L'auto-édition

Page blanche, sources d'inspiration, créations de personnages,... Trouvez ici conseils et discussions autour de l'écriture et de la construction d'histoires !
Avatar de l’utilisateur
Ielenna
Mother of Rabbits
Messages : 2839
Inscription : 11 déc. 2012 - 12:41

L'auto-édition

Message par Ielenna » 11 mai 2017 - 07:14

Après une courte nuit, me revoici, me revoilà ! :mrgreen:
SOOOOO. Pour ceux qui l'ignoreraient, je suis actuellement en train de publier mes premiers romans en autoédition. C'est-à-dire que c'est bibi (non pas bibi, moi !) qui a tout fait toute seule ! Corriger, faire la maquette, préparer la couverture, commander les illustrations, chercher un imprimeur...

D'où ça m'est venu, en premier lieu ? C'est-à-dire qu'il y avait cette histoire que je traînais depuis un certain temps, qui avait eu deux vies sur internet : en tant que brouillon et en tant que réécriture. Je l'ai retiré du net à cause des plagiats successifs qu'elle a subi (pas moins de 8 plagiats, wesh). Mais les gens voulaient quand même la lire, la découvrir et c'est vrai que je touchais du doigt ce rêve d'édition, d'autant plus que je fréquentais de plus en plus de milieu. Certains éditeurs ont même demandé s'ils pouvaient consulter mon manuscrit (mate c't'honneur / des fleurs pour Ienny, maggle).

Mais j'étais, mine de rien, assez réticente à finir ce roman une fois pour toutes et l'envoyer aux éditeurs. J'ai essayé de faire analyser ça, j'ai même consulté spécifiquement pour cette question. Il est apparu que ce n'était pas la peur du jugement qui me freinait, mais vraiment la peur de la perte du contrôle. C'était une histoire dans laquelle je m'étais psychologiquement, voire physiquement investie, pendant près de 10 ans. La confier à un éditeur et renoncer à mes droits, c'était terrible à mes yeux. Même si c'était pour qu'il l'embellisse.
C'est ma copine Tiphs (que certains ici connaissent !) qui m'a sorti "Pourquoi pas autoéditer ?". Et cette question m'a beaucoup travaillée. Ca me correspondait davantage.

D'autres raisons m'ont poussée à cela : je perdais de plus en plus confiance dans l'édition classique. Les livres ont une durée de vie de plus en plus courte et j'ai entendu quelques sales histoires... Dis comme ça, on dirait que les éditeurs sont de gros méchants, c'est pas vrai, du tout. Juste qu'une ou deux sales histoires suffit à te refroidir. A vrai dire, j'ai été très inspirée par le parcours et les choix de Magali Villeneuve, que j'ai rencontrée aux Imaginales. Elle est illustratrice et c'est l'auteur de La Dernière Terre, qui a été éditée auparavant chez l'Homme sans Nom. Aujourd'hui, l'intégrale a été rééditée en autoédition, et quelle beauté. :coeur: J'ai beaucoup discuté avec son mari, Nalex, qui m'a conforté dans mes choix. :hug:

J'avais toutes les chances de mon côté. Je suis bien entourée, de gens compétents, qui allaient pouvoir me filer un coup de main. J'ai un lectorat de nounours que j'aime. J'avais vraiment toutes les conditions requises. Je me suis naturellement penchée sur la solution du crowdfunding. C'est-à-dire le financement participatif, type Ulule : les gens misent sur ton projet en échange de contributions.

La première étape, ça a été de monter un budget, entre l'impression, les envois, les produits dérivés, etc. En parallèle, ENCORE corriger le bouquin pour l'envoyer à mes correcteurs. J'ai pris le parti de choisir 4 correcteurs très différents : un major de lettres classiques qui a une option ancien françois (pour l'aspect syntaxique, vocabulaire...), une amie psychologue qui avait déjà lu (qui s'intéresse surtout aux personnages, aux réactions, à l'aspect psychologique et métaphorique de l'histoire), une amie blogueuse / chroniqueuse / libraire (qui apportait un regard totalement neuf et avisé ; elle est en train d'étudier la possibilité de monter son autoentreprise de correction, donc elle est assez balèze sur ce plan !) et enfin, une dernière amie qui connaissait l'histoire depuis ses balbutiements, en 2006, donc qui connaissait extrêmement bien l'univers, l'histoire et ses ficelles, qui était là pour évaluer l'évolution et si tout était respecté dans la cohérence. Malgré ces 4 lecteurs et ma propre lecture, y a encore des coquilles, JPP. :boulet:

Ensuite, préparer tout le projet Ulule. Donc s'inscrire, présenter notre projet à l'équipe, préparer sa page, ses montages... Ca demande beaucoup de boulot de graphisme. Il faut rendre la chose la plus attrayante possible !
En parallèle, trouver un illustrateur ! J'en ai démarché pas mal. Un certain nombre ne m'ont pas répondu... Puis un beau jour, celle que j'attendais le moins, elle, elle m'a répondue. C'était Anna Dittmann, alias Escume. Qui se disait bien emballée par le projet. Par contre, c'était un sacré prix... Ses illustrations sont deux à trois fois plus chères que ce qu'on trouve habituellement sur le marché de l'illustration ! Mais j'ai pas hésité, j'ai dit oui. Ce sont des illu que j'ai payées avec mes sous à moi. En pleine période des impôts et du déménagement en plus. J'ai mangé des pâtes quelques mois. :mrgreen: Mais je ne regrette PAS. C'est le projet de ma vie, il méritait une telle couverture.

Puis la campagne Ulule a démarré. C'est le début d'une grande aventure (de stress ! :lol: ) Mais voir grimper le compteur a une vitesse vertigineuse, ça n'avait pas de prix. :coeur: La campagne a validé son objectif de 100% en 60h. Au total, j'ai rassemblé 250% de la somme demandée au départ. Ca laissait entrevoir beaucoup de possibilités !

J'ai eu un passage "à vide" vers novembre, à cause de mon déménagement et de soucis persos, j'ai repris en décembre, puis en janvier, à la fin de la campagne, j'étais émotionnellement morte. :lol: Je me suis accordée un mois de répit pour écrire, pour jouer, pour me détendre, organiser mon appart, bref, vivre, avant de réattaquer en février.
Quoique non, j'ai dû monter la structure juridique, ouvrir le compte en banque, etc.

Ca a été reprendre un à un les manuscrits des relecteurs. Ce travail a été loooooong et exténuant. Parce que 1500 pages x 4, sachant qu'en moyenne, il y avait 3-4 corrections par page (pas forcément orthographe, mais genre "tu devrais utiliser ce mot", "attention, répétition", "pourquoi ne pas jouer sur la figure de style précédente ?").
A un moment, j'ai dit stop. J'aurais pu pousser la correction encore plus loin, mais ça m'aurait pris encore des mois et des mois, et ça n'aurait jamais eu de fin, connaissant mon perfectionnisme. J'ai écouté les doux mots de Lindsey Stirling, à son dernier concert (cette femme sait me parler ! :coeur: ) : "faut lâcher prise ! On aime quelque chose, on le fait, on partage. C'est pas grave si ce n'est pas parfait, on s'améliorera pour le prochain. Mais au moins, tu auras fait quelque chose !". Elle n'aurait pas pu mieux dire à ce moment-là ! :mrgreen: :hug:

Et surtout, préparer et commander tous les produits dérivés.
UN CONSEIL avant de vous lancer : soyez vous-même graphiste ou ayant un pote très très bon en graphisme et prêt à vous aider 1h par jour pendant 1 ou 2 mois ! :lol: Sans ça, vous êtes cuits !
C'est préparer un logo, préparer tous les gabarits, faire des devis à tours de bras, passer les commandes, anticiper, se libérer pour les recevoir, ordonner ça chez soi. Je ne me suis pas lancée dans l'aventure la plus simple.

Et puis, il y a eu la maquette du livre... AHAHAH. Bref. Expérience longue et douloureuse. En fait, ce bouquin, c'est vraiment mon bébé, j'en ai accouché dans le sang et la souffrance, des heures et des heures. :lol:

Et aujourd'hui, tout est bouclé, les livres commencent à arriver, je vois le bout ! :coeur: Je suis en train de préparer les envois (doooonc comparatifs poste, acheter les emballages, se faire un programme d'envoi, dédicacer chez livre, vérifier le contenu de chaque pack, contrôler les adresses...) et la soirée. Et le salon. Donc tout le matos nécessaire, la logistique. En parallèle, poursuivre la publicité sur internet, la communication, préparer des SP. Heureusement que j'ai des petites fées qui m'aident. :lol:

CE N'EST PAS FINI, comme dirait le papi dans Jackie Chan. Une fois que tout sera envoyé, il faudra gérer la suite des ventes et... recevoir les retours (L'ANGOISSE. Vu l'attente, j'espère que l'histoire sera à la hauteur !). Puis j'ai encore des livres bonus à préparer...

BREF. Si tu n'es pas prêt émotionnellement à t'investir à 300% dans ce genre de projet, il faut laisser tomber. Si tu n'as pas de compétence de graphisme, c'est assez compromis aussi. Tu peux, hein. Il faut être préparé.
Mais on voit hélas beaucoup de cas en autoédition, avec des mauvaises maquettes (coucou le texte qui n'est MEME PAS justifié quoi..., ou les pages de chapitres qui commencent sur une page de gauche, mais nooooooon), les couvertures douteuses, bref. Un travail amateur. Ce qui alimente, hélas, la réputation de l'autoédition. Comme un recours quand personne ne veut de toi, mais que tu restes trop fier pour laisser ton histoire dans un tiroir. Mais dernièrement, je trouve que de plus en plus de pépites jaillissent de ce système. Je pense à la Dernière Terre de Magali Villeneuve et à Pandora Project de Yuna. Qui sont deux bijoux, deux livres objets magnifiques. Et ça remonte un peu l'estime des gens par rapport à l'autoédition. Mais ça se justifie. Yuna est chef d'entreprise, je lui suis aussi, Magali aussi avec ses illustrations. En plus, toutes les trois, on a un pied dans le graphisme/illustration, pas au même niveau (les deux sont pros, je suis amateur). Donc je pense qu'il faut savoir être autonome, indépendant et savoir gérer un projet. Ce qui ne s'apprend pas du jour au lendemain, et ce n'est pas inné non plus (mais j'ai des compétences marketing insoupçonnées, ma mère m'a dit que j'avais du faire ce métier dans une autre vie ! :lol: )
Aujourd'hui, je ne regrette pas mon choix, car il me correspond. J'étais déjà très très investie dans cette histoire, dans l'univers, donc c'était dans la continuité et je m'y suis bien retrouvée. Mes lecteurs aussi. Je pense que je n'aurais jamais été aussi satisfaite de mon livre. Ce livre, là, il me correspond. Ce n'est pas un livre qui aurait pu subir des coupes, des modifications, ou une couverture qu'on m'aurait imposée (je ne reproche pas ça aux éditeurs, c'est NORMAL, vues les dépenses et l'état actuel de la situation des éditeurs... au contraire, je les admire), et SURTOUT, j'ai pu construire le monde autour, avec des cartes, des livrets de personnages, des marques-pages personnalisés, même en métal, bref, créer l'univers au-delà du livre. M'éclater, quoi ! Mais c'est sûr qu'on ne se lance pas dedans sur un coup de tête quoi. Mais #NOREGRETS.
(même si je suis épuisée par tout ça, mais heureuse. "Je suis morte à l'intérieur, et ça se voit à l'extérieur !" :mrgreen: )

Et pour cela, je gagne... zéro. On dit qu'en autoédition, on gagne plus qu'en classique, c'est vrai. Mais je n'ai pas choisi le régime d'autoentreprise. Je suis sous statut associatif, donc je ne gagne rien. Ce qui est gagné est directement réinvesti en livres ou en produits dérivés. Ce choix, c'était surtout pour une question d'imposition. Car le cabinet gagne déjà trop. :lol: Puis je voulais vraiment me débarrasser de cet aspect compta (même s'il y en a, dans une asso !!). On verra plus tard, quand les choses se seront aplanies, si je désire passer à un autre type de structure pour gagner mon pécule. :mrgreen:

Eeeeeeeeeet finalement, c'est un pavé. :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
Norya
Chasse le Robert sauvage
Messages : 7455
Inscription : 11 juil. 2011 - 12:36

Re: [Topic Discu]Se faire éditer

Message par Norya » 11 mai 2017 - 08:57

Wow, c'est super intéressant ton post ! Quel boulot ! :shock:
Merci pour ce retour d'expérience ! :fan:

Je suis très très loin de ce stade, j'ai des idées en cours, rien d'avancé vraiment, et bon, vu que je suis pas dans l'imaginaire, fantasy toussa, j'ai pas d'univers à proprement parler, mais même si j'arrive à avancer et à terminer, je ne crois pas que je pourrais faire comme toi ! J'en comprends tes raisons que tu expliques, mais je se suis pas sûre que j'en aurais la force.

Avant, je pensais que l'auto-édition, c'était un peu "pour ceux qui n'ont pas été acceptés dans les ME". Cliché, quoi. Et puis j'ai lu un livre autoédité chez Amazon qui était de qualité (et d'ailleurs a été édité en poche Pocket je crois par la suite, donc un gros tirage) et puis j'ai une copine IRL qui en a édité deux. J'ai pas encore pu lire ses deux romans-là, mais je l'ai déjà lue par ailleurs, elle se définit comme écrivain indie, participe à beaucoup de concours de nouvelles, a un blog sur l'écriture, donc en résumé, je sais qu'elle ne fait pas n'importe quoi. Alors j'ai un peu changé de point de vue sur l'auto-édition. Et puis concernant le graphisme, elle a fait appel à de vrais artistes pour ses couvertures, les maquettes sont belles, elle s'est fait corriger par des pros. Donc on est vraiment face à une vraie réfléxion, un vrai travail qui lui a pris du temps.

bon, certes, c'est sans commune mesure avec ton projet, Ielenna. Franchement, j'admire (même, c'est couillon, je suis en train de me demander pourquoi je n'ai pas participé à ton projet ulule... :gne: ). En tous cas, je pense m'intéresser très fortement à ton roman dans les prochaines semaines... :mrgreen:
Dernière modification par Norya le 11 mai 2017 - 10:34, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
AgatheK
Fille de fougère depuis 1 génération
Messages : 6607
Inscription : 18 déc. 2006 - 18:25

Re: [Topic Discu]Se faire éditer

Message par AgatheK » 11 mai 2017 - 09:18

(Il faudrait peut-être séparer le sujet, non ? Car là, on dévie vers l'auto-édition^^)

(J'hésite à réagir sur ma vision perso de l'auto-édition et micro-édition et pourquoi l'édition classique n'est vraiment PAS faire pour certains auteurs, mais là, j'ai trooooop la flemme :lol: )
Blog | DeviantArt | Bibliothèque

Image
Art by FlorentLlamas

Avatar de l’utilisateur
Ielenna
Mother of Rabbits
Messages : 2839
Inscription : 11 déc. 2012 - 12:41

Re: L'auto-édition

Message par Ielenna » 11 mai 2017 - 15:50

Oh merci, Norya ! :hug: Mais je le dis, tout soutien passé, présent et futur m'est très précieux. Chacun peut apporter sa pierre. D'ailleurs, le côté interactif du crowdfunding est très intéressant car les lecteurs se sentent acteur de la naissance du livre. Et ca les investit d'autant plus.
Mais Oui, tout dépend des gens qu'on connaît et des experiences. Mais c'est rassurant de voir que les visions commencent doucement à évoluer. Après, c'est certain qu'on n'a pas la même distribution.

Oui, je suis d'accord avec AgatheK, ca vaudrait ptet le coup de scinder le sujet. Désolée, je n'y ai pas pensé... :oops: Mais je serai très intéressée par ta vision des choses et pourquoi certains auteurs ne sont pas faits pour l'édition classique. Surtout de ton point de vue ! :D

EDIT : merci à la personne qui a scindé le sujet ! :hug:
Image

Répondre

Revenir à « Discussion sur l’écriture en général »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité