte pâle qui couvait le domaine, Esmerald revint avec un arbre d'environ trois mètres de haut. Il l'avait traîné à l'aide de deux chevaux qu'il avait attelés. Tandis qu'il les ramenait à l'écurie, ses trois colocataires peinèrent à faire entrer l'arbre dans la Verrière, par sa double porte. Finalement, ils le redressèrent et le calèrent fermement au centre de la pièce offerte au parc gelé. Lucie avait descendu deux cartons de babioles et chacun leur tour, après avoir un peu séché les branches humides de rosée, il fixèrent les petites décorations sur l'imposante structure. L'ensemble était dépareillé, puisqu'ils ne se concertèrent pas et que certaines guirlandes étaient trop courtes, mais les rires s'élevèrent bientôt jusqu'à la cime dépourvue d'étoile. On hésita, on débattit longtemps quant à ce qui devait être placé en pôle position puis il sembla évident qu'un fer à cheval serait le symbole qui parlerait à chacun d'eux. Désiré, de bonne humeur et plutôt excité, quoiqu'il en dise, leur faussa compagnie pour aller chercher le précieux ornement. Il ne réapparut que vingt bonnes minutes plus tard, un peu essoufflé, arguant qu'il avait craint de l'avoir perdu. Le fer qu'il tenait dans sa main était vieux et usé, un peu tordu même.
« Il était dans ma valise. J'avais dû l'oublier là l'an dernier, après mon voyage en Angleterre. » Il rechigna à laisser les autres le toucher et l'observer et insista pour grimper lui-même sur l'escabeau et l'attacher avec du raffia tressé. Alors qu'il disparaissait en compagnie d'Esmerald dans la cuisine pour préparer le déjeuner, Lucie demanda à Renaud :
« C'est un fer de Frik ? » Le vieil homme lui sourit et l'attrapa par les épaules pour l'entraîner en dehors de la Verrière.
Serpentard de cœur, Serdaigle de répartition Pottermore, et sadiquement envoyé chez les Gryffys pour la Coupe des Quatre Maisons :lol:

Joignez-vous au nouveau projet sur Ginny : Paper Gin ! et écrivez un article pour le Numéro Spécial de la Gazette !

Avatar de l’utilisateur
AlwaysLS
Elève de sixième année
Messages : 182
Inscription : 07 juil. 2017 - 15:19

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par AlwaysLS » 02 déc. 2017 - 20:43

Titre : On choisit ses copains, mais rarement sa famille.
Défi Scénaristique ou Stylistique : Votre texte doit se passer le jour ou la veille de Noël.
Fandom : HP
Nombre de mots : 441
Personnages : Sirius Black
Rating : tout public
Sirius Black ouvrit enfin les yeux l’odeur du pain grillé lui chatouillait agréablement les narines depuis un petit moment déjà. Il se redressa au milieu de ses oreillers, juste à temps pour voir une tornade sauter sur son lit.
- Enfin ! Je pensais que tu ne réveillerais jamais, Patmol !
- Ce que tu peux être impatient, Jamesie, soupira-t-il avec néanmoins un sourire amusé. Un vrai gamin !
Son meilleur ami, son frère de cœur ignora cette remarque, se leva du lit pour jeter à la figure du jeune Black des vêtements. Et sur le pas de la porte, il ajouta :
- Dépêche-toi ! On nous attend en bas !
Sirius sourit tout en s’habillant. Il était content de découvrir comment se déroulait un Noël chez les Potter. Ça devait être forcément grandiose, au dire de son meilleur ami. A chaque veille des vacances de Noël, James racontait à qui pouvait l’entendre comment se passaient les fêtes dans sa famille. Il savait que le jour de Noël, les Potter organisaient un repas de famille, ce que Sirius redoutait particulièrement.
Il rejoignit James, qui trépignait d’impatience en haut des escaliers. Les deux camarades dévalèrent ensuite les deux étages du manoir familial. Sirius sourit de plus belle, en voyant que Euphémia et Fleamont Potter, toujours habillés élégamment, avec goût, les attendaient dans le salon d’hiver, au pied d’un immense sapin décoré.
- Vous voilà enfin ! fit Euphémia, les mains sur les hanches. Je pensais que vous alliez trainer au lit encore longtemps !
- Joyeux Noël Mrs. Potter, répondit Sirius dans un immense sourire. Joyeux Noël Mr. Potter.
Pour toute réponse, Mrs. Potter le prit dans ses bras, comme son fils, tandis que Fleamont lui ébouriffa les cheveux. Ces petits gestes affectueux touchaient énormément Sirius. Vraiment.
A cause de l’impatience infantile de James, ils décidèrent de se distribuer leurs cadeaux. Sirius avait reçu des cadeaux de ses amis : un livre de métamorphose de la part de Peter, Rémus lui avait offert des Pétards mouillés du Dr. Flibuste, Franck, des gants, sa copine du moment une breloque, les parents de James lui avaient offert un album photo magique avec des photographies animées des Maraudeurs, et James, un nécessaire pour balais. Il regarda les Potter, de bonne humeur et rayonnants, et dissimula sa tristesse : aucun membre de sa famille n’avait pensé à lui envoyer, ne serait-ce qu’un morceau de parchemin. Une main s’abattit sur son épaule. James avait compris ce qui chagrinait son meilleur ami, et c’était là une façon discrète de le consoler. Ils s’adressèrent un regard complice.
Peu importait sa famille biologique, Sirius avait trouvé sa véritable famille.
" Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel?"
Albus Dumbledore, HP 7


Image

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 1731
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Mikoshiba » 02 déc. 2017 - 20:44

Titre : Matin de Noël
Défi Scénaristique ou Stylistique : Défi Stylistique : Vous devez écrire sur 100 mots minimums en alexandrins ; et Défi Scénaristique : Votre texte doit se passer le jour ou la veille de Noël.
Fandom : /
Nombre de mots : 116
Personnages : /
Rating : /
De la grande famille première à me lever
Silencieusement, parmi les endormis
J’observe le salon, vestige du réveillon
Rubans, papiers cadeaux, jouets, étoiles et boules
Un plaid oublié sur un dossier de chaise
Un cheval à bascule trône devant moi

La neige au dehors blanchit le paysage
Tandis que le fourneau crépite encore d’hier
Je réchauffe de l’eau pour un thé bienvenu
Cannelle et chocolat, clémentines acides
Ce lendemain de fête a le goût de l’hiver

Les enfants finiront, par la faim tiraillés
Par se lever avant leurs parents fatigués
Tenteront de goûter au dessert de midi
Les adultes feindront de ne pas voir les traces
Que les petits doigts laissent sur le bord du gâteau
Image

AislinnSaoirse
Elève de cinquième année
Messages : 99
Inscription : 21 oct. 2017 - 18:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par AislinnSaoirse » 02 déc. 2017 - 20:55

Titre : L'histoire du petit gnome habillé de doré
Défi Scénaristique ou Stylistique : alexandrins et soir de Noel
Fandom : HP
Nombre de mots : 276
Personnages : Je ne l'ai pas écrit, mais c'est Victoire qui parle.
Rating : /
A vous tous adultes, devant nous rassemblés
En ce soir de Noel, gardez dans vos pensées

L'indulgence qui sied face à nous autres, enfants
Vous qui nous avez fait, par amour surement

Et qui nous élevez, tout le jour et la nuit
Depuis ce qui semble être plusieurs décennies.

Devant vous attentifs, nous allons raconter
L'histoire du petit gnome, qui c'était retrouvé

Dans cette même pièce, habillé de doré,
Encombré d'un tutu et d'ailes si pailletées,

Qu'il fut nécessaire de le stupéfixer
Afin de l'empêcher de pouvoir s'en aller

Rejoindre ses amis les gnomes des jardins
Qui l'attendaient pour sûr avec un grand festin.

Il faut pourtant savoir que parmi tous les siens
Ce gnome, des plus chanceux, n'était point, et de loin.

C'est ainsi qu'il fini en haut d'un grand sapin
Pour avoir mordu méchamment un humain.

Mais qui était ce donc, et qu'elle est cette histoire ?
Semblent dire vos têtes, demander vos regards.

Si nous n'étions pas nés, et c'est plus que certain,
Il y en a parmi vous qui ont été témoins

De cette drôle d'aventure, de ce petit lutin
Placé incognito par un petit malin

Au faîte d'un grand arbre plein de décorations
Sans que Mamie Molly, prise par les chansons

N'en sache jamais rien, n'ai le moindre soupçon.
Mais qui donc, pensez vous, était ce trublion ?

Harry, George et Ron se souviennent sûrement
Du sort jeté par Fred, dont on nous parle souvent.

Cet oncle parti trop tôt, pour nous cet inconnu
Qui vit dans vos histoires, que vous portez aux nues.
Grâce à celle-ci ce soir, il fut avec nous
Et puissions nous toujours en sourire avec vous.

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1734
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par BellaCarlisle » 02 déc. 2017 - 20:55

Titre : Mon beau sapin
Défi Scénaristique ou Stylistique : Votre texte doit se passer le jour ou la veille de Noël.
Fandom : Agents Of Shield
Nombre de mots : 250
Personnages : Amélia (OC), Grant Ward
Rating : Tout public
L’air sceptique d’Amélia n’empêche pas Grant de sortir le sapin de son carton. Plusieurs caisses de décorations trainent déjà dans la pièce, signes irréfutables qu’il compte aller jusqu’au bout de sa volonté de donner un peu de couleurs à l’appartement bien morne dans lequel ils ont trouvé refuge pour leur mission. La jeune femme secoue la tête négativement, peu convaincue par ces boules de Noël rouges, bleues et blanches qui attendent sagement dans leurs écrins. Tout ce qui est à portée de regard la renvoie à des autres fêtes plus joyeuses, ce qui lui fait grincer des dents.

- Sommes-nous obligés de faire tout ça ? soupire-t-elle.
- Vous n’aimez pas Noël ? demande son coéquipier avec surprise. C’est pourtant la fête que tout le monde adore.

Elle ne répond pas, croisant simplement les bras. Avant, elle était comme les autres et rivalisait d’imagination pour faire de ce jour l’un des plus beaux de l’année mais, depuis l’accident, plus rien n’a la même saveur et elle ne voit pas l’intérêt de faire un sapin sans enfant pour en profiter. Elle ne s’en ouvre pas à Grant, parce qu’elle ne le connaît pas assez pour le moment et parce qu’elle déteste parler de sa vie privée. Peut-être qu’un jour, oui, elle pourra évoquer le passé sans crainte mais ce ne sera pas aujourd’hui. En plus, quelle drôle d’idée de se mettre à décorer un sapin la veille de Noël !
Image . Image

Avatar de l’utilisateur
irenea
Elève de septième année
Messages : 209
Inscription : 21 oct. 2017 - 20:07

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par irenea » 02 déc. 2017 - 20:55

Titre : Alexandrins de Noël
Défi Scénaristique ou Stylistique : Scénaristique et moitié stylistique
Fandom : HP
Nombre de mots : 501
Personnages : Harry Potter, Luna Lovegood
Rating : Tout public
Ils étaient peu nombreux à être resté durant ces vacances. Neville avait déserté le dortoir pour rentrer chez sa grand-mère et visiter ses parents, Dean et Seamus avaient rejoint leurs familles respectives. Le nombre d'étudiants dans la salle commune des Gryffondor avaient brusquement chuté – à peine une dizaine. Aucune des filles de leur année n'étaient présentes. Seuls Ron et lui étaient restés.

Et Luna Lovegood. Son père étant parti à l'étranger, elle n'avait personne avec qui passait les fêtes de Noël chez elle. Elle lui avait joyeusement annoncé sa présence. Elle aimait beaucoup voir Poudlard sous la neige, qu'elle disait.

Elle lui tenait compagnie en ce matin de Noël dans le Grand Hall où Harry prenait son petit-déjeuner. Il avait préféré ne pas réveiller Ron qui le rejoindrait un peu plus tard. Quelques étudiants, encore un peu endormis, mais le visage réjoui, mangeaient en pyjama regroupé en petits groupes. Les maisons ne voulaient plus dire grand chose ces matins là. Tous les étudiants – ou presque – se mélangeaient, assis à une seule et unique table.

Tandis que Harry était absorbé par son bol de flocons d'avoine et une part de tarte à la citrouille juteuse, Luna tentait tant bien que mal de lui expliquer les règles d'un jeu dont il ne comprenait pas un traître mot.

– C'est amusant, déclara-t-elle convaincue. Il suffit de s'exprimer en alexandrins avec des rimes. Je te montre.

Pour jouer à ce jeu, il suffit de rimer
Comme si à douze cloches tu répondais,
Regarde-moi compter sur chacun de mes doigts,
Je sais que tu n'es pas plus bête que moi.


Luna s'était exprimée d'une voix forte et perçante, les yeux rivés sur ses doigts écartés. Tous les élèves s'étaient retournés vers eux, les regardaient. Harry rentra sa tête dans son cou, comme s'il avait été une tortue. Il n'avait aucune envie, à neuves heures du matin, qui plus est le jour de Noël de se mettre à déclamer des alexandrins. Il n'était même pas certain de bien y arriver. Il tenta alors, pour lui faire lâcher l'affaire :

Je ne suis pas sûr d'y arriver,
Parce que même si je sais compter,
Je suis un peu fatigué par cette nuit,
Durant laquelle je n'ai que peu dormi.


Luna le regarda, étonnée. Son visage s'illumina.

– Ah ! Tu vois que tu as compris ! Tu y es presque, il te manque quelques syllabes, mais je pense que tu peux être très bon à ce jeu.
Harry, vaincu, laissa sa tête s'écraser sur la table. Il vit du coin de l'oeil la chevelure flamboyante – mal coiffée – de Ron apparaître et vit son échappatoire arriver.

Il se redressa et salua avec de grands signes son ami mal réveillé qui s'installa à côté de lui.

Luna, le sourire plus grand que jamais, se tourna vers Ron.

– Toi aussi tu peux jouer, Ron !

Harry ricana intérieurement. Il ne serait plus seul à souffrir en ce matin de Noël enneigé.
Image

"Dead history is writ in ink, the living sort in blood."

Avatar de l’utilisateur
selket
Comptable chez Gringotts
Messages : 1127
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par selket » 02 déc. 2017 - 21:03

Titre : Réveillon entre amis
Défi Scénaristique ou Stylistique : Votre texte doit se passer le jour ou la veille de Noël.
Fandom : HP
Nombre de mots : 292
Personnages : Blaise, Pansy, Daphné, Theodore
Rating : TP
La table croulait sous les mets. Une énorme dinde farcie au pain trônait au milieu des convives tout autour d’elle on trouvait des montagnes de purée de pomme de terre, des petits pois accompagnée de leurs mini carottes, des marrons dans un bol se trouvait non loin des reliefs des fruits de mer qui avaient constitué l’entrée. L’alcool coulait à flot et faisait tourner les têtes de tous les convives. Les conversations s’étaient faite plus légère sous l’effet grisant des bourgognes qui accompagnaient le plat principal. Soudain la légèreté de l’ambiance fut brisée par une question posée innocemment par le nouveau compagnon de Pansy Parkinson.
Blaise tu ne veux pas gouter un peu de ce bourgogne il est excellant ?
C’était une question anodine qui avait été posée mais elle suffit à briser les sourires de la majorité des gens réunit autour de la table en cette nuit du 24 décembre. Le fil de la conversation perdu, c’est avec anxiété que tous attendait la réponse de Blaise.
Non merci je ne bois pas d’alcool.
La réponse avait été chuchoté dans une voix un peu raide mais elle suffit à relancer la fête. Les rires reprenaient et les sujets légers furent abordés dans le but clairement avoué d’oublier cet incident.
AUjourd’hui c’était la veille de noel et tous autour de cette table voulaient en profiter tout en oubliant le passé le temps d’une nuit. Blaise était revenu au pays. Daphné avait retrouvé le sourire et l’appétit comme en témoignait son assiette remplie a ras bord dans lequel elle piochait allègrement quand ce n’était pas dans celle de son compagnon. Pansy avait ramené un nouveau copain et Theodore souriait en regardant tout ce petit monde réunit chez lui pour le plus beau jour de l’année.
Image

Avatar de l’utilisateur
AlwaysLS
Elève de sixième année
Messages : 182
Inscription : 07 juil. 2017 - 15:19

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par AlwaysLS » 02 déc. 2017 - 21:32

Titre : Nuance
Défi Scénaristique ou Stylistique : Le théorème de Pythagore doit apparaître dans votre texte. Pour rappel : "Le carré de la longueur de l’hypoténuse, qui est le côté opposé à l'angle droit, est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés".
Fandom : HP
Nombre de mots : 292
Personnages : James Potter et Lily Evans
Rating : tout public
James s’en mordait les doigts. Vraiment. Il s’était préparé à tout mais sûrement pas à ça. Il regarda sa montre. 23h. Il bailla. Son premier entrainement de Quidditch en tant que capitaine, et il avait pris ça très au sérieux. Il était épuisé. En même temps, il devait voir le côté positif de cette soirée. Elle avait enfin accepté de passer du temps avec lui. Enfin, plutôt, elle avait accepté qu’il passe du temps avec elle. Là était toute la nuance.
James avait la désagréable impression de s’être fait avoir. Cela faisait maintenant une heure et demie qu’il était assis à côté de Lily Evans. Cela faisait une heure et demie qu’elle ne l’avait pas laissé parler. Cela faisait une heure et demie qu’elle ignorait. Une heure et demie qu’elle travaillait avec Rémus sur de l’arithmancie. Et actuellement, si James était complétement perdu, la discussion allait bon train. Ils comparaient leurs résultats et ne semblaient pas du tout d’accord.
- Mais je te dis que ça fait 24,65 !
- Ce n’est pas ce que j’ai trouvé Lily.
- Mais si ! s’entêta la jeune femme, en tapant du poing sur la table.
- Je t’assure que non ! répondit Rémus avec patience. Regarde, il faut utiliser le théorème de Pythagore, d’accord ?
- Oui, murmura Lily.
- Qui est ?
- "Le carré de la longueur de l’hypoténuse, qui est le côté opposé à l'angle droit, est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés", récita la jeune femme, les yeux fermés.
- Exact. Donc, si tu fais les calculs, ça donne…
- 25.48 ?
- Voila !
Si Rémus esquissait un sourire satisfait, James, lui, avait un regard fatigué et perdu. La soirée allait être longue.
" Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel?"
Albus Dumbledore, HP 7


Image

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par PlumeEnVadrouille » 02 déc. 2017 - 21:43

Titre : Seul espoir
Défi : scénaristique
Fandom : aucun
Mots : 148
Personnages : aucun
Rating : déconseillé – 12 ?
Le théorème de Pythagore. Petite, elle s'musait à le réciter devant les autres, impressionnés qu'elle s'en souvienne mot pour mot après des années d'inutilisation.
Aujourd'hui, il n'en est plus rien. Chômage, rupture, décès, avec tout ça elle n'a plus personne, plus rien à quoi s'accrocher. Alors, elle récite, seule, dans son coin, dans son monde étriqué de dix mètre carrés. Si le carré de l'hypothénuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés, alors le triangle est rectangle. La petite lame dans ses mains ensanglantées par le liquide pourpre qui coule des ses bras et de ses jambes, elle récte. Elle ne veut pas mourir, oh ça non. Non, elle survit juste. Avec son petit théorème chéri, la seule chose rationnelle qu'il lui reste.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 1731
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Mikoshiba » 02 déc. 2017 - 21:48

Titre : La Leçon
Défi Scénaristique ou Stylistique : Défi Stylistique : Vous devez écrire sous forme théâtrale ; et Défi Scénaristique : Le théorème de Pythagore doit apparaître dans votre texte.
Fandom : /
Nombre de mots : 341 mots
Personnages : Gabrielle et sa mère Évangeline
Rating : /
Une table en bois, une chaise et une bibliothèque. Une fillette assise, un livre à sa droite, fait face à sa mère, debout.

ÉVANGELINE
se massant les tempes
Essaie encore, je t’en prie.

GABRIELLE
les yeux levés vers elle
Je n’y arrive pas, malgré mes efforts.

ÉVANGELINE
L’avenir te prouvera que tes efforts ne sont pas suffisants, avec moins d’indulgence que je ne le fais.
Il faut que tu saches surmonter tes limites, c’est important.

GABRIELLE
Mère, j’ai essayé, je vous prie de le croire !

ÉVANGELINE
sortant de la pièce
Je te laisse encore cinq minutes. Lorsque je reviendrai, j’exige que tu y arrives.

GABRIELLE
seule
Je n’y arriverai jamais.

Elle se lève, marche autour de la table.
Je n’y arriverai pas.

Un hibou atterrit soudain sur la table et mordille la couverture du livre. Gabrielle retourne s’asseoir.
M’aideras-tu, Compère ?

Hululement du hibou, Gabrielle se plonge dans le livre.
Cinq minutes passent. La porte par laquelle est sortie Évangeline s’ouvre à nouveau.

ÉVANGELINE
entrant
Il est l’heure. N’oublie jamais qu’échouer n’est pas une option envisageable. Je t’écoute.

GABRIELLE
cherchant ses mots
Je pense que…

ÉVANGELINE
le visage sévère
Ne pense pas. Agis maintenant. Donne-moi ce livre.

GABRIELLE
obtempérant
Le théorème de Pythagore expose que la somme au carré…

ÉVANGELINE
sèche
Non.

GABRIELLE
cherchant
La somme des côtés adjascents au carré est égale au carré de l’hypoténuse ?

ÉVANGELINE
Est-ce une question ou une affirmation ?

GABRIELLE
hésitante
Une affirmation ?

Évangeline hausse les sourcils, Gabrielle se reprend.
Une affirmation.

ÉVANGELINE
Ce n’est pas totalement faux, mais très incomplet.

GABRIELLE
à toute vitesse, criant d’excitation
Dans un triangle rectangle, qui possède un angle droit !

ÉVANGELINE
s’adoucissant
Qu’est-ce qu’une hypoténuse ?

(À part)
Finalement, nous touchons au but ! Mais que ce fut laborieux !

GABRIELLE
mimant
Le côté qui est opposé à l’angle droit !

ÉVANGELINE
Il est inutile de crier ainsi. Tu peux maintenant aller jouer.
J’espère que cette leçon te sera encore en mémoire demain, nous le vérifierons.

Elle sort.

GABRIELLE
caressant le hibou
Merci Compère !
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1734
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par BellaCarlisle » 02 déc. 2017 - 21:51

Titre : La mort d’un homme
Défi Scénaristique ou Stylistique : Vous devez écrire sous forme théâtrale, une comédie ou une tragédie selon vos préférences.
Fandom : Alexandre
Nombre de mots : 416
Personnages : Alexandre, Héphaestion
Rating : Tout public
Allongé sur son lit, Héphaestion est pâle comme un mort. À ses côtés, Alexandre ne sait plus quoi faire, il désespère de revoir un jour son ami d’enfance redevenir l’homme joyeux qu’il a toujours côtoyé.

ALEXANDRE
Que de tourments m’assaillent depuis que Thanatos a posé son ombre mortelle sur toi. Que seront mes jours si toi, ô Héphaestion, tu quittes ce monde en m’abandonnant ?

HEPHAESTION d’une voix faible
Grand Alexandre, tu as tant encore à voir. Tes conquêtes ne doivent en rien s’arrêter même si la vie s’éloigne de moi.

ALEXANDRE
Parcourir les terres sans ta douce compagnie est inenvisageable, ta présence rassurante a toujours su apaiser mon orgueil.

HEPHASTION
Roxane pourrait avoir sa place à tes côtés si tu lui en laissais la chance, cher Alexandre. Elle est ton épouse légitime et porte en son sein cet héritier que nul autre n’aurait le moyen de t’offrir.

ALEXANDRE
Est-ce donc le seul nom qui m’accompagne ? Tant réclament l’attention de cette femme alors qu’elle n’est pour moi rien de plus qu’un symbole. Les Dieux eux-mêmes sont témoins de la jalousie qui l’étreint à chaque fois qu’elle pose sur toi son regard perse.

HEPHAESTION
Elle éprouve pour toi un doux sentiment, elle ne demande que ton amour en échange.

ALEXANDRE
Héphaestion, Éros a percé mon cœur d’une flèche passionnée dès que tu t’es mis sur mon chemin. Aphrodite loue sans doute son divin fils d’un si beau trait et il lui faudrait persuader Hadès de refuser ton âme en son royaume.

HEPHASTION soupirant
Si tendre Alexandre, les Parques et le Destin sont maîtres de notre avenir et même toi, Grand Conquérant, ne peux rien contre eux. Même Achille n’a su échapper à son terrible sort.

ALEXANDRE
Achille avait perdu son Patrocle mais tant que ton cœur battra à l’unisson du mien, je n’aurai rien à craindre. Nos sangs sont mêlés depuis si longtemps.

HEPHAESTION
Ta douleur est si grande mais il te faudra la surpasser. Tant de nos amis ont besoin d’un vrai chef à leur tête, tu ne dois pas changer.

ALEXANDRE
Ne prononce pas ces mots, Héphaestion. Ils sont porteurs de trop de drames, d’un avenir si sombre que même Hélios ne peut l’éclairer de ses rayons.

HEPHAESTION si faible que ses yeux se ferment
Ces ténèbres sont la fin qui réunit tous les hommes.

ALEXANDRE en pleurs
Je serais prêt à sacrifier tout mon empire pour un peu de bonheur.
Image . Image

Avatar de l’utilisateur
Roxane-James1
Stagiaire chez W&W
Messages : 953
Inscription : 07 déc. 2016 - 17:44

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Roxane-James1 » 02 déc. 2017 - 21:56

Titre : Un incompréhensible théorème
Défi Scénaristique ou Stylistique : scénaristique
Fandom : HP
Nombre de mots : 425
Personnages : Audrey Cornellis/ Percy Weasley
Rating :TP
Audrey avait décidé d'impressionner en bien — une fois n'est pas coutume — son cher Percy Weasley. Bon d'accord, elle voulait aussi l'asticoter un peu. Il se disait homme savant, puits sans fond de connaissances ? Elle allait lui prouver qu'il n'était pas le seul à pouvoir briller en société !
C'était résolue qu'Audrey s'était donc lancée dans son projet à bras ouverts. Elle avait ouvert un livre au hasard, installée bien au chaud dans la bibliothèque moldue de son quartier au fin fond de la banlieue de Londres, et s'était lancée dans sa lecture.

Il s'était avéré que son livre était en fait un manuel de mathématiques "niveau sixième". Toutes sortes de caractères au moins aussi compliqués que ceux que l'on trouvait dans les manuels de potions étaient entassés sur les pages, en compagnie de suites horrifiantes de nombres. Audrey n'avait jamais apprécié les sciences, alors en voyant que chiffres et lettres s'associaient pour en faire des leurs, elle avait la nausée.

Elle tourna les pages, à la recherche de quelque chose d'accessible. Elle tomba enfin sur une truc qui avait l'air pas trop mal : le théorème de Pythagore. Cet imbécile disait "Le carré de la longueur de l’hypoténuse, qui est le côté opposé à l'angle droit, est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés" . Audrey n'avait strictement aucune idée de quels côtés et de quels angles droits Pythagore parlait mais apprit consciencieusement la formule.

Une demi-heure plus tard, lorsqu'elle se présenta au bureau où Percy l'attendait de pied ferme (une heure de retard, Miss Cornellis ! Une heure !), elle le salua avec entrain.

