(D)écrire des personnages complexes

Page blanche, sources d'inspiration, créations de personnages,... Trouvez ici conseils et discussions autour de l'écriture et de la construction d'histoires !
Avatar de l’utilisateur
Roxane-James1
Pilote du Magicobus
Messages : 1326
Inscription : 07 déc. 2016 - 17:44

(D)écrire des personnages complexes

Message par Roxane-James1 » 10 avr. 2019 - 20:51

Hello :D

J'espère que je poste au bon endroit :gne:. Sinon, n'hésitez pas à me taper dessus !
Alors voilà, je suis en plein milieu d'une séance d'écriture et il se trouve que les personnages qui y tiennent une place importante sont "tous" censés êtres manipulateurs, manipulés, complexes et nuancés. Je dis "censés" parce qu'en réalité... eh bien j'ai tendance à créer des personnages manichéens :mrgreen: :arrow:
Je poste donc ici pour savoir si vous avez des conseils pour que vos personnages n'aient pas l'air de clichés ambulants ? Des personnages qui ont l'air humains.

Et j'avais aussi une autre question concernant la manipulation dans les histoires. J'ai épluché des tonnes d'articles concernant la façon dont les personnes manipulatrices s'y prennent pour emprisonner leurs victimes dans leurs filets mais concrètement, j'ai du mal à l'écrire/ à décrire le "processus". Si vous avez là aussi des exemples ou des conseils, je prends !
Image

Avatar de l’utilisateur
Mary-m
Cuberdon Vert
Messages : 4249
Inscription : 15 mars 2014 - 19:40

Re: (D)écrire des personnages complexes

Message par Mary-m » 10 avr. 2019 - 22:22

Sinon, n'hésitez pas à me taper dessus
Le service de protection des HPFiens en détresse nous tient trop à l'œil pour ça. :mrgreen: :arrow:
Ne t'en fais pas, tu es au bon endroit. :hug:

Avatar de l’utilisateur
Taka
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2628
Inscription : 23 mai 2008 - 18:59

Re: (D)écrire des personnages complexes

Message par Taka » 10 avr. 2019 - 22:23

Alors pour des persos non manichéens/clichés... En plus de "dire" ou de "donner" des traits, montre les. Ca les rendra plus concrets et ainsi ils perdront déjà leur aspect superficiel.
Exemple : Mulan. On ne dit jamais qu'elle est futée, ingénieuse, déterminée. Pourtant, dès l'une des premières scènes où on la voit, elle se débrouille pour gagner du temps de façon originale et intelligente (elle nourrit les poulets en accrochant le sac de grain au chien hyperactif), qu'elle est prête à faire face aux reproches et prendre ses responsabilités (son retard mais elle y va malgré tout) et qu'elle n'abandonne pas même lorsque ça semble impossible à ses yeux (sa prière durant la chanson pour ne pas tout faire foirer).
Lorsque tu les montres, essaye de les mettre dans des positions qui indiquent leur comportement. Est-ce que ton perso embête quelqu'un, ricane de loin, semble torturé par un dilemme, a peur, est ému, est fatigués, bavard, aime s'écouter parler, termine de sermonner quelqu'un ou est blasé de tout ?
Tu vas me dire "ouais mais on peut montrer et avoir malgré tout un perso ultra manichéen/clichés !"... Et c'est là que joue la contradiction.

Un personnage se dit quelque chose (courageux, méchant, détaché, drôle,...) mais agit différemment (pour des raisons x ou y) car... C'est ainsi. On peut tous penser qu'on agira bien face à une situation et, le moment venu, on se retrouve à paniquer/être de mauvaise humeur/etc. Un personnage cruel envers une catégorie sociale peut être merveilleux avec d'autres. C'est la conscience de soit qui va permettre à un personnage de ne pas être manichéen.
Il pense être du type 1-1-1, veut devenir du type 1-2-1 mais agit comme un 1-1-2.
Exemple : Severus. Severus se voit comme efficace, sous-estimé et froid. Il se montre ainsi durant sa fameuse apparition dans le tome 1. Il aimerait être efficace, admiré et froid. On le perçoit dans le tome 2 quand Draco le flatte et le tome 3 quand il parle de recevoir l'Ordre de Merlin. En réalité, il est efficace, pas si sous estimé (ça dépend des traits) et surtout il est constamment bouillonnant de rage !
Sa lutte contre la réalité qu'il perçoit, celle qu'il aimerait et celle qui est le rend moins cliché. Au final, des persos ultra clichés peuvent être très intéressant par cette lutte interne et leurs évolutions.
Aussi, plutôt que de chercher un trait "opposé" pour rendre moins cliché, prend plutôt celui à côté. Dumbledore est puissant et protecteur ? Au lieu de le rendre terrifié ou agressif, JKR lui a donné le trait de manipulateur, ainsi ses autres caractéristique gagnent une nuance. Voilà, e mot clé est nuance, pas opposé.
Autre exemple : dans Steven Universe, Lapis Lazuli pourrait être cliché : belle, douce, tragique et solitaire. Sa pierre a la forme d'une larme. Mais la créatrice de la série n'en a pas fait une pauvre petite chose à protéger, ou une jolie poupée toujours reconnaissante. De sa solitude elle a gagné un humour bien acide, de sa tragédie un désespoir qui se retourne contre ses ennemis et de sa douceur une capacité à prendre les coups -ce qui se retourne contre tout le monde, dont elle. Au final, celle qui aurait pu jouer le rôle de petite princesse malheureuse devient une emo ultra sardonique et mortelle.

Et elle aime les bruits de pets. C'était important de le préciser. Un perso aussi merveilleux physiquement et psychologiquement parlant qui aime les bruits de pets, c'est une... Pas une perle ( :mrgreen: ) mais une rareté à adorer.

Tout ça pour dire : quand tu fais un perso et que tu lui donnes un trait, choisis en un à côté qui peut faire basculer ses actions d'un côté ou de l'autre. Si ton perso est inquiet, rend le prévoyant (à l'excès si tu le souhaites). S'il est jovial, donne lui une forme d'impolitesse qui l'empêche de se rendre compte de la souffrance des autres (ce qui peut le protéger, aider les autres ou les blesser).

Il faut donc aussi prendre en compte la situation dans laquelle tu les places. On connaît tous des films ou des séries ou des persos ultra clichés sont lâchés dans un scénario où ils terminent par se développer de façon imprévue mais positive.
Exemple : la revanche d'une blonde (legally blond). Une poupée Barbie taille réelle décide de récupérer son Ken en rentrant dans la même université où elle le trouve au bras d'une petite brune au regard perçant et au sourire cruel. Mise en place ULTRA "clichée" et dont on pourrait craindre le pire.
Résultat des courses : on se retrouve avec un film aux messages féministes (pas parfait, je sais mais pas mal même à notre époque) et des persos qui ont évolué tout en restant eux même (voir, justement, en restant elles-mêmes.♥) ainsi qu'une fin on ne peut plus satisfaisante. :superman: (et dans la comédie musicale, c'est encore mieux !)

Bref, créé des incompréhension au sein du personnage pour qu'il cherche à évoluer (pas forcément dans le bon sens, à toi de voir) de différentes façons. Ainsi, même si ton personnage te semble cliché, il sera agréable à lire. Enfin, si tu veux vraiment le démarquer : ne le laisse pas cisgenre, hétéro et blanc. C'est tout bête, tout petit mais ça fait du bieeeeeeen.
Bon, mes conseils ne sont pas d'une grande aide on dirait... Mais ça peut servir de béquille diront nous. (Et aime tes persos, clichés ou non ! N'ai pas honte d'eux)


Pour le processus de "manipulation" :
Il y a un élément que tu dois décider. La personne qui est manipulée le sait-elle ?
Si la personne manipulée ne le sait pas : montre son trouble face à ses changements de décisions, d'actions, de perceptions. Il se passe quelque chose mais cette personne ne le voit pas encore clairement, devient un peu plus abatue et croit avoir le contrôle. Montre que justement, son contrôle disparait alors même qu'elle pense tenir tout (à bout de bras). Du côté du manipulateur : indique une certaine surveillance, des "vérifications" comme quoi tout se déroule comme prévu. Des reproches bien placés contre lesquels l'autre ne pourra rien car en réalité ils sont déviés de ce la personne manipulée attendait, des propos qui rabaissent plus ou moins dissimulés dans la conversation. Le doute est à sens unique : imposé par le manipulateur de façon audible sur la personne manipulée qui le ressasse dans sa tête. "est-ce moi ? qu'est-ce que j'ai fait ? comment en suis-je arrivée là ?" etc...
Si la personne manipulée le sait : là, le trouble devient anxiété et panique. Comment sortir de là ? Qui croira sa version des faits ? Désespoir, haine de l'autre et dégoût de soi, déception, perte de confiance en l'avenir, en soi et dans les autres. Peur de perdre le peu qu'on a et pourtant réaction de rejet qui facilite la situation. Les émotions seront plus "brutes" : colère, tristesse, doute...
Du côté de la personne qui manipule également, il y a un début de panique 'et si la personne s'en défaisait' mais également une part de "ah bah tu vois, c'est ta faute. Bon, pour te faire plaisir je vais faire comme si rien ne s'était passé et ne rien dire aux autres" alors que c'est la personne qui manipule qui gagne à ce que la situation reste secrète.
Image
Jeu, Set et Mâche !

Répondre

Revenir à « Discussion sur l’écriture en général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités