[Textes] Nuit du 17 septembre

Les Nuits d'HPF : un thème par heure, une nuit par mois, de l'écriture à volonté !

Modérateur : HPF - Équipe des Nuits

MooNyx
Elève de deuxième année
Messages : 31
Inscription : 17 sept. 2016 - 16:34

Re: [Textes] Nuit du 17 septembre

Message par MooNyx » 18 sept. 2016 - 02:44

Titre : Le cadeau.
Thème (écrit ou URL de l'image) : Cadeau
Fandom : Aucun
Nombre de mots :461
Personnages :
Rating : G






Elle se demandait s'il allait lui offrir un cadeau. Après tout, c'était la Saint-Valentin et ils étaient ensemble depuis un moment.

Bien sûr, quand il lui avait demandé ce qu'elle voulait pour la Saint-Valentin, elle avait répondu qu'elle ne voulait rien. Rien, rien, rien, elle avait insisté.

Mais tout le monde savait que « rien », ça ne voulait rien dire, à la fête des amoureux. Donc il devait lui avoir acheté un cadeau. Non?
Peut-être que ça aurait été plus simple de ne pas dire qu'elle ne voulait rien. Peut-être aussi que ça aurait été plus simple de ne pas s'attendre à recevoir un cadeau.

C'était stupide car du coup, ils s'étaient mit d'accord. Pas de cadeaux pour la Saint-Valentin.

Oui, sauf qu'elle lui en avait quand-même acheté un... Un bracelet en argent qu'il avait une fois longuement regardé, ce qui n'avait pas échappé à la vigilance de sa petite amie.

Elle aurait peut-être l'air stupide en le lui offrant, s'il n'avait rien... Il lui en voudrait possiblement de n'avoir rien dit... Que devait-elle faire dans ce cas?

Elle se rongeait un ongle jusqu'au sang quand germa dans son esprit une idée. Elle n'avait qu'a fouiller la maison pour savoir!

C'est ainsi qu'elle se mit à chercher. Elle retourna les placards, les tiroirs, souleva des rangements, regarda sous les canapés, mais rien à l'horizon. Elle fit toutes les pièces, qui dépassait l'entendement, ne sachant pourtant pas tellement si elle voulait vraiment trouver.

Si elle trouvais, elle passerait pour une fouineuse. Si elle ne trouvais pas, elle ne saurait jamais... Elle avait encore le nez collé sous le placard de la salle de bain, les fesses en l'air, quand une voix retentit.

«  C'est ce que tu cherche? »

Elle se figea brusquement, ne se rendant pas bien compte sur le moment du ridicule de sa position, puis se retourna lentement.

Il se tenait dans l'embrasure de la porte, ses cheveux roux frisant avec légèreté, masquant des yeux bleus qui pétillaient.

« Euh... » Commença-t-elle en se redressant. « Non? »

Il tenait entre ses paumes un petit paquet bleu enrubanné de blanc qu'elle n'avait jamais vu à se jour. Elle replaça une mèche teinte en violet derrière son oreille, l'air embarrassé.

« Allez vas, te prends pas la tête, je savais que tu ne tiendrais pas parole .» Sourit-il narquoisement.

Elle se demanda brièvement si elle devait s'offusquer de ce manque de confiance, ou se sentir honteuse du fait qu'il eu été justifié.

« Le tiens est sur le lit.» L'informa-t-elle en se levant pour l'accompagner jusque là-bas.

Il se prit, et se regardèrent durant un long moment, leurs présents dans les mains et l'air idiot, avant de s'esclaffer en cœur.

« Joyeuse Saint-Valentin. »
« Joyeuse Saint-Valentin à toi aussi »

Avatar de l’utilisateur
Deanna
Elève de quatrième année
Messages : 68
Inscription : 22 juil. 2014 - 19:12

Re: [Textes] Nuit du 17 septembre

Message par Deanna » 18 sept. 2016 - 02:53

Titre : Douceurs post-apocalyptiques
Thème : Cadeau
Fandom : HP
Nombre de mots : 756
Personnages : Luna Lovegood


Luna ressentait une très grande tristesse. Elle était presque aussi intense que lorsqu’elle avait appris que sa mère était morte, il y a des années de cela. Elle avait fait le deuil de sa mère et vivait en paix avec son souvenir, et son coeur redécouvrait l’horreur, aujourd’hui.
Tant de morts pour cette victoire. Tant de peine pour cette folie. Elle se demandait comment le monde sorcier allait réussir à se remettre sur ses pieds, car pour l’instant, il semblait au fond du gouffre.
En même temps, cela ne faisait que six heures que Voldemort était vaincu. La poussière n’était pas encore tout à fait retombée du champs de bataille.

Elle se réveilla d’une sieste imprévue, immédiatement baignée dans cette profonde mélancolie qu’elle n’arrivait pas à dompter.
Quand on lui proposa de retourner chez elle par une cheminée, elle refusa tout net. Sa place était avec ses amis. Sauf peut-être pour… Oui. Elle irait chez elle.

Une heure plus tard, Luna était de retour. Elle aurait pu faire plus vite si son père l’avait laissée repartir de la maison (enfin, de ce qu’il en restait) aussitôt. Elle lui avait assuré de sa petite voix cristalline qu’elle ne risquait plus rien maintenant, et qu’elle devait retourner voir ses amis.

D’ailleurs, ses amis étaient tous réunis. Assis en groupe, non loin de la famille Weasley, ils semblaient méditer sur ce qui venait de se passer. Aucun d’eux ne parlait.

- Luna ! s’écria Ginny quand elle l’aperçu. Je t’ai perdue de vue après la bataille, j’ai cru que… Que…
- Je vais très bien, regarde, dit Luna en tournant doucement sur elle-même.

Elle s’approcha de ses amis qui la regardaient, un peu amusés, les yeux emplis tristesse.

- Comme j’ai été enlevée chez les Malefoy à Noël, je n’ai pas pu vous revoir. Et puis de toute manière, je ne savais pas où étaient la moitié d’entre vous.

Elle regarda Harry, Hermione et Ron, et une vague de douceur envahit sa poitrine. Elle était heureuse de les revoir sains et saufs après ces longs mois d’incertitude.

- Je vais vous donner maintenant vos cadeaux de Noël.

Elle fouilla dans son sac et sortit un tas d’objets, plus ou moins volumineux, emballés dans des papiers cadeaux. Elle les distribua consciencieusement, tâchant de se rappeler qui aurait quoi.
Puis, elle recula de quelques pas et sourit de plaisir à les voir passer d’étonnés à hésitants, puis enfin curieux, et ils ouvrirent tous leurs paquets.

Ginny reçu une montre qui lui indiquait l’heure qu’il était là où se trouvait la personne de ses pensées. Luna lui dit qu’ainsi, elle ne s’inquiéterait plus de Harry, puisqu’il n’y avait pas d’heure dans les limbes. Tant que la montre tournait, il était en vie. Ginny, stupéfaite, avait les larmes aux yeux.

Hermione reçut un livre intitulé “L’art de la lecture, lire entre les lignes et méthodes d’étude des Nargoles chantant”.
- Je sais que tu aimes lire, mais je n’ai pas trouvé d’ouvrage qui ne parle que de ça. Tu devras partager ta lecture avec les Nargoles, même si tu ne les aimes pas trop.

Ron découvrit un chapeau orné d’un train (après observation, il s’agissait du Poudlard Express) qui tournait autour, et parfois descendait jusqu’aux épaules.
- Je l’ai fabriqué moi-même, affirma Luna. Le plus dur, c’était d’animer les petits personnages à l’intérieur. Du coup, ils ne font que regarder par la fenêtre et manger des sucreries.
Ils regardèrent à l’intérieur du train, dont les wagons n’étaient pas plus longs que des verres à pied, et observèrent stupéfaits des mini versions d’eux-même, d’à peine un ongle de haut, discuter et marcher dans le train.

Neville reçu un pot dans lequel était enterrée une graine de prune dirigeable. Luna affirma que les plants de son jardin étaient très différents de ceux qu’on pouvait trouver dans la nature, et qu’elles avaient des propriétés humoristiques et astringentes, et même soporifiques si on ne s’en occupait pas bien.

Enfin, Harry découvrit un simple bocal en verre bleu, fermé d’un couvercle en métal.
- C’est un pot à murmures. Dedans, il y a une fée, mais elle se cache. Si tu murmures tes secrets ou tes soucis dedans, elle te répondra peut-être. Elle m’a beaucoup aidée quand maman est morte. Elle me chantait des berceuses.

Tous la regardèrent, immobiles.

- Je sais que ce n’est pas grand chose, et que rien de réparera ce que la guerre a brisé. Je voulais vous offrir un peu de bonheur. Parce que vous êtes mes amis.

Et sans se concerter, ils l’entourèrent de leurs bras bienveillants.

- Merci, Luna, affirmèrent-ils. merci.
Team Hufflepuff, Blackbird & Phoenix feather, Ebony wand
Image
"Ne touche aux plus profonds mystères - la source de la vie, l'essence de soi - que si tu es préparé à en subir les conséquences les plus extrêmes et les plus redoutables."

- Adalbert Lasornette

Verrouillé

Revenir vers « La Tour d'Astronomie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités