[Validations] Combat à mort - IV

Pour les vieux sujets obsolètes mais qu'on peut vouloir relire un jour.
Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 2374
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Mikoshiba » 04 mai 2017 - 18:33

242 mots (Word)
Juin 1982
Construction d’un petit muret


Après l’épisode des sangliers-bulldozer, on a décidé avec Erik et Margaret de construire un petit mur pour les empêcher de venir dans le jardin. Ces bestioles ne sont normalement pas censées se promener près des habitations en journée, mais avec deux enfants en bas âge, on s’est dit qu’il valait quand même mieux protéger un peu tout ça.
On s’est fait livrer des briques et du ciment, et on a coulé les fondations le week-end dernier. On bosse à deux et on fait un roulement pour qu’il y ait toujours quelqu’un avec les gosses. Même si maintenant, je ne saurais pas dire exactement ce qui est le plus fatiguant : à deux ans et trois mois, Sean est très motivé et pourrait parfois faire autant de dégâts que les sangliers. Et Megan, qui n’a pas encore deux ans… Elle suit. Depuis qu’ils passent plus de temps ensemble, elle devient de plus en plus débrouillarde et dynamique. Et elle se fatigue de moins en moins vite, alors que c’est le contraire pour moi. Gare quand ils seront plus âgés !
Mais pour l’instant, c’est Erik qui s’occupe des enfants, et Margaret et moi qui sommes en train de bétonner. Je suis fatiguée, j’ai pris un coup de soleil sur la nuque et j’ai de plus en plus de mal de me retenir de sortir ma baguette.
Peut-être cette nuit ? On dira que c’est les petits lutins…
Image
Sexy free and single I'm ready to bingo

Avatar de l’utilisateur
lilimordefaim
Stagiaire chez W&W
Messages : 904
Inscription : 11 janv. 2013 - 14:58

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par lilimordefaim » 04 mai 2017 - 19:53

217 mots sur word
Il ne met pas longtemps à trouver le téléphone couvert de graffiti. En face, il y a une porte bleu sur laquelle on a collé un tatouage éphémère. Comme ceux qu’elle lui avait montrés dans ses emballages de chewing gum à la fraise. Aucun doute, c’est la bonne porte. Olivier est déterminé à faire les choses correctement cette fois, alors il prend une profonde inspiration et remet de l’ordre dans ses cheveux brun. Puis, il lève la main pour toquer, mais avant que ses phalanges ne frôlent les crocs du petit lion, la porte s’entrouve et il decouvre des mèches roses dépasser de l’entrebaillment. Il y a aussi des yeux fardés de noir qui le toise avec intérêt. La jeune femme lui ouvre grand l’entrée tout en criant à une grande armoire ouverte :

- Ton rencard est arrivé Katie !

La tête de la Gryffondor sort de derrière le placard. Elle lui sourit et le coeur d’Olivier se met à faire du trampoline dans sa poitrine.

- Salut ! Je me rafraichi un peu et on est parti, promis.
- Salut, dit Olivier en souriant un peu bêtement. Non, prend ton temps. Vraiment c’est pas comme si on avait une armée de Strangulot derrière nous.
- Des Strangu quoi ?

Olivier se mord la lèvre. Il a perdu l’habitude d’être en compagnie de Moldus.

Avatar de l’utilisateur
Crystallina
Cat Woman
Messages : 4832
Inscription : 09 mars 2013 - 11:57

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Crystallina » 04 mai 2017 - 21:00

JOUR 34 - Du jeudi 4 mai, 22h00, au vendredi 5 mai, 21h59.


Participants
- Pimy (4 jours restants)
- Anhya
- Catie (4 jours restants)
- Princesse
- Eejil9
- Dreamer (2 jours de grâce : J32 et J33 - 600 mots J34 dont 200 mot du Défi 9 - 5 jours restants)
- BellaCarlisle
- Lilimordefaim
- Mikoshiba
- Leeloo Lovegood
- Josy57
- Alhüin (4 jours restants)

Éliminés
- Chouette (J1)
- Fleur d'épine (J1)
- LaLouisaBlack (J1)
- Seonne (J1)
- AgatheK (J4)
- Lyssa7 (J7)
- SamanthaBlack7 (J7)
- Awena (J8)
- Mary-m (J10)
- Ocee (J11)
- Layi (J11)
- Cilou (J11)
- DameLicorne (J14)
- Api (J14)
- Satchrê (J18)
- Norya (J21)
- selket (J28)
- Labige (J33)
Image

Avatar de l’utilisateur
Catie
Auror
Messages : 4002
Inscription : 14 févr. 2012 - 21:46

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Catie » 04 mai 2017 - 21:09

Jour 34 - 237 mots sur Word

Ils tournèrent les talons, fuyant l’horreur de cette vision et les lèvres tordues par l’amertume. Andrew aurait mérité mille fois mieux que ça. Il était rageant de se sentir si impuissant face à cette situation. Ils sortirent de la bâtisse et s’immobilisèrent un instant dans la courette laissée à l’abandon qui s’étalait devant la porte. Harry poussa un soupir et ferma les yeux un instant pour se ressaisir. Il ne savait pas s’il allait survivre à cette journée. Il n’avait perdu personne depuis la guerre et les récents évènements ramenaient à la surface de nombreux mauvais souvenirs.
Gabrielle posa une main sur son avant-bras. Mais ce ne fut pas ce geste qui lui fit rouvrir les yeux. Au loin sur sa droite, vaguement, il percevait un son qu’il connaissait bien et que pourtant il ne parvenait pas à identifier. Lorsqu’il tourna la tête en direction de ce bruit, il vit tout de suite rouge.
Un journaliste se tenait près du portail rouillé, son appareil photo vissé sur son nez et l’objectif braqué sur eux, capturant à vie leur tristesse sur sa pellicule.
Harry serra les poings et s’avança vers lui, prêt à hurler, mais le reporter s’enfuie avant qu’il n’ait pu l’atteindre. Il aurait été tout à fait capable de le poursuivre à travers la foule, juste dans l’espoir de se défouler et d’avoir un exutoire pour sa colère et sa peine, mais Gabrielle le retint fermement.
Image

Avatar de l’utilisateur
Josy57
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 591
Inscription : 14 août 2010 - 14:25

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Josy57 » 04 mai 2017 - 21:43

Dani avait ajouté en bas de la page ''Feuillets manquants, fiches d'informations détaillées probablement conservées par le directeur du service''. Le reste du dossier que lui avait procuré Antoine consistait d'un un récapitulatif des événements attribués à l'Aurore. Maintenant que Dani et Antoine avait décrypté 0810R, ils savaient que les quatre chiffres donnaient le jour de l'incident et la lettre son lieu ou sa cible. Dans la liste figuraient bien les dates de décès du Grand Ministre et du maire d'Ydin, 0402B et 1206L. Mais le premier de ces événements n'apparaissait qu'après une bonne dizaine d'autre. L'Aurore avait été bien plus active que Dani ne l'avait soupçonné. Sans savoir à l'avance à quels événements ils faisaient référence, ces codes étaient indéchiffrables. Antoine se contenta donc de prendre note de chaque date. Il était bon pour un second séjour en salle des microfilms. Il ne s'était intéressé qu'aux dix ans après l'interdiction de l'Aurore, mais la décennie précédente semblait tout aussi riche en drames secrets. Il ne s'était jamais attendu à ce que la grande affaire de sa carrière soit si profondément liée au temps d'avant sa naissance.
À côté de chaque événement, apparaissait deux symboles suivis de chiffres. Une flèche tracée par Dani indiquait : code militaire pour 'morts' et 'blessés'. En descendant tout en bas, au dernier crime de l'Aurore, Antoine écarquilla légèrement les yeux. Le journal avait parlé d'un unique garde blessé, pas de sept morts (quatre membres de l'Aurore et trois des forces de l'ordre), cinq blessés et huit arrestations. Mais ce n'était pas le bilan le plus meurtrier. 0507I, très tôt dans la liste : 28 morts, 45 blessés. Suivi presque immédiatement de 2704S, 53 morts, 71 blessés. Antoine n'avait aucune idée de ce dont il s'agissait, mais entre il sentait le papier trembler entre ses doigts.


301 mots selon Word
Jour 34 validé !
How much can you change and get away with it,
before you turn into someone else,
before it's some kind of murder ?

- Richard Siken

Mes fanfictions

Avatar de l’utilisateur
dreamer
Pote avec Morphée
Messages : 1795
Inscription : 20 août 2015 - 14:29

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par dreamer » 04 mai 2017 - 22:56

Jour 32 (défi 9) 419 mots sur Libre Office
« Oh mon Dieu ! Je suis privé de broccoli ! »

La petite voix fluette casse le silence électrique règnant jusqu’alors dans la cuisine, mais pas pour longtemps.

« N’importe quoi, idiot, c’est moi qui suis privé de broccoli, hein maman ? »

Calme-toi, Molly, respire. Je délaisse alors la préparation du repas quelques secondes, pour me retourner et affronter deux têtes rousses infernales. Qu’est-ce qui m’a pris, déjà, de les interdire d’une chose qu’ils détestent ?

« Non non non, elle a dit : tu es privé de broccoli, pas vous êtes privés de broccoli. Donc, en toute logique, c’est moi qui suis privé de broccoli. »

Mes yeux glissent sur la frimousse de Fred, qui a pris un ton on ne peut plus sérieux, voulant sans doute imiter Percy qui lui-même cherche souvent à se donner un air de grand garçon. Comme pour appuyer ses paroles, il redresse le menton fièrement et fait mine de snober son jumeau.

Les chamailleries recommencent de plus belle, causant une cacophonie sans nom dans la pièce qui habituellement est mon refuge. Et dire que j’ai envoyé les trois grands chez leur grande-tante aujourd’hui pour me soulager... ce n’est clairement pas une réussite, songeai-je en passant la man sur mon ventre arrondi, apaisant presque instantanément les coups donnés par le bébé. J’espère que tu seras plus sage que ces deux tornardes, soufflai-je à son intention.

Le sujet de discorde initial semblait avoir été complètement oublié par les jumeaux, qui s’amusaient désormais avec le rat de leur grand-frère, se faisant à coup sûr des messes basses sur leur prochain mauvais coup pour me rendre folle. Alors que je m’apprête à les remettre à leur coloriage, un cri strident retentit dans la maison.

Bien. Maintenant Ronald pleure. Un coup d’oeil à Fred et George me suffit à comprendre qu’ils vont profiter de mon absence pour mettre en œuvre leur bêtise. Je ne peux pas les laisser ici, si ? Les couteaux découpent tranquillement les légumes sur le plan de travail, a priori inaccessible pour eux, mais on ne sait jamais vraiment. Comme pour ajouter au tumulte ambiant, le bébé se met à frapper encore plus fort contre mon ventre, et les pleurs de Ron se muent en hurlements atroces.

« Vous deux, vous montez avec moi, je veux vous avoir à l’oeil. »

Echange de regards déçus. J’ai donc au moins réussi à éviter une catastrophe, pensai-je alors que je leur fais signe de monter les escaliers avant moi. Pour l’instant, du moins.
Jour 33 - 449 mots sur Libre Office
« Tu veux bien faire ça pour moi ? »

Ecarquillant mes yeux, je veux faire non de la tête. Non, hors de question que j’accepte une chose pareille, c’est tout bonnement impensable et… Eh ! Pourquoi je hoche la tête ?! Non, Phoebe, dis non !

« D’accord. »

Oups. Merde. Bouse de dragon. Quelqu’un peut me dire pourquoi je viens d’accepter de sortir avec mon Capitaine, Albus Potter ? Non parce que là, je crois que je viens de toucher le fond dans cet océan de désespoir que constitue ma scolarité à Poudlard.

Bon, puisque vous y tenez, je me présente : Phoebe Adams, la plus banale Sang-Mêlée que la Terre ait sans doute jamais porté, élève de Cinquième Année chez Serpentard et joueuse au poste d’Attrapeuse de ma maison.

A part ça, que dire ? Je ne suis ni grande ni petite, ni belle ni moche, ni abrutie ni génie. J’suis Phoebe, quoi. Un peu maladroite sur les bords, pas forcément à l’aise avec les gens, et incapable de dire non. Voilà d’ailleurs ce qui m’a mené à cette situation.

C’est à se demander ce que le Choixpeau a bien pu voir de Serpentard en moi, hein ?

L’étreinte dans laquelle je me retrouve me coupe le souffle. Bah, c’est qu’il est reconnaissant le Potter. En même temps, je viens quand même de m’engager à l’accompagner à une espèce de réunion familiale annuelle.

Mon petit coeur devient tout palpitant à l’idée de rencontrer des gens dont j’ai seulement entendu parler à travers mes manuels d’histoire et de vieilles coupures de La Gazette archivées à la Bibliothèque. Je vais rencontrer les héros.

Je sais pas pourquoi ça me fait quelque chose, ni si c’est la raison qui m’a fait accepter la demande de mon Cap’ mais ça vaut le coup, non ? Bon, le seul problème, c’est que je vais sans doute pas être accueillie à bras ouverts vu la maison de laquelle je viens. Sans compter que James Potter m’a prise en grippe depuis que je suis entrée dans l’équipe de Quidditch…

« Rose va être tellement soulagée ! »  souffla enfin Albus en me relâchant.

J’acquiesce, me demandant si cette supercherie mènera quelque part.

T’avais qu’à te taire au lieu de fournir tes conseils à deux mornilles à cet attardé, se plaint ma conscience.

Oui, vous avez remarqué, elle est plutôt cynique. Ça contrebalance sans doute avec le sourire on ne peut plus niais que j’arbore à longueur de journée.

Mais clairement ça contrebalance pas tes conneries.

Vous souhaitez peut-être des explications ? C’est vrai que vous êtes arrivez un peu en retard. Bon, je vous la refais : rembobinons jusqu’à un peu plus tôt…
Jour 34 - 255 mots
Les cheveux collants de sueur, je me pose sur le sol boueux du terrain de Quidditch, le Vif en main, pour la troisième fois depuis le début de l’entraînement. J’ai les jambes toutes flageolantes et la tête un peu étourdie par mon atterrissage soudain.

Bref ! Je rejoins les autres d’un pas légèrement sautillant pour cacher ma faiblesse, avant de sourire à mes coéquipiers de toutes mes dents en brandissant la minuscule balle dorée coincée entre mes doigts.

« Yes, tu l’as eu ! » s’exclama Lesedi, ma meilleure amie, en tendant sa main pour que j’y tape, ce que je fis sans lâcher mon sourire.

Ce petit moment de joie passée, j’avise le reste de mes coéquipiers, qui semblent tous attendre une parole de Cap’, qui ne vient pas apparemment.

« On peut aller aux vestiaires, Cap’ ? »

Pas de réponse. Bon, on peut y aller alors ? Après un nouveau soupir, Lesedi me prend par le bras et m’entraîne vers nos vestiaires, une moue un peu contrariée s’étalant sur son visage.

« Y a un problème, Sed’ ? »

Se contentant de secouer la tête, ma meilleure amie s’enfonce dans une douche que je soupçonne brûlante à en juger par la vapeur qui emplit la pièce. Rejoignant ma propre cabine, je m’empresse d’effacer les traces de boue sur mon corps. L’eau est si chaude que j’y reste quinze bonnes minutes. Quand je sors enfin, je constate que Lesedi a filé. Bon, eh bien je n’ai plus qu’à rentrer toute seule au château.
Image

Parchemin informatisé à remplir pour faire plaisir à l'Equipe des Nuits ! :hug: (Téléscope et manuel d'astronomie non autorisés :mrgreen: )

Avatar de l’utilisateur
Eejil9
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2540
Inscription : 13 mai 2016 - 17:45

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Eejil9 » 05 mai 2017 - 09:04

Jour 34 : 221 mots sur word (deux drabbles du même recueil)
A la table des Poufsouffles, c’était l’effervescence. Le Tournoi des Trois sorciers ! Des élèves étrangers ! Cette année allait être formidable, et pour tout le monde, pas seulement pour Harry Potter et ses amis.
- Tu vas essayer de mettre ton nom dans la coupe, Tess ? demanda Mary.
- Je ne suis pas majeure ! répliqua-t-elle. Mais je crois que Cédric va le faire.
Tous les regards tournèrent vers lui, et il leur adressa son habituel regard de bellâtre ténébreux. Tess soupira et chuchota à sa voisine :
- Je me demande comment il a fini à Poufsouffle celui-là.

Cinquième année partie 2 :
A la table des Poufsouffles, on discutait de la première tâche.
- Mais il faut arrêter, s’énerva Tess, d’humeur éloquente. Qu’est-ce que c’est que cette école où on jette les élèves entre les griffes de dragons ? Ils ont tous risqué leur vie... Même Harry Potter qui...
- Harry Potter risque sa vie tous les deux jours depuis qu’il a un an, l’interrompit Mary. Il a l’habitude.
- ... n’a que quatorze ans ! Comment tu peux être aussi blasée ? Et vous !
Tess était debout et interpellait les élèves autour d’elle.
- Comment vous pouvez encourager ça ! les prit-elle à parti. J’appelle au boycott !
Elle se rassit quand elle remarqua que personne ne la suivait.
Image

Avatar de l’utilisateur
anhya
Barbecue Queen
Messages : 3133
Inscription : 24 déc. 2012 - 16:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par anhya » 05 mai 2017 - 10:41

Jour 34: 245 mots sur word
Ayla n'était pas née de la dernière pluie. Il y avait peu de chance pour qu'elle se sorte de ce pétrin sans la moindre séquelles.

Elle avait été une idiote tout simplement. Pourquoi était-elle venue ici ? Pourquoi tomber dans le piège ? Parce que son cœur était trop sensible et rien qu'un simple “aide moi” même dis sur un ton neutre pouvait la faire basculer.

Elle regarda les barreaux de sa cage d'un peu plus près. Il n'y avait pas de doute que sa super force pourrait en venir à bout. Ah mais oui, elle n'était pas une super héros. Elle n'avait pas de pouvoir à la Superman. Elle n'était qu'une simple fille. Enfin une simple jeune femme, qui semblait avoir un don pour se mettre dans des situations compliquée.

Maintenant qu'elle y pensait, elle ne pouvait se souvenir d'une seule période de sa vie où elle avait juste été contente, sans problème, sans drame, sans pleurs.

Elle se promit qu'une fois sortie de ce problème, elle se tiendrai à carreau.

Ayla entendit une série de pas qui se rapprochait. Elle devait faire quelque chose avant qu'il ne soit trop tard.

Cherchant frénétiquement dans ses cheveux, elle trouva une épingle à cheveux.
“Au moins je suis toujours préparée” pensa-t-elle.

Passant sa main à travers les barreaux, elle essaya pour la première fois de sa vie de faire comme dans les films et d'ouvrir la cage.
Les pas se rapprochaient et elle se forçait à rester calme.
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Cannibale nocturne
Messages : 2544
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par BellaCarlisle » 05 mai 2017 - 13:52

Jour 34 : 228 mots (Word)
- Si quelque chose ne va pas, tu as le droit de me le dire.
- Je crois savoir pourquoi il y a eu tous ces meurtres.

Et voilà, je suis en train de commencer à avouer, parce que garder tout ceci dans mon esprit me rend folle. Clive se lève de son fauteuil, fait quelques pas vers moi puis me tend une main que je prends sans réfléchir. Il me ramène contre lui puis me serre dans ses bras.

- Vais-je enfin apprendre la raison de ta présence au Département des Mystères ? me souffle-t-il.

Mon formateur est bien trop perspicace mais il ignore à quel point je suis accablée par la honte. Il brise notre étreinte et plonge son regard dans le mien, attendant ma réponse. Ma gorge est sèche, la culpabilité que j’éprouve est si forte que les mots ne veulent pas sortir, ancrés dans mon esprit mais invisibles à tout le monde.

- J’étais dans la Salle de la Mort pour …

Pour utiliser un rituel inconnu et sûrement très dangereux afin de faire revivre mes parents, pour prouver à Lily qu’elle n’a pas à s’inquiéter de l’état de son frère si je suis en mesure de passer au-dessus des lois magiques. Je prends conscience de la stupidité de mes actes, parce que je n’ai demandé aucune aide alors que j’en aurais eu besoin.
Image

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4677
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par princesse » 05 mai 2017 - 14:08

Jour 34 - 210 mots sur Word

Lorsque je ressors du bureau d’Ogden, je m’adosse à la porte en bois, frappant ma tête contre le mur avant de fermer les yeux fortement. J’inspire difficilement tout en essayant de rester calme, de rester concentrer sur nos missions et pas sur le Ministre de la Magie qui tente de nous clouer au sol pour nous immobiliser. S’il pense que Grindelwald n’est pas une menace, ce n’est pas l’avis du Conseil ou de mon capitaine. J’ai fourni assez de preuves sur Olivia et sa famille pour qu’ils acceptent de les mettre sous surveillance discrète mais aiguisée. Cette simple garde rapprochée me rassure. Si Olivia tente quoi que ce soit pour approcher Charlotte, j’en serais le premier averti… à présent, il ne me reste plus qu’à contacter son oncle, Dolphias Rowle au sujet des deux gardiens qui seront en charge de la sécurité de Charlotte dès son retour de Poudlard. Battius et Morren ont déjà accepté cette mission… convaincre Mr Rowle ne devrait pas poser de soucis. Après tout, la sécurité de sa nièce est une de ses plus grandes inquiétudes.

- Mr Potter…

La voix d’Aymée Stuart me ramène sur Terre. D’un geste hésitant, elle me tend un morceau une lettre, sortie tout doit d’une plie conséquente de parchemin gribouillé.

Image

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 742
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Alhüin » 05 mai 2017 - 16:14

Jour 34 : 666 mots :sadik: (Word)
- Oh, par Merlin, souffla Millicent, abasourdie.

Pansy se contenta d’hocher la tête sans regarder son amie, les yeux rivés sur son ordinateur.

- Et Astoria sait ce qu’il faisait là-bas ?

Pansy leva un doigt, signifiant à son amie d’attendre une petite minute. Rapidement elle effectua quelques manipulations sur son ordinateur, regarda pensivement son écran, reprit ses manipulations et s’arrêta. Finalement, elle releva la tête et, dans un soupir, répondit à Millicent.

- Non, elle comprend pas non plus. Quand on l’a réveillé il y a trois jours, il a accepté de retenter le coup. Donc on a réinjecté, sans problème et Drago l’a amené jusqu’à l’aéroport. Il devait rester en Sicile jusqu'à vendredi dans le pire des cas et on espérait même qu’il y reste une semaine de plus.

Millicent hocha la tête. Réfléchissant à toute allure, elle se demandait pourquoi Théodore était à Londres, ce qu’il fichait dans cette laverie que personne ne connaissait ni de Merlin ni de Morgane et surtout comment les inspecteurs Lovegood et Potter avait pu être au courant de son rendez-vous dans cette laverie. Quelque chose soufflait à Millicent que Théodore n’avait pas du tout prévu qu’Astoria y serait aussi. Pansy continuait d’observer, songeuse, son écran. Millicent se pencha pour regarder ce qui intriguait Pansy. Celle-ci lui expliqua de quoi il s’agissait.

- C’est la vidéo surveillance de la laverie. Hestia Carrow me l’a récupérée il y a deux heures.

Millicent fixa l’image sur laquelle Pansy avait zoomé. Elle haussa un sourcil interrogateur. On y voyait Astoria occupée à hurler sur une Luna Lovegood, passionnée par sa machine. Un homme, grand, la quarantaine bien entamée, était près d’une machine. Et par la fenêtre qui donnait sur la rue, on voyait Théodore Nott en train de traverser. A la question muette de Millicent, Pansy lui expliqua pourquoi elle avait arrêté sur cette image précisément la vidéo.

- Cet homme à côté de l’inspecteur. Il y a quelque chose de pas net chez lui. Déjà, si tu observes bien l’image, il fait semblant d’appuyer sur les boutons de la machine à laver. Et il regarde Tory comme s’il savait exactement qui elle était. Quelques secondes plus tard, juste avant que Théodore n’entre, j’ai l’impression qu’il était sur le point de lui dire quelque chose, regarde.

Pansy relança la vidéo quelques secondes avant l’image sur laquelle elle l’avait arrêtée. Elle actionna le mode ralenti pour que Millicent puisse repérer tous les détails qu’elle avait évoqués. Millicent se concentra excessivement sur les images qui défilaient lentement, repérant toutes les anomalies que Pansy avait traquée. Elle fronça les sourcils. Pansy arrêta la vidéo au moment où Théodore entrait. D’un geste agacé, elle referma son ordinateur, le posa sur la table et se leva. Elle alla chercher son paquet de cigarettes, posé dans l’entrée de l’appartement de Millicent et revint vers elle. Après un regard courroucé de Millicent, elle ouvrit la baie vitrée et alla fumer sur la terrasse. Millicent l’y rejoignit et demanda incertaine.

- Tu sais qui c’est ?

Pansy hocha négativement la tête. Elle inspira un peu de sa fumée. Par Merlin, qu’aurait-elle donné pour un café à cet instant précis. Elle ajouta néanmoins.

- Non, mais sa tête me dit quelque chose. Je me demande si je ne l’ai pas déjà croisé peut-être quand j’étais encore à la fac. Je ne sais pas pourquoi mais mon esprit l’associe avec l’établissement.

Millicent ne sut pas très bien quoi répondre. Pansy avait fait une grande fac d’économie et de gestion alors qu’elle était allée dans une faculté de chimie. Elle demanda.

- Tu as demandé à une des jumelles de te faire une recherche approfondie, je suppose ?

Pansy acquiesça. Il allait falloir résoudre au plus vite cette histoire avant que d’autres personnes ne viennent mettre leur nez dans leurs affaires. Lovegood, Potter et Dubois c’était déjà bien assez. Et ça ne sentait pas bon. C’était même la merde. Il allait aussi falloir retrouver Nott pour qu’il s’explique. Et sur ce point là, Pansy était presque sûre qu’Astoria pourrait lui en dire plus.
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 2374
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Mikoshiba » 05 mai 2017 - 19:49

231 mots (Word)
Juin 1982
Fin de la construction du petit muret


On a fini avant-hier de bétonner le petit muret à l’arrière des maisons. J’ai résisté à mon envie qui me hurlait de le monter magiquement pendant la nuit, même si ça devenait de plus en plus dur.
Mais bon, nous voici protégés, ainsi que nos jardins. Alors pour fêter ça, on a fait un barbecue. De l’autre côté du muret.
Oui, car le muret est là pour empêcher les sangliers de rentrer, pas pour nous empêcher de sortir. On a toujours fait les barbecues en lisière de forêt, il n’y a pas de raisons que ça change. Donc on a construit ce petit mur, de façon à ce qu’on puisse l’enjamber et passer au-dessus. Ce qui nous a fait nous poser des questions existentielles jusqu’ici insoupçonnées : un sanglier, ça saute haut ? Et est-ce que ça grimpe ? Toutes ces questions sont toujours sans réponse aujourd’hui…
Mais au moins, grâce à ça, je sais à quoi ressemble un sanglier. Hé oui, je suis capable d’identifier une bonne vingtaine de créatures magiques rien qu’en voyant un de leurs poils, mais un sanglier moldu…
C’est bizarre comme bestiole. Et en tout cas, contrairement à certaines créatures magiques, ce n’est pas trompeur. En voyant une illustration, on se doute automatiquement que c’est pas un animal domestique. On dirait une machine de guerre, mais vivante.
Image
Sexy free and single I'm ready to bingo

Avatar de l’utilisateur
lilimordefaim
Stagiaire chez W&W
Messages : 904
Inscription : 11 janv. 2013 - 14:58

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par lilimordefaim » 05 mai 2017 - 20:07

Jour 34 - 249 mots
Katie échange un regard paniqué avec Olivier, avant de reporter son attention à son amie qui observe le jeune homme comme s’il s’agissait d’un alien tout droit sortie de sa BD préférée.

- Ah ! J’ai compris. Tu es aussi timbré que Katie. Comme on dit qui se ressemble s’assemble. Bon je vais faire un tour. Je vous laisse…. Faire ce que vous avez à faire.

Elle fait un clin appuyé à Katie et sort de la chambre.

- Desolé, elle est un peu spéciale…
- Oui je connais aussi.

Elle lui sourit de nouveau et ils restent plantés là l’un en face de l’autre sans trop savoir quoi faire. Sans le vouloir, le regard d’Olivier glisse vers les lèvres de la jeune femme. Il observe son sourire gêné se faner. Elle se met à mordiller sa lèvre inférieure avec nervosité.

- Je vais aller à la salle de bain. Pendant ce temps tu n’as qu’à faire comme chez toi. Puis les bras chargé de vêtements, elle se faufile vers la sortie en évitant soigneusement de frôler son ancien capitaine au passage.

Olivier se retrouve alors seul dans cette chambre d’étudiante. Il entreprend d’observer la pièce étroite au mur recouvert de croquis. Au moment où il est sur le point de toucher un des dessin, la porte s’ouvre d’un coup :

- Surtout évite de toucher aux affaires d’Emma !
- A vos ordres capitaine !

Olivier lève les bras au ciel dns signe de reddition et la brune quitte de nouveau la pièce avec un sourire aux lèvres.

Avatar de l’utilisateur
Pimy
Rêveuse cartésienne
Messages : 2427
Inscription : 04 juin 2012 - 17:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Pimy » 05 mai 2017 - 20:09

Jour 34 - 250 mots (Word)
J’attends un instant qu’il me tende les pièces correspondant au montant indiqué, mais il ne fait pas mine de vouloir payer et finit même par refermer la bourse. Je fronce les sourcils.

- Je… je n’ai pas de quoi payer, m’avoue-t-il enfin bien piteusement.

Y aurait-il eu d’autres clients derrière lui que je l’aurais incité à partir, mais nous sommes seuls et je me permets donc de prendre le temps de le rediriger vers d’autre pâtisseries ou boissons moins onéreuses.

Cela ne semble pourtant pas apaiser sa gêne et son embarras, et je finis par rester muette moi aussi, à court d’idées.

Un nouveau silence s’installe et je n’ose plus l’inciter à partir, un au revoir me semblant bien trop abrupte. Je lui offrirai bien un chocolat ou autre, mais ma patronne est très stricte sur ce genre de chose et je n’ai certainement pas envie de subir ses reproches.

- Vous pouvez vous installer à une table le temps que l’averse se calme, dis-je enfin.

J’ai envie de l’aider d’une quelconque manière, mais je me sens ridicule à lui proposer cela à présent. C’est la moindre des choses et j’ai parlé comme si je lui faisais une grande faveur.

Pourtant il m’adresse alors un grand sourire et me remercie tandis qu’il se dirige vers une des nombreuses tables libres, laissant derrière lui une petite flaque juste devant le comptoir.

Je vais être bonne pour nettoyer, mais je m’en fiche : c’est toujours son sourire qui flotte dans mes pensées.

Avatar de l’utilisateur
Leeloo Lovegood
Vigile à baguette du Ministère
Messages : 1792
Inscription : 14 mai 2011 - 10:48

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Leeloo Lovegood » 05 mai 2017 - 20:16

Jour 34 - 209 mots OpenOffice
Le choc faillit faire tomber Harry au sol, la sensation était bien différente de la fois où il avait aspiré la magie de Rookwood. Cette fois, il savait qu'il avait récupéré celle de plusieurs dizaines de sorciers présents autour de lui. Ils ne semblèrent pas affectés, lorsque Harry lança un regard alentour, la plupart d'entre eux continuaient à les regarder et il n'arrivait pas à voir ce qui était advenu des sorciers qui étaient en train de se battre avant ça.
Et maintenant ?! S'écria Voldemort. Tu vas me tuer ? Tu es incapable de lancer le sort qu'il faut pour cela, et tu le sais pertinemment au fond de toi, Harry.
Harry resserra ses doigts autour de la baguette de sureau, celle de Dumbledore, son mentor qui avait donné sa vie pour défendre l'idée qu'il se faisait d'un monde sans danger pour les futurs générations. Il savait que Voldemort avait raison, qu'il était incapable de lui lancer l'Avada Kedavra. Mais il fallait qu'il se tienne prêt car il savait que les nouveaux pouvoirs qui l'habitaient lui permettraient de le vaincre d'une autre façon.
S'en est assez.
A ses mots, le seigneur des ténèbres leva sa baguette devant lui, et Harry sentit un frisson d'anticipation le parcourir.
Image

Hèra, Reine universelle, Hèra, génératrice des pluies et des vents, qui, seule, permets de vivre, qui te communiques à tout, qui règnes sur tout et animes tout par les sifflements de l’air.

Avatar de l’utilisateur
Crystallina
Cat Woman
Messages : 4832
Inscription : 09 mars 2013 - 11:57

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Crystallina » 05 mai 2017 - 20:59

JOUR 35 - Du vendredi 5 mai, 22h00, au samedi 6 mai, 21h59.

Défi 10 : L'action se passera dans le noir le plus total

Participants
- Pimy (4 jours restants)
- Anhya
- Catie (4 jours restants)
- Princesse
- Eejil9
- Dreamer (5 jours restants)
- BellaCarlisle
- Lilimordefaim
- Mikoshiba
- Leeloo Lovegood
- Josy57
- Alhüin (4 jours restants)

Éliminés
- Chouette (J1)
- Fleur d'épine (J1)
- LaLouisaBlack (J1)
- Seonne (J1)
- AgatheK (J4)
- Lyssa7 (J7)
- SamanthaBlack7 (J7)
- Awena (J8)
- Mary-m (J10)
- Ocee (J11)
- Layi (J11)
- Cilou (J11)
- DameLicorne (J14)
- Api (J14)
- Satchrê (J18)
- Norya (J21)
- selket (J28)
- Labige (J33)
Image

Avatar de l’utilisateur
Catie
Auror
Messages : 4002
Inscription : 14 févr. 2012 - 21:46

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Catie » 05 mai 2017 - 22:49

Jour 35 - Défi 10 - 409 mots sur Word
Ses doigts tremblants tâtonnaient le sol autour d’elle sans rencontrer autre chose que du béton froid. Il n’y avait pas d’autres bruits autour d’elle que celui de son souffle saccadé. Elle avait froid. C’était l’été et elle ne s’était habillé que d’un short et un tee-shirt pour aller se balader dans le parc. Son colocataire lui avait pourtant dit de faire attention. Qu’il y avait un taré dans la nature. Mais elle avait refusé de l’écouter.

Et voilà qu’elle se trouvait dans cette cave humide, entourée d’un silence assourdissant. Mais était-ce seulement une cave ? Elle n’en savait rien. Elle ne savait pas comment elle était arrivée ici. La bosse à l’arrière de sa tête, le contact poisseux du sang lorsqu’elle y avait porté la main, lui disaient qu’on l’avait assommé pour la traîner ici. Mais pourquoi ? Et qui ?

Elle tremblait de froid. Elle avait mal au crâne. Elle se sentait toute étourdie. Malgré tout, elle se leva en se tenant au mur trempé. Ses genoux oscillèrent sous son poids. Elle cligna des yeux, dans l’espoir d’apercevoir quelque chose. Mais il faisait plus noir que dans un four autour d’elle. Il n’y avait pas la moindre étincelle de lumière. Elle avait beau écarquiller les yeux, elle ne voyait rien d’autre qu’une noirceur totale. Elle peina à maîtriser la panique qui montait dans sa poitrine.

Et soudain, un faible toussotement, droit devant elle. Elle se figea aussitôt, le cœur au bord des lèvres. Elle détestait se sentir aussi faible. Cet aveuglement lui donnait la nausée. Un autre toussotement.

— Il y a quelqu’un ?

Sa question ne rencontra pas de réponses. Elle n’osait plus avancer. Elle n’arrivait même pas à apercevoir ses mains. Encore moins la personne qui semblait lui tenir compagnie.

— Restez où vous êtes, murmura soudain la voix devant elle. Ou il vous le fera payer.

Cette phrase, plus que le noir qui l’entourait, la glaça jusqu’aux os. Elle se recula, jusqu’à sentir les pierres dans son dos. Elle se laissa tomber au sol et serra ses genoux contre elle, en un semblant de réconfort et de chaleur humaine. Il lui fallait se griffer la peau des jambes pour avoir la sensation d’exister. Que tout cela n’existait pas que dans son esprit. Le noir qui l’enveloppait rendait la situation irréelle. Mais tout cela n’était pas une illusion, ni une hallucination ou une chimère.

Elle était piégée et privée même de sa vision, elle n’avait aucun moyen de s’en sortir.
Image

Avatar de l’utilisateur
anhya
Barbecue Queen
Messages : 3133
Inscription : 24 déc. 2012 - 16:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par anhya » 06 mai 2017 - 10:08

JOUR 35 :257 mots sur Word

Défi 10 : L'action se passera dans le noir le plus total


Nathaly n'y voyait rien. Elle savait qu'elle était dans une chambre puisqu'elle était allongée sur le lit. Elle le sentait. Mais la chambre était complètement plongée dans le noir. Elle se sentait oppressée. Ne pas voir ce qui était autour d'elle la rendait tendue. Elle commença à respirer rapidement. Son cœur battait la chamade. Elle faisait une crise de panique.

Elle devait faire quelque chose.

Elle se releva. Elle trouva à tâtons le bord du lit. Précautionneusement elle passa son pied par dessus le lit vers l'inconnu.
La sensation d'une moquette très moelleuse accueillie son pied. Cela permis de la calmer un tout petit peu. Rapidement elle fit suivre le deuxième pied et décida de se lever.

Elle avait pris tellement de précaution pour ce qui était dessous d’elle, qu'elle en avait oublié de vérifier ce qu'il y avait au dessus. Sa tête se retrouva dans un face à face très douloureux avec le plafond. La chambre n'était pas assez grande pour qu'elle puisse se mettre complètement debout.

Elle se frotta le haut du crâne et essaya de visualiser dans son esprit ce qu'elle savait jusque là. Pas grand chose.

Nathaly n'était pas une froussarde, à part quand il y avait des d'araignées dans l'histoire. A peine s'était-elle dit ça, qu'elle imagina une centaine d'araignées tout autour d'elle. Elle n'aurait peut-être pas dû descendre du lit. Mais peut-être qu'elles étaient déjà sur le lit.

Elle ne pu se retenir plus longtemps et cria :

Mon dieu, aidez moi ! Je vous en prie. Allumez la lumière, faites quelque chose !!
Dernière modification par anhya le 06 mai 2017 - 12:04, modifié 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Eejil9
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2540
Inscription : 13 mai 2016 - 17:45

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Eejil9 » 06 mai 2017 - 11:13

Jour 35 : Défi 10 : 207 mots sur word
A la table des Poufsouffle, il n’y avait personne. L’école était plongée dans la nuit.
Tess, quant à elle, avançait à tâtons dans un couloir désert, ou du moins qu’elle espérait désert. Au loin, elle percevait les échos de la bataille. Il faisait bien trop noir, même la nuit ne pouvait créer cette obscurité-là. Elle fouilla dans sa poche à la recherche de sa baguette, tentant de l’allumer d’un lumos.
Mais l’obscurité était toujours là. Impossible de distinguer la moindre lueur au bout de ses doigts. Pas la moindre once de clarté où que ce soit, juste une noirceur presque liquide tant elle était dense.
- Merlin mais qu’est-ce qui se passe ? marmonna Tess pour elle-même.
Elle avait l’impression d’être devenue aveugle. Elle avait peur d’être réellement devenue aveugle. Elle entendit l’écho de son murmure se répercuter sur les débris de mur autour d’elle. Au moins n’était-elle pas devenue sourde.
- Tess ! lui cria une voix.
- Oui ? répondit-elle, éperdue, trop angoissée pour reconnaître la personne qui lui parlait depuis l’obscurité.
- Tess c’est Mary. Ce n’est rien, les mangemorts ont eu la main lourde sur la poudre d’obscurité instantanée du Pérou. Tout va bien. Il n’y a personne ici, attendons que ça passe.
Image

Avatar de l’utilisateur
Pimy
Rêveuse cartésienne
Messages : 2427
Inscription : 04 juin 2012 - 17:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Pimy » 06 mai 2017 - 11:55

Jour 35 - 257 mots
Lorsque je me réveille, le soleil n'est pas encore levé et je ne distingue pas la moindre lueur dans ma chambre. Un peu déstabilisée, les yeux pourtant grands ouverts, j'essaie d'atteindre à l'aveugle la bouteille d'eau qui trone toujours sur la table de chevet mais sans grand succès. Je sens mes lunettes, un paquet de mouchoirs, mais aussi quelque chose de plus inhabituel que je ne reconnais pas de suite. Ce n'est que lorsque mes doigts touchent une substance gluante à l'intérieur de rebords durs et froids que je comprends qu'il s'agit d'une assiette dont je ne peux qu'essayer de deviner le contenu. Des pâtes peut-être ?

Je cherche l'interrupteur de la lampe de chevet habituellement posée à côté de mon lit, mais elle n'est pas là.

J'ai vraiment du rentrer très alcoolisée hier soir. Heureusement que les réflexes ont la peau dure, puisque je n'ai pas gardé mes vêtements de la veille et que j'ai l'air démaquillée.

Les tentatives pour retrouver des souvenirs de la soirée attendront, je suis bien trop fatiguée et je sens encore les effets des restes d'alcool dans mon corps. Je me retourne pour me rendormir, mais ce n'est pas le drap que rencontre ma main de l'autre côté du lit, mais vel et bien un contact chaud et des poils sous mes doigts. J'ecarte ma main brusquement et retiens ma respiration. Quelqu'un est là. Dans mon lit. Désormais je n'ai plus qu'une envie : avoir la moindre source de lumière pour découvrir cet inconnu - sûrement plus si inconnu que ça...

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 742
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Alhüin » 06 mai 2017 - 13:47

Jour 35 - Défi 10 : 382 mots (Word)
Flora Carrow se réveilla brutalement. Elle cligna des yeux et rien. C’était toujours le noir complet. Pourquoi, par Merlin, ne pouvait-elle pas deviner le bouton de veille de sa télévision ? Ou les chiffres d’un jaune criard du cadran de son réveil ou les interstices de ses volets à travers lesquels, des rayons de lune et de lampadaires se glissaient toujours. Elle ne voyait rien du tout. Même ses propres mains étaient invisibles à ses yeux. En s’astreignant à ne pas paniquer elle se leva comme elle put de son lit, trébucha trois fois, se retenant de justesse à son matelas. En pestant elle arriva à sa fenêtre. Elle avait la curieuse impression d’être aveugle. Et elle détestait ça. Elle avait la sensation de ne plus rien contrôler, d’être gauche et maladroite, de ne même plus se souvenir de comment son propre corps était constitué, de comment sa chambre était arrangée. Violemment, elle tira sur ses rideaux et ouvrit avec une poigne agacée, de ne pas avoir trouvé immédiatement, le bouton de ses volets. Elle l’enfonça, impitoyablement. En observant le volet s’ouvrir, elle constata que la lumière de la lune ne pénétrait pas dans sa chambre. De plus en plus paniquée, elle sortit sur sa terrasse et rien. Rien du tout. Elle ne distinguait même pas la rambarde, même pas la table, même pas la ville. Rien. Même pas un lampadaire, même pas une bougie, même pas un plafonnier dans l’immeuble d’en face. Rien et, par Merlin, même pas la lune. La Lune avait disparu. Le pouvoir de réflexion des objets aussi. Ou alors ses yeux. Etait-elle devenue aveugle ? Elle sentait pourtant bien que ses yeux étaient ouverts. Et elle sentait qu’elle avait la capacité sensorielle de voir mais qu’aucun objet ne reflétait la moindre étincelle colorée. Pour s’en assurer malgré tout, elle porta sa main à ses yeux. Elle ne voyait pas sa main mais elle sentait sous ses doigts ses cils, ses paupières, sa peau. Tous ses autres sens fonctionnaient à la perfection. Mais ses yeux étaient complètement vide. Aucune couleur, aucune lumière, un néant tel qu’elle n’en avait jamais connu. C’est ce jour-là que Flora commença à avoir peur du noir. Un premier mai de sa vingtième année, Flora Carrow se mit à craindre le noir bien plus qu’une enfant.
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Avatar de l’utilisateur
Josy57
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 591
Inscription : 14 août 2010 - 14:25

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Josy57 » 06 mai 2017 - 15:59

Antoine prenait note du titre et de la date de l’article quand soudain, toutes les lampes s’éteignirent. Assis sur sa chaise, Antoine se raidit. Il était déjà tard. La nuit devait être en train de tomber. Mais, plus haut dans les étages, les fenêtres devaient laisser entrer au moins une légère lueur. Par contre, au sous-sol, la salle des archives était aussi noire que l’intérieur d’une tombe.
Antoine resta d’abord immobile, certain que le courant ne tarderait pas à être rétabli. Il lui fallut un moment pour se rendre compte qu’il ne s’agissait pas d’une simple panne. Il ne restait plus une source de lumière autour de lui. Même les veilleuses indiquant les issus de secours avaient disparues dans les ténèbres. Le générateur de secours ne s’était donc pas mis en marche comme il aurait dû le faire.
C’est à ce moment-là qu’Antoine entendit des pas. Aussi légers qu’ils soient, il était impossible de manquer leurs échos sur le sol métallique. Pourtant, Antoine était certain qu’il était seul dans la salle des microfilms tout à l’heure. Il se retourna en direction du bruit qui semblait s’être arrêté. L’autre devait être aux aguets lui-aussi. Doucement, doucement, Antoine se leva de sa chaise. S’il était suffisamment silencieux, il pourrait peut-être contourner l’intrus, retrouver l’escalier à tâtons et remonter vers la rédaction. Les yeux fermés, bien qu’il fasse aussi sombre lorsqu’ils étaient ouverts, il essaya de visualiser le trajet qu’il allait devoir faire. D’abord, tout droit jusqu’à sortir de la travée au bout de laquelle il avait été occupé à consulter les vieilles éditions de Silmä. Ensuite, à gauche vers l’allée principale. Là, il devrait faire attention, c’était de cette direction que le bruit était venu. Peut-être pourrait-il attendre dans le renfoncement qui abritait la copie sous verre du contrat de vente du bâtiment. Sans doute l’inconnu s’enfoncerait-il plus loin dans les archives, à la recherche et il pourrait alors continuer à droite jusqu’à la rampe d’escalier.
Soudain, un vrombissement retentit. Son téléphone vibrait à l’intérieur de son sac, posé au pied de la machine. Dans le silence absolu le bruit semblait assourdissant. Antoine se jeta à genoux pour essayer d’éteindre le portable aussi vite que possible. Mais c’était trop tard. Le bruit de pas avait repris et il se dirigeait cette fois droit vers lui. Il était repéré.
386 mots selon Word
Jour 35 validé ?
How much can you change and get away with it,
before you turn into someone else,
before it's some kind of murder ?

- Richard Siken

Mes fanfictions

Avatar de l’utilisateur
dreamer
Pote avec Morphée
Messages : 1795
Inscription : 20 août 2015 - 14:29

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par dreamer » 06 mai 2017 - 16:05

311 mots sur Libre Office
Un hoquet de stupeur m’échappe alors que je me réveille en sursaut. Encore le même cauchemar. Mon T-shirt me colle à la peau et je suis parcourue de tremblements. J’aimerais bien aller me réfugier dans le lit de Lesedi, mais, malheureusement, je suis chez les Weasley, au Terrier, dans la chambre qui appartenait à Ginny, la mère d’Albus. Et je me vois mal déranger Rose ou Lily en pleine nuit.

Avec ma veine actuelle, l’une d’elle pourrait me jeter un sort sous le coup de l’émotion.

Il faut que je sorte d’ici. Je ne supporte pas l’obscurité qui règne dans la pièce, et même les sourds ronflements de Rose ne parviennent pas à me rassurer.

Si encore on pouvait entrevoir un filet de lumière à travers le volet, je crois que je pourrais faire un effort pour me tenir tranquille, mais le noir est total.

Je tâtonne avec maladresse sous mon oreiller pour essayer d’attraper ma baguette, mais elle est introuvable. Sans doute a-t-elle glissé ou roulé pendant que je rêvais.

Tant pis, je préfère naviguer à l’aveuglette dans la maison jusqu’à trouver la sortie plutôt que de rester une minute de plus dans ce duvet à penser à mon cauchemar.

Et comment tu vas faire, Phoebe ? Quand il fait jour, t’as déjà du mal à marcher sans te casser la figure !

Je grimace avant de faire taire ma conscience et de m’extirper de mon sac de couchage. Mes pieds nus font grincer le parquet glacé, et je prie pour que cela ne réveille personne. Après quelques minutes de recherches infructueuses, je trouve enfin la poignée de la porte que je clanche sans ménagement.

Bien, maintenant, Phoebe, y a plus qu’à trouver l’escalier et réussir à descendre trois étages sans te rompre le cou.

Tout, plutôt que de me laisser à nouveau submerger par les ténèbres de mon rêve.
Image

Parchemin informatisé à remplir pour faire plaisir à l'Equipe des Nuits ! :hug: (Téléscope et manuel d'astronomie non autorisés :mrgreen: )

Avatar de l’utilisateur
Leeloo Lovegood
Vigile à baguette du Ministère
Messages : 1792
Inscription : 14 mai 2011 - 10:48

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Leeloo Lovegood » 06 mai 2017 - 16:07

Jour 35 : 470 mots Open Office

Défi 10 : l'action se passera dans le noir le plus total.

Depuis combien de temps était-elle là ? Elle y avait été enfermée au milieu de la nuit, mais depuis le temps était comme suspendu : elle était dans le noir depuis des heures. Il n’y avait apparemment pas de fenêtres, et la porte ne laissait pas passer la moindre lueur. Elle en venait même à se demander si ses yeux étaient ouverts ou fermés.
Il n’y avait pas que l’obscurité qui la dérangeait, il y avait également le froid. Si la lumière n’arrivait pas à passer les murs, il n’en était pas de même pour le courant d’air qui la faisait frissonner depuis qu’on l’avait jeté là. Elle ne portait plus qu’un t-shirt déchiré et son pantalon, et peu importe la position qu’elle choisissait, rien ne lui permettait de se réchauffer.
Le seul réconfort qu’elle arrivait à trouver venait de la fraicheur du sol de dalles froides. Elle en profitait pour soulager son bras meurtri par la lacération récente. Quand elle fermait les yeux trop longtemps, elle revoyait sans cesse Bellatrix Lestrange graver au poignard l’insulte sur son bras : « mudblood ». Alors elle gardait les yeux ouverts, et elle tentait d’oublier la douleur cuisante en collant son avant-bras meurtri sur le sol.
Au bout d’un certain temps, le reste de son corps commença à se rappeler à elle. Son ventre criait famine, et elle avait envie de faire pipi. Elle savait pertinemment qu’il était peine perdu de taper à la porte en espérant qu’il lui ouvre. Peut-être qu’il y avait un endroit prévu dans sa cellule pour soulager sa vessie.
Elle se redressa sur ses pieds, pour la première fois depuis qu’on l’avait enfermé là. Elle tendit les mains devant elle et tenta de se rapprocher d’un des murs pour faire le tour de la pièce. Au bout d’à peine quatre pas, ses doigts entrèrent en contact avec les briques humides. Elle se guida à l’aide de ses mains, optant pour des petits pas, tentant d’imaginer dans sa tête la pièce autour d’elle.
Lorsqu’elle eut fini de faire le tour de la pièce, qui n’était vraiment pas très grande, elle réalisa qu’elle était complètement vide, à l’exception d’elle. Elle continua de longer le mur, jusqu’à s’arrêter à l’endroit qu’elle considérait être le plus loin de la porte. Elle se laissa glisser au sol et referma ses bras autour de ses jambes, pour essayer de se réchauffer. Il fallait qu’elle essaye de ne pas penser à sa vessie et à son ventre qui grondait. Elle utilisa ses oreilles pour voir, se concentrant sur le moindre bruit qui pouvait provenir de la porte. Bien qu’elle ne vît strictement rien, elle fixa son regard sur l’endroit où elle imaginait être la porte. Si quelqu’un venait, elle espérait que la lumière extérieure pénétrerait le cachot et lui ferait quitter cette obscurité oppressante.
Image

Hèra, Reine universelle, Hèra, génératrice des pluies et des vents, qui, seule, permets de vivre, qui te communiques à tout, qui règnes sur tout et animes tout par les sifflements de l’air.

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Cannibale nocturne
Messages : 2544
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par BellaCarlisle » 06 mai 2017 - 17:48

Jour 35 : 246 mots (Word)
Elle sent le souffle dans son cou, léger et agréable. Son corps se couvre de frissons, elle anticipe la suite de leur rencontre. Ses paupières s’ouvrent et se ferment, peu habituées à ce qu’elle soit dans l’obscurité totale. La pièce ne comporte aucune fenêtre, il y a uniquement une porte, derrière eux.

- Cersei, souffle son frère.

La reine tressaille et se retourne, cherchant du bout des doigts le visage de Jaime. L’instant d’après, leurs lèvres se trouvent en un baiser familier. Les mains du Régicide se posent dans le dos de sa sœur, délaçant l’arrière de sa robe avant de la faire tomber sur le sol. Le bruit du tissu s’allie à leurs respirations, seuls sons perceptibles dans le noir de la salle. Ils ne peuvent pas se voir mais ils n’ont pas besoin de leurs yeux pour connaître le corps de l’autre.

- Sais-tu que notre père nous demande auprès de lui ? murmure Jaime en effleurant la peau de sa jumelle.
- Comment peux-tu songer à lui dans un tel moment ? répond Cersei sur un même ton en reculant légèrement.

Son frère perçoit son mouvement, sans toutefois savoir où elle est, pestant intérieurement contre l’obscurité qui les entoure. Il tend une main en avant, sentant la chevelure de sa sœur, l’attirant à elle sans la blesser. Il l’embrasse à nouveau, comme pour se faire pardonner d’avoir brisé la magie de l’instant, embrasant leurs sens aiguisés par le noir complet de la pièce.
Image

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4677
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par princesse » 06 mai 2017 - 18:51

Jour 35 - 493 mots sur Word
Lorsque j’ouvris la porte de la chambre, je me sentis happé par une noirceur sans pareil, qui ne détonait pas du couloir sombre dans lequel je m’étais traîné pour arriver jusque ici. Mes yeux ronds, aussi dilatés que deux soucoupes volantes, ne distinguaient aucun reflet dans cette pièce, pas la moindre démarcation de meubles, sans aucun rayon lunaire pour venir m’éclairer. Les épais rideaux étaient tirés sur les fenêtres me privant ainsi du peu de lumière qui aurait pu m’éclairer. En même temps, mieux valait être plongé dans le noir le plus total pour me glisser dans le lit. Ainsi, Jamie ne verrait pas ma tronche complètement esseulée et mes traits chiffonnés comme ceux d’une poupée. Cela faisait deux heures que je vidais des verres avec ses belles-sœurs… autant dire que tenir la distance avec trois écossaisses avaient été compliqué.

Je refermai la porte derrière moi et me mit à quatre pattes pour avancer à tâtons dans la pièce, essayant de me prendre pour un chat. Au moins, eux avaient cette vision nyctalope qui leur permettait de se déplacer en pleine nuit comme si le soleil avait été au zénith. Difficilement, l’estomac au bord des lèvres, je me traînai comme une larve sur le tapis de la chambre. Mon objectif ? Atteindre la salle de bain. Atteindre la salle de bain pour aller vomir dans les toilettes, SANS réveiller Jamie dont les ronflements me font mal au crâne, et SANS allumer la lumière, seul témoin de l’état déplorable dans lequel je me trouvais. J’avais encore l’impression d’avoir la bouche pleine de liqueur à la prune. Je me hissai difficilement à la poignée de la porte, mes yeux s’habituant étrangement à cette obscurité absolue, puis, soudain, je sentis mes abdos se contracter et le liquide à la prune remonter rapidement dans ma gorge. Oh bordel… j’ouvris la porte et me précipitai dans la salle de bain, me cognant les orteils contre un meuble quelconque que ma vue n’avait pas repérer dans ce noir angoissant. Mes doigts ripèrent sur l’interrupteur mais la lumière ne s’alluma pas. Heureusement. Je n’avais pas envie de rameuter toute la maison en vomissant partout. D’un dernier effort quai divin, j’enfonçai ma tête dans la cuvette -ou du moins, ce que j'espérais être les toilettes- vomissant alors tout ce que j’avais ingurgité comme alcool depuis deux heures. Et dieu seul savait qu’il y en avait eu des verres… Au bout d’un moment, ma bouché dévia de sa trajectoire et je me retrouvai presque couché sur le carrelage frais, les yeux braqués contre ce qui j’imaginais être la paroi de douche. Ou le miroir de la salle de bain ? Tout était tellement noir que je ne distinguais rien. Je m’essuyai la bouche du revers de la main en me demandant si le noir était réellement la solution à tous mes maux. En même temps, c’était ça ou le regard moqueur de Jamie. A choisir, je préférais rester prisonnière des ténèbres !
Image

Avatar de l’utilisateur
lilimordefaim
Stagiaire chez W&W
Messages : 904
Inscription : 11 janv. 2013 - 14:58

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par lilimordefaim » 06 mai 2017 - 19:06

227 mots
La chambre était plongée dans le noir complet. Il n’y avait rien d’autre que le son de la respiration profonde d’Olivier pour la distraire. Sa tête reposant sur la poitrine du jeune homme, elle entendait les battement de coeur fort et régulier. Katie ferma les yeux et se concentra sur ce rythme qui calmait chaque fois ses angoisses. Un battement qui lui murmurait des mots réconfortants. Un tempo qui lui redonnait de l’espoir et faisait taire ses cauchemars. Mais même la volonté implacable qui animait ce coeur tendre n’avait pas le pouvoir d’éloigner les démons du collier indéfiniment. A peine avait-elle les yeux fermé que le chuchotement de Liz Taylor s’infiltrait dans l’obscurité. Cette voix entêtante devenait de plus en plus présente. Ces intonations étaient comme des tentacules qui s’enroulait autour de la conscience de Katie. Plus elle plongeait profondément dans le sommeil, plus l’actrice emblématique prenait de pouvoir sur son âme tourmentée. La jeune fille commença à s’agiter, le noir de la chambre étendant son royaume jusqu’à son coeur. Elle pouvait de nouveau sentir le collier autour de son cou. Il enserrait sa nuque comme deux mains en colère qui cherchaient à faire taire ses respirations. Katie ouvrit les yeux et dans le noir, elle ne put voir la silhouette de Liz, mais elle sentait sa présence ma machiavélique partout autour d’elle, autour de son cou.

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 2374
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Mikoshiba » 06 mai 2017 - 20:12

244 mots (Word)
Juin 1982
Y a rien à prendre en photo, il fait nuit. Mais genre vraiment nuit.


J’ai entendu un bruit. Un petit. Et un autre. C’est quoi ça ? Un cambrioleur ? Pourtant j’ai bien fermé toutes les fenêtres avant d'aller me coucher ! Et la porte aussi ! Ou alors j’ai oublié ? Je me souviens plus, j’ai un énorme doute tout d’un coup !
Encore un bruit ! C’est à l’intérieur ou à l’extérieur ? C’est les sangliers ? Ou alors c’est un Mangemort ?
Un Mangemort ? Megan est en danger ! Où est ma baguette ? Lumos ! Lumos merde ! J’y vois rien ! Oh non, j’ai laissé ma baguette à la salle de bains !
Respire. Respire un bon coup. C’est pas la première fois que je panique pour rien. Si ça se trouve, c’est juste une mouche qui se cogne contre une fenêtre. Ou le vent, dans les arbres. Non. C’est pas le bruit du vent ça. C’est plus gros qu’une mouche. C’est un lapin ? Un lapin adulte ?
Ça serait tellement simple de sortir du lit et de tâtonner jusqu’à trouver un interrupteur, mais j’ai trop peur pour me lever.
Et après on s’étonne que je ne sois pas entrée en résistance contre Vous-Savez-Qui. Ben tiens.
N’empêche, je sais toujours pas ce que c’est ce bruit. La maison qui craque ? Tous les bruits sont tellement amplifiés dans l’obscurité !
Et avec la peur aussi…
Image
Sexy free and single I'm ready to bingo

Avatar de l’utilisateur
AlbusDumbledore
Propriétaire du Triclosaure
Messages : 7272
Inscription : 21 déc. 2009 - 14:00

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par AlbusDumbledore » 06 mai 2017 - 21:00

JOUR 36 - Du samedi 6 mai, 22h00, au dimanche 7 mai, 21h59.

Participants
- Pimy (4 jours restants)
- Anhya
- Catie (4 jours restants)
- Princesse
- Eejil9
- Dreamer (5 jours restants)
- BellaCarlisle
- Lilimordefaim
- Mikoshiba
- Leeloo Lovegood
- Josy57
- Alhüin (4 jours restants)

Éliminés
- Chouette (J1)
- Fleur d'épine (J1)
- LaLouisaBlack (J1)
- Seonne (J1)
- AgatheK (J4)
- Lyssa7 (J7)
- SamanthaBlack7 (J7)
- Awena (J8)
- Mary-m (J10)
- Ocee (J11)
- Layi (J11)
- Cilou (J11)
- DameLicorne (J14)
- Api (J14)
- Satchrê (J18)
- Norya (J21)
- selket (J28)
- Labige (J33)
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Cannibale nocturne
Messages : 2544
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par BellaCarlisle » 06 mai 2017 - 21:30

Jour 36 : 246 mots (Word)
Clive est patient, il m’assure que je peux attendre avant de parler, si j’ai besoin de réfléchir. Mais je sais très bien que plus je remettrai à plus tard les révélations et moins j’aurai envie de dire la vérité. Le fait qu’il soit en train de jouer avec une mèche de mes cheveux ne m’aide pas, me perturbant alors que j’essaye de me concentrer.

- J’ai fait quelque chose d’interdit, lâché-je d’un coup.
- Interdit au niveau du Ministère ? me demande Clive avec sérieux.
- Oui … Enfin, non, pas seulement pour le Ministère. J’ai bravé les lois de la Magie.

Mon formateur est sonné par ma réponse, parce qu’il n’a sûrement pas songé un seul instant que je puisse aller aussi loin. Je suis incapable de vaincre un épouvantard quand il prend l’apparence d’Hazel mais je n’ai pas hésité à m’amuser avec un livre inconnu pour contrer une loi fondamentale. Clive soupire, sans doute perdu entre la curiosité et son travail, la première lui soufflant d’en savoir plus alors que le second l’oblige à m’arrêter.

- Qu’as-tu fait, Karen ?

Il pose ses mains sur mes épaules, comme pour me secouer, pour me ramener à la raison. Mais il est trop tard, le mal a été fait.

- J’ai utilisé un sortilège de résurrection mais je croyais qu’il n’avait pas marché, il ne s’est rien passé.

Jusqu’à ce qu’il m’apprenne qu’une femme que certains ont reconnu comme étant Bellatrix Lestrange a commis des meurtres.
Image

Répondre

Revenir à « Archives »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités