Éditions HPF : la fiche de lecture

Aujourd’hui, on vous emmène dans les coulisses du comité de lecture des Éditions HPF en vous révélant la fiche de lecture qu’on utilise pour faire nos comptes-rendus quand on lit un manuscrit.

Ce n’est un secret pour personne, un éditeur refuse beaucoup plus de romans qu’il n’en accepte. Évidemment, beaucoup de ce qui entre en compte dans le refus ou l’acceptation d’un manuscrit est du domaine du subjectif. On aime ou pas. On est enthousiasmé ou pas. Et un manuscrit peut être « bon », mais ne pas être publié pour autant car l’éditeur n’aura pas eu de coup de cœur pour le texte. C’est d’autant plus vrai pour une petite structure comme la nôtre qui est très limitée quant au nombre de romans qu’elle peut inscrire à son catalogue.

Un éditeur peut vite être débordé par l'enthousiasme des auteurs

Un éditeur peut vite être débordé par l’enthousiasme des auteurs

Mais il y a aussi un certain nombre de critères objectifs qui vont être déterminants dans le sort réservé à votre manuscrit. Le premier est bien sûr la ligne éditoriale. Votre roman peut bien être absolument génial, si vous l’envoyez à un éditeur qui publie de la poésie, ou vice versa, ça ne risque pas de marcher. C’est pour ça qu’avant tout envoi, il est nécessaire de bien vous renseigner sur la ligne éditoriale des éditeurs qui vous intéressent. Mal cibler vos envois fait perdre du temps à tout le monde : vous, bien sûr ; l’éditeur, évidemment ; mais aussi les autres auteurs qui ont fait l’effort de se renseigner sur la ligne éditoriale, puisque tout le temps que l’éditeur perd à lire des manuscrits qui ne correspondent pas à sa ligne éditoriale, c’est autant de temps qu’il ne peut pas passer sur les manuscrits qui répondent à ses attentes.

Cependant, outre l’accord avec sa ligne éditoriale, il y a pas mal de choses qu’un éditeur va rechercher dans votre texte. Les Éditions HPF ont décidé de partager avec vous leur fiche de lecture type, afin que vous puissiez vous faire une idée précise de ce qu’on attend d’un manuscrit.

Notre fiche de lecture

Écriture

  • Grammaire et orthographe
  • Vocabulaire
  • Style
  • Dialogues
  • Narration

Intrigue

  • Général
  • Originalité
  • Cohérence
  • Crédibilité
  • Intérêt
  • Profondeur
  • Rythme
  • Personnages

Publication

  • Ligne éditoriale
  • Coup de cœur
  • Décision finale

Écriture

Grammaire et orthographe

C’est la base. Si le manuscrit est couvert de fautes, vous pouvez être sûr que l’éditeur ne passera pas la page 5. Bien sûr, corriger le manuscrit avant publication fait partie de son métier d’éditeur. Mais corriger un texte propre, où il reste quelques coquilles — l’erreur est humaine ! Pas un brouillon qu’il faut déchiffrer en mode phonétique.

Vocabulaire

Parfois, la grammaire et l’orthographe sont corrects ou à peu près, mais l’auteur ne maîtrise pas pour autant la langue française, utilise un mot pour un autre, passe d’un registre de langue à un autre sans que la transition soit justifiée…

Style

Agréable, pesant, scolaire… ? Y a-t-il une recherche littéraire ? Est-ce que l’auteur arrive à faire entendre sa particularité, ou ressort-il des phrases génériques qu’on aurait pu lire dans des dizaines d’autres bouquins ?

Dialogues

Sont-ils naturels ? Chaque personnage a-t-il sa voix ? Sent-on la différence de ton entre les dialogues et la narration ? Y en a-t-il suffisamment ? Font-il avancer l’histoire ou bien sont-ils là pour faire du remplissage ?
(Bien sûr, il peut exister des romans sans aucun dialogue, ou alors composés presque exclusivement de dialogues. Dans tous les cas, il faut que cela soit justifié par le propos du texte.)

Narration

Le point de vue adopté (interne/externe/omniscient – 1° personne/3° personne) est-il approprié à l’histoire qui est racontée ? Présente-t-il une originalité particulière ? Y a-t-il une recherche : alternance des points de vue, temporalité non linéaire ? Est-ce que l’auteur respecte le principe du « show, don’t tell » (arriver à montrer, plutôt qu’à dire) ?

Intrigue

Général

On demande aux auteurs de joindre un court résumé à leur mail d’envoi. Souvent, c’est assez élusif, alors on reprend les grands lignes de l’intrigue en deux trois phrases pour avoir une idée du sujet du roman.

Originalité

Aborder un sujet peu ou mal connu est un bon moyen pour qu’un manuscrit se démarque des autres qui attendent dans la pile à traiter. Personne n’a envie de lire tout le temps la même chose. Ni l’éditeur, ni les lecteurs à qui il prévoit de vendre son livre. Si le sujet n’est pas original, il faut que le traitement le soit.
Y a-t-il des clichés ? Est-ce que ça ressemble trop à une autre oeuvre ?

Cohérence

Est-ce que ça tient la route ? Est-ce qu’on comprend ce qui se passe, pourquoi ça se passe ? Est-ce que le déroulement des événements semble logique ? Y a-t-il des erreurs évidentes, du type personnage mort au chapitre 4 qui réapparaît comme si de rien n’était au 8 ?

Crédibilité

Est-ce que c’est crédible, tout bonnement ? Ou au moins, est-ce qu’on a envie d’y croire ? Y a-t-il des trucs qui vous ont fait sortir de l’histoire parce que vous n’arriviez plus à y croire ?

Intérêt

Est-ce qu’on a envie de savoir la suite ? Les motivations des personnages sont-t-elles claire ? Y a-t-il des enjeux, du suspense ?

Profondeur

Le roman aborde-t-il des thèmes plus profonds ? Y a-t-il plusieurs lectures possibles ? Un engagement, une opinion à faire entendre ? Est-ce que le lecteur va retirer quelque chose de cette lecture, outre le divertissement sur le moment ?

Rythme

Le rythme sert-il l’histoire ? Est-ce qu’on s’ennuie ? Est-ce que l’auteur passe trop de temps sur des trucs inutiles à l’intrigue, et pas assez sur l’essentiel ? Arrive-t-il à varier le rythme pour ne pas créer de monotonie ?

Personnages

Sont-ils bien développés, crédibles, attachants ? Ont-ils une personnalité propre ? Le lecteur peut-il s’identifier à certains d’entre eux ? Ou au contraire, est-il fasciné par un anti-héros ?

Publication

Ligne éditoriale

Est-ce que ça rentre dans notre ligne éditoriale ? Est-ce que ça correspond à l’orientation qu’on a envie de donner aux Éditions HPF ?

Coup de cœur

Est-ce qu’il y a ce petit truc en plus qui fait qu’on a envie de défendre ce roman, de travailler dessus pendant des mois, d’en faire la promo ?

Décision finale

Au vu de ce qui a été dit avant, la décision finale coule généralement de source.

notes-514998_640

Voilà donc à quoi ressemble la fiche de lecture des Éditions HPF. On espère que cela vous aura été utile. N’hésitez pas à relire votre roman en vous posant ces questions avant de l’envoyer à un éditeur, que ce soit nous ou un autre.

A propos de Verowyn

HPFienne de longue date, je me suis longtemps occupée de la modération du Héron, puis de la gestion du blog avant de me consacrer tout entière aux Éditions HPF dont je suis maintenant la directrice. Pour me résumer en trois mots ? Procrastination, thé et chocolat.
Bookmarquez le permalien.

4 Comments

  1. Rétrolien:AT : processus de sélection des Éditions HPF - Le blog d'HPF

  2. Pour info, dans le critère « Personnages », il manque un « s » à « ont-ils une personnalité propre ».
    Cordialement.

  3. Idem pour comptes-rendus, sinon l’article est super.

Laisser un commentaire