Un Week End So… New Romance !

IMG_4421

Si je vous dis « Festival de la New Romance », je suis prête à parier que vous me regarderez avec des yeux aussi ronds que ceux de la petite chouette de notre sorcier favori… Je me trompe ? Peut-être que certains auront une bonne définition, mais je suis presque sûre que la plupart d’entre vous s’imagineront qu’il s’agit soit d’un festival cinématographique mettant à l’honneur les meilleures comédies romantiques du grand écran, ou bien d’une sorte de secte obscure un peu plus tournée vers l’érotisme que vers le romantisme… Et si je vous disais que c’est un beau mix des deux, mais que l’on remplace la version « film » par la version « littérature » ? Je vois que je viens de vous perdre… Reprenons les bases ! Concrètement, c’est quoi la « New Romance » ? La « New Romance« , que l’on connaît aussi sous l’appellation « New Adult » ou plus rarement « New Way » , est un sous-genre de […] Lire la suite

Un éditeur n’est pas…

éditions hpf

Être éditeur, c’est aussi parfois hausser un sourcil circonspect devant ce qui arrive dans votre boîte mail. Alors si vous le voulez bien, mettons quelques petites choses au clair. Un éditeur n’est pas un écrivain public Je reçois de temps en temps – et j’en vois passer sur les pages facebook d’autres éditeurs – d’étranges demandes, souvent dans un français à la syntaxe approximative et au vocabulaire fantaisiste, qu’il faut décrypter tant bien que mal. Il s’agit de gens qui confondent éditeur et écrivain public ou prête-plume. L’éditeur dit « je cherche des romans à publier », et ces gens entendent « je vais écrire votre histoire pour vous ». Ils envoient donc des mails décousus d’où il ressort qu’ils ont beaucoup de choses à raconter et cherchent l’oreille attentive qui saura les retranscrire. Bien sûr, il y a erreur sur la personne. Ce n’est pas du tout le métier […] Lire la suite

Manuscrits : fermeture des soumissions

Un éditeur peut vite être débordé par l'enthousiasme des auteurs

Vous avez peut-être déjà vu passer l’info : il y a presque deux mois de cela, les Éditions HPF ont fermé temporairement les soumissions volontaires de manuscrits. Qu’est-ce que ça veut dire ? Chez HPF, il y a deux façons de publier un livre : soit par AT (Appel à Textes), soit par soumission volontaire. Un AT veut dire que l’éditeur recherche des textes précis : pour HPF, ce sont des nouvelles sur un thème donné. Nous avons actuellement un AT d’ouvert sur le thème du temps, et nous attendons donc vos nouvelles sur ce sujet. La soumission volontaire de manuscrits veut dire que nous ne recherchons rien de précis, mais que des auteurs qui aimerait travailler avec nous nous envoient leurs romans pour que nous les examinions. Attention, quand je dis « rien de précis », c’est que nous n’avons pas en tête un projet de publication comme c’est le cas […] Lire la suite

AT : processus de sélection des Éditions HPF

anigif_enhanced-buzz-24255-1322329285-30

Les coulisses des Éditions HPF avec la fiche de lecture de Verowyn, ça vous a plu ? Tant mieux, parce qu’aujourd’hui on remet le couvert avec de nouveaux secrets de fonctionnement de notre organisation top secrète, avec un sujet d’actualité : la sélection des nouvelles de notre appel à textes « En quête d’enquête ». La sélection : on commence par tout lire Nous avons reçu 69 nouvelles qui répondaient à nos critères (de longueur, principalement) et qu’il va falloir départager. Morgwen s’est amusée à mettre bout à bout toutes ces nouvelles, et elle est arrivée à un total de 358 364 mots. Ça fait tout de même… pas mal, non ? En tout cas, nous, on a sorti le champagne. Seulement voilà, le lendemain matin, au réveil, il a fallu s’y atteler, et là c’est une toute autre histoire. Comment faire pour départager 69 nouvelles ? On ne va tout de même pas demander à chaque […] Lire la suite

Éditions HPF : la fiche de lecture

Un éditeur peut vite être débordé par l'enthousiasme des auteurs

Aujourd’hui, on vous emmène dans les coulisses du comité de lecture des Éditions HPF en vous révélant la fiche de lecture qu’on utilise pour faire nos comptes-rendus quand on lit un manuscrit. Ce n’est un secret pour personne, un éditeur refuse beaucoup plus de romans qu’il n’en accepte. Évidemment, beaucoup de ce qui entre en compte dans le refus ou l’acceptation d’un manuscrit est du domaine du subjectif. On aime ou pas. On est enthousiasmé ou pas. Et un manuscrit peut être « bon », mais ne pas être publié pour autant car l’éditeur n’aura pas eu de coup de cœur pour le texte. C’est d’autant plus vrai pour une petite structure comme la nôtre qui est très limitée quant au nombre de romans qu’elle peut inscrire à son catalogue. Mais il y a aussi un certain nombre de critères objectifs qui vont être déterminants dans le sort réservé à votre manuscrit. […] Lire la suite