Selket : amoureuse des personnages secondaire

Selket est membre des sites HPF depuis 2012. Autrice d’une soixantaine de textes sur HPFanfiction et un peu moins d’une dizaine sur le Héron,  elle participe régulièrement aux concours organisés par la communauté, ce qui l’amène à aborder des thèmes qu’elle n’aurait pas explorés sans cela. Dans le cadre des interviews d’auteurs, Selket a accepté de répondre à nos questions.

CC0 Creative Commons

Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Maéva et j’ai 25 ans. Ayant fini mes études il y a un peu moins d’un an, je suis un bébé ingénieur en biotechnologie marine. Concernant mes passions, on peut dire que j’en ai un certain nombre. La plus importante est sans doute l’intérêt que je porte à l’histoire et l’anthropologie. L’univers du tatouage, tout ce qui touche à l’histoire de cet art et les œuvres qui naissent sur la peau des gens me fascine aussi énormément. Niveau musique, j’écoute principalement du metal et du pagan. Pour compléter cette liste, je rajouterais que je suis une dévoreuse de bouquins que ça soit dans les genres de la fantasy, du steampunk et des dysotopies auxquels il faut rajouter tous les livres traitant d’histoire. Et enfin, pour finir, je pense ne surprendre personne en disant que j’adore écrire.

En parlant d’écriture, depuis combien de temps pratiques-tu cet art ?

J’écris depuis l’école primaire mais je ne pourrais pas dire quand précisément. J’ai commencé avec des poèmes puis par des petites scènes de théâtre qu’on jouait avec ma sœur et nos amies.  Je me suis ensuite mise à écrire des petites histoires au collège et très vite, est venue l’envie d’écrire un roman. Envie que je me traîne donc depuis longtemps mais qui n’a toujours pas été réalisée malgré un début de roman que j’ai commencé au lycée et que j’aimerais finir. Je me suis par la suite mise à écrire des fanfictions en 2013.

Tu es sur le site HPF depuis 2012, le forum depuis 2013 et le Héron en 2014. Te souviens-tu la manière dont tu les as découverts ?

Difficile de s’en souvenir, mais je pense que je suis arrivée sur le site HPF un peu par hasard. À l’époque, je lisais beaucoup de Dramione et je suis tombée sur HPF en cherchant sur Google. J’ai très vite commencé à lire d’autre fics et depuis je ne lis que des fics postées sur HPF. Pour le forum, je l’ai découvert en cherchant une bêta-lectrice pour la troisième fic que j’écrivais comme on me l’avait conseillé. Pour le Héron, je n’ai absolument aucune idée de comment je suis arrivée là ! J’ai dû ouvrir mon compte pour poster certains des textes que j’écrivais, chose qu’au final je n’ai pas vraiment faite.

Tu as une soixantaine de fanfictions à ton compteur sur HPF, 7 textes originaux postés sur le Héron. Où trouves-tu toute cette inspiration ?

Pour trouver l’inspiration, je vais d’abord réfléchir à l’histoire, laisser ça maturer et spontanément, des phrases, des idées vont me venir et après je creuse autour. Ce que j’écoute au moment où j’écris est vraiment important, car je me laisse souvent porter par la musique. J’ai ainsi des musiques tristes, épiques, joyeuses que je mets en fonction de l’ambiance que je souhaite donner à mon récit.

Je puise aussi énormément d’inspiration dans ma vie, les lieux que j’ai visités, mes passions etc. J’ai tendance à dire que tous mes personnages possèdent une petite part de moi. En plus de tout cela, je vais aussi faire énormément de recherches sur des lieux, des personnages, des mythes afin de coller au plus près à la réalité et au canon.

Concernant la fanfiction, j’ai remarqué que tu écrivais principalement sur des personnages secondaires. Peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Je trouve les personnages secondaires plus intéressants. On sait peu de choses sur eux donc on peut s’en imaginer plein. Et puis, c’est aussi plus facile de coller au canon en sortant des personnages qui sont trop bien décrits par J.K. Rowling. Écrire sur le trio ou Luna, ça m’est difficile car j’ai toujours peur de les modifier alors que je trouve plus facile de m’approprier des personnages secondaires.

J’aime combler les vides, raconter l’histoire d’un autre point de vue que celui d’Harry et les personnages secondaires s’y prêtent très bien. Je peux ainsi m’amuser à écrire sur des gens qu’il a côtoyés, mais qui diffèrent quant à la façon dont il les perçoit.

La Next-Gen aussi me plaît énormément, car je peux parler à travers eux de l’impact de la guerre sur une génération qui ne l’a pas vécue, je peux aussi explorer de nouveaux pays et sortir du Royaume-Uni.

Comment choisis-tu les thèmes que tu vas aborder ?

Pour les thèmes, je choisis des problématiques qui me tiennent à cœur et qui me permettent d’explorer les sentiments humains. Ainsi, dans beaucoup de mes fanfictions, je parle de reconstruction, de transmission, de se faire une place dans le monde et d’acceptation envers soi-même. Je fais aussi beaucoup de concours, ce qui me pousse à explorer des thèmes que je n’aborderais pas forcément de moi-même.

En parlant de concours, j’ai vu que tu avais été sur le podium de plusieurs d’entre eux. Qu’est-ce qui te donne envie d’y participer ? Les contraintes te bloquent-elles parfois ?

Ce que j’aime dans les concours ce sont les challenges qui me poussent à sortir des sentiers battus. Ça me permet d’explorer de nouveaux personnages, thèmes etc. J’aime avoir des contraintes imposées pour justement me torturer la tête dessus, mais il est vrai que ça m’arrive d’avoir du mal à en respecter certaines et de me dire que je n’arriverais jamais à écrire un texte pour un concours. Une fois, j’ai même dû annuler ma participation tellement je n’arrivais à rien.

J’ai pu aussi remarquer que tu avais remporté plusieurs sélections. Qu’est-ce que représente pour toi cette reconnaissance ?

Remporter les sélections ça me fait à chaque fois extrêmement plaisir. C’est valorisant de voir que son texte plaît. Mais surtout, ce qui me fait plaisir dans les sélections, c’est de voir que les gens ont soumis certains de mes textes. À chaque fois, je suis toute contente et j’en parle à mes proches. Savoir que pour quelqu’un mon texte fait partie des deux textes qu’il préfère pour le thème du mois, c’est quelque chose qui me touche vraiment. Mais je sais aussi que les textes soumis ou gagnants aux sélections ne sont pas forcément ceux aimés par la majorité des lecteurs de HPfanfiction, pour la simple et bonne raison que tout le monde n’est pas sur le forum, du coup ça m’évite d’avoir les chevilles qui enflent, on va dire.

Et sinon, niveau notes ? Ça se passe comment ? Est-ce que tu fais des fiches de personnages ? Des fiches de lieux ? Des chronologies ?

Au départ, je ne prenais presque pas de notes, mais maintenant je marque des choses que je voudrais intégrer absolument dans ma fic, des idées qui me viennent. Je ne fais pas de fiches personnages à proprement parler mais j’ai un fichier excel où je note toutes les relations qu’entretiennent mes personnages avec les autres (mari/femme, cousin, amis, parrain/marraine etc.) et un autre où je marque des particularités physiques ou morales de certains de mes personnages ainsi que leur métier.

Et enfin, dans un dernier tableau, je note tous les événements importants d’un point de vue chronologique (naissance, mariage, entrée à Poudlard, arrivée des personnages dans un pays etc…).

Peux-tu nous donner un texte (en fanfiction et en original) dont tu es vraiment très fière ? Et un autre que tu préférerais oublier ou réécrire ?

En original, je suis fière de mon recueil de drabbles « 100 mots en perfusion » écrit dans le cadre du concours d’Ellie « Drabblons sur le Héron ». Le challenge était vraiment sympathique et ces drabbles me donnent envie de continuer les histoires dont ils sont le prologue en quelque sorte. Quant à tous mes autres textes publiés sur le Héron, qui sont des poèmes, je n’en suis pas fière, mais je ne sais pas pourquoi je ne les supprime pas.

En fanfiction, il y a certains textes que je n’aime pas vraiment, dont un particulièrement. Il s’agit « d’Ennui« , un texte sur Voldemort écrit justement lors d’un moment d’ennui en cours.

Quant à choisir une fanfiction dont je suis fière, là, c’est plus dur. J’ai sans doute une affection toute particulière pour « Le Printemps vient toujours à bout de l’hiver » qui est une de mes premières fanfictions que j’ai vraiment aimée. Je trouve que c’est à partir de là que mon style d’écriture a commencé à évoluer. Et puis, surtout, c’est grâce à cette fic que je me suis attachée à Lavande qui reste un de mes personnages chouchou. Par la suite, j’ai écrit d’autres OS afin de continuer l’histoire que j’avais développée dans cette fic et une série en est née. J’ai aussi intégré dans l’histoire de Lavande des personnages que j’ai créés ou qui existaient déjà dans l’univers de Harry Potter et, de fil en aiguille, je suis en train de lier tous mes personnages dans un grand arc narratif.

Et une dernière question pour la route, quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer dans l’écriture ?

Je lui dirais d’écrire encore et encore et surtout de ne pas baisser les bras. Et que la fanfiction peut être un très bon exercice pour forger son propre style et apprendre à mener une histoire sur la longueur, sans au départ se prendre la tête à créer des personnages et un univers complexe.

Mais surtout, il ne faut pas abandonner. Après tout, J.K. Rowling a bien mis sept ans pour écrire le premier tome de Harry Potter.

~~.~~.~~.~~

Nous remercions Selket d’avoir accepté de répondre à nos questions et lui souhaitons toute l’inspiration possible pour ses textes ainsi que la réussite dans sa vie personnelle et professionnelle.

Bookmarquez le permalien.

2 Comments

  1. J’aime beaucoup cette idée d’interviewer des auteur(trice)s. Ca nous permet de connaître un peu mieu les personnes qui rédigent ces belles fanfics. Et aussi de connaître leur méthodologie 😉

Laisser un commentaire