[HPFanfiction] HPF Academy : La finale !!! Venez voter ^^

Pour les vieux sujets obsolètes mais qu'on peut vouloir relire un jour.
Avatar de l’utilisateur
Sabaha
Elève de sixième année
Messages : 195
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:52

[HPFanfiction] HPF Academy : La finale !!! Venez voter ^^

Message par Sabaha » 23 févr. 2007 - 18:04

Chers amis, nous voici à nouveau réunis ce soir pour la grande finale de l'HPF Academy !! Ne trépignez pas sur votre fauteuil, de toute façon, l'issue de ce concours dépendra entièrement de VOUS.

Oui, toi là, ne prends pas cet air ahuri, tu as le pouvoir ("enfile tes gants") de décider de l'issue finale de ce grand concours qui a remué tout nos auditeurs (n'est-ce pas ?!!).

Il étaient 7 au départ, ils ne sont plus que 2 ce soir (même si la diffusion a énormément de retard)(tout ça c'est la faute au foot et aux élections !!)... Adelia et Whitewolf vont vous asséner leur coup de grâce ce soir, et c'est le coeur vibrant d'émotion que vous vous emparerez de votre clavier pour voter.

D'après une célèbre musique de France Gall, ils vont enflammer le plateau ce soir sur Laisse tomber les filles... Mesdames et messieurs, pour vous ce soir, Whitewolf et Adelia !!!

*applaudissements*

Pour WW tapez 1, pour Adelia tapez 2. Les votes dureront deux semaines et vous pouvez voter plusieurs fois (c'est plus marrant) - mais pas plus d'une fois par jour quand même !! Bonne lecture à tous !!!

Pour voir les OS, merci de cliquez sur les noms des finalistes, au-dessus des applaudissements ;-)

Avatar de l’utilisateur
AgatheK
Fille de fougère depuis 1 génération
Messages : 6571
Inscription : 18 déc. 2006 - 18:25

Message par AgatheK » 23 févr. 2007 - 21:56

Je tape 1 et je tape Sabaha^^
Blog | DeviantArt | Bibliothèque

Image
Art by FlorentLlamas

Avatar de l’utilisateur
Sabaha
Elève de sixième année
Messages : 195
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:52

Message par Sabaha » 23 févr. 2007 - 22:10

Elie-S a écrit :et je tape Sabaha^^
Qwaaa ??? Pourquoi ça ??
Bon de toute façon je m'en fous, tu oublies l'armada de gros bras derrière moi qui veille à ma sécurité :twisted:

Avatar de l’utilisateur
Julie231
Titulaire des BUSE
Messages : 117
Inscription : 18 janv. 2007 - 13:45

Message par Julie231 » 23 févr. 2007 - 23:07

je tape 2

Sarah
Elève de septième année
Messages : 240
Inscription : 27 déc. 2006 - 12:09

Message par Sarah » 23 févr. 2007 - 23:17

Je tape 2

Avatar de l’utilisateur
Melinda 09
Animagus non déclaré
Messages : 389
Inscription : 27 déc. 2006 - 16:22

Message par Melinda 09 » 24 févr. 2007 - 01:21

Je tape 2 ...

-> C'est là qu'on voit les fans des Maraudeurs ^^
Image
Un webzine comme vous n'en avez jamais vu : accédez à l'information sorcière via la Gazette du Sorcier, le Chicaneur, le Sorcière Hebdo, le Sorcier du Soir et le Quidditch Mag!
Image

Avatar de l’utilisateur
Azerbane
Elève de troisième année
Messages : 48
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:35

Message par Azerbane » 24 févr. 2007 - 08:37

Je tape 1
sorry Adélia, mais pour moi, quand WW se lance dans un Harry Hermione, c'est imbattable ^^
Mais j'ai bien aimé ta song fic (la flemme de mettre une review :p), le choix du personnage était évident, et c'est toujours un plaisir de voir Sirius-l'insouciant subir un juste retour de situation :twisted:.
Whatever ! And then you woke up !
Damn you reality !
avatar de joulee

Avatar de l’utilisateur
Tagada
Cracmol
Messages : 13
Inscription : 05 janv. 2007 - 18:45

Message par Tagada » 24 févr. 2007 - 11:32

Je tape 2. Haa ce Sirius :)

WW J'ai bien aimé ta sonj fic aussi... :wink: Mais bon il falait faire un choix donc...
Essaye et tu te prendras une baguette magique dans le cul! Aoutch

Melikiara
Elève de quatrième année
Messages : 65
Inscription : 26 déc. 2006 - 18:54

Message par Melikiara » 24 févr. 2007 - 11:53

Je tape 2 : j'ai bien aimé les deux OS, mais j'ai tranché en faveur de celui qui collait, je trouve, le plus à la chanson.
Je vaux 6 176 450 € sur HumainAVendre.com, et vous ?

(\__/)
( -'.'-) This is Bunny. Copy and paste Bunny into
(")_(")your signature to help him gain world domination.

Image ( Et voter aussi, mais c'est plus rare =). )

Avatar de l’utilisateur
Adelia
Elève de troisième année
Messages : 47
Inscription : 27 déc. 2006 - 15:35

Message par Adelia » 24 févr. 2007 - 12:49

Pour reprendre la désormais célèbre phrase de Vif (^^): Tapez-moi :lol:

Et oui, je n'ai pas réussi à me détacher du cliché 'Sirius' (j'assume mon adhésion à la Black Company^^). Et je ne suis toujours pas allé lire l'OS de WW... :oops:
Image

Avatar de l’utilisateur
Whitewolf
Barbecue King
Messages : 4145
Inscription : 18 déc. 2006 - 19:08

Message par Whitewolf » 27 févr. 2007 - 16:18

Moi je dis, défoulez vous et tapez qui vous voulez xD On est Bordelais et masochistes tous les deux :mrgreen:
Je suis déjà ravi d'être en finale, alors voilà quoi...

Et je remercie Azerbane pour son commentaire, qui m'a fait vraiment plaisir :oops:
Comment je me sens quand je résous les problèmes de clients :
Image

Les 10 commandements de l'informatique : Dans le doute, reboote. Si ça rate, formate.

Line
Comptable chez Gringotts
Messages : 1061
Inscription : 26 déc. 2006 - 19:57

Message par Line » 27 févr. 2007 - 23:17

Deux très zolis textes pour la finale :D
Bravo à tous les deux^^

Je tape 1

Avatar de l’utilisateur
Azerbane
Elève de troisième année
Messages : 48
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:35

Message par Azerbane » 06 mars 2007 - 22:11

Z'êtes bordelais ??? Vrai de vrai ???......
Navrée pour le HS, je suis en manque de Bordeaux ces temps-ci :P

Que dire pour en revenir au concours... Heu, bonne chance à tous les deux ^^ [le message qui ne sert à rien]

Ah oui, l'a quoi comme récompense le(la) gagnant(e) ?

de rien WW, écris d'autres textes comme ça, je laisserai d'autres commentaires pareils, et tout le monde il sera content dans le meilleur des mondes possibles ^^
Whatever ! And then you woke up !
Damn you reality !
avatar de joulee

Avatar de l’utilisateur
Whitewolf
Barbecue King
Messages : 4145
Inscription : 18 déc. 2006 - 19:08

Message par Whitewolf » 08 mars 2007 - 23:52

Ben, personne veut nous taper? Snifouille... je veux etre tapé mwa T_T
Comment je me sens quand je résous les problèmes de clients :
Image

Les 10 commandements de l'informatique : Dans le doute, reboote. Si ça rate, formate.

Phyllida
Elève de troisième année
Messages : 40
Inscription : 26 déc. 2006 - 21:04

Message par Phyllida » 09 mars 2007 - 02:28

Moi, j'voudrais bien taper, mais on peux pas lire les fics...domage, vos OS avaient l'air chouette... juste pour te faire plaisir,WW, je tape 1 :roll: , mais le vrais verdict ne se fera qe quand j'aurais lue vos OS...ce qui risque d'être long ^^''

@ plus,
Phyllida déçue...
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Kratos67
Elève de deuxième année
Messages : 33
Inscription : 10 janv. 2007 - 11:59

Message par Kratos67 » 10 mars 2007 - 15:32

Pleure White Wolf allez j'ui chentil (accent alsacien attention^^)je tape un

Avatar de l’utilisateur
hermiune POTTER
Elève de troisième année
Messages : 58
Inscription : 03 févr. 2007 - 16:09

Message par hermiune POTTER » 10 mars 2007 - 16:16

C'est dommage j'aurai tellement voulu voter , mais le site ne marche pas! ça avait l'air tellement attrayant
*3wina veut dire la poice créée par l'envie et la jalousie des autres , c'est 100/100 maghrébein!

Avatar de l’utilisateur
AgatheK
Fille de fougère depuis 1 génération
Messages : 6571
Inscription : 18 déc. 2006 - 18:25

Message par AgatheK » 10 mars 2007 - 17:40

Ben attendez que ça réouvre... Oui, je sias, c'est long, mais on n'est pas des supermans
Blog | DeviantArt | Bibliothèque

Image
Art by FlorentLlamas

Avatar de l’utilisateur
Sabaha
Elève de sixième année
Messages : 195
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:52

Message par Sabaha » 10 mars 2007 - 18:27

Ne vous inquiétez pas, je laisserai une bonne semaine supplémentaire de vote après la réouverture du site, alors ne votez pas n'importe comment :wink:

Lily
Elève de sixième année
Messages : 183
Inscription : 26 déc. 2006 - 18:34

Message par Lily » 10 mars 2007 - 18:57

mais pourquoi ne pas mettre tout simplement les deux OS dans ce topic sinon ? On pourrait lire alors^^

Avatar de l’utilisateur
Whitewolf
Barbecue King
Messages : 4145
Inscription : 18 déc. 2006 - 19:08

Message par Whitewolf » 12 mars 2007 - 10:37

+1 à Lily.... quelle jeune fille intelligente ^^ Sauf avis contraire de Sabaha, je vais mettre ici les deux OS en compétition :p

Je rappelle le principe rapidement. Adelia et moi concourrons pour la finale de HPF Academy, un concours basé sur des Song fics. Pour la finale, nous devions écrire une Song fic à partir de la chanson Laisse tomber les filles de France Gall. On peut la trouver sur Youtube.

Galanterie oblige, commençons par celui d'Adelia
Le tombeur


- Je suis désolé, Sarah, mais nous deux, c’est fini.

Sirius était appuyé contre le bureau d’une salle de classe déserte, avec son habituelle nonchalance élégante. Il avait prononcé sa phrase sur un ton compatissant, presque poussé à l’extrême, et le visage de la jeune fille qui se tenait face à lui se décomposa.

Sirius grimaça. Ca n’allait pas être facile cette fois-ci… Lorsqu’elle fondit en larmes, Sirius fut tenté de la prendre dans ses bras mais il se rappela au dernier moment que ça n’allait pas l’aider à la quitter, et qu’au contraire, elle risquait de s’attacher encore plus à lui.

Or, pour lui, elle avait fait son temps, et il voulait passer à autre chose.

Il ne bougea pas d’un millimètre et attendit de voir ce que la Poufsouffle s’apprêtait à faire. Au bout de quelques secondes, après un dernier regard désespéré à un Sirius qui restait de marbre face à elle, Sarah tourna les talons pour s’en aller. Elle marqua un arrêt lorsque sa main se posa sur la poignée. Sans même le regarder, elle lança à Sirius :

« Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c'est toi qu'on laissera »


Puis, sans attendre la moindre réponse, elle ouvrit la porte à la volée et disparut dans le couloir.

De sa place, Sirius, étonné, suivit le son de plus en plus étouffé de ses sanglots jusqu’à ce qu’ils disparaissent.

Avec ce ton si détaché, cela sonnait comme une sorte de maléfice pensa Sirius, en frissonnant.

Soudain, il éclata d’un rire bref. N’importe quoi ! Il secoua la tête, amusé. Côté malédiction et sorcellerie noire, c’était sa famille qui s’y connaissait, pas Sarah O’Connor. Il haussa les épaules, enfouit ses mains dans les poches de sa robe de sorcier et se dirigea vers la porte en fredonnant doucement pour lui-même.

Quand il en franchit l’embrasure, Sarah était déjà oubliée.


~*~*~*~*~*


En l’espace des deux mois suivants, Sirius, bien que fortement réprimandé par Lily, était déjà sorti avec Louise, la meilleure amie de Sarah, et deux Serdaigles de sixième année. Autant de cœurs brisés.

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c'est toi qui pleureras


Sirius ne tolérait les remarques de Lily que par égard pour James. Et celle-ci ne se privait pas de le faire passer pour un véritable don Juan sans cervelle et égoïste. Elle allait même jusqu’à se lier d’amitié avec toutes ses ex-petites amies au fur et à mesure ! Au bout du compte, ce n’était pas Remus le gros méchant loup !

Il lui arrivait régulièrement de croiser Tina, Sarah, Lou, Violette, Charlene, Kaylia, et les autres dans les couloirs ou dans la grande salle au moment des repas. Il arrivait souvent que l’une d’entre elles vienne le voir pour demander à lui parler.

Il se souvenait vaguement du moment où Sarah était venue le voir. Elle avait profité du moment où Sirius se trouvait être à nouveau célibataire après sa rupture avec Julia, la serdaigle. Ennuyé par avance, il l’avait suivi jusque dans un coin désert. Là, elle avait s’était mise à déblatérer tout un tas de choses sans queue ni tête.

- Sirius, tu sais que je tiens à toi. Et je sais que toi aussi, même si tu ne t’en es pas vraiment rendu compte.

Les bras croisés, Sirius attendait la suite. C’était toujours le même discours. « Reviens avec moi, donne-nous une autre chance ! Tu ne le regretteras pas, et tu te rendras compte que tu tiens à moi… » Et blablabla, et blablabla… Sans même s’en rendre compte, Sirius poussa un profond soupir. Il allait encore devoir ressortir la vieille excuse, la regarder pleurer à nouveau, l’insulter et partir en courrant…

Mais ce que dit Sarah le fit presque tomber par terre de stupeur.

- Et c’est parce que tu m’es cher que j’ai envie de te voir guérir. Tu es gravement malade Sirius. Je sais qu’on ne s’est pas quittés en de très bons termes…

Son ton était tellement sérieux et compatissant que durant un instant, Sirius cru qu’il avait attrapé un virus extrêmement dangereux. Puis il se traita silencieusement d’imbécile : comment cette fille pourrait-elle être au courrant ?

Pendant ce temps là, elle avait continué :

« Oui j'ai pleuré mais ce jour-là
Non je ne pleurerai pas
Non je ne pleurerai pas »


- Quoi ? demanda Sirius, ahuri. Il ne comprenait plus rien.

Sarah soupira à son tour et reprit :

- Il faut que tu te fasses soigner. Que tu ailles voir un psychomage. Ce n’est pas normal de reporter tes problèmes familiaux dans tes histoires amoureuses.

Elle prit un air désolé.

- Tu souffres d’un manque d’affection parentale, que tu essayes de compenser à travers tes relations avec les filles. Tu recherches la perfection, et quelque chose qu’aucune fille ne pourra jamais te donner hormis ta mère. Tu as mal vécu la fait qu’elle te rejette, et à cause de ça, tu passes à côté de personnes parfaites pour toi…

Ecoeuré et furieux, Sirius la coupa et lança abruptement :

- Une personne comme toi ?

Le visage de la jeune fille sembla s’éclairer. Il la comprenait !

- Oui, comme moi, Sirius.

Elle s’apprêtait à se rapprocher de lui, mais il la devança en faisant un pas menaçant vers elle. Il était beaucoup plus grand qu’elle et elle se tassa sur elle-même, d’un air craintif.

- Ecoute, tu ne me connais pas. Tu ne connais pas ma vie. Tu n’as pas à parler de choses qui t’échappent totalement. C’est clair ?

Sa voix était proche d’un grondement et Sarah, impressionnée, acquiesça en silence. Sirius passa à côté d’elle pour se diriger vers la porte mais il fut arrêté par la rage contenue dans les propos de la jeune fille.

- Très bien, comme tu voudras ! Continue à agir comme tu le fais, à jeter les filles comme de vulgaires mouchoirs, un jour ça se retournera contre toi ! Et alors là, …

« Je dirai c'est bien fait pour toi
Je dirai ça t'apprendra
Je dirai ça t'apprendra »


Sirius claqua la porte derrière lui.


~*~*~*~*~*


A la fin de sa journée de cours, Sirius grimpa au dortoir. Il espérait que celui-ci fut vide afin de s’y reposer un peu, sans les cris de Peter et James. Ce fut Remus qu’il y découvrit, assis sur son lit, s’amusant à produire quelques sortilèges qu’ils n’avaient pas encore abordé en cours.

Sirius soupira, salua Remus et se laissa tomber sur son lit, la tête contre son coussin. Remus arrêta son exercice et jeta un regard amusé à son ami qui dû se retourner pour pouvoir reprendre sa respiration.

- Ca va, Pat’ ?

- Mmmh, fit-il, l’air épuisé.

- Qu’est-ce qu’elle te voulait Sarah à midi ?

Le visage de Sirius se ferma.

- La rengaine habituelle.

Il marqua une pause, songeur. Intrigué, Remus l’observait en silence. Il attendit que son ami reprenne.

- Cette fille est totalement cinglée.

Remus lui lança un regard de reproche, auquel il répondit par un haussement d’épaules.

- Tu ne sais pas ce qu’elle a pu raconter comme âneries… C’est une folle furieuse frustrée.

Remus soupira.

- Tu sais, Sirius, même si tu détestes qu’on te le fasse remarquer, un jour ça se retournera contre toi…

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Ça te jouera un mauvais tour

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Tu le paieras un de ces jours


Avec mauvaise humeur, Sirius se redressa et lui lança un regard noir.

- Oh, tu ne vas pas t’y mettre, toi aussi ! J’en ai assez qu’on critique mes moindres faits et gestes !

Remus baissa la tête en signe d’excuse.

- Bon, d’accord. C’est vrai que je ne suis peut-être pas le mieux placé pour en parler…

Sirius lui lança un regard montrant qu’il n’en pensait pas moins, même s’il n’avait pas osé le formuler.

- … mais c’est justement pour ça que je ne cherche pas à sortir avec la première fille que je vois passer. Je déteste mentir ou cacher à une copine tout ce qui concerne mon problème… Et par-dessus tout, je sais très bien qu’il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles.

« On ne joue pas impunément
Avec un cœur innocent
Avec un cœur innocent »


Sirius soupira. Où était le mal ? Ce n’était pas comme si elles prenaient leur relation avec lui au sérieux ! Il haussa les épaules et s’allongea de tout son long. Il ne tarda pas à s’endormir, tandis que Remus revenait à ses sortilèges.


~*~*~*~*~*


Trois coups retentirent à la porte de l’appartement.

- Entrez ! cria Sirius depuis la cuisine. C’est ouvert !

Des bruits de conversation se fit entendre dans le salon, alors que les invités du jeune homme pénétraient chez lui. Laissant le poulet dans le four, et remuant une dernière fois les pommes de terre dans la poêle à l’aide de sa baguette, Sirius quitta ses fourneaux pour aller accueillir ses amis.

Lily s’était occupée de suspendre les différents manteaux dans l’entrée, tandis que Remus, Peter et sa petite amie, Magali, venaient s’asseoir sur le canapé, en face d’un James déjà avachi dans un des fauteuils.

- He ! Comment ça va, vieux frère ? Lança-t-il en apercevant Sirius qui s’occupait de dire bonjour à chacun des nouveaux venus.

- Comme d’hab, vieille branche !

Il lui serra vigoureusement la main en échangeant un regard complice avec son meilleur ami.

- Je vous laisse faire comme chez vous pour l’apéro ! lança le brun. Il faut que je retourne surveiller le repas.

- Tu veux un petit coup de main ?

Lily était déjà debout et sans attendre de réponse, elle se dirigeait déjà vers la cuisine. Sirius lui sourit en remerciement.

En passant, celle-ci jeta un coup d’œil à la table du repas et fronça les sourcils. Elle attendit d’être seule dans la cuisine avec Sirius pour parler.

D’un ton désinvolte, elle demanda :

- Sally ne mange pas avec nous ?

Du coin de l’œil, elle vit le visage heureux de Sirius se fermer brusquement. Il avait l’air particulièrement contrarié.

- Non, grogna-t-il.

Lily soupira.

- Sirius… commença-t-elle.

- Lily, non, je t’en prie, pas ce soir !

A son ton, Lily comprit qu’ils avaient dû se disputer. Quant à savoir comment cela s’était terminé… L’avait-il mise à la porte ou était-ce elle qui avait décidé de partir ?

La chance abandonne
Celui qui ne sait
Que laisser les cœurs blessés


Durant le repas, personne ne fit la moindre allusion à l’absence de Sally. Lily, par ses regards, avait empêché toute question sur ce sujet.

Malgré la bonne humeur ambiante et les blagues de James, Sirius avait la tête ailleurs. Il observa ses amis. James faisait le clown, sous le regard amusé et attendri de Lily ; Peter tenait discrètement la main de Magali dont il caressait la paume ; Remus, bien que seul, paraissait épanoui. Cette vie là semblait le satisfaire : le simple fait d’avoir de vrais amis lui faisait un bien fou. En raison de son problème, il ne cherchait pas de relation autre, malgré les encouragements de ses amis.

Sirius se sentait abandonné. Voir ses amis heureux de leur vie, de leurs couples, de leurs relations le faisait se sentir délaissé. Bien sur, il y avait Remus qui avait souvent du temps à lui consacrer, mais il se sentait de plus en plus éloigné de James qui passait le plus clair de son temps avec Lily. Leur relation était devenue fusionnelle peu avant qu’ils ne quittent Poudlard.

Sirius Black, celui qui était constamment sollicité et entouré, se sentait seul. Terriblement seul.

Tu n'auras personne
Pour te consoler
Tu ne l'auras pas volé


A table, ses amis éclatèrent de rire à la blague de James sur les hippogriffes et Sirius sourit pour dissimuler son inattention.

Il repensa à Sally. Il regrettait amèrement leur dispute.

Mais la regrettait-il pour ce que Sally représentait pour lui, ou parce qu’elle l’avait laissé seul, comme un parfait imbécile ?

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c'est toi qu'on laissera


Les éclats de voix avaient commencé en début d’après-midi. La jeune fille venait tout juste d’arriver. Elle avait reproché à Sirius son manque de respect, sa manière d’agir comme un prince et son nombrilisme. Sirius l’avait très mal pris…

- Je ne supporte plus tout ça, Sirius.

Il était entré dans une fureur noire.

- Vraiment ? Et bien, puisque c’est comme ça, sache que nous deux, c’est fini. Je te quitte.

Sally avait marqué une pause et l’avait regardé tristement et avec regret malgré sa colère.

- Non, Sirius. C’est moi qui te quitte.

Sur ce, elle avait tourné les talons, rassemblé ses affaires d’un coup de baguette magique et avait calmement quitté l’appartement. Sirius n’en était pas revenu. C’était la première fois qu’une situation de ce genre lui arrivait.

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c'est toi qui pleureras


Il avait évité d’y penser tout au long de l’après-midi et s’était totalement plongé dans la préparation de la soirée.

Il avait vraiment joué au con, ça, il en avait conscience. Mais qu’est-ce qui lui avait pris de tenter de la rendre jalouse, de l’ignorer parfois à moitié ? Maintenant qu’elle était partie, il se rendait compte qu’il tenait à elle.

Peut-être même qu’il tenait d’autant plus à elle qu’elle l’avait quitté.

Il n’avait pas envie d’en parler à qui que ce soit. Du moins pour le moment. Il finirait bien par en parler à James, Remus et Peter, mais il ne voulait pas entendre leurs ‘on te l’avait bien dit !’

Non pour te plaindre il n'y aura
Personne d'autre que toi
Personne d'autre que toi


A table, les Maraudeurs avaient commencé à évoquer des souvenirs du temps de leur scolarité à Poudlard. Remus évoquait en riant les heures de détention et Peter parlait des soirées passées au coin du feu, à confectionner la carte du maraudeur.

L’évocation de ses souvenirs en amena un autre à la mémoire de Sirius. Il se souvint de ses années passées à séduire les filles. Le bon temps, pensait-il souvent. C’était quand il n’y avait pas besoin de faire de réel effort pour rendre les filles folles de lui…

Il se rappela les soirées à la tour d’astronomie avec une blondinette, les balades dans le parc avec d’autres, le vague souvenir d’une petite rousse.

Les baisers, les rires, les caresses. Les pleurs, aussi. Mais toujours ceux des autres.

Troublé, il se leva en prétextant aller chercher le désert.

Dans la cuisine, il s’adossa à l’évier et ferma les yeux.

Il n’avait pas été con qu’avec Sally. Il l’avait été avec chacune d’entre elles. Sally avait raison, il était égoïste…

Il voulu frapper le placard de son poing mais se retint. Ca ne servirait à rien.

Il souffrait. Depuis le moment où Sally était partie, il était en colère, mais ce n’était pas contre elle. C’était contre lui-même. Et il réalisait qu’il tenait plus à Sally qu’il n’avait osé l’admettre.

« Alors tu te rappelleras
Tout ce que je te dis là
Tout ce que je te dis là »


Ils avaient tous eu raison. Et ça, c’était un grand coup pour l’ego de Sirius. Elles avaient souffert, il s’en était moqué. Aujourd’hui, c’était son tour.

Finalement, il allait en parler à James. Lui le comprendrait.

Ouvrant les yeux, il se passa de l’eau sur le visage, s’essuya, puis se saisit de la tarte. Il marqua une pause, souffla un bon coup, et brusquement, éclata d’un rire amer.

Le séducteur finit toujours pas être séduit.
Et maintenant, voici ma participation :
La prochaine fois

Ils étaient trois. Depuis le début, ils s’étaient toujours soutenus envers et contre tous. À eux trois, ils avaient vaincu le Mal. Aux yeux du monde, ils formaient l’image même de l’amitié. Mais pourtant que faisait Ron seul à cette table de bar, une bouteille de Whisky Pur Feu à moitié vide devant lui ? Pourquoi Harry affrontait-il la tempête de ce ciel de Novembre où l’orage déversait pluie et grêle mêlées, avec cet air si inquiet sur son Eclair de Feu ? Et où était Hermione ? Dans le bar, la radio au volume maximal pour lutter contre le vacarme des éléments fait retentir les premières notes d’une chanson au rythme vif. La voix cristalline de la chanteuse s’éleva.

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c’est toi qu’on laissera tomber


Ron avala un nouveau verre. Le liquide brûlant transperça sa gorge. Pourtant cette douleur lui semblait bénéfique, comme une juste punition contre l’être qu’il était. Il porta le verre devant ses yeux, contemplant longuement les reflets irisés des torches dans les dernières gouttelettes ambrées accrochées aux parois.
« Je suis un misérable » se dit-il
Mais il savait aussi qu’il ne le pensait pas vraiment. Il était incapable de prendre conscience qu’il avait mal fait. Était-ce mal d’aimer le plaisir ? Il trouvait la réaction de Harry totalement disproportionnée. Et cette stupide chanteuse moldue qui s’y mettait aussi. Le monde entier était contre lui. Il se resservit un verre.

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c’est toi qui pleureras


Harry n’avait jamais autant regretté de n’avoir pas pris le temps d’apprendre à transplaner. Il poussait son Eclair de Feu son maximum, et le vent violent qui soufflait dans on dos le propulsait également, comme s’il savait l’affreuse angoisse du jeune homme. Mais si Eole semblait soutenir Harry, Ouranos quant à lui déversait sur Celui-Qui-A-Survécu-Deux-Fois toute sa violence. La pluie formait un rideau infranchissable, aussi sombre que le manteau de Nyx, sœur des Enfers. Harry maudissait Ron, et sa stupidité. Tous ces mois, il avait cru son ami, quand celui-ci lui disait que c’était fini, qu’il aimait Hermione plus que tout, qu’il ne lui ferait jamais de mal. Quand il avait appris que Ron avait malgré tout continué ses frasques, il avait ressenti une colère au moins aussi grande que face à Voldemort. Il aurait pu tuer Ron sur place, mais celui-ci avait alors ajouté que Hermione venait de tout découvrir. Le cœur du jeune Survivant avait alors sauté plusieurs battements. Il connaissait par cœur son amie et savait très bien dans quel état elle devait être. Sans un regard pour Ron, il était sorti, et s’était envolé vers la demeure de ses amis.

Oui j’ai pleuré ce jour là
Non je ne pleurerais pas
Non je ne pleurerais pas


CRAC ! En arrivant dans son salon par transplanage, Hermione ne ressentit pas l’habituelle sensation de nausée. En fait, elle ne sentait plus rien, ni la douleur de ses mains en sang d’avoir tapé contre les murs, ni les hématomes de ses jambes et de ses pieds dus aux coups donné aux meubles. Elle ne sentait pas non plus le poids du carton imposant au couvercle percé de trous qu’elle portait dans ses bras. Hermione ne ressentait plus qu’une immense détresse, un vide abyssal dans son âme. Toute sa haine et sa colère s’étaient envolées, mais elles avaient eu le temps de ruiner sa raison. Hermione ne pensait plus à rien que ce qu’elle projetait de faire. Elle en avait même oublié le but et les causes. Il l’avait détruite, transformée en une coquille vide. Son visage était lisse, un masque inhumain de neutralité où séchaient d’ultimes larmes. Dans ce salon dévasté, elle semblait une statue se dressant sur les ruines de la guerre. Il y eut un bruit dans le carton, qui la fit sortir de son inconsciente contemplation des restes de sa vie. Lentement, sans un bruit, elle traversa la pièce et monta dans sa chambre. S’asseyant en tailleur sur le lit, elle posa ses mains des deux cotés du couvercle et d’un geste décidé, elle l’ouvrit. À des kilomètres de là, le gardien d’un zoo constatait la disparition d’un de ses pensionnaires.

Je dirais c’est bien fait pour toi
Je dirais ça t’apprendra
Je dirais ça t’apprendra


« Harry est jaloux, voilà tout » se dit Ron.
Sa culpabilité et son remord disparaissaient alors que la bouteille devant lui se vidait. Harry était jaloux que ce fût lui, Ronald Weasley, que Hermione avait choisi. Lors de leur dernière année, ils avaient tous les deux essayé de séduire leur amie. Celle-ci avait accepté leurs avances, mais ne sortant avec aucun des deux. Pendant toute l’année, Ron avait vécu cela comme une guerre. Il avait usé de tus les moyens pour rabaisser Harry aux yeux de Hermione, mais jamais de manière directe. Quand il y repensait, il était fier de lui. Il avait aussi bien manœuvré qu’aurait pu le faire Drago Malefoy. Il avait insisté sur le fait que Harry n’était pas sur de sortir vivant de l’affrontement avec Vous-Savez-Qui, même en cas de victoire. Il avait aussi évoqué les nombreuses fans de Harry, en cachant soigneusement sa jalousie quant à cette situation. Oui il considérait Harry comme son meilleur ami, mais il tenait aussi à conquérir le cœur de Hermione. Il avait tout fait pour que son ami triomphe de Vous-Savez-Qui, et il avait été sincèrement soulagé que Harry soit encore vivant après. De toute façon, Hermione avait déjà fait son choix à cette époque, donc ce n’était plus un danger. Mais Ron était sur que Harry était jaloux. Et c’est pour ça qu’il faisait tout un plat de cette histoire. Fort de cette conviction, il commanda une nouvelle bouteille.

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Ça te jouera un mauvais tour


La grêle froide cinglait son visage. Il avait hâtivement protégé ses lunettes avec un sort, mais la visibilité était réduite. Il se servait d’une boussole, celle-là même qui se trouvait dans le Nécessaire à balai que Hermione lui avait offert pour son anniversaire, juste avant la rentrée en troisième année à Poudlard. Au sein des éléments déchaînés, il avait du mal à garder son cap et la boussole lui était d’un précieux secours… tout comme l’avait été Hermione durant toutes les épreuves qu’il avait traversées. Il était en train de maudire Ron pour la énième fois, quand un grêlon plus gros et plus traître que les autres lui percuta le front, juste à coté de l’endroit où apparaissait sa cicatrice. Un voile rouge passa devant ses yeux et il du serrer son balai de toutes ses forces pour ne pas tomber. Dans un état de semi-inconscience, il sentit un liquide chaud couler entre ses yeux et le long de sa joue. Ses pensées commencèrent à se perdre lentement. Des flashes se succédèrent. Hermione qui riait aux blagues de Fred et Georges. Hermione en colère, qui gifla Drago. Hermione sérieuse penchée sur un livre plus gros qu’elle. Hermione angoissée, peu de temps avant qu’il ne parte combattre Voldemort. Hermione tendre, lui déposant un baiser sur la joue avant de lui dire au revoir sur le quai de la gare, à la fin de leur quatrième année. Hermione hésitante, lui annonçant qu’elle sortait avec Ron. Cette image lui rappela soudain les sentiments qui l’avaient assaillis alors : jalousie, colère, mais aussi soulagement et contentement. Il aimait Hermione plus que n’importe qui et aurait voulu vivre sa vie avec la sienne. Mais il était soulagé de la voir heureuse et souriante, fut-ce dans les bras d’un autre. Et maintenant cet autre l’avait trahie.

Laisse tomber les filles,
Laisse tomber les filles
Tu le paieras un de ces jours


Hermione regardait le long serpent émerger de sa boite. Elle ne bougeait pas un cil, semblant avoir cessé de vivre. Le serpent se redressa lentement. C’était un magnifique représentant de son espèce, un Cobra Royal de plus de 3 mètres de long. Sa couleur vert sombre et ses écailles brillantes semblaient dégager une aura de fascination mortelle. Après s’être extirpé de sa boite le serpent redressa lentement la tête. Ces reptiles étaient presque aveugles, mais ils étaient aussi sensibles à la magie et à ceux qui la pratiquaient. Il sentait une âme violemment tourmentée, qui semblait lui lancer un appel qu’il ne comprenait pas. Hermione savait ce qu’elle voulait, mais comment le faire comprendre au serpent. Une pensée consciente émergea.
« Si Harry était, il pourrait le lui dire. »
L’évocation de Harry déclencha une brusque remontée des sentiments. Elle avait besoin de lui. Il avait toujours été là pour elle. Lui seul l’avait comprise et soutenue. Il n’avait jamais joué avec ses sentiments. Et alors même que la menace de Voldemort planait sur sa tête, il s’inquiétait plus de son bien-être à elle que du sien. Elle avait longuement hésité entre Ron et lui ; mais Ron, par son appartenance à une famille de sang pur, représentait un moyen de s’ancrer dans ce monde où elle voulait se faire une place. Ron lui répétait aussi que Harry risquait de ne pas survivre à Voldemort. Elle ne voulait pas se sentir déchirée par la mort d’un être qu’elle aurait choisi d’aimer. Mais maintenant, à la fin de tout, elle savait qu’elle avait fait le choix de la facilité. Une unique larme coula lentement le long de son visage resté impassible malgré ces introspections douloureuses. Alors le cobra se mit lentement en mouvement.

On ne joue pas impunément
Avec un cœur innocent
Avec un cœur innocent


Le bar allait bientôt fermer. C’est ce que venait de lui dire la barmaid. Il avait relevé la tête et l’avait dévisagée. Son œil maintenant habitué devinait aisément les le joli corps qui se cachait sous les vêtements de travail grossiers. Alors qu’il allait lui répondre, la tempête fit éclater un carreau. Profitant du qu’elle allait s’en occuper, il se jeta à lui-même un sort de dégrisement. Ce sort atténuait considérablement les effets de l’alcool sur sa condition physique. Il pouvait marcher droit et parler sans gêne. Lorsque la tenancière revint vers lui, Ron avait l’air tout à fait sobre, et s’apprêtait à jouer la scène qui les avait toutes faites tomber dans ses bras, les unes après les autres. Car c’était ça le plus gros problème de Ron selon Harry. Il se servait de sa célébrité pour séduire toutes les femmes qu’il rencontrait et qui lui plaisaient. Ron ne voyait pas où était le mal. Il aimait Hermione, vraiment. Toutes les autres filles n’étaient que des passades. Il avait tenté de lui expliquer ça quand elle avait tout découvert aujourd’hui. Mais elle était tellement en colère qu’elle n’avait rien voulu entendre. Fuyant ses accès de rage, il était parti en transplanant. Demain elle serait sûrement calmée, peut-être même qu’elle s’inquiétait pour lui en ce moment. Il lui achèterait un cadeau, comme ça elle sera contente et oubliera cette malencontreuse histoire. Mais pour le moment, il devait se concentrer sur quelque chose de plus important, les jolies rondeurs de la jeune barmaid.

Tu verras ce que je ressens
Avant qu’il ne soit longtemps
Avant qu’il ne soit longtemps


Harry savait qu’il était bientôt arrivé. En ce moment même il survolait péniblement le petit village où Hermione habitait avec Ron. Elle avait choisi ce lieu retiré, exclusivement habité par des Moldus, pour éviter les tracas de la célébrité. Ils louaient depuis plusieurs mois, depuis la fin de leur scolarité, une grande maison datant de plusieurs siècles, dont elle avait réaménagé une bonne partie en bibliothèque et salle de travail. Il ne voyait pas encore la maison, la nuit et la tempête ne lui facilitant pas la tâche. Il décida de descendre à ras le sol, pesant que les maisons le protègeraient du vent violent qui menaçait de le déstabiliser. Il avait mal partout, ses muscles étaient engourdis par le froid et tétanisés par la fatigue. Alors qu’il continuait à descendre, il contourna un vieux chêne. Un sinistre craquement se fit entendre. Tournant rapidement la tête, il vit foncer sur lui une grosse branche, portée par le vent. Ses réflexes fatigués ne lui permirent pas de l’éviter et il fut éjecté de son balai qui s’envola pour se faire disloquer dans la tempête. Harry chuta lourdement sur le sol et son bras gauche se déchira sur l’arête d’une ardoise arrachée de son toit. Il hurla de douleur. Essayant de se maîtriser, il se releva. L’os était à nu, tout son biceps était ouvert. Il eut un haut le cœur. Au milieu du vent, il prit son écharpe et s’aidant de ses dents, il l’enroula fermement autour de sa blessure. Il gémissait, mais les nombreux Doloris qu’il avait reçu l’avaient habitué à bien pire. Il devait continuer, pour elle. Il ferait n’importe quoi pour elle. Lorsque Ron et lui étaient en compétition pour le cœur de Hermione, il avait tout fait pour qu’elle ne souffre pas, même de la culpabilité pour avoir choisi l’un et pas l’autre. Connaissant Ron, il avait deviné que lui ne voyait pas les choses de la même façon. Harry s’était alors effacé, et avait masqué sa tristesse et ses regrets, pour que Hermione jamais ne regrette son choix. Par contre il avait été incapable d’aimer quelqu’un d’autre et était resté seul à Square Grimmaud. Devant Hermione, il s’inventait des conquêtes sans lendemain, disant qu’il cherchait le Grand Amour et qu’il ne désespérait pas de le trouver. Mais comment aurait-il pu lui dire qu’il n’y avait qu’elle dans son cœur ? Il délirait, sous la pluie et le vent, marchant comme un zombie tombant 10 fois, se relevant aussitôt. Parfois un gémissement sortait de ses lèvres, un nom comme une prière :
« Hermione »

La chance abandonne
Celui qui ne sait
Que laisser des cœurs blessés


Elle n’avait pas bougé un muscle. Dans son esprit, elle ressassait inlassablement les mots qu’elle avait jeté à Ron, avant que celui-ci ne s’en aille en transplanant, fuyant son courroux :
« Sale serpent ! »
Dans les ruines de son esprit Ron et le serpent ne faisaient plus qu’un. Pourtant le reptile ne pensait pas à mal. Il avait conscience que cette jeune humaine magicienne avait un problème. Mais lequel ? Elle paraissait à peine vivante. Il s’était approché d’elle, dans une lente reptation, et avait délicatement enroulé ses anneaux autour de son corps. Les cobras ne tuent pas par étouffement. Le poison instillé dans le corps de leur victime donne la mort rapidement. Pour un être humain, il suffit d’un quart d’heure environ. L’esprit détaché de Hermione savait cela. Sa raison si froide lui soufflait qu’il y avait une certaine ironie dans cette situation. Avoir vaincu le Serpent pour mourir par lui… Les sentiments de Hermione refirent surface une fois de plus. C’était Harry qui avait vaincu Voldemort. Mais elle, elle avait été incapable de reconnaître le serpent sous le masque de lion que Ron portait. Le vrai cœur de Lion, c’était Harry. Et dire qu’elle ne le voyait que maintenant, alors que tout s’achevait. Sa conscience revenait peu à peu, mais elle voulait toujours mourir. Elle l’avait tellement aimé, si passionnément, parce qu’elle ne savait pas aimer autrement, que de voir son vrai visage l’avait détruite. Son cœur était en miette, ses rêves de la poussière qui disparaissait. Elle était détruite. Ses yeux clignèrent et elle tressaillit légèrement. Alerté, le cobra resserra un peu sa prise, mais il ne percevait toujours pas de danger. Hermione retrouvait ses sensations physiques, alors qu’elle pensait à Harry. Toutes ses plus grandes joies, elle les lui devait. Elle regretta de n’avoir pas pu lui dire adieu, avant de partir pour ce voyage. Elle fixa la tête du serpent, juste face à elle. Ils étaient les yeux dans les yeux. BLAM ! Un grand bruit, un éclair sombre, une légère brûlure sur sa gorge, un cri, une voix qu’elle connaissait :
« Hermione ! Non ! »

Tu n’auras personne
Pour te consoler
Tu ne l’auras pas volé


Le cobra avait prit peur. Tout était tellement calme, puis ce bruit assourdissant… Alors il avait attaqué. C’était un réflexe propre à son espèce. En deux secondes il avait mordu la jeune fille et avait relâché son étreinte pour s’enfuir et se terrer dans un endroit sombre. Il entendait les cris et les pleurs du nouvel arrivant.
Quand Harry était entré en claquant la porte contre le mur, il avait cru voir pendant un bref instant dans une image, tel un conte, Hermione si frêle prisonnière du Mal. C’est à peine si il avait remarqué le brusque mouvement du serpent, qui s’était caché sous une commode. Il avait crié le prénom de son amie, et après avoir été figé d’horreur, il s’était précipité vers elle.

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c’est toi qu’on laissera tomber


Brenda… La jeune tenancière du bar s’appelait Brenda. Un nom fichtrement plus facile à retenir que Hermione, surtout vu son état d’ébriété. L’heure de fermeture était passée, mais ils continuaient de parler. Ron lui racontait que sans lui, Harry Potter n’aurait pas pu vaincre Vous-Savez-Qui, qu’il avait combattu et vaincu des dizaines de Mangemorts et qu’il était trop modeste pour en faire étalage dans la presse. Brenda, de son coté, était impressionnée et rougissante de côtoyer ce héros plus jeune qu’elle, mais qui avait vécu tant de grandes aventures. Il était sûrement plus intéressant que son dernier amant en date. Elle frémit quand il lui prit la main et se sentit fondre lorsqu’il lui fit un sourire charmeur. Tout doucement, comme dans les films qu’elle avait vu, leurs têtes se rapprochèrent.

Laisse tomber les filles
Laisse tomber les filles
Un jour c’est toi qui pleurera


Harry se jeta sur Hermione qui avait leva un regard inexpressif sur lui. Le voyait-elle seulement ? Il la prit tendrement dans ses bras. Il était totalement paniqué. Les deux traces rouges dans son cou signaient son arrêt de mort. Mais il ne voulait pas qu’elle meure, il ne savait pas quoi faire. Comment la transporter ? Où la transporter ? Harry était perdu. Il lui parlait, doucement.
« Hermione, réveille-toi, s’il te plait. Réveille-toi. Tu ne peux pas mourir, je ne veux pas… J’ai tellement besoin de toi tu sais… Allez, réveille-toi… Ne me laisse pas, reste avec moi… Tu sais, je t’aime Hermione… Je t’aime plus que tout. Reviens moi Hermione. Je t’aime… »
Hermione entendait la voix de Harry, comme à travers un épais tissu. Que disait-il ? Il l’aimait ? Il fallait qu’elle se réveille, qu’elle sorte du brouillard et qu’elle le voie. Le venin s’insinuait lentement dans ses muscles et lui obscurcissait les pensées. Elle se sentait mourir et en fut soulagée. Elle quitterait bientôt cette souffrance. Mais avant, elle devait dire quelque chose à Harry, il le fallait. C’était sa dernière pensée cohérente. Elle lutta pour ne pas perdre pied, pas encore. Elle rassemblait ses dernières lueurs de raison. Elle ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortait. Soudain, la lumière perça et deux émeraudes brillèrent au-dessus d’elle. Il était là. Cette vision lui redonna des forces pour prononcer son ultime message à celui qui l’avait toujours soutenue.
« Ha…Ha…rry… la… prochaine fois… c’est toi que… je choisirais. »

Non pour te plaindre il n’y aura
Personne d’autre que toi
Personne d’autre que toi


Mélange des chairs, fusion des corps, passion des cœurs… Sans se soucier de sa partenaire, Ron faisait l’amour pour lui. Il tirait de toutes ses conquêtes un plaisir animal, sauvage et provisoire. C’était sa drogue. Il avait soif de reconnaissance, ne se satisfaisant jamais de ce qu’il avait obtenu. Comment Hermione pouvait prétendre le garder pour elle seule ? Alors même qu’il soumettait Brenda à son désir, il eut une pensée pour sa petite amie, se disant que demain il arrangerait tout. Cette perspective décupla son ardeur à cette joute du plaisir, et il s’enfonça dans l’abîme de sa passion de la chair, sans savoir qu’à cause de son égoïsme, il venait de perdre celle qu’il aimait et son ami le plus cher…

Alors tu te rappelleras
Tout ce que je te dis là
Tout ce que je te dis là


Harry soutenait la tête de Hermione de son bras valide depuis plusieurs heures. Il la regardait. On aurait dit un enfant endormi, un ange échoué sur cette Terre maudite, mais qui avait retrouvé le chemin des Cieux.
« Oui Hermione, le prochaine fois, on sera toi et moi ensemble. Je t’attendrais toute ma vie, et je sais que tu me reviendras. »
Le soleil matinal perça alors les nuages, mêlant à la pluie ses rayons de lumières. Il semblait alors que le ciel versait des larmes de compassion pour le destin de ces deux êtres.
Comment je me sens quand je résous les problèmes de clients :
Image

Les 10 commandements de l'informatique : Dans le doute, reboote. Si ça rate, formate.

Avatar de l’utilisateur
mimie
Cracmol
Messages : 19
Inscription : 29 déc. 2006 - 04:59

Message par mimie » 12 mars 2007 - 12:02

Je tape 2 car ton sirius me fait chavirer Adélia :wink: mais bravo Whitewolf, ton one shot est très beau également ( et merci d'avoir posté les 2 textes :-) ) :arrow:

Avatar de l’utilisateur
Sabaha
Elève de sixième année
Messages : 195
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:52

Message par Sabaha » 12 mars 2007 - 14:52

Ben voilà, j'ai même plus rien à faire moa... :D
*s'en va en sifflotant*
Bons votes, les enfants !! ^^

Avatar de l’utilisateur
Titagaya
Elève de troisième année
Messages : 40
Inscription : 13 févr. 2007 - 21:05

Message par Titagaya » 12 mars 2007 - 17:18

Je vote 1. J'adore le style, et c'est original. Néanmoins, Adélia, ta OS est superbe, aussi !
~~~ Titagaya ~~~

Image

Avatar de l’utilisateur
marelie56
Elève de sixième année
Messages : 171
Inscription : 07 mars 2007 - 12:34

Message par marelie56 » 13 mars 2007 - 10:17

arghh! voilà deux très chouettes OS, mais comme il faut prendre une décision... Alors je tape 1
les deux OS sont vraiment superbes, chacun dans leur style, merci de les avoir mis ici, pour qu'on puisse voter, et félicitations à tous les deux!

Avatar de l’utilisateur
Sabaha
Elève de sixième année
Messages : 195
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:52

Message par Sabaha » 17 mars 2007 - 09:32

J'avais dit que je laisserai encore une semaine après la réouverture du site... Vous avez donc jusqu'à jeudi prochain minuit pour voter pour votre candidat favori !!! :D

Avatar de l’utilisateur
Kimmy Potter
Elève de sixième année
Messages : 151
Inscription : 12 févr. 2007 - 10:37

Message par Kimmy Potter » 17 mars 2007 - 09:45

Ahh! C'est ça qui est dur en finale: on ne sait pas quoi choisir!...je tape...1et2?... je tape 1! Bravo tout de même à Adelia, espérons qu'après, Sirius a compris la leçon et qu'il n'a pas quitté ses autres conquêtes pour des raisons du genre qu'elles ont leur temps! Biss

Avatar de l’utilisateur
Sabaha
Elève de sixième année
Messages : 195
Inscription : 26 déc. 2006 - 20:52

Message par Sabaha » 24 mars 2007 - 13:49

Waouh !! C'était très serré cette finale...

Mais finalement, c'est WW qui l'emporte avec 58% des voix !

*pluie de confettis*

BRAVO à tous les deux en tout cas, vous nous avez offert deux merveilleux OS :wink:

WW pour le cadeau je te contacte courant de la semaine ^^

Avatar de l’utilisateur
AgatheK
Fille de fougère depuis 1 génération
Messages : 6571
Inscription : 18 déc. 2006 - 18:25

Message par AgatheK » 24 mars 2007 - 17:18

*sort le champagne* Mwahahaha, je lui avait dit qu'il gagnerait, il a pas voulut me croire. *ramène aussi les gâteaux* Kikin'en veuuuuux ?
Blog | DeviantArt | Bibliothèque

Image
Art by FlorentLlamas

Line
Comptable chez Gringotts
Messages : 1061
Inscription : 26 déc. 2006 - 19:57

Message par Line » 25 mars 2007 - 19:17

Félicitations Whitewolf :P

Et bravo aussi à Adélia

Vous nous avez écrit deux très beaux textes pour cette finale :P

Verrouillé

Revenir à « Archives »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités