[Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Discutez de vos auteurs préférés ou partagez votre expérience autour de la lecture.
Avatar de l’utilisateur
Satchrê
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2461
Inscription : 19 mai 2013 - 18:01

[Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Satchrê » 27 mars 2016 - 15:02

Depuis plusieurs semaines, j'ai très envie de discuter avec vous de cet auteur que vous connaissez peut-être ♥
Je ne peux pas faire une plus jolie présentation, mais je suis sure que ça ne nous empêchera pas d'avoir des échanges sympathiques ! :)


ITINERAIRE
Né dans le Puys-de-Dôme en 1952, Jean-Claude Mourlevat est un auteur français particulièrement connu pour ses romans "jeunesse".
Professeur d'allemand durant neuf ans, il a choisi ensuite de se consacrer au théâtre en créant deux solos clownesques et en adaptant des pièces de Brecht, Cocteau, Shakespeare, puis s'est finalement tourné vers l'écriture.

OEUVRES
Celui qui écrit, selon ses propres dires, pour se consoler de ne pas savoir chanter, est aujourd'hui l'auteur de plus de vingt-cinq oeuvres, dont certaines ont été traduites dans plusieurs langues étrangères. Parmi ses plus grands succès, on compte "L'Enfant Océan", "La Rivière à l'envers" et "Le combat d'hiver".

Le site officiel de Jean-Claude Mourlevat : http://www.jcmourlevat.com/accueil.html



Enfant je me rappelle avoir lu "L'Enfant Océan" et "La Ballade de Cornebique", deux grands traumatismes sans que je parvienne à me souvenir réellement de l'histoire ! Mais il y a aussi eu "Le Combat d'hiver", l'extraordinaire roman qui a marqué mes douze ans. Je l'ai découvert à travers une campagne publicitaire qui offrait le premier chapitre en brochure, j'ai immédiatement été entraînée dedans et j'ai dévoré (et fait dévoré à d'autres !) ce qu'aujourd'hui je considère surement comme le plus beau roman de ce début de XXIe siècle ♥


"LE COMBAT D'HIVER"
"Quatre adolescents, évadés de leur orphelinat-prison, reprennent la lutte perdue par leurs parents quinze ans plus tôt.
Ont-ils la moindre chance d'échapper aux terribles "hommes-chiens" lancés à leur poursuite dans les montagnes glacées ? Pourront-ils compter sur l'aide généreuse du "peuple cheval" ? Survivront-ils à la barbarie des jeux du cirque réinventés par la Phalange ?
Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, est de ceux qu'on dit perdus d'avance. Et pourtant..."

Un succès international traduit dans douze langues et récompensé par plus de vingt prix littéraires mine de rien. L'ayant relu récemment, j'ai découvert que l'incroyable magie de cette histoire était encore plus forte qu'il y a dix ans.

Ce qui fait que je suis vraiment très curieuse d'en découvrir plus sur Jean-Claude Mourlevat et prévois donc relire ces livres dont je ne garde pas de bons souvenirs, me procurer certains de ses romans comme "La Rivière à l'envers" et "Terrienne", et puis son autobiographie "Je voudrais rentrer à la maison".

Pour le reste, vous voyez, je suis loin d'être une connaisseuse en la matière ! Mais j'espère compléter tout ça prochainement, notamment en discutant avec tous ceux / toutes celles qui le voudront bien :D
Image

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2367
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Alienor la Fantasque » 27 mars 2016 - 19:11

Jean-Claude Mourlevat... Un auteur que je considère comme incontournable. J'ai "La Rivière à l'envers", "Le Combat d'Hiver", "Le chagrin du roi mort" et "Terrienne" dans ma bibliothèque.

J'ai personnellement adoré "Terrienne" au cours de ma première lecture. Ce récit m'a laissé un goût étrange dans la bouche lorsque je suis arrivée à la dernière ligne, il m'a amenée de surprises en surprises, parfois violentes, parfois poétiques, et il résonne en quelque sorte d'une cruelle actualité. Mais le bon souvenir que j'ai eu de ce roman a été un peu terni par la découverte à laquelle j'ai voulu initier mon ex : il m'a fait assez clairement comprendre qu'il ne l'appréciait pas plus que ça, et qu'il trouvait l'intrigue ridicule (ses moqueries à ce sujet m'en donnaient l'impression). Depuis, je ne l'ai pas relu, mais en reparler me donne envie de replonger le nez dedans, une fois que j'en aurai fini avec les concours...
C'est vrai que le scénario de base peut paraître incongru, mais nous demande-t-on d'être rationnel ? Ce n'est pas trop le genre de Mourlevat qui peut inventer tous les mondes, aussi bien des mondes où vivent des créatures hybrides comme les hommes-chevaux que des mondes où les gens ne respirent pas, et où respirer est même synonyme de saleté, des mondes impersonnels où toute révolte est impossible. Si on ne rentre pas dans le jeu, on ne peut pas prendre le roman au sérieux dans ce cas-là.
La critique n'est dirigée contre personne en particulier, c'est juste une réflexion que je me fais à moi-même, des années après avoir vu la réaction de mon ex.
L'intrigue est en tout cas bien menée, simple et directe, l'univers représenté effraie et en même temps fascine, l'histoire d'amour (sans surprise) est classique et peut-être un peu kitsch, mais n'est pas de trop dans cet univers froid. En fait, lire "Terrienne" m'a donné l'impression de plonger la tête dans un réfrigérateur tant l'atmosphère est vide et sans substance, dans un monde bien trop régulier. La comparaison est comique, je pense qu'elle est appropriée. Une dernière chose que j'ai appréciée dans ce roman, et non des moindres, c'est évidemment l'inspiration directe du fameux conte de Perrault : "La Barbe Bleue". J'aime quand les auteurs s'inspirent librement d'une oeuvre préexistante, et en font une adaptation intelligente.

"Le Combat d'Hiver" m'a fait pleurer, tout simplement. J'étais dans la voiture pendant que mes parents faisaient des courses et j'ai terminé le roman en larmes. Je ne sais plus quel âge je devais avoir, sans doute douze ans, peut-être plus. Je ne considère pas que ce roman puisse être "le meilleur de ce début de siècle", mais il est un des rares qui m'amène à ce genre de réaction, et en cela il est mémorable.

Il y a enfin "Le chagrin du roi mort" qui est selon moi le meilleur Mourlevat. Il fait montre dans ce roman d'une inventivité extraordinaire, par la description de la bibliothèque où les deux jeunes garçons se rendent régulièrement, et nous fait ressentir une myriade d'émotions. Ça fait longtemps que je l'ai lu, mes souvenirs se sont donc un peu estompés, mais il s'agit toujours d'une expérience unique, dans un univers de glace, toujours, mais beaucoup plus humain qu'on ne pourrait le croire... C'est l'histoire de deux frères qu'on force à devenir ennemis, et cependant deux frères dont l'amour réciproque est comme un rayon de lumière dans ce monde absurde. L'intrigue s'adresse autant à un public adulte qu'adolescent, par les questions politiques qu'elle soulève, la violence explicite et impitoyable, le comique qui ressort, la magie des sentiments et l'univers perverti de conte de fée qui est retranscrit.

De manière générale, Jean-Claude Mourlevat n'est pas mon auteur pour la jeunesse préféré, mais j'apprécie cependant son style et les univers qu'il crée. Pour tout dire, "Le Combat d'Hiver" a inspiré ma fanfic actuelle, du moins pour les grandes lignes de l'intrigue, car après, ça a viré à du "1984"... Il y a beaucoup d'éléments que j'ai repris du roman, et qui parsèment la fanfic de ci de là ; parfois, c'est évident, parfois plus du tout... Bref. Mourlevat m'a quand même donné matière à rêver, à créer, au même titre que Bottero par exemple, ou même Timothée de Fombelle (j'ai l'intention de relire Tobie Lolness aussi...).
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
flodalys
Devise avec Molière
Messages : 10922
Inscription : 21 mai 2011 - 13:46

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par flodalys » 27 mars 2016 - 20:44

Oh bin j'ai lu l'enfant Océan, c'était en préparation concours d'instit option littérature de jeunesse, j'avais donc lu pas mal d'oeuvres de la liste des ouvrages recommandé pour le cycle 3, dont l'enfant océan. Du coup j'ai des souvenirs flous de pas mal de livre lus pendant cette période, mais je me rappel l'avoir bien aimé et qu'il y a beaucoup de référence au Petit Poucet complétement assumées.

Sinon bah tu m'apprends que c'est un collègue auvergnat. Vive l'Auvergne. (pardon je suis en manque de ma région même si je n'en suis qu'à un petit département. :mrgreen: même si on est pas si mal ici, l'Auvergne me manque, Clermont me manque.)
Image

Avatar de l’utilisateur
Vialane
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 672
Inscription : 19 juin 2011 - 08:39

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Vialane » 28 mars 2016 - 08:02

Les deux tomes de "La Rivière à l'Envers" restent encore aujourd'hui, je pense, mes livres préférés ♥ Je les ai lus quand j'étais jeune et ai dû les relire au moins 8 fois, tant leur merveilleux m'attire et me fascine.

Au collège j'ai aussi lu "Le Combat d'Hiver", qui m'a beaucoup plu.
Par contre, j'ai été plutôt déçue par "Terrienne", que je n'ai pas trouvé assez abouti. Le monde décrit étant lui-même plutôt froid, impersonnel, j'avais tout au long de ma lecture une impression de vide... Je me rappelle la profusion de détails sur la route vers Saint-Etienne qui m'avait laissée perplexe :gne:
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Kriss
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2506
Inscription : 14 juin 2010 - 23:53

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Kriss » 04 avr. 2016 - 08:48

Eh bien vous m'intriguez, pour tout dire. J'ai aperçu son nom dans les rayonnages de ma librairie, mais je n'ai jamais rien lu de lui.

Et à vous entendre, je pense que ça me plaira. Je l'ajoute sur ma liste de trucs à lire, merci pour vos avis les gens ! :hug:

Image

Avatar de l’utilisateur
Satchrê
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2461
Inscription : 19 mai 2013 - 18:01

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Satchrê » 05 avr. 2016 - 08:57

C'est super d'avoir des retours sur cet auteur, merci tout le monde :hug:

Ce que tu dis de "Terrienne" m'intrigue vraiment, Aliénor, et notamment sur la violence et la poésie, et puis cette atmosphère froide et impersonnelle. Les moqueries de ton ex me laissent assez indifférente dans la mesure où je ne vois pas ce qu'elles apportent de critique "concrète" :?: Le seul point susceptible de modérer mon enthousiasme est l'inspiration venant de Perrault, peut-être parce que j'ai très peu d'affinités avec les contes ; d'ailleurs en lisant ton post, Flo, je me dis que c'est peut-être la raison pour laquelle je n'ai pas aimé "l'Enfant Océan"... Vialane joue aussi un peu les rabat-joie :lol: J'avais lu aussi qu'il s'agissait d'un rare roman de Mourlevat géographiquement situé (à Saint-Etienne comme tu disais).


"Le chagrin du roi mort" m'a l'air assez génial d'un coup, pourtant je ne l'avais pas vraiment remarqué en parcourant la bibliographie de Mourlevat. J'aime bien les histoires de frères/soeurs et ton résumé est assez prometteur ! Et Vialane, en deux lignes, tu me vends du rêve avec "La rivière à l'envers" (le titre me semblait déjà magnifique à la base, poétique et un peu magique), peut-être parce que les livres de notre enfance qui nous restent autant dans le coeur me semblent les plus géniaux ♥

Kriss, je suis très contente que ce sujet t'ait donné envie de lire Mourlevat et j'espère que tu ne seras pas déçue ! (commence par "Le combat d'hiver" tu ne pourras pas l'être ! :ange: )
Image

Avatar de l’utilisateur
Bibi2
Sparkling Star
Messages : 1691
Inscription : 09 mars 2014 - 16:06

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Bibi2 » 05 avr. 2016 - 09:23

Je viens de terminer de lire "Le combat d'hiver".

C'est une histoire assez prenante avec des personnages attachants. Une petite préférence personnelle pour Helen plutôt que pour miss-parfaite-Milena :mrgreen: mais je pense que c'est une question d'âge de lecture. Je vais essayer de donner mon avis sans trop vous spoiler :oops:.

Ce que j'aime dans ce livre c'est le contexte plus que l'histoire en elle-même. La population qui a cru en un régime politique qui finit par imposer la terreur et le fait que la culture est au final le berceau de l'humanité, je trouve ça très beau.

J'ai beaucoup aimé le début dans l'orphelinat, l'auteur nous raconte un quotidien sombre sans vraiment émettre d'opinion. Il respecte le point de vue des personnages qui sont mélancoliques mais ne peuvent regretter un passé dont ils n'ont aucun souvenir. En tant que lectrice ça m'a rappelé les Choristes :mrgreen: (point positif en ce qui me concerne, j'adore ce film ^^).

J'ai été moins emballée par l'aspect disons "fantastique" du roman avec les homme-chevaux et les homme-chiens, je trouve que l'histoire n'en avait pas besoin. Un peu comme si l'auteur avait voulu rajouter du fantastique pour toucher un lectorat adolescent. C'est le seul regret de l'histoire.

La seconde partie m'a beaucoup plu, le roman gagne en profondeur et en maturité avec des personnages qui commencent à se méfier de tout le monde y compris d'eux-même et des méchants dont on découvre le talon d'Achille. On retrouve des allusions à notre monde si bien que tout le long du roman je me suis demandée finalement dans quel décor imaginer les personnages. Le titre prend son sens assez tardivement et on ne comprend qu'à la fin la double signification à laquelle pensait l'auteur.

En résumé, c'est une agréable découverte ! Pour un roman jeunesse il se lit encore très bien avec un regard d'adulte, l'auteur y adoucit une violence qui prend tout son sens quand on songe par où l'Europe est passée au siècle dernier. Une morale qui nous rappelle de s'accrocher à des choses qui peuvent paraître futiles mais qui donnent foi en l'être humain. Merci Sat' :hug:
Image

Avatar de l’utilisateur
Alienor la Fantasque
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2367
Inscription : 29 mai 2014 - 15:58

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Alienor la Fantasque » 05 avr. 2016 - 09:48

C'était une époque où j'étais influençable... En général, quand quelqu'un dénigre quelque chose que j'ai aimé, un film, un roman, je ne sais plus où me mettre et je me sens coupable, même si je sais que c'est absurde. C'est sans doute parce que l’œuvre m'a marquée d'une telle manière que quand on la critique, c'est comme si on m'atteignait personnellement. Je travaille aujourd'hui à prendre un peu plus de distance par rapport à ça. En général, même quand un récit ne me plaît pas trop, j'essaie de voir l'intérêt qu'il peut tout de même avoir (sauf quand il n'y a vraiment rien à en tirer) : peut-être ma fibre prépa qui ressort.

Comme c'est assez loin maintenant, je ne saurais plus dire précisément ce qu'en a dit mon ex, hormis qu'il rigolait systématiquement dès que quelque chose lui semblait ridicule (par exemple, la scène où les narrateurs découvrent le monde et les véhicules en forme de 'suppositoire', ce devait être une comparaison dans ce genre - ou encore la façon dont étaient construits les dialogues). Malgré tout il continuait quand même à lire, mais ses commentaires n'ont pas vraiment varié par la suite...
Je ne veux pas donner l'impression de survendre le truc (quand je relis mon dernier post, je me trouve un peu trop 'élogieuse' peut-être), donc je nuancerais un peu mon jugement concernant la poésie (le style de Mourlevat est très simple et concret, il ne perd pas son temps dans les descriptions), mais l'univers est tellement irréel qu'on a le vertige en le lisant. En revanche, pour ce qui est de la violence, ben... tu vas être servie ! Je crois que c'est ça qui a fait que le roman me marque encore autant aujourd'hui. Il apporte son lot d'émotions, ce n'est pas peu dire.

'Le Chagrin du Roi mort' a en plus l'insigne qualité de nous dépeindre des personnages à la personnalité complexe. Rien n'est ce qu'il semble être de prime abord, et la nuance se creuse de plus en plus quand les personnages principaux grandissent. Sous cet angle, ça me fait un peu penser à du Shakespeare... Je lisais encore MacBeth hier (et Hamlet il y a peu), et les antagonistes ont en effet quelque chose de shakespearien dans leur personnalité.

J'avais lu 'L'Enfant Océan' il y a très longtemps, ben il m'a pas laissé un souvenir impérissable (je crois que je ne l'avais pas trop apprécié, en fait). Quant à 'La Rivière à l'Envers', il faudrait que je mette la main sur le second livre.
Vous connaissez l'histoire de l'orchestre philharmonique des Bermudes ? Ben le mec qui fait du triangle, il a disparu.

Mon prof de géo, en khâgne

Avatar de l’utilisateur
Satchrê
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2461
Inscription : 19 mai 2013 - 18:01

Re: [Auteur] Jean-Claude Mourlevat

Message par Satchrê » 05 avr. 2016 - 13:02

Merci pour ta magnifique critique de lecture Bibi :coeur:

Ah les personnages, sacré débat en perspective ! J'adore Milena pour ce qu'elle incarne dans l'histoire, pour sa voix qui sublime de nombreux passages (notamment les petits instants illuminés dans le terne de l'orphelinat), mais je n'accroche pas vraiment au personnage non plus : elle est fascinante mais trop sublime, trop parfaite, oui. Tandis qu'Helen est tellement... nous ! Horriblement attachante et humaine. Et je crois pas que ce soit totalement une question d'âge, parce que je voyais déjà les deux filles comme ça à douze ans.

J'aime bien Milos aussi, ses cheveux bouclés sous sa casquette, son sourire qui semble lumineux, son amitié indéfectible, son courage, mais il a peut-être un peu trop ce côté "primaire" que remarque avec admiration Helen. Mais j'avoue mon grand amour c'est Bart ♥ Ce mec a une telle présence, une force silencieuse bluffante ! J'adore aussi le moment où Monsieur Jahn lui parle de son père et celui où Bart est sur le pont et pense à cette mélancolie de l'âme qu'ils ont en commun ♥

Merci pour tes superbes mots, Bibi :cœur: Et "la culture est au final le berceau de l'humanité" :cœur: Je n'ai jamais vu les Choristes, mais je suppose qu'on y retrouve ce réalisme que Mourlevat maîtrise tristement bien. Je trouve que tu as totalement raison sur le côté "pas de jugement", c'est assez impressionnant d'ailleurs quand on voit que les pensionnaires ne sont pas montrer comme des "rebelles" ! Et quand Paula avoue qu'elle aime bien travailler pour l'orphelinat: ce passage m'avait bouleversée lors de ma première lecture parce qu'il montrait bien que tout n'est pas noir ou blanc.

Ah je me rappelle qu'à douze ans j'étais restée totalement imperméable à cette dimension fantastique aussi :lol: Je trouvais ça irréaliste, grotesque, ennuyant, et pendant des années j'ai zappé les passages sur les hommes-chiens, hommes-chevaux, le "Ciel" trop "impossible" (je fais attention à ne pas spoiler, c'est pas facile xD), et même l'histoire des "méchants" qui m'ennuyaient. Bref, je te comprends totalement. En fait, c'est marrant de voir comment le livre vieillit avec son lectorat, par exemple je suis plus sensible à la thématique de l'hivers aujourd'hui, ou celles du fleuve et des oiseaux ♥

Je suis contente que ça t'ait globalement plu en tout cas :hug:

"Une morale qui nous rappelle de s'accrocher à des choses qui peuvent paraître futiles mais qui donnent foi en l'être humain."
Image

Répondre

Revenir à « En général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité