[Textes] Nuit du 22 avril

Les Nuits d'HPF : un thème par heure, une nuit par mois, de l'écriture à volonté !

Modérateur : HPF - Équipe des Nuits

Avatar de l’utilisateur
SunonHogwarts
Comptable chez Gringotts
Messages : 1038
Inscription : 06 nov. 2014 - 19:46

Re: [Textes] Nuit du 22 avril

Message par SunonHogwarts » 22 avr. 2017 - 23:18

Titre : L'aube sera belle (extrait)
Thème (écrit ou URL de l'image) : Image
Fandom : /
Nombre de mots : 207
Personnages : OC's
Rating : /
Eloane fait tourner un morceau de miroir brisé entre ses doigts.

« C'est dommage, il devait être magnifique », dit Antalya en s'accroupissant pour rassembler des débris.

Eloane acquiesce. Alaula, qui se balade sur le bord, s'arrête un instant.

« Vous croyez qu'on pourrait le garder ? »

Antalya relève le regard.

« Pourquoi faire ? »

Alaula hausse les épaules.

« Je sais pas. »

Elle fait quelques pas puis s'arrête à nouveau. Elle se penche et défait le lacé de sa chaussure.

« Qu'est ce que tu fais ? » Demande Eloane.

Alaula ne répond pas et jette ses baskets un peu plus loin dans la salle. Doucement, elle se met sur ses demi pointes et tend les bras.

« Tu vas te faire mal », soupire Antalya.

Alaula l'ignore et fait quelques pas. Plus elle avance, plus ses pieds se font agile, ses gestes grands, son dos droit. Eloane adore la regarder danser. C'est beau, c'est doux. Même sans musique.

La jeune fille saute légèrement et se réceptionne sur le cadre en bois. Il vacille dangereusement contre les fragments de miroir mais elle reste stable. Antalya lève les yeux au ciel mais sourit.

« Je suppose qu'on peut le garder », finit-elle par dire.
Image Image
"It's called a hustle, sweetheart."

Team Chun
Team Sombrero

Avatar de l’utilisateur
Tys
Titulaire des BUSE
Messages : 129
Inscription : 17 janv. 2016 - 14:34

Re: [Textes] Nuit du 22 avril

Message par Tys » 22 avr. 2017 - 23:42

Titre : Un petit tour de toboggan
Thème : Jeu
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 626
Personnages : James et Lily
Rating : tout public

La main avait claqué, fort, contre la joue désormais rougie de James. Il ouvrit de grands yeux étonnés, symbole de son incompréhension face à ce geste. La douce et gentille Lily venait de lui donner une gifle devant toute la salle commune de Gryffondor, et ce sans aucune raison apparente.
- Qu’est-ce que…
James déglutit sans finir sa phrase. Le regard noir que lui lançait sa camarade de maison ne lui disait rien de bon. Poings sur les hanches, sourcils froncés et moue mauvaise, Lily était en position de combat – verbale, mais de combat quand même.
- Tu te comportes comme un imbécile et tu oses me demander pourquoi je m’énerve ?
La jeune fille ne semblait pas avoir conscience du silence qui régnait dans la salle pleine de regards attentifs. Sirius, avec qui James rigolait l’instant d’avant de la dernière farce faite à cet idiot de Servilus, se fit tout petit. Lui avait compris pourquoi Lily était en colère, et il était hors de question qu’il subisse son courroux comme s’il avait dix ans.
- Je ne comprends pas…
- Bien sûr que non tu ne comprends pas ! s’exclama Lily, exaspéré. Si tu comprenais à quel point tu es puéril et méchant, il y aurait une chance que ça change. Mais non, monsieur continu de faire des « farces » stupides comme si elles n’avaient aucunes conséquences.
James faillit suffoquer de stupeur. Lily lui reprochait son comportement avec Servilus ? Encore maintenant, après ce qui c’était passé ? C’était aussi incompréhensible qu’absurde.
- Il t’a traité de…
- Je sais de quoi il m’a traité, le coupa Lily qui n’avait pas envie d’entendre l’insulte en question. Mais ce n’est pas parce qu’il s’est mal comporté une fois envers moi que je dois validé ton comportement à son égard. Tes petits jeux sont de la torture. Ils n’ont aucune autre raison d’être que ton incapacité à te rendre compte que tu fais vraiment mal à ceux qui subisse tes stupides blagues qui ne font rire que toi.
- Que moi, que moi… je ne suis pas le seul à rire.
- C’est vrai, reconnu Lily. Mais la plupart de ceux qui rient sont soit aussi, voir plus stupides que toi ; soit ils sont juste inconscients de ce de quoi ils rient. Je ne sais pas ce qui est le pire. Une chose est sûr : il serait temps que tu arrêtes de jouer au plus con et que tu te décides enfin à grandir un peu. Ce n’est pas parce que ton meilleur ami est un idiot congénital que tu dois l’imité.
Des rires étouffés firent soudainement réaliser à Lily l’environnement dans lequel elle se trouvait. Le rouge lui monta immédiatement aux joues et, au lieu de continuer sa diatribe contre James, elle partie se réfugier dans son dortoir. Aussitôt, sa victime du soir tenta de la suivre, ce qui transforma les escaliers en toboggan et le ramena, par une glissade magistrale, dans la salle commune, qui laissa éclater un rire général.
- Je crois que Lily vient involontairement de te démontrer par l’exemple ce que ses mots n’arrivaient pas à te faire comprendre, remarqua Remus en venant aider son ami à se relever.
- C’est-à-dire ? demanda James, en prenant se redressant.
- Faire rire les autres au dépend d’une personne est humiliant pour ladite personne, l’éclaira son ami, et il n’est jamais agréable de se sentir humilier.
Rémus laissa James réfléchir à ses paroles, en espérant que celles de Lily finirait par avoir un impact sur son ami. Après tout, le regard de celui-ci avait bien évolué en ce qui concernait son appréciation de leur camarade. Peut-être qu’un nouveau jeu allait en remplacer un autre, bien plus agréable mais ô combien risqué.

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Pilote du Magicobus
Messages : 1393
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit du 22 avril

Message par BellaCarlisle » 22 avr. 2017 - 23:56

Titre : Alea jacta est
Thème : Jeu + image
Fandom : Original
Nombre de mots : 689
Personnages : Originaux
Rating : - 12
Derrière moi fusent des encouragements, sonores et nombreux. J’ai accepté de participer à ce stupide jeu d’obstacles pour prouver de quoi je suis capable, sans même réfléchir aux conséquences de mes actes. Au-dessus de moi, un drone filme le moindre mouvement, se rapprochant parfois, sans doute pour avoir mon visage en gros plan. Certains candidats abandonnent parfois avant le début de la première épreuve mais je ne vais pas faire ce plaisir aux spectateurs, malgré les réticences qui se bousculent dans ma tête.

Adressant un signe de la main au drone, je m’avance vers le précipice. En bas, il n’y a ni filet, ni trampoline, juste de l’eau. Je sais nager, ce ne sera pas le plus dur. Il me faut d’abord trouver le courage de sauter en espérant prendre le bon angle pour entrer dans l’eau. Je ne prends pas d’élan, levant simplement les bras avant de me laisser tomber. L’air siffle à mes oreilles, un doute surgit dans mes pensées tandis que le liquide m’absorbe en lui, comme s’il cherchait à m’avaler. Je puise dans la force de mes bras et mes jambes pour remonter à la surface. Je me sens sourire lorsque j’entends les applaudissements bruyants qui saluent ma première réussite.

Un homme vient vers moi et me tend une grande serviette de bain dans laquelle je m’enroule. Il me conduit silencieusement à une cabine de plage où m’attendent des vêtements. Comme la règle l’oblige, il n’y a aucune chaussure, ni aucun pantalon. Garçons et filles portent des tuniques par-dessus leurs sous-vêtements, afin d’avoir une plus grande liberté de mouvements. Je finis de me sécher rapidement puis je me change, prête à enchaîner les autres épreuves. Mon majordome attitré m’emmène vers des décombres, s’éloignant au moment où le gong retentit.

Je dois traverser sur une poutre en bois autour de laquelle des morceaux de verre sont éparpillés. Au moindre faux pas, je risque de me couper la plante des pieds, ce qui est douloureux et très dérangeant. J’ai passé mon enfance à m’entraîner pour devenir danseuse de ballet et je refuse que mon rêve soit brisé parce que je me suis lancée dans ce jeu. Prenant une grande inspiration, je fais un premier pas, puis un deuxième, aussitôt accompagné d’un troisième. Je retrouve là le rythme de mes danses et les prochains pas se font plus facilement.

Je termine cette épreuve pour marcher ensuite sur des dalles branlantes, avant de rejoindre l’autre bord d’une falaise par un saut en parachute. La caresse de l’air sur ma peau est une délivrance, j’en oublie presque ce qui m’attend à la fin de ce jeu. J’atterris difficilement puis me relève en me débarrassant du parachute. Le drone est toujours là, à me filmer, à transmettre les images de mon parcours au monde entier. Je suis sur la voie de la victoire et rien ne pourra m’empêcher d’atteindre le trophée.

Je quitte les bords escarpés de la falaise pour suivre un chemin qui mène à un manoir. Ce n’est pas un bâtiment ancien comme on peut en voir dans certains films, il est resplendissant. Personne ne sait ce qu’il se passe à l’intérieur, le drone n’y va pas et les candidats n’ont pas le droit de divulguer ce qu’ils ont vécu. J’imagine que ce n’est pas pire que le reste et j’y entre. À première vue, il est vide, mais le bruit à l’étage me fait comprendre que non.

Je monte doucement, franchissant la première porte qui s’ouvre à moi. Une main se pose sur ma bouche alors qu’un corps chaud se presse contre le mien.

- Nous allons jouer une nouvelle manche, souffle une voix masculine. Ici, le jeu est soumis à mon désir.

Je tremble en comprenant le sens de ses paroles puis je me ressaisis. Ce n’est sans doute qu’un moyen de m’effrayer, pour voir jusqu’où je peux aller. Je me retourne pour observer ce faux bourreau et ses lèvres rejoignent les miennes. Je doute à nouveau lorsqu’il soulève ma tunique et glisse une main entre mes cuisses. Ce jeu vire au cauchemar et je ne suis pas capable de repousser cet homme. La partie est perdue.
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Pilote du Magicobus
Messages : 1393
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit du 22 avril

Message par BellaCarlisle » 23 avr. 2017 - 00:49

Titre : Tombe la neige
Thème : Flocons
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 529 mots
Personnages : Heather Corvin (OC)/Rufus Scrimgeour
Rating : Tout public
Attablée dans un restaurant, Heather savoure son café de fin de repas en regardant la neige tomber. Au-dehors, des enfants s’amusent, se lançant des boules de neige en riant, façonnant des bonshommes ou glissant sur la couche blanche qui recouvre le sol. Ces instants d’insouciance sont des cadeaux pour la jeune femme, des moments de détente dont elle a cruellement besoin. Depuis le retour de Voldemort, la peur a envahi la communauté magique. Nombreux sont ceux qui se souviennent de sa première prise de pouvoir et ils se rendent tous compte du fait qu’il a gagné en puissance. Heather le voit dans son travail, les Aurors sont toujours actifs et il est rare pour eux de profiter d’une heure ou deux de liberté.

Pour cette raison, elle prend son temps, parce qu’elle n’est pas pressée de retomber dans les affaires du Ministère. Ses collègues pourront se débrouiller sans elle, elle n’est la chef de personne et c’est Noël. Elle peut s’accorder une pause, au moins une fois. Finissant de boire son café, elle observe les couples qui entrent et sortent du restaurant, les sourires sur les visages, les retrouvailles familiales. Heather a préféré être seule pour Noël, pour être prête à réagir au moindre problème. Sa mère lui reproche d’être plus préoccupée par son boulot d’Auror que par sa famille mais la jeune femme a souvent des excuses à fournir, parce qu’elle se bat pour protéger le monde.

Après avoir payé son repas, Heather ne sait pas par où aller. Elle n’a pas envie de rentrer chez elle tout de suite et elle ne veut pas non plus retourner au Ministère tout de suite. Elle déambule alors dans les rues, détaillant les vitrines des magasins où les décorations de Noël brillent. Cet esprit festif visible partout finit par la rendre maussade au lieu de l’enchanter et elle se résout à rejoindre son lieu de travail. Trouver un réseau de cheminées ne lui prend beaucoup de temps et elle énonce distinctement sa destination. L’atrium du Ministère s’offre à sa vue brièvement, elle se heurte à quelqu’un et s’excuse en reculant d’un pas.

- Miss Corvin, déjà de retour ?
- Monsieur le Ministre ? Je croyais que vous étiez absent.
- C’était le cas, une affaire à régler.
- Vous n’avez pas convaincu Potter, n’est-ce pas ? Votre déception est clairement visible.
- Ce jeune homme est trop borné pour m’écouter, il ne suit que Dumbledore.

Leur conversation est interrompue par des rayons de magie qui fusent dans tout l’atrium. Une neige aussi dense que celle du dehors se met à tomber, recouvrant les membres du Ministère et leurs visiteurs de flocons blancs. L’origine de ce chamboulement météorologique est vite trouvée et le fautif est provisoirement dépossédé de sa baguette.

- C’est dommage de l’arrêter, déplore Heather, on a souvent des sortilèges de pluie ici mais rarement de neige.
- Il vaut mieux tenir ce Ministère au sec, rétorque Scrimgeour avec l’ombre d’un sourire.
- Un peu d’atmosphère féérique ne fait de mal à personne.

Distraitement, la jeune femme époussette le manteau de son supérieur, pour faire disparaître les flocons de neige, sans même se soucier des regards des curieux.
Image

Avatar de l’utilisateur
Tylton
Titulaire des ASPIC
Messages : 257
Inscription : 05 mars 2017 - 13:02

Re: [Textes] Nuit du 22 avril

Message par Tylton » 23 avr. 2017 - 01:07

Titre : Au bord du précipice...
Thème (écrit ou URL de l'image) : Flocon + Image
Fandom : HP
Nombre de mots : Aucune idée
Personnages : Severus Rogue
Rating : Tout public
Le vent lui frappait le visage, la neige heurtait à lui... une neige faite de flocons d'eau gelés. Il avait franchit d'un bond le ruisseau congelé pour s'enfoncer au coeur de la forêt et profiter des ténèbres et du parfum précieux des orties, des fougères et des fleurs sauvages. Les toutes premières feuilles mortes de la saison jonchaient encore le sol, en dessous d'une couche monstrueuse de glace infaillible.
Severus avait mal, très mal. Sa marque le brûlait comme jamais elle ne l'avait brûlé auparavant. La souffrance était aigue, brutale, dense... Marchant de plus en plus vite, courant pratiquement, l'homme était au bord de l'évanouissement. Il se recroquevilla brusquement, son corps parcouru de spasmes incontrolables. Était-ce dû au froif, ou à la douleur ? Severus inspira longuement, pour reprendre sa respiration à peu près normale, puis, après un élan particulièrement douloureux dans son avant-bras gauche, il s'écroula par terre, gémissant de douleur. Violemment, il frappa de son bras valide le tronc de l'arbre sur lequel il était tombé lourdement. Il roula sur lui-même, tel un fou, incapable d'arrêter la puissance et inséscente douleur. Tout se consommait, petit feu par petit feu, corps contre chaleur du déchirement et en même temps contre le froid du sol rugeux, mouillé et sablonneux.
L'épreuve était difficile, l'énergie de l'humain se faisait dévorer par la résistance qu'il essayait de mettre contre cette immonde douleur. L'envie de vomir arriva puis, il entendit au loin des fougères frémir.
Prestement, il se retourna, le visage creusé par le supplice et puis se retrouva face à une bête magnifique. La créature avait un de ces pelages bruns et blancs, constellés de tâches grises aux pattes. D'une carrure fort impressionnante, les yeux noirs pénétrant de l'animal rencontrèrent les deux onyx du professeur de Potions et puis, soudainement, deux gigantesques ailes en dégradation, blanche virant vers le nor, s'élevèrent vers le ciel, du corps de la bête.
C'était un panda ailé ! Severus, émerveillé, ne sentit pas que sa respiration résonnait étrangement forte, et repoussant vaillamment mes flocons qui passaient devant le visage du maître des potions, elle s'axellera. La douleur était de plus en plus importante, imposante, et l'esprit de Severus commençait à ne plus la supporter... Un nouvel accès de douleurs le saisit, et l'abattu pour de bon, et sans retenue, le grand directeur des Serpentard tomba, tomba dans les profondeurs de l'inconscience, sous les yeux étonnés d'un panda ailé et de quelques folcons de neige qui passaient par là...
Mentir, Omettre ou Dissimuler... : Mentir... pour apprendre... Omettre... pour savoir... Dissimuler... pour ne pas divulguer. L'enfance de Severus Rogue, le sinistre Directeur des Serpentard nous cache bien des choses...
Coton dans le Vent, Oiseau de Sang... : Quand le murmure d'une douce danse mineurisée s'échappe de quelques cordes de piano, Severus se rend compte qu'il ferait tout pour être auprès d'elle, auprès de sa Lily
La Profondeur de la Tentation... : Cinq personnages rentrent dans une cabane... mais ils vont commencer... à comprendre... ce qu'elle est réellement...

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Pilote du Magicobus
Messages : 1393
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Textes] Nuit du 22 avril

Message par BellaCarlisle » 23 avr. 2017 - 01:29

Titre : Père et fille
Thème : Sensible
Fandom : Harry Potter
Nombre de mots : 314 mots
Personnages : Daisy Scrimgeour (OC)/Rufus Scrimgeour
Rating : Tout public
Daisy n’était rentrée de Poudlard que depuis quelques jours lorsque la nouvelle de la démission de Cornelius Fudge se fit savoir. Un immense soulagement la traversa, parce qu’elle songeait que la communauté magique avait enfin su prendre une bonne décision en poussant le Ministre à quitter son poste. Il fallait dire aussi que soutenir à tout le monde que tout allait bien pour avouer un an après que le Seigneur des Ténèbres était revenu, plus puissant qu’avant, ce n’était pas le meilleur moyen pour être soutenu. Pour le moment, personne ne connaissait le nom de son successeur, les hypothèses étaient trop nombreuses et farfelues, incluant Albus Dumbledore, le premier ministre moldu ou un détraqueur. Il était évident que cette dernière supposition avait pour but de jeter un froid au Ministère, dans tous les sens du terme.

La jeune Serdaigle comptait sur son père pour en apprendre plus, ayant remarqué qu’il semblait être au courant de beaucoup de choses ces derniers temps. L’adolescente était sensible aux changements d’humeur de son père et elle avait bien vu qu’il était tendu. Bien sûr, il ne pouvait pas anticiper le nom du futur Ministre de la Magie puisque ce dernier était élu par un vote démocratique mais il devait bien savoir les préférences des sorciers.

La journée lui parut s’étendre, son livre ne l’intéressait pas et les questions se bousculaient dans sa tête. Elle accueillit son père avec une expression de franche curiosité et se troubla en lisant de la stupéfaction dans son regard. Il posa les yeux sur elle et voulut sourire mais le cœur n’y était pas.

- Je suis le nouveau Ministre, Daisy.

Sa sensibilité lui permit de comprendre pourquoi cette nouvelle n’émerveillait pas son père. Il avait beau être déterminé à lutter pour la protectier des sorciers et des sorcières, il craignait pour la sécurité de sa fille.
Image

Avatar de l’utilisateur
Tylton
Titulaire des ASPIC
Messages : 257
Inscription : 05 mars 2017 - 13:02

Re: [Textes] Nuit du 22 avril

Message par Tylton » 23 avr. 2017 - 01:39

Titre : Erreurs du passé...
Thème (écrit ou URL de l'image) : Sensible
Fandom : HP
Nombre de mots : Aucune idée
Personnages : Severus Rogue
Rating : Tout public
Sensible ? Severus Rogue ? Vous vous moquez de moi là, j'espère ? Un Rogue affectif ? Compatissant ? Douillet ? Émotif ? Généreux ? Nerveux ? Réceptif ? Vulnérable ? ... Romantique... ? non, sérieusement, avec des senriments et des émotions ?!? Non, pas possible !

Et... bahh... si ! C'était un humain, après tout... affirmait Neville... Tout le monde voyait cet personne comme quelqu'un de aride, cruel, dur, froid, insensible, indifférent, inanimé voire glacial.
Mais, ce "Tout le monde" n'appercevait pas que, en effet, toute personne solitaire et distante l'était à cause de son passé. Chaque personne, ayant des souvenirs dans leurs mémoires qui les avaient changé... modifié... et le cas de Severus Rogue, maître des potions, c'était réellement instable que son passé avait été harcèlements, amour détruit, manipulations et désirs gâchés par... lui même... pourtant, c'était vrai. Toutes ses décisions, ses gestes... tout cela avait été décisif... et maintenant il regrettait de ne pas pouvoir tout changé... il regrettait amèrement... douloureusement...
Car, oui, Severus Rogue était sûrement la personne la plus apte à comprendre les autres. La seul chose qui lui manquait, c'était le tact... et aussi le pouvoir d'arrêter de se méfier de toit le monde, et d'avoir un peu plus confiance... Un grand progret qu'il aurait fait de s'ouvrir aux coeurs des autres... d'ouvrir son coeur pour une autre... Si cela avait été le cas... Lily serait peut-être encore là, e les sentiments de Severus aussi. Malheureusement... ce n'était plus le cas... jusqu'à sa mort... jusqu'au dénouement de son trépas... jusqu'à la fin... il regrettera jusqu'à son dernier souffle, et son dernier regard... ce dernier, posé sur des yeux identiques que ceux de Lily... ceux de Potter... Non ! ceux de Harry !
Mentir, Omettre ou Dissimuler... : Mentir... pour apprendre... Omettre... pour savoir... Dissimuler... pour ne pas divulguer. L'enfance de Severus Rogue, le sinistre Directeur des Serpentard nous cache bien des choses...
Coton dans le Vent, Oiseau de Sang... : Quand le murmure d'une douce danse mineurisée s'échappe de quelques cordes de piano, Severus se rend compte qu'il ferait tout pour être auprès d'elle, auprès de sa Lily
La Profondeur de la Tentation... : Cinq personnages rentrent dans une cabane... mais ils vont commencer... à comprendre... ce qu'elle est réellement...

Verrouillé

Revenir vers « La Tour d'Astronomie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités