Être ou ne pas être un drabble

writing_by_after_the_party

Il était une fois (en 2008), je voyais des drabbles pousser un peu partout comme des pâquerettes au printemps. N’en ayant jamais écrit moi-même, et me demandant un peu si je passais à côté de quelque chose, je me suis lancé le défi d’en écrire cinq. Il ne m’a pas fallu plus longtemps pour tomber amoureuse de cette formule, et me voilà aujourd’hui auteure de 138 drabbles… et de cet article, où je vous fais partager mon intérêt pour la lecture et l’écriture de cette forme de texte bien spéciale.   after-the-party L’histoire On dit que les tout premiers drabbles ont été écrits en Angleterre dans les années 1980. Le mot « drabble », ainsi que le concept associé, sont tirés du Big Red Book de Monty Python, dans lequel un Drabble est un concours d’écriture : le premier participant à écrire un roman est le vainqueur. Bien que le drabble soit mesuré […] Lire la suite

Pourquoi j’écris exlusivement des fanfictions

chained_to_desk_hero_17s8d48-17s8d49

Et pourquoi je n’en ai pas honte   Quand j’étais petite, je voulais écrire un roman ; c’était mon but dans la vie. Je lisais tout ce qui me tombait sous la main, mes deux parents travaillaient dans le monde des lettres, j’avais une imagination débordante – écrire, puis publier, me semblait la suite logique des choses. J’ai écrit des petites choses, pour m’entraîner. Que je trouvais géniales quand j’avais neuf ans, et qu’aujourd’hui je regarderais avec horreur avant de les jeter à la poubelle. Mais l’essentiel reste que j’écrivais, que j’ai toujours écrit. Quand j’avais une idée intéressante (ou pas), je la couchais sur papier, ça me semblait naturel. À onze ans, j’ai découvert Harry Potter, et à quatorze ans les fanfictions, en premier lieu en tant que lectrice, puis, assez rapidement, en tant qu’auteure, d’abord avec des amies pour me faire la main, puis seule. Ma toute première […] Lire la suite

Le français des Français et celui des autres

drapeau-France-Quebec-800x541

« [É]crivaine » ne se dit pas. Écrivain et auteur n’ont pas de féminin (peu importe ce qu’en disent certaines assos, c’est juste moche). Professeur non plus, d’ailleurs.   Tu écri[s] « Ginny lança les boxers de Drago à son visage » les boxers ? [I]l en met plusieurs ? Le substantif ‘agresseuse’ n’existe pas. L’usage du masculin, pour les fonctions par exemple (directeur, président) est déterminé par l’Académie française. Pourquoi vouloir à tout prix féminiser à outrance ? Une personne qui assiste dans les accouchements est une sage-femme, même s’il s’agit d’un homme. Le masculin doit rester masculin et le féminin doit rester féminin. Sauf à vouloir se couvrir de ridicule.   Ceci est un échantillon de reviews que j’ai reçues récemment, où les revieweurs soulevaient des fautes qu’ils avaient remarquées (certains plus poliment que d’autres, on s’entend). Dans ces trois cas, j’ai refusé de changer une seule lettre de ce que j’avais écrit, […] Lire la suite

Tuto : le suivi des modifications

capture bulle

Après avoir parlé de la correction du point de vue de l’auteur : voir pourquoi c’était important d’avoir un bêta lecteur, qu’est-ce que ça apportait et comment se trouver un bêta, nous passons aujourd’hui de l’autre côté avec un article qui s’adresse davantage aux bêta lecteurs eux-mêmes. 1. Le bêta lecteur 2. Tuto : le suivi des modifications 2. Le suivi des modification Tout récemment, je me suis trouvée une nouvelle bêta pour un texte dont j’avais mis la publication en pause. Et là, en discutant avec elle de comment on s’organisait, je me suis rendue compte qu’elle ne connaissait pas le suivi des modifications. Se simplifier la vie Évidemment, chacun fait comme il veut, et vous avez peut-être trouvé d’autres méthodes qui vous conviennent mieux. Mais si vous ne connaissez pas, ça vaut le coup d’essayer : personnellement, je trouve que c’est quelque chose qui simplifie beaucoup la vie. […] Lire la suite

Correction : le bêta lecteur

typewriter-159878_640

Bonjour ! Aujourd’hui, on vous propose le premier article d’une mini-série sur la correction en se penchant sur le rôle du bêta lecteur, la personne qui relit vos textes et vous aide à les corriger et les améliorer. Cet article envisage principalement le rôle du bêta lecteur pour une publication gratuite sur des site de partage tels que le Héron ou HPFanfiction, mais évidemment, il est également très important de faire appel à un bêta lecteur avant d’envoyer votre texte à une maison d’édition. 1. Le bêta lecteur 2. Tuto : le suivi des modifications 1. Le bêta lecteur Un bêta, pour quoi faire ? « Moi, j’ai pas besoin de bêta. » Bah oui. Vous êtes bon en orthographe, vous le savez. D’ailleurs, vous êtes/étiez le meilleur en français de votre classe. Et en plus, vous êtes vous-même le bêta d’un de vos amis ; si ça c’est pas […] Lire la suite

Rencontre avec une traductrice : Ayame

Avatar

Depuis plus de deux mois maintenant, vous avez pu lire sur ce blog plusieurs articles sur la traduction de fanfiction. Pour conclure cette série, nous avons voulu poser quelques questions directement à une concernée : une traductrice. Plan de la série 1. Traduire une fanfiction : les motivations 2. Les pièges de la traduction : c’est pas qu’une histoire de mots 3. Bien choisir la fic à traduire 4. Relations avec les auteurs… 5. Reviewer une traduction 6. Rencontre avec quelques traductrices   Ayame, que les lecteurs d’HPF connaissent plutôt sous le nom de Jukava, est modératrice sur Harry Potter Fanfiction et a un certain nombre de fanfictions à son actif. Elle a notamment beaucoup écrit sur Sirius Black, et se définit dans sa bannière d’auteure comme une « Black at heart« . Mais Ayame/Jukava est aussi une traductrice. Sur HPF, elle a publié 19 textes « qui ne [lui] appartiennent pas, qu'[elle] […] Lire la suite

Traduction d’une fanfiction : les reviews

© Kiiro-chan

La semaine dernière, on a vu comment entretenir de bonnes relations avec l’auteur de la fic qu’on traduit. Aujourd’hui, on se penche sur l’autre versant de la chaîne : les lecteurs et la façon dont ils reviewent les traductions. Plan de la série 1. Traduire une fanfiction : les motivations 2. Les pièges de la traduction : c’est pas qu’une histoire de mots 3. Bien choisir la fic à traduire 4. Relations avec les auteurs… 5. Reviewer une traduction 6. Rencontre avec quelques traductrices Si vous avez déjà publié sur internet, vous connaissez le moteur commun à tous les auteurs qui proposent leurs textes gratuitement sur internet : les commentaires, l’échange, et en règle générale l’appréciation des lecteurs. Seulement voilà : lorsque vous n’êtes pas l’auteur, mais « juste » le traducteur d’une fanfiction, il se peut que les revieweurs (commentateurs,  en langage fanfic) se fassent un peu timides. 5. Reviewer une […] Lire la suite

Traduction d’une fic : relations avec les auteurs

© DP

Nous avons réfléchi aux motivations pour traduire une fanfiction, vu les principaux pièges qui existaient lorsqu’on traduit de l’anglais vers le français, et enfin examiné comment choisir la bonne fic à traduire. Aujourd’hui, on parle des relations entre la traductrice et l’auteur qu’elle traduit. Plan de la série 1. Traduire une fanfiction : les motivations 2. Les pièges de la traduction : c’est pas qu’une histoire de mots 3. Bien choisir la fic à traduire 4. Relations avec les auteurs… 5. Reviewer une traduction 6. Rencontre avec quelques traductrices 4. Relations avec les auteurs Donc vous avez trouvé la fic idéale, celle que vous rêvez de traduire. Avant d’attaquer, il convient cependant de demander son autorisation à l’auteur. La base : demander la permission La plupart des auteurs acceptent sans problème, parce que soyons honnêtes, c’est plutôt flatteur que quelqu’un aime tellement votre texte qu’il soit prêt à passer des heures de […] Lire la suite

Traduire une fanfiction : bien la choisir

Les projets pharaoniques aboutissent rarement © Witchofwest

Après avoir parlé des motivations pour traduire une fanfiction, et vu quelques erreurs communes en matière de traduction, le troisième article de cette série a pour but de vous aider à bien choisir la fic à traduire. Plan de la série 1. Traduire une fanfiction : les motivations 2. Les pièges de la traduction : c’est pas qu’une histoire de mots 3. Bien choisir la fic à traduire 4. Relations avec les auteurs 5. Reviewer une traduction 6. Rencontre avec quelques traductrices 3. Bien choisir la fic à traduire Je vais commencer par vous raconter une anecdote personnelle : ça concerne la première fanfiction que j’ai traduite. Ou plutôt, que j’ai voulu traduire. Que j’ai commencé à traduire. Et que j’ai jamais terminée, bien sûr. Donc, un beau jour, les méandres de Google m’ayant conduite de fanarts en fanarts jusqu’à l’illustration d’un texte précis, je me suis rendu compte que les […] Lire la suite

Les pièges de la traduction

Pieter_Bruegel_the_Elder_-_The_Tower_of_Babel_(Vienna)_-_Google_Art_Project_-_edited

Avec ce deuxième article de notre série sur la traduction, nous rentrons dans le vif du sujet et examinons quelques unes des erreurs les plus courantes dans les traductions de l’anglais vers le français. Plan de la série 1. Traduire une fanfiction : les motivations 2. Les pièges de la traduction : c’est pas qu’une histoire de mots  3. Bien choisir la fic à traduire 4. Relations avec les auteurs 5. Reviewer une traduction 6. Rencontre avec quelques traductrices 2. Les pièges de la traduction : c’est pas qu’une histoire de mots La fidélité consiste (…) à cerner le texte et à le couler au moule d’une autre langue en tordant ici, en infléchissant là, par toutes sortes d’acrobaties linguistiques qui, au résultat, restituent un produit somme toute équivalent. — Confessions d’un traître, Albert Bensoussan, éd. Presses Universitaires de Rennes, 1995, p. 62   Notre premier réflexe, lorsqu’on traduit un texte, […] Lire la suite