Niveau de langage

Page blanche, sources d'inspiration, créations de personnages,... Trouvez ici conseils et discussions autour de l'écriture et de la construction d'histoires !
Avatar de l’utilisateur
DameLicorne
Reine du Scorpius/Lily
Messages : 3688
Inscription : 06 sept. 2012 - 00:54

Re: Niveau de langage

Message par DameLicorne » 03 sept. 2017 - 08:47

Je fais à peu près comme toi, avec des nuances selon les personnages, et sans écrire de gros mots :mrgreen: .
Image Image Image Image Image

Mes fanficsPourquoi mettre en couple Scorpius Malefoy et Lily Potter ?Mes originaux

Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit. (Rowena Serdaigle)

Avatar de l’utilisateur
flodalys
Devise avec Molière
Messages : 11425
Inscription : 21 mai 2011 - 13:46

Re: Niveau de langage

Message par flodalys » 03 sept. 2017 - 08:59

J'évite les gros mot aussi je crois

Je fais souvent tomber le "ne" de la double négation dans les dialogues (surtout les dialogues des jeunes)
Je mais parfois un "nan" mais c'est dans certaine situation.
Je mets parfois des "OK"

Par contre en expression d'ado l'autre jour au parc y'avait un groupe d'ado et y'en avait un adepte du "sa mère"
Image

Avatar de l’utilisateur
judith
Comptable chez Gringotts
Messages : 1188
Inscription : 12 avr. 2008 - 14:37

Re: Niveau de langage

Message par judith » 03 sept. 2017 - 11:23

Eejil9 a écrit :
03 sept. 2017 - 08:15
C'est rigolo parce que je n'écris pas du tout les dialogues de la même manière que vous. J'estime que puisque c'est de la fiction, la langue l'est aussi. Dans la plupart des romans qu'on trouve, Harry Potter compris, les dialogues ne reflètent pas du tout la manière dont les gens parlent : les prises de paroles sont plus longues, plus construites. C'est fait pour "faire" naturel mais ça ne l'est pas du tout quand on y réfléchit.
C'est vrai Eejil, le langage des ados de HP n'est pas copier coller de celle de nos ados.
Le souci, en ce qui me concerne, c'est que le style que j'ai adopté pour l'instant en est à des années lumières, en tout cas d'après mes revieweuses (c'était dans ma fic épistolaire, ce qui est encore autre chose, bref.)
Alors, oui, on écrit d'abord pour soi, et pas d'abord pour faire plaisir à ses lecteurs, mais elles n'ont pas tord, et puis le challenge est intéressant !

Ce que je trouve difficile aussi, c'est qu' en IRL, il ne se passe "rien", et les conversations n'ont rien à voir. Dans un roman, les prises de paroles sont plus longues parce que c'est un roman, mais aussi parce que les personnages parlent plus souvent de sujets graves. Chez Rowling, les conversations disons "usuelles", où on se parle pour se parler, ne sont parfois même pas retranscrites mais résumées. "Ils terminèrent la soirée en parlant de Quidditch, puis tout le monde alla se coucher." Si on peut avoir quelques répliques juste pour mettre de la vie dans le récit, c'est rare que l'on ait une page entière de conversation qui ne font pas avancer l'action d'une manière ou d'une autre.

Je repense à la situation où j'ai vécu quatre heures de cours, l'après-midi (c'était vendredi) de la prise d'otage à l'hyper cacher. Les élèves n'avaient que ça en tête. A chaque heure, j'ai pris un quart d'heure de débat pour faire baisser la pression. Je n'ai plus en tête la façon exacte dont mes élèves parlaient, mais la peur était palpable, l'émotion à fleur de peau, la panique prête à jaillir en permanence. Et nos personnages de fic vivent ça très souvent !
Amateurs de Moldus et de guimauve ? Venez voir mon profil
Projet "Et si c'était eux" sur le thème de la guerre l'Affaire Ted Tonks

Le sujet créatif reste toujours vivant à travers son oeuvre, et toute oeuvre est langage d'amour et de désir.
(d'après Françoise Dolto.)

Répondre

Revenir à « Discussion sur l’écriture en général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité