La bibliothérapie

Discutez de vos auteurs préférés ou partagez votre expérience autour de la lecture.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2368
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

La bibliothérapie

Message par Alienor la Fantasque » 19 mars 2018 - 22:21

Un sujet que je me promettais de créer depuis perpét', mais je reporte, reporte...
Enfin, là, c'est un peu pressé, donc je vais vraiment me lancer. Parce qu'il se trouve que je fais un mémoire dessus actuellement. Je me suis dit que c'était une bonne occasion pour en discuter avec les friands lecteurs que vous êtes.

La bibliothérapie, qu'est-ce que c'est que cette bête-là ? En auriez-vous déjà entendu parler, par un proche, à la radio, à la télé, dans un livre... ?

Cette discipline, assez méconnue en France, veut assez bien dire ce qu'elle veut dire : du grec biblios (livre) et therapeuien (soin), il s'agit tout simplement de se soigner par la lecture. Que cela vous inspire de la circonspection ou non, on se rend assez rapidement compte que ce n'est pas si idiot, quand on sait que les livres ont des effets non négligeables sur nos états d'âmes. Selon les périodes, quand on est déprimé, qu'on a envie de se changer les idées, on choisit le livre qui pourra permettre d'oublier les tracas voire de relativiser complètement sur sa situation. Certains d'entre eux, par miracle, arrivent à nous égayer. D'autres nous font pleurer toutes les larmes de notre corps, et d'autres encore nous laissent de marbre, nous font grincer des dents... on passe par diverses réactions quand on lit un bouquin. Ce qui est sûr, c'est qu'aucun d'entre eux ne laisse indifférent, qu'on l'ait apprécié ou non.
Pour prendre un exemple aussi simple, vous avez sûrement appris que le principe de la tragédie grecque dans l'Antiquité était de 'purger les passions' du spectateur en lui inspirant de violentes émotions qui l'amènent à avoir pitié des personnages et à devenir 'meilleur'. C'est peu ou prou l'effet recherché, dans un but curatif, par la bibliothérapie.

Le concept de bibliothérapie a été inventé et expérimenté au milieu du 20e siècle par une bibliothécaire américaine auprès de malades d'un hôpital d'anciens militaires puis avec des patients aveugles pour leur offrir l'accès à la lecture. Mais avec l'essor de la psychologie et de la psychanalyse à la fin du 19e siècle, il avait déjà auparavant son écho auprès de certains écrivains, dont Marcel Proust qui en donne la définition la plus proche dans son essai Sur la lecture (réintitulé d'après la préface de sa traduction d'un roman de John Ruskin, Sésame et les Lys, il s'agit d'un véritable éloge de la lecture) :

« Il est cependant certains cas pathologiques pour ainsi dire, de dépression spirituelle, où la lecture peut devenir une sorte de discipline curative et être chargée, par des incitations répétées, de réintroduire perpétuellement un esprit paresseux dans la vie de l’esprit. Les livres jouent auprès de lui un rôle analogue à celui des psychothérapeutes auprès de certains neurasthéniques. (…)
Ce qu’il faut donc, c’est une intervention qui, tout en venant d’un autre, se produise au fond de nous-mêmes, c’est bien l’impulsion d’un autre esprit, mais reçue au sein de sa solitude. Or nous avons vu que c’était précisément là la définition de la lecture, et qu’à la lecture seule elle convenait. »


A l'origine, l'extrait dont il est question est plus long que ça, mais j'ai abrégé.
J'ajoute aussi que la profession de bibliothérapeute existe, qu'il s'agit d'un spécialiste de la prescription de livres qui, au terme d'un entretien (en face à face ou par téléphone, seul ou en groupe), vous propose une liste d'ouvrages qui peuvent convenir à vos attentes et que vous êtes libre de lire. Evidemment, cette rencontre a un prix, mais ça vaut peut-être le coup ?
Je ne vais pas vous détailler l'état des lieux de la recherche, vu que j'y passerai assez de temps dans la rédaction de mon mémoire, alors je vais lancer directement la discussion. Déjà, s'il y a des points qui ne vous semblent pas clairs dans mon introduction, n'hésitez pas à demander des éclaircissements...