— Bonjour, dit-elle en le coupant dans sa diatribe.
— Heu… ah oui, bonjour, Audrey. Mais enfin… une heure ! Savez-vous POURQUOI je suis en colère, Miss Cornellis ?!
— Non. Ce que je sais en revanche, c'est que Le carré de la longueur de… heu… l’hypoténuse, qui est le côté opposé à l'angle droit, est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés, qui, eux ne sont pas opposés à l'angle droit, répliqua joyeusement Audrey en faisant une révérence.
— Mais bien sûr… attendez… QUOI ?

Percy Weasley affichait dès à présent un air ébahi, ouvrant des grands yeux. Il bavait presque. Cette réflexion ne manqua pas d'amuser Audrey qui esquissa un sourire narquois.

— Vous avez l'air d'un poisson, Weasley, fit-elle innocemment remarquer. Je serais vous, je la fermerais.

Audrey était fière de lui en avoir bouché un coin ! Merci Pythagore, ça valait le coup de se farcir sa formule incompréhensible !
La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
- J'observe mon existence sous un angle différent, déclara-t-il gravement.
- Voyez-vous cela ! Et qu'en déduisez-vous ?
- Qu'à l'endroit ou à l'envers, elle est absolument vide de sens.

La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos
Imprévisible, anticonformiste et entreprenante. Prenez garde, un de ces jours je pourrais finir par tomber amoureux de vous.
:coeur: Dixit Archibald :coeur:

No mouners, no funerals - SIX OF CROWS

Avatar de l’utilisateur
Iphigenie Nasty
Elève de troisième année
Messages : 41
Inscription : 04 oct. 2017 - 19:50

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Iphigenie Nasty » 02 déc. 2017 - 21:56

Titre : La cabane
Défi Scénaristique : le théorème de Pythagore
Fandom : HP
Nombre de mots : 358
Personnages : Lily et Petunia Evans
Rating : Tout public


-Pétunia, tu peux y arriver il suffit que tu te concentre et tu réussiras à t'en souvenir !
-Oh ça va Lily ! C'est facile à dire pour toi, tu réussis tout ce que tu fais, même si c'est complètement absurde comme cette sois-disant magie dont tu ne te lasses jamais de parler !

Voilà donc près de deux heures que les deux sœurs Evans se chamaillaient près de leur cabane. Cette cabane représentaient toute leur enfance, elles l'avaient construite avec leur père, certes non sans chamaillerie, toujours en compétition pour savoir qui exécuterait le mieux les tâches données, mais quand même, il y avait un tas de bons souvenirs au pied de ses rondins de bois plantés dans le sol. Lily et Petunia grandissaient dans des sens opposés. Alors que cette dernière s'était toujours imaginé passer toute sa vie auprès de sa sœur elle la voyait emprunter des chemins différents. Faire des choses qu'elle ne comprenait pas, qu'elle ne voulait pas comprendre d'ailleurs, et être toujours plus admirée par leurs parents. Mais comment pouvait-elle luter face à ce qu'elle ne pouvait posséder ? Comme si cela ne suffisait pas, il fallait que les parents Evans demande à Lily d'aider sa sœur à faire ses devoirs, lui rappelant sans cesse qu'elle la surpassait, même dans les domaines qui ne sont pas supposés être les siens.
Alors Lily,employant son intonation sincère, gentille et quelque peu exaspérée répéta :
Le carré de la longueur de l’hypoténuse, qui est le côté opposé à l'angle droit, est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés.
Mais ce que Petunia entendit, c'était l'ultime preuve de sa faiblesse face à une jeune fille qu'elle ne reconnaissait plus.
Les yeux pleins de larmes elle s'enfuit en courant. Lily, fatiguée des sautes d'humeur de sa sœur décida de ne pas la rattraper.
Elles ne reparlèrent plus jamais de ce qui avait attristé Petunia tout comme elles ne retournèrent jamais toutes les deux à la cabane.
"Or perhaps in Slytherin
You'll make your real friend,
Those cunning folk use any means
To achieve their ends"

Image

Avatar de l’utilisateur
irenea
Elève de septième année
Messages : 209
Inscription : 21 oct. 2017 - 20:07

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par irenea » 02 déc. 2017 - 21:58

Titre : Le Théorème
Défi Scénaristique ou Stylistique : Scénaristique
Fandom : HP
Nombre de mots : 740
Personnages : Hermione Granger, Ron Weasley
Rating : Tout public
– Le Théorème de Pitamore ?
– De Pythagore ! corrigea Hermione.

Ron la regardait avec des gros yeux ronds, incompris.

Hermione était penchée sur un de ses cahiers, non pas un de ses parchemins, mais un de ses cahiers de cours. Rares étaient les fois où elle les sortait à la vue de tous. Elle préférait s'exercer dans le calme de la bibliothèque – d'autant plus que le professeur McGonagall s'était montré très compréhensive et avait accepter que la bibliothèque de Poudlard lui fournisse des livres scolaires moldus.

– Mais c'est qui ce gus ?
– Un philosophe grec.
– Et qu'est-ce qu'il raconte ?
– Tu ne connais pas le théorème de Pythagore ? s'exclama-t-elle, presque outrée.
– Si je ne sais pas qui c'est, non, Hermione, je ne sais pas ce qu'il raconte, répondit Ron, de plus en plus agacé par sa camarade.

Elle fit mine de n'en rien voir.

– Il me permet de calculer l’hypoténuse d'un triangle.
– Et je peux savoir à quoi ça te sert tout ça ? demanda-t-il de plus en plus perplexe.
– A calculer la longueur des côtés d'un triangle, à savoir si un triangle est rectangle.
– Mais à quoi ça te sert, concrètement ? persista Ron.
– A faire de la géométrie.

Il la fixa toujours avec les mêmes yeux étonnés. Vraisemblablement, son camarade n'avait jamais été introduit à l'art des mathématiques.

– Tu ne peux pas comprendre, finit-elle par abdiquer.

Elle se tourna cette fois-ci vers Harry.

– Tu sais ce que c'est, toi, la théorème de Pythagore.

Pour toute réponse elle eut droit à un haussement d'épaules .

Elle se tourna alors vers un autre de ses camarades qu'elle savait avoir eu une éducation moldue.

– Rassure-moi, tu connais ça, Dean ?
– Mon frère en a parlé une fois, s'écria-t-il depuis l'autre bout de la salle commune.
– Il n'y a donc pas une seule personne présente dans cette salle qui ait entendu parler du théorème de Pythagore ? demanda-t-elle, presque désespérée.

Elle n'y croyait pas, elle ne pouvait être la seule à s'être intéressée aux mathématiques. Que ses camarades élevés dans des familles sorcières n'en aient jamais entendu parler, elle pouvait parfaitement le concevoir, mais les élèves qui avaient grandi presque toute leur vie dans un environnement moldu avait forcément suivi un cursus moldu. Avant de découvrir qu'ils devaient entrer à Poudlard, ils avaient envisagé d'entrer au collège – y étaient peut-être même déjà fait une année. Comment pouvaient-ils ne pas connaître les rudiments des programmes moldus ?

Tous ses camarades la regardaient avec un air surpris, pire même ils ne semblaient pas comprendre. Elle était seule, complètement seule parmi les sorciers.

– Hermione, ne me dis pas que tu suis tous les cours moldus ? demanda Ron pour rompre le silence.

Il n'y avait plus seulement dans sa voix de l'étonnement, aussi de l'inquiétude.

– Si, bien sûr que si.

Les yeux de Ron en sortirent presque de sa tête. Ses deux mains agrippèrent ses épaules et il se mit à la secouer.

– Hermione, ne me dis pas que tu as fait ça ! Ça ne peut pas être vrai !
– Mais si, mais si Ron, répéta-t-elle.

Passablement énervée elle se dégagea de son emprise.

– J'ai continué à suivre les cours moldus même après mon entrée à Poudlard et je compte bien passer mes diplômes.
– Mais pourquoi ?!

Ron commençait à suer. Il paniquait d'imaginer qu'on puisse suivre deux cursus scolaires en même temps – lui qui peinait déjà à en suivre un seul.

– Parce que ça peut servir, répondit calmement Hermione. J'apprends plein de choses qui peuvent même être utiles à des sorciers. Le Théorème de Pythagore peut servir à des ingénieurs ou à des architectes, même des sorciers.
– Mais je ne vois pas l'intérêt de faire plein de calculs. Il suffit de faire un sort et hop ! Tu la trouves l'hypotémachinchose !
– Parce que tu le connais peut-être ce sort ?

Elle s'était redressée, plus décidée de jamais. Ron, foudroyé du regard, et ne sachant plus quoi lui répondre ne lâcha qu'un soupir.



Hermione laissa tomber un cahier à petits carreaux sous le nez de Ron.

– Tiens, les tables de multiplication à réviser. Je t'ai prévu un contrôle pour la semaine prochaine.

Elle s'éclipsa, le sourire aux lèvres, aussi rapidement qu'elle était venue sous les yeux médusés de ses deux meilleurs amis.
Image

"Dead history is writ in ink, the living sort in blood."

Avatar de l’utilisateur
AliceJeanne
Titulaire des BUSE
Messages : 146
Inscription : 13 juin 2016 - 14:41

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par AliceJeanne » 02 déc. 2017 - 21:59

Titre : /
Défi Scénaristique : Le théorème de Pythagore doit apparaître dans votre texte.
Fandom : HP
Nombre de mots : 702
Personnages : Dudley, Harry, Pétunia
Rating : Tout public
Les cheveux en bataille comme à son habitude, Harry frottait péniblement les assiettes du diner de la veille. Mr Dursley avait invité quelques uns de ses plus fidèles collègues et leurs rires tonitruants avaient retenti jusque tard dans la nuit, si tard qu’Harry n’avait pu s’endormir que lorsque l’aube avait point lorsque l’oncle Vernon avait enfin accepté de le laisser monter se reposer. L’effet Sirius Black, comme l’adolescent se plaisait à l’appeler n’avait duré que quelques jours, quelques journées bienvenues durant lesquelles le jeune sorcier avait pu commencer ses devoirs et profiter quelque peu de ses congés estivaux. Mais depuis une semaine la lourde ronde des corvées ménagères avaient repris son court. Astiquer, frotter, lustrer, Harry aurait pu dresser un dictionnaire des termes techniques propres au nettoyage d’une demeure, peut-être devrait-il songer à se faire rebaptiser Dobby ? Le garçon qui a survécu, tout en avisant la couche de graisse écœurante qui couvrait encore les couverts à poisson, se permettait de penser qu’un elfe de maison pouvait, suivant l’humanité de ses maîtres, être bien mieux traité que lui.

Harry jeta un coup d’œil à Dudley ; une fois n’est pas coutume, le rondelet garçon n’était pas avachit dans le canapé à baver dans son pop-corn tandis que la télévision dernier cri diffusait des sitcoms plus stupides les uns que les autres, remplissant son cerveau de plus de vide que celui-ci n’en contenait déjà. Non, Dudley était assis à la table de la cuisine, le dos presque droit, la tête enfoncée dans ses épaules, un stylo dans la main droite et un livre de maths devant lui. Un concerto de soupirs s’échappait de ses lèvres, luisantes du gros beignet au chocolat qu’il venait d’engloutir, entrecoupé ponctuellement de jurons tous plus imaginatifs les uns que les autres. Jamais Harry n’aurait cru son cousin capable d’un tel étalage de vocabulaire.

En face de lui, le nez penché sur un bout de papier et mordillant nerveusement un crayon, la tante Pétunia semblait en proie à une intense réflexion qu’elle interrompait dès qu’un autre terme fleuri s’échappait de la bouche de son fils afin de le morigéner. Visiblement, le Théorème de Pythagore, était une chose particulièrement… obscure. D’après Hermione, les mathématiques humaines n’étaient un fade jus de citrouille à côté de l’arithmancie que la jeune sorcière affectionnait tant. Harry ne pouvait décemment pas juger les performances mathématiques de son cousin, son propre niveau étant proche de celui d’un enfant de fin de primaire (bien qu’il fût certain d’en avoir un peu perdu depuis son entrée à Poudlard).

Dudley grogna et Harry laissa tomber son éponge dans l’évier crasseux, le moldu avait un don certain pour imiter Touffu, le monstrueux chien polycéphale d’Hagrid. Il rumina pendant quelques secondes quelque chose à propos de la somme du carré des côtés égale au carré de l’hypoténuse, qui n’était guère flatteur pour le misérable triangle qui servait de cobaye aux tentatives de compréhension du collégien britannique. Le jeune sorcier étouffa un petit rire tandis que Pétunia expliquait les subtilités du théorème à son fils d’un air peu convaincu. La mère de famille ne semblait pas en mener plus large que l’adolescent joufflu. Si Dudley n’était pas passé à un fil de la case redoublement l’année passée, le fils de James aurait pu parier que toute cette sombre mascarade qui durait depuis exactement deux jours dans le salon Dursley n’aurait jamais eu lieu d’être.

La dernière casserole essuyée et rangée, Harry quitta son poste l’esprit léger, avec son oncle occupé à la tonte minutieuse de sa précieuse pelouse et sa tante aux prises avec le manuel de mathématiques, personne ne viendrait le déranger de l’après-midi. En retroussant les manches trempées de sa chemise trop grande, l’adolescent aux doux yeux verts tenta une échappée furtive vers l’escalier. Sa tentative connut une victoire totale et c’est avec un sourire malicieux qu’il referma la porte de sa chambre, bénissant le monde des sorciers de ne pas enseigner de telles tortures arithmétiques à ses étudiants. Pétunia et Dudley, au vu de ce qu’Harry avait pu apercevoir en passant dans leurs dos, en avaient pour encore au moins quelques jours de dur labeur.

Peut-être aurait-il du dire à sa tante qu’elle tenait la figure à l’envers ?
Dernière modification par AliceJeanne le 02 déc. 2017 - 22:57, modifié 2 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1561
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par dedellia » 02 déc. 2017 - 22:39

Titre : À couper le souffle
Défi Scénaristique ou Stylistique : Scénaristique (découverte)
Fandom : HP
Nombre de mots : 100
Personnages : James et Sirius
Rating : Tout public
Les joueurs volaient à toute vitesse sur leurs balais. Le capitaine, concentré à la fois sur son jeu et celui de son équipe, ne remarqua pas la perturbation qui arrivait en courant.

— James !

L’interpellé se retourna vers Sirius qui venait de l’appeler et se prit le souafle dans les côtes. Agacé, il fit signe à son équipe de continuer et se posa au sol.

— Sirius, je suis en plein entraînement.

— Ça concerne Lily!

Les mots magiques.

— Elle a dit à Mary que tu lui plaisais !

James oublia alors son équipe et courra vers le château, tout allait changer.

Avatar de l’utilisateur
Roxane-James1
Stagiaire chez W&W
Messages : 953
Inscription : 07 déc. 2016 - 17:44

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Roxane-James1 » 02 déc. 2017 - 22:43

Titre : Une drôle de nuit
Défi Scénaristique ou Stylistique : scénaristique
Fandom : HP
Nombre de mots :
Personnages : Audrey Cornellis / Percy Weasley
Rating : -12 ? :gne:

Audrey se releva en sursaut dans son lit. Elle avait fait un rêve très étrange dont elle n'était pas sûre de pouvoir se vanter. Elle fronça les sourcils, tentant de s'en remémorer clairement les détails.

Chose sûre, elle était l'actrice principale de son rêve. Autre détail dont elle était certaine : Percy Weasley était également présent.

Restait à savoir pourquoi.

Audrey se rendit alors compte qu'elle avait effroyablement mal à la tête et grogna : elle n'aurait pas dû boire autant, la veille. D'ailleurs, elle ne savait même pas comment elle avait fait pour atterrir dans son lit, saine et sauve.

Un bruit émana à côté d'elle. Audrey se glissa hors de sa couette, aux aguets. Son lit bougeait ! MERLIN ! Il y avait sûrement quelqu'un ou quelque chose de dangereux caché ! Elle se précipita sur sa table de chevet en se retenant de hurler, attrapa sa baguette magique et la pointa résolument sur la forme qui bougeait à quelques pas.

— PAS UN GESTE ! vociféra-t-elle. JE SUIS ARMEE !
— Grmph…
— MONTREZ-VOUS ESPECE DE CELERI ! Heu… DE SCELERAT !
— Audrey ?

Audrey sursauta, trouvant la voix familière. Qui était caché sous ses couvertures ? Et comment cette personne était entrée chez elle ?

— Oui ? répondit-elle d'une voix faible. Qui est-ce ?
— Viens te recoucher, crétine ! marmonna Percy Weasley en se relevant difficilement sous ses yeux ébahis.

Percy Weasley était-il réellement nu dans son lit ? Merlin, c'était un cauchemar…

— Weasley ? marmonna-t-elle en espérant être victime d'une hallucination.
— Oui, Cornellis. Maintenant, viens. Il est trois heures du matin et tu as dû réveiller tous les voisins jusqu'à Singapour.

Audrey ne bougea pas d'un iota, se contentant de rester plantée sur ses pieds au beau milieu de sa chambre. Avec Percy Weasley dans ses draps. Nu comme un ver. Elle-même étant passablement dévêtue. Merlin… cette situation était épicée.

— Audrey ?
— Tu… toi ? Et … MOI ?
— Quoi ? Je n'ai pas compris.

Il s'était maintenant assis sur le bord du matelas et se frottait négligemment les yeux pendant qu'Audrey laissait courir son regard sur son corps un peu trop… nu. Elle n'avait plus que ce mot-là à la bouche.

— TU AS DES POILS SUR LES FESSES ! finit-elle par clamer car elle n'avait pas trouvé mieux pour masquer son ahurissement.
— Comme à peu près tout le monde sur Terre. Je crois que tu as trop bu, Cornellis.
— Je ne savais pas qu'il était possible d'avoir les fesses poilues, souffla Audrey en ignorant le haussement de sourcils de son patron.
— C'est la découverte du siècle ? ricana Weasley.
— Tu ne comprends pas… cela change ma vision du monde ! s'exclama Audrey en plaquant une main contre sa bouche.
— C'est certain que tu ne verras plus jamais notre pauvre planète de la même manière…
— Je parlais de ton derrière, Weasley, répliqua sèchement Audrey en voyant qu'il se moquait d'elle.
— Oui, bon, mon "derrière" est poilu. Okay. On peut dormir, maintenant ? Je te rappelle qu'on va travailler, demain !
— AH NON. Toi, tu vas rentrer chez toi. Je ne sais même pas ce que tu fais NU dans MON lit. Je ne t'ai jamais invité à rentrer, à ce que je sache…
— Ah non ? Pourtant hier, quand tu m'as embrassé, il n'était pas question que je rentre chez moi, glissa-t-il narquoisement. Ni des poils sur mes fesses, ajouta-t-il après un court instant de réflexion.

Audrey rougit. Ce satané Weasley l'avait coupée dans sa recherche de réparties convenables.

— Tout de même, dit-elle en s'asseyant à côté de lui, je ne pensais vraiment pas que l'on avait des fesses poilus…
— Si ça peut te rassurer, tes poils de fesse à toi sont adorables, ricana Weasley.

Audrey rougit mais ne répondit rien. Quelle drôle de découverte !
La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
- J'observe mon existence sous un angle différent, déclara-t-il gravement.
- Voyez-vous cela ! Et qu'en déduisez-vous ?
- Qu'à l'endroit ou à l'envers, elle est absolument vide de sens.

La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos
Imprévisible, anticonformiste et entreprenante. Prenez garde, un de ces jours je pourrais finir par tomber amoureux de vous.
:coeur: Dixit Archibald :coeur:

No mouners, no funerals - SIX OF CROWS

Avatar de l’utilisateur
AlwaysLS
Elève de sixième année
Messages : 182
Inscription : 07 juil. 2017 - 15:19

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par AlwaysLS » 02 déc. 2017 - 22:46

Titre : Découverte
Défi Scénaristique ou Stylistique : Votre personnage fait une découverte qui pourrait bien révolutionner le monde. Vous êtes entièrement libres sur la nature de cette découverte ou le périmètre que vous donnez au terme "monde".
Fandom : HP
Nombre de mots : 135
Personnages : Lily Evans
Rating : tout public

La petite fille était dans sa cachette secrète, son endroit préféré. Elle était au bord de la rivière qui coulait à l’ouest de Cokeworth, au pied d’un vieil saule pleureur noueux. Des mèches rousses voletaient au gré du vent, tout comme des pans de sa robe bleu clair. Du haut de ses sept ans, elle aimait regarder les papillons et les libellules tournoyer devant elle. Elle aimait aussi cueillir des fleurs.
Elle en garda une dans sa main et marcha un peu, en remontant le cours d’eau. Puis, pensant avoir étouffé la minuscule fleur dans poing fermé, elle déplia ses doigts délicatement. Là, au creux de sa main, la fleur, à quelques centimètres sa paume, ouvrait et refermait ses pétales.
Lily Evans comprit qu’elle n’était pas comme les autres. Elle comprit qu’elle était une sorcière.
Et comme je suis une folle, voici une autre idée:
Titre : Annonce
Défi Scénaristique ou Stylistique : Votre personnage fait une découverte qui pourrait bien révolutionner le monde. Vous êtes entièrement libres sur la nature de cette découverte ou le périmètre que vous donnez au terme "monde".
Fandom : HP
Nombre de mots : 273
Personnages : Minerva McGonagall/famille Evans
Rating : tout public
On sonna à la porte. Connan Evans quitta le salon et se dirigea vers l’entrée. Il était étonné, puisqu’ils n’attendaient personne. Ses filles jouaient dehors, la femme lisait sur la minuscule terrasse de leur maison de mineur. La porte s’ouvrit sur une femme, plutôt âgée, les cheveux tirés en un chignon stricte. Il fronça les sourcils, cette femme avait une drôle d’allure : elle portait une longue robe vert bouteille malgré la chaleur moite de ce mois de juillet. Mais cette femme ne lui laissa pas le temps de dire quoique ce soit.
- Mr. Evans, je présume ? dit-elle, en le regardant par-dessus ses lunettes.
- Lui-même.
- Puis-je entrer ?
- Bien sûr. Bien sûr. Je vous en prie.
Il la laissa entrer et la précéda dans l’étroite entrée.
- Votre femme et votre fille sont là ?
- Euh, oui. Répondit Connan, de plus en plus dépassé par la situation. Pourquoi ?
Il passa une main dans ses boucles rousses, perdu.
- Pouvez-vous les appeler, je vous prie. J’ai à vous parler.
Mr. Evans fronça les sourcils devant cette intruse qui s’imposait chez lui sans se présenter ou donner le motif de sa visite. Néanmoins, cette femme inspirait l’autorité et le respect. Il appela donc sa petite famille, qui se réunit bien vite dans le salon.
- Mrs. Evans, Mr. Evans, je me présente, je suis Minerva McGonagall. J’enseigne la métamorphose à collège de sorcellerie de Poudlard. Je suis ici pour vous annoncer que depuis sa naissance, votre fille, Lily Evans est inscrite dans notre établissement. Lily Evans, reprit-elle en s’adressant à la cadette des Evans, vous êtes une sorcière.
" Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel?"
Albus Dumbledore, HP 7


Image

Avatar de l’utilisateur
Iphigenie Nasty
Elève de troisième année
Messages : 41
Inscription : 04 oct. 2017 - 19:50

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Iphigenie Nasty » 02 déc. 2017 - 22:51

Titre : Le meilleure odeur du monde
Défi Stylistique : trois catégories de verbes sensitifs au maximum
Fandom : HP
Nombre de mots : 215
Personnages : Harry Potter
Rating : Tout public
Le parfum de l'herbe coupée est le plus beau qui existe. Du moins c'est ce que pensa Harry à cet instant précis. Il inhala autant d'air qu'il pouvait. Il n'avait jamais connut cette odeur à Londres. A Privet Drive les habitants tondaient leur pelouse, mais rien à voir avec ses hectares d'immenses broussailles réduites à de petites pouces en l'espace de quelques heures.
Au fur et à mesure que le jeune garçon avançait l'odeur de l'herbe fraîchement coupée laissa place à une autre senteur, celle-ci était chaude, caramélisée et embaumée de cannelle. L'odeur emplissait toute la pièce, Harry l'aurait reconnue parmi toutes, tout compte fait, c'est cette odeur là la plus agréable de toutes. C'était l'odeur de la magie, de sa vie de sorcier ( et accessoirement celle des muffins de Mme Weasley).
Enfin, alors que tout ses sens étaient en alerte pour emmagasiner un maximum de senteur, un autre parfum chassa tout les autres et pénétra les narines d'Harry. Un mélange de rose est de lilas. Il n'eut pas besoin d'ouvrir les yeux pour savoir que Ginny Weasley, les cheveux rassemblé dans une queue de cheval, était descendue au salon à toute vitesse aussitôt qu'elle avait entendu Hedwige parlementer.
Non, il s'était trompé, la meilleure de toutes les odeurs c'était sans aucun doute celle-ci.
"Or perhaps in Slytherin
You'll make your real friend,
Those cunning folk use any means
To achieve their ends"

Image

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par PlumeEnVadrouille » 02 déc. 2017 - 22:56

Titre : Feel
Défi : scénaristique
Fandom : aucun
Mots : 105
Personnages : aucun
Rating : -12 ?
La vue.
Elle le voit. Elle voit les gouttes se former peu à peu.
Le toucher.
Elle sent le froid du petit objet contre sa peau.
L'ouïe.
Elle entend l'animation autour du petit cabinet. Pourtant, personne ne sait qu'elle est là.

Elle réunit les gouttes, rougeoyantes et de plus en plus nombreuses du bout des doigts. Désespérée. Elle se répète en boucle qu'elle ne va pas y arriver, qu'elle n'en peut plus, qu'elle va lâcher.
Puis elle quitte son instant de folie, et voyant ses mains ensanglantées, fond en larmes. Elle a erdu.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Tagadda
Elève de quatrième année
Messages : 81
Inscription : 28 janv. 2013 - 17:05

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Tagadda » 02 déc. 2017 - 22:59

Titre : Révolution
Défi Scénaristique ou Stylistique : Vous ne pouvez utiliser que trois catégories de verbes sensitifs et Votre personnage fait une découverte qui pourrait bien révolutionner le monde.
Fandom : HP
Nombre de mots : 207
Personnages : Aucun
Rating : Aucun
Par Merlin ! Il l’avait enfin trouvé, il l’avait fait ! Il allait révolutionner le monde ! Son invention allait lui valoir au moins un prix Nobel ! Il allait devenir une véritable star ! Tout le monde voudrait le rencontrer, lui parler, lui poser des questions sur son génie inégalable. Il avait réussi à mettre au point la potion la plus révolutionnaire jamais inventée jusque-là !

Il allait devenir riche ! Les sorciers et les sorcières du monde entier allaient se bousculer pour en acheter une fiole. Il allait devoir conserver la recette dans un endroit où personne ne pourrait la trouver.

Il revérifia une nouvelle fois chaque parcelle de son corps, pas l’ombre d’un minuscule petit poil, ni sur ses bras, ni sur ses aisselles, ou ses jambes, ou ailleurs. Il avait réussi à créer une potion d’épilation instantanée et sans douleur ! Ses yeux rencontrèrent alors le miroir face à lui.

Mais… où étaient donc passé ses sourcils ? Et ses cheveux ? Il passa une main sur son crane brillant. Et bien au moins, il n’aurait plus besoin de se les laver avant un petit moment… Mais visiblement, il avait encore quelques détails à régler avant de mettre sa potion sur le marché…
Dernière modification par Tagadda le 02 déc. 2017 - 23:03, modifié 1 fois.
Image
We fight together

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1734
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par BellaCarlisle » 02 déc. 2017 - 23:01

Titre : Froid
Défi : défi stylistique
Fandom : Agents of Shield
Nombre de mots : 932
Personnages : Amélia (OC), Grant Ward & John Garrett
Rating : Tout public
Dans un coin de la pièce, Amélia regarde l’étendue de la catastrophe. Le sol est entièrement gelé, une couche de glace a tout recouvert en un rien de temps. Ni les murs, ni les meubles n’ont été épargnés par ce déchaînement soudain d’énergie. Elle ignore comment son corps a pu produire ce froid, ni pourquoi il s’est manifesté à cet instant alors qu’elle cherchait seulement à dormir. Peu importe l’endroit où elle porte le regard, elle voit bien que ce n’est pas du tout normal et qu’elle devrait en référer à ses coéquipiers, aussi bien pour les protéger que pour ne pas les prendre en traître le jour où la même chose se reproduira. Sauf qu’il faudrait déjà qu’elle puisse comprendre ce qu’il vient de se passer.

Comme on le lui a appris après l’accident, elle calme sa respiration. À chaque fois qu’elle expire, de la buée se forme, n’arrangeant rien à la situation. L’angoisse est bien plus forte que le reste et elle ne peut qu’observer la glace prendre une ampleur considérable. La température de sa chambre a chuté de plusieurs degrés, elle le sent à sa peau recouverte de frissons et à cette impression d’être entrée dans un réfrigérateur. Cette sensation de froid empire son état de stress et elle insiste, impuissante, à la tombée de flocons de neige juste devant elle. La peur d’avoir touché toute la maison et ses compagnons est la plus forte, elle reprend pied et appelle à l’aide, espérant être entendue.

Alors qu’elle croit que personne ne viendra lui porter secours, la porte de sa chambre s’ouvre sur les agents Ward et Garrett. Le premier pousse un sifflement d’admiration tandis que le second repère immédiatement leur collègue qui attend à l’autre bout de la pièce, agrippée au rebord de la fenêtre. Le plus jeune jette un coup d’œil à son supérieur en haussant les sourcils, demandant d’un seule geste quelle procédure ils se doivent de suivre. John ne se préoccupe pas des protocoles et autres règlementations du Shield, il pense d’abord à sortir de ce froid intense la jeune femme qui semble sur le point de s’évanouir.

- N’approchez pas, murmure-t-elle. Le sol est bien trop glissant, vous risqueriez de vous faire du mal.
- Est-ce que vous pouvez venir jusqu’à nous ? demande Grant. Vous avez été épargnée par cet étrange phénomène, vous êtes peut-être en mesure de vous déplacez sans problème.

Amélia hésite, parce qu’elle redoute une autre manifestation inattendue de cette magie polaire. Lâchant la fenêtre, elle teste d’abord son équilibre, avançant son pied droit sur la couche de la glace. Remarquant que rien ne se produit et qu’elle tient encore debout, elle traverse la pièce rapidement, ignorant le commentaire de son OS qui lui recommande la plus grande prudence. Parvenue auprès de ses collègues, elle les remercie faiblement mais Ward lui fait alors comprendre qu’elle s’est très bien débrouillée sans eux.

- Vous n’aviez pas besoin de nous, au final.
- J’étais rassurée de vous savoir là, répond la femme.

Les deux hommes échangent un regard puis Grant les salue, prétextant qu’il aimerait bien profiter des dernières heures de sommeil avant le lever du jour. Amélia ne ressent pas la même envie que lui et elle accepte volontiers d’aller faire un tour avec l’agent Garrett. Ils sortent tous les deux du périmètre protégé après s’être vêtus d’habits assez chauds pour supporter la pluie extérieure. La jeune femme ne prononce pas le moindre mot, sachant pertinemment quelles pensées agitent son supérieur. Il est face à un dilemme qui décidera de son avenir, ce qui ne l’enchante pas. Elle a assez lu les règles strictes du Shield pour deviner qu’elle aura le choix entre être inscrite sur la fameuse liste des personnes qui possèdent des pouvoirs ou ne rien dire en craignant que ce soit découvert un jour par d’autres agents.

- Depuis combien de temps avez-vous ce don ? l’interroge John.
- C’est une bonne question. Je … je ne savais pas que j’étais capable d’un tel exploit jusqu’à ce soir et je peux vous affirmer que je ne voulais pas mettre l’équipe en danger.

Elle est extrêmement sincère. La peur de faire du mal à quelqu’un ne la quitte pas depuis qu’elle a transformé sa chambre en glacière et c’est une chose qu’il lui faudra surmonter. L’agent à ses côtés n’ajoute rien, ils continuent leur marche tranquillement. Peu de personnes sont dehors à cette heure de la nuit, d’autant plus que la pluie tombe assez fortement. La sensation de l’eau sur sa peau rassure pourtant Amélia, c’est différent du froid qu’elle a perçu quand la glace a fait irruption. Il y a quelque chose de vivant dans l’eau, comme un message de la Vie au monde, alors que le froid la renvoie à la mort.

- Que s’est-il réellement passé ?

La question de l’agent Garrett est légitime, elle s’attendait à ce genre d’interrogation à l’instant où il a voulu sortir.

- Je dormais. Je rêvais d’une mission importante en Norvège lorsque j’ai cru voir des monstres. Tout de suite après, le froid et la glace sont arrivés, comme par magie. Je n’ai jamais été confrontée à ce genre de chose pendant mon enfance, il n’y a rien eu qui pourrait expliquer ceci. Je ne suis pas comme Banner, à m’amuser avec des produits dangereux. Ou comme Thor qui a l’avantage d’être un dieu, ce qui est une bonne justification pour tout ce qu’il fait.

Elle manie l’humour pour faire croire que rien ne l’atteint mais la détresse dans ses yeux contraste avec ses paroles.
Image . Image

AislinnSaoirse
Elève de cinquième année
Messages : 99
Inscription : 21 oct. 2017 - 18:52

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par AislinnSaoirse » 02 déc. 2017 - 23:04

Titre : La plus belle des créatures
Défi Scénaristique ou Stylistique : trois catégories de verbes sensitifs // Votre personnage fait une découverte qui pourrait bien révolutionner le monde
Fandom : HP
Nombre de mots : 607
Personnages : Rolf Scamander et ...
Rating : /
A genoux dans une flaque boueuse, Rolf louchait sur un excrément particulièrement intéressant depuis deux bonnes minutes. D'une couleur oscillant entre le vert et le marron, il avait failli ne pas le voir tant il se fondait dans le chemin. Cela aurait bien dommage, car, d'après ce qu'il pouvait observer, il était fort probable qu'il s'agisse d'une crotte de Nargole à deux têtes. Personne n'avait jamais vu cette créature, et Rolf comptait bien être le premier à prouver son existence. Un telle découverte ne pourrait que changer la face du monde magique !

En tant normal, il aurait porté la crotte à son nez, mais certains de ses sens étaient altérés depuis qu'il s'était approché trop près d'un plante étrange, le veille au soir. N'ayant plus d'odorat, il n'eut donc d'autres choix que de goûter l'excrément du bout de la langue.

Rolf se retrouva bientôt à cracher un peu partout. La substance avait un goût horrible, à la fois extrêmement âcre et étonnamment acide… C'était des plus désagréable, mais il ne s'en soucia pas longtemps. Il était sur la bonne piste !

Se relevant d'un bond, il se mit en marche dans la direction indiquée par le sens de la crotte, plié en deux et le visage au raz du sol au cas où un autre indice s'y trouverait. Il fini par dénicher une feuille tordue et son cœur bondit de joie. D'après la hauteur de la brindille, la forme de la cassure et le sens du vent, il se rapprochait de plus en plus !

A cause de la perte temporaire de son ouïe, il failli manquer un indice crucial. Sur sa droite, une branche se détache soudainement et s'effondra dans les buissons. S'il avait regardé ailleurs à cet instant, il l'aurait ratée à coup sûr. Rempli d'effroi à cette simple pensé, il se précipita dans la direction indiquée, persuadé que le Nargole à deux têtes serait bientôt visible.
Tandis qu'il se dévissait le cou pour tenter de l'apercevoir, Rolf se prit les pied dans une racine. Il n'eut que le temps d'apercevoir un éclair rouge et bleu avant de s'étaler de tout son long dans les fourrés. Jurant et pestant, le magico-zoologiste se releva. Il venait de perdre toute chance d'apercevoir le Nargole à deux têtes… Sa chute l'avait fait sûrement fait fuir.

Rempli de déception, le jeune homme allait rebrousser chemin lorsqu'il vit un éclat jaune entre les feuilles, juste devant lui. Fébrile, il les écarta d'un coup sec et se figea.

Devant lui s'ouvrait un clairière au milieu duquel un arbre centenaire s'élevait. Ses branches aux feuilles presque bleues retombaient en tout sens, forment un dôme de verdure. Entre ses racines noueuses se trouvait la plus jolie créatures qu'il n'est jamais vu.

Vêtue d'une longue robe bleue ciel, ses cheveux d'un blond très clairs étaient étalés sur ses épaules. Elle dessinait avec application dans un carnet posé sur ses genoux. Autour de sa tête, Rolf aurait juré voir danser des dizaines de lumières jaunes. Il n'osa pas bouger, de peur de la faire fuir. Il ne sut jamais combien de temps il resta à la contempler.

Avec une grâce qui lui parut irréelle, la fée - car elle ne pouvait être autre chose - releva la tête vers lui. Elle avait deux yeux immenses qui le détaillèrent un instant en silence. Puis elle ouvrit la bouche et lui dit de la voix la plus douce qu'il n'eut jamais entendu :

- Approche… n'aie pas peur.

Comme hypnotisé, Rolf obéit. Il ne pense pas un seul instant à sa tenue tâchée, pas plus qu'il ne réalisa qu'il avait retrouvé l'usage de tous ses sens.

Avatar de l’utilisateur
Haru Nonaka
Membre de l'Armée de Dumbledore
Messages : 491
Inscription : 10 déc. 2010 - 06:07

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Haru Nonaka » 02 déc. 2017 - 23:05

Titre :
Défi Scénaristique ou Stylistique : Scénaristique « 3 sens sur 5 » ouïe, toucher, odorat (pas gout, pas vue)
Fandom :HP
Nombre de mots :426
Personnages : Mina (0C)
Rating :- 16
Autour d’elle le silence, ou presque, le crissement du souffle de l’eau, le léger râle de son souffle, une légère toux qui la secouait parfois. Silence en tout cas qui lui apprenait qu’elle était bien seule, dans la pièce, du moins pour l’instant. Et au loin, a la limite du cachot peut être, un son régulier. Un « plop » tintant, brillant et assourdi, l’éclat des goutes d’eau tombant sur du metal peut être. Mina imaginait du cuivre, d’anciens tuyaux un peu oxydés dont une vapeur chaude et épaisse s’échapperaient, diffusant les éclats d’eau et ce parfum piquant. Il y avait aussi une odeur mêlée a celle de rouille, mousseuse et sèche a la fois, celle d’une pierre calcaire peut être. Elle aurait voulu pouvoir vérifier, mais elle ne contrôlait rien de son corps, le sort l’avait réduite à être une poupée de chiffon pendue par les bras au plafond. La seule chose que la jeune femme ressentait c’était les fonctions motrices que la magie n’entravait pas, le poids de son corps, le rythme régulier de sa respiration dans cet air trop lourd, trop humide, acre, le contact de l’humidité sur sa peau, l’odeur de sa transpiration, et une autre effluve un peu sucrée qui lui parvenait parfois, désagréablement familière. La jeune femme aurait désiré pouvoir ouvrir les yeux, même pour rencontrer l’obscurité. Elle n’avait plus peur, étrangement, elle aurait dus être terrifiée, ainsi dans l’attente, totalement hors de contrôle sur sa personne, totalement à la merci des mangemorts. De plus Severus avait été emmené ailleurs, pire encore, il avait peut être été découvert. Il était peut être agonisant, entre les mains de cet hôte a la voix trop suave qui lui donnait envie de vomir, de cette ombre du passé qu’ils n’auraient jamais pensé recroiser un jour. Mina avait eu peur, elle avait même été terrifiée, avait senti son corps trembler et son esprit vaciller a nouveau, rappelant d’anciens cauchemars éveillés.

Et puis, au bout d’un long moment, alors que la frontière de la folie semblait a porter de ses orteils, elle avait entendu le plop au milieu du silence. Un éclat ténu et régulier, qui se synchronisait au battements de son coeur, puis elle avait pris conscience du reste, et s’était attardé sur ses sensations. Puis s’était sentie libérée, elle ne pouvait rien physiquement, de toute façon avant la dissipation du sortilège, alors elle était libre de concentrer toute ses pensées, toute ses forces sur la réflexion, pour se calmer, pour pouvoir affronter sans peur les pas d’Avery qui reviendrait tôt ou tard vers sa prison. Elle devait rester en vie.
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Iphigenie Nasty
Elève de troisième année
Messages : 41
Inscription : 04 oct. 2017 - 19:50

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Iphigenie Nasty » 02 déc. 2017 - 23:20

Titre : Renonce !
Défi Stylistique : écrire à la deuxième personne
Fandom : HP
Nombre de mots : 220
Personnages : Narcissa et Andromeda
Rating : Tout Public
"-Tu croyais vraiment que tu allais t'en sortir comme ça Narciss? Tu pensais vraiment que tu n'aurais aucun compte à rendre aux mangemorts ! Je suis ta sœur, je peux tout comprendre, mais ça ! Est-ce que tu veux seulement ressembler à Bella ou alors es-tu simplement amoureuse de lui? Quelque soit la raison, c'est stupide! Tu ne pourras jamais t'en défaire. S'ils ne te forcent pas à devenir comme eux tu devras leur prouver allégeance, tu perdras ton âme si tu ne renonces pas maintenant, ce n'est pas ce que tu es... Tu dois renoncer ou tu seras perdue. Et l'enfant que tu portes? Comptes-tu lui montrer comment devenir un parfait criminel à l'image de son père? Comptes-tu alors cacher tes véritables convictions toute ta vie? En as-tu seulement encore? Tu seras aidée si tu restes prés de moi, tu pourras combattre à mes côtés, tu l’élèveras à ta convenances. Tu n'es pas Bella, tu n'as besoin d'aucune cruauté pour t'affirmer, le jour où tu t'es sacrifiée auprès des parents pour que je puisse voire Ted, là se trouvait ta véritable valeur, pas au creux des bras de ce Malefoy. Si tu as un brin d'amour pour moi, ou seulement pour toi même, renonce à lui, renonce à ses projets, ou tu devras me combattre au côté de Bella."
"Or perhaps in Slytherin
You'll make your real friend,
Those cunning folk use any means
To achieve their ends"

Image

Avatar de l’utilisateur
Roxane-James1
Stagiaire chez W&W
Messages : 953
Inscription : 07 déc. 2016 - 17:44

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par Roxane-James1 » 02 déc. 2017 - 23:24

Titre : Une larme de plus
Défi Scénaristique ou Stylistique : stylistique
Fandom : HP
Nombre de mots : 317
Personnages : Gabrielle Delacour / Seamus Finnigan
Rating : TP
Tu frôles la crise cardiaque quand son souffle s'écrase sur ta poitrine nue. Et tu le sens contre toi, amoureux, en colère et timide aussi. Tu sais que ce que tu as fait est mal, tu détournes les yeux pour ne plus lire dans les siens des reproches et de la déception. La déception, surtout.

Tu n'as pas vraiment d'excuse mais le mot "guerre" se fait plus pressant sur ta langue.

Oui, c'est la guerre qui a déclenché tout ça, et, tu le sais, tu es impardonnable.

Tu n'as jamais su aimer réellement, de toute façon. Tu ne sais aimer qu'à ta manière, un peu chancelante, un peu brisée. Tu es l'acrobate qui menace de tomber sur le fil tendu de la vie, tu tiens entre tes mains un amour lourd un peu cabossé qui est à deux doigts de s'écraser sur le sol.

Tu lui as dit avant qu'il ne s'accroche à toi, fasse de toi son pilier. Tu lui as dit que tu aimais mal, que tu étais cassée.

Il ne t'a pas écoutée.
Et tu l'as trompé.

Oui, Gabrielle, tu as trompé Seamus avec son ami, son compagnon d'infortune, celui pour qui il a tout risqué. Sa vie et toi. Tout, Gabrielle.
Et en même temps, tandis que Seamus te serre contre lui, presse ses lèvres enragées contre les tiennes, tu ne peux t'empêcher de songer à Dean. A Dean et ses étreintes aussi épuisées que les tiennes. A la froideur de vos ébats. A la mort qui planait au-dessus de vos têtes coupables.
Aux larmes qui ont perlé plus d'une fois au coin de tes yeux.

Parce que tu pensais à Seamus. Seamus qui était en danger, parti loin de toi au combat.
Et Maintenant tu pleures car tu penses à Dean, une dernière fois.

Dean parti loin de toi, loin d'ici et de ça.
Loin de lui-même aussi. Loin de la vie.
La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
- J'observe mon existence sous un angle différent, déclara-t-il gravement.
- Voyez-vous cela ! Et qu'en déduisez-vous ?
- Qu'à l'endroit ou à l'envers, elle est absolument vide de sens.

La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos
Imprévisible, anticonformiste et entreprenante. Prenez garde, un de ces jours je pourrais finir par tomber amoureux de vous.
:coeur: Dixit Archibald :coeur:

No mouners, no funerals - SIX OF CROWS

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit Insolite du 2 décembre

Message par PlumeEnVadrouille » 02 déc. 2017 - 23:26

Titre : Liberté chérie
Défi : styllistique
Fandom : aucun
Mots : 100
Personnages : aucun
Rating : aucun
Tu cours. Tu n'en peux plus, mais tu cours. Pour ta vie, ton intégrité, tes valeurs. Pour la morale, our l'humanité, tu cours. Pour échapper à cette horreur, aussi. Tu tournes la tête et les vois te courir après. Tu es le dernier smbole de cette liberté perdue.
Tu trébuches et tombe. Tu te relève, et continue ton chemin. Tes pieds touchent à peine le sol. Chaque muscle de ton cors hurle mais tu continue.
Parce que tu refuses de leur appartenir.
ImageImage

Verrouillé

Revenir à « La Tour d'Astronomie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités