[Validations] Combat à mort - IV

Pour les vieux sujets obsolètes mais qu'on peut vouloir relire un jour.
Avatar de l’utilisateur
Satchrê
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2461
Inscription : 19 mai 2013 - 18:01

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Satchrê » 16 avr. 2017 - 11:54

Jour 15 - Potterverse - 283 mots (Word)
Severus était toujours penché au-dessus du visage inconscient de Drago. Après avoir rapidement tâter son front (trop chaud), sa gorge (pouls trop rapide), écouté la respiration précipitée et soulevé une des paupières du jeune homme, il entreprit divers mouvements complexes à l’aide de sa baguette magique. Narcissa le regardait faire avec inquiétude jusqu’à qu’elle ne parvienne plus à garder le silence.
- Comment va-t-il, Severus ?
L’homme en noir grimaça et suspendit son bras un bref instant avant de se redresser, interrompant de fait son examen.
- Ce n’est pas brillant, énonça-t-il. Passons au salon rejoindre ton mari. Nous devons discuter.
La belle aristocrate pâlit, vacilla et ne dut de rester debout qu’à la promptitude du maître des potions qui la rattrapa. La tenant fermement alors qu’elle se mettait à trembler d’inquiétude, il tenta maladroitement de la rassurer en la conduisant dans la pièce adjacente où attendait Lucius et où il la fit asseoir dans un grand fauteuil.
- Calme-toi. Les jours de ton fils ne sont pas en danger. La situation est toutefois assez sérieuse.
- Qu’a-t-il ? Qu’as-tu trouvé ? demanda Lucius impatient et irrité comme souvent face à la proximité entre sa femme et l’autre homme.
- Il a un père malade, répondit vertement Rogue en regardant méchamment son ami. Tu te rends compte de ce que tu as fait ? Ce rituel a été banni il y a des siècles et tu l’as exécuté sur ton propre enfant sans en connaître les risques !
- Ce rituel est un grand classique, répliqua l’aristocrate profondément agacé. Salazar Serpentard lui-même l’a pratiqué.
- Ce qui l’a amené à l’interdire, répliqua le maître des potions causant ainsi la stupéfaction de l’autre homme.
Image

Avatar de l’utilisateur
Eejil9
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2595
Inscription : 13 mai 2016 - 17:45

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Eejil9 » 16 avr. 2017 - 15:42

Jour 15 : 208 mots sur Word
Les jours passèrent, et l’humeur d’Hermione ne se stabilisait pas. Elle avait des périodes d’apathie prolongée, durant lesquelles elle était complètement découragée et privée d’énergie. A l’inverse, elle connaissait aussi des moments d’euphorie où, gonflée d’énergie, elle se croyait capable de tout.
Elle avait contacté un libraire qui recrutait et voulait la prendre à l’essai, mais elle devait d’abord clarifier sa situation vis-à-vis des autorités moldues, et il lui manquait toute une foule de papiers... Harry, qui culpabilisait de l’avoir oubliée, maintenant qu’elle lui avait raconté son histoire, lui avait conseillé de se rendre au ministère pour qu’ils lui fournissent tout ce qui lui manquait.
- Ils te doivent bien ça, lui avait-il dit.
Seulement, Hermione était dans une période de découragement profond. Plus que cela, elle était persuadée que tout serait terminé une fois qu’elle serait passé au ministère. Qu’elle mettrait un terme à sa vie de sorcière, pour de bon.
Elle n’était pas sûre d’en avoir le courage. Et l’argument « Gryffondor » de Ron n’avait plus la même force... Elle n’était pas une sorcière. Elle n’était pas allée à Gryffondor. Elle n’était plus rien.
Cette fois-là, le découragement fut tel qu’elle ne parvint même pas à se lever du fauteuil dans lequel elle s’était effondrée.
"Dire. Dire ce qu'on meurt d'envie de dire. Dire ce qu'on a besoin de dire. Besoin vital. Terrifiant. Dire ce qu'on ignore avoir envie ou besoin de dire. Dire pour comprendre, nettoyer, guérir, avancer. Mais est ce que dire suffit ? Tout à l'heure je l'ai cru."

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4794
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par princesse » 16 avr. 2017 - 16:11

JOUR 15 - 256 mots sur Word
Depuis que ce maudit article est sortit dans le journal, tout le monde a plus ou moins deviné que la Charlotte avec qui j’entretiens une correspondance assidue n’est pas n’importe quelle Charlotte. C’est Charlotte Peverell… une des dernières grandes héritières du Royaume-Uni. Autant dire que je suis devenue presque une célébrité à la caserne. Après… tant que cela reste à la base, je ne vois pas où est le problème. Les gars me taquinent beaucoup, et je préfère de loin ça au ton réprobateur que j’imagine chez mes parents, ou dans la haute société anglaise, de l’autre côté de l’Europe.

En somme, je suis fiché comme l’Aventurier de l’Extrême pour avoir ne serait-ce qu’osé écrire à un tel modèle de mansuétude et d’innocence. Parfois, je me dis que je devrais lâcher prise… l’oublier, la tenir loin de moi pour qu’elle soit plus heureuse. Au fond que puis-je lui offrir ? Elle est dix fois plus riche que moi. Ses précepteurs venaient du monde entier pour parfaire son éducation. Elle fait partie de la haute société. Ses ancêtres ont créés le Code International de la Magie… franchement, moi petit Auror issu d’une famille pure -et encore, certaines branches sont « douteuses »- d’Herbologistes complètement perchés, je ne vois pas ce que je pourrais lui apporter. La stabilité ? Je ne suis jamais là. Une maison ? Elle possède déjà trois propriétés. Un titre ? Je n’en ai pas. Un foyer ? Soyons sérieux deux minutes. De l’amour ? Pitié, rien que ce mot me donne la nausée…
Image
"I'm not a psychopath"

Avatar de l’utilisateur
Leeloo Lovegood
Vigile à baguette du Ministère
Messages : 1819
Inscription : 14 mai 2011 - 10:48

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Leeloo Lovegood » 16 avr. 2017 - 19:42

Jour 15 - 256 mots WORD
Il leva les yeux suffisamment pour apercevoir la chemise noire qu'elle lui tendait, mais son regard restait assez baissé pour ne pas croiser les yeux bleus de Beth.
– J'ai déjà une chemise, marmonna-t-il.
Beth se tortilla, il n'allait pas être facile à dérider, elle avait l'impression de tout reprendre à zéro avec lui.
– Ouais... euh... hésita-t-elle, si tu parles de cette chemise...
Il fut contraint de lever la tête pour la regarder et comprendre ce qu'elle voulait dire. Il vit alors qu'elle portait sa chemise à carreaux par dessus le t-shirt qu'elle avait trouvé à la réserve. Elle avait retroussé les manches jusqu'aux coudes et avait noué les pans de la chemise au niveau de son pantalon pour que le vêtement, trop grand pour elle, soit un peu plus ajusté. Il se pinça les lèvres. Voir sa chemise sur les épaules de Beth, lui faisait un drôle d'effet. Cette fois-ci elle ne l'utilisait pas pour cacher son corps nu. Elle avait délibérément choisi de la porter.
– Ça t' va pas trop mal, marmonna-t-il en détournant le regard.
– Merci, dit Beth en souriant, du coup si tu veux bien que je la garde, tu vas avoir besoin de celle-là.
Beth lui tendit à nouveau la chemise noire, que Daryl accepta cette fois, avant de rassembler ses affaires et s'éloigner d'elle sans un mot. Beth fut partager entre la satisfaction qu'il accepte qu'elle garde sa chemise et qu'il prenne en échange celle qu'elle avait choisi pour lui, et le désarroi de le voir la fuir une nouvelle fois.
Image

Hèra, Reine universelle, Hèra, génératrice des pluies et des vents, qui, seule, permets de vivre, qui te communiques à tout, qui règnes sur tout et animes tout par les sifflements de l’air.

Avatar de l’utilisateur
Labige
Sauveur du Monde sorcier
Messages : 7465
Inscription : 11 juin 2010 - 17:16

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Labige » 16 avr. 2017 - 19:49

Jour 15 - 236 mots sur word
« Je ne connais que cinq personnes, en me comptant, avoue-t-il.
- Vraiment ? Je crois que j’en connais plus que toi alors, sourit Hermione. Ernie et toi, deux, Ginny trois, Terry, quatre, moi cinq déjà. Et tu rajoutes Demelza, ainsi que les trois autres Gryffondor de vue. D’ailleurs je croyais que J viendrait ?
- Non je crois qu’ils ont prévu autre chose avec d’autres personnes, ce qui en soi ne me dérange pas. Si nous étions trop nombreux on aurait mal tout de suite à la tête, et puis on se fatiguerait et dans une heure tous au lit !
- Vingt personnes c’est beaucoup…
- Surtout si tu veux les rencontrer un minimum. Mais c’est vrai que tous se connaissent plus ou moins, surtout grâce à Ginny, Terry et Luna ; l’année dernière a rapproché les véhéments et les vétérans et du coup des amitiés qui n’auraient jamais vu le jour se sont doucement tisser.
- Tu sais quoi Anthony ?
- Non mais tu vas certainement me le dire, rit-il.
- Tu penses comme mon cerveau.
- Venant de la grande Hermione Granger je vais prendre cette phrase pour un compliment ! s’exclame Anthony.
- Oh ne m’appelle pas comme ça, dit-elle en détournant son visage, gênée.
- HERMIONE ROUGIT ! Par Merlin ! crie Ginny avec un grand sourire, coupant par là même Anthony dans sa tentative de se rattraper. »
Image

Avatar de l’utilisateur
lilimordefaim
Stagiaire chez W&W
Messages : 903
Inscription : 11 janv. 2013 - 14:58

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par lilimordefaim » 16 avr. 2017 - 20:07

Jour 15 - 207 mots sur word
- Tu es sûre de vouloir y aller seule ? Je peux t'accompagner si tu veux ?

Victoire avait cet air inquiet que Lily avait vu sur le visage de tous les membres de sa famille. Comme si elle risquait de se briser en mille morceaux si on la brusquait trop. Tous lui murmuraient des mots de réconfort à l'oreille, ou posaient une main compatissante sur l'épaule. Tous sauf James qui n'était pas encore rentré de New York. Elle lui en aurait presque voulu si elle ne l'adorait pas autant que Victoire. Son grand frère adoré, qui avait choisi de vivre dans le monde moldu loin d'elle, malgré leur lien si fort. James était un enfant turbulent mais il l'avait toujours défendu. Même quand Albus avait choisi de séduire le seul garçon que Lily aimait.

- Lily ? Tu m'écoutes au moins ? Bon je vais venir avec toi ce sera plus sûr...
- Non, ne t'inquiète pas. Va prendre un café dans le restaurant qu'on a vu. Je t'y rejoindrai dès que ce sera fini.

Voyant que Victoire n'était pas convaincue, elle rajouta :

- Je ne vais pas m'effondrer, je te le promets . J'étais déjà complètement folle avant que tout ça n'arrive. Je vais gérer, et j'ai besoin de faire ça toute seule.

Avatar de l’utilisateur
Norya
Chasse le Robert sauvage
Messages : 7586
Inscription : 11 juil. 2011 - 12:36

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Norya » 16 avr. 2017 - 20:11

Bon, finalement, chers orgas, je reprends mon jour de grâce.

Jour 15 : 229 mots sur Word
— A vrai dire, je ne sais pas exactement ce que je peux te demander. Je dois gérer cette situation avec mon équipe et trouver le ou les responsables. Ce serait déjà bien assez compliqué si le Ministre ne m’avait pas demandé d’organiser le colloque européen des Aurors, qui doit se dérouler à Londres.
Drago fonça les sourcils.
— Alors il aura vraiment lieu, ce colloque, hein ? Dans mon service, on en parle presque comme une légende urbaine…
— Pourquoi ? s’étonna Harry.
— Eh bien parce que c’est nous qui sommes les relations internationales, pas vous !
— Mais nous, nous sommes les Aurors…
— Et après ? Nos deux services auraient dû s’en charger, a minima. Or, rien ne nous a été demandé. Tu ne t’es pas posé la question.
Harry, reconnut, stupéfait par son manque d’attention, qu’en effet, c’était anormal.
— Tu n’as pas à t’étonner Potter, c’est moi, répondit Drago d’un ton désabusé.

Harry ne comprit pas immédiatement sa remarque. Il allait poser lui la question quand il nota l’air attristé sur le visage de Drago et que la vérité le frappa.
— Enfin, cela fait vingt ans, les gens sont passés à autre chose, non ?
— Quand je pense que c’est TOI qui me dis ça, toi qui devrais être le dernier à pardonner. Non, Potter, tout le monde n’a pas oublié. Et apparemment, c’est même le cas en haut lieu.

Avatar de l’utilisateur
selket
Comptable chez Gringotts
Messages : 1077
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par selket » 16 avr. 2017 - 20:32

Jour 15 - 467 mots pages
La nuit tombé sur la forêt qu’elle contemplait de sa fenêtre. Elle était assise à son bureau, ses jambes en tailleur sur le tabouret bleue sous la table. Elle regardait la fenêtre qui était à sa gauche, de temps en temps ses yeux revenaient sur l’écran de son ordinateur posait devant elle sous la lampe de bureau qui l’éclairait de sa lumière palote.
Par moment des voix arrivaient à ses oreilles du chemin situé en bas de sa fenêtre. Mais sinon le calme apaisant de la journée tirant sa révérence n’était troublé que par les oiseaux qui chantait la fin du petit jour et par l’enceinte qui crachotait une musique d’un autre temps. Elle aimait l’odeur de l’air encore humide par une petite pluie tombait en cette journée ensoleillé du bois de mai. L’ambiance était calme, un petit courant d’air passé par la fenêtre et venait caresse ses bras ou la chair de poule n’allait pas tarder à s’installer. Et pourtant elle laissant la fenêtre ouverte profitant des derniers bruits de la journée.
L’atmosphère était apaisante et mais au creux de son ventre elle sentait naitre cette boule de nerfs.
Quelque chose allait se passer elle en était sure. Son pressentiment se faisait plus pressant au fur à mesure que la nuit étirait ses doigts au dehors. Mais elle continuait d’écrire tentant de dissiper son malaise.
L’air devenait de plus en plus frais alors que le ciel ne s’était pas encore assombrit. Au dehors un corbeau était venu s’ébattre sur le rebords de la fenêtre. Il la regardait maintenant de son oeil noire, il la fixait de sa prunelle sans jamais se détourner.
Elle se leva doucement afin de ne pas l’effrayer. Mais malgré qu’elle avançait vers lui il ne fuyait pas et elle avait même l’impression qui l’encourageait à venir à elle. C’était étrange cette impression qu’il se crée un lien entre elle et cet oiseau. Elle était maintenant près de la fenêtre, si elle tendait le bras elle pourrait le toucher et pourtant elle n’osait pas. Alors qu’elle allait enfin portait sa main vers lui il s’envola avant de venir se poser sur son épaule. Surprise elle ne pût retenir un hoquet. Prenant peur le corbeau s’envola vers le bois. Alors qu’elle allait refermé sa fenêtre encore émue par ce qui venait de se passer elle le vit se poser sur la branche la plus proche de son appartement et émis un croassement ressemblant à un appelle. Mue par une force étrange elle se précipita au dehors.Ne prenant même pas la peine de passer par la porte elle franchit la fenêtre d’un bond avant d’arriver trois étages plus bas sur le sol. La nuit était là elle n’avait plus besoin de se cacher maintenant. Elle suivit alors le corbeau qui l’amenait dans le bois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 1646
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Mikoshiba » 16 avr. 2017 - 20:42

276 mots (Word)
Janvier 1982
Cartes de vœux sur la table de la cuisine


Une nouvelle année commence. Et quand je reviens un an en arrière, je suis bien contente que le temps ait passé.
L’année dernière, à cette période, j’étais complétement déprimée. J’apprenais seulement à vivre seule avec ma fille de 4 mois que je soupçonnais dans mes moments de faiblesse d’être une mini-Mangemort. J’avais peur de mourir, de voir ma fille mourir, de voir mes voisins mourir, d’apprendre un jour que mes parents étaient déjà morts, de ne jamais voir la fin de cette guerre unilatérale. J’aurais pu entrer en résistance, comme Robert, mais je n’en ai jamais eu le courage. J’avais l’impression d’être lâche, d’être faible. Je voulais que quelqu’un nous protège, mais je ne voulais pas que ce soit moi ni aucun de mes proches. Je voulais faire la guerre, mais sans souffrir. Alors je me suis cachée. Comme une lâche.
Margaret passait un temps fou à tenter de me remonter le moral. En général, ça marchait mais jamais bien longtemps. Dès qu’elle passait la porte pour retourner chez elle, tout s’écroulait. Alors je m’en voulais d’être dépendante d’elle. Je m’en voulais de lui faire perdre son temps. Je m’en voulais d’être aussi faible. Et ça me faisait déprimer encore plus.
Puis Megan a grandi. J’ai appris à l’aimer. J’ai presque l’impression d’être tombée amoureuse d’elle. Je la regarde et tout va mieux. Ça m’a pris du temps pour en arriver là, mais maintenant que je suis bien, je ne veux plus jamais rechuter. Maintenant, je veux me battre. Je suis prête. Même si c’est un peu facile de dire ça par temps de paix.
Image

Avatar de l’utilisateur
Norya
Chasse le Robert sauvage
Messages : 7586
Inscription : 11 juil. 2011 - 12:36

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Norya » 16 avr. 2017 - 21:01

JOUR 16 - Du dimanche 16 avril, 22h00, au lundi 17 avril, 21h59.


Participants
- Pimy (2 jours de grâce : J15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Anhya
- Catie (2 jours de grâce : J15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Satchrê
- Princesse (1 jour de grâce : J29 - 400 mots J30 - 6 jours restants)
- Eejil9
- Dreamer
- Norya (5 jours de grâce restants)
- BellaCarlisle
- Labige
- Selket
- Lilimordefaim
- Mikoshiba
- Leeloo Lovegood
- Josy57
- Alhüin

Éliminés
- Chouette (J1)
- Fleur d'épine (J1)
- LaLouisaBlack (J1)
- Seonne (J1)
- AgatheK (J4)
- Lyssa7 (J7)
- SamanthaBlack7 (J7)
- Awena (J8)
- Mary-m (J10)
- Ocee (J11)
- Layi (J11)
- Cilou (J11)
- DameLicorne (J14)
- Api (J14)

Avatar de l’utilisateur
Eejil9
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2595
Inscription : 13 mai 2016 - 17:45

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Eejil9 » 16 avr. 2017 - 21:24

Jour 16 : 256 mots sur Word
Il fallut les pleurs d’Hugo pour qu’elle se convainque qu’il était réellement nécessaire de se lever. Elle s’occupa de son fils et sa vie reprit son cours. Le découragement la quitta pour un temps. Il y avait ses enfants, il y avait Ron, il y avait la cuisine et le ménage... Elle s’y jetait à corps perdu, refusant que Ron utilise la magie pour s’en occuper. Elle prétextait qu’elle avait besoin de s’occuper... En réalité, elle avait surtout besoin de se prouver qu’elle pouvait mener la même vie qu’avant, même si elle était privée de sa magie. Et surtout, elle voulait faire disparaitre les vieux réflexes, elle voulait cesser de chercher sa baguette à chaque seconde. Pour oublier vraiment et ne plus se rappeler plusieurs fois par jour qu’elle avait perdu tout ce qui la rendait unique.
D’ailleurs, elle se convainquait qu’elle n’avait perdu que la magie, mais qu’elle restait la même, au-delà de cela. Elle était la même personne, qu’on se rappelle d’elle ou non, qu’elle soit capable de jeter des sorts avec un bout de bois ou non. Elle était Hermione Granger, mariée, mère des deux enfants les plus beaux du monde, elle était intelligente, encore jeune, et avait la vie devant elle.
Et même si personne ne s’en souvenait plus, elle savait qu’elle avait été capable de sauver le monde sorcier, et cela changeait tout.
Alors, elle mettait un point d’honneur à vivre sa vie. Elle nettoyait, cuisinait, soignait les bobos et lisait des histoires.
Mais elle ne se rendit pas au ministère.
"Dire. Dire ce qu'on meurt d'envie de dire. Dire ce qu'on a besoin de dire. Besoin vital. Terrifiant. Dire ce qu'on ignore avoir envie ou besoin de dire. Dire pour comprendre, nettoyer, guérir, avancer. Mais est ce que dire suffit ? Tout à l'heure je l'ai cru."

Avatar de l’utilisateur
Norya
Chasse le Robert sauvage
Messages : 7586
Inscription : 11 juil. 2011 - 12:36

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Norya » 16 avr. 2017 - 21:34

Jour 16 : 228 mots
Drago se leva de son siège et alla se poster près d’un grand buffet à gauche de son bureau. Il tripota nerveusement les bibelots posés dessus et garda le dos tourné à Harry.

— Ecoute, je ne suis pas ou plus spécialement en odeur de sainteté auprès du Ministre.
Il vit Drago tressaillir, mais ce dernier ne se retourna pas.
— Que je sache, en haut lieu, personne ne semble véritablement s’inquiéter de l’état de mes troupes.
Cette fois, Drago se retourna vers lui, un air intrigué lui barrant le visage.
— Vraiment ?
— Je n’ai eu aucun contact avec le Ministre depuis que je lui ai appris les premiers malades. Cela fait déjà deux mois.
Drago retourna s’asseoir à son bureau.
— Alors ce pense le Ministre de toi ne m’importe pas. J’ai besoin de ton service pour ce colloque et… s’interrompit Harry.
— Et ?
— Et peut-être que toi, tu pourras m’aider pour trouver le responsable de la contamination de mes troupes.
Drago eut un petit rire.
— Vraiment, tu m’attribues trop de super pouvoirs, Potter.
— Non, tu es discret, tu as d’autres sources d’informations que les miennes, d’autres fréquentions. Certaines portes ne s’ouvrent pas à moi. Certains univers non plus.
— Je n’ai pas les mêmes fréquentations que mon père, Potter !
— Je sais. Mais tu as malgré tout une influence que je n’aurai jamais. Les Aurors inspirent souvent de la méfiance.

Avatar de l’utilisateur
Josy57
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 606
Inscription : 14 août 2010 - 14:25

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Josy57 » 16 avr. 2017 - 21:39

Antoine pianotait sur son clavier depuis plusieurs heures quand il mit enfin le point final à son texte. Il remonta jusqu'au haut de la page et entreprit de se relire. Après de longues hésitations sur le titre ''La menace S'' ''Kaisaran en danger'', il s'était décidé pour : ''Brillants et dangereux''. Le titre était accrocheur, mais il veillait bien dès le début de l'article a préciser qu'il s'agissait de terroristes qui se trouvaient être des S et non pas d'une généralité.
Ensuite, il faisait figurer la liste des douze détenus, assortie de cliches de chacun. Figurait également une courte sélection des crimes pour lesquels ces charmants individus avaient été envoyés à Faengzel. Il apprenait alors aux lecteurs que tous ces criminels avaient probablement organise leur évasion ensemble car ils appartenaient tous a une même organisation dont on ne savait pour le moment pas grand-chose. Sur les conseils de Reilhan, il n'avait pas donné le nom du groupe. Cela éviterait que d'autres tentent de le doubler en se procurant des informations sur l'Aurore avant lui.
Il concluait son article par un appel à la vigilance, suggérant que ces évasions n'étaient peut-être que le début d'une série d’événements très graves. Mais il rappelait qu'il ne s'agissait là que de spéculations, les jours à venir leur permettraient d'y voir plus clair.


218 mots selon Word

Jour 16 validé !
How much can you change and get away with it,
before you turn into someone else,
before it's some kind of murder ?

- Richard Siken

Mes fanfictions

Avatar de l’utilisateur
dreamer
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1574
Inscription : 20 août 2015 - 14:29

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par dreamer » 16 avr. 2017 - 21:52

250 mots sur Libre Office
Je ne sais pas combien de temps je reste à observer cette séance de torture. Je voudrais hurler à l’aide, m’enfuir, ou même fermer les yeux pour échapper à ce supplice, mais je ne peux pas. Parce que je suis littéralement incapable de bouger ne serait-ce qu’un cil, tétanisée par la violence croissante dont fait preuve Bellatrix. Son rire froid résonne plus fort dans la pièce, au fur et à mesure qu’elle réussit à arracher des gémissements et des plaintes de sa victime.

« Ça suffit ! » s’exclama alors le vieil homme, tentant de bouger et de faire obstacle au prochain sortilège qu’allait recevoir sa femme, arborant une expression de haine et de rage pure à l’encontre de Bellatrix.

« Il a raison, intervient Rabastan. C’est à mon tour, Bella ! »

De nouveaux cris viennent déchirer mes tympans, et vibrent jusque dans ma poitrine. J’ai envie de vomir. Je veux sortir d’ici, de ce cauchemar affreux. Evan et Rodolphus s’y mettent eux aussi, et seuls Lucius et moi restons à l’écart, réticents.
Les minutes passent, pourtant la situation n’évolue presque pas.
Je finis par fermer les yeux, j’essaie de m’imaginer ailleurs, dans un endroit qui ne transpire pas d’horreurs... Poudlard. Je visualise ces murs faits de vieilles pierres de couleur claire à laquelle les élèves aiment s’appuyer pour discuter, les éclats de rire insouciants qui résonnent dans les couloirs, les rayons de soleil qui viennent réchauffer le château et donnent un éclat magnifique aux vitraux du Deuxième Etage…
Image

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4794
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par princesse » 16 avr. 2017 - 22:12

Jour 16 - 286 mots sur Word
Charlotte me parle beaucoup d’elle, de Poudlard, de sa tante de plus en plus agaçante, et de sa mère, malade. Elle me raconte ses cours, ses études, les professeurs qui l’exaspèrent. Je n’ai qu’à fermer les yeux pour me sentir à Poudlard, dans la salle commune des Gryffondors, identique à celle que j’ai laissé derrière moi, il y a quelques années déjà. Elle me parle aussi de son quotidien, de son cheval qui lui manque beaucoup, des poèmes de J.Keats qu’elle se plait de plus en plus à lire, et de cette nouvelle partition de piano qu’elle n’arrive pas à jouer… Ce qu’on pourrait penser comme de l’égocentrisme pur et dur n’est en réalité qu’une tendresse infinie. Charlotte sait que je n’aime pas parler de mon métier, de ma vie tout court. L’entendre parler de la sienne, c’est exactement ce qu’il me faut pour oublier les plaines gercées et glaciales d’Estonie. Comment l’as-t-elle su ? Je n’en ai pas la moindre idée… Parfois sa curiosité est plus forte que tout, et elle me pose quelques questions sur mes missions en Europe de l’Est. A ce moment-là, je reste le plus vague possible. Je parle de temps glacial, et du vent sec, mais jamais de ce que j’y fais. Ici, la misère est presque absolue. La population est affamé, malade, et il n’est pas rare de tomber sur des cadavres empilées les uns sur les autres à l’orée des bois, loin des villages pour ne pas que ces derniers ne succombe à certaines épidémies. Tout ces gens dans le malheur, dans le besoin et nous, que faisons-nous ? On cherche Nurmengard. Une forteresse noire introuvable, peut-être même inexistante ! Parfois, je me dis qu’on perd notre temps…

Image
"I'm not a psychopath"

Avatar de l’utilisateur
Satchrê
Bureaucrate au Département de l'Artisanat Moldu
Messages : 2461
Inscription : 19 mai 2013 - 18:01

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Satchrê » 16 avr. 2017 - 22:36

Jour 16 - Original - 237 mots
Pauline est assise sur son canapé à regarder défiler les images. Les genoux repliés contre sa poitrine, un énorme pull sur le dos et de grosses chaussettes aux pieds, elle a encore froid tandis que sur l’écran passe le fil de vie d’un quinquagénaire usé par la vie. Usé mais si pourtant si plein de vie.
Elle repense à son propre père et l’idée amère que les Hommes ne sont pas tous égaux dans la vie lui éraflent le cœur. Un brin d’amertume se glisse en elle quand elle observe à nouveau d’un œil avide cette si belle relation familiale. Juste un père et ses enfants, rien de plus, rien de moins et pourtant tant.
Les doigts crispés sur la télécommande bougent légèrement, engourdis, puis actionnent la fonction marche arrière. Les mêmes images passent encore et encore, les mêmes paysages et les mêmes paroles. Elle se gorge jusqu’à plus soif des vies d’autres personnages pour oublier quelques heures durant la sienne.
Soudain elle rit doucement. Une idée saugrenue vient de l’effleurer : si, il y a deux ans, elle avait su la passion que créerait en elle les films de ce réalisateur, elle aurait accepté la proposition de sujet de thèse du Pr. Henri. Quand elle pense à son propre travail de recherche qui n’avance que laborieusement, elle ne peut que regretter de s’être lancée sans passion dans un étude compliquée.
Et puis, c’est beau le cinéma…
Image

Avatar de l’utilisateur
selket
Comptable chez Gringotts
Messages : 1077
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par selket » 17 avr. 2017 - 07:35

Jour 16 - 357 mots (pages)
Oui elle aurait put continuer à l'aimer si Vercingetorix n'avait pas été là. Si la guerre n'avait pas brouillé l'écheveau de leurs vies que les dieux avaient décidé. Elle l'avait aimé fut un temps.
Mais maintenant le droit de décider de sa vie lui était rendu. Tout reposait dans ces mains.
Plusieurs choix s'offrait à elle. Rester dans la cité éternelle qui l'avait longtemps abritée. Et profiter des largesses de l'Empereur qui l'adorait comme une soeur tant chérie.
Non, sa vie n'était pas à Rome, sa terre natale ne lui avait que trop manquée dans cette prison dorée. Elle ne faisait pas partit de ceux qui oubliait tout, et se contenter de richesse et de titres généreusement distribué.
Cependant, une autre solution s'offrait à elle, celle qu'elle avait longtemps caressée du bout des doigts sans pouvoir y toucher.
Quitter Rome et retourner en Armorique. Elle était rentrée dans cette ville prisonnière on lui offrait d'en sortir comblée, l'offrande était trop grande pour la refuser. L'Armorique, la terre promise, celle pour qui elle c'était battue jusqu'au bout. Même au coeur des batailles alors que tout semblait perdu, elle avait continuer à ce battre pour cette terre, sa terre. On lui offrait d'effacer Alesia de tout recommencer à zero, reconstruire tout depuis le début. Après tout, elle était encore jeune. Une nouvelle vie avec l'homme qui l'accompagnait depuis le début, sur sa terre natale là ou tout devait se finir. Elle en rêvait de cette paix, de cette vie. Mais à peine elle tendit la main pour empoigner ce doux rêve, qu'il disparut remplacer par un autre choix.
Un autre choix, un autre avenir. Un avenir à l'image de son passé, aussi douloureux que sa vie. Les larmes de sangs continueront à couler sur son visage, s'écrasant sur ses habits, ruisselant le long de ses armes. Un avenir fait de souffrance et de peine l'accompagneront le long de ce chemin inconnu. Un chemin, qui ne lui garantira pas de finir sa vie dans un lit. Un avenir qui se terminera sur un champ de bataille les armes à la main au coeur d'un malstrom de cris et de douleur.
Image

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 1646
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Mikoshiba » 17 avr. 2017 - 08:12

269 mots (Word)
Janvier 1982
Retour sur le Chemin de Traverse


J’ai craqué. Dans La Gazette, je suis tombée sur un article qui récapitulait les meilleurs livres qui étaient sortis ces trois dernières années. Alors j’ai fait une rechute.
J’ai déposé Megan chez Margaret et j’ai filé sur le Chemin de Traverse. Ça faisait tellement longtemps que je n’y avais pas mis les pieds ! C’était un peu bizarre. On voit que la guerre vient de se terminer. Tout le monde essaye d’oublier, les magasins sont plein de couleurs, les rues sont pleines de passants mais on voit quand même encore les cicatrices : des planches condamnent des magasins dont on ne sait pas ce que sont devenus les propriétaires, des boutiques endeuillées… On essaie de repartir mais on a tellement souffert, tellement eu peur…
Chez le libraire, le rayon pour se défendre contre les forces du mal m’a paru immense. Et surtout bien inutile : il ne s’agissait pas de combattre un simple épouvantard, mais bien des Mangemorts déterminés à tuer, à torturer. Rares étaient les personnes prêtes à leur faire face. Et il faut un bon entrainement, on ne décide pas comme ça d’apprendre des sorts défensifs, encore faut-il les maitriser, et le pire : garder la tête froide. Ne pas penser à ce qu’ils pourraient faire. Ce qu’ils pourraient nous faire à nous-mêmes, mais aussi à notre famille. Ils avaient une force que nous n’avions pas. Ils se savaient puissants et par là, rien ne pouvait les arrêter. Car peu de gens osaient se mettre en travers de leur chemin. J’ai un immense respect pour les Aurors pour ça.
Image

Avatar de l’utilisateur
Leeloo Lovegood
Vigile à baguette du Ministère
Messages : 1819
Inscription : 14 mai 2011 - 10:48

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Leeloo Lovegood » 17 avr. 2017 - 10:30

Jour 16 - 230 mots WORD
son retour au collège deux jours après l’enterrement de son père. Il se rappela sa présence silencieuse, ses geste réconfortants à son encontre. Charles dévisagea le garçon à ses côtés.
- C’est bizarre, commença-t-il en chuchotant, cette capacité à tomber l’un sur l’autre dans les moments les plus inattendus.
- Ce qui est surtout bizarre, c’est ta capacité à t’attirer des ennuis.
En disant ces mots, Erik désigna l’hématome sur le visage de Charles. Ce dernier porta ses doigts sur sa blessure, grimaçant de douleur quand ses doigts entrèrent en contact avec la peau bleutée.
- Encore des gros bras qui te persécutent ? demanda Erik avec ce qui semblait être une pointe d’inquiétude dans la voix.
- Je dirais plutôt problèmes familiaux, murmura Charles honteusement.
Erik serra instinctivement les poings, tentant d’imaginer ce qui avait bien pu arriver au garçon à ses côtés.
- Dis-moi comment je peux t’aider ? proposa aussitôt Erik.
- Alors tu es une sorte d’ange gardien, c’est ça ? demanda Charles avec ironie.
Erik ne put retenir une sorte de sourire, se rendant compte à l’évidence, qu’il avait du mal à accepter qu’on puisse faire souffrir Charles. Le garçon avait toujours semblé si innocent, si plein de bonté, qu’Erik se refusait à ce qu’on puisse lui faire du mal.
- Tu ne devrais pas traîner seul par ici, ce n’est pas toujours bien fréquenté.
Image

Hèra, Reine universelle, Hèra, génératrice des pluies et des vents, qui, seule, permets de vivre, qui te communiques à tout, qui règnes sur tout et animes tout par les sifflements de l’air.

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Libraire chez Fleury & Bott
Messages : 753
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Alhüin » 17 avr. 2017 - 10:35

Jour 16 : 509 mots (Word)

Quand Astoria Greengrass rencontra pour la première fois Luna Lovegood, elle songea que si elle devait revoir cette empotée une seule fois dans sa vie, elle n’y survivrait pas. Les deux jeunes femmes s’étaient rencontrées au milieu du mercredi 18 Mai dans le bureau de Harry. Luna était l’une de ses collaboratrices, de même qu’Olivier Dubois. Astoria, pour sa part, avait été convoquée ? Invitée ? Bref on l’avait priée de venir voir Monsieur Potter, et c’est en grognant qu’Astoria avait accepté de s’y rendre. Elle attendait patiemment dans le vestibule depuis dix minutes, songeant paisiblement aux tortures qu’elle ferait subir à Potter s’il se trouvait qu’il l’avait dérangée pour rien. Elle avait hésité à demander à Marcus de venir car sa carrure permettait souvent de rendre les inspecteurs moins bavards et moins impertinents mais, avec Potter, elle était presque sûre que ça n’aurait aucun effet. Elle s’était donc résignée à venir avec sa seule mauvaise foi et son don inné du mensonge. Quand on pria Astoria d’entrer dans le bureau de Monsieur Potter, ça faisait un quart d’heure qu’Astoria attendait et elle commençait à s’agacer. Dans le bureau de Potter, assis sur une chaise de bois clair, Harry semblait plongé dans d’importants papiers. Et derrière lui, Luna Lovegood, une longue cigarette coincée entre ses lèvres, cherchait quelque chose dans la montagne de documents qui était censée entre classée. Ce fut Luna que tourna la tête vers elle en premier. Astoria fut d’abord frappée par l’apparence de Luna. Un quelque chose d’indéfinissable dans le fond de l’oeil, une certaine aisance dans la façon de se mouvoir mais surtout une certaine distance.

- Vous devez être Astoria Greengrass, lui demanda la jeune blonde. Je suis l’inspecteur Luna Lovegood, j’aide Harry Potter dans cette enquête.

Harry avait levé la tête vers Astoria quand Luna avait commencé à parler. Astoria attrapa la main tendue de Luna et la serra brièvement. Après quoi, elle alla s’asseoir en face d’Harry, sur l’un des fauteuils de cuir clair dans lequel Hermione s’était installée quelques heures auparavant. Voyant qu’aucun des deux inspecteurs ne semblait prêt à prendre la parole, Astoria ricana.

- Je ne vois pas de quelle enquête vous voulez parler Madame Lovegood. Il me semble qu’il n’y a ni crime, ni meurtre, ni disparition, ni vol, ni même le moindre petit délit. Ne cherchez pas la petite bête parce que vous vous ennuyez. C’est un conseil amical. S’il n’y a pas de crime, ce n’est pas en nous scrutant tous, en nous interrogeant avec vos grosses voix d’inspecteurs, ou en fouillant un passé vierge, que vous trouverez subitement quelque chose, ajouta-t-elle.

Harry retira ses lunettes, les posa sur la table, regarda Astoria, puis Luna, puis Astoria à nouveau.

- J’ai néanmoins quelques questions pour vous. Cette enquête n’étant pas officielle, vous n’êtes évidemment pas obligée d’y répondre. Toutefois votre coopération serait très … appréciée.
- Vous voulez dire recommandée, je suppose, persifla Astoria.

Luna Lovegood n’avait toujours pas ouvert la bouche et Astoria semblait l’avoir déjà oubliée. Et c’est pourquoi, quand Luna Lovegood reprit la parole, Astoria tomba des nues.
Dernière modification par Alhüin le 17 avr. 2017 - 14:18, modifié 2 fois.
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Avatar de l’utilisateur
anhya
Barbecue Queen
Messages : 2634
Inscription : 24 déc. 2012 - 16:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par anhya » 17 avr. 2017 - 11:16

Jour 16: 217 mots sur Word
Son ventre gargouillait. Elle n’avait rien mangé depuis le début de la journée. Une petite lucarne lui montrait qu’il faisait nuit et qu’elle devait être dans le sous-sol. Personne n’était venu la voir. Mais pour autant elle ne semblait pas vraiment seule. Le four à micro-ondes faisait beaucoup de bruit. La porte claquait sans cesse. Son horloge clignotait. Elle se demandait s’il n’y avait pas un fantôme avec elle dans cette pièce.
« Probablement une autre personne qu’ils ont amenée ici et qui est morte » pensa-t-elle
Enfin le clic de la serrure retentit. Elle allait enfin pouvoir sortir. Qu’il l’ait laissé faire ou non.
Ce fut une femme qui pénétra dans la pièce. Tout comme l’homme, elle avait le visage d’une blancheur surnaturelle et sans une imperfection.
— Je suis désolé, commença-t-elle. On aurait dû vous donner à manger avant.
— Vous auriez pu aussi ne pas m’enlever et me frapper.
— Nous n’avions pas le choix. On vous a dit que vous deviez venir avec nous, vous avez refusé.
— Peut être que si vous m’aviez dit pour quelle raison je devais venir ?
— On vous l’expliquera. Pour le moment mangez !
Layla n’apprécia pas. Elle prit l’assiette des mains de la femme et lui lança en plein visage.
— Je pense que je vais me passer de votre avis.

Image

- What is the purpose to follow an unattainable dream?
- Because even if it never gets true, the path will bring you new doors to open

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Reporter à la Gazette du Sorcier
Messages : 1689
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par BellaCarlisle » 17 avr. 2017 - 14:30

Jour 16 : 235 mots (Word)
L'enveloppe que je tiens entre mes mains porte le sceau du Ministère, attisant mon angoisse. Je la regarde depuis déjà dix minutes, sans oser l'ouvrir, craignant ce qu'il peut y avoir à l'intérieur. J'ai laissé Clive écrire un rapport sur ce qu'il a découvert cette nuit, sur ma désobéissance vis-à-vis des règles strictes imposées par le Ministère. Le Département des Mystères a été nommé ainsi pour des raisons précises, parce qu'on ignore encore beaucoup de choses sur tout ce qui s'y trouve. Mon acte désespéré n'avait rien de professionnel, ce dont j'ai conscience, mais je redoute les décisions qui ont pu être prises.

Sortant la lettre de l'enveloppe, je la déplie difficilement, les mains tremblantes. Le rapport de Clive est bien parvenu à son supérieur qui a réuni plusieurs membres du Ministère pour traiter de mon cas. D'après ce que je lis, deux choix s'ouvrent à moi : suspendre ma formation d'Auror pour deux mois en espérant obtenir de bons résultats à la fin de mon année ou tout arrêter dès maintenant pour me lancer dans un autre projet. Je n'envisage pas un seul instant de quitter mes camarades alors que je me suis battue pour être parmi eux. Selon certains, je n'ai pas le courage de Gryffondor, la ruse de Serpentard ou l'intelligence de Serdaigle, je ne suis qu'une pauvre Poufsouffle incapable de vaincre un épouvantard. Mais je suis déterminée à aller jusqu’au bout.
Image . Image

Avatar de l’utilisateur
Labige
Sauveur du Monde sorcier
Messages : 7465
Inscription : 11 juin 2010 - 17:16

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Labige » 17 avr. 2017 - 19:40

Jour 16 - 212 mots sur word
Camille se leva, en repoussant brusquement la couette, et se glissa sous la douche. Le jet d’eau brûlant surprit l’être endormi, qui se recula et heurta le rebord de la douche. Encore une journée qui commençait bien…
Camille ne prenait jamais longtemps pour sa douche. Quelques minutes tout au plus, le double s’il fallait se laver les cheveux. L’eau coulait le long de son dos, et cela suffisait pour frotter le gant de toilette sur sa peau, se réveiller le visage et gagner un peu d’énergie ; assez pour affronter sa journée. Lorsqu’il s’agissait des cheveux, c’était insupportable : il fallait appliquer le shampoing sur le crâne – suivre les conseils du coiffeur n’avait pour l’instant rien changé aux démangeaisons périodiques, voire psychotiques – puis démêler la tignasse et cela prenait du temps.
Du temps et du courage. Les nœuds se glissaient toujours aux endroits les plus délicats où passer le peigne heurtait, arrachait presque des touffes entières. Jamais tâche n’avait paru plus douloureuse et pourtant, en serrant les dents, cela pouvait passer. Chaque soir, le ciseau découpait adroitement les cheveux glissés dans les rebords du peigne et de ses longs doigts, si fins, Camille laissait tomber les touffes du matin dans la poubelle. Une sorte de rituel repoussé à l’échéance la plus lointaine.
Dernière modification par Labige le 17 avr. 2017 - 20:38, modifié 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
lilimordefaim
Stagiaire chez W&W
Messages : 903
Inscription : 11 janv. 2013 - 14:58

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par lilimordefaim » 17 avr. 2017 - 20:31

Jour 16 - 246 mots word
Les visages tristes s'enchaînaient et les bras hésitants enveloppaient une femme qui ne cessait de pleurer, à la sortie de l’église. Lily en déduisit qu’elle était la mère de Benjamin. A la file indienne ils attendaient tous sagement leur tour pour présenter leurs condoléances. La sorcière préféra rester à l’écart. Elle suivit le cortège funèbre jusqu’au cimetière attenant. Lorsque le cercueil vernie fut mis en terre, le coeur de Lily se serra. Elle revivait en silence le moment de la découverte du corps. Alors que la rose atteignait le bois dans la tombe, Lily se promit de venger la mort de son ami. C’est à ce moment qu’elle le remarqua. Posté derrière un arbre, la silhouette d’un homme observait en toute discrétion l'enterrement. Lily s’éloigna de l’assemblée mortuaire, elle essuya ses larmes. Elle fit doucement le tour, jusqu’à atteindre un meilleur angle pour observer l’inconnu. Maintenant qu’elle était plus proche, elle pu reconnaître les boucle brune et le regard perçant qui l’avait paralysé deux jours plus tôt. Elle déglutit difficilement. Que faisait ce voleur a l’enterrement ? Souhaitait-il récupérer son argent auprès de la famille de Benjamin ? Il avait du culot d’avoir osé venir. Lily était prête à lui exprimer le fond de sa pensée. Il devrait aussi répondre à quelques questions. La conversation qu’elle avait surpris entre son père et sa mère ne lui avait pas permis d’en connaître davantage sur ce mystérieux jeune homme. Lily avait l’intuition que son implication dépassait de simple soucis financier.

Avatar de l’utilisateur
Bibi2
Sparkling Star
Messages : 1696
Inscription : 09 mars 2014 - 16:06

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Bibi2 » 17 avr. 2017 - 21:00

JOUR 17 - Du lundi 17 avril, 22h00, au mardi 18 avril, 21h59.


Participants
- Pimy (3 jours de grâce : J14, 15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Anhya
- Catie (3 jours de grâce : J14, 15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Satchrê
- Princesse (1 jour de grâce : J29 - 400 mots J30 - 6 jours restants)
- Eejil9
- Dreamer
- Norya (5 jours de grâce restants)
- BellaCarlisle
- Labige
- Selket
- Lilimordefaim
- Mikoshiba
- Leeloo Lovegood
- Josy57
- Alhüin

Éliminés
- Chouette (J1)
- Fleur d'épine (J1)
- LaLouisaBlack (J1)
- Seonne (J1)
- AgatheK (J4)
- Lyssa7 (J7)
- SamanthaBlack7 (J7)
- Awena (J8)
- Mary-m (J10)
- Ocee (J11)
- Layi (J11)
- Cilou (J11)
- DameLicorne (J14)
- Api (J14)
Image

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4794
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par princesse » 17 avr. 2017 - 21:11

Jour 17 - 266 mots sur Word
J’embrasse doucement son épaule, essayant de laisser mon esprit partir à la dérive, de ne pas penser à mon cœur qui continue de battre la chamade dans ma poitrine, ni à cette douleur entre mes cuisses qui me fait froncer les sourcils aux moindres de mes mouvements. Henry m’a dit que je ne devrais plus avoir mal d’ici quelques heures, que c’était normal, et qu’il était désolé de m’avoir blessé. Un long baiser avait fini par le rassurer sur mon état, et il s’était endormi contre moi, sous mes douces caresses. Que pouvais-je espérer de plus ? Peu de choses. Peut-être même aucune. Je suis folle amoureuse de cet homme, qui m’aime follement en retour. Nous venons de passer une nuit magnifique, la meilleure de ma vie, et honnêtement, j’espère que cette nuit n’est que le début d’une longue série. Il me tarde déjà de refrémir contre lui, de le sentir de nouveau en moi. Il n’existe pas de sensation plus étrange, plus euphorisante, plus… passionnée que celle-ci. Faire l’amour avec Henry Potter est la meilleure chose qu’il m’ait été donné de vivre. Et je me rends compte que jusqu’à présent, j’ignorais tout du désir. Du véritable désir. De la vie, aussi. La vraie. Celle qui gonfle notre cœur à bloc et qui nous rend indestructible. Et c’était ça que j’avais l’impression d’être depuis que j’avais offert mon innocence à Henry. J’étais devenue indestructible. Prête à tout vivre, tout supporter, et notre éloignement sur dix longs mois ne me terrifiait plus autant. J’avais gagné en assurance, et par Merlin qu’est ce que ça faisait du bien.
Image
"I'm not a psychopath"

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Paladine de Dlul
Messages : 1646
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Mikoshiba » 17 avr. 2017 - 21:14

277 mots (Word)
Janvier 1982
Pile de livres à côté de mon lit


Je n’ai pas trouvé mon bonheur sur le Chemin de Traverse. De nombreuses personnes étaient passées avant moi et avaient acheté la plupart des livres qui m’intéressaient. Alors j’ai pris une inspiration et je me suis rendue à Glasgow, dans la boutique où je travaillais après mes ASPICS. Leonard, le gérant, était toujours là, fidèle à lui-même. On pourrait dire que le temps n’a plus d’emprise sur lui en quelque sorte. Maman me disait que la première fois qu’elle y est allée, il avait déjà l’air centenaire. Depuis, il n’a plus l’air de vieillir plus.
Il se déplaçait lentement et parlait de sa voix faible, comme à son habitude. Lorsqu’il a su que je n’avais pas ouvert de nouveau livre depuis près de 2 ans, il a papillonné des yeux, ce qui signifie chez lui une grande agitation. Oui, par rapport à son flegme habituel, c’est un signe d’agitation (même s’il faut être attentif pour le voir).
Comme il se souvenait de mes goûts (serait-il capable d’oublier quelque chose ?) il m’a conseillé une dizaine de livres. J’étais tout à fait irresponsable de n’avoir rien lu ces derniers temps disait-il. Comment moi, j’ai pu faire ça ? Moi qui étais si demandeuse à l’époque ! Qui dévorais les livres en un temps record !
J’ai essayé de lui expliquer, la guerre, tout ça, mais il n’a rien voulu entendre. La guerre n’est pas une raison pour s’arrêter de lire selon lui. Au contraire, c’est en temps de guerre qu’il faut lire, pour s’évader du monde cruel, et penser. Penser, c’est commencer à désobéir. C’est s’échapper et résister.
Image

Avatar de l’utilisateur
Norya
Chasse le Robert sauvage
Messages : 7586
Inscription : 11 juil. 2011 - 12:36

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Norya » 17 avr. 2017 - 21:35

Jour 17 : 242 mots sur Word
— Et j’aurai quoi en échange de mon aide ? demanda Drago.
— Rien. Je suis désolé, je ne peux rien t’offrir. Il y a quelques années, j’aurais pu te proposer un blanc-seing pour ta réputation. Maintenant, ce n’est plus nécessaire, tu as fait ton chemin tout seul, et de belle manière car on a dû te mettre des bâtons dans les roues.

Drago tapota des doigts sur son bureau, l’air pensif. Harry l’observa, ne sachant quoi penser, ni comment son ancienne Némésis allait bien pouvoir réagir. Vingt ans auparavant, il lui aurait ri au nez mais plus maintenant. Drago était sans aucun doute celui des deux qui avait le plus évolué dans sa manière d’être et probablement de penser.
— Tu sais aussi bien que moi que je n’ai rien à gagner à t’aider, cela va même donner plus de travail à mon équipe et peut-être même me plonger personnellement dans les ennuis...

Harry ne répondit rien. Il sentait que Drago n’avait pas terminé. Certes, cela pouvait tout aussi bien se finir sur un coup de poing dans la figure mais en bon optimiste, Harry espérait mieux.
— Mais ça me changerait de ma routine, reprit Drago. J’avoue qu’un peu de piment ne serait pas de trop dans ma vie…
Drago s’interrompit en voyant le sourire de Harry s’élargir.
— Hé, ho, c’est pas pour toi que je fais ça, tança Drago. C’est pour moi uniquement.
— Mais oui, bien sûr… fit Harry en se retenant de rire.

Avatar de l’utilisateur
Eejil9
Responsable des Transports Magiques
Messages : 2595
Inscription : 13 mai 2016 - 17:45

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Eejil9 » 17 avr. 2017 - 21:38

Jour 17 : 327 mots sur Word (J'étais persuadée d'avoir déjà posté mais ça a disparu)
Les jours passaient, et Hermione ressentait une insatisfaction grandissante. Elle ne songeait presque plus à sa magie perdue, plongée jusqu’au cou dans son quotidien... Mais elle ne pouvait s’empêcher de se trouver trop passive, de trouver sa vie trop banale.
C’est comme cela qu’un jour, elle confia les enfants à Molly et prit le chemin du ministère. Elle n’en avait plus reparlé à Ron, mais elle était sûre qu’en attendant le lendemain, une nouvelle crise d’apathie l’aurait clouée au lit et qu’elle n’aurait pas mis ses projets à exécution, une fois encore. Il fallait qu’elle profite de l’énergie tant qu’elle était là.
En arrivant à l’accueil, elle fit des pieds et des mains pour avoir le droit de quitter le hall. Le gardien ignorait vers quel service la diriger : le bureau des moldus ? Des accidents magiques ? Le département des mystères ? Hermione soupira et utilisa tout ce qu’elle avait appris durant ses études de droit sorcier pour l’aiguiller : elle n’avait pas envie qu’on lui redonne sa magie, mais elle voulait simplement des papiers moldus. La Justice Magique conviendrait parfaitement, pas besoin de se faire dans entorses au cerveau !
Hermione se faufila dans l’ascenseur avec l’atroce impression de ne pas être à sa place. Elle était toujours aussi déterminée à avoir ses papiers pour pouvoir enfin travailler, mais son estomac était noué. Autour d’elle, tous pouvaient faire de la magie. Elle n’était plus jalouse, elle aurait sa vie sans cela, elle irait de l’avant. Mais elle savait qu’elle n’était plus personne à leurs yeux. Et cela lui faisait plus mal qu’elle n’aurait bien voulu l’admettre, elle qui s’était tant plaint des murmures qui accompagnaient ses pas. Elle regrettait cette célébrité qu’elle avait prétendu ne pas avoir cherché pendant des années.
Voilà le prix de sa prétention. Elle ne maudissait plus le Destin, elle se contentait de regretter.
Après tout, même si le prix était dur à payer, cette leçon d’humilité n’était pas inutile.
"Dire. Dire ce qu'on meurt d'envie de dire. Dire ce qu'on a besoin de dire. Besoin vital. Terrifiant. Dire ce qu'on ignore avoir envie ou besoin de dire. Dire pour comprendre, nettoyer, guérir, avancer. Mais est ce que dire suffit ? Tout à l'heure je l'ai cru."

Avatar de l’utilisateur
Catie
Goinfre Sérievore
Messages : 4164
Inscription : 14 févr. 2012 - 21:46

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Catie » 17 avr. 2017 - 21:52

Jour 14 - Défi 4 – Votre personnage principal doit être un four à micro-onde. Vous pouvez écrire du point du vue du micro-onde ou d'un point de vue externe (313 mots sur Word et un fou rire :mrgreen: )
Après une longue nuit paisible et tranquille, mon réveil a été des plus brutales. J’étais là, posé sur le comptoir, sans rien demander à personne, lorsqu’il était entré dans ma chambre en écrasant un bâillement. Son odeur de transpiration a perturbé mon sommeil, avant que je ne sois brutalement tiré de mes rêves par un doigt sale, écrasé sur un de mes boutons. Ma lumière s’est allumée en même temps que j’ouvrais ma porte, pris par surprise. Il a ensuite collé un bol plein de lait dans ma bouche grande ouverte et en a profité pour en renverser partout au passage. J’ai voulu protester contre ces taches disgracieuses qu’il ne prendrait manifestement pas le temps de nettoyer, mais avant d’avoir pu dire quoi que ce soit, il avait refermé mon clapet d’un geste sec. Quel malotru !

Je n’ai eu d’autres choix que de chauffer et vrombir, plus bruyamment que d’habitude pour manifester ma colère. Cela n’a pas semblé l’émouvoir. Il est parti chercher son chocolat et a attendu devant la porte en soupirant, le regard fixé sur le décompte des secondes. J’ai eu envie de ralentir juste pour l’embêter, mais ma mécanique ne l’a pas permis. Lorsque je me suis arrêté, j’ai à peine eu le temps de le faire savoir d’un petit « ting ! » qu’il ouvrait de nouveau ma porte d’un geste brusque, impatient. Il la claqua de nouveau, me donnant un affreux mal de tête. Et il partit prendre son petit-déjeuner devant Wendell. Le pauvre allait se faire réveiller d’une manière aussi brutale que moi.

Je fus toutefois incapable de me rendormir lorsqu’il quitta ma chambre. Taché de lait, de mauvaise humeur, fatigué, je ne parvenais pas à me rendormir malgré l’absence de lumière. Et pour la énième fois, je soupirais intérieurement en me disant qu’il était vraiment fatiguant d’être un micro-onde, au service de ces ingrats d’humains.
Jour 15 - 215 mots sur Word

— Vous avancez bien d’ailleurs ? l’interrogea Olivier.
— Enfin Oli, on ne va pas parler travail ce midi, répondit Effie à la place d’Harry. En plus je suppose qu’il n’a pas le droit de nous dire quoi que ce soit ?
Harry hocha le menton et la remercia d’un sourire, ce à quoi elle répondit par un clin d’œil.
Il avait beaucoup hésité avant d’accepter l’invitation d’Olivier à venir manger chez lui ce week-end. Il appréciait peu l’idée de devoir côtoyer Ryan Hamilton en-dehors de la prison. Mais la perspective d’une énième journée en solitaire l’avait poussé hors de chez lui. Et il n’avait pas regretté son choix lorsqu’il avait vu la joie d’Olivier à l’annonce de sa venue. Son ami espérait apparemment beaucoup de cette rencontre.
Bien que gêné par la présence d’Harry, Ryan sembla se détendre au fur et à mesure de leur repas. Il évitait soigneusement tout contact physique avec Olivier et concentrait toute son attention sur Effie. Bien qu’elle ne cesse de lui lancer des piques, il se contentait d’un sourire en biais sans plus réagir, la couvant d’un regard attendri. Harry pouvait comprendre pourquoi Olivier s’était mépris sur la nature de leur relation au moment où il les avait connus. Ils possédaient tous les deux une complicité qui crevait les yeux.
Jour 16 - 238 mots sur Word

Harry avait d’ailleurs été agréablement surpris par la vivacité et la bonne humeur d’Effie. Au moment des présentations, elle avait dédaigné sa main tendue et l’avait serré dans ses bras avec une familiarité qui l’avait étonné. Puis elle avait soulevé Albus et l’avait fait tournoyer dans les airs, ce qui avait fait rire le petit garçon. Elle dégageait une énergie stimulante et son rire était suffisant pour faire sourire une pièce entière. Elle était le total opposé de Ryan, si sombre et taciturne. Harry n’avait en tout cas aucun mal à voir ce qui avait attiré le jeune homme à la prendre sous son aile. Malgré son charisme indéniable, elle avait cette fêlure, cette fissure dans sa carapace de bonne humeur qui montrait à quel point elle avait souffert ces dernières années.
— Harry, tu me passes les chips s’il te plaît ?
L’intéressé saisit le bol et le tendit à Effie, qui le remercia d’un large sourire, dévoilant ses dents du bonheur. Face à elle, Ryan grignotait un sandwich en écoutant d’une oreille la conversation entre Olivier et Katie, qui faisaient leurs pronostics sur la Coupe d’Europe, débutée depuis quelques semaines.
— Je maintiens que les Tornades ont toujours une chance, affirma Olivier.
— Et moi que les Harpies sont les grandes favorites du tournoi, répliqua Katie.
— Sans Ginny, laisse-moi rire, sa remplaçante ne lui arrive pas à la cheville, elles ne sont pas à la hauteur contre les Frelons.
Jour 17 - 261 mots

Katie ne répondit pas et jeta un regard en coin à Harry. Ce dernier la rassura d’un sourire, berçant toujours la petite Lily, qui s’était endormie au creux de ses bras.
— Ginny n’est pas un sujet tabou, ne t’en fais pas. Son départ nous a fait du bien à tous les deux, on avait besoin d’un peu de temps séparé. Mais ça ne nous empêche pas d’échanger régulièrement quelques lettres.
— Mais elle sait tout ce qu’il se passe en ce moment ? l’interrogea Olivier, les sourcils froncés. Avec la Gazette, l’enquête…
— Non, je ne lui ai rien dit et je lui ai fortement conseillé de rester loin des journaux. Je ne veux pas qu’elle pense à tout ça alors qu’elle s’amuse avec ses anciennes coéquipières.
— Je crois bien que je n’ai jamais entendu autant d’amour en une seule phrase, souffla Effie avec un petit rire.
Elle secoua la tête, ses boucles rousses rebondissant sur ses épaules. Katie sourit elle aussi et elle leva son verre vers Harry dans un semblant de toast.
— C’est vrai que c’est courageux de ta part de tout porter tout seul sur tes épaules pour l’épargner.
— Attention bonhomme, tu vas t’en mettre partout.
Tous les regards quittèrent Harry pour se concentrer sur Ryan, qui empêcha James de renverser son verre de jus d’orange d’un geste adroit. A l’instant où il croisa le regard de l’Auror, il se rencogna dans son fauteuil, renfrogné, mais Harry le remercia avant de conseiller à son fils de faire attention, ce qui sembla surprendre Ryan, qui s’était apparemment attendu à des remontrances.
Image

Répondre

Revenir à « Archives »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité