NaNo 2017: À fond dans le Camp !

À fond dans le camp!

Taillez vos crayons, nettoyez vos claviez, chargez vos ordinateurs ! Au programme, un objectif de mots, des Word Wars endiablées, des pleurs et des larmes, de la sueur et des cris… Ils sont beaux. Ils sont forts. Ils sont nombreux et motivés. Cette année encore, les Hpfiens ont posé leurs tentes et leurs stylos dans le camp Nano !

Image libre de droits

Image libre de droits

Détentrice d’un diplôme en investigation mention fouine, enquêtrice indiscrète et boulet en chef, je me suis glissée parmi les nanoteurs d’HPF durant cette première semaine d’enfer pour vous faire vivre de l’intérieur cette expérience hors du commun.
Tout d’abord, rappelons les règles du jeu. Au contraire du Nanowrimo de novembre pour lequel l’objectif est de 50 000 mots (whaou), le camp Nano (qui a lieu en avril puis en juillet) permet à chacun d’établir son propre but. Durant ce mois, du 1er au 30, les nanoteurs devront s’efforcer d’atteindre le nombre de mots qu’ils se sont fixé. Pour y arriver, plusieurs méthodes s’offrent à eux. Il y a ceux qui foncent en solitaire et explosent les compteurs au bout de 15 jours à peine (la légende dit que leurs yeux pleurent du sang à la fin des 30 jours, à force d’être rivés sur l’écran), et puis ceux, la plupart des Hpfiens, qui profitent de cette aventure pour tisser des liens avec leurs compagnons de route. Sur le tchat ou dans les cabines, ils s’encouragent, se conseillent, mêlent leurs larmes et leurs rires.
Afin de se motiver, les nanoteurs organisent plusieurs fois par jour des Word Wars (WW) de 10, 20, ou même 30 minutes, durant lesquelles le but est simple : écrire le maximum de mots avant la fin du temps imparti !
Les doigts rouges d’avoir martelé le clavier, le visage pâli par la lumière de l’ordinateur, des cernes qui tombent jusqu’au sol, le regard hagard… Voilà le profil type du nanoteur en pleine action !
Cette semaine, des nanoteuse d’HPF ont accepté de répondre à mes questions. Venez découvrir cette expérience inoubliable en compagnie d’Eejil, Catie et Samantha !

La découverte du Nano

Pour ce premier point, les trois écrivaines en herbe sont unanimes : c’est par HPF, et plus précisément par le forum, qu’elles ont découvert le Nano (mais Samantha précise qu’elle n’est pas sûre à 100 % de cette affirmation). Juillet 2012 pour Samantha, novembre 2015 pour Catie, ou plus récemment le camp de l’été dernier pour Eejil, les nanoteuses se souviennent bien de leur première expérience du Nano. Et mieux : elles récidivent ! Samantha nous confie participer pour la sixième ou septième fois à cette aventure (Nano de novembre ou différents camps), mais c’est pour elle « toujours une aventure unique à chaque fois ». Et je mettrais ma main à couper que tous les nanoteurs sont de cet avis !

Un projet, un objectif

Heureux hasard, nos trois auteures ont chacune un objectif de mots différent : Samantha vise les 20 000 (mais aimerait atteindre les 30 000), Catie va tenter d’atteindre les 30 000 et Eejil, grande joueuse, se motive pour 50 000, soit le nombre de mots du Nano normal de novembre. Et leurs projets sont aussi divers : si Samantha et Catie se concentrent sur de la fanfiction (fics longues, concours, recueils…), Eejil s’attelle à la rédaction de son mémoire !

Le terrifiant WordCount

Le WordCount est, comme son nom l’indique, le compteur de mots. Alors où en sont nos trois amies ? Dans les temps, en avance, en retard ? Pour Catie, qui cumule un peu plus de 7000 mots au 6 avril, le timing est bon et elle est même en avance sur son objectif quotidien de 1000 mots ! Pour couronner le tout, elle est satisfaite de ce qu’elle a fait pour l’instant. Mais consciente qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, elle précise, « À voir si cette impression se maintient à la relecture à la fin du mois ». Et oui, qui dit Nano, dit relecture douloureuse : il est parfois difficile de prendre du recul sur ce que l’on écrit durant cette période plus qu’intensive ! Catie est au coude à coude avec Samantha, dont le compteur affiche 7500 mots environ. Notre seconde nanoteuse est également dans les temps, mais a des doutes sur ses histoires en cours, elle nous explique : « J’aime bien écrire sur les personnages sur lesquels j’écris en ce moment, mais pour l’instant, j’ai l’impression de tourner autour du pot ». Eejil, elle, explose les compteurs ! La bonne élève du groupe comptait 13853 mots très précisément vendredi, mais craint de prendre du retard puisqu’elle ne pourra pas écrire pendant quelques jours cette semaine.

Whaou, ils sont trop forts…

Certains compteurs s’envolent à une rapidité ahurissante, inhumaine même (moi, exagérer ? Jamais…) ! Catie avoue être impressionnée par BellaCarlisle, qui cumule déjà 22 000 mots, et « semble écrire à la vitesse de la lumière » ! Elle salue également les prestations de Mary-m et Eejil, bien avancées elles aussi. Mais notre battante ne se laisse pas abattre par cet écart et souligne que tant qu’elle est dans les temps de son côté, « tout va bien ! » Eejil, en tête de peloton, nous explique son secret : la régularité. Elle se tient à son objectif de mots journaliers, et ça fonctionne !

Des mots, mais aussi de l’amour

« LE TCHAT C’EST LA VIE VIVE LES WW ! », ce cri du cœur d’Eejil suffit à vous donner un aperçu de l’ambiance du camp Nano. Samantha et elle soulignent l’atmosphère joyeuse et la motivation véhiculée par le tchat, entre WW et conseils, mais regrettent un peu l’inactivité des cabines.

Rejoignez-nous juste sur le tchat, promis, on ne mord pas !

Motivation, motivation, on a dit : motivation !

Catie est catégorique : de la motivation, elle en a, et pas qu’un peu ! Ce qui lui manque c’est du temps, entre révisions et travail, la semaine prochaine risque d’être compliquée, mais ce n’est pas pour autant qu’elle compte prendre du retard ! Samantha rencontre le même problème. Elle est toujours déterminée pour ce camp, mais ses grosses journées la fatiguent. Pour rester régulière, elle a sa propre méthode : une séance d’écriture avant le boulot et rebelote pendant la pause-dej ! Eejil est plus hésitante, car écrire un mémoire, c’est différent. Il s’agit ici d’un impératif et, même si elle aime bien ça, ce n’est pas la même chose qu’écrire de la fic ou un original ! Allez les filles, le Nano est épuisant, mais on croit en vous !

Le mot de la fin ?

Samantha vous encourage,  « Tentez le Nano ! Vous n’avez rien à perdre, tout à gagner ! » et Catie ajoute, « Le (Camp) Nano, c’est la vie. »
Mention spéciale à Eejil, qui nous offre un joli « Topinambour ».

Image libre de droits C'est ça un topinambour, pour les incultes.

Image libre de droits
C’est ça un topinambour, pour les incultes.

 

Un immense merci à Catie, Eejil et Samantha pour leurs réponses pertinentes et complètes ! À fond dans le Camp, c’est fini pour aujourd’hui ! Mais on se retrouve la semaine prochaine, même jour, même heure (non, en fait, ça va dépendre de mes disponibilités, mais j’aime bien les teasers), pour de nouvelles aventures !
À vous les studios !

 

Le lexique du nanoteur :

Nanoteur : participant du Nanowrimo ou du camp Nanowrimo
Tchat : sur Discord, il permet aux Hpfiens de discuter en temps réel
Cabine : sorte de mini-tchat directement sur le site du camp Nano
Word War : Séance d’écriture intensive de 10, 20, 30 minutes ou même 1 heure !
Wordcount : Nombre de mots au compteur

Image libre de droits Sur ce, je retourne sur le tchat moi !

Image libre de droits
Sur ce, je retourne sur le tchat moi !

Bookmarquez le permalien.

12 Comments

  1. Bravo pour cette article Chouette ! J’ai bien rigolé, j’ai été ravie de participer à ton investigation 😉
    J’ai bien aimé la succession entre « Mention spéciale à Eejil, qui nous offre un joli » Topinambour » et « réponses pertinentes et complètes » 😛

  2. Super article, j’ai vraiment adoré le ton que tu lui as donné Chouette ! J’ai moi aussi été ravie de t’aider dans ta petite enquête. :)
    Et Eejil, tu m’as juste tuée de rire avec ton Topinambour. XD

  3. Excellent, le ton de l’article, bravo ! Ça raconte bien le Nano, c’est vivant et dynamique, le tout sans prise de tête.

  4. Très sympa ton article Chouette. Tout comme les filles, j’ai été ravie de pouvoir t’aider dans ton enquête.
    « Tompinambour » ? 😀 J’étais certaine que quelqu’un allait sortir une ânerie comme ça. XD

    • Merci pour ton commentaire Samantha, et merci pour ton aide et tes réponses ! Ahah oui, j’ai bien ri avec le mot de la fin de Eejil ! :’)

  5. Ton article est aussi fun que le nano 😉
    Les camps sont même plus cool que le nano de novembre, y a comme un peu moins de pression je trouve. C’est toujours gratifiant d’écrire encore et encore (et éventuellement de réussir son objectif) mais je suis d’accord aussi avec Catie sur la relecture et la correction qui ne sont pas si faciles après 😉

    • Merci beaucoup pour ton commentaire Popobo ! Et je suis d’accord, personnellement je préfère les camps, je me mets moins la pression ! Et oui, la relecture et la correction c’est vraiment douloureux après… 😉

  6. Coucou Choueeette ! Ton article définit parfaitement bien le Nano et ainsi que l’a déjà dit Popobo, il était amusant 😉 bisous et merci d’avoir rendu hommage au nano 😉

Laisser un commentaire