Challenge ABC Les lectures

Discutez de vos auteurs préférés ou partagez votre expérience autour de la lecture.
Flammeche
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2762
Inscription : 26 déc. 2006 - 17:20

Challenge ABC Les lectures

Message par Flammeche » 18 mars 2009 - 12:00

Ce topic est dédié au fiche de lecture du Challenge ABC.

Rien est imposé sauf de rappeler le titre, l'auteur et la lettre.
Pour la fiche, vous faite selon votre inspiration sans oublier de donner votre avis :wink:
Mon compte d’auteur
Si vous ne devez lire qu’une de mes fanfiction, je vous conseille Le petit prince Severus
Image
Et après ? Ma toute première fanfiction dans l'univers de Kaamelott

Flammeche
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2762
Inscription : 26 déc. 2006 - 17:20

Re: Challenge ABC Les lectures

Message par Flammeche » 18 mars 2009 - 12:01

L comme Roy Lewis

Voir la couverture

Pourquoi j’ai mangé mon Père
Un titre bien étrange dont vous n’aurez peut-être pas la réponse.

L’histoire ce passe dans la savane africaine, lorsque l’ancêtre de ce qui deviendra l’Homo Sapiens Sapiens vient de quitter son arbre.
La vie est difficile car ce demi-singe doit lutter pour survivre contre des animaux mieux armés que lui pour la nourriture et pour un abri.
C’est la famille d’Ernest que nous suivons. Il vit avec une harde constituée de son père, sa mère ces sœurs ses oncles et ses tantes.
Le père, Edouard, est un visionnaire, un inventeur de génie qui recherche toujours comment améliorer la vie de sa famille. C’est un être inquiet. Il est inquiet de sa place dans l’évolution : sont-ils dans les temps ou alors très en retard sur le chemin de l’homo Sapiens ? Oui Edouard a conscience qu’il n’est qu’un chaînons dans l’évolution et que tout ce que son peuple accompli, c’est du temps de gagné pour l’avènement de l’homo Sapiens.
Ces fils ne partage pas son goût de la science. Ernest le narrateur est plutôt un philosophe qui cherche toujours le pourquoi du comment. Il est rêveur et, est toujours plutôt sceptique sur les trouvailles de son père.
Et il y l’oncle Vania, le frère d’Edouard. L’oncle Vania est un reac’ qui n’a qu’un mot à la bouche « Back to de trees ». Il passe son temps à se plaindre à penser que ces inventions conduiront à la perte de l’humanité, mais comme par hasard, il débarque toujours lorsque l’orage gronde pour s’abriter dans la grotte et pour bénéficier de la chaleur du foyer.

C’est un livre très drôle qui dépeint au fait notre société. Sans doute partiellement faux « paléontologiquement » parlant, il joue sur un certains nombre d’anachronisme, notamment à l’aide du langage. Ces pithécanthropes qui ne devaient pas posséder, si l’on en crois Edouard, plus de deux cents mots de vocabulaire, s’exprime dans un langage châtier et on des prénoms que l’on rencontre sans doute plus souvent dans les beaux quartiers des grandes ville que dans la savane africaine 15 000 ans avant J.C.

Je vous invite à lire ce livre, plutôt court (183 pages) qui vous réjouira sans doute. Enfin moi j’ai adoré.
Mon compte d’auteur
Si vous ne devez lire qu’une de mes fanfiction, je vous conseille Le petit prince Severus
Image
Et après ? Ma toute première fanfiction dans l'univers de Kaamelott

Avatar de l’utilisateur
Zézé
Moldu
Messages : 1
Inscription : 29 déc. 2006 - 15:55

Re: Challenge ABC Les lectures

Message par Zézé » 28 avr. 2009 - 13:53

Vcomme José Mauro de Vasconselos

Mon bel oranger

Lorsque je suis allée acheter ce livre, le libraire c'est exclamé :"Oh ! Le plus beau livre pour enfant jamais écrit"

C'est l'histoire de Zézé un enfant pauvre de 5 ans qui grandit dans un faubourg populaire de Sao Paulo dans les années 30. Son père est au chômage depuis plusieurs mois et la famille ne peut compter que sur le travail de la mère (une indienne Pinayée) ainsi que des ainés de la famille pour faire bouillir la marmite.
Ce revers de fortune les oblige à déménager dans une maison plus modeste. Au fond du jardin de la nouvelle maison, il y a un pied d'orange douce. Grace à son imagination débordante, Zézé parle à l'oranger qui devient son confident. Il lui confie tout ces secrets, ses espoirs et ses colères.
En fait Zézé c'est l'auteur lorsqu'il été jeune, parce que c'est un roman autobiographique. Il raconte dans ce livre la difficulté d'être un enfant à l'imagination débordante dans un monde qui ne vous laisse pas vraiment le temps d'être un enfant. Il y raconte la façon dont il a appris à lire seul, dont ces ainé le persécutaient et le battaient ainsi que son amitié avec un homme qui le laisse être un enfant.
C'est un moment agréable de lecture, d'abord plutôt drôle ou l'on se surprend à sourire aux bêtises de Zézé. Mais plus on avance dans le livre et plus il devient grave. La lecture est facile, normale c'est un livre pour enfant mais il n'en est pas niais pour autant. Il contient d'ailleurs un second degré de lecture que l'on ne saisit pas forcement à 10 ans l'âge que j'avais lorsque je l'ai lu pour la première fois. Aujourd'hui j'en ai.... chuttt c'est un secret.
Image

Avatar de l’utilisateur
Clo32
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1613
Inscription : 22 mars 2009 - 14:20

Re: Challenge ABC Les lectures

Message par Clo32 » 27 sept. 2014 - 13:39

Bon ben du coup, je fais un petit remontage de topic ^^

L comme Harper LEE
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Je n'avais pas cours jeudi aprem, j'en ai profité pour lire et j'ai dévoré ce bouquin. Il est vraiment génial :coeur: J'adore Scout, Atticus, Jem, Boo, tout le monde. Il fallait de temps en temps que je revienne lire les premières phrases pour me rappeler que Scout - la narratrice - raconte les événements a posteriori parce qu'elle a entre 6 et 9 ans pendant le bouquin ^^
Pour faire un résumé rapide, l'action se déroule dans les années 30, en Alabama, et raconte trois ans de l'enfance de Scout Finch et de son grand frère Jem. La première année (et la deuxième aussi) sert essentiellement à présenter le contexte, la vie à Maycomb, leur attrait pour le mystère que représente leur voisin Boo Radley et leur amitié avec Dill. Ensuite, on découvre qu'Atticus, le père de Scout et Jem, est commis d'office pour défendre Tom Robinson, un ouvrier noir accusé d'avoir violé une Blanche. C'est juste magistral. J'avais peur que ce soit un peu "trop" mais le fait que ce soit Scout la narratrice, l'idée de présenter l'Alabama sudiste par le regard d'une enfant, c'est juste génial

J'ai vraiment aimé, je regrette juste de ne pas l'avoir lu en anglais, j'aurais bien aimé voir l'accent du Sud des US écrit. Mais vraiment, c'est un livre à lire, foncez ^^


E comme Albert ESPINOSA
Un mundo amarillo

Binôme me l'avait conseillé, c'était en espagnol, je me suis dit qu'il fallait que je le lise. Et je ne sais pas trop quoi en penser. Le livre est divisé en trois partie. Dans la première, l'auteur explique qu'il a eu un cancer à 14 ans, qu'il a été guéri 10 ans plus tard et que cela lui a enlevé beaucoup de choses mais qu'il préfère le voir comme quelque chose qu'il a gagné. Dans la deuxième partie, il donne les "trucs" qu'il a appris à l'hôpital et qui l'ont aidé, une fois le cancer guéri. C'est un peu long, je n'aime pas trop les livres qui prétendent donner des conseils pour mieux vivre ou des trucs dans ce style-là. Y a des idées intéressantes, comme le fait que le cerveau n'ai pas besoin de compter jusqu'à 4, mais bon. Et puis enfin, la troisième et dernière partie. Là, il explique ce que sont les amarillos (les "jaunes" si je devais traduire en français mais l'idée qu'il y a derrière perd un peu de son sens). Et là, c'est trop bien. Parce que j'ai rencontré quelques amarillos, des personnes qui ont changé ma vie, qui sont plus que des amis, et là, il me donne le mot que je cherchais pour expliquer le truc qui est au-dessus de l'amitié, ce sentiment difficilement traduisible (l'amitié entre James et Sirius si je dois donner un exemple :mrgreen: ) et c'est juste trop trop vrai.
J'ai conscience que c'est un peu vague et assez hermétique pour quelqu'un qui n'a pas lu le bouquin, mais y a des idées magiques dans cette dernière partie, des idées qui se ressentent mais qui ne s'expliquent pas.

Je trouve le début très moyen, honnêtement, j'ai continué juste parce que c'était en espagnol et que ça se lit très facilement. Mais je ne regrette pas parce que la fin décrit un concept avec lequel je ne peux qu'adhérer et que je cherchais à formuler depuis un moment :coeur: Bref, je pense que c'est intéressant à lire, au moins pour comprendre ce que sont les amarillos.

Image

Avatar de l’utilisateur
Satchrê
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2461
Inscription : 19 mai 2013 - 18:01

Re: Challenge ABC Les lectures

Message par Satchrê » 06 janv. 2016 - 20:56

B comme BALZAC

Le chef-d'oeuvre inconnu

Il s'agit d'un très court roman balzacien (je pense qu'on pourrait même parler de nouvelle) qui nous transporte brièvement dans le milieu artistique de la peinture. Sous couvert d'une rencontre entre trois peintres, plus ou moins aguerris dans leur art, on découvre une magnifique mise en scène d'un désir obsessionnel de perfection et de ses conséquences. Le peintre en question peint, des années durant, mobilise tout son savoir, son don suprême, dans cette grande œuvre qui est destinée à être L'œuvre, pour ne finalement tuer sa propre création et n'aboutir qu'au chaos.
L'intrigue n'est pas complexe, l'écriture n'a rien de transcendant. Ce qui m'a le plus marquer dans cette lecture finalement, c'est l'écho qu'elle a trouvé en moi, le trouble qu'elle a créé en ne me renvoyant que trop bien mes propres névroses de fille psycho-rigide et manico-dépressive. Déprime, déprime :mrgreen:
Image

Répondre

Revenir à « En général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités