HPF aux Geek Faëries

Pour la deuxième année consécutive, HPF était présent aux Geek Faëries…

HPF aux Geek Faëries : compte-rendu d’une exposante

Ah oui, je devrais peut-être commencer par vous expliquer ce que sont les Geek Faëries.
Il s’agit d’un festival de… geeks.
Oui mais c’est quoi un geek ?
Un geek, selon Wikipedia, c’est

« Un geek (/gik/) est une personne passionnée par un ou plusieurs domaines précis, plus souvent utilisé pour les domaines liés aux « cultures de l’imaginaire » (le cinéma, la bande dessinée, le jeu vidéo, etc.), ou encore aux sciences, à la technologie et l’informatique. »

 

Je trouve cette définition plutôt bonne parce qu’elle parle de « passionné » et non pas de boutonneux à lunettes accroché à un ordinateur.
Donc aux Geek Faëries, on trouve des passionnés, de toutes sortes.

Bon, pour nous HPFiens, qu’est-ce que c’est les Geek Faëries ?

Cette année, ça a été une aventure épique pour y aller et un bonheur sur place. Je ne vous narrerai pas mon accident de voiture alors que j’allais chercher le matériel et Lyane chez Vegeta, le détour par chez le garagiste magicien (grâce à Vegeta), le sauvetage par mon grand-frère, la location de voiture à la dernière minute à l’aéroport, la compréhension de nos logeurs qui nous ont laissé la clef sur la porte, vu qu’on est finalement arrivées juste avant minuit…

En gros, on avait cette tête en arrivant…

Bref, malgré notre manque de sommeil, Lyane et moi étions fraîches comme des roses le samedi matin pour installer notre magnifique stand HPF.

Lyane pose dans le stand

Premier choc de la journée, alors que nous peaufinions la déco, nous entendons comme des cris de barbares. Plusieurs hurlements, comme avant une charge. Et qui se répètent ! Ah oui, c’est normal, les visiteurs vont arriver, en fait. Comme nous sommes dans la seconde cour, nous ne voyons pas l’entrée. La vérité, c’est que les orgas avaient parqué les geeks derrière des barrières dans la première cour et, en attendant l’heure d’ouverture, les encourageaient à se lâcher.
Allez, avec moi ! Rhaaaaaaaaa ! RHAAAAAAAA !

Deuxième choc de la journée, quand un peu plus tard, nous entendons résonner de la musique qui nous paraît peu en accord avec le festival. Bon, Piaf passe encore. Mais quand on entend la Taquetiquetique du Gendarme, on se pose des questions.
En fait, à Selles-sur-Cher, ce week-end-là, il n’y avait pas que les Geek Faëries, mais aussi un grand bal guinguette ! Et notre stand était super bien placé pour en profiter. Bon, j’avoue, on a un peu fait les Claudettes à un moment. Et un petit Charleston. Et chanté quelques chansons.
Bref, ce n’était pas la musique qu’on aurait choisie pour le week-end mais globalement, ça nous a occasionné quelques fous-rires.

Ensuite, nos deux journées à Lyane et moi se sont déroulées sans grande palpitation. Nous nous sommes un peu promenées mais avons essentiellement passé notre temps à notre stand donc il faudra relire le compte-rendu qu’en ont fait nos visiteuses HPF. Nous avons vu passer des costumes sympas, comme l’an dernier. En vrac un Mignon avec un mini-Mignon, Petit-Ours-Brun en costume médiéval, un poilu-pas-poilu…

Ne ratez pas le mini-Mignon !

Pendant ces deux jours, l’après-midi, nous avions des ateliers d’écriture prévus toutes les heures. Pour être franche, ils n’ont pas trop eu de succès (à part auprès de nos fidèles HPFiennes) mais nous avons noté plusieurs pistes d’amélioration pour réitérer l’an prochain. Nous avons aussi noté que l’utilisation du paperboard d’un de nos voisins dessinateurs attirait des foules. Peut-être un cadavre exquis sur tout le week-end l’an prochain ? Ou un atelier de conception d’histoire en groupe en direct ?

Nous avons aussi eu des discussions de toutes sortes avec les visiteurs. J’ai perdu Lyane lors d’une discussion avec un imprimeur de Selles-sur-Cher (en même temps, on parlait type de coloration, choix de l’offset et avantages du fichier indd sur le pdf). De son côté, Lyane a discuté de fan-musique (de la filk, je crois qu’elle a dit que ça s’appelait) avec un journaliste. Bon, quand j’ai compris que j’étais complètement larguée, je suis partie convaincre un barbare de porter un kilt l’an prochain (et sa copine validait ma suggestion). La présentation du recueil PWP, comme l’an dernier, a créé divers débats sur la sexualité des personnages de Harry Potter. À un moment, j’ai même discuté de l’avantage d’avoir un compte aussi bien dans l’Alliance que dans la Horde (ce qui est tricher selon moi mais bon…) sous prétexte que je comprends le WoW.

Bref, j’ai encore passé un super week-end. Lyane, ma co-présentatrice d’HPF aussi. Nous avons rencontré plein de gens et nous sommes senties super sociales.

Non parce que d’habitude, c’est plus comme ça…

En vrai, pour HPF, c’est bon aussi. Parce que plein de gens nous découvrent. Et qu’on se crée des contacts. Utiles ou non, c’est l’avenir qui nous le dira.

Toujours est-il que le lundi matin, après être rentrées au petit matin, quand il a fallu rendre la voiture de location, récupérer ma voiture cassée, toussa toussa, ça donnait à peu près ça :

A propos de Morgwen

Multi-casquette sur HPF, droguée du travail ou du moins d'une occupation, quand je ne gère pas mon boulot ou mes enfants, je me forme à des choses diverses et j'essaie de les appliquer au mieux sur les différents sites et activités de Héros de Papier Froissé.
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire