[Validations] Combat à mort - IV

Pour les vieux sujets obsolètes mais qu'on peut vouloir relire un jour.
Avatar de l’utilisateur
Labige
Seigneur des Ténèbres
Messages : 5576
Inscription : 11 juin 2010 - 17:16

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Labige » 14 avr. 2017 - 16:15

Jour 13 - 205 mots sur word
- Tu pleures ? lui demanda-t-il, la main sur une épaule.
Le corps de l’enfant devant elle lui parut immense. Un géant qui cachait le soleil et projetait sur elle une ombre dans laquelle elle avait envie de se fondre.
- Dis maman, tu pleures ?
Il secoua davantage le corps prostré.
La voix du garçon se faisait plus angoissée et les trémolos qui brisaient les mots trahissaient les pleurs qui avaient envie de venir. Julie savait qu’il se retenait d’exprimer la douleur physique qui comprimait sa poitrine et sa tête. Toutes les questions que plus tard il se poserait sur contenir ses émotions, trouver quand les exprimer ou les modérer.
- Oui.
Et puis Julie se leva et essuya maladroitement les larmes qui bordaient ses yeux avec sa manche. Elle renifla, se dit que son visage devait être gonflé et rouge – immonde en quelque sorte.
La seule chose qu’elle pouvait faire, c’était prendre son fils dans ses bras. Julie engloutit alors le géant dans ses bras et lui redonna sa taille normale ; humaine.
- Désolée mon chéri, maman était triste mais ça va mieux, murmura-t-elle pour le rassurer.
Derrière son dos, deux petites mains pressaient sa peau et s’accrochaient à son tee-shirt désespérément.
Image

J-20 pour la fin du tarif early bird !

Proposez une fic sur le thème Concours et votez pour celles sur les Fondateurs

Avatar de l’utilisateur
Pimy
Rêveuse cartésienne
Messages : 1389
Inscription : 04 juin 2012 - 17:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Pimy » 14 avr. 2017 - 16:56

Jour 13 - 222 mots (Word)
- Je n’ai pas fait très attention, avoue-t-elle à mi-voix. Mais du peu que j’ai vu, c’était impressionnant.

Elle repense à l’édifice si étrange et pourtant si imposant qu’elle a entraperçu de loin tout au bout de la rue.

Il sourit et elle est rassurée. Mais ce soulagement est vite remplacé par une autre interrogation : et maintenant ? Comme s'il avait lu dans ses pensées, Daniel lui demande ce qu'elle veut faire.

- Tu te sens capable de continuer ou tu préfères partir ?

- Je ne crois pas pouvoir y retourner. Tu penses qu'on peut sortir s'en aller par ce côté ?

- C'est l'allée des Embrumes, pas très bien famé, lui répond Daniel avec bien peu d'enthousiasme. Si on peut éviter...

Charlotte baisse la tête. Elle se sent coupable d'avoir fait tourner court leur balade. Elle qui avait pourtant hâte de découvrir cet endroit magique, au sens premier du terme, dont lui avait tant parlé Daniel, elle sait que ce n'était pourtant rien face à l'excitation et la hâte qu'avait celui-ci de le lui faire découvrir. Ce n'est que partie remise mais elle ne peut s'empêcher de se sentir déçue.

- Le plus simple est de transplaner, reprend Daniel.

Une lueur d'inquiétude brille pourtant dans son regard et Charlotte repense à la conversation qu'ils ont eu avant de partir.
Image

Avatar de l’utilisateur
Api
Conducteur du Magicobus
Messages : 1340
Inscription : 21 janv. 2013 - 20:31

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Api » 14 avr. 2017 - 17:07

Jour 13: 224 mots sur Word.
Meredith, Harmony, Ethan et Simon étaient au même régime et le lundi qui avait suivi leur sortie à Pré-au-Lard avait été particulièrement difficile pour eux. La plupart des élèves avaient remarqué que le sablier Gryffondor - qui n’était jamais très rempli - était presque vide tandis que celui des Serpentards – jusqu’alors en tête – avait diminué de moitié. Il fut dire qu’à eux trois, Meredith, Simon et Ethan avaient fait perdre cent-vingt points à leur maison et les Serdaigles ne s’était pas privés pour se moquer. Depuis la table des rouges et or, Isabelle avait vu Meredith conserver un port de tête altier même si le rouge lui montait aux joues lorsqu’elle entendait les commentaires sarcastiques de ses camarades.

Côté Gryffondor, la pression était moindre, à la fois à cause de la réputation qu’ils s’attribuaient eux même mais surtout grâce à James Potter et ses amis qui avaient chaleureusement félicité Harmony et Isabelle.

- Je serais curieux de savoir comment vous avez réussi un tour pareil, avait clamé James au petit déjeuner. Surtout à Pré-au-Lard… Vous avez quitté le village ou quoi ?

Isabelle avait manqué recraché son thé et lui avait lancé un regard courroucé. Il savait parfaitement où ils étaient allés puisqu’elle le lui avait expliqué pendant leur visite à l’hôpital. Sans compter la potion de vieillissement qu’il avait donné à Ethan !
Image

Avatar de l’utilisateur
lilimordefaim
Assistant chez W&W
Messages : 896
Inscription : 11 janv. 2013 - 14:58

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par lilimordefaim » 14 avr. 2017 - 18:10

Jour 13 - 260 mots word
La nuit qui suivait son interrogatoire forcé, Lily la passa en grande partie enfermée dans sa chambre. Allongée sur son lit, alternant crise de pleurs et moment de réflexion. Même quand sa grand mère vint frapper à sa porte, elle n'avait pas daignait la saluer. Elle avait besoin de se retrouver seule pour essayer de remettre de l'ordre dans ses idées. Il y avait cet histoire de sort qui semblait sortir de nulle part, mais que son père semblait bien connaître. Il fallait qu'elle en apprenne plus sur ce sortilège mystérieux, mais il était hors de question de poser ses questions à ses parents. Nan, elle devait interroger le premier intéressé qui, selon les dires de son père, n'était autre que Severus Rogue. Il lui fallait s'introduire dans le bureau de la Directrice pour interroger son portrait. Cela n'allait pas être simple de trouver une bonne excuse. Lily travaillait encore la question.

Et puis il y avait cette seconde piste, trop simple, de l'adresse. Elle avait cherché où elle menait sur le téléphone neuf que ses parents lui avait offert pour cette fête d'anniversaire ratée. En utilisant internet, elle apprit que la piste désignait un bar, le Zerman Drinks. Ça lui avait tout l'air d'une entourloupe du tueur, mais avait-elle une autre solution ? Il était hors de question de mettre en danger un de ses proches. La mort de Benjamin était bien suffisante. Si ce détraqué en avait après elle, elle ne lui laisserait pas le loisir de la torturer en blessant ses amis ou les membres de sa famille
Dernière édition par lilimordefaim le 14 avr. 2017 - 18:50, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Leeloo Lovegood
Sorcier-vigile au Ministère
Messages : 1819
Inscription : 14 mai 2011 - 10:48

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Leeloo Lovegood » 14 avr. 2017 - 18:32

Jour 13 - 205 mots WORD
Pourtant les années écoulées se lisait sur son visage et son regard dur fit frémir Charles qui resta silencieux à le dévisager.
- Tu le connais, Erik ? demanda une des filles du groupe.
- On habitait le même quartier.
Erik fourra ses mains dans ses poches en parlant, et Charles remarqua alors son look, différent ce celui de ses amis. Il portait un jean bleu délavé, un t-shirt blanc et un blouson noir. Les autres commencèrent à se désintéresser de Charles, s’éloignant de lui pour poursuivre leur soirée. Erik n’esquissa pas un mouvement et Charles se demanda pourquoi il restait là sans bouger.
- Tu viens ? cria l’un des membres du groupe.
Erik sembla sortir de sa torpeur et se tourna vers ses amis pour leur répondre.
- Partez sans moi, je vous rejoins.
Charles haussa les sourcils en entendant sa réponse, et regarda avec étonnement Erik s’asseoir sur le banc à ses côtés. Ni l’un, ni l’autre ne pouvait dire combien de temps ils restèrent là, en silence, avant qu’Erik ne décide de briser le calme alentour.
- Ca fait longtemps, Charles…
- Ouais, répondit le jeune homme, depuis…
Et soudain, il se rappela la dernière fois où il avait vu Erik.
Image

Hèra, Reine universelle, Hèra, génératrice des pluies et des vents, qui, seule, permets de vivre, qui te communiques à tout, qui règnes sur tout et animes tout par les sifflements de l’air.

Avatar de l’utilisateur
Norya
Chasse le Robert sauvage
Messages : 6921
Inscription : 11 juil. 2011 - 12:36

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Norya » 14 avr. 2017 - 19:05

Jour 14 : 287 mots sur Word
Drago se pencha vers lui.
— Et pourquoi je ne suis pas au courant ?
— Personne ne l’est au Ministère ni partout ailleurs. A part le Ministre, bien sûr. On a préféré taire la situation en interne et aux journaux, et Sainte-Mangouste, de toute façon, est tenu au secret médical.
— Vous redoutez un ennemi intérieur ?
Harry hésita, il ne savait trop comment expliquer sa totale ignorance concernant les événements.
— A vrai dire, on ne sait pas, on ne sait strictement rien, on n’a aucune piste. Rien. Par conséquent, on ne peut exclure aucune piste. Le Ministère connaît certaines des missions sur lesquelles nous sommes envoyés, de là à penser qu’il y a une taupe oeuvrant pour un ennemi inconnu, il n’y a qu’un pas à franchir et pourtant…
— Et pourtant ? l’incita à poursuivre Drago.
— Pourtant rien, je ne sais pas. Je n’arrive pas à croire à cette hypothèse.
— Dis plutôt que tu n’en as pas envie. Tu n’as changé, Potter, tu crois encore que les gens sont bons. Pourtant, tu as dû en voir des pas jolies dans ton métier. Tu es toujours aussi naïf.
-— Merci beaucoup pour ta sollicitude, j’ai bien fait de venir te parler, répliqua Harry d’un ton sarcastique.
Drago ricana.
— Avec plaisir ! Mais je suis sérieux, le coup en interne reste possible, tu devrais véritablement y songer, Potter.

Harry se redressa sur son siège. Le ton que venait employer Drago était anormalement compatissant et sincère et le même air se dessinait sur son visage. Il ne serait jamais attendu à ça de la part de Malefoy. Hermione avait sans doute raison sur son compte. Il semblait avoir changé, véritablement.
— Qu’attends-tu de moi, maintenant que tu m’as expliqué la situation ?
Image

Avatar de l’utilisateur
Crystallina
Cat Woman
Messages : 3677
Inscription : 09 mars 2013 - 11:57

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Crystallina » 14 avr. 2017 - 21:00

JOUR 14 - Du vendredi 14 avril, 22h00, au samedi 15 avril, 21h59.

Défi 4 : Votre personnage principal doit être un four à micro-onde. Vous pouvez écrire du point du vue du micro-onde ou d'un point de vue externe.

Participants
- Pimy (3 jours de grâce : J14, 15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Anhya
- Catie (3 jours de grâce : J14, 15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Satchrê
- Princesse (1 jour de grâce : J29 - 400 mots J30 - 6 jours restants)
- Eejil9
- DameLicorne (3 jours de grâce : J15, 16 et 17 - 800 mots J18 dont 200 mots du Défi 5 - 4 jours restants)
- Dreamer
- Norya (5 jours de grâce restants)
- BellaCarlisle
- Labige
- Selket
- Lilimordefaim
- Mikoshiba
- Leeloo Lovegood
- Josy57
- Alhüin
- Api (5 jours restants)

Éliminés
- Chouette (J1)
- Fleur d'épine (J1)
- LaLouisaBlack (J1)
- Seonne (J1)
- AgatheK (J4)
- Lyssa7 (J7)
- SamanthaBlack7 (J7)
- Awena (J8)
- Mary-m (J10)
- Ocee (J11)
- Layi (J11)
- Cilou (J11)
Image

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Assistant chez W&W
Messages : 890
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par BellaCarlisle » 14 avr. 2017 - 21:45

Jour 14 : 261 mots (Word)
Je pense, encore et encore.

Je ne peux rien faire de mieux que penser et chauffer, parce qu’il s’agit de ma fonction première. Même si les humains, ces êtres bipèdes peu soigneux, ignorent que je suis capable d’avoir autant de réflexion qu’eux. Vous y croyez, vous ? Un utile four à micro-onde capable de songer comme un être réel, de chair et de sang ?

Trop abstrait pour tout le monde, je suis d’accord. Parce que j’ai moi-même du mal à m’habituer au fait d’être un objet pensant. Je n’arrive pas toujours à accepter cette condition, perdu entre l’immobilité et mes pensées plus ou moins décousues.

J’étais beau le jour de ma naissance, bien propre et étincelant, attirant les regards. Puis quelqu’un a voulu m’acheter et mon malheur a longuement commencé, entre les odeurs de nourriture et les saletés que les aliments ont laissées entre mes quatre parois. Essayez donc de survivre avec de la graisse qui coule en permanence dans votre ventre ! Que les humains sont rustres et dégoûtants !

Je sais, je sais, ils ne sont pas tous ainsi mais je n’ai pas eu de chance. Jamais je n’ai pu sentir le délicat fumet d’un poisson cuit à la vapeur, je n’ai eu droit qu’à de la panure ou de la friture. Adieu légumes, légumineuses, truite et saumon rosé.

Je reste le pauvre objet auquel on pense seulement au moment des repas et c’est décevant. Ne suis-je donc qu’un simple four à micro-onde condamné à voir les humains passer de lui sans lui adresser la moindre parole ?
Image*Image*Image

Avatar de l’utilisateur
Mikoshiba
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 661
Inscription : 12 févr. 2014 - 19:49

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Mikoshiba » 14 avr. 2017 - 21:51

250 mots (Word)
Je suis le tout dernier modèle de la marque Schnell.
Je suis le plus beau de tous les micro-ondes.
Je suis le meilleur.
Je suis mis en avant dans tous les magasins, dans tous les prospectus. Grâce à des placements de produit dans des séries ultra-connues, les consommateurs ont pris l’habitude de me voir. Mon design extérieur chromé, racé et reconnaissable entre mille attire l’œil. J’ai un intérieur antiadhésif, pour un nettoyage rapide et efficace. Je suis le premier d’une toute nouvelle génération de micro-ondes : j’ai été entièrement repensé afin de limiter un maximum les déperditions d’énergie.
Je suis toujours placé en tête de gondole, afin que les consommateurs n’aient pas à me chercher. Ils me trouvent.
Parfois, il arrive qu’il y en ait un qui s’égare (regarde-moi) et qui jette un œil aux autres, pour comparer. Pour finalement revenir vers moi. Toujours. Je suis devenu le roi des rayons. Je vois les autres micro-ondes perdre du terrain, être placés en fond de rayon, subir promotion sur promotion, et ne jamais partir pour autant.
Vous me direz : un micro-ondes est un micro-ondes. Oui. Mais moi, je suis LE micro-ondes.
Je suis un objet à part entière. Pas comme les autres micro-ondes. Je ne suis pas une boite embarrassante qui prend la poussière. On ne me transforme pas en étagère, le courrier ne s’entasse pas sur moi. Je n’ai pas de stupides magnets sur le côté. Je suis mis en évidence dans toutes les cuisines.
Je suis le roi.
Image

Avatar de l’utilisateur
dreamer
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 715
Inscription : 20 août 2015 - 14:29

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par dreamer » 14 avr. 2017 - 22:13

519 mots sur Libre Office
« Mais qu’est-ce que c’est encore que ce truc ?! » se plaignit Ron en fixant d’un regard dépassé l’objet trônant comme roi sur le plan de travail, à côté d’une modeste cafetière.

« Un micro-onde, je te l’ai déjà expliqué, Ronald. » soupira Hermione à bout de nerfs tout en rangeant les couverts qu’elle venait de déballer dans le tiroir prévu à cet effet.

« Et rappelle moi à quoi ça sert ? »

« Woh oh oh, tu te calmes deux secondes Poil de carotte et si t’as un problème avec ma présence ici, tu t’adresses à moi ! Et tu es prié de me traiter avec plus de considération, je suis le modèle le mieux vendu de l’année 1978 ! » m’exclamai-je alors d’une voix légèrement grésillante.

Un cri de surprise peu masculin accueillit ma réplique, et si j’avais pu, j’aurai souri. Je me contentais de laisser mon coffre crépiter de mépris face à si peu de courage.

« Hermione, tu m’expliques pourquoi ce truc parle ? »

Tss. Il ne comprend vraiment rien à rien ce jeune sorcier. Qu’est-ce qu’il peut bien faire avec Hermione, cette fille si attentionnée, qui a toujours pris soin de moi depuis son plus jeune âge ?

« C’était le vieux micro-onde de mes parents, ça sert à réchauffer les aliments. Comme il ne marchait plus, mes parents en ont acheté un autre, et je l’ai récupéré... J’ai fini par le montrer à ton père pour qu’il voit s’il pouvait utiliser un autre sort que le Reparo pour le remettre en marche. Comme tu vois, ça a fonctionné, à quelques détails près. »

Grognement à peine inaudible du grand dadais, pendant que ces paroles me mettent du baume à l’aluminium. Tous ces efforts pour moi, Hermione est vraiment une propriétaire si dévouée… Et quand je repense à Arthur, qui m’a bichonné plusieurs mois dans sa remise, j’en suis toute chose...