Déjà, je lance quelques questions pour mettre dans le bain :

- Connaissiez-vous la bibliothérapie ?
- Si oui, le concept vous intéresse-t-il ? Pensez-vous qu'elle puisse être efficace pour traiter certains troubles, des problèmes de la vie quotidienne ?
- En avez-vous fait l'usage un jour, involontairement ou non ? Pouvez-vous citer un livre qui vous aura fait du bien à une certaine période de votre vie, dans quel contexte ?
- Avez-vous déjà consulté un bibliothérapeute, ou envisagez-vous d'en consulter un ? (par curiosité, pour répondre à des questionnements...)
- Quel type de littérature vous semble le mieux convenir à cet usage : des écrits de spécialistes (psychothérapeutes, médecins...), de la littérature de développement personnel ou tout simplement de la littérature du répertoire général (tout ce qui englobe la fiction) ?

J'espère ne pas trop vous effrayer avec ces questions, et je vous laisse libre de développer ou non. Allez, à vous maintenant ! J'ai très envie d'avoir vos retours :D
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
sakura284
Bactérie Empathique
Messages : 2384
Inscription : 16 sept. 2011 - 07:34

Re: La bibliothérapie

Message par sakura284 » 25 mars 2018 - 14:43

Et bien je ne connaissais pas du tout la bibliothérapie mais je la pratique déjà ! :shock:

Il y a eu une période difficile dans ma vie où lire était parfois un calmant et un très bon moyen d'extérioriser, de me remettre en question et de trouver des réponses à ma condition émotionnelle de l'époque.

Avec la bibliothérapie, j'ai remis de l'ordre dans ma tête et dans ma vie. ça m'a permis de canaliser mon énergie pour mieux l'exploiter. D'arrêter de toujours prendre la vie du mauvais côté pour aussi prendre les bons, d'arrêter de me prendre la tête dans des sempiternelles tergiversions concernant mes réactions et celles des autres, de réussir à vivre avec cette capacité à ressentir intensément les sentiments des autres au point de m'oublier, débloquer peu à peu cette peur frustrante d'aller au contact avec les autres, de comprendre d'où venait certains de ces blocages, etc...

Le livre qui m'a remis sur les rails durant cette période s'intitule "Le courage d'être soi" de Jacques Salomé. Ce livre sur le développement personnel m'a délivré de nombreux démons. Je suis sortie de sa lecture grandie et plus forte.

Aujourd'hui, lorsque je suis dans une mauvaise passe, il m'arrive encore inconsciemment de lire pour me poser et remettre de l'ordre dans mes idées. Ceux qui reviennent très souvent, c'est forcément les Harry Potter. Ils me font énormément de bien Image Dans un autre genre, il y a aussi les livres, les articles et les revues scientifiques. Plus curieux encore, il y a aussi la rubrique "courrier" du magazine Femina qui a cette effet sur moi XD

Pour résumer, ça peut paraître bizarre mais ce sont les lectures qui font vibrer mon âme qui me soignent le mieux. Plus ça parle à mes tripes, pour parler vulgairement, mieux c'est.

Merci pour ce sujet Alienor, je ne connaissais pas du tout mais c'est super intéressant. J'étais loin de me douter qu'il existait des bibliothérapeutes ! Je serais curieuse de savoir le type de livre qu'ils préconisent en fonction des situations :gne:

Image

Avatar de l’utilisateur
Roxane-James1
Stagiaire chez W&W
Messages : 900
Inscription : 07 déc. 2016 - 17:44

Re: La bibliothérapie

Message par Roxane-James1 » 25 mars 2018 - 17:54

Alienor, merci beaucoup pour ton article :coeur: ! C'est très intéressant, ce que tu dis ! Notamment sur la tragédie grecque, je ne pensais pas qu'elle avait cette utilité ! :shock:

- Connaissiez-vous la bibliothérapie ?
:arrow: Absolument pas mais tout ça me donne envie d'en savoir plus à ce sujet !
- Si oui, le concept vous intéresse-t-il ? Pensez-vous qu'elle puisse être efficace pour traiter certains troubles, des problèmes de la vie quotidienne ?
:arrow: Bien sûr ! Surtout un mal-être et des problèmes de la vie quotidienne !
- En avez-vous fait l'usage un jour, involontairement ou non ? Pouvez-vous citer un livre qui vous aura fait du bien à une certaine période de votre vie, dans quel contexte ?
:arrow: Oui, donc involontairement :shock: :lol: et plusieurs fois. Le tome 5 de Harry Potter est arrivé au bon moment : je m'enfonçais dans une "petite dépression", il m'a permis de me dépatouiller de cette mauvaise passe. Et aussi Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll : je l'ai lu l'année dernière quand je n'allais vraiment pas bien et que je me sentais mal dans mon nouvel établissement. Disons que ça a été le livre auquel je me raccrochais pour ne pas fondre en larmes à tout bout de champ. Toutes ses pages sont cornées, sa couverture est abîmée mais je l'aime d'amour :lol:
- Avez-vous déjà consulté un bibliothérapeute, ou envisagez-vous d'en consulter un ? (par curiosité, pour répondre à des questionnements...)
:arrow: Non. Pourquoi pas ! Tout dépend du prix aussi :mrgreen:
- Quel type de littérature vous semble le mieux convenir à cet usage : des écrits de spécialistes (psychothérapeutes, médecins...), de la littérature de développement personnel ou tout simplement de la littérature du répertoire général (tout ce qui englobe la fiction) ?
:arrow: Hum... pourquoi ne pas TOUT mêler ? Certains livres de fiction font autant de bien que des bouquins de développement personnel ou des écrits spécialistes ? D'une personne à une autre, le besoin peut changer ?

Tiens, où s'exerce le plus cette activité professionnelle ?
La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
- J'observe mon existence sous un angle différent, déclara-t-il gravement.
- Voyez-vous cela ! Et qu'en déduisez-vous ?
- Qu'à l'endroit ou à l'envers, elle est absolument vide de sens.

La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos
Imprévisible, anticonformiste et entreprenante. Prenez garde, un de ces jours je pourrais finir par tomber amoureux de vous.
:coeur: Dixit Archibald :coeur:

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2368
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: La bibliothérapie

Message par Alienor la Fantasque » 25 mars 2018 - 23:05

Déjà, merci pour vos réponses, j'étais en phase de questionnement ce week-end d'autant plus que j'ai aussi abordé le sujet dans un autre forum de lecteurs et que là, je me suis fait recevoir par une personne qui criait au charlatanisme :lol:
(Enfin, c'était intéressant aussi, juste que j'ai essayé de discuter avec elle et ça n'a pas donné grand-chose ; j'ai néanmoins conservé ses arguments en guise de "contre")

Pour être plus précise, mon sujet se centre sur les bibliothèques et j'essaie donc de savoir si elles ne peuvent pas aussi faire usage de bibliothérapie dans leurs structures, par le biais d'activités, d'animations, de conférences, en aménageant leurs locaux ou encore en proposant une littérature particulière (la littérature feel good faisait un tabac dans la médiathèque où j'ai fait mon stage dernièrement). Cela permettrait que la bibliothérapie soit mieux connue, plutôt qu'elle reste au stade d'obscure médecine un peu étrange (et pas forcément fiable). Elle peut être aussi utilisée dans un cadre qui n'est pas seulement thérapeutique.

Par ailleurs, on peut dire que c'est une sous-discipline de l'art-thérapie qui est déjà plébiscitée dans le monde de la médecine et sert de complément aux médecines traditionnelles, en stimulant la créativité des patients. J'ai une cousine qui exerce cette profession et elle m'en a déjà parlé assez longuement.
(Quand je dis plébiscitée, je veux dire qu'il existe des formations spécifiques dans ce domaine, par exemple à la fac de médecine de Lille)
Roxane-James1 a écrit :
25 mars 2018 - 17:54
Non. Pourquoi pas ! Tout dépend du prix aussi
Consulter un bibliothérapeute coûte quand même assez cher, je ne vais pas te mentir. Vu que c'est une discipline un peu marginale (ce qui fait que des personnes comme celle avec qui j'ai discuté sur l'autre forum la considèrent automatiquement comme une dérive sectaire), elle n'est pas reconnue, mais elle est très pratiquée en revanche aux Etats-Unis où elle a vu le jour. Ça doit sûrement coûter entre une cinquantaine et soixantaine d'euros :mrgreen:
Bref, pour trouver LE livre qui répondra à nos attentes, il faut le vouloir, et avoir des sous.
(C'est un peu le même prix que pour une séance de kinésiologie. J'ai consulté une kinésiologue à trois reprises et ne l'ai jamais regretté, même si je m'en méfiais beaucoup au départ. Depuis, je suis ouverte à tout ce qui est un peu marginal car j'y vois un grand potentiel)
Roxane-James1 a écrit :
25 mars 2018 - 17:54
Hum... pourquoi ne pas TOUT mêler ? Certains livres de fiction font autant de bien que des bouquins de développement personnel ou des écrits spécialistes ? D'une personne à une autre, le besoin peut changer ?

Tiens, où s'exerce le plus cette activité professionnelle ?
Bonne réponse, mais en fonction des mémoires / essais que j'ai lus, tout le monde n'a pas le même avis : la bibliothérapeute Régine Detambel n'aime pas trop qu'on "prescrive" les livres comme de simples médicaments, et elle recommande plutôt la lecture de romans. Le médecin Pierre-André Bonnet qui y a consacré sa thèse en 2009 a, lui, le positionnement inverse : il a longuement parlé de la littérature de développement personnel dans sa recherche mais a laissé de côté la fiction sachant qu'il ne s'y connaissait pas trop. Deux façons de voir les choses particulièrement intéressantes et qui questionnent la diversité de la littérature.
Tu demandes où, Roxane, eh bien... je dirais un peu partout sur le territoire, mais surtout dans les grandes villes, évidemment. Et les bibliothérapeutes ne sont bien sûr pas nombreux, même si pas mal de personnes se forment et font même une reconversion professionnelle. Je pense à une ancienne bibliothécaire habitant Saint-Nazaire qui en a fait son métier (elle avait d'ailleurs répondu positivement à ma demande d'entretien, il faudrait que je la relance et que je termine les questions que j'aurai à poser...). Régine Detambel propose une formation pas loin de Montpellier, et un troisième bibliothérapeute vit plutôt dans le sud-ouest, il a déjà participé à une conférence organisée par une médiathèque, pas très loin de ma ville d'études.

Harry Potter semble évidemment un incontournable. J'ai lu un mémoire qui avait justement consacré une petite partie à la saga et qui reprenait les études qui avaient été faites auprès des lecteurs de la série : comme quoi elle leur apprenait à devenir tolérants et ouverts d'esprit. J'avais déjà entendu parler de cette étude en plus, très sérieuse. Et c'est vrai qu'à une certaine période de ma vie, quand je me sentais seule, je lisais et relisais Harry Potter car j'avais l'impression d'y avoir des amis.
(je tombe un peu dans le pathos, pardon)

Merci pour vos exemples d'ouvrages, en tout cas, je vais m'y intéresser de près. Peut-être même que je devrais faire un questionnaire en ligne, en fait, pour faire une petite compilation.

Une dernière chose avant de conclure ce pavé, je vous joins une petite liste d'ouvrages si vous souhaitez vous y intéresser de plus près :
- La bibliothérapie en médecine générale, Pierre-André Bonnet (la thèse est téléchargeable sur le net)
- Bibliothérapie : lire c'est guérir, Marc-Alain Ouaknin
- Les livres prennent soin de nous : pour une bibliothérapie créative, Régine Detambel
- Éloge de la lecture : la construction de soi et L'Art de lire de Michèle Petit
- Remèdes littéraires : se soigner par les livres, Ella Berthoud, Susan Elderkin
- Ces livres peuvent changer votre vie, Elodie Chaumette
- 100 romans de première urgence pour (presque) tout soigner, Stéphanie Janicot
- Ces livres qui nous font du bien : invitation à la bibliothérapie, Christilla Pelle Douël
- Sur la lecture, Marcel Proust
- Bibliocoaching : les livres à lire pour éclairer votre vie, Emilie Devienne

Et certains sont sûrement passés à la trappe, dommage car ils sont tous intéressants (ou ont l'air car je n'ai pas eu le temps d'en lire certains).

Je précise aussi que, si certains ont des arguments contre la bibliothérapie et veulent les exprimer, il n'y a pas de problème à le faire ici, faut juste rester courtois s'il vous plaît :)
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
flodalys
Devise avec Molière
Messages : 10922
Inscription : 21 mai 2011 - 13:46

Re: La bibliothérapie

Message par flodalys » 26 mars 2018 - 08:15

Bon je vais peut-être être à côté de la plaque mais qui sait si ça te donne une piste.

Je sais que face à certains événements, pour aider les enfants dans une situation particulière, j'utilise les album jeunesse pour les préparer, pour les faire verbaliser. C'est peut être une forme de bibliothérapie ?

Par exemple avant leur entrée à l'école on a lu beaucoup de livre sur cette thématique. Avec le petit qui a une gestion des émotions proche du zéro absolu on a lu beaucoup de livre sur les émotions, l'année dernière avec le décès de papa j'ai dévalisé la médiathèque avec les album sur le deuil, la mort d'un grand parent, préparer à l'arrivée d'un bébé...

C'est une pratique fréquente chez les parents d'avoir recourt à la littérature jeunesse aux albums pour préparer un enfant à un événement pour qu'il ait moins peur face à l'inconnu/ l'aider à comprendre ce qu'il ressent ouvrir le dialogue sur ses émotions etc...


Sinon je ne connaissais pas avant que tu en parles, peut-être l'ai-je pratiqué sans m'en rendre compte avec des questions du genre "qu'est ce que j'ai envie de lire en ce moment?" , mais je ne suis pas intéressé par un bibliothérapeute, j'aurais l'impression de lecture un peu "imposée" et le côté "lecture obligatoire" me rebute. Faut dire aussi que je n'ai pas essayé encore les "médecines parallèles" j'y songe mais j'ai pas sauté le pas encore. Et la bibliothérapie me semble encore plus parallèle.
Image

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2368
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: La bibliothérapie

Message par Alienor la Fantasque » 26 mars 2018 - 09:47

Merci pour ta réponse Flo, ce que tu évoques rentre tout à fait dans le sujet.
Il y a par ailleurs une bibliothérapie qui est plus tournée vers la jeunesse, je peux te transmettre le lien vers un site consacré au sujet (ai-je le droit ?) :https://bibliotherapie76.wixsite.com/blog.

Eh oui, on peut utiliser la bibliothérapie dans un but d'éveil, me semble, surtout dans le cas particulier du deuil, des moments difficiles où les enfants sont particulièrement sensibles à l'ambiance autour d'eux. Je ne sais pas si je suis claire. Les albums jeunesse qui expliquent la mort ou racontent une histoire qui fait écho à leur vécu sont tout indiqués. Certains trouveront ça glauque, mais à quoi bon faire l'impasse ?
Je vais d'ailleurs parler des heures du conte pratiquées en bibliothèque, en me disant que c'est le genre d'occasion qui se prête à la bibliothérapie auprès des enfants. Pour les adultes, c'est plus compliqué, mais le but n'est pas de forcer à lire un livre dans un cadre thérapeutique (l'effet serait totalement contre-productif, on est d'accord). Les bibliothérapeutes prescrivent d'ailleurs des livres à titre indicatif, mais il n'y a aucune obligation à les lire. En fait, quand tu vois le prix de ces séances, je pense que la majorité des gens qui consultent vont quand même avoir envie de rentabiliser ça et d'aller se procurer les bouquins en question. Qu'on me reprenne si j'ai tort.

Si possible, as-tu le temps d'écrire un témoignage sur ta pratique personnelle ? Je pense que si je collecte un certain nombre de récits, je pourrai m'en servir pour mon mémoire. A condition d'avoir votre accord pour les diffuser, évidemment (et que vous souhaitez conserver l'anonymat).

Par ailleurs, ça amène la question que m'a posée la personne sur l'autre forum, de façon peu aimable : est-ce pertinent de considérer la bibliothérapie comme une médecine ? Est-ce que le terme de "thérapie" accolé au livre n'est pas abusé ? Certaines personnes considèrent que s'il n'y a pas de chiffres précis sur la question, si les effets ne sont pas garantis à 100 % (mais est-ce le cas pour toutes les pratiques médicales, d'ailleurs ?), alors ça n'a aucun intérêt et on ne peut pas s'y fier. Je lance le débat.
Personnellement, en ayant discuté autour de moi, il ressort que le mot lui-même suscite la méfiance, moins que ce à quoi il renvoie. On peut utiliser le livre en parallèle d'une thérapie reconnue, mais on ne peut l'utiliser seul. De plus, étant donné que c'est constitué de deux mots grecs, le terme paraît un peu ronflant et peut "faire peur".
En y réfléchissant, je me dis donc que qualifier cette pratique de médecine, c'est un peu beaucoup. Je parlerais plutôt de complément à une thérapie déjà mise en place (comme c'est le cas pour l'art-thérapie).
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
flodalys
Devise avec Molière
Messages : 10922
Inscription : 21 mai 2011 - 13:46

Re: La bibliothérapie

Message par flodalys » 26 mars 2018 - 10:26

Alienor la Fantasque a écrit :
26 mars 2018 - 09:47
Si possible, as-tu le temps d'écrire un témoignage sur ta pratique personnelle ? Je pense que si je collecte un certain nombre de récits, je pourrai m'en servir pour mon mémoire. A condition d'avoir votre accord pour les diffuser, évidemment (et que vous souhaitez conserver l'anonymat).
En fait j'ai pas grand chose de plus à dire, je fais un peu à "l'instinct" en fait. :oops: Je vais quand même y réfléchir.
Alienor la Fantasque a écrit :
26 mars 2018 - 09:47
Les bibliothérapeutes prescrivent d'ailleurs des livres à titre indicatif, mais il n'y a aucune obligation à les lire. En fait, quand tu vois le prix de ces séances, je pense que la majorité des gens qui consultent vont quand même avoir envie de rentabiliser ça et d'aller se procurer les bouquins en question.
Bah si je veux un livre sur un thème précis je préfère demander conseil à ma bibliothécaire ou mon libraire :mrgreen: Non vraiment je trouve ça cher pour avoir des conseils de lecture. Je n'adhère pas au concept d'une "profession"
Mais quand j'ai demandé des livres sur le deuil, ou sur la gestion des émotions Ma bibliothécaire m'a demandé pour quelle tranche d'âge ? Pour le deuil, elle m'a demandé si c'était plus vers le deuil pour la perte d'un grand parent etc. pour être le plus près possible. POur les émotions on s'est plus accès sur les colères. Enfin voilà je trouve qu'elle est de bon conseil et au moins c'est gratuit. ;)
Image

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2368
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: La bibliothérapie

Message par Alienor la Fantasque » 26 mars 2018 - 10:33

Pas de souci, de toute façon ce que tu me dis déjà, c'est très intéressant :)

C'est super chouette, ça, demander conseil à des professionnels du livre ! Je pourrai aussi insister dessus sachant que les bibliothécaires et libraires sont particulièrement attentifs aux besoins des usagers. Dans mon précédent stage, il y avait cet intérêt particulier et ce souci d'être à l'écoute des goûts des lecteurs. Il y a plein d'axes à prendre en compte quand on conseille un livre, c'est une forme d'interaction sociale.

Je souhaite aussi consulter les bibliothécaires sur le sujet pour leur poser des questions (j'ai déjà posé une question dans deux groupes FB) donc j'apprécie que tu en parles plus particulièrement. Merci d'avoir donné ton avis :D
(Et si tu as les coordonnées de cette bibliothécaire, je pourrai nouer un contact avec elle)
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
sakura284
Bactérie Empathique
Messages : 2384
Inscription : 16 sept. 2011 - 07:34

Re: La bibliothérapie

Message par sakura284 » 26 mars 2018 - 16:09

Alienor la Fantasque a écrit :
26 mars 2018 - 09:47
Je pense que si je collecte un certain nombre de récits, je pourrai m'en servir pour mon mémoire. A condition d'avoir votre accord pour les diffuser, évidemment (et que vous souhaitez conserver l'anonymat).
Pour ma part, tu as mon accord pour utiliser ce que j'ai bien pu raconter si cela t'intéresse mais par contre sous le couvert de l'anonymat :D
Alienor la Fantasque a écrit :
25 mars 2018 - 23:05
J'ai lu un mémoire qui avait justement consacré une petite partie à la saga et qui reprenait les études qui avaient été faites auprès des lecteurs de la série : comme quoi elle leur apprenait à devenir tolérants et ouverts d'esprit.
Est ce que tu aurais un nom, un lien vers cette étude ? ça m'intrigue :gne:

Le terme "bibliothérapie" ne me choque pas mais par contre je vois mal quelqu'un être "bibliothérapeute" :gne: Pour moi, conseiller des livres, c'est à la hauteur d'un bibliothécaire.

Image

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2368
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: La bibliothérapie

Message par Alienor la Fantasque » 26 mars 2018 - 17:29

Il y a conseiller et prescrire des livres. En interrogeant des bibliothécaires, certains exprimaient surtout leur gêne par rapport au mot car le bibliothécaire n'est pas thérapeute, ce n'est pas dans sa compétence. Au plus, il conseille des livres en fonction de la demande, mais comme il ne voit son usager que peu de temps, il ne peut pas deviner en un clin d’œil ce qui convient au lecteur. Des bibliothécaires m'ont dit aussi qu'ils trouvaient dangereux d'endosser ce rôle auprès des usagers, ce qui est parfaitement compréhensible.
Un dernier a demandé si les bibliothèques de lecture publique pouvaient vraiment se permettre de mettre en avant ce qu'il appelle "charlatanerie". Donc il y a cette méfiance voire ce rejet que je vais interroger pour pouvoir lancer la rédaction de mon mémoire.
Quand je lis ces réponses, me vient à l'idée que, plutôt que de présenter cette pratique comme quelque chose de génial (je m'attends à de la circonspection si je fais ça, et en plus, je préfère mettre de la distance avec mon sujet pour pouvoir mieux l'appréhender...), je devrais plutôt adopter un positionnement neutre et expliquer le pourquoi du comment. Et la principale difficulté que je rencontre, c'est cette circonspection. Il doit y avoir ça dans tous les mémoires ayant un sujet sortant de la norme, mais je peux aussi bien rencontrer dans ce domaine des gens pour que contre, c'est intéressant et problématique.

Donc oui, le bibliothécaire conseille, il ne prescrit pas, contrairement au bibliothérapeute. Je pense que c'est là qu'on peut voir la distinction (et je vais en reparler à la personne que j'interrogerai).

Pour l'étude en question, j'ai demandé directement à la personne qui a fait ce mémoire, par le biais d'une camarade de promo qui m'a donné son mail. Elle a terminé les études l'an dernier donc son mémoire n'est pas encore diffusé, et je ne sais pas si elle acceptera que je le transmette à d'autres personnes. Je peux lui demander, éventuellement.
(son sujet portait sur les bienfaits de la lecture auprès des migrants, et son étude de cas portait sur l'Ideas Box de Bibliothèques Sans Frontières, je pense que tu trouveras pas mal d'articles sur la question sur Internet, et plus récemment un article dans un Marianne paru il y a deux/trois semaines)
Quant à l'étude sur Harry Potter, je dois la retrouver mais il y a beaucoup d'articles sur Internet, je me souviens que ça s'était pas mal diffusé parmi les fans à l'époque. Et c'est vrai que je n'étais pas du tout étonnée des résultats que ça donnait car il y a une vraie leçon de tolérance dans la saga, à mon sens. Inconsciemment ou non, on est plus facilement sensibilisé surtout quand on est jeune lecteur.

Merci pour ton accord, Sakura ! De toute manière, tout ce que vous me dites me permet de cerner les attentes des lecteurs sur la question, et certaines personnes ont des arguments qui ne me seraient pas venues à l'esprit en rédigeant seule le mémoire.

EDIT : il est aussi prouvé que lire 6 minutes par jour permet de réduire le stress, d'après une étude canadienne notamment (une autre ayant été produite en 2009 par un organisme britannique démontre la même chose)
https://www.actualitte.com/article/mond ... itie/50227
http://sciencepost.fr/2016/11/lire-6-mi ... er-stress/

A partir du moment où on souhaite promouvoir la lecture à l'échelle d'un pays, il est de bon ton de faire ce genre de démonstration pour convaincre les gens d'aller vers les livres (les bibliothécaires que j'interrogeais pointaient du droit le commerce très lucratif que représentaient la littérature de développement personnel et les genres feel good au niveau éditorial. C'était d'ailleurs un aspect que je souhaite traiter aussi, si j'ai assez de temps pour le faire. Il est important de mettre en relief cette relation entre les professionnels du livre, sachant que certains raisonnent en terme de chiffres et les autres s'orientent plutôt vers la diffusion de la culture).
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2368
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: La bibliothérapie

Message par Alienor la Fantasque » 15 avr. 2018 - 19:34

J'ai eu un entretien avec la bibliothérapeute que j'avais contactée récemment hier. Ça a été un moment vraiment intéressant et sympathique, on a eu un très bon échange et j'ai appris des tas de trucs qui seront intéressants pour mon mémoire. Je suis assez enchantée du coup car ça me donne un sacré coup de pouce pour mon travail de recherche. Mais je ne suis pas au bout de mes peines car ce n'est que le premier entretien (en tout, je pense que trois ou quatre maximum feront l'affaire avec différents professionnels), un exercice assez stressant comme on sait.
Ça me donne d'ailleurs l'occasion de faire une petite rectification par rapport au coût d'une séance de bibliothérapie : cette personne me disait qu'en individuel, elle faisait payer 30 €, mais la démarche est assez rare venant d'une personne seule. Peut-être que d'autres personnes exerçant la profession font payer plus cher, mais j'avais un peu surgonflé le prix du coup. C'est peut-être davantage adapté à une séance collective.
En général, les gens demandent une bibliothérapie dans un objectif bien précis, souvent lié à l'écriture : quand on se retrouve bloqué par exemple, qu'on n'arrive plus à rien produire et que ça nous angoisse du coup. Du coup la lecture seule ne suffit pas, il faut aussi que l'écriture intervienne dans le processus, de sorte que le patient soit vraiment impliqué dans son suivi. En somme, c'est de l'art-thérapie. Si on utilise ce terme-ci, les gens comprennent mieux de quoi il s'agit vu que l'art-thérapie est plus reconnu.

Je suis en train de mettre au point un questionnaire adressé à un plus large public possible, un autre plus centré sur les bibliothécaires, mais je rencontre quelques difficultés vu que l'enjeu, c'est quand même d'intéresser et d'être le plus claire possible. Du coup je piétine un peu (c'est là qu'on s'aperçoit que faire des questionnaires, c'est loin d'être évident). En attendant j'ai pas mal avancé ce week-end, contre toute attente.
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
sakura284
Bactérie Empathique
Messages : 2384
Inscription : 16 sept. 2011 - 07:34

Re: La bibliothérapie

Message par sakura284 » 16 avr. 2018 - 17:40

C'est vrai que la bibliothérapie peut s'inscrire dans "l'art-thérapie" dans un sens :gne:
Courage pour ton questionnaire Alienor, tu vas y arriver :hug:

Image

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2368
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: La bibliothérapie

Message par Alienor la Fantasque » 16 avr. 2018 - 22:21

En fait, c'est de l'art-thérapie dans un sens, puisque l'art-thérapie recouvre pas mal de choses (dans ce sens-là, on peut dire que le terme est assez vague). Bibliothérapie désigne quelque chose d'un peu plus spécifique, ça fait aussi appel à de la créativité.

Merci beaucoup Sakura, ça finira bien par se débloquer :)
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Répondre

Revenir à « En général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité