De l'importance du PoV

Page blanche, sources d'inspiration, créations de personnages,... Trouvez ici conseils et discussions autour de l'écriture et de la construction d'histoires !
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Asianchoose
Vigile à baguette du Ministère
Messages : 1803
Inscription : 27 janv. 2011 - 15:46

De l'importance du PoV

Message par Asianchoose » 22 mai 2012 - 11:22

J'ai cherché s'il y avait déjà un topic sur ce sujet, et j'en ai pas trouvé donc j'en ouvre un o/ J'espère avoir bien regardé.

Voilà, je réfléchissais à un projet de fic ce matin et hésitant sur le choix du point de vue, je me suis fait la réflexion. Et il s'avère que je préfère le plus souvent une narration à la première personne et de préférence du point de vue d'un garçon. Peut-être une question de recul...

Et vous, quel PoV vous préférez ? Vous aimez être directement dans la tête du personnage ou être carrément omniscient ? Ou encore, aucune préférence ?
Image
"Chut, j'essaie ma vie." K.M.

Avatar de l’utilisateur
AlbusDumbledore
Propriétaire du Triclosaure
Messages : 6738
Inscription : 21 déc. 2009 - 14:00

Re: De l'importance du PoV

Message par AlbusDumbledore » 22 mai 2012 - 11:34

Pour ma part, je suis plus à l'aide avec le POV omniscient, mais c'est en grande partie dû pour une simplicité de conjugaison : à la première personne, il me paraît plus simple de faire un texte au présent, mais le présent ne me convient pas vraiment pour mes récits. Ca me paraît bizarre à écrire. Je préfère le passé, et c'est la 3ème personne qui passe mieux pour moi. Par contre, impossible de dire pourquoi je ressens ça. Sans doute que le subjonctif imparfait à la première personne me paraît trop bizarre à l'écrit, et comme il revient assez souvent...ben voilà.



Après, je prend le plus souvent des personnages masculins, pour 2 principales raisons à mon avis : je me sens plus à l'aise avec les sentiments masculins (puisque je les partage) ; et j'ai beaucoup de mal à saisir ceux des personnages féminins. Alors certes, les sentiments ne sont pas au premier plan de mes fics, mais je sens que si je me lance avec un personnage féminin, celui-ci paraîtra beaucoup trop fade...Enfin bon, j'ai pas encore vraiment essayé (j'ai fait une tentative pour le concours d'Erwan). On va essayer de s'y mettre un jour, on verra ce que ça donne.
Image

Avatar de l’utilisateur
Ayame
Langue-de-plomb
Messages : 3787
Inscription : 11 juil. 2011 - 09:26

Re: De l'importance du PoV

Message par Ayame » 22 mai 2012 - 13:17

Et tu aurais peut être même pu mettre ce sujet dans l'espace viatique, puisque a priori il ne concerne pas exclusivement les fanfictionneurs :wink:

En écrivant, j'avoue que je ne me pose pas vraiment la question du PoV. Les histoires dès lors qu'elles sont prévues pour être un tant soit peu longues sont, à mes yeux, plus simples à écrire en omniscient/P3. Ca permet plus facilement la narration je trouve, parce qu'en "je" tous les évènements extérieurs au narrateur devront lui être rapportés, et ça me semble un peu complexe.

Par contre, en OS ou en drabble, le "je" est plus automatique, surtout en songfic car je trouve que les formats courts permettent de plus approfondir les émotions d'un personnage et que le "je" ne fais que renforcer cette impression.

En tant que lectrice, j'ai une affection toute particulière avec le "tu" qui confère un détachement de ton qu'il faut savoir manier mais qui bien employé me plait énormément.
Dernière modification par Ayame le 22 mai 2012 - 15:29, modifié 1 fois.
ImageImage

Poissonrouge
Membre de l'Armée de Dumbledore
Messages : 429
Inscription : 23 janv. 2011 - 20:30

Re: De l'importance du PoV

Message par Poissonrouge » 22 mai 2012 - 15:16

J'alterne en ce qui me concerne. Ce n'est pas une question de sentiments ou d'émotions mais plutôt une question d'histoire, de trame et d'ambiance. Je crois même qu'à la P3, les émotions et sentiments sont beaucoup plus imagés et frappants que quand j'écris à la P1. À la P1, je fais surtout attention à la façon d'écrire, d'employer certains mots à la place d'autres, à accorder le tout avec le personnage et sa personnalité. Parfois la P1 sera très riche en émotions, avec des phrases simples, et d'autres fois au contraire, elle aura un style beaucoup élaborée, beaucoup plus recherché, des termes précis et bien articulés. Ca dépends vraiment de l'histoire et surtout du personnage,. Si l'intérêt se porte plus sur l'aspect général, l'ambiance qui doit se tirer de la fic, je vais avoir tendance à prendre la P3 qui permet de se détacher du personnage dans la façon de construire la récit : plus d'obligations, plus de restrictions, ça balance lourd puisque je contrôle toute la syntaxe. Avec la P1, je subis plus la perception du personnage et sa façon de voir et ressentir les choses, pas toujours facile d'en tirer quelque chose de plus global et objectif. Même si, en fait, même à la P3 c'est pas totalement de l'omniscient que j'utilise. Disons que, ça n'existe pas, enfin j'en sais rien, mais c'est entre les deux. Si jamais je veux faire passer quelque chose que le personnage ignore complètement, ça va être des indices à droite à gauche que le personnage, lui, dans la narration, ne notera pas, mais que le lecteur peut récupérer et prendre en compte. Jamais des informations que le personnage ne sait pas seront données explicitement. Je fais toujours en fonction de lui, de sa place, de son histoire, sauf que ça ne se sentira pas dans le style et l'écriture, contrairement à la P1. Deux récits écrit à la P1 peuvent avoir, chez moi, deux styles assez différents (bien qu'il y ait toujours des récurrences) alors que les récits écrits à la P3 auront tendance à se ressembler beaucoup plus au niveau stylistique. Ou, encore autrement, la description d'un truc neutre comme un bâtiment ne se fera pas de la même manière dans plusieurs récits en P1, tandis qu'en P3 elle sera relativement la même tant que le personnage voit les détails explicités.

Après, je suis aussi tombée dans le panneau. Fiction longue, utilisation de la P1, presque une trentaine de personnages inventés ... Ca bloque et je dois construire les scènes très différemment. Impossible de donner au lecteur tout le potentiel d'un personnage particulier si celui-ci ne voit le personnage narrateur qu'une ou deux fois par an, par exemple.

Et pas de préférence pour filles/garçons. Même s'il est vrai qu'avec les garçons, j'aurais plus tendance à utiliser la P3, tandis qu'avec les filles j'aurais plus tendance à utiliser la P1 même si j'utilise la P3 pour elles aussi. En fait, je crois que je n'ai jamais utilisé la P1 pour un personnage masculin.

Avatar de l’utilisateur
Ellie
Arc-en-ciel Ambulant
Messages : 13176
Inscription : 14 janv. 2007 - 01:10

Re: De l'importance du PoV

Message par Ellie » 22 mai 2012 - 15:24

Ayame a écrit :Et tu aurais peut être même pu mettre ce sujet dans l'espace viatique, puisque a priori il ne concerne pas exclusivement les fanfictionneurs :wink:
Bonne idée, je déplace.

Et en passant, je réponds :

Je préfère la P3. La P1, ça me stresse d'être obligée de rester dans les pensées d'un seul perso. Même si je fais pas du omniscient total, avec la P3, ça me permet de m'éloigner quelques fois de mon perso principal, de ne pas être obligée de écrire à travers le filtre de mon personnage.

La question fille/gars, au début, j'écrivais presque exclusivement avec des hommes comme personnages principaux (PVI, Ange Nocturne, la plupart de mes premiers OS...). Je ne sais pas pourquoi XD Mais récemment la tendance se renverse, j'écris plus souvent avec des filles comme principales (avec mes Miss, surtout).
Image
sakura284

Avatar de l’utilisateur
Pattenrond
À la tête du Magenmagot
Messages : 3142
Inscription : 31 mai 2011 - 18:34

Re: De l'importance du PoV

Message par Pattenrond » 22 mai 2012 - 16:11

Je ne sais plus comment s'appelle ce type de point de vue, mais c'est celui à la troisième personne qui se concentre sur un seul personnage, comme dans Harry Potter par exemple. Enfin, je crois que c'est celui-là que je préfère. Je préfère faire mes rares histoires à la troisième personne, mais honnêtement, l'omniscient, je n'ai jamais trop compris comment le faire. Alors, je me concentre sur les pensées d'un seul personnage.
AlbusDumbledore a écrit : Je préfère le passé, et c'est la 3ème personne qui passe mieux pour moi. Par contre, impossible de dire pourquoi je ressens ça. Sans doute que le subjonctif imparfait à la première personne me paraît trop bizarre à l'écrit, et comme il revient assez souvent...ben voilà.
Ou alors le passé simple passe vraiment mieux à la troisième personne qu'à la première. J'ai toujours trouvé que les terminaisons en -ai et -âmes donnaient au texte un aspect vieillot.
ImageImageImage
Ron : "Si seulement... Pattenrond était là..."

Avatar de l’utilisateur
Lexaelle
Elève de première année
Messages : 25
Inscription : 05 mai 2012 - 14:24

Re: De l'importance du PoV

Message par Lexaelle » 22 mai 2012 - 16:12

C'est quelque chose chez moi qui dépend vraiment de l'histoire que je vais raconter. (Comment ça, je suis pas la seule? :mrgreen: )

Dans l'une je vais adopter le PoV omniscient, les aventures racontées seront dans ce cas riches et je ne serai pas obligé d'adapter la langue de narration à mon personnage.

En revanche, dans l'autre, ce sera aussi un PoV omniscient, ou à peu près. Je m'explique. Le narrateur, extérieur, suivra les personnages un à un au fil des chapitres, vous me suivez. (Pour ceux qui n'auraient éventuellement pas compris, et simplement pour expliquer mieux : chap1=perso1; chap2=perso2; chap3=perso1; chap4=perso3; chap5=perso4). C'est assez utile quand on fait une histoire avec une dizaine de personnages principaux, et qui vont être séparés. (ces deux histoires sont en projet, ce n'est pas juste une hypothèse ^^')
C'est également le PoV que j'adopte dans les forum RPG (même si je ne contrôle que moi, évidemment), mais dans ce cas, j'adapte la narration au caractère du personnage. Un perso caractériel ou vulgaire aura une narration caractérielle ou vulgaire.

Je n'ai qu'une seule fois utilisé la P1. L'histoire me mettait en scène, c'est bien plus simple avec la focalisation interne, n'est-ce pas?
Mais, je pense qu'à présent, si je devais utiliser la P1, sans que ce soit moi-même le personnage (><), je me perdrais, voulant décrire de façon trop omnisciente, et pas juste sur ce perso central. Quoique je n'ai pas réessayer.

D'un point de vue extérieur à moi...
Je pense qu'un PoV omniscient permet beaucoup de chose, comme de voir le "méchant" de l'histoire, par exemple, avant qu'il ne fasse vraiment parler de lui, ou pour d'autres raisons. Ou de simplement décrire une ville dans son ensemble sans avoir besoin que le personnage y soit déjà. A mon sens, c'est un bon Pov pour un roman d'aventure, un policier.
Un PoV interne, à contrario, permettra de se focaliser en plein sur les sentiments, le ressenti du personnage. C'est le genre de PoV des roman "à l'eau de rose", sentimentaux principalement.
Mais ça ne reste que mon avis ^^'
"De loin, il avait l'air con. De près, c'était une certitude!"
"A-t-on besoin d'une raison pour aider quelqu'un?" Djidane, FFIX

Avatar de l’utilisateur
litsiu
Ministre de la Magie
Messages : 4512
Inscription : 31 août 2011 - 10:41

Re: De l'importance du PoV

Message par litsiu » 22 mai 2012 - 16:31

J'utilise les deux, en fonction du contexte.
La première personne se prête assez à un ton plus léger, je trouve. Et forcément, à quelque chose de très subjectif - et j'aime bien faire raconter des mensonges à mes personnages. :mrgreen:
Les descriptions passent parfois mieux à la troisième personne, en tout cas je me décarcasse la tête pour qu'une description à la première personne ne soit pas lourde et artificielle.

Mais quand j'écris à la troisième personne, je ne me place pas non plus en mode totalement omniscient, mais toujours avec une petite tendance à voir les choses par les yeux d'un seul personnage dans une même scène.
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Mayra
Elève de troisième année
Messages : 41
Inscription : 27 avr. 2012 - 14:46

Re: De l'importance du PoV

Message par Mayra » 22 mai 2012 - 16:40

J'utilise les deux points de vu pour ma part. Mais pas comme la plupart d'entre vous. xD
Lorsque j'utilise un personnage que je n'ai pas inventé, j'ai tendance à utiliser plus facilement la première personne, le "je", et d'un point de vu interne. Lorsque j'écris, je m'immerge totalement dans mon histoire, dans le personnage, jusqu'à parfois être dans l'état d'esprit de ce dernier ( ce qui explique sans doute pourquoi je montre les crocs lorsque l'on m'interrompt en plein processus créatif :gne: ).
Pour ce qui est des personnages déjà existants que je reprend dans mes histoires (donc les pauvres âmes de JKR) j'utilise plutôt la troisième personne. Cela me permet une espèce de détachement, ça me rappelle que je ne peux pas en faire ce que je veux, et qu'il doit coller à son canon.
Je n'ai encore jamais utilisé un point de vu omniscient. Je crois que cela me parait encore trop compliqué. peut-être que je m'y mettrais un jour, c'est une chose que j'aimerais bien essayé. A voir.
Image

Avatar de l’utilisateur
maggy123456789
Titulaire des ASPIC
Messages : 269
Inscription : 05 mars 2012 - 17:16

Re: De l'importance du PoV

Message par maggy123456789 » 22 mai 2012 - 18:05

J'aime pas écrire à la première personne, essentiellement parce que j'ai souvent envie d'écrire plein de trucs que mon personnages ne sait pas, ou n'apprendra que bien plus tard. Mais je fais quelquefois de la première personne, mais dans ce cas généralement c'est soit parce que c'est une lettre ou un journal intime, soit parce que je fais parler un personnage à la première personne et le reste à la troisième.
Concernant le fille/garçon, la plupart de mes personnages principaux sont des filles (et des Mary-sue *Sbaff*), mais j'accorde en réalité plus d'importance à mes seconds rôles masculins, que j'ai tendance à (essayer de) mieux soigner. En fait, il n'y a que dans des os que mon perso principal est un garçon jusqu'à présent.
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Misti
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 626
Inscription : 13 avr. 2012 - 17:52

Re: De l'importance du PoV

Message par Misti » 22 mai 2012 - 18:14

Perso, je n'ai aucune préférence, mais j'ai tendance à écrire du point de vue du personnage, parce que ça permet de s'identifier vraiment à lui, et donc de mieux le comprendre et décrire ses émotions. Mais après, si certains éléments sont compliqués à comprendre, alors le point de vue omniscient peut être plus intéressant, car il permet de voir des choses ignorées par le personnage et donc d'avoir une vue d'ensemble facilitant la compréhension du récit. Après, c'est un choix personnel et je pense qu'il faut mieux écrire du point de vue où l'on est le plus à l'aise.

Sinon fille ou garçon, disons... fille, je crois. Parce que c'est une petite part de moi qui ressort à l'écrit, et vu que je suis une fille... Sisi, vraiment :mrgreen:
To live will be an awfully big adventure.

Avatar de l’utilisateur
Zakath Nath
Héritière des Frères Lumière
Messages : 4296
Inscription : 27 déc. 2006 - 16:10

Re: De l'importance du PoV

Message par Zakath Nath » 22 mai 2012 - 19:48

Je n'ai jamais écrit à la première personne du singulier, je ne sais pas, je crois que je préfère quand il y a une certaine distance, même si j'utilise des points de vue interne.

Dans mes premières fics, j'utilisais souvent le point de vue de Rogue, en alternance avec celui d'autres personnages, puis j'ai préféré qu'il ne soit vu qu'à travers les yeux d'autres personnages. Un des attraits du personnage dans les livres, c'est qu'on ne sait pas vraiment ce qu'il pense, et j'ai préféré garder ça, même si j'ai pu lire d'excellentes fics racontées de son point de vue.
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Comptable chez Gringotts
Messages : 1037
Inscription : 24 janv. 2011 - 22:18

Re: De l'importance du PoV

Message par Selsynn » 22 mai 2012 - 19:54

Je crois que tout dépend de l'histoire que tu veux écrire.

-> Première personne / Troisième personne
-> Focalisation interne / Focalisation externe
-> Narrateur héros / Narrateur "victime"
-> Passé / Présent

Il est important, je pense de savoir avant ce qu'on veut écrire, l'impression qu'on veut donner à un lecteur. Et puis de faire des essais.
Personnellement, j'écris plutôt en focalisation interne, c'est à dire que je suis un personnage de très près. Mais j'ai toujours un moment où pour une scène particulière, j'aurais préféré être en externe.
Il faut choisir une fois, et s'y tenir, et éviter de revenir sur ce choix, si on ne veut pas tout écrire.

Après pour savoir si c'est une fille ou un garçon, ça dépend de l'histoire.
Une romance, je vais l'écrire en focalisation interne de la fille (si c'est pas un yaoi, évidement, sinon, y'a pas de fille ^^). C'est un préjugé envers les hommes, qui n'ont pas forcement le même mode d'expression des émotions, mais des modes que je maitrise très mal (moi fille, même si j'ai un beau spécimen d'homme chez moi, ça m'explique pas comment il fonctionne réellement à l'intérieur)
Par contre, je vais avoir pas de problème à raconter des histoires de points de vues masculin. Par exemple de l'aventure.
Car pour moi, l'homme est avant tout dans l'action, la femme dans le ressenti. Ce n'est pas la même choses sur lequel je vais mettre l'accent.
Ou les ovnis que je ne comprends pas seront masculins. Tous. Sans exceptions... (euh par ovni, je veux dire par exemple un personnage ultra-intelligent mais pas douée d'une once de psychologie)
Puis, il y a d'autre paramètres qui entrent en compte. Je peux faire toutes les violences à un personnage féminin, je maitrise comment elle réagit. Un personnage masculin, pas encore, alors ils souffrent juste physiquement ou dans leur égo. (Je crois qu'il est plus sage d'être un personnage masculin dans mes histoires qu'un personnage féminin ^^)

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Comptable chez Gringotts
Messages : 1037
Inscription : 24 janv. 2011 - 22:18

Re: De l'importance du PoV

Message par Selsynn » 23 mai 2012 - 07:31

@Erwan Malefoy :
En troisième personne tu peux aussi être en focalisation interne. C''est ce que tu racontes.

Le point de vue omniscient, c'est encore autre chose, quand par exemple tu as une vue d'aigle sur un champ de bataille : tu vois tout en même temps*, mais tu n'as pas de parti pris.

Avatar de l’utilisateur
via_ferata
Stagiaire chez W&W
Messages : 959
Inscription : 21 févr. 2007 - 10:14

Re: De l'importance du PoV

Message par via_ferata » 23 mai 2012 - 08:28

Si on oublie le fait que le point de vue ne dépend pas uniquement du choix du narrateur ou de la personne choisie, personnellement, en écrivant, j'aime beaucoup employer la première personne du singulier, de préférence au présent (avec un bonus quand le je s'adresse à un tu). Ca donne une force au discours et une certaine intemporalité au texte, je trouve.

Sinon, j'aime bien écrire (et lire) à la deuxième personne, de temps en temps. Ca a un côté presque voyeur, plus intime que la troisième, plus lointain que la première. Et puis le fait que, souvent, les auteurs qui se mettent à la 2PS sont des auteurs qui maîtrisent leur style (parce qu'écrire à la 2PS n'est pas forcément un mécanisme spontané) ne gâche rien au plaisir.

Mais bon, tout ça ne m'empêche pas d'apprécier de lire et écrire aux autres temps et personnes. Ce qui compte avant tout, c'est la façon dont s'en sert l'auteur.

Pour le point de vue en lui-même, ça dépend. J'adopte souvent un point de vue externe quand j'écris à la troisième personne, et assez logiquement, souvent un point de vue interne à la première. Après, ça n'empêche pas de varier.
Mais à la lecture, une fois encore, ce n'est pas le point de vue qui est le plus important, mais la manière dont il est exploité, dont il s'insère dans l'histoire et dont il la sert.

Avatar de l’utilisateur
Ocee
Sauveur du Monde sorcier
Messages : 6216
Inscription : 15 juil. 2010 - 01:14

Re: De l'importance du PoV

Message par Ocee » 23 mai 2012 - 12:28

J'ai dû vérifier pour être sûre parce que je ne fais jamais trop attention à ça, j'écris comme ça vient la plupart du temps, mais c'est bien la 3P en focalisation interne que j'utilise le plus souvent (et si je ne me trompe pas, quand c'est une romance, j'alterne le POV comme ça on a les pensées des deux, on n'est pas frustré de savoir ce que pense l'autre - cela dit, là encore, je n'y réfléchis jamais, ça vient comme ça veut et si ça ne sonne pas bien à mes oreilles, j'essaye de changer mais sans jamais me poser la question du but, de ce que je veux exprimer, c'est tout au ressenti XD).
Et puis j'utilise aussi la 1P (au présent c'est plus simple, mais a priori j'ai aussi utilisé du passé parfois).
Et puis un jour, la 2P s'est imposée à moi pour un OS alors que j'avais commencé en 3P (mais il manquait quelque chose, une certaine force, et quand le "tu" es sorti, ça a fait tilt donc j'ai modifié tous mes couples sujet-verbe :mrgreen: et puis j'ai à nouveau utilisé la 2P pour son rejeton pour un autre OS parce que, pareil, il me manquait un truc à la 3P et en essayant la 2P, ça sonnait mieux dans ma petite tête).
Une narration que j'ai bien aimée aussi et que je prévois de réutiliser, c'est à la 1P au présent mais c'est le POV d'un perso sur d'autres (ouais, encore un projet en attente depuis des mois, raconter l'histoire d'un couple seulement à travers le regard des autres \o/)
Image

Avatar de l’utilisateur
Feeling-Decibel
Animagus non déclaré
Messages : 382
Inscription : 31 janv. 2012 - 14:17

Re: De l'importance du PoV

Message par Feeling-Decibel » 23 mai 2012 - 19:38

Pour moi ça dépend de beaucoup de choses. J'écris le plus souvent à la 1P, je suis moins à l'aise avec la 3P.

En fait ça va paraître bizarre ce que je vais dire, mais ça dépend de la personnalité du personnage principal. Par exemple, dans une de mes fics, je prends le POV de Drago. Il m'a semblé évident de prendre la 1P parce que (au risque de me faire lyncher) c'est l'un des personnages les plus égocentriques tous livres HP confondus. C'est donc tout naturellement que je l'ai placé au centre, parlant avec ce "je" complètement centré sur lui.

J'en ai écrite une autre où c'est Harry qui parle à Teddy. Je trouve Harry beaucoup plus centré sur les autres, il ne pense presque pas à lui, donc l'évidence c'était la 2P.

Enfin je ne sais pas si je suis très claire dans ce que je dis. Mais moi je me comprends, c'est déjà ça. :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
Akasora
Langue-de-plomb
Messages : 3652
Inscription : 11 juin 2010 - 11:45

Re: De l'importance du PoV

Message par Akasora » 31 mai 2012 - 21:05

Comme la plupart, ça dépend x) j'écris très souvent des OS (enfin presque ça en fait), et ... ben ça se fait tout seul. Je commence à écrire, je ne réfléchis pas à est-ce que je vais faire à la première personne ou à la troisième, voire la deuxième parfois, c'est vraiment l'histoire qui décide lequel se prête le mieux à ce qu'il faut que je raconte :lol:

Pour les missing moments, j'utilise le pov interne, très souvent la troisième personne, ces derniers temps plutôt la première, mais ça, c'est pour les OS. Quand j'écris une fic, je préfère le pov externe/interne, j'alterne entre ce que connait le perso et les événements, mais jamais je n'utilise la première personne, ça enlève des informations. Je sais pas si jsuis claire :gne:

Fin voilà, ça dépend, et je décide pas trop en fait :mrgreen:
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Samantha Black
Barbecue Princess
Messages : 1868
Inscription : 02 févr. 2012 - 14:49

Re: De l'importance du PoV

Message par Samantha Black » 24 juil. 2012 - 14:15

J'écris la plupart du temps à la troisième personne et je me suis rendue compte il y a peu de temps que j'aimais bien écrire au point de vue interne d'un personnage. Même si ça enlève des informations, je trouve ça intéressant de se centrer exclusivement sur le perso principal. Grâce à ce point de vue, on ne connaît que ce que le perso connaît et on ne peut que deviner ce que pensent les personnages secondaires.
Image

Avatar de l’utilisateur
Fleur d'épine
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2306
Inscription : 23 févr. 2014 - 19:15

Re: De l'importance du PoV

Message par Fleur d'épine » 13 avr. 2016 - 17:52

Ah ! je voulais créer un topic qui s'appelerait "Je, tu, Il, Elle" mais je vois qu'il en existe un similaire... My bad. Du coup, je le fais remonter sans lire ce qui était dit avant dans les détails car le dernier message date de 2012... Et je vous colle ce que j'avais prévu à la base ;)



Hello !

J'ouvre ce topic pour discuter des différentes formes de narration selon le pronom (ou le temps (mais surtout le pronom)) utilisé.
Je vois souvent des gens expliquer qu'ils n'arrivent pas à écrire à la première personne du singulier et ça m'intrigue, donc je me suis dit qu'il était temps d'ouvrir un topic à ce propos :)

J'ai aussi bien envie de savoir quel pronom les personnes privilègient en général, pour quelles raisons, surtout, et échanger nos regards sur la question.


Je pense qu'à la base, on découvre et on teste tous plus ou moins l'écriture avec la troisième personne du singulier (+ passé).

Personnellement, c'est en venant sur ce site et ce forum que je me suis mise à expérimenter le présent et le "Je" ou le "Tu", puis à les utiliser beaucoup plus fréquement (et maintenant je m'en passe pluuuuus).


Donc voilà mon avis sur la chose (après, j'attends le vôtre aussi ;) ) :


Le "Je", c'est un peu quitte ou double. Ca peut rendre vraiment bien mais le risque est de tomber sur un truc trop personnel, ou un peu convenu, à la limite de l'emmerdant (alors que ça peut être, au contraire, très dynamique si l'on emploie un ton un peu original, désabusé ou ironique, etc.). C'est ce qu'il m'est arrivé pour ma nouvelle de l'AT. J'ai écrit à la première personne du singulier mais mon personnage était censé avoir trente ans et je la faisais réagir comme une fille de mon âge un peu, puis je trouvais ça plat lorsque j'exprimais ses émotions parce que le style n'était pas ultra travaillé... Par exemple : "Cette révélation me fit un coup au coeur. J'étais choquée. Jamais je n'aurais pensé que mon père fut" blabla, j'improvise là :P Mais je pense qu'il faut quand même savoir manier un minimum le "Je" pour ne pas trop ennuyer le lecteur en ressassant des émotions pseudos profondes et écrites de façon banale ou automate "J'étais triste. J'avais envie de pleurer. Il m'avait quitté la veille. Comment était-ce possible ? J'étais pourtant... etc." (à la fin, on n'y croit plus vraiment). Je trouve que c'est le gros défi de la première personne du singulier. Parce que y a quand même rien de pire qu'un texte qui nous ennuie xD
Sinon, je la trouve vraiment sympa, cette première personne du singulier, lorsqu'on veut faire des histoires sur un personnage qui revient sur son passé entre autres "Nous vivions dans un 30 mètres carré à Saint Denis. Maman portait des longs manteaux de pauvres. Je la trouvais si belle, dans son uniforme rouge. Maman. Jamais je n'oublierai son sourire discret du matin etc, etc".
Pour décrire une espèce de nostalgie, pour tout ce qui est souvenirs, le "Je" marche mieux que les autres pronoms - à mon avis, il peut aller plus loin dans l'affect que le "Tu" ou le "il/elle", parce qu'il est plus vrai, plus honnête. Il faut juste éviter de dire des banalités avec car ça ne passe pas (pour moi).

Sinon, le "Je" + le présent fonctionne vraiment bien je trouve (excepté pour raconter les souvenirs, le "Je" + passé est formidable (mais au présent aussi, le "Je me souviens" blabla)).
Je pleure. Tu es là, face à moi, tu me regardes, et je pleure. Je te déteste. Je voudrais que tu meures. Je suis une albinos déglinguée qui adore faire des devinettes déjantées. Je n'aime que le ragout aux épinards. Je ne veux pas mourir. Je t'aime. Pourquoi tu me laisses comme une pauvre fille paumée ? Je hurle mille atrocités à ton encontre.

Aaah oui, et le "Je" peut aussi être extrêmement théâtral d'un autre côté, parce que justement, employer le "Je" pour dire "Je hurle", ça donne finalement, obligatoirement, un aspect un peu exagéré qu'on peut manier à notre guise, et c'est là que ça rend le truc un peu dynamique. Bon, je suis en pleine lecture de Céline en ce moment, et ce qu'il fait avec le "Je", je trouve ça justement génial. Il y a un ton désabusé, comme si le personnage jouait un rôle, et c'est cru, violent comme un "tu", on ne s'ennuit pas une seconde.

Quand j'entends les gens dire qu'ils n'arrivent pas à écrire avec le "Je", ça me semble bizarre dans le sens où ce n'est pas très compliqué d'employer la première personne du singulier, tout le monde peut le faire, ce n'est pas comme écrire des rimes par exemple, ça ne demande pas d'efforts particuliers, mais c'est vrai que le "Je" me semble être le pronom le plus sincère et on peut difficilement tromper le lecteur avec (à part si l'on est un Céline ou autre). Du coup, il faut réussir à cerner son sujet, à ne pas mentir dans les émotions mais sans, non plus, raconter des choses banales. Donc le "Je" est risqué, mais il suffit de sentir le sujet et se laisser emporter.
A la base, de toute manière, je ne comprends pas trop la difficulté à utiliser aucun des pronoms, que ce soit le Je le Tu ou le Il, car il me semble que c'est surtout instinctif et que, selon l'histoire que l'on veut raconter, selon le personnage que l'on a créé, le pronom viendra avec. Alors, parfois, c'est le "Je", puis d'autres fois c'est le "Il/Elle" mais il faut laisser ce qui paraît le plus juste plutôt que s'imposer quelque chose pour l'unique raison qu'on est plus à l'aise avec (même si c'est une raison importante !). Laisser libre court à la forme autant que l'on laisse le fond libre.


Le "Tu", à l'inverse du "Je", ne touche pas les émotions dans leur sincérité, mais il les exagère, il les violente - j'avoue que j'adore l'emploi du "Tu". Parce qu'il prend aux tripes, il accroche directement. Surtout avec des phrases courtes. Des phrases qui bousculent la conscience. Mais faut pas que ce soit "too much" parce que le "tu" est déjà too much à la base (pour moi)..
Tu dors. Ca faisait longtemps, hein. Tu te rappelles plus vraiment la dernière fois, tu avais peut-être cinq ans. Depuis, les cauchemars viennent te hanter....

Le "tu" donne envie de se lâcher dans l'écriture, de tester de nouveaux horizons je trouve...
Bref, j'aime le "Tu" :P (mais à user avec modération)


Le "il/elle", c'est la base et c'est ce qu'il y a de mieux pour se détacher du sujet et faire un peu de poésie comme on en lit souvent, sur le Héron ou HPF. Par exemple, des trucs du style : Elle était belle, Diana, et même que ses yeux avaient des allures d'hirondelle... J'écris de la merde improvisée, encore une fois, c'est juste pour illustrer mon propos. Le "il/elle" laisse une liberté sur le sujet, la description, qui est vachement appréciable quand même.

Du coup, selon ce que je veux décrire : des émotions, un personnage et la fascination de ce personnage (il/elle !!), une dénonciation, j'emploierai le pronom qui me paraît le plus correspondre à la situation, mais sans y réfléchir outre mesure, c'est surtout instinctif.


Pour les temps, je privilégie le présent parce qu'il accroche plus, il est plus énergique, c'est souvent ma solution pour éviter l'ennui dans mon écriture. Mais j'aime bien le passé aussi, je l'utilise comme je peux, selon les sujets, selon l'histoire. Sauf qu'à choisir, en première position, ce serait le présent /o/


Voilààà, tout ce récit est évidemment personnel et j'imagine que vous ne percevez pas les pronoms tels que moi je les perçois mais justemeeent, ça m'intéresse.

Du coup : what about you?
Quel est votre rapport avec les pronoms ? Avec lequel préférez-vous écrire et, au contraire, lequel vous rebute davantage ?
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Awena
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 534
Inscription : 08 déc. 2015 - 11:52

Re: De l'importance du PoV

Message par Awena » 13 avr. 2016 - 18:58

Très bonne idée.
Personnellement voici ma façon de fonctionner :
Lorsque j'écris avec le "tu " ou le "vous" j'ai tendance à être un tu qu'on ne connais pas et qui me sert à poser des questions, à interpeller exemple :
ah tu es bellle là hein, dans ta robe faite de toile d'araignées dont le tissus fin se déchire comme tout autour de toi.
Mais où êtes vous partis, qu'avez vous donc fait de cette jeunesse qui vous éclairait de son flambeau
bref passons sur le style un peu pourave mais je m'en sert souvent pour décrire un personnage sous tout les angles, en ce moment je l'expérimente plus que jamais pour un texte en cours parce que mon personnage est seul, qu'il faut bien que je montre la misère la tristesse dans laquelle il est tombé mais je ne peux pas utiliser le je pour ça parce que ce perso est fous, parce que ça ne lui ressemble pas, parce que c'est moins fluide.
En bref "mon tu" est un peu agressif, moqueur, il interroge, interpelle
En fait il revient un peu à ce que tu as dit : "Le "Tu", à l'inverse du "Je", ne touche pas les émotions dans leur sincérité, mais il les exagère, il les violente "

Le "je" il n'est pas apparu très souvent mais il est très pratique pour instaurer une ambiance, pour raconter le passé, pour rapprocher le lecteur du personnage et parfois même nous rapprocher de celui-ci.
exemple :
Je les suis dans le vieux escaliers dont les marches lisses témoignent des pas de celles qui nous ont précédés.
Je n'aime pas ce ciel, j'ai parfois l'impression qu'il délimite l'univers en nous écrasant.
Qu'attend-t-il de moi, que je hurle, que je crie, que je pose des questions comme j'ai l'habitude de le faire depuis que maman est partie ?
Du coup c'est une sorte de plongée dans l'univers

Fleur d'épine : "Pour décrire une espèce de nostalgie, pour tout ce qui est souvenirs, le "Je" marche mieux que les autres pronoms - à mon avis, il peut aller plus loin dans l'affect que le "Tu" ou le "il/elle", parce qu'il est plus vrai, plus honnête. Il faut juste éviter de dire des banalités avec car ça ne passe pas (pour moi)." Il est plus honnête mais en vérité je le trouve beau dans les banalité seulement lorsqu'il est empreint de cette nostalgie, lorsqu'il se rapporte un peu au passé, moins dans l'action

"Quand j'entends les gens dire qu'ils n'arrivent pas à écrire avec le "Je", ça me semble bizarre dans le sens où ce n'est pas très compliqué d'employer la première personne du singulier" En fait je trouve ça facile tant que tu connais ton perso sur le bout des doigts, tant que tu es capable de t'en différencier suffisamment, mais que tu peux te glisser dans sa peau exemple tout bête : je n'ai jamais écris un je masculin, des ils des tu oui, un je jamais pas parce que je connais pas les réactions de ce je, mais parce qu'à partir d'un moment ce je devient moi (donc une fille ) ou mon frère (avec un autre caractère) il est différent

" il me semble que c'est surtout instinctif et que, selon l'histoire que l'on veut raconter, selon le personnage que l'on a créé, le pronom viendra avec" Moi c'est ça très souvent auf quand j'ai un plan en tête et encore. Souvent lors d'une écriture totalement libre je ne fais pas entrer de pronoms commence des textes par : Dehors le sifflement du vent semblait ne jamais vouloir cesser et le parapluie à la main(et là hop, premier pronom qui me vient) et il ne m'est arrivé qu"une fois de changer mon pov dans tout mon texte en me relisant mais uniquement parce que je voulais plus de distance



Mais de tous mon petit préféré c'est le Il/Elle
Parce que j'aime m'amuser avec, j'aime décrire quelque chose, laisser le lecteur deviner de qui je parle, j'aime pouvoir laisser une certaine liberté de pensée à mon perso, je m'explique au lieu de dire : "Je n'aime pas ce ciel, j'ai parfois l'impression qu'il délimite l'univers en nous écrasant" je peux dire : Elle n'aime pas ce ciel, ça se lit sur son petit visage. Et parfois elle lève ses bras au ciel comme pour repousser celui-ci qui délimite son univers en l'écrasant.
ça permet pour moi cette fois-ci de donner une impression intemporelle, quelque chose de plus vague plus floue un peu plus poétique que je préère.
Il y a aussi une facilité, plus de distance avec l'auteur, une meilleure perception des attitudes lui correspondants.

Pour ce qui est des temps en fait c'est plutôt le passé : Elle n'étais pas le genre de gosse sur qui on s’arrêtait Roxanne, pas le genre à qui on fait une petite tape sur la tête en passant.
Elle avait hérité de deux yeux globuleux qui lui mangeait son petit front et souvent elle plissait son nez tacheté en s'interrogeant sur le monde qui l'entourait.
Mais bon c'est hyper variable peut-être un peu moins de futur

Au final j'ai une perception qui se rapproche de la tienne pour tout ça ^^
Image

Avatar de l’utilisateur
Zakath Nath
Héritière des Frères Lumière
Messages : 4296
Inscription : 27 déc. 2006 - 16:10

Re: De l'importance du PoV

Message par Zakath Nath » 13 avr. 2016 - 19:16

J'ai répondu succinctement un peu plus haut, mais en lisant ton message Fleur d'Épine, je me suis aperçue de quelque chose concernant mes fics, c'est qu'à part quelques exceptions près pas représentatives (des one-shot, humoristiques en général, des réponses à des défis...) j'utilise le point de vue interne principalement (mais jamais la première personne), et aussi principalement pour des personnages jeunes. Je ne me suis pas relue, donc ce n'est sans doute pas 100% vrai, mais c'est une tendance générale.

Plus haut, j'ai dit que j'écrivais des fics sur Rogue et que quand j'ai commencé j'écrivais de son point de vue, mais que par la suite j'ai privilégié le point de vue des autres personnages sur sa personne. C'est vrai mais en fait quand j'ai écrit le point de vue de Rogue, c'était un Rogue ado ou jeune adulte, et quand il est vu par d'autres personnes, c'est généralement par un ado ou un jeune adulte aussi: Rogue vu par Neville, Rogue vu par Percy, Rogue vu par Harry, Rogue vu par Molly qui se remémore un souvenir d'enfance.

Et c'est pareil quand j'ai écris des fanfictions dans l'univers de Pirates des Caraïbes, elles tournent toutes autour de Norrington ou presque, mais on a le point de vue de Norrington quand il est jeune, et sinon c'est souvent, le point de vue d'Elizabeth ou Will enfants/ados, ou leur fils (ou Jack, mais peut-on le considérer comme un adulte).

Bon, du coup je pense qu'un psy aurait plus de chose à dire là-dessus qu'un écrivain :mrgreen:

Désolée de m'écarter un peu de la question des pronoms du coup, mais je me demande si vous avez plus de facilité (consciente ou non puisqu'il m'a fallu plus de 10 ans pour m'en rendre compte dans mon cas :lol: ) pour écrire les points de vue d'une tranche d'âge ou d'une autre ou si vous passez de Dumbledore à Ginny sans que ça vous paraisse remarquable?
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Ocee
Sauveur du Monde sorcier
Messages : 6216
Inscription : 15 juil. 2010 - 01:14

Re: De l'importance du PoV

Message par Ocee » 13 avr. 2016 - 19:45

Je crois que j'écris à tout âge sans que ça me perturbe... Enfin, les enfants jeunes me demandent plus de réflexion quand même, faut réussir à repenser à leur manière (et je ne l'ai fait que pour des concours du coup, ça m'intéresse moins les gosses ^^')

Pour le pronom, aucun problème avec le "je" mais je pense que le "il/elle" me vient plus naturellement. Encore que... Je n'y fais pas trop attention, comme toi Fleur, ça sort comme ça vient. C'est rare que je fasse un choix conscient au départ.

Le "tu" en revanche, il m'avait étonnée quand il était sorti, c'était pour Narcissa et par la suite je ne l'ai utilisé que pour les Malefoy et pour un texte sur Sirius. Il apporte un truc particulier mais je suis bien d'accord, il ne faut pas en abuser. La manière dont les Malefoy "sortaient" m'avait tellement surprise d'ailleurs que j'avais volontairement écrit un texte sur eux en employant tous les pronoms dans l'ordre, c'était marrant à faire et j'sais pas si ça s'est beaucoup vu (personne ne l'a dit en review, y'a un autre truc qui a plu ou déplu selon les gens au niveau du style mais ce point-là n'a pas fait réagir ^^ http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=27235).
Image

Avatar de l’utilisateur
Awena
Membre de l'Ordre du Phénix
Messages : 534
Inscription : 08 déc. 2015 - 11:52

Re: De l'importance du PoV

Message par Awena » 13 avr. 2016 - 20:39

Ocee : Ah bon, moi personnellement j'adore écrire sur les enfants, plus que sur les adultes ou les veillards, peut-être parce que je les comprends mieux, mais j'ai plus de mal encore avec les jeunes adultes (ce que je suis pourtant).
En fait je pense que j'aime la façon simple (et pourtant pas si simple) dont les enfants voient le monde et que comme je travaille l'été avec eux j'ai peut-être un aperçu plus naturel de leur réaction ^^
Enfin en tout cas c'est le plus simple pour moi, au contraire c'est une véritable galère pour moi d'imaginer une réaction d'adolescent pourtant ce n'est pas si loin que ça de moi mais c'est trop entre deux, une nuance que je n'arrive pas à faire.
Et puis ça dépend quel personnage on utilise ou dépeint aussi ^^

Zakath Nath : je n'y avais jamais pensé mais c'est vrai que j'ai tendance à faire ça aussi, décrire mon perso à l'aide d'autres du même âge sauf cas exceptionnel où un enfant se charge de cet aspect là mais juste pour poser une touche différente
Image

Avatar de l’utilisateur
Ellie
Arc-en-ciel Ambulant
Messages : 13176
Inscription : 14 janv. 2007 - 01:10

Re: De l'importance du PoV

Message par Ellie » 13 avr. 2016 - 22:53

Je crois que les tous premiers trucs que j'ai écrits étaient au je/présent, mais bon, j'avais 7 ans, je connaissais pas encore le passé simple :mrgreen:

Aujourd'hui, c'est l'histoire qui décide de la narration. Le plus souvent c'est la combinaison 3P/passé que je prends (c'est la plus simple je trouve, pour des raisons que je donnerai plus tard), des fois c'est la 1P/présent qui s'impose (souvent pour des textes humoristiques, des fois c'est plus rigolo d'écrire au "je" pour dire des bêtises :mrgreen: ), et des fois (mais plus rarement - j'ai pas accès au site là donc je peux pas vérifier, mais j'ai l'impression que c'est plus rare), 3P/présent ou 1P/passé.

Je dis que la 3P est plus "facile" que la 1P parce que je trouve qu'elle donne plus de latitude. Sans nécessairement avoir un narrateur complètement omniscient, la 3P permet de changer de narrateur, de changer de point de vue de temps en temps, de ne pas toujours être avec la même personne. Alors que la 1P, il faut assumer dès le début d'être dans la tête d'un personnage X et de ne jamais en sortir, pas même le temps d'un paragraphe ou d'une phrase. C'est plus simple pour un OS, mais une fic longue à la 1P, faut savoir ce qu'on fait pour ne pas ennuyer le lecteur (ni soi-même).

Le 2P brille par son absence dans mon post, mais c'est juste que je n'ai jamais eu l'occasion de l'essayer. J'aimerais bien un jour, mais pour l'instant j'ai jamais eu d'idée qui me demande la 2P.

Cela dit, j'ai une idée qui me trotte dans la tête depuis mille ans d'une fic à trois chapitres, un sur Gellert écrit au je (parce que Gellert est égocentrique), un avec Albus écrit au tu (parce qu'il est obsédé par Gellert) et un avec Ariana écrit au il (parce qu'elle voit tout de loin). Un jour XD
Image
sakura284

Répondre

Revenir à « Discussion sur l’écriture en général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Lyssa7 et 2 invités