« Pourquoi tu ne lui as pas laissé ce maudit truc ? On peut cuisiner avec nos baguettes, nan ? »

Soupir las de la part d'Hermione.

« Parce que tu sais cuisiner, toi, Poil de carotte ? Me moquai-je. Crois-moi, tu finiras par apprécier ma compagnie. En attendant, arrête de faire l’outragé et aide ta fiancée à déballer les derniers cartons, parce que c’est elle qui fait tout le boulot pendant que tu papotes ! »

Des pas courroucés quittèrent la pièce avant de monter les escaliers avec une hargne à peine contenue, et je soupirais d’aise à l’idée d’être débarrassé des mauvaises ondes que dégageait le sorcier. Soudainement, je ressentis une légère caresse sur le bord de ma porte, puis un faible murmure :

« C’est vrai que tu n’es pas si mal, toi. Ça serait bien si tu essayais de ne pas cramer ses premiers repas, histoire de commencer sur de bonnes bases, d’accord ? Je suis sûre que vous finirez par vous entendre... »

Bon, si c’est Hermione qui me le demande, je ferai peut-être un petit effort. Mais je n’exclus pas la possibilité de sévir envers lui si jamais il ne me nettoie pas convenablement...
Image

Avatar de l’utilisateur
Josy57
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 606
Inscription : 14 août 2010 - 14:25

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Josy57 » 14 avr. 2017 - 22:32

Eh ben voyons, la revoilà ! Elle s’accoude au comptoir et elle me fixe. Droit dans le timer. Et puis elle se penche et elle scrute mon intérieur. Elle fait la moue, elle se redresse et elle se met à pianoter sur le contre-plaqué du bout des doigts. C’est vrai que quatre minutes, c’est une éternité ! Ah, les jeunes ! Si elle savait ! Au temps de sa grand-mère, j’aurais été vénéré comme un dieu. Mais non, au lieu de ça, on me règle n’importe comment et on me nettoie tous les 36 du mois. J’ai des taches sur mes parois, vous ne voudriez même pas savoir ce que c’est ! Entre les plateaux repas industriels du père et les expériences gastronomiques du petit dernier, je suis étonné de ne pas avoir donné naissance à de nouvelles bactéries pathogènes qui auraient mis fin à toute vie humaine.
Allez, plus que douze secondes et elle va pouvoir prendre son bol de soupe et me ficher la paix. Eh ! De quel droit est-ce qu’elle m’ouvre comme ça, sans même attendre la sonnerie ! Et elle claque la porte en plus ! Espèce de brute ! Pas étonnant que ton mec t’ait larguée ! Tu pourrais au moins appuyer sur Reset pour remettre la minuterie à zéro, non ? Brutale ET impolie, une vraie sauvage ! Peuple civilisé, mon œil, oui ! Je suis beaucoup trop bien pour vous.
238 mots selon Word
Jour 14 validé :lol:
How much can you change and get away with it,
before you turn into someone else,
before it's some kind of murder ?

- Richard Siken

Mes fanfictions

Avatar de l’utilisateur
DameLicorne
Reine du Scorpius/Lily
Messages : 3299
Inscription : 06 sept. 2012 - 00:54

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par DameLicorne » 14 avr. 2017 - 23:43

Jour 14 - 259 mots sur Gedit
— Et pour faire fondre le chocolat, vous allez voir, quelques minutes au micro-ondes suffisent.

Sur ces mots, la présentatrice culinaire referma son pichet spécial micro-ondes et se tourna vers l'hôtesse avec un sourire un peu artificiel. Celle-ci ne réagit pas comme elle l'aurait espéré, et elle se mit brusquement à craindre que, en réalité, elle ait omis de lui préciser qu'elle... ne possédait pas de micro-ondes. C'était très rare mais, malheureusement, cela arrivait encore parfois...

— Hum, hum, reprit-elle, passablement embarrassée face à l'absence de réaction de la jeune femme. Vous avez bien un four à micro-ondes, non ?

La jeune hôtesse ouvrit de grands yeux, surprise. Évidemment qu'il y avait un micro-ondes, dans cette fichue cuisine ! Cette bonne femme ne l'avait donc pas remarqué ?

— Ben... il est là, rétorqua-t-elle avec évidence en désignant du doigt un grand four marron et noir, posé en hauteur.

La présentatrice culinaire observa l'objet avec méfiance, avant de regarder à nouveau son hôtesse avec un air dubitatif. Celle-ci soupira ostensiblement et traversa la moitié de la cuisine pour ouvrir l'élément électroménager qu'elle avait désigné.

— Là ! Ce n'était pas bien compliqué d'ouvrir la porte ! Vous n'avez plus qu'à y placer votre pichet et mettre le temps ! s'écria-t-elle sur un ton agacé.

Effectivement, à l'intérieur de l'engin, il y avait bien un plateau tournant en verre. Mais où se trouvaient donc les commandes de ce maudit micro-ondes ?
Image Image Image Image Image

Mes fanficsPourquoi mettre en couple Scorpius Malefoy et Lily Potter ?Mes originaux

Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit. (Rowena Serdaigle)

Avatar de l’utilisateur
Satchrê
Employé du Bureau de l'Artisanat Moldu
Messages : 2443
Inscription : 19 mai 2013 - 18:01

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Satchrê » 15 avr. 2017 - 10:30

Jour 14 - Original - 697 mots (Word)
Je soupire intérieurement quand un doigt crasseux presse mon bouton d’ouverture de la porte. Impuissant et résigné, j’allume la lumière et attend qu’on me confie le plat du jour puis qu’on me donne les instructions de cuisson. Je lance alors le programme et avale avec dégoût l’abominable odeur industrielle.

Ma vie avait si joliment commencé pourtant. Mon usine était une usine de taille moyenne, toujours propre et de production uniquement française. Les ouvriers payés un malheureux smic étaient néanmoins très appliqués à la tâche. Ils assemblaient à longueur de journée des pièces compliquées, soudaient, collaient, testaient notre bon fonctionnement. J’ai toujours une pensée émue pour eux car on ne m’a jamais aussi bien traité qu’eux l’ont fait aux premiers jours de mon existence.

Le transport jusqu’en grande surface et la mise en stock puis en rayon avaient été une autre affaire. Les travailleurs, pressés par des horaires indus et des objectifs de rendement inhumains, étaient plus brutaux. J’étais donc arrivé fort secoué sur mon étagère de vente, ce qui n’avait cependant pas brisé mon enthousiasme.

Depuis ma création, je rêvais du foyer que j’intègrerais. Je m’imaginais déjà les petits plats soigneusement préparés que je devrais réchauffer les lendemains de cuisine et les soirées sans motivation après une dure journée de labeur pour mes propriétaires. Je rêvais de cuisine végétarienne, de spécialités asiatiques, mexicaines et méditerranéennes. Mes compagnons de magasin se moquaient souvent de mes « drôles de fantasmes » mais rien ne brisait mon entrain.

Et le grand jour arriva.

C’était une toute petite femme gringalette accompagnée d’un homme costaud. Un sportif et une accro de l’alimentation saine et équilibrée, décidais-je immédiatement. J’étais vraiment tombé sur le couple idéal !

Elle lui fit porter mon carton jusqu’à la caisse, jusqu’à leur voiture, jusqu’à leur maison, jusqu’à leur cuisine. Déballé et installé dans la journée, je frétillais d’impatience. J’y étais enfin.

Rapidement, j’ai déchanté.

Plats préparés. Repas sortis de boîtes industrielles, de sachets sous vide, voire même du congélateur. Je détestais particulièrement quand on m’obligeait à m’occuper d’un plat encore glacé, mais tout était égal en dégoût.

Des trucs gras.
Des trucs trop salés.
Des trucs trop sucrés.
Fades.
Sans goût.

Depuis trois ans, je pleure en pensant aux légumes frais : des haricots et des petits tomates mitonnés dans des oignons, des carottes dorées à l’huile d’olive en compagnie de petits lardons, des courgettes ou des aubergines légèrement assaisonnées avec de belles herbes aromatiques du jardin… Tous ces petits plats que j’aurais tant aimé réchauffer amoureusement en me gavant de leurs bonnes odeurs.

On m’enfourna négligemment une sorte de pâtée informe reposant dans une boîte en carton. Puis les doigts ignoblement gras (ne se lavaient-ils jamais les mains ? ces êtres me répugnaient de plus en plus : aucun palet pour s’alimenter d’une manière à peu près décente, mais également une hygiène corporelle plus que douteuse, beûrk !) appuyèrent sur les commandes de réchauffage, enclenchant trop de puissance, trop de chaleur et annonçant déjà mon intoxication à ce truc immonde.

Du pseudo mexicain sans aucun relief, juste du sel, du gras et de pseudo épices au rabais présentes seulement pour étouffer le caractère immangeable de la chose.

Tandis que les odeurs montaient, m’écœurant au possible, je me remis à me lamenter sur ma vie. Ma naïveté d’antan et mes rêves avortés, ma triste condition actuelle et mon absence d’espoir pour l’avenir. J’en vins même à maudire les braves employés de ma jolie usine qui me semblait si abominable aujourd’hui : comment pouvait-elle nous condamner ainsi pour plus d’une décennie de maltraitance ? qu’avais-je fais de si mal pour mériter un tel sort ?

J’aurais voulu être fabriqué au bas coût, sans espoir de survivre à une garantie d’un an, dans un atelier obscur du tiers monde, entre les mains d’ouvriers dont le statut relève davantage de l’esclave que du travailleur. J’aurais voulu être acheté par un foyer aux habitudes culinaires si ce n’est de grand standing au moins correctes.

Quelle est triste ma vie de micro-ondes à compter les jours avant mon décès tandis que je continue à satisfaire des êtres sans raffinement !

Sur ma plaque en verre tournante continue de tourner en chauffant l’immonde boîte…
Image

Avatar de l’utilisateur
Bibi2
Sparkling Star
Messages : 1619
Inscription : 09 mars 2014 - 16:06

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Bibi2 » 15 avr. 2017 - 10:52

Jour 14 - Hors concours (232 mots sur Word)
SOS d’un micro-onde en détresse (adaptation très très libre de la chanson de Balavoine)

Comme une brute claque la porte de verre
Des plats creux et puis espère
Qu’on ne mourra pas à la seconde
SOS écrit avec des ondes
Pour te dire que je me sens sale
Je secoue les molécules du métal

Et je tourne, je me raccroche à la vie
Je me saoule chaque midi
Des menus dégoûtants
Comme des quenelles d’orang-outang
Sans comprendre la détresse
Des bips que j’adresse


Difficile d’appeler au secours
La minuterie a coupé court
Et la béchamel coule sur le plateau
Rejoignant les poireaux
Ruinant un peu plus ma propreté
Pourtant durement achetée

Et je tourne je me raccroche à la vie
Je me saoule chaque midi
Des menus dégoûtants
Comme des quenelles d’orang-outang
Sans comprendre la détresse
Des bips que j’adresse


Oubliées ces belles promesses
De me nettoyer sans cesse
Il est loin le bon vieux temps
Où je brillais tel le firmament
Même rouillé jusqu’au moindre rivet
Je réchauffe sans arrêt

Et j’avais oublié les imprévus
Ceux qu’on ne croit qu’une fois vus
Un bout de métal mal placé
Me voilà définitivement grillé
Ou l’essai du petit dernier
Quand l’œuf dur a explosé

Et je tourne je me raccroche à la vie
Je me saoule chaque midi
Des menus dégoûtants
Comme des quenelles d’orang-outang
Sans comprendre la détresse
Des bips que j’adresse
Image

Avatar de l’utilisateur
anhya
Fière Paresseuse
Messages : 2236
Inscription : 24 déc. 2012 - 16:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par anhya » 15 avr. 2017 - 11:46

Jour 14: 261 mots sur Word

Défi 4 : Votre personnage principal doit être un four à micro-onde. Vous pouvez écrire du point du vue du micro-onde ou d'un point de vue externe.
L’humaine était toujours allongé sur le sol. On n’aura pu appeler ça une cuisine puisque j’y étais mais je ne crois pas que la présence d’un seul et unique four à micro-ondes puisse qualifier un endroit de cuisine. Je souris à ma pensée. J’étais presque sûr qu’il n’y avait pas un autre appareil électrique sur la terre qui pouvait faire la même chose que moi. Oh bien sûr tout cela n’était pas naturel. Un humain avait joué à l’apprenti sorcier avec un cerveau et mes circuits électrique. Comment avait-il pu agencer le tout ? C’était un mystère. Je pensais et agissait au travers de ma porte, mes boutons et mon horloge. J’avais appris tellement de chose depuis 6 mois. J’écoutais leur voix et leurs états d’âme. J’essayais désespérément de leur faire comprendre que j’étais là, mais jusqu’à présent personne n’avait eu l’idée de venir me parler. Faire tout ça pour ça. Quel était le but?

Je ne souffrais pas, mais j’étais bel et bien un four à micro-ondes inutile et laisser à part.
L’humaine bougea. Elle se retourna et je vis alors que son œil était noir. Elle n’avait pas dû arriver ici de son plein grés. Je frissonnai à l’idée de ce que cet bande d’humain pourrait lui faire. Ma porte claqua plusieurs fois et le « beep » de mon horloge resonna. Il fallait que je la prévienne. D’une manière ou d’un autre.
Mais pour l’instant, elle était encore inconsciente et je n’avais pas de jambe. Être un four à micro-onde c’était nul. Mais c’était ma vie maintenant.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Norya
Chasse le Robert sauvage
Messages : 6921
Inscription : 11 juil. 2011 - 12:36

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Norya » 15 avr. 2017 - 11:55

Jour 14 : 355 mots

C'était pas du tout prévu que ça termine comme ça... :mrgreen:
L’homme roux bizarre qui m’a installé dans ce lieu avait vraiment de drôles d’idées. Déjà, à mon arrivée, et pendant des jours, il m’a tripoté de partout avant de comprendre où était le bouton réglant la puissance. Il a mis une semaine de plus avant de trouver le bouton de réglage de la durée de cuisson. Pas très doué. Cela dit, tous les gens dans ce bâtiment sont comme lui. A la limite, je dirais même que Lui, c’est le moins bizarre.

Je crois qu’il s’appelle Arthur et je l’ai entendu parler d’un Ministère, je crois que c’est là que je suis. En tous cas, si tous ces gens sont des Ministres, moi je suis un robot ménager !

Tiens, d’ailleurs, à propos de robot ménager, je me demande où le Roux a laissé mon pote Robot qu’il avait pris au magasin avec moi…

Ah, non ! Pas le Blondinet à l’air pincé ! La dernière fois, il m’a insulté quand il n’a pas compris mon fonctionnement et un brun à lunettes m’a défendu. Sympa, celui-là. Il a l’air d’avoir déjà utilisé un cousin à moi, je l’aime bien.
Cette fois, le Blondinet est tout seul, je suis un peu inquiet. Que va-t-il pouvoir me faire ? Il s’approche. C’est drôle, il a l’air tout aussi méfiant que moi…

Il appuie directement sur le bouton d’ouverture de la porte. Il est plus doué que ce que je pensais. Il regarde à droite et à gauche dans la pièce, comme pour vérifier s’il n’y a vraiment personne. Ah, ah, il est complètement parano ! Ou alors, il se prend pour quelqu’un de la haute société qui ne devrait pas s’abaisser à toucher un appareil comme moi…
Il n’empêche qu’il a l’air de savoir ce qu’il fait et il met un plat sur mon disque tournant et referme ma porte délicatement. J’adore quand il me touche le bouton de puissance, c’est si… sensuel. J’en frissonnerais si j’étais conçu comme ça. Et mon bouton de durée ! Oui ! Continue, c’est parfait ! Et là, le summun… le bouton « on ».

Et pour toi, je démaaaaaaaaaarre !
Image

Avatar de l’utilisateur
princesse
PollyPocket grandeur nature
Messages : 4280
Inscription : 30 mars 2015 - 10:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par princesse » 15 avr. 2017 - 12:22

JOUR 14 - 564 mots sur Word
Je somnole tranquillement, bercé par les ronrons sonores du vieux frigo, eux-mêmes entrecoupé par les tic-tac de l’affreuse pendule. Au loin, le grille-pain ronchonne et la cafetière s’agite. Mais ce n’est pas suffisant pour me faire sortir de mes rêveries.

Le carillon de la porte d’entrée résonne à mes oreilles d’acier et j’entends la voix de Mr Weasley qui fredonne une petite comptine. J’ouvre mes petits yeux en une ligne parfaitement horizontale avant de sentir ses doigts experts venir me chatouiller les boutons.

- Hey doucement, m’affolé-je, en sentant ma prise arrière se planter dans un gros bloc en caoutchouc.

- Pardon, mon joli, sifflote Mr Weasley, en se passant une main dans ses cheveux poils-de-carotte. Mais aujourd’hui, c’est le grand jour… Aujourd’hui je réussis à te brancher à l’électricité.

Si j’avais un sourcil, je l’aurais sûrement arqué. Dix jours que cet homme à la jaquette violette et aux lunettes de Mr Bricolage me promet de me brancher au jus. Honnêtement, j’ai perdu tout espoir… En même temps, il ne semble rien connaître à l’électronique. Quoiqu’il m’a déjà donné la parole... Avec de la Magie paraît-il ! Je devrais m’estimer heureux de ne pas avoir fini comme le four de la semaine dernière. Sous la pluie, à grelotter de froid. Ne manquerait plus que ça…. Moi, le Micro-Onde dernière génération. Celui avec les plaques en métal à l’intérieur, multi-rotatoire, les boutons déjà programmés pour la décongélation, et je peux monter jusqu’à 120W. Sérieusement, qui peut en dire autant ? J’étais LE super micro-onde. Mais ça c’était avant… avant qu’une famille de moldue –selon les mots de Mr Weasley- ne me remplace par un four dernier cri. Le même genre que celui qui est dehors sous la pluie d’ailleurs. Heureusement ce grand dadais m’a recueilli. Cela doit faire trois mois que mes vieux tuyaux sont sans jus. Trois mois qu’aucune odeur n’est venue se planter dans mes tubes de ventilations. Trois mois qu’aucune tache de sauce tomate soit venu me chatouiller l’intérieur du ventre.
Pour faire simple, j’étais un micro-onde has been, qui ne réchauffait plus rien, dont la vieille carcasse autre fois blanche lumineuse, tire à présent sur le marron caca d’oie. Et dire que je voulais séduire la jolie bouilloire au bout de la table, là-bas. Même elle ne chauffe plus rien apparemment… Pourtant, je l’aurais bien fait chauffer, moi, foi de micro-onde has been. J’aurais enroulé mes fils électrique autour de sa taille épaisse, ni vu, ni connu, je t’embrouille. J’aurais enclenché mes 120W, et je serais devenue aussi bouillant que l’Etna, je vous le dis moi. Mais bon… ça… c’était avant.

- Allez, j’essaie un petit truc…

La voix de Mr Weasley résonne dans la pièce, puis, au moment où je le sens enfoncer un tournevis dans mon gros derrière –non mais c’est sorciers, ils sont sans gènes ! Faut faire gaffe à mes circuits, bordel !- la lumière au plafond saute, et je sens quelque chose grésiller à l’intérieur de mes armatures en fer.
Puis, plus rien…

Néant complet, noir complet. Nada, que nenni.

Mr Weasley soupir, et j’entends le frigo rire sous cape alors que de ma bouche d’acier, s’échappe un long soupir fumant bien noir qui affole mon nouveau propriétaire. Il ouvre une fenêtre pour faire évacuer la fumée sombre.

J’imagine ce satané sourcil s’arquer. C’est pas demain la veille que je retrouverai l’éclat de ma jeunesse, moi…
Image

Avatar de l’utilisateur
Leeloo Lovegood
Sorcier-vigile au Ministère
Messages : 1819
Inscription : 14 mai 2011 - 10:48

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Leeloo Lovegood » 15 avr. 2017 - 14:27

JOUR 14 - 450 MOTS WORD

Défi 4 : Votre personnage principal doit être un four à micro-onde. Vous pouvez écrire du point du vue du micro-onde ou d'un point de vue externe.

Autrefois, il ne se passait pas une journée sans explosions, fracas et brochettes de jurons. Parfois, les gros mots étaient remplacés par des exclamations de joie quand l’humain réussissait l’exploit de mélanger technologie et magie.

J’étais un de ses objets préférés, parce-que je marchais à l’électricité, parce-que je m’illuminais lorsqu’il me faisait fonctionner, parce qu’il adorait mon vrombissement et parce que parfois il utilisait mon minuteur et mon tintement strident pour se rappeler que le temps était écoulé et qu’il devait retourner auprès de son humaine, abandonnant toute sa précieuse collection dont je faisais partie.

Mais il ne vient plus depuis longtemps maintenant. Je me rappelle parfaitement la dernière fois qu’il est venu.

Il a poussé la porte, faisant entrer la lumière dans l’atelier, l’atmosphère a aussitôt changé. Tous mes amis espéraient secrètement qu’il les choisisse pour les trafiquer toute la journée. Moi, je savais déjà qu’il utiliserait mon minuteur, alors j’attendais patiemment la douce caresse de ses doigts sur mon bouton principal pour me mettre en marche.

Mais pas cette fois-là.

Il a poussé un soupir interminable en entrant, puis il a touché, un à un, tous les objets si chers à son cœur : ampoule, frigidaire, roue de vélo, thermos, tondeuse à gazon, fer à lisser, bipeur, lave-vaisselle… et moi, son micro-onde préféré. Je me souviens des mots qu’il a prononcé.

- Fred est mort …

Et il s’est recroquevillé contre la vieille chaudière et à pleurer pendant des heures. J’ai cherché par tous les moyens à me mettre en marche, à allumer ma lumière interne, à vrombir et à sonner pour le réconforter. Mais sans la caresse de ses doigts, j’étais incapable de fonctionner. Quand enfin il s’est redressé, il a chuchoté la chose la plus cruelle qu’il m’avait été donné d’entendre :

- Adieu.

Il a refermé la porte derrière lui, nous laissant dans l’obscurité pendant ce qui m’a semblé être l’éternité. La poussière nous a recouvert, nous avons oublié ce que ça faisait d’être mis en marche et de combler les attentes des humains enthousiastes. Nous avons oublié pourquoi nous existions.
J’ai cru que mon bouton principal était rouillé à jamais, quand un jour, la lumière extérieure a ébloui à nouveau tous mes amis, et une petite tête rousse nous a jeté ce regard émerveillé qui nous avait tant manqué.

- Qu’est-ce que c’est Papy ?
- Je vais te montrer, Fred !

Et alors, la main ridée d’Arthur s’est avancé vers moi, il a prononcé une formule magique, et l’instant d’après, il a tourné mon bouton. Je me suis à nouveau mis à m’éclairer, à tourner, à vrombir, et à sonner sous les yeux excités du petit humain. J’avais trouvé une nouvelle raison d’être.
Image

Hèra, Reine universelle, Hèra, génératrice des pluies et des vents, qui, seule, permets de vivre, qui te communiques à tout, qui règnes sur tout et animes tout par les sifflements de l’air.

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 686
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Alhüin » 15 avr. 2017 - 14:50

Jour 14 : 935 mots (Word)

En des temps immémoriaux, à l’heure où les micro-ondes faisaient l’objet de nombreuses critiques, à l’heure où ils étaient rejetés par les moldus et par l’ensemble de l’électroménager, un héros, un micro-onde plus résistant, plus puissant que les autres, sortit de l’ombre pour faire entendre sa vision des choses. Il voulait rétablir la paix au sein même de la communauté de l'électroménager moldu. Il voulait bannir à jamais les inégalités. Son nom : ML29V.

A ce jour, on date la croissance du nombre de micro-ondes dans le monde moldu et leur arrivée dans le monde magique au moment du plus grand discours, jamais prononcé par un micro-onde.

ML29V était alors porteur d’un espoir pour tous les micro-ondes. Il n’était pas très grand mais assez costaud. Il était fait d’acier inoxydable et, fait rare, chez les micro-ondes de son époque, il indiquait l’heure. Un tout petit cadran avec des chiffres verts clignotants. A côté, de multiples autres boutons épais trônaient fièrement. Ils n’étaient pas très pratiques mais ils avaient le mérite de faire leur job. Quant à son agencement interne, son disque intérieur ne tournait pas encore mais il était équipé d’un couvercle interne pour se protéger. Il avait tout d’un héros. Puissant et sensible. Neuf mais attentif des anciens.

Et c’est la raison pour laquelle son discours dans le rayon cuisine du Darty londonien reste légendaire dans l’esprit de tous les bébés micro-ondes. C’était la renaissance des micro-ondes.

- Je fais un rêve, déclama-t-il à l’assemblée de réfrigérateurs, grille-pains, bouilloires et autres appareils électroménagers, médusés devant lui. Celui qu’un jour, les micro-ondes soient acceptés dans la communauté de la cuisine. Je rêve qu’un jour, nous n’ayons plus honte de notre fonction, même si les fours et les plaques chauffantes peuvent nous remplacer. Je rêve qu’un jour la culpabilité due à nos ondes nous laisse du repos, qu’un jour nos jeunes micro-ondes ne soient plus critiqués en raison de leurs ondes nocives. Je rêve enfin que dans vingt, ou quinze ou même peut-être, qui sait, dix ans, les petits micro-ondes puissent clamer fièrement “Je suis un micro-onde” ! Je rêve qu’un jour nous ne cédions plus au joug terrible de certains fours. Mais qu’à la place, nous nous entre-aidions entre appareils électroménagers. Je rêve d’une cuisine forte, capable de battre les salles de bains et leurs sels, shampooings et parfums.

ML29V fit une pause à ce moment. Il regardait avec une fierté réelle tous ces appareils qui l’écoutaient en acquiesçant. La paix sera possible, songea-t-il. Et les micro-ondes s’en sortiront. Nous réapparaîtrons dans toutes les cuisines moldues et même peut-être dans les cuisines sorcières, sans en être chassés ! Tous ces jeunes appareils qui m’écoutent en sont la preuve.

- Que nous soyons en acier ou en plastique, que nous soyons noir, rouge ou blanc, que nos boutons soient des minuteries ou des pressions, avec ou sans couvercle, petits ou grands, vieux ou jeunes, peu importe. Un jour, nous pourrons tous cohabiter avec vous les réfrigérateurs, ou vous les fours, ou encore les grilles-pain. Il ne sera pas rare de voir un grille-pain costaud aider un petit micro-ondes. Oui, un jour l’oppression et l’injustice qui brûlent les micro-ondes seront transformées en une douce fraternité. Mais j’ai besoin de vous tous pour réaliser ce rêve. J’ai besoin que vous m’aidiez à réaliser ce rêve que j’imagine, que vous m’aidiez à le perfectionner. Pour faire de ce rêve une réalité.

Un concert de cliquetis, un tonnerre de battements de portes, une avalanche de tremblements souligna ces derniers mots. ML29V laissa son auditoire s’émerveiller. Il les laissa rêver à leur tour.

ML29V savait qu’il n’était plus un tout jeune micro-onde. Il savait que les nombreuses utilisations l’avaient sali, abîmé. Les expériences que les jeunes moldus avaient fait sur lui, loin de l’endurcir, l’avaient affaibli. Il sentait bien quand il se rebranchait une odeur de brûlé. Probablement ses circuits un peu défectueux. D’ailleurs sa petite ampoule intérieur grésillait bizarrement. Bientôt il ne verrait plus rien. Ce serait le noir. Aveugle. Il était moins précis qu’avant, moins performant. Il avait tendance à ne plus écouter les consignes de ses boutons. Et surtout, il sentait sa mécanique interne qui commençait à débloquer.

ML29V avait derrière lui une belle et longue vie. Une cafetière qu’il aimait avec ferveur et de nombreux bébés micro-ondes qui avaient grandi, et qui avaient élevé d’autres bébés micro-ondes. Il avait toujours poursuivi de nobles causes et dans la quête de la paix entre micro-ondes et électroménagers, il ne serait qu’un jalon. Il le savait. Mais il était heureux d’avoir pu apporter son acier à l’édifice incroyable que les micro-ondes et autres appareils bâtiraient pour le futur.

ML29V ne regrettait aucun des gratins de choux-fleurs qui avaient empesté son intérieur, il ne regrettait aucun des déménagements qui l’avaient secoué, il ne regrettait pas non plus les brutes qui avaient claqué ses battants. Il ne regrettait aucun des plats sans goût qu’il avait dû réchauffer. Il ne regrettait même pas d’avoir pris la poussière au grenier pendant trois ans. Non car tout cela l’avait mené ici. Vers une place respectable pour les micro-ondes.


***

- C’est pour cette raison que tu dois nettoyer le micro-onde après l’avoir dégueulassé comme ça. Tu voudrais pas que le combat de ML29V ait été vain ? Ricana Pansy à son neveu de cinq ans.

Celui-ci la regardait avec de grands yeux. Surpris et choqué à la fois. Il hocha la tête par automatisme. Puis il courut vers la cuisine, attrapa comme il put une éponge et nettoya du mieux qu’il put. Pansy dans un soupir moqueur alla s’asseoir sur son canapé. “Rah les gosses ! Nan mais une révolution de micro-ondes quoi !”

Ahah, je crois que j'ai jamais écris autant n'importe quoi que là :lol: Mais je crois que c'était plus ou moins l'idée :beer:
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Avatar de l’utilisateur
lilimordefaim
Assistant chez W&W
Messages : 896
Inscription : 11 janv. 2013 - 14:58

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par lilimordefaim » 15 avr. 2017 - 14:54

Jour 14 - 229 mots sur word
La salle de pause est tranquille pour le moment. L'heure du déjeuner approche, et pendant ce calme avant la tempête, le micro-onde se prépare, paisible. Malgré la peinture écaillée et quelques traces de rouille il a gardé de sa superbe des premiers jours. Il trône entre une bouilloire surchauffée et la réserve de sucrette et de touillette. Ses compagnons ne sont pas les plus bavard, à part la bouilloire qui connaît des phases excitées de temps à autre.
Dans la pièce silencieuse encore plongée dans une demi-pénombre, le micro-onde compte les seconde qui défilent en clignotant sur l'écran du frigo. Bientôt la quiétude du lieu oublié, se trouve interrompu par l'entrée des employés. On ouvre la porte du micro-onde sans ménagement, le referme et lance le programme. C'est le moment favoris de l'appareil maltraité. Sur la piste tournante, les hachis parmentier, plats de pâte bolognaise, plat picard et autre réjouissances culinaires se succèdent. Et chaque fois le micro-onde les illumine d'un projecteur aveuglant. Les danseurs trop heureux de cette gloire éphémère, s'épuisent, s'évadent, jusqu'à en suer de bonheur. Le micro-onde les encourage de son vrombissement sourd et puis sonne la fin de leur danse par sa cloche. Les danseurs épuisés sont alors emportés vers les estomacs affamés.
Les lumières s'éteignent et les bruits cessent. Le micro-onde a fini se remet à compter les seconde sur l’horloge électronique du frigo.

Avatar de l’utilisateur
Eejil9
Sorcier-vigile au Ministère
Messages : 1925
Inscription : 13 mai 2016 - 17:45

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Eejil9 » 15 avr. 2017 - 16:16

Jour 14 : 316 mots sur 3pages (316 mots de grand n'importe quoi :lol:)
Voici ma vie... Je vis dans une grande maison. Autrefois je passais le plus clair de mon temps dans la cuisine rutilante de Mireille, qui est un peu maniaque. Quand je suis arrivé, elle m'a très vite adopté, elle ne pouvait pas se passer de moi. Chaque jour, elle me demandait mon aide. Et pas seulement pour la cuisine ! J'aimais me dire que j'apportais chaleur et lumière à sa vie... Un jour, elle recevait sa sœur, et je l'ai entendu dire qu'elle me préférait au four... Quelle consécration ! Cela vous fait peut-être rire, mais chez une ménagère comme Mireille, peu de choses passent avant le sacro-saint four.
Et puis, elle a investi dans un abonnement internet. Je l'ai vu lire des heures et des heures sur cette étrange planche brillante qu'elle appelait tablette. Elle me jetait parfois des regards en coin entre deux articles. Quand elle m'utilisait, un air soucieux avait remplacé son ancienne sérénité. Je sentais que quelque chose s'était brisé entre nous, mais je ne savais pas quoi... Je remplissais mon rôle aussi efficacement qu'avant, j'étais étincelant de propreté, toujours à la pointe de la technologie, mais elle me délaissait.
Un jour, trop curieux, j'ai fait ce que je me refusais depuis longtemps : j'ai espionné la tablette de Mireille. Elle était partie en la laissant allumée, à ma portée...
J'ai baissé les yeux sur l'article qui la rendait si soucieuse : "La technologie micro-onde, un danger pour la santé ?"
J'ai eu l'impression que le monde s'effondrait. Et pourtant, ce n'était rien... ces soupçons absurdes répandus par des journaux à la moralité douteuse sont montés à la tête de Mireille. Elle a cessé de m'utiliser. Un jour, elle m'a même relégué à la cave, prétextant un manque de place.
C'est là que j'ai fini ma vie, sans considération pour ces années de dur labeur. Ma triste vie de micro-onde mal aimé...

Avatar de l’utilisateur
Api
Conducteur du Magicobus
Messages : 1340
Inscription : 21 janv. 2013 - 20:31

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Api » 15 avr. 2017 - 17:25

Jour 14, Defi IV:443 mots sur Word
Ron regardait tour à tour son assiette et la grosse boite en face de lui.

Fais toi réchauffer une assiette ! lui avait dit Hermione avant de partir avec ses parents. Sauf qu’il devait utiliser le macronde pour faire ça. Tu n’auras qu’à lire le mode d’emploi avait-elle rajouté.
Mais Ron était Auror, héros de guerre, bientôt papa et il décida qu’il n’avait pas besoin de mode d’emploi.

- A nous deux, machine moldue ! marmonna-t-il en se frottant les mains.

Le dessus du merconde était piqué de petits trous et Ron posé son assiette dessus, dubitatif, mais rien ne se passa. Trop simple, beaucoup trop simple.
Une sorte d’énorme bouton était accroché sur la droite de la machine et il essaya d’appuyer dessus mais rien non plus. Il approche davantage son visage de la vitre et vit que la chose était creuse.

- AH ! s’exclama-t-il, ravi !

C’était donc l’assiette qui devait entrer dedans ! Ravi de sa trouvaille, il appuya sur tous les boutons, espérant que l’un d’eux agisse de la même façon qu’un bon Alohomora. Quel idiot d’avoir laissé sa baguette à Hermione !
Heureusement pour lui, l’un des boutons émit un déclic et il se prit la porte en pleine figure.

- Nom d’un Veracrasse !

Est-ce que cette chose était vraiment sensée réchauffer des aliments ? Il se massa le nez et, prudemment, posa son assiette dans la machine. Puis il referma la porte et attendit que le mirconde se mette en marche… Rien.
Évidemment, les autres boutons devaient bien servir à quelque chose. Et l’un d’eux semblait tourner ! Des chiffres s’affichaient sur la machine à mesure que Ron tournait le bouton. Il décida que deux minutes devraient suffire. L’intérieur du microde s’était allumé comme par magie et le jeune homme pouvait surveiller son assiette par la vitre.

Il retint un sifflement d’admiration – plutôt futés ces moldus pour des gens sans magie ! – et fronça les sourcils quand il ne se passa de nouveau rien. Il tapota de nouveau les boutons et les chiffres s’effacèrent. Il les fit réapparaître et tritura un autre bouton. Finalement, après cinq tentatives infructueuses, la machine se mit à ronronner.

Ron colla son œil à la vitre et vit son assiette tourner. Il resta à la regarder jusqu’à ce qu’un <i>Bip<i> strident retentisse. Fort de son expérience précédente, il éloigna son visage de la machine et poussa le bouton qui commandait la porte. Une délicieuse odeur de purée de potimarron se répandit dans la pièce et il s’empressa d’attraper son assiette.

Et c’était chaud ! Le jeune homme se promit d’acheter un mironde à son père. Un engin vraiment fantastique !
Image

Avatar de l’utilisateur
Labige
Seigneur des Ténèbres
Messages : 5576
Inscription : 11 juin 2010 - 17:16

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Labige » 15 avr. 2017 - 19:49

Jour 14 - 219 mots sur word
Micro-onde blanc avec dessus noir ou micro-onde rouge pétant, assorti à la cuisine. Tu ne peux pas imaginer le choix que ce magasin proposait ! Et pourtant, pourtant !, malgré tous leurs bruits attirants, leurs designs époustouflants et leurs multiples programmes, plus précis les uns que les autres, c’est toi, mon petit micro-onde, que j’ai choisi.
Ton apparence pourrait être considérée comme banale mais je sais que ta discrétion est ton principal atout. Tu te fonds dans le décor, si cubique mais si présent. Tous les jours, tu fais tourner tes programmes et tu frissonnes lorsque je glisse des surgelés dans ton antre. Quelques secondes tout au plus pour eux, puis tu les boudes par peur de trop les cuire et de me frustrer. Quelques minutes pour réchauffer les bons plats que tu m’as vu mijoter et de longues heures de préparation dans des cocottes d’une marque que tu adores.
Mon cher micro-onde, tes boutons sont délicats à tourner et étincelants lorsque je les ai astiqués. Tu attends avec délice que l’éponge nettoie ton intérieur et révèle que toi, tu n’es pas à l’image de ces micro-ondes sales, dans lesquels la nourriture sèche et cuit, puis recuit.
Ta lumière éclaire doucement la cuisine tandis que le plat tourne, et toi aussi tu savoures l’odeur qui s’échappe de tes entrailles.
Image

J-20 pour la fin du tarif early bird !

Proposez une fic sur le thème Concours et votez pour celles sur les Fondateurs

Avatar de l’utilisateur
selket
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 752
Inscription : 16 oct. 2013 - 11:59

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par selket » 15 avr. 2017 - 20:27

Jour 14 - 311 mots (pages)

Je pense donc je suis. Une question hautement philosophique lorsqu’on est qu’une simple boite en metal. Enfin, Socrate n’était pas une vulgaire boite en metal. C’était une grande boite carré en métal blanc et qui s’était auto-attribué le nom d’un ancien grec pour impressionner les autres objets qui peuplaient le garage de cet illuminé de rouquin. Mmmmh, il devrait peut être être reconnaissant envers son créateur. C’est lui qui avait fait ce qu’il était devenu. Une grande boite en metal capable de réfléchir et épiloguer pendant des heures sur sa nature au grand damn des ses collègues. Mais vu qu’ils étaient comme lui vissés à leur étagères il continuait ses discours grandiloquent sans se soucier de leur avis, après tout il ne risquait rien.

Donc comme il disait, je pense donc je suis. Mais au fait qu’es-t-il de plus qu’une grande boite blanche avec une porte battante? C’est une boite qui produit de la lumière en s’allumant. Une lumière que les moldus utilise pour faire cuire leurs aliments. Ils sont étranges ces moldus quand même de faire des boites qui font de la lumière pour cuire la nourriture. Mais heureusement depuis que Socrate est né il n’a jamais eut d’aliments dans son antre. Non lui c’est un philosophe, ce n’est pas un vulgaire micro-ondes. Depuis sa deuxième naissance il ne fait que réfléchir à sa nature en parlant seul dans le noir quand personne n’est là pour l’écoute si ce n’est les autres objets qui peuplent tels des fantômes l’atelier d’Arthur Weasley.

Socrate c’est une boite parlante, émettant de la lumière seulement par plaisir et qui s’amuse parfois à faire tourner à vide son plateau tournant pour épater la galerie. Quand il est énervé, il décharge sa frustration en de superbes orages d’ondes qui zèbre son antre béante sur laquelle une porte s’ouvre et se ferme violemment.
Image

Avatar de l’utilisateur
AlbusDumbledore
Valet de Batman
Messages : 6098
Inscription : 21 déc. 2009 - 14:00

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par AlbusDumbledore » 15 avr. 2017 - 21:02

JOUR 15 - Du samedi 15 avril, 22h00, au dimanche 16 avril, 21h59.


Participants
- Pimy (2 jours de grâce : J15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Anhya
- Catie (2 jours de grâce : J15 et 16 - 800 mots J17 dont 200 mots du Défi 4 - 4 jours restants)
- Satchrê
- Princesse (1 jour de grâce : J29 - 400 mots J30 - 6 jours restants)
- Eejil9
- Dreamer
- Norya (5 jours de grâce restants)
- BellaCarlisle
- Labige
- Selket
- Lilimordefaim
- Mikoshiba
- Leeloo Lovegood
- Josy57
- Alhüin

Éliminés
- Chouette (J1)
- Fleur d'épine (J1)
- LaLouisaBlack (J1)
- Seonne (J1)
- AgatheK (J4)
- Lyssa7 (J7)
- SamanthaBlack7 (J7)
- Awena (J8)
- Mary-m (J10)
- Ocee (J11)
- Layi (J11)
- Cilou (J11)
- DameLicorne (J14)
- Api (J14)
Image

Avatar de l’utilisateur
Josy57
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 606
Inscription : 14 août 2010 - 14:25

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Josy57 » 15 avr. 2017 - 21:18

- Ne t'inquiète pas, je te ramène à la maison.

Elle ne s'inquiétait pas. Elle était incroyablement calme, presque étrangère à la situation.

- Tu es une des petites Karys, n'est-ce pas ?

Elle jeta un coup d'oeil curieux au visage dans le rétro-viseur. Elle, elle était presque certaine de ne jamais l'avoir vu avant aujourd'hui.

- Je suis le chauffeur de M. Stephens.

M. Stephens, un vieux monsieur qui habitait tout au bout de leur rue. Il occupait un poste important sénateur ou ministre, elle n'était pas sûre. Le trajet ne dura qu'une minute ou deux. Elynor regardait le plafond de la voiture pendant que lentement, son pouls redescendait et la douleur s'intensifiait. Le pire c'était sa cheville et son dos et ses bras. Son crâne continuait de saigner, elle sentait son sang tiède qui lui coulait dans l'oreille, mais la plaie ne devait pas être trop profonde, ses bras avaient paré la plupart des coups visant sa tête.

Le moteur se tut il y eut un premier bruit de portière côté conducteur puis un second quand le chauffeur s'approcha pour la soulever à nouveau. Cette fois, elle ne put retenir un gémissement quand il passa un bras sous des épaules. Il la porta jusqu'au perron de sa maison et sonna. Elynor frémit. Il ne fallait pas sonner en rentrant de l'école, son père recevait souvent des collègues et des invités dans le petit salon et ne voulait surtout pas être dérangé.
243 mots selon Word

Jour 15 validé !
How much can you change and get away with it,
before you turn into someone else,
before it's some kind of murder ?

- Richard Siken

Mes fanfictions

Avatar de l’utilisateur
BellaCarlisle
Assistant chez W&W
Messages : 890
Inscription : 20 sept. 2014 - 17:32

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par BellaCarlisle » 15 avr. 2017 - 21:31

Jour 15 : 371 mots (Word)
Je me glisse tranquillement dans la bibliothèque du Ministère, serrant le livre contre moi en vérifiant qu’il n’y a personne. Un simple sortilège a suffi à déverrouiller la porte, ce qui est assez surprenant quand on sait qu’il y a une sécurité importante au sein même du Ministère. Au moins, je n’aurai pas besoin de forcer la serrure à la manière des moldus, ce qui me fait gagner du temps. Je rejoins rapidement le coin où je l’ai trouvé, jetant un dernier coup d’œil à l’intérieur pour être certaine que la montre est bien à sa place. Je range l’ouvrage sur la bonne étagère puis recule en soupirant de soulagement. Étrangement, le fait d’avoir reposé ce livre me donne l’impression de mettre mes fautes de côté.

- C’est une plaisanterie ?

Clive, encore. Je n’ose même pas me retourner, parce que je redoute ce que je vais lire dans ce regard. Je l’entends s’approcher et je lui fais face au moment où il pose une main sur mon épaule.

- Qu’as-tu encore fait, Karen ?
- Pourquoi aurais-je dû faire quelque chose ?
- J’ai reçu un signal magique comme quoi quelqu’un venait de pénétrer par effraction dans la bibliothèque.

Et comment aurais-je pu savoir qu’il y avait cette protection sur la porte ? Je n’ai pas assez réfléchi apparemment et je fonce encore une fois vers les problèmes.

- Je devais rendre un livre.
- Ne pouvais-tu pas attendre qu’elle soit ouverte ?
- C’était urgent.

Mon excuse n’est pas valable, je suis incapable d’aligner des pensées cohérentes alors que Clive m’observe avec trop d’attention. À ses yeux, je suis sûrement ce qui se rapproche le plus d’une traitresse, parce qu’il m’a vue au Département des Mystères, dans la Salle de la Mort, alors que personne n’a le droit d’y accéder puis ici, dans la bibliothèque fermée à cette heure. Il passe une main dans ses cheveux, signe d’une confusion intense.

- Karen, je ne peux pas te protéger pour tout.
- J’assume l’entière responsabilité de mes actes. Si je suis convoquée, je ne vous demanderai pas de sacrifier votre carrière d’Auror.

J’essaye de faire passer toute ma conviction dans mes paroles, pour qu’il comprenne qu’il n’a pas à m’aider.
Image*Image*Image

Avatar de l’utilisateur
Alhüin
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 686
Inscription : 24 févr. 2014 - 13:03

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par Alhüin » 15 avr. 2017 - 21:55

Jour 15 : 365 mots (sous word)

Ça faisait plus de trois heures que la réunion avait commencé quand Pansy décréta qu’elle avait besoin d’une pause. Et surtout d’un café. Noir, très fort et amer. De quoi remettre ses idées en place au plus têtu des centaures. Voyant tous ces collaborateurs s’éloigner en soupirant de soulagement, Pansy se permit elle aussi une seconde de relaxation. Immédiatement après, elle se leva et rejoignit son bureau dans lequel elle possédait sa propre machine à café italienne qui lui préparait le meilleur café du monde. Elle se jeta littéralement sur la porte de son bureau et y entra avec la sensation de pouvoir enfin commencer sa pause. Elle alla jusqu’à la machine, la lança sans y faire attention, retira ses escarpins et s’affala sur une de ses méridiennes. Il était grand temps qu’elle vire quelques uns de ses collaborateurs … ou qu’elle en prenne plus. Elle ne savait pas trop au juste. Mais, en revanche, ce dont elle était certaine c’est qu’il fallait cesser d’organiser tous les samedis des réunions aussi titanesques pour parler de tout et de rien. Bon sang, les journaux allaient bien alors pourquoi, par Merlin, fallait-il se forcer à se voir hebdomadairement pour dire que tout allait bien mis à part le fait que Cindy la secrétaire de Lucien Bole était moins compétente qu’avant ou bien que les sœurs Carrow, Flora et Hestia, avait pris du poids ! Ça en devenait ridicule et scandaleusement inopportun. Quelqu’un toqua à sa porte et si Pansy avait mentalement pu déglinguer cette personne, qui qu’elle soit, elle l’aurait fait. Mais elle ne pouvait pas. Pansy, la voix au bord du désespoir (elle n’avait que vingt minutes de pause) explosa.

- Qu’est-ce qui se passe par Merlin ! C’est possible de pas être dérangée toutes les cinq minutes dans ce fichu building !

Un raclement de gorge gêné lui répondit. Quand Pansy réalisa à qu’il appartenait, elle déglutit. Génial, manquait plus que ça ! Elle n’avait décidément pas fait assez de café.
Image Image Image

And what? You'll win her over with your rainbow kisses and unicorn stickers?

Avatar de l’utilisateur
dreamer
Vendeur chez Fleury & Bott
Messages : 715
Inscription : 20 août 2015 - 14:29

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par dreamer » 15 avr. 2017 - 22:30

239 mots sur Libre Office
« Qu’est-ce qu’on fait, maintenant ? » demandai-je alors, sans me rendre compte que les mots avaient passé la barrière de mes lèvres.

Cinq têtes masquées se tournent vers moi, puis Rodolphus, il me semble répondit sur un ton dédaigneux et cassant: « Es-tu réellement aussi bête que tu y parais, Célène ? »

Je grimaçais sous mon masque. Evidemment, sur ce coup, je n’avais pas fait la remarque la plus fine. M’apprêtant à répliquer, je fus interrompue par Lucius, qui supposa à haute voix :
« C’est à nous de les tuer, c’est ça ? »

« Oui, mais avant, on va s’amuser un peu ! Je vais lui faire avaler son sourire fier, à cette vieille peau !» lui répondit la voix dure de Bellatrix, qui tendait déjà sa baguette vers la vieille femme.

« Endoloris ! »

Je voulais fermer les yeux, pourtant une sorte d’attirance morbide et déplacée pour la scène qui se déroulait devant moi m’en empêche. Se tordant de douleur sur le parquet du salon, la vieille femme garde pourtant toute sa dignité, ne criant pas sa peine, ne demandant pas de l’aide. Comme si elle pouvait affronter le mal et le défier sans faiblir.
Cela contrarie le caractère sadique de Bellatrix, qui lance le sort impardonnable une seconde fois, avec une hargne plus prononcée. Un ricanement froid s’échappe de ses lèvres quand on entend un hoquet qui fait écho dans la pièce.
Image

Avatar de l’utilisateur
anhya
Fière Paresseuse
Messages : 2236
Inscription : 24 déc. 2012 - 16:08

Re: [Validations] Combat à mort - IV

Message par anhya » 16 avr. 2017 - 10:38

Jour 15: 235 mots sur Word
Layla ouvrit les yeux. Enfin un seul puisque l’autre semblait avoir doubler de volume. Elle n’osa pas le toucher. Elle se leva, faisant un rapide tour de ce qui semblait lui faire mal. Rien. A part cet œil.
Il n’y avait rien dans cette pièce à part une table, une chaise et un four à micro-ondes. Elle s’approcha de la machine et essaya de voir son reflet dans la porte de celui-ci. Elle n’y parvint qu’à moitié mais pu tout de même constaté que l’homme n’y était pas aller de main morte.
Elle essaya d’actionner la poignée de la porte mais bien évidement elle été fermé à clé.
Layla n’était pas une fille violente. Elle avait depuis toujours éviter les problèmes. Elle n’avait jamais connu ses parents. Ils avaient dû l’abandonner juste après la naissance. Elle avait été placée dans un orphelinat. A 16 ans, la jeune fille était partie avec le peu d’affaire qu’elle avait.
Pleine de ressources et douée de la faculté étrange de savoir ce que les gens pensaient, elle avait toujours réussi à subvenir à ses besoins sans aides extérieur. Et puis quel aide aurait-elle dû attendre de toute façon ?
Mais à ce moment-là. Coincée dans une pièce qu’elle ne connaissait pas. Emmener de force. Elle n’était plus calme. Elle voulait maintenant voir cet homme et les coups qu’elle lui donnerai ne serait pas aussi doux que la fois précédente.
ImageImage

Répondre

Revenir vers « Archives »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités