[Textes] Nuit du 22 juillet

Les Nuits d'HPF : un thème par heure, une nuit par mois, de l'écriture à volonté !

Modérateur : Équipe des Nuits d'HPF

Avatar de l’utilisateur
Seonne
Harceleuse en Chef
Messages : 2330
Inscription : 13 juin 2015 - 10:52

[Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Seonne » 22 juil. 2017 - 18:53

Voici le topic pour publier vos textes de la Nuit de ce soir.

Aucune question, remarque, commentaire ou post contenant autre chose qu'un texte n'est accepté.
Veuillez publier votre texte en remplissant préalablement ce formulaire :

Code : Tout sélectionner

Titre :
Thème (écrit ou URL de l'image) :
Fandom :
Nombre de mots :
Personnages :
Rating :
Image

Avatar de l’utilisateur
Seonne
Harceleuse en Chef
Messages : 2330
Inscription : 13 juin 2015 - 10:52

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Seonne » 22 juil. 2017 - 19:21

Titre : Le grand voyage
Thème : Image
Fandom : HP
Nombre de mots : 598
Personnages : Remus Lupin
Rating : TP
Remus a toujours eu du mal à supporter la chaleur de l'été. Sa mère disait parfois que c'était à cause de ses origines écossaises, qu'il était naturellement apte à supporter davantage la pluie que le beau temps. Même s'il n'en avait jamais cru un mot, cela l'avait toujours fait beaucoup rire.

Mais ce matin-là, Remus Lupin ne riait pas vraiment. Il était anxieux, il avait peur. Ce matin, c'était le grand saut. Ce matin-là, il partait pour Poudlard. Et cela l'effrayait un peu, il devait se l'avouer. Il était même terrifié. Il s'était réveillé bien plus tôt que d'habitude, et avait pu observer la lumière du jour s'infiltrer lentement entre les rideaux. Les rayons du soleil innondaient maintenant sa chambre d'une douce lumière orangée. Dans cette chambre, il se sentait bien. En sécurité. Leur ancienne maison lui manquait encore, parfois. Cela faisait pourtant six ans, déjà, qu'ils avaient déménagé. Six ans, déjà, qu'à chaque pleine lune, il se transformait en monstre.

« Ne pense pas à ça », se répéta-t-il. Il se le disait tout le temps. Chaque petit sorcier de onze ans devait être terrifié, ce matin-là, mais Remus Lupin portait un poids supplémentaire. Celui d'être un loup-garou. Et si le professeur Dumbledore lui semblait déjà être son ange gardien par tous les moyens qu'il avait déployé pour qu'il puisse se rendre à Poudlard et suivre une scolarité normale, il doutait que tous les autres enfants soient aussi bienveillants. Il fallait qu'il garde son secret, à tout prix. Mais il ne voulait mentir à personne non plus. Comme à chaque fois qu'il songeait à son problème, il sentait son cœur se déchirer.

D'une main distraite, il sécha ses larmes. « Ne pense pas à ça ». Il fallait qu'il profite de cette journée, si exceptionnelle dans la vie de chaque sorcier britannique. Il se leva, jeta un coup d'œil aux portraits affichés au-dessus de la tête de son lit. Sa famille. Ceux qui l'aimaient. Autre fois, il y avait aussi acroché la photographie de Janie. Une petite Moldue de son voisinage avec qui il avait pris l'habitude de jouer, avec qui il s'entendait très bien. Celle qui avait secrètement été son amoureuse, sans qu'il n'en dise jamais rien à personne. Celle qui se trouvait avec lui lorsque le loup-garou les avait attaqué.

Janie n'avait pas survécu. Remus avait retiré la photographie. Il ne pouvait la voir sans pleurer. Il l'avait cachée au fond d'un tiroir, et la ressortait parfois, quand elle lui manquait trop. Il l'avait glissé dans sa malle pour Poudlard. Il espérait que cela lui donne suffisamment de courage.

Son réveil sonna. L'heure était arrivée. Il balança ses deux jambes sur le côté, et resta encore un instant immobile, assis dans son lit moelleux. La lumière de l'aube rendait tout magnifique. Il se sentait bien, dans cette pièce qu'il allait devoir quitter. Sa petite commode, les portraits rassurants, le tapis avec les moutons... Tout allait lui manquer. Mais il fallait bien, un jour, qu'il sorte de sa zone de confort. S'il voulait grandir. S'il voulait devenir un homme. S'il voulait devenir un sorcier.

Il jeta un regard à travers les rideaux en s'habillant. Le paysage était sublime. Il tenta de l'imprimer sur sa rétine, de l'ancrer dans ses souvenirs.

La prochaine fois qu'il le verrai, il reviendrait de Poudlard. Et il se fit une promesse. La prochaine fois qu'il le reverrait, il ne serrait plus si seul. Il se serrait fait des amis.

Il quittait sa zone de confort pour un monde encore plus merveilleux. Mais cela, Remus Lupin n'en avait pas encore totalement conscience.
Image

Avatar de l’utilisateur
Seonne
Harceleuse en Chef
Messages : 2330
Inscription : 13 juin 2015 - 10:52

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Seonne » 22 juil. 2017 - 19:33

Titre : X
Thème : Expérience
Fandom : The 100
Nombre de mots : 361
Personnages : Maggie (OC, une Montagnarde)
Rating : TP
Le souffle court, Maggie pousse la porte qui s'ouvre lentement. Elle rentre à l'intérieur et la referme immédiatement derrière elle. Elle sait qu'elle ne devrait pas être ici. Légalement, elle en a le droit. Sa carte lui permet de rentrer où elle veut. Mais elle sait que de nombreuses personnes ne voudraient pas la savoir ici. Oh, ils sont tous au courant de ce qui se trame dans ces salles sombres et glauques. Mais elle a besoin de le voir de ses propres yeux.

Elle s'avance, soulève une des bandes de plexiglas qui recouvrent l'ouverture. Elle s'accroupit, et colle son œil contre la fente. Depuis qu'elle a franchi la porte, elle entend les gémissements, et elle est effrayé par ce à quoi elle doit s'attendre. Mais sa vision est pire que tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Ils ne traîtent pas ces gens comme des êtres humains. Parqués dans des cages, nus. Ils pleurent, tous. Ils doivent être affamés, effrayés. Maggie sent son cœur sombrer. Cela lui fait mal de voir une chose pareille. Ce n'est pas juste. Ce n'est pas bien. Et cela sont simplement ceux stockés. Elle ne veut même pas imaginés ceux qui sont en train d'être utilisés.

Horrifiée, elle laisse retomber le plastique, et cache cette vision terrible. Ils les traitent encore plus mal que des animaux. Mais n'est-ce pas ce qu'on leur enseigne dès leur plus jeune âge ? Que les gens du dehors ne sont que des monstres, des sauvages qui n'ont rien à voir avec eux ? Que l'on se permet de les maltraités ainsi uniquement car ils leur permettent de servir de traitement, qu'il n'a jamais été dans leur intention de leur faire le moindre mal ?

En sortant de la porte, Maggie se le répète. Elle justifie l'injustifiable. Que pourrait-elle bien faire, de toute façon ? Elle est aussi impuissante que tous autres. Les gens du dehors ne sont que les cibles de leurs expérimentations, elle n'est pas une scientifique, elle ne pourra rien y changer.

Et elle ne peut pas nier qu'elle s'est réjouie lorsque leur sang a sauvé sa sœur après la dernière fuite de radiation. Alors, elle justifie l'injustifiable.
Image

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 634
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Westyversionfrench » 22 juil. 2017 - 19:45

Titre : Newbattle Kiss
Thème (écrit ou URL de l'image) : « Expérience »
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 770.
Personnages : Ronald Weasley / Draco Malfoy
Rating : Tout public.
« Tu ne sais pas embrasser Weasley ! » Malfoy venait juste de lui lâcher la bouche, et lui-même grimaça de la maladresse de leur échange. L'air dédaigneux de son homologue de Serpentard laissa place à une mine songeuse et l'autre Préfet attrapa sa tête à deux mains une deuxième fois, assez brutalement. Bien évidemment, leurs nez s'entrechoquèrent et en voulant s'écarter, Ron le cogna une nouvelle fois.
« Aïe !
-Ne te plains pas, c'est ta grosse tête qui m'a fait mal ! » gronda le blond, furibond. Le rouquin s'agaça :
« Si tu n'avais pas un menton si pointu.
-Mon menton n'est pas pointu ! » se hérissa l'autre immédiatement. Le rougissement qui montait sur ses joues trahissait que ce n'était pas la première fois qu'on le moquait sur cet attribut atypique. Ils restèrent, bras ballants, au milieu du couloir sombre, sans trop savoir quoi faire ou que dire. Parler, ce n'était pas vraiment une activité qu'ils avaient en commun. Alors, comme les provocations et les bagarres leur ressemblaient davantage, Ron cracha :
« Tu vas voir si j'embrasse mal ! »

Draco se laissa faire docilement, quand le grand gryffondor saisit sa tête de ses immenses mains. Il avait retenu la leçon : ne pas faire de gestes brusques en présence d'un esprit attardé. Il attendit, presque avec nonchalance, que les phalanges de l'autre effleurent la peau râpeuse sous ses oreilles, et frémit lorsque les pouces gigantesques palpèrent timidement ses tempes. Le souffle chaud de Weasley balayait son visage comme les phares d'un hélicoptère de police moldu. Soudain, ses lèvres molles recouvrèrent les siennes. Ce ne fut d'abord qu'un toucher, et ça devint un contact. Elles restèrent contre lui, bougèrent de quelques millimètres, reprirent leur place initiale, et seulement, Draco comprit le message. Il entrouvrit à peine la bouche, et sentir l'haleine de Weasley qui se mêlait à la sienne, lui fit manquer une inspiration. Il tenta de le camoufler, mais la bouche qui bourgeonnait contre lui s'étira en un sourire. Il donna un coup de poing un peu faible dans l'épaule de son vs-à-vis qui ne s'en formalisa pas. Lorsqu'ils se séparèrent à nouveau, ils avaient du mal à se regarder dans les yeux, et à s'engueuler. Okay... Weasley savait embrasser.

Ron prit le mutisme du vert-et-argent pour une victoire et s'enorgueillit mentalement de son succès. Lavande lui avait déjà fait des remarques, en Sixième Année, sur sa manière d'embrasser, qu'elle qualifiait de brusque et sauvage. Malheureusement, il n'avait pas vraiment eu l'occasion de pratiquer outre mesure depuis sa rupture avec la blonde, un an et demi plus tôt. La chasse aux Horcruxes, la Bataille Finale, il n'avait pas vraiment eu l'envie et l'opportunité de se préoccuper de relations sentimentales ou même de flirts ou d'aventures sexuelles. Il frissonna à cette dernière pensée. Embrasser Malfoy était bien assez déroutant, il n'avait pas besoin de s'imaginer l'odieux fils de Lucius dénudé, contre lui, dans un contexte bien moins chaste que présentement. Il ne savait même pas ce que c'était que ce combat d'un nouveau genre qui s'engageait entre eux.

Ils ne s'étaient pas cogné dessus depuis leur retour à Poudlard. A la réouverture du château, en Septembre 1997, plusieurs élèves ayant manqué leur Septième Année à cause de la Guerre, étaient revenus, dont Ron et Malfoy. Hermione aussi était là, mais elle était trop concentrée sur ses examens. Ainsi, en l'absence de Harry, Ron s'était bien ennuyé tout seul. C'était probablement pour cela que Malfoy et lui se rapprochaient ce soir. A force de se tolérer, bien obligés de communiquer dans le cadre de leurs activités de Préfets, la haine qui les liait s'amenuisait, se transformant en simple antipathie. Et de l'antipathie à la curiosité, il n'y avait qu'un pas. Draco s'était adossé au mur derrière lui, et Ron l'observa à la dérobée. Il avait été presque passif lors de ce baiser un peu spécial. Il se demanda si en réalité, il n'était pas le plus expérimenté des deux. Pansy Parkinson avait bien tourné autour de Malfoy depuis sa Première Année mais personne ne les avait jamais vu aller plus avant que se tenir la main, ou poser la tête sur les genoux de l'autre. De plus, il n'était pas convaincu que la tentative avortée, quelques minutes plus tôt, soit due à une simple nervosité agacée.

Alors, pour que Draco lui prouve le contraire, Ron renifla et lâcha :
« En vrai Malfoy, je crois que c'est toi qui ne sait pas emballer. » Il ravala un rictus lorsqu'il fut violemment plaqué au mur. S'il flirtait comme il se battait, Draco serait un expert sous peu.
Image avec L'arc du guerrier Od, en Mongolie sorcière ! Image

Avatar de l’utilisateur
Eurydice
Chat-Pitre de la tribu de Dana
Messages : 429
Inscription : 22 juil. 2017 - 12:43

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Eurydice » 22 juil. 2017 - 19:50

Titre : Partir
Thème (écrit ou URL de l'image) : http://img02.deviantart.net/76c2/i/2014 ... 85w9vu.jpg
Fandom : HP
Nombre de mots : 302
Personnages : Hermione Granger
Rating : TP
Partir. Me jeter à corps perdu dans le monde extérieur. M’y abandonner. Quitter ceux que j’aime, ma famille. Ce lieu si rassurant qu’est ma chambre. Que fut ma chambre, maintenant. Au passé.
Faire un pas au dehors. Déterminée. Et avancer. Toujours plus loin.
Mon regard survole l’ensemble de ma chambre. A chaque objet est attaché un souvenir, voire plusieurs. Je déglutis. Ma gorge se serre. Et pourtant, au fond de moi, je sais que je n’ai pas le choix. Mais j’ai peur, peur ! Ma respiration se fait haletante. Ma gorge est toujours plus serrée, presque à m’en faire mal.
Mon lit en est la pièce principale. Je passe une main tremblante sur la couette étirée. Sur ce matelas dans lequel plus aucune silhouette n’est imprimée. Cet oreiller qui a recueilli tant de larmes, qui a étouffé tant de rires, vide de sens désormais.
Je dois partir, je le sais, et je ne m’en sens pas le courage.
Au dessus de mon lit, mes parents me font signe, sur les photographies. Je les regarde en retenant un sanglot. Oubliée, bientôt. Je ne serai qu’une chimère. Pourquoi, voudrais-je hurler, pourquoi est-ce si dur ?
Mais je sais que je n’ai pas le choix.
Soudain, je détourne le regard. Je me force à relever la tête. Je dois être forte. Presque malgré moi, je place un pied devant l’autre, et j’avance dans le couloir.

En haut de la mezzanine, je les observe, tous les deux. Ils ne se doutent de rien. Ils ignorent que dans quelques instants, ils n’auront plus d’enfant. Et que je serai morte, à leurs yeux. Morte ? Inexistante serait plus exact.
J’attrape ma baguette d’un geste sec en descendant les escaliers. Les regarde une dernière fois. Et, avant de perdre courage, effacer tout souvenir de ma personne, de leur fille.
Image

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2541
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Carminny » 22 juil. 2017 - 19:51

Titre : /
Thème (écrit ou URL de l'image) :Expérience
Fandom : /
Nombre de mots : 260
Personnages : Apollon, une dryade, deux soldats
Rating : -12 même si ce ne sont que des allusions
Traversant une petite ville, elle n'avait que cent mille habitants, le dieu Apollon fut arrêté par un arbre. Ou plutôt par la dryade qui y habitait.
- Oh, Apollon, lui dit-elle. Je ne peux plus m'aider. Les hommes me vénèrent mais la ville me nuit. Jamais je ne peux sortir de mon arbre sans que le monde entier me voie. Jamais je ne peux me retrouver seule face à moi-même. Jamais je ne peux partir d'ici sans que je sois gardée de près.
Apollon, qui décidément ne pouvait pas abandonner une belle jeune fille à ses problèmes, lui promit de trouver une solution.
- Oh belle dryade, que ne ferais-je pour vous ? Je vois bien que les expériences qui ont été bénéfiques aux hommes, ne l'ont pas été pour vous. Je vous aiderez coûte que coûte. Nous tenterons d'autres expériences bien plus agréables !
- Vous savez quand même que vous êtes en train d'être filmé, s'assura la dryade. Des humains sont en train d'écouter tout ce que nous disons.
- Qu'ils écoutent et qu'ils entendent: mon amour pour vous n'a aucune limite ! Et je détruirai l'humanité entière pour vos beaux yeux.
- On n'en est pas encore là, hein. Trouve un moyen un peu plus discret, d'accord ?
Le bel Apollon voulut ouvrir la bouche pour la flatter davantage mais il n'eut pas le temps avant que deux soldats l'aient capturé et entraîné vers la prison la plus proche. Le dieu ne comprit pas pourquoi. La dryade soupira en espérant trouver un jour une aide plus précieuse.
Image

Avatar de l’utilisateur
Labige
Sauveur du Monde sorcier
Messages : 7882
Inscription : 11 juin 2010 - 17:16

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Labige » 22 juil. 2017 - 19:55

Titre : /
Thème : Expérience
Fandom : /
Nombre de mots : 100
Personnages : /
Rating : /
Trois gouttes de jus de groseille, un fond d’eau pour le diluer. 10 cl de jus de tomate agrémenté du double de jus d’orange. Que manquait-il à l’expérience de Clara ? Elle trempa son doigt dans le mélange, le lécha et décréta qu’il fallait des bulles : du piquant ! Elle courut vers le frigo et tira vers elle la lourde porte, manquant de trébucher sur ses propres pieds.
Elle se mit sur la pointe pour attraper la lourde bouteille de 2L de coca avant de repousser la porte et d’agrémenter son mélange. Elle le but d’un coup, et recracha.

Avatar de l’utilisateur
Katherine 100
Elève de sixième année
Messages : 177
Inscription : 06 juin 2015 - 12:48

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Katherine 100 » 22 juil. 2017 - 19:56

Titre : Une chambre parfaitement rangée
Thème (écrit ou URL de l'image) : image de FynchMartell
Fandom : original
Nombre de mots : 543
Personnages : /
Rating : TP
La chambre était parfaitement rangée. Rien ne traînait sur le sol. Le lit était fait, et l’édredon rose qu’elle avait fait pour sa fille, Emily, au noël de ses cinq ans y reposait. Un livre était posé sur la table de chevet en rondin blanc. Le marque page dépassait à peu près vers le milieu.

Doucement, Kate, s’avança un peu plus dans la chambre dépassant enfin la porte. Elle était pied nu et encore en robe de chambre en ce début de matinée. Ce matin si spécial. Elle senti le tapis en fausse fourrure, et le caressa du bout de ses orteils avec une certaine tendresse.

Emily adorait s’allonger sur ce tapis, elle roulait dessus en riant car il l’a chatouillait. Alors Kate s’allongea aussi sur le tapis. Mais elle ne riait pas. Ses mains s’agrippèrent aux poils avec force tandis qu’une larme venait lécher sa joue.

Son regards se porta donc au plafond où étaient accrochés une dizaines d’ étoiles de toutes les tailles. Elles étaient fluorescentes. Comme cela, Emily, pouvait dormir sous un ciel étoilé.

Quand Kate se redressa, elle observa en silence l’armoire pleine de vêtements taille 12 ans. Sans vraiment sans rendre compte, elle s’en approcha et l’ouvrit. Et elle choisis avec soins ceux que sa fille aurait dû mettre pour cette journée. Il ne faisait pas froid mais elle n’aurait pas mis de jupe. Alors elle saisit un jean. Celui dans lequel elle était si à l’aise, celui qui était plus foncé que les autres. Puis une chemise à grand carreaux bleu ainsi qu’un gilet.

Elle déposa les vêtements soigneusement pliés sur le dessus du lit, avec précaution pour ne pas les froisser. Puis elle retourna chercher, au fond de l’armoire, le cartable en cuir de sa fille pour le laisser au pied du lit. Elle observa le résultat, satisfaite. Cela sembler normal. Il fallait agir normalement.

Pourtant quand ses yeux se posèrent sur une petite voiture rouge, elle éclata en sanglots. Le jouet posé sur le bureau, était ce qu’il y avait de pire dans cette chambre. Son capot était même un peu abîmé.

Kate tomba à genoux et se roula en boule au sol. Ses pleurs, si puissants, secouaient tout son corps alors que la douleur qu’elle ressentait à la poitrine l’empêchait de respirer convenablement. Sa fille, son bébé. On lui avait enlevé. Arraché.

Et Kate aurait voulu que son cœur s’arrête de battre au moment où on lui avait annoncé la tragédie. Elle aurait voulu qu’il s’arrête en même temps que celui de sa fille. Un parent ne devrait jamais voir son enfant mourir. On ne pouvait pas survivre à une douleur pareille.

Et pourquoi cette voiture rouge avait foncé sur sa fille qui marchait tranquillement sur le trottoir ? Pourquoi les gens buvaient ils de l’alcool avant de prendre le volant ? Pourquoi l’assassin de sa fille n’avait il écopé que de quatre années d’emprisonnement ? Pourquoi Emily ? Pourquoi ?

Emily aurait dû rentrer au collège aujourd’hui. Emily aurait dû aller à l’université. Emily aurait dû rencontrer l’amour. Emily aurait dû avoir des enfants. Mais jamais cela n’arrivera, car ce monde est mauvais et injuste. Il arrache des petites filles à leurs mère, sans pitié.

Et Kate pleure dans la chambre parfaitement rangée.

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Bulle de douceur
Messages : 1654
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par dedellia » 22 juil. 2017 - 20:04

Titre : Cinq petits chaudrons, n'en resta que deux
Thème (écrit ou URL de l'image) : Expérience
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 958
Personnages : Lily Evans, OC
Rating : Tous
Au centre de la vieille salle de classe, sur l’une des seules tables restantes dans la pièce, trônait un grand chaudron qui bouillonnait tranquillement. Deux jeunes femmes, à quelques mètres de ce dernier, se levaient et l’observaient de temps à autres afin de s’assurer que tout se déroulait comme prévu. Elles étaient assises directement sur le sol, ce qui en aurait surpris plusieurs s’ils les avaient vues ainsi, et face à face. Entre elles, cinq chaudrons plus petits étaient alignés, entourés de multiples ingrédients et instruments.

— Prête Zimzam ?

Ladite Zimzam leva les yeux à l’entente de ce surnom ridicule tout en sortant une pile de parchemin de son sac, mais répondit quand même :

— Maintenant oui.

Elle donna la moitié des parchemins vierges à Lily ainsi qu’une plume, plaça l’encre entre elles à l’extrémité de la ligne des chaudrons tout en étant parfaitement accessible et posa les cinq parchemins recouvert d’une écriture élégante à côté du chaudron correspondant.

— Comment savais-tu que j’avais oublié ma plume ?

— Je peux compter sur les doigts d’une main les fois où tu ne l’as pas oubliée Lily, rétorqua-t-elle d’un ton faussement exaspéré.

— J’ai trop de choses dans mon sac alors je pense que j’ai tout, se justifia-t-elle.

La sorcière rousse était en effet la responsable de tous les ingrédients nécessaires pour leurs potions. Ils étaient gracieusement fournis par le professeur Sluggorn, le superviseur principal de leur projet, mais étaient remboursé par le père de Mirzam qui était loin de manquer d’argent.

Ce projet avait commencé lorsque Lily avait désiré obtenir un projet qui lui permettrait de se démarquer et ainsi pouvoir devenir l’apprentie d’un maitre potion à sa sortie de Poudlard. Dans ce domaine, les notes n’étaient pas une garantie de réussite. Il fallait montrer ses compétences dans l’élaboration de potions même si les maitres-potion en créaient rarement de nouvelles. Avec ce projet, si elle prouvait ses compétences, elle avait toutes ses chances. Son but était de créer une potion pour aider aux problèmes de mémoire, les potions actuelles étant peu efficaces, mais Lily avait vite réalisé qu’il ne fallait pas seulement d’avoir la potion instinctive. Il fallait aussi prouver chacune de ses étapes par l’arithmancie de même que ce qu’ils devaient éviter et devait même utiliser cette dernière pour trouver les ingrédients manquants.

Bien qu’elle suive le cours d’arithmancie depuis sa troisième année, c’était loin d’être sa matière forte. Elle avait donc dû se résoudre à demander de l’aide à Mirzam qui était de loin la meilleure de leur année dans cette matière. Au départ, elle devait uniquement s’occuper de l’arithmancie, mais après quelques semaines, elles avaient décidé qu’il serait préférable de partager leurs connaissances et s’entraider. Ainsi, toutes deux travaillaient à la potion et aux calculs.

Ce soir, elles devaient trouver quelle combinaison était la meilleure pour la poursuite de leur potion. Elles avaient trouvé par calcul arithmantiques les ingrédients qui semblaient propices, mais devaient réussir à déterminer dans quel ordre ils devaient être ajoutés afin de pas créer d’erreur sur leur réelle potion.

— Je coupe les racines, indiqua Mirzam.

Elle agita sa baguette et le couteau s’éleva pour les trancher parfaitement. Elle profita de ses mains libres pour insérée les pattes d’araignées dans le mortier et les piler. De son côté, Lily s’acharnait avec les noix de feu qi dégageait une épaisse fumée noire.

— Je déteste travailler avec ses trucs, maugréa-t-elle en désignant les noix, j’ai l’impression de prendre en feu.

Avec ses cheveux roux qui flottaient dans les airs, elle avait réellement l’air d’être en feu.

— Tu devrais faire comme moi et les attacher, indiqua Mirzam dont les cheveux foncés formaient une tresse dans son dos.

— Ils m’aident à me libérer l’esprit, pas question de les attacher.

La sorcière à la tresse haussa les épaules et continua sa tâche alors que Lily utilisait sa baguette pour dissiper la fumée. Au bout d’un moment tous les ingrédients furent prêts, elles purent donc passer à l’étape suivante. De leur baguette, les deux expérimentatrices remplirent au tier les chaudrons. C’était la seule étape en commun. Chacun des chaudrons allait ensuite subir un différent protocole.

En suivant à la lettre chacune des instructions pour chacun des chaudrons, elles furent rapidement débordées. Un chaudron demandait qu’un ingrédient soit ajouté à toutes les dix secondes pendant une minute, un autre devait se faire mélanger, un autre devait se faire retirer du feu… Elles n’eurent pas le temps de discuter, d’autant plus qu’elles devaient noter tous les changements qui se produisaient.

— Oh non… souffla finalement Mirzam.

Le chaudron du centre était en train de virer au rouge foncé, ce qui n’était pas du tout bon signe. Lily réagit rapidement et jeta un sortilège bloqueur sur le chaudron avant que son contenu explose. L’explosion fut donc contenue, mais ça n’empêcha pas le bruit de les faire sursauter.

— Au moins, on sait que le protocole était mauvais pour celle là.

Mirzam acquiesça encore sous le choc, mais se reprit vite. La potion de droite devait être mélangée à l’aide d’une cuillère en pin.

Plus tard dans la soirée, elles atteignirent la partie de leurs instructions où les trois —une autre des potions avait seulement cessé de réagir et avait donc été éliminée— potions restantes devaient reposer.

— Je parierais pour la potion D, indiqua Lily avec sa tête.

La potion D avait une couleur rosée alors que les deux autres étaient dans les teintes de vert.

— Oui, moi aussi, mais attendons demain, je suis épuisée.

— Tout comme moi.

Elles ramassèrent leurs choses et allaient quitter lorsque la potion D se mit à bouillir fortement. Curieuses, elles s’approchèrent et elle leur explosa à la figure les couvrant d’une substances gluantes. Elles se regardèrent et éclatèrent de rire.

— Si jamais tu as des souvenirs qui remontent fais-moi signe, Zimzam.
Signature magnifique

Image

Avatar de l’utilisateur
Missycam
Elève de première année
Messages : 26
Inscription : 19 juil. 2017 - 00:50

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Missycam » 22 juil. 2017 - 20:05

Titre : Expérience... De Vie.
Thème (écrit ou URL de l'image) : 'Expérience'.
Fandom : Buffy Contre Les Vampires.
Nombre de mots : 215 mots.
Personnages : Willow Rosenberg.
Rating : T.
Expérience… De Vie.

Expérience. S’en était assurément une.
Ni bonne. Ni mauvaise.
Juste différente.

Personnelle. Intense. Magique.
Addictive.
Passionnelle aussi.

Entre la petite Willow Rosenberg et la magie ça avait toujours été une histoire de Passion, même à l’époque où elle apprenait à maitriser dans les airs un simple crayon qui tournait et tournait et tournait encore.
Sauf que maintenant, maintenant la merveilleuse expérience s’était transformée en quelque chose de froid, impersonnel, nocif voir toxique.

Elle avait du mal à respirer, sous le jet d’eau les murs de la douche la faisait suffoquer, la laissant tremblante et à l’étroit dans sa propre peau.

Elle avait été une grande sorcière.
Elle était à présent une junkie.
Faible, pathétique.

Mais prête à se relever, enfin. A vaincre ses propres démons.
Amy l’avait détruite.
*Elle* s’était détruite toute seule en vérité, par un trop plein de puissance, de confiance et d’orgueil sans aucun doute.

Sortant de la douche et s’habillant rapidement, elle passa devant son ancien matériel de magie, posé négligemment et presque innocemment sur le buffet du salon.

Expérience. ExpérienceS…
Ni bonnes, ni mauvaises…

Elles faisaient partie de la vie. Ni plus, ni moins.
Ca la rendait humaine et terriblement faillible.

C’était pour ça qu’à partir de ce moment, elle entamerait une nouvelle Expérience.
Celle du sevrage.

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par PlumeEnVadrouille » 22 juil. 2017 - 20:06

Titre : Nostalgy
Thème (écrit ou URL de l'image) :http://img02.deviantart.net/76c2/i/2014 ... 85w9vu.jpg
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots :381
Personnages : OCs
Rating : tout public

Leana regardait sa chambre avec nostalgie. Sa chambre, sa chère chambre où elle vivait depuis toute petite. Et à cause de la guerre, elle devait s'en aller. A cause de ses parents Moldus, elle devait fuir l'école. A cause de Voldemort, elle n'avait plus de vie. SA vie. Alors, ses parents, comprenant le risque, ont décidé de déménager. Le lendemain, ils prendraient le premier train pour la France.
Alors elle contemplait sa chambre, qu'elle ne reverrait sans doute plus jamais. Leana aimait beaucoup sa chambre, surtout au crépuscule, car le soleil orangé répandait ses rayons à travers la fenêtre, sur le lit. Elle essaya d'imprimer dans sa mémoire chaque petit détail de sa chambre dans l'instant présent. Toutes les photos, Moldues et sorcières, l'une prise pasr ses parents devant le Pourdlard Express, l'autre prise à Pré-au-Lard avec ses meilleurs amis, ou encore celle du réveillon, en deux façons, où ses deux mondes étaient réunies pour se moment unique.
La petie étagère branlante sur laquelle avaient reposé ses livres scolaires. Leana avait d'ailleurs dû la réparer de nombreuses fois.
Sa coiffeuse, où plusieurs tiroirs entiers regorgeaient de cadeaux offerts par sa famille et ses amis : la boule à neige avec le pont de San Francisco de sa grand-mère, le pendentif de son petit ami, toutes les cartes reçues au fil des années.
Son armoire, qui avait contenu cent mille vêtements depuis sa naissance.
Ah çà, elle en avait vu de toutes les couleurs, cette chambre. Depuis toujours, elle avait vu défiler les amies, la famille, les copains,. Comme la fois où l'amie Moldue de Leana , Jackie, avait rencontré l'amie sorcière de cette dernière, Linda. Rencontre merveilleuse. Leana, Jackie et Linda passaient des heures à échanger leurs expériences, les derniers potins, ce qui se passait dans le monde.
Mais maintenant, elle devait lui dire adieu, à tout jamais. La coiffeuse, adieu. Le lit, adieu. L'armoire, l'étagère, sa commode, tout, tout, adieu.
Mais maintenant, Leana s'en allait. Il était sans doute temps de tourner la page. Alors, le dernier jour, elle rangea cette chambre tranquillement, comme si de rien était. Leana était absent, ce jour-là.
Elle la nettoya, l'aéra, laissa les meubles vides, elle partit.
Trois jours pus tard, la guerre détruisit la maison. La chambre, réduite en poussière.
Adieu, la chambre.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
GoneGirl
Elève de quatrième année
Messages : 80
Inscription : 09 juil. 2017 - 20:55

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par GoneGirl » 22 juil. 2017 - 20:06

Titre : Pas de titre, c'est une scène que je placerais dans ma fanfic en cours d'écriture.
Thème (écrit ou URL de l'image) : Expérience
Fandom : HP
Nombre de mots : 372
Personnages : Severus Rogue, Harry Potter
Rating : Tout public


Severus Rogue était sans contestation possible un homme d’expérience.

Il y eut d’abord celle d’offrir son amitié pleine et entière à la douce Lily Evans qui se solda par la tragédie que tout le monde sorcier connaissait

Vint ensuite la bêtise de son inexpérience qui le mena à la plus abjecte des expériences, prêter allégeance au seigneur des ténèbres.
Une faute qu’il regretta bien vite mais qu’il passa longtemps à tenter d’absoudre gagnant dans l’ombre des galons d’espion au goût bien amer.

Au fond de son âme le grand homme toujours habillé de noir connaissait aussi l’amère expérience de la rancœur, se refermant jour après jour, se forçant à renier cette sensibilité exacerbé qu’il cachait sous l’image de l’horrible sire détesté de tous.

Depuis hier soir l’homme en noir connaissait même l’expérience du soldat obligé d’achever son mentor après avoir assisté pendant de longs mois à son agonie.

Oui Severus Rogue était définitivement un homme d’expèrience dont la plupart s’étaient achevées dans la souffrance et la désolation et il doutait sincèrement que la dernière se termine autrement et pourtant il ne pouvait empêcher d’observer celle d’un œil dérouté et presque euphorique.

Définitivement, Harry Potter dans son salon de l’impasse du tisseur était réellement l’expérience la moins définissable d’une vie déjà plus que particulière. Détaillant la silhouette qui passait maintenant une main curieuse sur un de ses vieux fauteuils Rogue prit le temps de réaliser la situation.

Harry, pas Harry le fils de James, pas Harry le survivant ni même Harry le Serpentard non juste celui qui était devenu lentement mais surement son Harry foulait le sol de cette maison dont il avait toujours eu honte comme de la majorité de ses possessions.
Harry foulait donc ce sol et bien loin d’afficher l’air méprisant qu’il avait l’impression de recevoir et mériter continuellement il arborait un regard curieux, une curiosité matinée d’une tendresse de le connaître lui et tout ce qui avait amené à l’homme qu’il était aujourd’hui.

Une seconde ou peut-être une heure plus tard, il ne savait plus et il s’en fichait Severus sentit une main chaude se nouer à la sienne et son propriétaire toujours aussi décidé l’amener vers ce qu’il avait identifié comme sa chambre.

Vers une expérience interdite ?

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 634
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Westyversionfrench » 22 juil. 2017 - 20:22

Titre : Identité Secrète
Thème (écrit ou URL de l'image) : « Brasier »
Fandom : Hero Corp
Nombre de mots : 464
Personnages : Steve / Brasier
Rating : Tout public.
« Dracofeu ! Ça pète Dracofeu !
-Mais t'es pas un dragon !
-Non mais on s'en fout c'est pour l'image ! Le dragon, il crache du feu...
-Ouais mais si tu veux des combinaisons je vais t'en trouver des combinaisons pourries mon vieux...
-Tu m'appelles mon vieux parce que j'ai plus de cent ans, c'est ça ?
-Bah après t'es bien conservé hein....
-Ouais c'est ça... J'sais même pas pourquoi je demande l'avis d'un mec qui s'appelle Captain Cold...
-Tu crois vraiment que Dracofeu c'est comparable ! Puis, je suis désolé mais Captain, c'est le substantif le plus classe possible pour un super-héros. »

Steve décida de s'éloigner, agacé par les remarques d'Allan. Ils étaient le feu et la glace, ils ne pouvaient pas s'entendre de toutes manières. Il devait aller voir Mary. Elle au moins, elle avait choisi un nom qui en jetait : Renaissance. Franchement, l'apprenti boulanger trouvait que ça pétait sa race mais violent. Il remua dans sa tête les idées d'identités secrètes qu'il avait imaginées. Avant de rejoindre l'agence Hero Corp, il n'avait pas forcément eu conscience de la nécessité d'un nom vendeur. On l'appelait souvent Mains-Ardentes ou Fire Boy dans son enfance. Mais il voulait désormais porter un titre qui lui correspondait mieux, le différenciait de tous ces guignols qui pétaient trois étincelles. Il raya mentalement Volcano, parce que bon même si ça déchirait, ça pouvait porter à confusion, il rentrait pas en éruption non plus. Il se prit la tête entre les mains. Il fallait qu'il arrête d'y penser. Ça devait venir spontanément.

Steve, comme la plupart des super-héros de l'agence, était logé dans une aile secondaire du Quartier Général de l'Agence, à Montréal. Il décida de quitter le bâtiment résidentiel et de se rendre dans celui des équipements. Il aimait bien filer un coup de patte à Martolo, le super-héros italien aux poings d'aciers, qui confectionnait les armures. Il traversa les couloirs, passa les différents halls, et présenta son badge autant que nécessaire pour accéder aux sous-sols industriels. Son ami au fort accent lui fit signe de la main, et il s'approcha de son atelier avec un sourire. Ils discutèrent quelques instants, puis Steve se mit à l'ouvrage. Il était chargé de maintenir certaines pièces métalliques à très haute température pendant que Martolo les assommait en poussant des grognements d'ours. Au bout d'un moment, Steve laissa son esprit vagabonder. La chaleur ne lui posait aucun souci et il aimait se trouver à proximité d'un four ou d'une forge. Il contempla les charbons incandescents qui luisaient dans la cheminée haute de plusieurs mètres. Le lit ardent formait un véritable brasier. Il eut l'impression soudaine de s'envoler et d'entendre la foule crier son nom. Brasier ! Brasier ! Brasier ! Il sourit. Il avait trouvé son identité secrète.
Image avec L'arc du guerrier Od, en Mongolie sorcière ! Image

Avatar de l’utilisateur
Carminny
16 modulo 7
Messages : 2541
Inscription : 23 mai 2015 - 13:39

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Carminny » 22 juil. 2017 - 20:23

Titre : Cette clairière au milieu de la forêt
Thème (écrit ou URL de l'image) : L'image
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 177
Personnages : Luna Lovegood
Rating : Tout public
C'était un endroit magnifique, magique même. C'était son petit endroit à elle.
Cette clairière au milieu de la forêt. Au milieu de la forêt les oiseaux chantaient de pleine gorge. Les oiseux voletaient près des papillons. Les papillons dansaient dans un rayon de soleil. Le soleil passait à travers les feuillages des arbres. Les arbres grinçaient légèrement dans le vent. Le vent soufflait sur les pierres. Les pierres se dressaient fières sur la petite clairière.
C'était un endroit magnifique, magique même. C'était son petit endroit à elle.
Luna était la seule à y aller parce qu'il fallait traverser la Forêt Interdite. Luna était la seule à y aller parce qu'il fallait l'aide des Sombrals. Luna était la seule à y aller parce qu'il fallait avoir vu la mort consciemment. Luna était la seule à y aller parce que les pierres étaient des tombes. Luna était la seule à y aller parce que les autres ne la voyaient pas. Cette clairière au milieu de la forêt.
C'était un endroit magnifique, magique même. C'était son petit endroit à elle.
Image

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par PlumeEnVadrouille » 22 juil. 2017 - 20:32

Titre : Tout feu tout flamme
Thème (écrit ou URL de l'image) : Brasier
Fandom : aucun
Nombre de mots :122
Personnages : OC
Rating : tout public.


Je contemple le feu que j'ai déclenché . C'était une bien belle forêt, pourtant. Mais bon, j'avais envie d'essayer. Je m'imagine très bien comment on me verrait en cet instant. Les flammes dans le reard, l'air électrisé. JE ne sais pas ce qu'il m'a pris. Mais les flammes, c'est telement beau. Le monde devrait être recouvert de flammes. Le feu est la base de tout. Le feu est lumière. Le feu est chaleur. Le feu est nourriture. Mais j'hésite. M'abandonner. Résister. Lequel des deux? Franchir la limite, ou se taire et souffrir en silence ? Ecouter ou faire ce que je veux ? Mais maintenant, je m'en fiche. Rien ne compte plus que ce brasier magnifique.
***
Elle avança, et s'enfonça dans la forêt en flammes.
Dernière modification par PlumeEnVadrouille le 22 juil. 2017 - 20:39, modifié 2 fois.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Eurydice
Chat-Pitre de la tribu de Dana
Messages : 429
Inscription : 22 juil. 2017 - 12:43

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Eurydice » 22 juil. 2017 - 20:35

Titre : Rêve estival
Thème (écrit ou URL de l'image) : image
Fandom : /
Nombre de mots : 231
Personnages : /
Rating : Tout Public
Ce lieu idyllique avait toujours intrigué Soizic. Déjà, enfant, elle avait rêvé de s’en approcher, mais la crainte mêlée de fascination qui s’y attachait l’en avait empêchée.

Au cours d’une nuit d’été, la jeune femme prit sa décision. Elle inspira une bouffée d’air et poussa la porte. La nuit tombait. N’écoutant que son courage, Soizic s’échappa de chez elle. Ses pas la portèrent jusqu’à ce lieu ancestral. Elle courut dans le bois, ses pieds nus frappant en rythme contre le sol légèrement humide. Et soudain s’arrêta, le cœur battant. Elle observa discrètement le promontoire sur lequel se trouvaient les menhirs. Intimidé, son regard suivit les quelques oiseaux qui volaient silencieusement.

Soizic posa un pied sur le promontoire, et monta religieusement jusqu’aux menhirs. Elle osa poser une main hardie sur l’un d’entre eux. Un frisson la parcourut. Elle se sentait saisie par des forces dont elle sentait que nul ne pouvait maîtriser. La jeune femme se sentait transportée dans des temps antiques, empreints de magie druidique.

Soizic leva le regard vers le ciel, vers les étoiles qui lui tendaient les bras, pleines de promesses. Elle s’allongea sur l’herbe fraîche, entre les menhirs, les bras en croix. Ses yeux balayèrent le ciel à la recherche de son étoile. Bercée par le bruit du vent sifflant dans les branches, Soizic ferma les yeux et sombra dans un sommeil empli de promesses d’un monde meilleur.
Image

Avatar de l’utilisateur
Lyssa7
Pile éclectique
Messages : 2004
Inscription : 02 nov. 2016 - 18:20

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Lyssa7 » 22 juil. 2017 - 20:43

Titre : Se consumer dans les flammes
Thème (écrit ou URL de l'image) : Brasier
Fandom : HP
Nombre de mots : 137 mots
Personnages : James Sirius Potter + OC
Rating : -16 ans
Son esprit tout entier s’était transformé en brasier. James imaginait des hypothèses plus ardentes les unes que les autres. Katlin ne lui résisterait pas longtemps, elle succomberait et ils se réconcilierait sur l’oreiller comme toutes les fois où ils s’étaient engueulés. Il voyait déjà leurs deux corps s’assembler, la jeune femme se consumer sous ses caresses, gémir sous ses doigts, demander grâce. Il n’écouterait pas et les flammes du désir, bientôt, toute entière l’enflammerait. Elle était belle, Katlin, lorsqu’elle rejetait la tête en arrière, ses longs cheveux blonds formant une auréole incandescente, ses yeux bleus le suppliant de l’achever, de la brûler aussi sûrement que l’aurait fait un feu virulent. Et tous les deux finiraient en cendres aux creux de leurs draps, trempés de sueur. Ils recommenceraient. Encore et encore. Jusqu’à ce que les braises, consumées, s’éteignent enfin.
Image

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 634
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Westyversionfrench » 22 juil. 2017 - 20:51

Titre : Le Second Voyage
Thème (écrit ou URL de l'image) : Image (url = http://img07.deviantart.net/5d12/i/2012 ... 4r6exs.jpg)
Fandom : Fiction originale
Nombre de mots : 607
Personnages : Shaven
Rating : Tout public.
Shaven fit quelques pas dans la clairière. Autour de lui, dans la pénombre de l'aube, les arbres lui apparaissaient bleus, baignés de brume. Au centre du petit airial, il y avait comme une saillie d'éléments souterrains, qui surgissait de couches superficielles. Sur cet aplomb verdoyant, il y avait six dents rocheuses qui provoquaient le ciel. Il s'en approcha, et s'assit en tailleur, au centre. Ce cercle de pierres levées ressemblait aux vieux sanctuaires païens qu'il avait déjà aperçus sur des îles septentrionales de son archipel saint. Depuis combien de temps marchait-il ? Cela faisait des jours que son embarcation de fortune avait touché la terre, bien plus à l'Ouest de toute terre connue. Les habitants de Norzensko ne savaient même pas qu'il y avait au moins une île, au mieux un continent, si éloigné de leurs frontières les plus lointaines. Il n'avait plus pensé à son bannissement depuis son départ. Il avait eu fort à faire entre les contraintes de la navigation, et ses perspectives de survie.

La grâce qu'il avait obtenue de Nirtetam lui paraissait encore surnaturelle. Il se remémora les lynx qui avaient envahi l'antique salle du trône où on le jugeait pour son fratricide. Il avait attendu la sanction, résigné, et convaincu que la mort ne pouvait être plus contrariante que la vie. Mais, au moment où la lame rouillée de la Déesse de la Sanction avait brisé ses liens de fer, une lumière bleutée l'avait aveuglé quelques instants, comme si un sceau sacré avait été rompu. Il n'avait pas conscience de la signification de l'acte qui avait été accompli ce jour là. Les familiers du divin juge avaient tenu en respect la foule qui s'insurgeait de son impunité. Et en vérité, il était bel et bien impuni. L'exil n'était pour lui ni un déshonneur, ni un sacrifice. Il s'était langui, depuis sa plus tendre enfance, de naviguer et de découvrir Nesshi jusqu'à ses grottes les plus secrètes. En l'exilant, Nirtetam lui offrait une destinée plus grande que le nom royal de ses ancêtres.

Malgré l'air d'une fraîcheur humide, qui faisait crépiter des voix supérieures à ses oreilles en quête de piété, il ne ressentait pas le fourmillement familier dans le creux de son ventre. Les dieux, à Nesshi, étaient une réalité. Comme Nirtetam, il y en avait d'autres -dont la plus illustre était Verline- qui sillonnaient le monde qu'ils avaient crée. C'étaient les hommes, et les autres espèces peuplant Nesshi qui avaient décidé de leur vouer un culte, sans que les puissances supérieures n'aient besoin de le leur suggérer. Shaven avait grandi dans un archipel consacré par les dieux, un haut lieu de croyance et de pratique. Petit, il avait suivi l'exemple de Shirivan, son frère aîné, et écouté et appliqué les enseignements des prêtes. Mais désormais, que son acte condamné par tous les commandements divins était lavé par la Déesse de la Sanction elle-même, sa foi s'éteignait.

Il caressa l'un des fins menhirs qui l'entourait. Ses sourcils se froncèrent. Il ne s'agissait pas de roche mais d'une matière étrange qui lui rappelait les crocs d'un chien. Ou d'un lynx... Shaven se leva d'un bon. Serait-ce un indice de Nirtetam pour lui confirmer qu'il suivait le bon chemin ? Il observa le cercle de dents, Le soleil se leva et vint le frapper, pile au centre de la construction. Une orbe de lumière incandescente l'enveloppa et avant qu'il ne réalise ce qu'il se passait, il avait disparu. A son réveil, il n'y avait plus trace ni des branchages bleu nuit, ni du sanctuaire secret. Tout n'était que désert et crevasses asséchées. Était-ce une épreuve que la déesse de la Sanction lui infligeait ?
Image avec L'arc du guerrier Od, en Mongolie sorcière ! Image

Avatar de l’utilisateur
LilTangerine
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1669
Inscription : 21 mai 2012 - 18:32

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par LilTangerine » 22 juil. 2017 - 20:53

Titre : /
Thème (écrit ou URL de l'image) : Brasier
Fandom : Original
Nombre de mots : 102 mots
Personnages : /
Rating : /
Elle a le feu au coeur
Affliction peu commune
Et la bouche vulgaire
Mais pas les mots, non

Elle a le sang sans plomb
Il suffit d'une étincelle
Et l'oxygène de ses poumons
Est le feu de joie qu'elle expire

Et quand les flammes dévore son âme
Quand le feu dévore son corps
Elle est déesse dans les yeux des oiseaux

Chaque pas qu'elle fait
La rapproche de l'enfer bien-aimé
Et le brasier dans ses yeux
Et l'incendie dans son coeur
Brûlent de l'ardeur des forêts

Elle a le coeur en cendres
Affliction peu commune
Mais la bataille n'est pas finie, non
Image
Dans ma tête c'est la chaos venu visiter pour voir

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par PlumeEnVadrouille » 22 juil. 2017 - 20:53

Titre : La forêt Interdite
Thème (écrit ou URL de l'image) : image
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 125
Personnages : OC
Rating : Tout Public

La forêt avait toujours été un refuge pour Julia. Elle y passait ses nuits, à chasser sous sa forme de loup, toute Animagus qu 'elle était. À se baigner dans le lac, sous le dôme formé par les saules pleureurs. Dans cette forêt, il y avait des centaines de fleurs. Des milliers. De temps en temps, elle en cueillait quelques-unes pour fleurir un peu le dortoir féminin des Serdaigles. Il y avait tant d'autres choses si belles, dans cette forêt. Des oiseaux de toutes les couleurs, des animaux tous différents les uns des autres. Des arbres aux fleurs et aux fruits colorés.
Bref, dans cette forêt, Julia était bien. Et c'est tout ce qui comptait.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Bulle de douceur
Messages : 1654
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par dedellia » 22 juil. 2017 - 20:53

Titre : Être courageux
Thème (écrit ou URL de l'image) : Brasier
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 898
Personnages : James Potter et quelques autres
Rating : -12
Les gens couraient dans les rues pour fuir. Marchands et élèves de Poudlard tous confondus dans une vague sans mer. Si seulement cette vague était faite d’eau, peut-être réussiraient-ils à combattre cet incendie.

James, Remus, Sirius et Peter discutaient tranquillement au Trois-Balais lorsqu’ils avaient entendu des cris venant de l’extérieur. Comme plusieurs, ils s’étaient levés pour voir et n’avaient aperçu que des sorciers qui couraient tous dans la même direction. C’est en sortant qu’ils avaient découverts la source de cette réaction : des sorciers masqués, des mangemorts de toute évidence, avaient enflammé un commerce au bout de la rue, mais le vent avait rapidement propagé le feu.

Contrairement à la majorité, les quatre amis avaient foncé vers le feu afin d’aider à en reprendre le contrôle. Les propriétaires tentaient à jet d’aguamenti d’éteindre se brasier qui était en train de détruire leurs vies. Sirius les imita rapidement et James vint lui prêter main forte.

Peter et Remus avaient disparus. Avaient-ils décidé de retourner à Poudlard ou s’étaient-ils seulement perdus dans la foule ? James doutaient de la deuxième option, il y avait très peu de sorciers autour de lui. Il distingua une chevelure rousse, celle qui attirait toujours ces regards, accroupie près d’une personne sur le sol, semblant lui venir en aide. Ses amies les plus proches arrosaient un trou où devait se trouver une porte d’une maison. Le capitaine de l’équipe de quidditch trouvait cette manœuvre plutôt inutile. Pourquoi arroser une porte alors que la rue complète était en risque de partir en cendres. Il valait mieux tenter d’arrêter la progression.

Un cri lui fit tourner la tête, mais il réalisa bien vite que c’était un cri de joie ou de soulagement. Ça lui semblait tellement saugrenus qu’il chercha des yeux la source. Une femme, tenant un enfant d’une dizaine d’années, sortait d’un bâtiment. Le cri venait d’un homme, le père de toute évidence, au sol ne pouvant pas bouger.

La femme vint lui porter son enfant et il la remercia d’une voix si pleine de gratitude que James en fut touché. Cette femme venait de risquer sa vie pour sauver un enfant qui n’était pas le sien. Il réalisa ensuite qu’elle sortait du trou qui était arrosé par les deux amies de Lily, finalement leur manœuvre était bien plus utile qu’il le pensait, elles s’étaient assuré que le feu n’empêche pas la femme de pouvoir ressortir.

C’est à ce moment seulement que James réalisa que cet enfant n’était probablement pas le seul à être resté coincé à l’intérieur. Et si d’autres y étaient encore ? Une boule se forma dans la gorge de James. Il valait peut-être mieux ne pas y penser.

Il distingua finalement Remus et Peter, ils semblaient provenir du côté opposé au brasier. Qu’étaient-ils partis faire ? Rapidement il comprit. Derrière eux, les professeurs couraient vers eux baguette en main, suivis de plusieurs élèves et marchands qui avaient décidé d’imiter leurs — anciens ou non — professeurs. Il y avait quelque chose de drôle à voir courir le professeur Flitwick qui par sa petite taille devait bouger ses jambes trois fois plus vite pour suivre le rythme.

Les nouveaux arrivant furent acclamés par ceux qui étaient au sol, les autres étant trop concentrés pour dévier leur attention. Une partie d’eux se joignit à ceux qui aidaient les blessés et l’autre aida à maintenir le feu. James entendait des cris venant de ceux qui avaient échappé à la proie des flammes. Ils appelaient ceux qui étaient toujours à l’intérieur. À ce moment il eut envie de courir dans les flammes à la recherche de ses proches manquants. Mais il savait qu’il ne devait pas, c’était trop risqué.

Plusieurs groupes du ministère arrivèrent enfin. James rut voir son père parmi eux. Il était auror après tout. Des médicomages se répartirent les blessés tout en utilisant toute l’aide proposée de ceux qui aidaient. Des aurors entrèrent dans les bâtiments en flamme, entourés de puissants sortilèges de protection et d’autres se joignirent aux forces qui retenaient le feu. Lentement, les flammes cessèrent de progresser, quelques personnes furent sorties des flammes, mais James n’arrivaient à voir si elles étaient encore en vie.

Finalement, le feu fut complètement maitrisé, mais les ruines noires restaient, preuve du terrible incendie. Plusieurs bâtiments tenaient encore debout, mais d’autres n’étaient plus. Des sanglots retentissaient autour de lui, il chercha où prêter main forte. Cette détresse le rendait malade.

Il tenta d’aider les survivants, mais il s’effondra, épuisé. Un médicomage s’approcha, mais il secoua la tête, d’autres en avaient plus besoin. Il lui donna alors un verre d’eau qu’il avait matérialisé des airs et lui conseilla de le boire avant de se diriger vers une autre personne.

Il but d’un trait son verre. Étonnement, il se sentit un peu mieux, sa gorge lui semblait moins sèche. Il avait probablement respiré beaucoup de fumée. Peu à peu les blessés furent amené à l’hôpital. Sirius vint le voir et le ramena sur ses pieds. Remus s’installa de l’autre côté de James pour le soutenir tandis que Peter aidait une fille de leur année qui se trouvait dans le même état que James. Ils se dirigèrent vers le château en silence. Il n’y avait rien à dire.

Le lendemain, la gazette leur rappela la nouvelle. 15 morts dans un brasier à Pré-au-Lard. La Grande Salle fut silencieuse pendant un très long moment. Il n’y avait vraiment rien à dire.
Signature magnifique

Image

Avatar de l’utilisateur
Clara
Animagus non déclaré
Messages : 300
Inscription : 26 mars 2008 - 23:05

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Clara » 22 juil. 2017 - 20:55

Titre : Anniversaire
Thème (écrit ou URL de l'image) : image
Fandom : HP
Nombre de mots : 427
Personnages : Harry et Ginny
Rating : Tout Public
Ginny regarda le chaudron d'un air sceptique. C'était ça, son cadeau pour leur anniversaire ? Un simple chaudron ? Et pas des mieux entretenus qui plus est. Elle lança à Harry un regard interrogatif. Le jeune homme éclata de rire.

- C'est un portoloin Ginny ! Qu'est-ce que tu as bien pu t'imaginer ?
- C'est très drôle, Harry, lâcha-t-elle pince-sans-rire. Tu aurais pu trouver mieux qu'un chaudron crasseux.
- Mais non, imagine quand nous aurons des enfants ! Quelle histoire nous aurons à leur raconter !

Harry ne cachait pas sa joie d'avoir gentiment berné sa petite-amie. Ginny ne pouvait pas lui en vouloir et le gratifia de son plus beau sourire.

- Alors ? Où est-ce que tu m'emmènes ?
- C'est une surprise !
- Le chaudron aussi, c'était une surprise.
- Mais cette fois, c'est pour de vrai. Prête ? Le portoloin va partir. Et surtout, ferme les yeux.
- Pourquoi ?
- Tu comprendra en arrivant.

La jeune femme hocha la tête et ils s'agrippèrent tout deux aux poignées du chaudron. Ils fermèrent tous deux les yeux avant d'être aspirer dans un tourbillon. Ils atterrirent tant bien que mal sur le sol. Ginny, les yeux toujours clos, constata qu'il était moins dur que celui sur lequel ils se trouvaient avant leur départ.
Harry l'observa alors qu'elle ouvrait les paupières. Il ne voulait rien rater de sa réaction.

- Par Merlin ! s'exclama la jeune femme. C'est magnifique !
- Ça te plaît ?
- Et comment !

Devant, s'étalait une somptueuse clairière illuminée par les rayons du soleil. L'endroit était simplement magique. Mais ce qui le rendait vraiment unique, c'était le cercle de menhirs hissés en haut d'un rocher.
Harry lui prit la main et l'emmena au milieu du cercle.

- Si un jour on se marie, j'aimerai que ce soit dans un endroit comme celui-ci.
- Tu vas devoir changer tes plans et trouver un meilleur endroit.

Ginny devint blême et lui demanda ce qu'il voulait dire par là.
Harry sortit un écrin de sa poche et mis un genou au sol.

- Parce qu'ici, c'est l'endroit où je te demande en mariage.

La jeune femme plaqua sa main sur sa bouche. Elle n'en croyait pas ses oreilles.

- Tu... Tu veux que je t'épouse ?
- C'est bien ce que j'ai dit, il me semble. Alors ? Tu en dis quoi ?
- Je dis oui ! hurla-t-elle folle de joie. Bien sûr que c'est oui !

Il lui passa la bague au doigt et se releva pour l'embrasser amoureusement.

Avatar de l’utilisateur
The-Legend-Of-Tomione
Cracmol
Messages : 15
Inscription : 22 juil. 2017 - 20:11

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par The-Legend-Of-Tomione » 22 juil. 2017 - 21:01

Titre : Ce feu ardent
Thème (écrit ou URL de l'image) : Brasier
Fandom : Original
Nombre de mots : 280
Personnages : Livaï x OC
Rating : -14 ans

Ce feu, il s'était ravivé si vite. La leçon de la dernière fois ne lui avait donc pas suffit ? Il fallait l'éteindre. Tout de suite. Avant qu'il ne devienne un feu ardent, si ardent qu'elle s'en brûlerait. Comment pouvait-elle renier ses sentiments ? Elle essayait de jouer la bonne amie et d'oublier ce qui s'était passé entre eux il y a cinq ans. Il avait été clair pourtant. Il n'aimera jamais une gamine. Bien qu'elle avait grandi entre temps, dépassant la vingtaine, elle était toujours aussi jeune pour lui. On lui rabâchait souvent que l'amour n'avait pas d'âge mais ils s'adressaient tous à la mauvaise personne. Ne pouvait-il pas enfin la voir comme une femme et non comme l'enfant qu'il avait aidé ? Livaï avait déjà presque trente ans. Le temps passait si vite mais ses sentiments s’intensifiaient. Il avait changé. Non pas physiquement mais il semblait plus mature, plus viril aussi. Mais l'habituel regard blasé, qu'il lui lançait d'ailleurs à cet instant-là, était toujours le même. Elle se perdit dans ses yeux gris aciers, hypnotisée. Le feu se transforme en brasier et il ne demande qu'à exploser. Cette tension était intenable et son cœur battait si fort qu'il pouvait presque sortir de sa poitrine. C'était une étrange sensation. Elle ne pouvait plus rien contrôler. Son corps bougeait sans qu'elle ne s'en aperçoive. La jeune fille était comme droguée sauf que c'était lui, sa drogue. Ses lèvres se scellèrent tout naturellement à celles de Livaï et leur langues s'entrelacèrent en une danse endiablée. Le brasier explosa et la seule façon de l'éteindre était de le calmer.
- Tu as raison, tu n'es plus une enfant. J'abandonne.
Et ils succombèrent.

Avatar de l’utilisateur
PlumeEnVadrouille
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 667
Inscription : 05 juil. 2017 - 22:40

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par PlumeEnVadrouille » 22 juil. 2017 - 21:27

Titre : Ardemment Lily
Thème (écrit ou URL de l'image) : Hypnotique
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 105
Personnages : James et Lily
Rating : Tout public.

James avait toujours trouvé Lily hypnotique. Quand il en parlait à Sirius, celui-ci rigolait en disant « ah là là, l'amour... ». Mais James n'y pouvait rien. C'était le coup de foudre, comme on dit. Lily avait une personnalité toute en feu. James aimait la façcon dont elle lui criait dessus quand ils se moquaient de Severus, la façon dont elle était à fond dans les causes qu'elle défendait. Même son apparence était flamboyante, avec ses cheveux roux. Mais James l'aimait pour cent mille autres choses. Lesquelles ? Plein, mais il ne savait pas lesquelles. Il aimait Lily, un point c'est tout.
C'est ça, l'amour.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Lyssa7
Pile éclectique
Messages : 2004
Inscription : 02 nov. 2016 - 18:20

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Lyssa7 » 22 juil. 2017 - 21:33

Titre : Illusions perdues
Thème (écrit ou URL de l'image) : Hypnotique
Fandom : HP
Nombre de mots : 472 mots
Personnages : James Sirius Potter
Rating : -12 ans.
Comme hypnotisé par les visions qu’il venait d’avoir, James sortit de l’Allée des Embrumes et rejoignit le Chemin de Traverse. Le petit appartement où il avait emménagé avec Katlin - avant qu’elle ne s’en aille – se trouvait dans les rues adjacentes à la grande artère commerçante. Il leur avait tout de suite plu et le couple n’avait pas traîné pour accepter l’offre de l’agent immobilier sorcier. Ce dernier leur avait vendu comme une affaire en or massif : pas cher, bien situé, relativement calme et confortable. Les amoureux avaient vite déchanté, l’appartement n’était en fait qu’un leurre, une boule de cristal en plastique.

S’il n’était pas très cher, c’était surtout parce que l’humidité infiltrait les murs et les deux jeunes sorciers avaient eu beau tenter des centaines de sortilèges, l’eau semblait s’accrocher comme une malédiction. Il était effectivement situé à proximité du Chemin de Traverse mais on pouvait entendre le bruit assourdissant des passants et de la foule quand ce n’était pas les voisins, apparemment chanteurs d’un groupe de Rock Witches, qui faisait résonner leur musique abrutissante. Quant au fait qu’il était confortable… cela voulait simplement dire pas très grand. James se demandait parfois si l’agent immobilier, ce crétin en robe violette à paillettes, ne leur avait pas jeté de la poudre hypnotique pour qu’il l’achète.

En réalité, la vérité était deux fois plus insidieuse. Ils étaient amoureux, tout simplement. Foutu amour, songea-t-il en donnant un coup de pied dans un caillou. Putain d’amour qui vous donne tout et vous l’arrache ensuite. Vous vous sentez beau, intelligent, invincible et puis, un jour, vous vous retrouvez dans une ruelle sordide, à dormir près des poubelles en puant le whisky à plein nez. Parce qu’elle est partie, parce qu’elle en a eu marre de votre sale trogne et de vos caleçons qui traînent, de la vaisselle qui s’amoncelle et de vos potes qui crèchent dans le canapé. De vos mensonges et de vos conneries. Elle se réveille et elle comprend ce que vous êtes vraiment. Et elle se casse. Et elle a raison. Évidemment qu’elle a raison. Pourquoi elle resterait ? Pour vous faire vos sandwichs pendant que vous gaspillez votre fric dans des parties de poker foireuses. Quel con ! T’es qu’un enfoiré, James, et c’est seulement maintenant que tu t’en rends compte. Maintenant que tes illusions se sont faits la malle, que le rêve s’est brisé et que tu t’es retrouvé tout seul dans un appart dégueulasse. Parce que tu sais faire que ça. Gaspiller détruire, foutre en l’air. Parce que t’es comme ton père, James. Parce que tu crois en rien et surtout pas au bonheur. Le masque est tombé et la boule de cristal s’est fendue. Tu ne peux que ramasser les morceaux et essayer de ne pas te couper mais il est déjà trop tard. Le spectacle est terminé.
Image

Avatar de l’utilisateur
Missycam
Elève de première année
Messages : 26
Inscription : 19 juil. 2017 - 00:50

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Missycam » 22 juil. 2017 - 21:35

Titre : His Voice.
Thème (écrit ou URL de l'image) : 'Hypnotique'.
Fandom : HP.
Nombre de mots : 334 mots.
Personnages : Severus Snape, Hermione Granger.
Rating : M.

Hermione soupira, encore, resserrant ses cuisses en laissant presque échapper un soupir à la fois contrarié et désireux.

Désireux de… Lui.
Lui qui avait une voix grave, posée, hypnotique…
Erotique aussi.

Pourtant le sujet ne s’y prêtait guère. Il n’y avait rien de plus banal que le Professeur Snape récitant de mémoire les règles à ne pas transgresser.
Celui qui fût le Directeur de leur école, celui qui aura finalement préféré revenir à son simple statut de professeur.

Moins de responsabilités, plus de liberté.
Moins de politique administrative, plus de temps libre pour réfléchir.

Toujours était-il qu’il continuait inlassablement à réciter ce qu’il fallait faire et ne pas faire, omettant parfois le pourquoi, mais toujours avec le même timbre de voix, laconique à la limite du blasé.

C’était sans doute la raison qui avait poussé Hermione à ne plus se concentrer sur les mots mais plutôt sur cette voix si particulière.
Hypnotique, elle l’était, tout comme son propriétaire d’ailleurs.

Hermione se mordit la lèvre inférieure, s’en voulant de divaguer de la sorte, mais ce discours elle le connaissait par cœur, c’était son choix de revenir terminer ses études maintenant la guerre finie et la reconstruction terminée.

Ca n’était, par contre, pas son choix d’être revenue différente.
Plus mature, adulte, sexuelle.

Et Severus Snape continuait à chambouler sa vie, même s’il ne le savait pas.
Pas encore.

Le regard sombre du professeur s’arrêta sur le sien.
Tout s’arrêta. Il savait, elle en était sûre.

-Quelque chose à ajouter, Miss Granger ?!

Déglutissant péniblement, refermant de toutes ses forces ses cuisses sur son intimité qu’elle savait traitresse, elle choisi de soutenir son regard.

-Non, Monsieur. Rien à ajouter.

Il souleva un sourcil moqueur.

-Si vous en êtes réellement sûre…

Elle voulu ouvrir la bouche pour répliquer mais il ne lui en laissa guère le temps, il avait repris son discours.

La laissant là à le maudire.
Lui et sa voix.
Hypnotique et puissante.
Dure et jouissive.

Cette année allait décidemment être très difficile à achever.

Avatar de l’utilisateur
dedellia
Bulle de douceur
Messages : 1654
Inscription : 21 oct. 2012 - 19:13

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par dedellia » 22 juil. 2017 - 21:36

Titre : Un dernier soir
Thème (écrit ou URL de l'image) : Hypnotique
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 518
Personnages : Lili Evans, James Potter
Rating : Tous Attention guimauve
— Viens !

— Où on va James ?

— Si je te le dis, ça va gâcher la surprise.

— Ce n’est rien qui pourra nous attirer des ennuis j’espère ?

James se mordit la joue ne sachant pas trop comment répondre.

— James !

— Allez Lily, c’est notre dernière soirée ensemble avant que les examens commencent, un de nos derniers moments pour profiter de Poudlard.

Elle voulut protester, mais se laissa tenter, cette école allait lui manquer. Il l’entraina en dehors de la salle commune, à travers les couloirs puis la fit sortir. L’air était encore chaud malgré l’heure tardive. James prit la main de sa compagne et l’entraina vers le lac.

— J’ai pensé que tu devais des excuses au calmar géant.

La née-moldue lui jeta un regard perplexe.

— Et bien tu m’as déjà dit que tu préférerais sortir avec lui plutôt qu’avec moi et comme il était à proximité ce jour là, tu as dû lui briser le cœur.

Lily le bouscula pour faire taire son rire, mais comme ils se tenaient encore par la main, il l’attira vers lui et l’entraina dans sa chute. Ils restèrent un moment au sol, profitant du contact de l’autre.

— Désires-tu connaitre la réelle raison de notre présence ici maintenant ?

Lily prit quelques secondes pour se rappeler qu’il l’avait amené ici pour une raison.

— Regarde, souffla-t-il lorsqu’elle aquiesça.

Il agita sa baguette vers le lac. Une boule de lumière bleue en sortit et s’arrêta à quelques mètres d’eux à la surface de l’eau. À ce moment, elle se divisa en une centaine d’autres qui se mirent à circuler doucement sur le lac, tel un ballet de lumière. Les boules virevoltaient tantôt dans l’air, tantôt sous l’eau dans un synchronisme parfait. Lily était captivée par ce spectacle que James avait conçu pour elle. Elle posa sa tête sur son épaule en admirant les couleurs. La magie continuait de l’émerveiller même après toutes ses années.

Le ballet magique dura plusieurs minutes puis les boules s’arrêtèrent. La jeune femme se tourna vers son compagnon.

— C’était magnifique.

Mais James lui désigna seulement le lac à nouveau. Elle y porta son regard à nouveau. Les sphères s’étaient diviser à nouveau et bougeaient plus lentement d’une manière qui semblait désordonnée. Elle prit un moment à comprendre que les sphères formaient peu à peu des mots à la surface du lac. Elles ne prirent que quelques secondes avant de former une phrase que Lily put lire. « Veux-tu m’épouser ? » brillait doucement dans l’obscurité. Elle relut les mots pour s’assurer d’avoir bien lu puis regarda James. Il hocha la tête et sortit une petite boite. À l’intérieur, une bague qui semblait pleine des mêmes petites sphères du lac brillait. Elle pensa à tous les moments qu’ils avaient vécu, toutes les fois où elle l’avait envoyé balader, mais surtout tous les moments qui avaient suivis celui où elle avait enfin réalisé être amoureuse de James Potter. Même s’ils n’étaient ensemble que depuis quelques moi, ça lui suffisait. Elle relut les mots une dernière fois pour les graver eux et ce ballet hypnotisant dans sa mémoire et répondit simplement :

— Oui.
Signature magnifique

Image

Avatar de l’utilisateur
Westyversionfrench
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 634
Inscription : 22 mai 2017 - 14:52

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Westyversionfrench » 22 juil. 2017 - 21:36

Titre : Octonev
Thème (écrit ou URL de l'image) : Image (url = http://pre10.deviantart.net/c6e8/th/pre ... 9nxkkc.png )
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 735
Personnages : Neville Longbottom
Rating : Tout public.
Neville fixa la forme blanchâtre qui s'extirpait avec difficulté de sa baguette. Il rougit en constatant que ses camarades de l'AD n'avaient pas un patronus aussi imposant que le sien. Il n'aimait pas vraiment se faire remarquer. Petit à petit, après s'être secoué violemment, l'animal lui apparut enfin. C'était une énorme pieuvre. Il releva les sourcils. Depuis qu'ils travaillaient sur le sortilège du patronus, chacun semblait trouver en son bouclier-messager, une correspondance logique avec son propre vécu ou sa personnalité. Neville fixa l'animal avec perplexité. En quoi un poulpe pouvait le représenter ou avoir un quelconque lien avec sa vie ? Harry s'approcha de lui pour lui donner une tape dans le dos avec un grand sourire. Ron aussi était venu voir et lui donnait des coups de coude qui lui laisseraient sûrement des bleus sur les côtés. Le rouquin, hilare, s'exclama :
« Eh beh Nev ! C'est toi qui a le plus gros ! » Les oreilles du gryffondor aux airs de poufsouffle s'enflammèrent. Harry ricana et ajouta :
« On croirait le calmar géant ! » Hermione fit également son apparition, suivie de Luna. Cette dernière chantonna :
« Le kraken ! C'est le kraken ! » Neville s'abstint de lui demander ce qu'était le kraken. Sûrement une créature fantaisiste qu'elle avait inventé.

Hermione se massait le menton, pensive. Elle marmonna plusieurs « oui oui, ça a son sens » et s'éloigna après un sourire dans sa direction. Neville, perdu, envoya, comme Harry leur avait montré, son patronus parler à des sorciers présents dans la salle sur demande avec des messages divers et variés. La séance du jour aurait été très concluante pour lui s'il n'avait été aussi préoccupé par la forme de son patronus. Il ne put plus attendre, une fois le soir tombé, et s'approcha de Hermione qui lisait dans la salle commune, près de la cheminée. Timidement, il s'installa à côté d'elle sur le canapé. Elle ne lui accorda pas la moindre attention, comme toujours lorsqu'elle était perdue dans sa lecture. Il se racla la gorge, et seulement alors, ses yeux quittèrent l'épais volume.
« Tu as besoin d'aide pour un devoir ? » s'enquit-elle spontanément. Il était vrai qu'elle l'aidait souvent en Potions ou Sortilèges. Il fit non de la tête. Il hésita et se jeta à l'eau :
« Est-ce que... enfin, j'ai eu l'impression que tu n'étais pas étonnée cet après midi par la pieuvre... » Elle le fixa, dans l'incompréhension la plus totale et il précisa :
« Mon patronus... » Elle hocha la tête.
« Eh bien, à vrai dire... Je me suis longtemps demandé à quoi ressemblerait ton animal gardien. J'ai pensé à Trevor tout d'abord... » Neville eut un sourire en pensant à son crapaud.

La jeune fille continua :
« Mais... une pieuvre, c'est tout à fait cohérent. Quand on y réfléchit... Il y a une certaine analogie avec certaines plantes à tentacules. Et, les pustules de la plante que tu as apportée cette année à l'école, me font un peu penser aux ventouses des poulpes. C'est probablement l'un des rares animaux qui pourrait s'apparenter d'un point de vue visuel, à une espèce végétale. » Neville était perplexe. Mais, emportée dans ses théories, elle poursuivit :
« Il y a aussi la connaissance. En raison du nombre d’œufs que les femelles pieuvres doivent porter à éclosion, elles meurent de manière précoce et les petits sont obligés d'apprendre par eux-même. » Elle se figea brutalement.
« Oh Neville... Je ne voulais pas parler de... de tes... Enfin je voulais seulement dire que c'est un animal, qui part avec un handicap par rapport aux autres mais qu'il possède un potentiel insoupçonné. De nombreuses études ont montré qu'il s'agissait de bons observateurs. Ils apprennent énormément d'autrui. Ça me fait penser à ta relation avec Harry, Mme Chourave ou moi-même. » Elle avait les joues écarlates, consciente que son propos aurait pu offusquer son camarade. Contrairement à ses craintes, il lui offrit un sourire lumineux. Neville avait la capacité de voir le bon chez autrui et chaque compliment, même prononcé à demi-mot, était pour lui une précieuse manne. Il avait encore un peu de mal à saisir exactement l'analogie possible entre une pieuvre et lui-même. Mais il avait confiance en Hermione, et si Hermione estimait adapté son patronus, il était rassuré.

Ce soir là, Neville s'endormit en ayant l'impression que huit tentacules chaleureuses l'enserraient affectueusement.
Image avec L'arc du guerrier Od, en Mongolie sorcière ! Image

Avatar de l’utilisateur
Clara
Animagus non déclaré
Messages : 300
Inscription : 26 mars 2008 - 23:05

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Clara » 22 juil. 2017 - 21:38

Titre : Insomnie
Thème (écrit ou URL de l'image) : Hypnotique
Fandom : HP
Nombre de mots : 350 mots
Personnages : Le trio et Neuville
Rating : Tout public.
Harry et Hermione arrivèrent dans la salle commune des Gryffondors et trouvèrent Ron, seul, immobile, assis dans un fauteuil. Il regardait fixement, les yeux mi-clos, un point devant lui.
Ils ne se connaissaient que depuis peu et le rouquin leur avait sembler assez original, pour reprendre les termes de la jeune femme. Mais ils n'imaginaient pas que ça puisse être à un tel point.
Ils s'installèrent près de lui sans qu'il ne remarque rien.
Hermione regarda Harry qui haussa les épaules d'incompréhension et passa sa main devant le visage de leur ami.
Rien. Aucune réaction.
Harry l'appela, d'abord doucement, puis plus fort.
Toujours rien.
Hermione inspira un grand coup. A la guerre comme à la guerre ! Elle connaissait une technique infaillible pour sortir les gens de leur torpeur. Elle plaça sa main devant les yeux de Ron et claqua des doigts aussi fort qu'elle le put.
Le jeune homme sursauta et regarda autour de lui. Il vit ses deux nouveaux amis le fixer d'un air inquiet.

-Quoi ? J'ai quelque chose sur le nez ?
-Ça fait combien de temps que tu es là ? demanda Hermione.
-Je ne sais pas, je ne me souviens plus très bien. Quand je suis arrivé, il y avait cette chose.

Il pointa du doigt un cercle lévitant au milieu de la salle.

-Je l'ai regardé et puis plus rien, le vide complet.
-Je sais ce que c'est ! lança Hermione. C'est une spirale hypnotique.
-Oui, je connais, répondit Harry. Mais qui a mis ça là ?

A cet instant précis, Neuville déboula dans la pièce complètement paniqué.

-Ah ! La voila enfin !
-Neuville ? demanda Harry. Ce truc t'appartient ?
-Oui, c'est pour m'aider à m'endormir.
-Sérieux ? demanda Hermione à son tour.
-Oui, j'ai beaucoup de mal à m'endormir. Désolé du dérangement, elle a dû se détraquer. Pourtant je suis sûr d'avoir utilisé le bon sortilège.

D'un coup de baguette Neuville fit rétrécir sa précieuse spirale et s'en empara avant de disparaître dans l'escalier sous le regard incrédule des trois amis.
Jamais ils n'auraient imaginé que Neuville puisse être insomniaque.

Avatar de l’utilisateur
Eurydice
Chat-Pitre de la tribu de Dana
Messages : 429
Inscription : 22 juil. 2017 - 12:43

Re: [Textes] Nuit du 22 juillet

Message par Eurydice » 22 juil. 2017 - 21:39

Titre : Prédiction
Thème (écrit ou URL de l'image) : Hypnotique
Fandom : HP
Nombre de mots : 220
Personnages : Sybille Trelawney
Rating : Tout public
Sybille Trelawney ramena son châle sur ses épaules. Prenant une inspiration, elle commença à ranger sa salle, pestant à voix basse contre ses élèves si peu soigneux. Alors qu’elle se penchait avec passion sur une pauvre tasse de thé ébréchée, une lueur jaillit de sa propre table. Intriguée, le professeur Trelawney laissa tomber sa chère tasse, laquelle se brisa en percutant le sol, et, les yeux roulant dans leurs orbites, se précipita vers la source de la lueur claire.

Il s’agissait de sa chère et tendre boule de cristal, héritée de son illustre aïeule Cassandra Trelawney. Son bien le plus précieux émettait donc une étrange lumière blanche. Fascinée, le professeur Trelawney se pencha vers l’artefact au sein duquel dansait une flamme argentée. C’était une danse étrange, aux mille mouvements hypnotiques. Le professeur Trelawney fronça les sourcils. Elle était persuadée d’avoir déjà vu cette flamme quelque part, quoique savoir où eût été une autre affaire. Elle se saisit de la boule, les yeux perdus dedans. Qu’est-ce que cela pouvait donc signifier… La mort fut sa première idée, mais, étonnement, le professeur Trelawney la rejeta aussitôt. Cette flamme si passionnante était trop pure. La souffrance ? Le malheur ?

Enfin, le professeur Trelawney parvint à se détacher de sa boule de cristal, un sourire enfantin plaqué sur le visage. Il allait neiger.
Image

Verrouillé

Revenir à « La Tour d'Astronomie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités