Ma première fois : La nuit d’HPF

https://salestalentinc.com/blog/portfolio-items/sales-situational-interview-questions/

https://salestalentinc.com/blog/portfolio-items/sales-situational-interview-questions/

Il y a beaucoup de challenges sur le forum, mais celui qui semble attirer le plus de nouveaux membres est : « La Nuit d’HPF ».

Et pour le coup je vous en parle en connaissance de cause, c’est la première chose qui m’a attirée sur le forum. Je rêvais tous les mois de faire partie de l’aventure, mais à chaque fois, un contre temps venait perturber mes plans. Et puis le 16 février 2013, je me suis jetée à l’eau ; j’ai loupé le premier thème mais je me suis accrochée pour finir la nuit. Plus les heures passaient et plus mes textes étaient loufoques. Mais cette énergie et adrénaline qui me boostaient dès que le début d’heure approchait, je ne l’oublierai jamais.

Alors je me suis demandée : et vous ? Votre première nuit, vous l’avez vécue comment ? Et en tant qu’organisateur, est-ce que c’est différent ? À vous de me le dire…

 

Commençons par le commencement des nuits…

Lalouisablack: La première fois que j’ai entendu parler des nuits d’HPF, c’était en 2011, lorsque j’ai reçu un MP de LostInTheSun qui me proposait d’organiser avec elle un nouvel événement sur le forum. Je connaissais le principe, j’avais participé à quelque chose de similaire sur un forum de ff.net, et j’avais trouvé l’idée géniale. Je me souviens surtout de ma surprise en recevant ce message, puis de mon stress : je n’avais alors jamais organisé de concours ou d’événement quelconque sur le forum, et je ne savais pas du tout par où commencer !

Ma principale inquiétude, au fil de la nuit, a été de savoir si je pourrais tenir jusqu’au bout. Nous n’étions que deux organisatrices à l’époque et on se partageait la nuit, mais je voulais quand même participer jusqu’au bout. Or, je me suis toujours couchée super tôt, je me considère encore comme la mamie qui à 23h veut dormir ! Finalement à 1h30 j’ai cédé à la tentation de mon lit… et je n’ai presque jamais tenu une nuit complète depuis.

Je garde aussi le souvenir d’avoir été très heureuse de voir l’engouement des gens, d’écrire dans la nuit dans cette ambiance. Voir que sept ans plus tard les Nuits d’HPF existent toujours, ça me fait chaud au cœur ! J’espère qu’il y aura encore des dizaines de Nuits et bien plus de textes écrits.

Ocee : Ma première Nuit a été LA première Nuit en août 2011 ^^. Comme quoi, elle ne m’avait pas marquée pour rien. Je me revois très bien, j’étais encore chez mes parents, je m’étais installée à la table du salon, bien décidée à tenir toute la nuit pour cette nouvelle expérience et j’avais réussi (de 21h à 4h du mat’ à l’époque) ! Bon, comme souvent par la suite, j’étais arrivée en retard et je n’avais pas répondu au premier thème mais, ensuite, je n’en avais sauté qu’un qui ne m’inspirait vraiment pas (grille). C’était assez intense cela dit et après mon premier texte d’une longueur convenable sur le thème « poisson » (qui a aussi lancé l’idée pour la bannière de mon recueil avec un jeu de mots ambiance « boîte de nuit » dont j’étais plutôt contente, mais que je suis sans doute la seule à qui ça a parlé ^^’), j’avais opté pour des drabbles pour « odeur » et « poussière », plus rapides et moins énergivores à écrire, jusqu’au thème « construire » qui m’avait réveillée et lancée sur une idée qui trottait dans ma tête depuis un moment et qui a donné mon texte Héros de guerre, ou comment James Sirius apprend la vérité sur l’histoire de sa famille (et je crois que sa bannière reste l’une de mes préférées de tous mes textes). Je n’ai pas vérifié mais c’est l’un des plus longs – si ce n’est le plus long – textes que j’ai jamais écrit durant les Nuits. Et comme j’en étais assez fière pour le publier à part des autres, je l’ai fait et je n’ai pas regretté car il a eu un bon nombre de retours pour un petit OS hors concours (même si c’est aussi l’un de ceux qui m’a amené à « devoir » faire la plus longue justification en réponse aux reviews pour défendre mon point de vue – et, parce que j’avais écrit ce texte, j’en ai voulu à Jo d’avoir autorisé la modification de son épilogue dans L’enfant pourri maudit  !). Après ce long texte, j’avais fini par un petit drabble délire sur le thème « jardin » histoire d’aller quand même jusqu’au bout de l’aventure, mais j’étais vidée ^^. Voilà, voilà, c’était une première nuit concluante pour moi et le début d’une longue série du coup ! À l’époque, j’écrivais du 100 % HP, mais je crois que, par la suite, ce sont les Nuits qui m’ont permis d’oser d’autres fandoms. En tout cas, quel que soit le fandom, c’était déjà un super moyen de produire quelque chose et, en adepte de la procrastination, les Nuits m’ont toujours permis de me botter les fesses et de sortir des textes comme ce Héros de guerre de la 1ère Nuit, dont j’étais satisfaite, donc je ne peux que recommander l’expérience à celles et ceux qui hésiteraient à se lancer.

Et voilà, les nuits étaient lancées, il ne fallait plus que des écrivains insomniaques pour les faire perdurer…

Selket : Cela faisait quelques temps que je voulais participer à la nuit HPF dont j’avais découvert le principe en lisant des recueils compilant les textes écrits pendant ces nuits-là.
C’est finalement pour la nuit HPF du 26 juin 2015 que j’ai sauté le pas et depuis j’essaye d’en faire le maximum. J’étais un peu angoissée pour cette première nuit HPF.
Il faut savoir que je prends mon temps pour écrire et que je n’arrive jamais à rester longtemps concentrée sur mon texte, je finis très vite par faire autre chose et y revenir après, sauf si l’inspiration me tient. Du coup j’angoissais un peu de n’arriver à rien faire. Dans ma tête il y avait deux voix qui résonnaient : « Super, on va enfin faire une nuit HPF ! », et « Mais ma parole, tu n’es pas folle de faire ça ? C’est sûr que tu vas écrire un tout petit texte, qui sera nul en plus, alors que les autres vont carburer ».
Et j’avoue avoir été impressionnée par la qualité des textes que je voyais, par leur longueur aussi. J’ai un peu complexé pour cette première fois, car j’arrive péniblement à tirer 500 mots quand certains en font le double voire le triple. L’inspiration n’était pas forcément au rendez-vous pour certains thèmes et passé une certaine heure, j’ai juste jeté l’éponge tellement j’étais fatiguée.
Mais au final de cette première nuit HPF, je retiens surtout l’excitation qui m’a gagnée à chaque annonce de thème, le gout de ces petits challenges et l’amusement d’écrire sur des choses que je n’aurais jamais tentées autrement. Et ces sentiments sont toujours là même à ma vingt-troisième participation.
Depuis cette première nuit, où je n’ai eu que les dernières trente minutes de l’heure pour écrire mon premier texte, il faut croire qu’une malédiction me poursuit, je suis ainsi devenue une spécialiste du : j’écris seulement dans les trente dernières minutes de l’heure, quand ce ne sont pas les quinze dernières minutes.

Dreamer : Alors, ma première fois pour les Nuits (j’ai écumé mes fics et la Tour d’astronomie pour vérifier et je pense que j’ai la bonne date) c’était le 19 septembre 2015, un mois après mon inscription sur le forum.
Avant d’être sur le fo’, j’avais été très intriguée par le concept des Nuits, en voyant les petits messages laissés sur le mur d’accueil HPF et c’est une des raisons qui m’ont poussée à m’inscrire sur le forum.
Quant au tout début de la nuit, je me rappelle avoir été hyper excitée à l’idée de plancher sur un thème, de participer à un défi comme celui-là, moi qui n’avais jamais réellement écrit dans ces conditions. Et puis, il y avait quand même cette petite pointe d’appréhension à l’idée d’exposer mes petits textes à côté de ceux d’auteur(e)s que je lisais souvent et que j’aimais beaucoup, la petite crainte de ne pas être « à la hauteur » face à eux/elles.
J’ai quand même fini par me laisser gagner par cette frénésie d’écriture, et tout s’est bien passé (comme si on pouvait en douter, avec le recul). En fait, j’ai compris très vite que c’était vraiment un moment de partage et de discussion en plus d’une activité d’écriture commune, où personne n’était critiqué ou jugé pour ses écrits.

Lyssa7 : J’ai commencé les Nuits d’HPF peu de temps après mon inscription sur le forum fin 2016. C’était, pour moi, un moyen de m’intégrer et de participer un peu plus à la vie de la communauté. J’ai trouvé l’ambiance très sympathique, notamment parce qu’une fois notre texte posté, on avait des retours sur le sentiment qu’il pouvait provoquer chez les lecteurs. Je suis aussi une personne qui aime les défis, ce que j’ai trouvé dans le concept des Nuits. Le délai d’une heure et le thème ou l’image imposée m’ont permis de pousser mon inspiration et d’écrire sur des personnages que je n’aurais jamais pensé exploiter avant. Une anecdote ? Le dernier texte écrit durant la Nuit spéciale proposée le samedi 17 février. J’ai écrit une scène assez particulière dont je me souviendrai longtemps…

Et puis, bien sûr, les années passent et les organisateurs des nuits changent. Mais la machine est toujours là, bien huilée. La nuit d’aujourd’hui, côté coulisses…

Catie : Ça fait maintenant quelques années que j’ai fait mes premiers pas dans les coulisses des Nuits d’HPF – je préfère ne pas compter combien exactement, ça vieillit –, mais je me souviendrai toujours de ma première édition à organiser. J’étais à la fois toute excitée et pleine de hâte à l’idée de contribuer à ce projet que je suivais avec autant d’assiduité depuis mon inscription, mais aussi un petit peu fébrile ! La peur de ne pas faire les choses correctement, de me planter, de ne pas savoir répondre aux questions… Heureusement, les anciennes de l’équipe étaient toujours là pour nous épauler en cas de besoin et je n’étais pas la seule nouvelle à débuter, donc ça avait un côté très rassurant. Je me souviens m’être soigneusement préparée pour annoncer mon premier thème, j’avais sorti le dictionnaire, l’avais posé à côté de moi sous les regards curieux de toute ma famille, et toujours cette petite pointe d’angoisse de me tromper, ou que mon thème n’inspire personne ! J’en garde quand même un très bon souvenir, parce que c’était surtout la joie qui prédominait, de participer à l’organisation d’un projet que j’adorais. La preuve, depuis le temps, je suis restée, ce n’était donc pas si effrayant que ça !

Api : Ma première nuit… Une source d’angoisse, un peu comme Hermione avec ses examens. Ce qui n’avait absolument aucun sens vu que l’équipe était tellement adorable.

Mais bon, on ne se refait pas. Il faut dire aussi que je revenais juste sur le forum, avec plein de nouvelles têtes, et qu’il fallait reprendre ses marques. Mais je voulais vraiment faire partie de cette équipe, parce que les Nuits sont la porte d’entrée sur le forum pour tellement d’HPFiens…

Heureusement, Seonne est arrivée en même temps que moi dans l’équipe. Mais elle connaissait déjà pas mal certains membres alors quand je me suis retrouvée devant l’ordi avant la première nuit fatidique, j’étais une vraie boule de nerfs. J’avais même rédigé le speech sur une page Word à côté de moi haha ^^.

Et puis, il faut le dire, je suis une tarte en informatique. Alors l’incrustation de gifs, de liens et tout ça, c’était nouveau et compliqué (non non je n’ai pas du tout 90 ans).

Et puis au final, le jour J, j’ai pu poser toutes mes questions à l’équipe, qui m’a écoutée, répondu et rassurée. Et ça s’est très bien passé, si si ! Et maintenant je suis très fière de savoir incruster les gifs, insérer un lien et ouvrir des sujets *proud*.

Même que parfois (souvent ?) je suis un vrai boulet pour l’équipe, mais elles continuent quand même à bien vouloir de moi – je touche du bois. C’est dire qu’elles sont chouettes (et que tout le monde peut survivre à sa première Nuit HPF (auteur ou animateur !)).

Mikoshiba : Je crois que j’ai toujours eu de l’admiration pour l’équipe des Nuits. Déjà en 2014, quand je suis arrivée sur le forum, j’avais participé à quelques Nuits et j’avais trouvé ça super chouette !
Et depuis mon retour, j’avais envie d’aider quelque part, alors quand le recrutement a été annoncé, je n’ai pas hésité !
Et en toute honnêteté, je ne pensais pas qu’il y avait autant de boulot derrière. Tout est préparé en amont, il y a une organisation de dingue (surtout pour les surprises ), des stats, des propositions, des discutions… Faire partie de la machine qui fait fonctionner les Nuits, c’est super enthousiasmant (même si avec tous les nouveaux boutons qui sont apparus, j’ai toujours peur de faire une bêtise) (sans parler des Google Docs où les thèmes des Nuits passées sont répertoriés, j’ai peur de tout faire sauter, même quand je ne fais que jeter un coup d’œil ^^).
C’est ma toute première fois dans une équipe, et franchement, l’ambiance est géniale, il y a toujours quelqu’un pour répondre à nos questions (même les plus « newbies »).
Et ma première Nuit en tant qu’animatrice… Et ben, je n’étais pas là. (D’ailleurs, chapeau bas dreamer : pour sa première Nuit, elle a dû en gérer deux avec la Nuit Érotique !)

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire